Brasilia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Brasília)
Aller à : navigation, rechercher
Brasília
Devise : Segurança, Desenvolvimento, Integração
(Sécurité, Développement, Intégration)
Blason de Brasília
Héraldique
Drapeau de Brasília
Drapeau
De haut en bas et de gauche à droite : Congrès National du Brésil, Pont Juscelino Kubitschek, Eixo monumental, Palácio da Alvorada, Cathédrale de Brasilia.
De haut en bas et de gauche à droite : Congrès National du Brésil, Pont Juscelino Kubitschek, Eixo monumental, Palácio da Alvorada, Cathédrale de Brasilia.
Administration
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Région Centre-Ouest
État District fédéral
Langue(s) portugais
Maire Gouverneur
Code postal 70000-000
Fuseau horaire UTC-3
Indicatif + 55 61
Démographie
Gentilé brasiliense
Population 2 562 963 hab.[1] (2010)
Densité 442 hab./km2
Géographie
Coordonnées 15° 48′ S 47° 54′ O / -15.8, -47.9 ()15° 48′ Sud 47° 54′ Ouest / -15.8, -47.9 ()  
Altitude 1 172 m
Superficie 580 200 ha = 5 802 km2
Divers
Date de fondation
21 avril 1960
Localisation
Localisation de Brasília sur une carte
Localisation de Brasília sur une carte

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte administrative du Brésil
City locator 14.svg
Brasília

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte topographique du Brésil
City locator 14.svg
Brasília
Liens
Site web http://www.brasilia.df.gov.br/

Brasilia (Brasília en portugais) est la capitale de la République fédérative du Brésil et le siège du gouvernement du District fédéral. Selon un recensement effectué par l'IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística), sa population en 2010 est de 2 562 963 habitants, faisant d'elle la quatrième ville la plus peuplée du Brésil. Sa construction, à un rythme soutenu, sous l'impulsion du Président Juscelino Kubitschek qui souhaitait une meilleure répartition de l’activité économique alors concentrée sur les côtes, date des années 1960.

Brasilia est membre de l'Organisation des villes du patrimoine mondial.

Administration[modifier | modifier le code]

Située au sein du District fédéral, la ville est administrée par un administrateur régional, qui dirige l'administration régionale de Brasilia.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Brasília
Vue nocturne de Brasília

Le projet de création d'une nouvelle capitale à l'intérieur des terres avait pour but de mieux répartir les richesses et la population, largement concentrées sur les côtes, et de mettre fin à la rivalité entre Rio de Janeiro, capitale politique et culturelle, et São Paulo, capitale économique.

Cette volonté est d'ailleurs inscrite dans la Constitution de 1891, et un territoire est défini. Ce n'est qu'en 1956 que le président Juscelino Kubitschek décide de concrétiser le projet de Brasilia. Les premières infrastructures et les premiers bâtiments furent construits en seulement 1 000 jours, avant son inauguration le 21 avril 1960[2].

La construction[modifier | modifier le code]

Juscelino Kubitschek avait assuré aux Brésiliens « 50 ans de progrès en 5 ans ». Le projet fut dirigé par les architectes Oscar Niemeyer et Lucio Costa. Avec des journées de travail atteignant 18 heures aux débuts des années 1960, des conditions de travail déplorables, les ouvriers furent totalement dirigés par la société de construction Novacap à qui fut donné le chantier (syndicats interdits, fortes répressions, interventions policières, parfois les récalcitrants furent mitraillés à bout portant). Malgré cela, les promesses d'emploi générèrent de fortes espérances. Avec l'aide de cette politique autoritaire, la première partie de la construction n'aura duré que 1000 jours.

Depuis l'inauguration[modifier | modifier le code]

Brasilia est inaugurée en grande pompe le 21 avril 1960. Les administrations et grands organismes étatiques quittent Rio de Janeiro pour s'installer dans la nouvelle capitale. Le déménagement ne fut pas toujours facile, certains fonctionnaires refusant leur mutation. Le Brésil dut même menacer certains États d'une rupture des relations diplomatiques s'ils ne déménageaient pas leurs ambassades[3].

Le District fédéral compte maintenant un peu plus de deux millions et demi d'habitants, alors que le plan pilote, véritable cœur urbain, commercial, administratif et politique du district a été conçu pour en accueillir 500 000. L'idée initiale de Lucio Costa, qui n'a pas été tenue, était qu'une fois le plan pilote peuplé, des villes satellites seraient alors planifiées[4]. Ces dernières, à l'urbanisme souvent anarchique, abritent la grande majorité de la population, le plan pilote (classé au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1987) étant peuplé de moins de 500 000 personnes, certains quadras n'ont pas été construits tels les superquadras norte : SQN 413, 414, 207.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Implantée dans une position centrale au sein du territoire du Brésil, la capitale est située à 1 148 km de Rio de Janeiro, 1 015 km de São Paulo, à 1 531 km de Salvador, à 2 285 km de Fortaleza, à 2 220 km de Recife, et à 3 430 km de Manaus.

Située dans la région du Centre-Ouest du Brésil sur un plateau à 1 172 m d'altitude en plein cœur du cerrado, la ville est située à proximité des limites de partage des eaux entre les bassins hydrographiques amazonien (nord-ouest), du Rio Tocantins (nord-est), et du bassin du rio São Francisco (nord), et de la Plata (sud).

La ville est bordée par le lac Paranoá, étendue d'eau artificielle créée en même temps que Brasilia, dans le but d'assainir l'air et d'apporter un peu d'humidité à une région très sèche en hiver.

Climat[modifier | modifier le code]

Son climat est de type tropical sec d'altitude, marqué par un taux d'humidité très bas en hiver (25 %).

Relevé météorologique de Brasilia
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 17,4 17,4 17,5 16,8 15 13,3 12,9 14,6 16 17,4 17,5 17,5 16,1
Température moyenne (°C) 22,2 22,1 22,3 21,7 20,4 19,3 19 21 22,2 22,5 22,1 21,9 21,4
Température maximale moyenne (°C) 26,9 26,7 27,1 26,6 25,7 25,2 25,1 27,3 28,3 27,5 26,6 26,2 26,6
Précipitations (mm) 241,4 214,7 188,9 123,8 39,3 8,8 11,8 12,8 51,9 172,1 238 248,6 1 552,1
Source : [5]


Population[modifier | modifier le code]

Alors que le District fédéral comptait 140 000 habitants lors de son inauguration en 1960, sa population était de 2 562 963 habitants au recensement de 2010 (dont 209 855 dans le plan pilote[6]). La croissance démographique de la ville est de 2,82 % en moyenne par an, due au solde naturel venant d'autres régions du Brésil. Le district s'étend sur 5 802 km2[7].

Les habitants de Brasilia sont appelés Brasilienses. Les ouvriers, venus de tout le pays, mais principalement du Minas Gerais et surtout du Nordeste pour travailler à la construction de la ville ont été appelés Candangos (féminin Candangas), terme qui n'a pas de signification particulière, mais trouve son origine de mots issus de l'esclavage. Les travailleurs des classes moyenne et supérieure (ingénieurs, médecins, etc.) furent, eux, désignés comme Pioneiros. Les Brésiliens de la nouvelle génération nés à Brasilia, par similitude avec le terme Candangos et amusement, s'appellent entre eux Calangos, terme qui désigne une espèce de lézard de la région.

Si la population du plan pilote est globalement aisée, peuplé de fonctionnaires gouvernementaux et de diplomates en poste à Brasilia, les villes satellites sont plus populaires. Certaines d'entre elles subissent une forte criminalité[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Le siège de la banque centrale

Brasilia se classe deuxième des villes brésiliennes pour le PIB par habitant (40 696,00 dollars/hab), la capitale fédérale étant seulement dépassée par Vitoria (60 592,00 dollars/hab ).

Brasilia centralise l'administration : le pouvoir législatif, le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire, ainsi que l'armée (40% des emplois). Les entreprises privées ne représentent qu'une petite partie de l'activité locale, d'autant plus que les industries lourdes et polluantes y sont interdites par loi. Les services représentent plus de 90 % de l'activité du District fédéral.

Brasilia abrite plusieurs sièges d'institutions bancaires, notamment la banque centrale du Brésil, la banco do Brazil, la Caixa Econômica Federal, ainsi que plusieurs chaines de télévision brésiliennes et de groupes de télécommunications.

Transports[modifier | modifier le code]

Brasilia est desservie par un aéroport international (Brasilia Internacional ou Aéroport international Presidente Juscelino Kubitschek).

Brasilia, construite dans les années 1960, a été pensée pour l'automobile. Les modes de déplacements autres sont donc difficiles, mêmes s'ils existent.

Le tracé des routes et des espaces de stationnement postulait que chaque famille possèderait un seul véhicule. Aujourd'hui bien des familles aisées du Plano Piloto en possèdent plusieurs, parfois une par personne. À l'image des autres villes brésiliennes plus anciennes, les axes s'en trouvent congestionnés aux heures de pointe, et les zones de stationnement des superquadras sont souvent pleines.

Les transports en commun sont assurés par un réseau de bus. La construction du métro a débuté en 1992, il dessert les villes satellites de Taguatinga, Guará, Ceilândia, Águas Claras, Samambaia et une partie du plano piloto.

Education[modifier | modifier le code]

Brasilia abrite de nombreuses universités, les deux principales étant l'université de Brasilia et l'université catholique de Brasilia.

Urbanisme et culture[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Schéma du plan pilote
São Sebastião, une des villes satellites de Brasilia
Le stade Mané-Garrincha

Véritable chef-d'œuvre d'architecture moderne, Brasilia a été déclarée Patrimoine mondial de l'humanité en 1987 par l'UNESCO. L'urbaniste Lúcio Costa est l'auteur du Plan pilote qui donne à la ville une forme d'avion, inscrit dans un lac artificiel : le lac Paranoá. Les quartiers résidentiels sont fonctionnels et s'auto-suffisent : centres commerciaux, écoles et parcs sont à proximité.

Les bâtiments principaux ont été conçus par l'architecte Oscar Niemeyer : la cathédrale (4 000 places), le Congrès national (Chambre des députés et Sénat), le ministère des Affaires étrangères, le Tribunal suprême et le Palais de la présidence.

Les pouvoirs judiciaire, exécutif et législatif sont regroupés autour de la majestueuse Place des Trois Pouvoirs.

Le plan pilote[modifier | modifier le code]

La ville s'organise autour de deux axes perpendiculaires : l’Eixo monumental et l’Eixo Rodoviário (ou simplement Eixāo).

L'Eixo monumental, orienté est-ouest, coupe la ville en deux parties symétriques. Il est considéré par les Brésiliens comme la plus large avenue du monde, avec 250 m séparant ses deux fois six voies au point le plus large. Vu du ciel, il représente la flèche, le fuselage de l'avion. À sa pointe est se situe la place des trois pouvoirs ainsi que l'esplanade des ministères.

L'Eixāo, courbe, traverse la ville du nord au sud. Vue du ciel, elle représente les ailes de l'avion. L'aile sud et l'aile nord, organisées en superquadras le long de l'axe, regroupent un peu plus de 200 000 habitants. Il est constitué d'une "piste" principale de deux fois trois voies, accessibles à partir des axes secondaires (eixinhos en portugais, littéralement petits axes). Les axes secondaires se trouvent de part et d'autre de l'Eixao, chacun étant constitué de deux fois deux voies. L'Eixāo permet de traverser l'Eixo monumental sous un tunnel. L'Eixão est exclusivement réservé à la circulation des véhicules, des passages souterrains sont aménagés pour la traversée des piétons. Deux autres axes traversent de nord à sud le Plano Piloto, respectivement à l'ouest et à l'est de l'Eixão : W3 et L2. Ces axes sont bordés de commerces et de résidences.

Au croisement des deux axes se trouve la rodoviária, qui accueille la station Central du métro et qui est aussi celle du réseau autobus.

Sports[modifier | modifier le code]

En football, la Fédération de Brasilia de football organise le Championnat de Brasilia, l'un des 27 championnats des États brésiliens. Ses principales équipes sont la Sociedade Esportiva do Gama, le Ceilândia Esporte Clube et le Brasiliense Futebol Clube, qui évolue actuellement en Série B du championnat brésilien.

Plusieurs stades sont en service, le principal étant le stade national de Brasilia Mané-Garrincha (inauguré en 2013).

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

  • Juscelino Kubitschek, (1902-1976), président du Brésil (1956-1960), à l'origine de la création de Brasilia
  • Lucio Costa (1902-1998), architecte, un des fondateurs de Brasilia
  • Oscar Niemeyer (1907-2012), architecte, un des fondateurs de Brasilia
  • Kaká, (né en 1982), footballeur

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Jumelages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]