Sucre (Bolivie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sucre (homonymie).
Sucre
Blason de Sucre
Héraldique
Drapeau de Sucre
Drapeau
Image illustrative de l'article Sucre (Bolivie)
Administration
Pays Drapeau de la Bolivie Bolivie
Département Flag of Chuquisaca.svg Chuquisaca
Province Oropeza
Maire Verónica Berrios Vergara (MAS)
Démographie
Population 256 225 hab. (2007)
Géographie
Coordonnées 19° 02′ 34″ S 65° 15′ 19″ O / -19.0429, -65.255419° 02′ 34″ Sud 65° 15′ 19″ Ouest / -19.0429, -65.2554  
Altitude 2 780 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bolivie

Voir sur la carte Bolivie administrative
City locator 14.svg
Sucre
Liens
Site web http://www.sucre.bo/

Sucre est la capitale constitutionnelle de la Bolivie, et abrite le siège de la Cour suprême.

Elle est également la capitale du département de Chuquisaca et le chef-lieu de la province d'Oropeza. Sa population s'élevait à 256 225 habitants en 2007.

Différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Sucre est également connue sous les noms de Charcas (dénomination originelle jusqu'à 1538), La Plata (période de la vice-royauté du Pérou, entre 1538 et 1776), Chuquisaca (période de la vice-royauté du Río de la Plata entre 1776 et 1825) puis Sucre à partir de 1825 (période républicaine). En 1825, au moment d'être désignée capitale constitutionnelle de la Bolivie, la ville fut nommée « l'Illustre et Héroïque Sucre » (La Ilustre y Heróica Sucre, en espagnol).

Climat[modifier | modifier le code]

Sucre jouit d'un climat ayant deux saisons. La saison des pluies allant du mois d'octobre au mois de mars, d'une saison sèche allant de mars à octobre. La saison des pluies se caractérise par des pluies parfois fortes et souvent des orages (on compte plus de 35 orages en moyenne dans l'année à Sucre), et les températures sont variables entre 10 et 30 degrés en cette saison, attention aux inondations. La saison sèche est principalement ensoleillée (parfois quelques pluies) et froide. En cette saison, les températures vont de -3 à 17 degrés. La neige y est très rare.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville est fondée en 1538 par Pedro de Anzures, marquis de Campo Redondo, sous le nom Charcas en référence au peuple Charkas qui vivait dans cette région. Historiquement elle est connue sous le nom de Charcas, Cité Blanche, La Plata ou Chuquisaca. Au XVIIIe siècle, la ville prend le nom de La Plata pour sa localisation dans la « Cuenca del Plata », une des quatre têtes monarchiques de la couronne espagnole en Amérique du Sud, déterminée selon la géographie du bassin du río de la Plata actuellement en Argentine.

La même année, le roi Philippe II d'Espagne établit à La Plata la Audiencia de Charcas dont l'autorité s'étend sur une région comprenant ce qui est actuellement le Paraguay, le sud-est du Pérou, le nord du Chili, le nord de l'Argentine et une grande partie de la Bolivie. En 1609 un archevêché est fondé dans la ville. En 1624 est créée l'Université Saint-François-Xavier, qui serait la deuxième université créée en Amérique latine après celle de l'Université pontificale et royale Saint-Marc fondée à Lima en 1551.

Jusqu'au XVIIIe siècle, La Plata est le centre judiciaire, religieux et culturel de la région. En 1825, lorsque la ville devient la capitale de la Bolivie, elle est rebaptisée en l'honneur du maréchal Antonio José de Sucre, camarade d'armes du libérateur Simón Bolívar pour l'indépendance de la Bolivie, de la Colombie, de l'Équateur, du Pérou et du Venezuela. Perdant sa principale ressource après le déclin économique de Potosí, elle voit le siège du gouvernement bolivien transféré à La Paz à la suite d'une guerre civile perdue par les « conservateurs » sucrenses face aux « libéraux » paceños.

Basilique San Francisco
Plaza de Armas de la ville, avec un monument à Antonio José de Sucre au centre

En 1991, Sucre devient patrimoine de l'Humanité a l'UNESCO[1]. Des milliers de touristes sont attirés chaque année par cette capitale du baroque aux blancs édifices datant des XVIIIe et XIXe siècles.

Sucre est devenue une ville universitaire importante et héberge de nombreux cabinets d'avocats et de notaires, en raison notamment de sa qualité de siège de la Cour Suprême bolivienne.

Elle est aussi le siège d'un évêché catholique et possède une cathédrale.

Transports[modifier | modifier le code]

Sucre possède un aéroport (Juana Azurduy de Padilla, code AITA : SRE).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]