Pères fondateurs des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les premiers colons britanniques installés aux États-Unis, voir Pères pèlerins.
Les pères fondateurs réunis pour la signature de la Constitution des États-Unis.

Les Pères fondateurs des États-Unis (en anglais : the Founding Fathers) sont les hommes qui ont signé la Déclaration d'indépendance ou la Constitution des États-Unis, et ceux qui ont participé à la Révolution américaine comme Patriots.

Considérés comme des héros aux États-Unis, ces hommes étaient principalement protestants, quelques-uns étaient athées, catholiques ou juifs. Par ailleurs, plusieurs pères étaient membres de la franc-maçonnerie.

Prosopographie[modifier | modifier le code]

Les cinquante-cinq délégués qui formèrent la Convention constitutionnelle américaine à la fin du XVIIIe siècle étaient pour la plupart des hommes instruits et des notables dans leur localité ou leur colonie.

Au moins vingt-neuf d'entre eux avaient servi dans l'Armée continentale, souvent à des postes de commandement.

Quarante-et-un ont été membres du Congrès continental, et pratiquement tous avaient occupé des charges politiques au niveau de leur colonie ou de leur État.

Trente-cinq sur cinquante-cinq furent avocats ou étudièrent le droit et certains ont été juges[1]. Treize furent des marchands : William Blount, Jacob Broom, George Clymer, Jonathan Dayton, Thomas Fitzsimons, Shields, Nicholas Gilman, Nathaniel Gorham, John Langdon, Robert Morris, William Pierce (en), Roger Sherman et James Wilson. Douze ont possédé ou administré des plantations avec des esclaves ou de grandes exploitations : Richard Bassett, John Blair, William Blount, Pierce Butler, Daniel Carroll, Daniel of St. Thomas Jenifer, George Mason, Charles Pinckney, Charles Cotesworth Pinckney, John Rutledge, Richard Dobbs Spaight et Georges Washington. Benjamin Franklin et Hugh Williamson étaient des scientifiques, parallèlement à leurs fonctions politiques ou administratives. James McClurg, James McHenry et Hugh Williamson étaient médecins.

La plupart n'étaient pas richissimes, contrairement aux loyalistes. Georges Washington et Robert Morris appartenaient à l'aristocratie la plus aisée. Daniel Carroll, William Houston (en), Daniel of St. Thomas Jenifer et Thomas Mifflin furent également prospères. William Few, Benjamin Franklin, Nathaniel Gorham, Alexander Hamilton et Roger Sherman sont issus de milieux modestes et ont connu une importante ascension sociale.

La majorité des délégués sont nés dans l'un des treize colonies. Parmi les huit nés ailleurs, Pierce Butler, Thomas Fitzsimons, James McHenry et William Paterson sont nés en Irlande, William Richardson Davie et Robert Morris en Angleterre, James Wilson en Écosse et Alexander Hamilton dans les Antilles. Les Pères fondateurs étaient tous instruits : certains furent autodidactes comme Benjamin Franklin. Environ la moitié ont fréquenté un établissement secondaire dans les colonies ou en métropole.

Une grande partie des Pères fondateurs étaient protestants, et vingt-huit étaient épiscopaliens. D'autres se déclaraient déistes (Benjamin Franklin, Thomas Jefferson, Thomas Paine et Ethan Allen). John Blair, Benjamin Franklin, James Mchenry, George Washington, Abraham Baldwin, Gunning Bedford, Jr., William Blount, David Brearley, Daniel Carroll, Jonathan Dayton, Rufus King, John Langdon, George Read, Roger Sherman, James Madison, Robert Morris, William Paterson et Charles Pinckney étaient francs-maçons.

Liste des Pères fondateurs[modifier | modifier le code]

Les 56 signataires de la Déclaration d'indépendance[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les 39 signataires de la Constitution[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les 16 délégués présents à la Convention qui n'ont pas signé la Constitution[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Autres[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard D. Brown. « The Founding Fathers of 1776 and 1787 : A Collective View », The William and Mary Quarterly, 3e ser., vol. 33, Modèle:N°3, juillet 1976, p. 465-480

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Joseph J. Ellis, Founding Brothers: The Revolutionary Generation, 2000