La Paz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Paz (Bolivie))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Paz (homonymie).
La Paz
Blason de La Paz
Héraldique
Drapeau de La Paz
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Bolivie Bolivie
Département La Paz
Maire Luis Antonio Revilla
Démographie
Population 1 010 100 hab. (2004)
Densité 3 207 hab./km2
Géographie
Coordonnées 16° 30′ 00″ S 68° 08′ 56″ O / -16.5, -68.149 ()16° 30′ 00″ Sud 68° 08′ 56″ Ouest / -16.5, -68.149 ()  
Altitude 3 600 m
Superficie 31 500 ha = 315,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bolivie

Voir sur la carte Bolivie administrative
City locator 11.svg
La Paz
Liens
Site web www.lapaz.bo

La Paz (officiellement, Nuestra Señora de La Paz, ou Chuqiyapu en aymara) est le siège du gouvernement bolivien. Elle est pour les Boliviens la capitale administrative du pays, Sucre étant la capitale constitutionnelle. Les trois pouvoirs sont séparés entre ces deux « capitales » : les pouvoirs exécutifs et législatifs à La Paz  ; le pouvoir judiciaire à Sucre. La Paz est également la capitale du département de La Paz. La Paz est située à une altitude de 3 660 m. Le sommet du Nevado Illimani, qui culmine à plus de 6 000 m de haut, surplombe la ville. En 2006, le recensement établit que la population de La Paz s'élève à 872 480 habitants[1] qui, associée aux villes d'El Alto et Viacha, constitue la seconde agglomération la plus peuplée de Bolivie, avec plus d'1,6 million d'habitants, derrière la ville de Santa Cruz.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée le 20 octobre 1548 par le capitaine Alonso de Mendoza sous le nom de Ciudad de Nuestra Señora de La Paz (la Ville de Notre Dame de la Paix), la ville a prospéré grâce à sa situation stratégique sur les routes commerciales coloniales. À la suite de la guerre d’indépendance (1809 – 1825) la ville changea de nom pour devenir La Paz de Ayacucho en hommage à la victoire d’Ayacucho. La Paz devient le siège du gouvernement bolivien en 1898.

La ville de La Paz s’est développée dans la vallée de Chuquiago Marka entourée par les montagnes Huayna Potosí (6 088 m) et Nevado Illimani (6 460 m), non loin du lac Titicaca. Elle est située dans le département de La Paz, dans la province de Murillo. Sa topographie atypique en fait la capitale la plus haute du monde. La ville, dont le centre se situe à 3 600 m d’altitude, s’étend sur un dénivelé de plus de 1 000 m entre les quartiers aisés de la zone sud : Florida, la Rinconada, Achumani, ou Aranjuez (3 020 m) et le haut plateau d’El Alto (4 000 m), refuge des classes défavorisées.

Actuellement, l'aire métropolitaine compte environ 2 millions d'habitants. El Alto, anciennement la banlieue de la ville de La Paz, est depuis 1985 une ville à part entière, devenant la troisième ville la plus peuplée du pays. Elle occupe les hauts plateaux surplombant la capitale.

La ville a été, depuis toujours, le siège des bouleversements politiques et sociaux qui ont marqué l'histoire du pays, comme le cri libertaire du 16 juillet 1809 ou bien d'autres, plus récents, comme la révolution nationale en 1952.

Climat[modifier | modifier le code]

Il y fait plutôt froid toute l'année, même si la topographie implique différents climats. Deux saisons sont bien marquées. L'été, les températures atteignent 17–20 °C, au centre-ville. Néanmoins, les précipitations se concentrent durant l'été (l'hiver dans l'hémisphère nord). Ce qui a pour conséquence de rafraîchir passablement l'atmosphère. C'est également pour cela que les quelques précipitations sous forme de neiges ont plus de probabilités de se produire en été. L'hiver est très sec et toujours ensoleillé. L'amplitude thermique y est assez élevée (–5 à 20 °C). Le rayonnement solaire fait beaucoup de dégâts. La douce sensation de chaleur au soleil fait oublier ses risques, surtout à cette altitude.

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3 3 3 2 0 −2 −2 −1 0 2 3 3 1
Température moyenne (°C) 8 8 8 7 6 5 5 6 7 8 8 8 7
Température maximale moyenne (°C) 12 13 13 13 13 12 12 13 13 14 15 14 13
Record de froid (°C) 0 0 −2 −2 −11 −11 −10 −7 −7 −3 −3 −5 −11
Record de chaleur (°C) 27 20 26 30 30 23 22 21 23 22 21 22 30
Précipitations (mm) 130 104 71 36 13 5 8 15 30 41 51 94 598
Source : Historical weather for La Paz, Bolivia. Weatherbase. [1].
Médias e registros – La Paz, Bolívia. The Weather Channel (en Portugais) [2].


Transports[modifier | modifier le code]

Téléphérique[modifier | modifier le code]

Ligne rouge

Le choix du téléphérique: Le projet de métro ne s'est pas concrétisé en raison de son coût élevé et de la difficulté d'implantation pour atteindre El Alto. Le métro surélevé a pour les mêmes raisons été abandonné. De plus, il ne peut gravir les fortes pentes de la ville. Le tramway, même s'il a existé par le passé, ne pouvait s'insérer dans les rues tortueuses et chaotiques du centre-ville. Dans une ville au relief aussi accidenté et aux rues étriquées, le téléphérique s'est clairement imposé aux concepteurs lorsqu'il a fallu créer un réseau de transports en commun efficace, économique, économe et écologique. Il s'intègre dans le bâtit aisément, car l'emprise au sol est faible. Il peut gravir de fortes pentes. Les coûts de construction et l'entretien du réseau sont aussi moins importants. Enfin, l’électricité qui alimente le réseau est d'origine hydraulique ou solaire.

La ville possédera à moyen terme le plus long réseau de téléphérique urbain au monde, qui a la particularité d'être également le plus élevé au monde, grâce aux trois premières lignes qui totalisent 10 kilomètres. La vocation de ce téléphérique n'est pas touristique mais bel et bien pratique. Le gain de temps pour la population est à souligner car il est possible de se rendre à el Alto en 10 minutes depuis le centre-ville, soit 4 à 5 fois plus vite que par la route. Le succès de la première ligne laisse présager que le réseau continuera de s'étendre rapidement. Les tarifs pratiqués se veulent accessibles au plus grand nombre. Deux ans seulement auront suffit à concrétiser ce vaste projet initié par les autorités boliviennes. La construction a été confiée à une entreprise autrichienne renommée.

  • Ligne rouge. La première ligne a été inaugurée en 2014 entre la Paz et la ville d'El Alto. La première station a été construite sur les anciennes voies de la gare centrale, alors que la station supérieure surplombe l'unique autoroute urbaine du pays. Cette ligne compte une station intermédiaire à proximité du cimetière central. Le trajet dure 10 minutes.
  • Ligne jaune. Elle compte deux stations intermédiaires et partira également d'El Alto à travers "Sopocachi" cette fois et en direction d'Obrajes, à l'entrée de la "zona sur". La station avale de la ligne jaune jouxte la station amont de la ligne verte. Elle devrait être inaugurée courant 2014 et le trajet prendra 13 minutes.
  • Ligne verte. Elle compte également deux stations intermédiaires. Elle se dirigera en direction de Calacoto et San Miguel au coeur des quartiers sud en moins de 17 minutes. Elle devrait être terminée à la fin de l'année 2014.

Bus[modifier | modifier le code]

La ville a inauguré en 2014 le premier véritable système de transports du pays. Un premier réseau structurant de bus, fabriqués en Chine et surnommés "Puma Katari", sillonnent les artères principales observant des arrêts fixes. Nouveauté remarquable par rapport aux "micros" classiques qui s'arrêtaient à la demande et avaient une faible vitesse d'exploitation. Les bus arborent une livrée originale reprenant en dessin des symboles de la ville et du pays. Il est prévu d'introduire progressivement des bus à 2 étages afin d'augmenter l'attractivité de ce mode de transport et desservir de nouveaux quartiers.

Aéroport[modifier | modifier le code]

L'aéroport John Fitzerald Kennedy se situe dans la ville voisine d'El Alto, en plein Altiplano bolivien. Construit à plus de 4000m d'altitude, il a la particularité d'être l'aéroport international le plus élevé au monde. Il a longtemps été impossible aux jets modernes de pouvoir atterrir ou décoller de La Paz. Le premier avion à réussir cet exploit est le tri-réacteur B727, durant les années 70. C'est la défunte compagnie bolivienne LAB qui a incorporé cet avion à sa flotte, ce qui permit à l'aéroport d'entrer dans une nouvelle phase de développement: l'aéroport a également une vocation "scientifique". Les performances des avions en développement sont régulièrement testées à cette altitude afin de vérifier la sécurité des réacteurs et des appareils de navigation.

D'importants travaux sont actuellement entrepris afin d'agrandir le terminal de l'aéroport. Il connait une fréquentation en constante augmentation et ses infrastructures ne répondaient plus aux exigences modernes de confort et de sécurité. L'altitude reste néanmoins un frein certain à son développement. Il est souvent déconseillé d'arriver directement par voie aérienne à La Paz. Le mal d'altitude peut vous foudroyer dès votre arrivée. L'aéroport met à disposition des masques à oxygène pour les voyageurs incommodés. L’œdème cérébral ou pulmonaire ne peuvent être totalement exclus. Il est utile de s'adresser à un médecin qui conseillera au mieux, et selon l'état du patient, les précautions à observer.

Morphologie urbaine moderne[modifier | modifier le code]

LaPaz-5.png


Zones Urbaines de La Paz
Zone Urbaine
1 Mallasa
2 Zona Sur
3 San Antonio
4 Periferica
5 Max Paredes
6 Zona Centro
7 Cotahuma


Quartiers de la ville de La Paz
Mallasa Amor de Dios • Mallasa • Muela del Diablo • Mallasilla • Jupapina
Zona Sur Obrajes • Bella Vista • Bolonia • Irpavi • Calacoto • Cota Cota • Achumani • Ovejuyo • Koani • La Florida • Seguencoma • San Miguel
San Antonio San Antonio • Villa Copacabana • Pampahasi • Valle Hermoso • Kupini • Villa Armonia • Callapa, •San Isidro
Periferica Achachicala • Chuquiaguillo • Villa Fátima • Vino Tinto •5 Dedos • Santiago de Lacaya • Rosasani
Max Paredes Munaypata • La Portada • El Tejar • Gran Poder • Obispo Indaburu • Chamoco Chico • Munaypata • Pura Pura • Ciudadela Ferroviaria
Zona Centro Casco Urbano Central • San Jorge • Miraflores • San Sebastián • Santa Bárbara • Parque Urbano Central
Cotahuma Sopocachi • Alto Sopocachi • Pasankeri • Tembladerani • Alpacoma • Belén • Tacagua • San Pedro • Bajo Llojeta

Éducation[modifier | modifier le code]

Universités[modifier | modifier le code]

Création Universté Ranking Mondial 2012 (CSIC Webometrics)[2] Ranking Amérique Latine 2012 (CSIC Webometrics)[3] Production Académique (Ranking Scimago Lab) Ranking National[4] Logo Web
1830 Universidad Mayor de San Andrés UMSA Estatal 2266 182 - 2 UMSA
1994 Universidad Católica Boliviana San Pablo UCB Privada 3449 308 - 3 UCB
- Universidad Central de Bolivia UNICEN Privada 4919 489 - 5 UNICEN
- Universidad Privada del Valle UPV Privada 7686 757 - 8 UPV
- UP Boliviana UPB Privada 8206 822 - 9 UPB
1950 Escuela Militar de Ingeniería EMI Estatal 10670 1103 - 13 EMI
- Universidad de Aquino Bolivia UDABOL Privada 11246 1170 - 15 UDABOL
- Universidad Salesiana de Bolivia Privada 11280 1174 - 16 Salesiana
- Universidad Nur Bolivia Privada 12461 1333 - 18 Logo u nur.png NUR
- Universidad Loyola Privada 13398 1499 - 20 Loyola
- Universidad Andina Simón Bolívar Bolivia UASB Estatal 13418 1506 - 21 UASB

Sport[modifier | modifier le code]

Équipe Sport Compétition Stade Création Logo
Club Bolívar Football pictogram.svg Football Liga de Fútbol Profesional Boliviano Estadio Libertador Simón Bolívar 1925 Club Bolivar-04.svg
The Strongest Football pictogram.svg Football Liga de Fútbol Profesional Boliviano Estadio Rafael Mendoza Castellón 1908 Club the strongest escudo white background 200px.jpg
La Paz Fútbol Club Football pictogram.svg Football Liga de Fútbol Profesional Boliviano Complejo Deportivo de Alto Irpavi 1989

Curiosités[modifier | modifier le code]

Plusieurs records dus à l'altitude de la cité

  • Capitale économique la plus haute du monde (la capitale constitutionnelle de la Bolivie est Sucre).
  • Aéroport international le plus élevé.
  • L'eau pure y bout à 87 °
  • Stade olympique agréé le plus haut. La FIFA a émis une règle interdisant l'organisation de matchs officiels dans des stades à plus de 2 500 m d'altitude. La Bolivie fit une demande spéciale, précisant que ses infrastructures sportives se situaient dans des villes au-delà de la limite. Les Boliviens se sentaient lésés et auraient dû fournir un effort financier important pour déménager et organiser tous les événements sportifs dans la seule ville de Santa Cruz de la Sierra, située dans les plaines orientales.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Observatorio Bolivia Democrática » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-12-01
  2. IBCE, « BOLIVIA: RANKING MUNDIAL »,‎ 15 de agosto de 2009 (consulté le 7 de mayo de 2013)
  3. CSIC, « BOLIVIA: RANKING LATINOAMERICA »,‎ 15 de agosto de 2009 (consulté le 7 de mayo de 2013)
  4. « Ranking web de universidades »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :