Paraíba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

7° 10′ S 36° 50′ O / -7.1627777777778, -36.825 ()

Paraíba
Héraldique
Héraldique
Drapeau
Drapeau
Carte de l'État de Paraíba (en rouge) à l'intérieur du Brésil
Carte de l'État de Paraíba (en rouge) à l'intérieur du Brésil
Administration
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Capitale João Pessoa
Plus grande ville João Pessoa
Région Nord-Est
Gouverneur Ricardo Coutinho (PSB)
IDH 0,718 — moyen (2005)
Fuseau horaire UTC-3
ISO 3166-2 BR-PB
Démographie
Population 3 595 886 hab. (2005)
Densité 64 hab./km2
Rang classé 13e
Géographie
Superficie 56 440 km2
Rang classé 21e

Le Paraíba est un État brésilien situé dans l'est de la région Nordeste du pays. Sa capitale est João Pessoa. Il est délimité par le Rio Grande do Norte, l'océan Atlantique, le Pernambouc et le Ceará. Il occupe une superficie de 56 440 km2.

Généralités[modifier | modifier le code]

Son nom est féminin en portugais (a Paraíba) mais masculin en français[réf. nécessaire] et vient du fleuve éponyme (masculin à cause d'« o Rio »). L'origine du nom Paraíba vient de la langue tupi paraïwa : parà , rivière et aiwa/aïva, impraticable à la navigation.

Quelques-uns des plus importants poètes et écrivains brésiliens sont originaires de cet État, comme Augusto dos Anjos (1884-1908), José Américo de Almeida (1887-1980) et José Lins do Rego (1901-1957), ainsi que Pedro Américo (1843-1905), connu principalement pour ses peintures historiques.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans l'État de la Paraíba se trouve le point le plus oriental des Amériques, la pointe du Seixas, à João Pessoa.

Les villes les plus importantes de cet État sont João Pessoa, Campina Grande, Santa Rita, Patos, Sousa, Cajazeiras, Bayeux et Cabedelo.


L'altitude moyenne n'est pas particulièrement élevée, sans être vraiment basse ; 66 % du territoire est compris entre 300 et 900 mètres d'altitude. Le point culminant de l'État est le Pico do Jabre (1 197 m).

L'État du Paraíba s'étend de la côte vers le centre du pays. La capitale, João Pessoa, se trouve en au littoral; Campina Grande se trouve en au agreste et Patos se trouve en au sertão. Ils sont l'trois plus grandes villes de l'État.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les principaux cours d'eau de l'État sont le Paraíba, le Piranhas, le Taperoá, le Mamanguape, le Espinharas, le Curimataú, le Peixe et le Sanhauá.

Ces cours d'eaux peuvent être regroupés suivant deux bassins versants : celui des rivières littorales et celui des rivières du sertão :

Démographie[modifier | modifier le code]

Groupes Ethniques au Paraíba-2010

En ce qui concerne la démographie, le census IBGE 2010 a montré une population totale de 3.766.528 personnes dans l’état du Paraíba et une densité de 66,7 hab./km²[1].

Autres chiffres montrent le suivant: taxe d’urbanisation : 75,4 % (2010), croissance de la population : 0,8 % (1991–2000) et total d’ immeubles : 987 000 (2006-2007). Le même Census a aussi révélé la variété ethnique de cette région brésilienne : 1 986 619 métis (52,7 %), 1 499 253 blancs (39,8 %), 212 968 noirs (5,7 %) et 67 636 (1,8 %) personnes d’origine amérindienne et asiatique[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début du XVIe siècle, les Français connaissaient déjà la région et établirent de bonnes relations avec les indiens potiguaras. Ces corsaires avaient pour principal but l'exploitation du bois de pernambouc. Le Portugal établit sa souveraineté sur la région en établissant la capitainerie d'Itamaracá mais celle-ci sera abandonnée par son propriétaire. Ce n'est qu'en 1585 que João Tavares conclut une alliance avec les indigènes Tabajaras. Cette alliance permit la construction à l'embouchure du fleuve Paraíba, le fort São Felipe et la fondation de la colonie de Nossa Senhora das Neves, aujourd'hui João Pessoa, et conséquemment l'expulsion des français. La paix avec les indigènes fut rompue en 1599, après l'épidémie de variole qui décima la population autochtone.

Entre 1634 et 1654, la région fut occupée par les Hollandais jusqu'à leur expulsion par André Vidal de Negreiros. Dans les années suivantes, de nouveaux conflits avec les indiens provoquèrent des révoltes qui nécessitèrent une intervention de la métropole (le royaume du Portugal). En 1753, la région fut subordonnée à la capitainerie de Pernambouc, de laquelle elle se sépara de nouveau en 1799. Le Paraíba participa à la Révolution de 1817 ainsi qu'à la confédération de l'Équateur (1825).

La province est devenue État lors de la proclamation de la république, le 15 novembre 1889.

En 1930, João Pessoa, gouverneur de l'État, est nommé vice-président de la République au sein du gouvernement de Getúlio Vargas. Son assassinat la même année fut l'étincelle qui déclencha la révolution de 1930.

Gouverneurs[modifier | modifier le code]

Liste des gouverneurs successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1987 1990 Tarcísio Buriti PMDB  
1991 1994 Ronaldo Cunha Lima PSDB  
1994 1995 Cícero Lucena PSDB  
1995 1995 Antônio Mariz PMDB  
1995 2002 José Maranhão PMDB  
2002 2003 Roberto Paulino PMDB  
2003 2009 Cássio Cunha Lima PSDB  
2009 2010 José Maranhão PMDB  
2011 2014 Ricardo Coutinho PSB  

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie régionale du Paraíba est basée essentiellement sur l'agriculture (canne à sucre, ananas, manioc, maïs, haricot), l'élevage, l'industrie (alimentaire, la culture du coton, sucrière et spiritueuse), vit également de la pêche (langouste) et du tourisme.

Le transport maritime est essentiel pour l'économie locale. Les échanges s'effectuent principalement par le port de Cabedelo, dans la région métropolitaine de João Pessoa.

Les principaux centres économiques de l'État sont João Pessoa, Campina Grande, Patos, Sousa, Cajazeiras et Guarabira.

Microrégions[modifier | modifier le code]

La Paraíba est divisée en vingt-trois microrégions:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b IBGE Estados@ – Paraíba Consulté le 29 mars 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]