Banquise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Barrière de glace.
Carte des mouvements de la banquise entre mars et septembre dans l'océan Arctique dans les années 1980.
La vie est rare sur la banquise, mais plus développée sous l'eau. Au pied du mur de glace, de la banquise d'Explorer's Cove (New Harbor, détroit de McMurdo), coquillages, oursins et organismes marins occupent densément le fond

La banquise est la couche de glace qui se forme à la surface d'une étendue d'eau par solidification des premières couches d'eau, généralement la mer mais aussi les lacs et les rivières. Il ne faut pas confondre cette glace plus ou moins pérenne avec les calottes glaciaires et les inlandsis qui sont constitués quant à eux de glace continentale, c'est-à-dire de précipitations neigeuses accumulées et tassées.

La banquise pérenne d'une épaisseur de 3 à 4 mètres a plusieurs années car elle persiste après la fonte estivale.

En 1980, l'épaisseur moyenne de la banquise arctique varie de 1,89 à 2,62 m, en 2012 : 1 à 1,72 m[1]. Entre 1980 et 2012, l'épaisseur maximum est entre fin mars et mi mai et le minimum entre fin aout et mi novembre[1].

La banquise saisonnière (appelée aussi banquise annuelle ou hivernale) a moins d'un an. Elle se forme durant l'hiver polaire, lorsque la température de l'eau de mer descend en dessous de -1,8 °C[2]. Au cœur de l'hiver, l'épaisseur de glace peut atteindre 1,5 à 2 mètres, sans compter la neige qui s'y accumule.

La flottabilité de la banquise est due à la différence de densité entre la glace et celle de l'eau liquide (cette différence est d'environ 9 %) : la glace, moins dense, subit la poussée d'Archimède.

La connaissance de l'étendue de la banquise est essentielle à la navigation dans les eaux concernées.

Après l'été, la banquise augmente rapidement jusqu'à 9,5 millions de km2. Puis l'augmentation est moins rapide dès que la banquise touche les côtes du Canada et de la Russie.

Formation[modifier | modifier le code]

À la fin de l’été, le froid polaire s’installe, parfois brutalement (-40 °C) ; la surface de l’océan se refroidit mais en raison des mouvements de la mer (houle, vagues, etc.), la glace ne prend pas d'un seul coup.

Quand la température de l'eau atteint -1,86 °C[3], les premières paillettes de glace cristallisent.

C’est d’abord le frazil (ou frasil) qui se forme. Ces cristaux de glace qui se créent dans l’eau en modifient la viscosité. Les vents et les courants rassemblent le frazil en une couche d'aspect huileux et mat appelée la « mélasse » (ou « sorbet » au Canada[4]). Dans d'autres conditions, la juxtaposition de ces petits cristaux de glace forme une sorte de bouillie appelée « slush ».

Si la mer est calme, la mélasse s'épaissit en une croûte plus épaisse et souple : le « nilas »[4]), puis plus rigide : la banquise. Si la mer est agitée, le nilas s'agglomère en petites boules appelées « shuga »[4]. Ensuite, les petits cristaux vont s'agréger jusqu'à former des plaques arrondies de glace dont les bords peuvent se soulever sous l'action du vent ou des vagues : c'est la glace en crêpe (ou pancake ice). Celle-ci va se solidifier assez rapidement, mais tant qu'elle n'atteint que quelques centimètres d'épaisseur, elle reste fragile et les mouvements de l'eau peuvent la fissurer en plaques plus ou moins étendues, les « floes ».

Une fois la surface gelée, l’eau de mer se trouve isolée de l’air et le processus ralentit. La banquise s’épaissit alors lentement, par sa face inférieure par adjonction de frasil ou de fin cristaux filiformes de « glace colomnaire »[5], jusqu’à atteindre environ deux mètres. Au-delà d'une certaine épaisseur, la glace ne constitue plus qu'un seul bloc couvrant une vaste étendue : c'est la banquise proprement dite (banquise pérenne). L'eau de mer se dessale en gelant (« expulsion » du sel vers les eaux plus profondes).

L'eau de mer projetée par les vagues sur la banquise et qui gèle ensuite, ainsi que les précipitations neigeuses qui s'accumulent à sa surface durant l'hiver augmentent encore l'épaisseur de la banquise.

Les vents, les courants et les chocs avec les icebergs dérivants font bouger la banquise, la fracturent (phénomène mesurable par des hydrophones, géophones et sismomètres qui enregistrent des « tremblements de glace »), la compriment et créent des fissures, des canaux, des failles, des crêtes de compression, des chevauchements de plaques, etc.

Débâcle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Débâcle.

Lorsqu'elle redevient sujette aux mouvements de la mer, la banquise se fragmente, se brise, s’ouvre, se chevauche en grandes plaques puis en morceaux de plus en plus petits. La banquise ainsi morcelée reçoit le nom de pack. Ces plaques servent fréquemment aux mammifères marins comme les morses, les phoques ou les otaries pour se réchauffer et s'y reposer.

La partie restante persistera 2 à 4 ans voire plus et son épaisseur atteindra alors 4 à 5 mètres. Pendant ce temps, cette croûte de glace traversera l’océan Glacial, emportée par les courants : c’est la dérive arctique.

Thermodynamique et dynamique de la banquise[modifier | modifier le code]

Thermodynamique[modifier | modifier le code]

Banquise côtière, le long de la côte à gauche, versus banquise dérivante à droite

La banquise est une structure complexe, produit d'une multitude de phénomènes. La glace de première année atteint généralement 1,5 à 2 mètres à la fin d'une saison hivernale. La limite thermodynamique de la prise d'épaisseur est de l'ordre de 3,5 mètres[6]. Cela est dû à une non-linéarité des transferts thermodynamiques. Si elle est fine, elle n'isole que faiblement l'océan, qui perd alors facilement de la chaleur vers l'atmosphère. L'océan se refroidit rapidement, la banquise s’épaissit. Puisque la banquise s'épaissit, l'isolation de l'océan augmente, ce qui ralentit les pertes de chaleur. Il arrive un point d'équilibre où la banquise est suffisamment épaisse pour empêcher l'océan de se refroidir, ce qui bloque sa croissance[7].

Une autre non-linéarité est l’albédo de la banquise qui est en théorie d'environ de 0,7, alors que celui de l'océan de 0,15 environ, mais en réalité il n'y a pas un « albédo de banquise » ni un « albédo de l'océan », seulement un continuum d'albédos suivant les conditions. La banquise âgée, donc épaisse, aura un albédo plus élevée lors de la fonte ; alors que l'albédo de la glace de première année, mince, diminue très rapidement (aidé par la formation de mares de fonte)[8]. Pour montrer cette non-linéarité, le modèle de la banquise d'Eisenman, même si cela est une simplification, modélise ainsi l'albédo en tant qu'une tangente hyperbolique fonction de la hauteur, ce qui veut dire que l'albédo baisse rapidement à des valeurs comprise entre 0,4 et 0,6 lorsque l'épaisseur de la banquise est de moins de 1 mètre[7]. De manière pratique, cela implique que même une simple diminution de l'épaisseur de la banquise, et non sa perte totale, suffit à enclencher la rétroaction positive de l'albédo.

Dynamique[modifier | modifier le code]

La thermodynamique n'explique pas entièrement l'épaisseur de la banquise. Si la neige s'accumule à la surface, ou que la dérive de la banquise force la formation de crête de compression, l'épaisseur peut être bien supérieure. Le modèle le plus adapté à la rhéologie de la banquise est celui élasto-fragile[9],[10].

La banquise et les navires[modifier | modifier le code]

Tableau de C. D. Friedrich représentant un navire pris dans la banquise

Les navires pris dans la banquise qui se forme n'ont en général pas d'autre solution que de rester sur place et de préparer leur hivernage. Seul un navire conçu pour supporter la pression exercée par la glace sur ses flancs a de bonnes chances de résister. Un tel navire a une coque formant un angle très incliné avec l'eau : lorsque la pression augmente sur la coque, au lieu de tenter d'y résister, elle s'élève mécaniquement.

Certains navires sont spécialement conçus pour passer à travers une épaisseur de glace (inférieure généralement à 2 mètres), ce sont les brise-glace. Ils peuvent se frayer un chemin en brisant la glace sous leur masse ou leur simple poussée ; ils servent également à ouvrir la voie à d'autres navires.

Suivi et observation de la banquise[modifier | modifier le code]

Les mesures sont menées par satellites depuis 1979. Le NSIDC maintient ainsi une série homogène de données concernant la superficie de la banquise avec une résolution horizontale de 25 kilomètres. Ces données sont librement accessibles[11]. Avant cette date, le Canada établissait des relevés systématiques depuis 1971, et les USA, à travers le NIC, depuis 1972. Un effort de compilation de données issues des marines de différents pays a permis de reconstruire avec une bonne précision la superficie de banquise depuis 1953, et avec une précision moyenne depuis 1901[12].

Des modélisations sont également disponibles pour permettre d'interpoler et compléter les données disponibles. Ces modélisations permettent notamment de mesurer le volume de la banquise[13]. Ces données sont elles aussi librement accessibles[14].

Cartes d'analyse des glaces[modifier | modifier le code]

Exemple : Carte mise à disposition par le Service canadien des glaces
Symbole de l’œuf

Compte tenu des dangers pour la navigation que font courir les étendues de glaces, des systèmes de surveillance de l'état des glaces, de collecte des données et de restitution aux usagers ont été mis en place dans plusieurs régions du monde.

C'est notamment le cas en Arctique et dans la zone des Grands Lacs nord-américains. Ces informations sont mises à disposition sous forme de cartes.

Ces cartes sont vitales pour les capitaines de brise-glace, les transporteurs maritimes et les pêcheurs. Elles aident à trouver et à planifier le passage le plus facile dans les glaces ou même, dans la mesure du possible, à éviter ces dernières.

Les cartes quotidiennes d'analyse des glaces sont créées à l'aide d'un progiciel de génération de cartes géographiques et d'analyse d'images [15].

Ce système permet aux prévisionnistes de tracer des lignes et des traits, de placer des codes, des symboles et des flèches de dérive et d'indiquer la position des navires sur des cartes.

Il ne faut pas confondre les « cartes d'analyse des glaces » avec les « cartes d'analyse d'images », ces dernières étant élaborées au fur et à mesure que sont reçues les images d'une zone opérationnelle donnée, à partir d’images transmises depuis un navire, un aéronef ou un satellite (icebergs).

Fréquence : Les cartes d'analyse des glaces sont produites sur une base quotidienne pendant la saison des glaces.

Niveau de détail : L'autre différence notable se situe au chapitre du niveau de détail sur chacune des cartes, les cartes quotidiennes d'analyse des glaces étant d'apparence plus générale que les cartes d'analyse d'images.

Le code de l'œuf[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques de la glace sont codées et placées sur un symbole graphique ovoïde. En conséquence, cette méthode de codification a été dénommée le « code de l’œuf ».

L’œuf présente des valeurs numériques qui correspondent à 4 caractéristiques de la glace :

  1. La concentration totale (Ct) des glaces dans le secteur, indiquée en dixièmes, l'indice 9+ indiquant l'absence de zone d'eau libre de glace;
  2. Les concentrations partielles (exprimées en dixièmes) des différents types de glace classées selon l’épaisseur de la glace, de (Ca) la plus épaisse donc la plus ancienne, à (Cc) la moins épaisse donc la plus récente;
  3. Le stade de formation (S) des glaces, classé (Sa) à (Sc);
  4. La forme (F) des glaces qui représente la taille ou la principale dimension des morceaux de glace, indiquée par les indices (Fa) à (Fc).

NB : Les concentrations de glaces observées Ca, Cb, et Cc correspondent respectivement aux stades de formation Sa à Sc et aux formes Fa à Fc.

Des codes extérieurs à l’œuf (exemple So) peuvent apporter des précisions supplémentaires sur la configuration des glaces qui peut être très complexe.

Pour les caractéristiques S et F, l’œuf mentionne un code selon les tableaux ci-dessous.

Codes des stades de formation de la glace de mer (So, Sa, Sb, Sc)
Description Épaisseur Code S
Nouvelle glace < 10 cm 1
Glace grise 10 cm à 15 cm
Glace blanchâtre 15 cm à 30 cm 5
Glace de première année > 30 cm 6
Glace mince de première année 30 cm à 70 cm 7
Glace moyenne de première année 70 cm à 120 cm 1.
Glace épaisse de première année > 120 cm cm 4.
Vieille glace 7.
Glace de deuxième année 8.
Glace de plusieurs années 9.
Glace d'origine terrestre Symbole Iceberg
Brash -
Codes pour formes des glaces (Fa, Fb, Fc)
Description Dimension Code F
Petits glaçons, sarrasins < 2 m 1
Glaçons 2 m à 20 m 2
Petits floes 20 m à 100 m 3
Floes moyens 100 m à 500 m 4
Grands floes 500 m à 2 000 m 5
Floes immenses 2 km à 10 km 6
Floes géants > 10 km 7
Banquise côtière 8
Icebergs 9
Sans forme X

Paléoclimatologie[modifier | modifier le code]

Arctique[modifier | modifier le code]

L'océan Arctique a beaucoup évolué au cours du Cénozoïque[16]. Au début de l'Éocène, l'océan Arctique avait une température estivale moyenne de 24 °C environ, et la banquise n'était jamais présente. Les premiers indices laissant à penser la formation d'une banquise date d'il y a 46 ou 47 millions d'années, lors du refroidissement continu de l'Éocène faisant suite à la collision de la péninsule indienne avec le continent asiatique. La glace pérenne (fond pas l’été) est apparemment apparu il y a 13 millions d'années, vers la fin du Miocène. La banquise a atteint son maximum d'extension durant les 3 derniers millions d'années, particulièrement durant les périodes glaciaires. Durant ces périodes froides, la banquise aurait pu atteindre des épaisseurs de plusieurs centaines de mètres. Il est cependant évident que la banquise était grandement réduite au cours des périodes interglaciaires. Ainsi, durant l'Eémien, la banquise pérenne a pu disparaître totalement[17].

Au cours de l'Holocène, la banquise pérenne n'a sans doute jamais complètement disparu, même si elle était très fortement réduite en superficie il y a 6 000 à 8 000 ans[17]. Au maximum thermique de l'Holocène, le climat de l'Arctique était de quelques degrés plus chaud qu'au 20e siècle[18]. Des recherches supplémentaires ont de plus montré que le déclin de la banquise était sans précédent depuis au moins 1 500 ans[19]. L'étude ne remontant pas plus loin dans le passé, notons tout de même que la désintégration des plateformes glaciaires d'Ellesmere, vieilles de 4 500 ans est en cours[20].

Antarctique[modifier | modifier le code]

Au cours du Pliocène, la banquise antarctique était fortement réduite[21].

La banquise et le réchauffement climatique en Arctique[modifier | modifier le code]

Évolution actuelle et attendue[modifier | modifier le code]

Tous les modèles climatiques informatiques prédisent que le réchauffement climatique touchera plus fortement la région polaire arctique. Dans cette région, l’élévation de la température serait environ le double de l’augmentation moyenne à la surface de la planète. Cette évolution est confirmée sur le terrain par la NASA et du National Snow and Ice Data Center (NSIDC) qui révèle que l’étendue de la banquise du pôle Nord n’a jamais été aussi réduite depuis plus d’un siècle.

En septembre 2005, la superficie de la banquise arctique était de 25 % inférieure à celle qu’elle avait en moyenne dans les années 1980. En septembre 2006, l'extension de la banquise était proche du record de 2005, sans toutefois le battre. Le 18 septembre 2007, il n'y avait plus que 4,17 millions de kilomètres carrés de glace restant dans l'Arctique[22], ce qui bat le record de 2005 (5,32) de plus de 1 million de kilomètres carrés. En général, les satellites mesurent la superficie de la banquise là où de la glace en concentration de 15 % et plus est présente. Ces données sont prises régulièrement par la NSIDC et la UIUC. Par contre, il n'y avait que 2,92 millions de kilomètres carrés de banquise avec une concentration de glace de 95 % et plus, ce qui montre un affaiblissement de la glace pérenne. C'est de loin la plus petite superficie observée par les satellites. De 1979 (début des observations régulières par satellite) à 2011, la banquise a diminué de près de 30 % en été. Cette baisse a continué à s'accélérer. En 2012, le minimum au 16 septembre 2012 a atteint 3,41 millions de kilomètres carrés d'extension, soit 50 % de la normale[23](le maximum a été atteint le 20 mars 2012 avec 15,24)[24].

Quasi la fin de la débâcle 2007 et 2012.

Durant la période 1979 – 2000, la banquise avec au moins 15 % de glace, s’étendait sur 15,7 millions de kilomètres carrés en moyenne au maximum et 6,70 en moyenne au minimum le 13 septembre[24].

Au maximum de 2007, les satellites mesurèrent 14,7 millions de kilomètres carrés (-6 %) et le minimum le 18 septembre avec 4,17 (-38 %)[22]. La banquise à moins que 6,7 millions de kilomètres carrés entre le 29 juillet (2,0 millions de kilomètres carrés en dessous la moyenne 1979 - 2000) au 24 octobre 2007 (2,8 en dessous)[25].

Diminution du pourcentage de la vieille glace.

La moyenne entre 1979 à 2011 du volume de glace est de 28,7 milles km3 en avril (21,5 milles km3 en 2013[26]) et 12,3 milles km3 en septembre (3,4 milles km3 avec le minimum 3,263 milles km3 en 2012[27]). Tout ceci est confirmé par la perte accélérée de la banquise pluriannuelle. Celle-ci subit une perte bien plus rapide de superficie que la banquise saisonnière[28],[29],[30]. En conséquence, la banquise arctique est composée d'une plus grande part de banquise de première année[6],[31]. La banquise est alors plus fragile et résiste moins à une saison de fonte[28],[32]. Cela accentue également la rétroaction albédo[8]. De plus, la très grande fraction de puits de fond en 2007 et 2011 a amplifié le phénomène[33].

Ainsi, en 2012, les conditions atmosphériques n'ont pas été aussi favorables pour la fonte, et la banquise s'est malgré tout effondrée dû à sa très grande vulnérabilité. Cela illustre la boucle de rétroaction positive en cours, avec la perte de la glace pluriannuelle[23].

L’étendue de la fonte de la banquise est telle qu’un point de non-retour sera probablement atteint dans la décennie à venir (2010 - 2020). En effet, les eaux sombres non recouvertes de glace de l’océan Arctique absorbent bien davantage la lumière solaire que la très réfléchissante banquise qui joue le rôle de miroir (albédo). Ainsi, plus la banquise se réduit, plus l’océan Arctique se réchauffe rapidement, accélérant ainsi la fonte du reste de la banquise et ainsi de suite (rétroaction positive)[34],[35],[36]. De plus, une accélération des flux méridiens est attendue en réponse au changement climatique, ce qui contribue à l’amplification arctique[37],[38].

La disparition de la banquise en fin d'été est qualifiée de situation d’Arctique libre, l’océan étant libre de glace. La perte de la banquise en août et septembre est une conséquence attendue depuis longtemps du réchauffement climatique[39]. Le récent effondrement de la banquise estivale a conduit les scientifiques a s’intéresser aux causes exactes de cette évolution. Il ressort que le forçage anthropique est le facteur dominant, ce qui n’exclut pas que la variabilité naturelle ait pu aider à la marge, le tout étant fortement amplifié par les mécanismes de l’amplification arctique[40]. Une étude a ainsi démontré, dès la fin des années 1990, que l’évolution de la banquise n’avait aucune chance de n'être que d’origine naturelle[41]. Les experts considèrent cependant l'Arctique "libre" comme étant un état où il ne reste que moins d'un million de kilomètres carré d'extension de banquise, puisque physiquement un si faible reste ne fait plus de différence notable pour le système en entier[42][réf. souhaitée].

Chaque année la banquise a une surface inférieure à la moyenne 1979 - 2000.
Dérive et diminution des vieilles glaces entre la 41e semaine de 1981 à la 49e semaine 2010.
Variation saisonnière et diminution annuelle du volume de la banquise arctique estimés par un modèle numérique basé sur des mesures[43].

La quasi disparition de la banquise en fin d'été a été sous-estimée par tous les modèles du GIEC 2007 par rapport au pronostic 2008 et encore d'avantage au pronostic de la fin d'été 2012. En effet « selon certaines projections du SRES (GIEC 2007), les eaux de l’Arctique seraient pratiquement libres de glace à la fin de l’été d’ici la seconde moitié du XXIe siècle (2050). »[44].

Depuis 2012, il est admis que la banquise disparaîtra presque entièrement en fin d'été d’ici 2030 au plus tard, au sens de l’Arctique libre (il pourra toujours subsister un résiduel de glace au nord de l'île d'Ellesmere et Groenland). Une disparition de la banquise d'été avant 2020 semble même de plus en plus probable. Les estimations s’étalent ainsi de 2016 à 2030[45],[46],[47],[48],[49],[50]. La difficulté des modèles à suivre la tendance vient de plusieurs facteurs, dont deux se détachent en particulier. D’une part, une mauvaise rhéologie est utilisée, c’est-à-dire que la dynamique de la banquise est mal simulée. Le cadre classique de modélisation est une rhéologie visqueux-plastique qui n’est pas réaliste et devrait être abandonné au profit d'une rhéologie élasto-fragile. De même l'épaisseur de banquise n'est pas simulée correctement[9],[51],[10]. Cette mauvaise modélisation de la dynamique de la banquise a aussi pour conséquence une sous-estimation de l'export de la banquise[52]. D’autre part, les modèles simulent mal l’augmentation des flux de chaleurs océaniques ; ceci étant sans doute dû en partie à une mauvaise résolution spatiale[53]. Notamment pour le détroit de Béring, qui est très peu large et dont la représentation est alors malaisé[54]. Ainsi, les flux de chaleur océaniques sont mesurés avec une bonne précision depuis les années 1990, et les observations confirment une hausse rapide du transport[55]. Ainsi, en 2007, le flux de chaleur océanique transitant par le détroit de Béring a été le double de celui de 2001[56].

En fait, l’Arctique est possiblement entré dans une phase d’effondrement, que les experts nomment RILE pour Rapide Ice Loss Event, ou « événement de perte rapide de la glace » [57]. Un RILE implique ainsi une hausse du flux de chaleur océanique[57],une modification de la nébulosité[58]. Ces modifications sont consistantes avec les observations[58],[57].

Une fois la banquise estivale disparue, l’Arctique entre dans un état instable, où une bifurcation peut alors rapidement mener à la perte de la banquise hivernale[7]. Il est donc probable que la banquise hivernale disparaisse une fois que la perte de la banquise estivale devient suffisamment importante. Cette transition est une caractéristique robuste de l'Arctique qualitativement parlant. Cependant, il est difficile de l'évaluer qualitativement. La banquise arctique peut devenir instable dès le moment où la banquise disparait à la fin de l’été, ou devenir instable quand au moins 8 mois de l'année sont libres de glace[59]. Même si cette opinion peut sembler extrême, Ian Dunlop du club de Rome estime ainsi que la banquise aura disparu toute l’année d’ici 2030[60].

Cependant, les scientifiques considèrent que la banquise arctique, d’un certain point de vue, a déjà disparu. En effet, la perte de la banquise pluriannuelle est quasiment totale, or les propriétés de la banquise arctique sont essentiellement liées à cette glace. De même l'énergétique de l'Arctique approche celui d'un été libre de glace. Ainsi, la banquise n’est plus une barrière à la navigation, à la pêche. Et d’un point de vue physique, le système est entré dans un nouvel état climatique avec des conséquences majeures pour le reste de l'atmosphère de l'hémisphère nord[47],[48],[42].

La comparaison entre l'étendue moyenne, l’étendue minimum de 2005 et l'étendue minimum de 2007, montre que régulièrement est atteint un record de minimum de l'étendue de la banquise arctique.
Forte baisse de la superficie à partir de 1999.

L'évolution de la banquise n'est pas tout à fait uniforme dans l'espace, mais elle perd de la superficie de manière généralisée dans tous les bassins. Cependant ce n'est plus le cas dans le cycle saisonnier. La perte de banquise la plus drastique se retrouve en septembre, avec une tendance linéaire de -13 % par décennie en 2012, sachant que l'évolution n'a plus rien de linéaire, alors qu'elle est de -2,5 % par décennie en mai. Cette différence d'évolution est due en grande partie à des considérations géographiques. L'Arctique est en effet un océan entouré d'eau. La latitude du bord libre de banquise est ainsi un indicateur plus réaliste du recul de la banquise. L'augmentation de cette altitude (ie. le recul vers le nord de la banquise) est ainsi à peu près uniforme à travers le cycle saisonnier[61],[62]. Illustrons. À l'automne, quand la banquise atteint la côte russe et canadienne, elle ne peut plus s'étendre vers le sud, et l'extension augmente très faiblement dans les quelques mers périphériques ouvertes vers le sud (mer de Béring et baie de Baffin essentiellement). Cependant, en termes de latitude du bord libre de banquise, le recul reste la même.

Conséquence pour le permafrost[modifier | modifier le code]

Un risque supplémentaire d'accélération du processus de fonte est lié à la possible déstabilisation des gisements d'hydrates de méthane et du dégagement de CH4 imputable à la reprise de la fermentation bactérienne dans les toundras dont le pergélisol dégèle massivement depuis l'été 2005 [63]. De plus, un RILE est associé à une perte massive du permafrost[64].

Conséquences pour la circulation thermohaline[modifier | modifier le code]

L'évolution annuelle de la banquise a également un rôle important dans la circulation thermohaline : sa fonte entraîne une dilution du sel marin, rendant l'eau moins dense, ce qui diminue la plongée des eaux froides vers les fonds marins, avec pour conséquence climatique un ralentissement des courants du Gulf Stream et du Kuroshio voire une importante réorganisation des grands courants marins, et une diminution de la capture de dioxyde de carbone. Les modélisations convergent cependant à montrer que le risque d’un arrêt de la circulation thermohaline est quasiment nulle. Seul un ralentissement devrait ainsi se produire, de l’ordre de 25 % pour la branche Atlantique[65].

Conséquences pour les écosystèmes[modifier | modifier le code]

« Si nous n'agissons pas immédiatement l'Arctique va rapidement devenir méconnaissable », a affirmé Tonje Folkestad, spécialiste du changement climatique au WWF. « Les ours polaires feront partie de l'Histoire, et nos petits-enfants n'en entendront parler que dans les livres. »

Conséquences pour le Groenland[modifier | modifier le code]

Il fond plus vite. Le collapse de la banquise n'est pas la raison principale, mais l'abaissement de l'estimation de la valeur à laquelle la calotte se désintègre à 1,6 °C au lieu de 3 °C tel-que donne par le GIEC est révélateur. Ceci confirme que la calotte groenlandaise est proche d'une rétroaction positive menant à sa désintégration rapide[66], ce qui signifie une hausse du niveau de l'océan catastrophique pour nos sociétés[67].

Conséquences pour la circulation atmosphérique[modifier | modifier le code]

Les conséquences les plus sensibles sont sans doute celle ayant trait à la perturbation de la circulation atmosphérique. Sous l’effet du réchauffement plus important de l’Arctique, le gradient méridional de température s’affaiblit. Cette amplification arctique est du à la fois à la fonte de la banquise, et à la fonte de la neige au Printemps. Les perturbations de la circulation au printemps et en été sont ainsi plutôt liées à la perte précoce des neiges, alors que celles de l’automne et de l’hiver sont plutôt liées à la perte de la banquise[48]. Le courant-jet ralentit, car il est un résultat direct de ce gradient de température Nord-Sud. Les ondes de Rossby ralentissent alors avec, car elles circulent avec le courant-jet. De plus, le réchauffement différentiel des crêtes et des creux augmente leur amplitude, ce qui les ralentit encore plus. Ceci provoque des événements extrêmes plus récurrents aux latitudes moyennes[48],[68]. Entre autres exemple, l’Hiver 2009/2010 particulièrement froid, la canicule et sécheresse européenne de 2010, la canicule et sécheresse américaine de 2012. Les systèmes météorologiques tendent à se bloquer et à persister plus longtemps au-dessus d’une région. La conséquence n’est donc pas seulement un réchauffement uniforme. La réponse est complexe et non-linéaire, et peut entrainer à la fois plus de canicules et plus de vagues de froids, plus de sécheresses et plus d’inondations. Il n’y a cependant aucune proportion entre les événements froids, qui ne sont pas aussi froids que normalement attendus pour la situation synoptique[69] ; et les événements chauds qui prennent des proportions exceptionnelles. Pour donner une mesure de la magnitude des événements chauds qui ont pu être généré, ce sont des records de plein Été qui sont maintenant battu même au mois de décembre dans l'Arctique[70]. Ces événements extrêmes ont de plus un impact sur les sociétés humaines. Ainsi, l’amplification Arctique a été une cause des mauvaises récoltes en 2010, ce qui a favorisé le déclenchement du printemps arabe. De plus, la perte de la couverture neigeuse au printemps favorise les événements de blocages sur l’Amérique du Nord, ce qui en retour amplifie la perte de la banquise Arctique. Il émerge également de nouveaux schémas de circulation, avec l’affaiblissement du schéma de l’oscillation arctique et la formation d’un Dipôle Arctique. Les récentes études montrent que le schéma de circulation dominant jusqu'à présent, celui de l'oscillation arctique serait profondément affecté par le réchauffement[71],[72]. Ceci impact de plus les modèles, et réduit leurs utilités[73],[48]. Les scientifiques sont donc inquiets de l’impact potentiellement catastrophique pour notre civilisation de l’évolution climatique[74],[49]. De même, des inquiétudes se font jour quant à la possibilité qu’une partie de la communauté scientifique, face à la brutalité de l’évolution du climat, tente de s’intéresser plus aux modèles qu’aux données pour éviter de faire face à la réalité ; et que le GIEC ait de graves déficiences internes l’empêchant de communiquer correctement sur l’urgence de la situation[75],[76],[77],[78].

L’expédition Tara[modifier | modifier le code]

De retour de deux ans d'expédition à bord de la goélette Tara, les membres de l'expédition ont annoncé, fin octobre 2007, avoir constaté sur place plusieurs indices avérés des transformations en cours dans l'océan glacial Arctique[79] :

  • le recul de la banquise : plus d'un million de kilomètres carrés perdus entre septembre 2005 et septembre 2007. La lisière de la glace ayant entre-temps reculé de 400 km ;
  • une augmentation de la vitesse de la dérive transpolaire, allant du détroit de Béring au détroit de Fram, entre l'été 2006 et l'été 2007. Ce phénomène peut contribuer à l'accélération de diminution de la surface de la banquise ;
  • une disparition progressive des glaces pluriannuelles au profit des glaces de l'année ;
  • la présence accentuée de plaques de fonte à la surface de la banquise : elles couvrent désormais 50 % de sa surface en été ; ainsi qu'une augmentation de la pluviosité entre Groenland, Spitzberg et pôle nord géographique ;
  • début septembre 2008, les deux passages mythiques de l'Arctique, celui du Nord-Ouest et celui du Nord-Est, se sont ouverts. Cette année, la banquise a atteint sa deuxième plus faible extension, juste devant 2007, et loin de 2005.

Côté russe, seules les îles de la Terre du Nord restent prises par les glaces en 2007.

Conséquences sur le trafic maritime[modifier | modifier le code]

La fonte des glaces polaires pourrait modifier très profondément le trafic maritime entre l'Europe, l'Asie et l'Amérique du Nord, et revoir drastiquement à la hausse l'intérêt géostratégique du passage du Nord-Ouest et du passage du Nord-Est, dégagés de la banquise sur une période estivale de plus en plus longue. Les passages par les eaux du nord permettraient de servir d'alternatives privilégiées (le chemin étant éventuellement plus court) pour joindre l'Europe du Nord et le Japon, par exemple sans passer pas le canal de Suez (trajet le plus fréquent à l'heure actuelle), ou la Californie à l'océan Atlantique sans passer par le canal de Panama. Le contrôle des eaux par les deux pays souverains de la zone, à savoir la Russie et le Canada, est au cœur d'un débat animé par l'intérêt économique et stratégique majeur de ces voies d'eau.

En 2011, 34 navires ont transités par le Passage du Nord-Est pour transporter un total de 820 789 tonnes de marchandises. La navigation avait été possible jusqu’au 18 novembre, un record. En 2012, au 15 octobre, ce sont déjà 35 navires qui ont transités, pour transporter 1 022 577 tonnes[80]

Historique de la superficie de la banquise arctique[modifier | modifier le code]

Voici les minimums de superficie avec au moins 15 % de glace en millions de kilomètres carrés[24] :

  • 18 septembre 2007 —> 4,17
  • 20 septembre 2008 —> 4,59
  • 13 septembre 2009 —> 5,13
  • 21 septembre 2010 —> 4,63
  • 11 septembre 2011 —> 4,33
  • 16 septembre 2012 —> 3,41

La banquise et le réchauffement climatique en Antarctique[modifier | modifier le code]

Évolution actuelle et attendue[modifier | modifier le code]

Avec le réchauffement, la banquise Antarctique devrait aussi reculer, et c'est ce qui est observé sur le dernier siècle. La banquise enregistre une nette décroissance de sa superficie. Ainsi sa superficie hivernale moyenne est passé de 26 millions de kilomètres carré au début du XXe siècle, à environ 19 millions de kilomètres au début du XXIe siècle[81],[82]. Ceci est confirmé par différentes lignes d'évidence, qui montrent une tendance à la baisse marquée durant le XXe siècle, avec un possible palier net dans les années 1950[83],[84] qui pourrait ne pas être[85]. Cependant, depuis la fin des années 1970, la banquise antarctique est en légère croissance, mais celle-ci n'est pas uniforme à travers les différents bassins[86]. Notons cependant que la croissance de la banquise Antarctique n'a aucune commune mesure avec l'effondrement de la banquise Arctique. Au pôle Sud, la tendance linéaire est de 0,9 % par décennie environ et n'est pas uniforme[87]. Au pôle Nord, la tendance est de -2 à -3 % par décennie environ sur les mois du Printemps, et jusqu'à -13 % par décennie en septembre -mais la tendance n'est plus linéaire et la perte actuellement approche plutôt les 50 %- et touche tous les bassins.

En 2012, le maximum d'extension de la banquise australe a ainsi atteint un nouveau record, s'établissant à 19.44 millions de kilomètres carré[23].

Cette évolution est du d'une part au trou dans la couche d'ozone[86]. Cette perte d'ozone refroidit et donc renforce le vortex polaire par baisse de l'absorption des UVs. Le renforcement du vortex polaire se propage en troposphère et renforce la circulation circumpolaire (oscillation antarctique positive), ce qui explique également en partie l'évolution non uniforme de la banquise[86],[87]. De plus, la hausse des précipitations du au réchauffement se fait pour l'instant sous forme de neige, car l'Antarctique est plus froid et sa température reste donc en moyenne sous le point de congélation malgré le réchauffement. Cela favorise notamment la stratification de l'océan (les couches chaudes de l'océan sont isolées en profondeur), ce qui favorise l'extension de la banquise. De plus, la neige a un albédo élevé qui augmente les déperditions d'énergie[88]. Cette plus grande stratification est aussi du, et sans doute plus largement, à une baisse de la salinité de surface suite à une rétroaction avec la banquise[89].

De plus, la perte de la banquise Arctique est plus important pour le climat global pour des considérations radiatives. La hausse de la superficie de la banquise Antarctique permet de réfléchir une plus grande part d'énergie solaire, mais cela ne compense pas l’absorption supplémentaire du à l'effondrement de la banquise Arctique[90][réf. souhaitée].

Conséquences pour l'Antarctique[modifier | modifier le code]

La calotte glaciaire de l'Est Antarctique est stable et devrait être peu affectée par le réchauffement climatique. Cela n'est pas le cas pour la calotte glaciaire de l'Ouest antarctique qui peut présenter un comportement hautement non-linéaire avec une désintégration rapide de l'inlandsis.[réf. souhaitée]

Climat à moins de dix kilomètres de la banquise[modifier | modifier le code]

Localisation de la station météo en Alert. Extension de la banquise au 15 septembre 2008 (36 Mpx).

Alert a un climat polaire. Il peut neiger et geler toute l'année. Les précipitations y sont très faibles avec 153,8 mm (173,3 cm de neige) en moyenne au cours de la période 1971 - 2000[91]. Il y fait jour durant 6 mois d'affilée et la nuit y règne autant de temps. De 1961 à 1990, pour le mois le plus froid la température moyenne est de -33,6 °C et le mois le plus chaud la température moyenne est de 3,4 °C[92]. De 1971 à 2000, 8,5 jours en moyenne par an ont des températures maximales supérieures à 10 °C[91]. La température record la plus basse, -50 °C, a été enregistrée le 9 février 1979 et la plus chaude, +20 °C, le 8 juillet 1956[91].

La station d'Alert est à 30,5 m, latitude : 82°31'04N longitude : 62°16'50W[91].

Alert 1971 - 2000 sauf soleil 1961 - 1990[93]
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −35,9 −37 −36,1 −28,2 −14,9 −3,2 0,7 −1,8 −12,2 −22,8 −30 −33,7 −21,3
Température moyenne (°C) −32,4 −33,4 −32,4 −24,4 −11,8 −0,8 3,3 0,8 −9,2 −19,4 −26,4 −30,1 −18
Température maximale moyenne (°C) −28,8 −29,8 −28,7 −20,5 −8,7 1,6 5,9 3,3 −6 −15,8 −22,8 −26,4 −14,7
Record de froid (°C)
date du record
−48,9
1966
−50
1979
−49,4
1970
−45,6
1954
−29
1989
−13,9
1963
−6,3
1982
−15
1952
−28,2
1979
−39,4
1962
−43,5
1980
−46,1
1951
−50
1979
Record de chaleur (°C)
date du record
0
1958
1,1
1965
−2,2
1957
−0,2
1978
7,8
1951
18,2
2000
20
1956
19,5
1990
11,2
1989
4,4
1968
0,6
1963
3,2
1978
20
1956
Ensoleillement (h) 0 0 0 377 415,1 308,5 293,4 238 91,3 0 0 0 1 723
Précipitations (mm) 6,8 6,3 7 10,3 11 11,1 27,8 21,2 23,4 12,3 9,7 6,8 153,8
Source : « données climatiques », sur Environnement Canada (consulté en septembre 2012)


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Arctic Sea Ice Volume Anomaly, version 2 | La moyenne de l'épaisseur est calculé par le PIOMAS, rentre dans le calcul toute épaisseur supérieure à 0,15 m psc.apl.washington.edu consulté juin 2013
  2. « La modélisation de la banquise »,‎ 24 juillet 2009
  3. (en) « All about sea ice », sur National Snow and Ice Data Center (NSIDC)
  4. a, b et c « Stades de formation de la glace de mer », sur ec.gc.ca
  5. « La Glace », sur CNRS, Laboratoire de Glaciologie et de Géophysique de l'Environnement, université Joseph-Fourier, Grenoble
  6. a et b (en) R. Kwok et N. Untersteiner, « The thinning of Arctic sea ice », Physics Today, NASA, vol. 64, no 36,‎ 2011 (lire en ligne)
  7. a, b et c (en) I. Eisenman et J.S. Wettlaufer, « Nonlinear threshold behavior during the loss of Arctic sea ice », Proc. Natl. Acad. Sci. USA, NCBI, vol. 106, no 1,‎ 6 janvier 2009, p. 28–32 (DOI 10.1073/pnas.0806887106, lire en ligne)
  8. a et b (en) D. K. Perovich et C. Polashenski, « Albedo evolution of seasonal Arctic sea ice », Geophys. Res. Lett., Union américaine de géophysique, vol. L08501, no 39,‎ 20 avril 2012 (DOI 10.1029/2012GL051432, lire en ligne)
  9. a et b http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/56/18/93/PDF/2010-10-05_phd_lucas_printversion.pdf
  10. a et b (en) Pierre Rampal et Jêrome Wiess, « Scaling properties of sea ice deformation from buoy dispersion analysis », Geophys. Res. Lett., Union américaine de géophysique, vol. L08501, no 39,‎ 4 mars 2008 (DOI 10.1029/2007JC004143, lire en ligne)
  11. « FTP du NSIDC »,‎ 2012
  12. (en) J. E. Walsh et W. L. Chapman, « Twentieth-century sea ice variations from observational data », Ann. Glaciol., no 33,‎ 2001, p. 444–448 (lire en ligne [PDF])
  13. « Polar Science Center » Arctic Sea Ice Volume Anomaly, version 2 »,‎ 2012
  14. « Données du PIOMAS »,‎ 2012
  15. « Environnement Canada »
  16. Les récentes recherches, synthétisées par L. Polyak le montrent
  17. a et b (en) Leonid Polyak et al., « History of sea ice in the Arctic », Quaternary ScienceReviews, no 29,‎ 2010, p. 1757–1778 (lire en ligne [PDF])
  18. (en) D.S. Kaufman et al., « Recent Warming Reverses Long-Term Arctic Cooling », Science, Université du Colorado, vol. 325, no 1236,‎ 2009 (DOI 10.1226/science.1173983, lire en ligne [PDF])
  19. (en) Kinnard et al., « Reconstructed changes in Arctic sea ice over the past 1,450 years », Nature, Geotop, no 479,‎ 24 novembre 2011, p. 509-512 (DOI 10.1038/nature10581, lire en ligne [PDF])
  20. « Le vêlage du plateau de glace d'Ayles », sur Environnement Canada,‎ 30 juillet 2012
  21. Minimal Antarctic sea ice during the Pliocene
  22. a et b (en) « Arctic sea ice falls below 4 million square kilometers », sur NSIDC.org,‎ 5 septembre 2012
  23. a, b et c (en) « Press Release: Arctic sea ice shatters previous low records; Antarctic sea ice edges to record high », sur National Snow & Ice Data Center (NSIDC),‎ 2 octobre 2012
  24. a, b et c (en) « Arctic sea ice extent settles at record seasonal minimum », sur NSIDC.org,‎ septembre 2012
  25. Voir site NSIDC
  26. PIOMAS daily arctic ice volume
  27. J. Zhang, « Arctic Sea Ice Volume Anomaly, version 2 », sur PIOMAS,‎ 27 octobre 2012
  28. a et b (en) J. A. Maslanik, C. Fowler, J. Stroeve, S. Drobot, J. Zwally, D. Yi et W. Emery, « A younger, thinner Arctic ice cover: Increased potential for rapid, extensive sea-ice loss », Geophys. Res. Lett., Union américaine de géophysique, vol. L24501, no 34,‎ 22 décembre 2007 (DOI 10.1029/2007GL032043, lire en ligne)
  29. (en) S. V. Nghiem, I. G. Rigor, D. K. Perovich, P. Clemente-Colon, J. W. Weatherly et G. Neumann, « Rapid reduction of Arctic perennial sea ice », Geophys. Res. Lett., vol. L19504, no 34,‎ 4 octobre 2007 (DOI 10.1029/2007GL031138, lire en ligne [PDF])
  30. (en) Josefino C. Comiso, « Large Decadal Decline of the Arctic Multiyear Ice Cover », J. Climate, Société américaine de météorologie, no 25,‎ 26 juillet 2012, p. 1176–1193 (DOI 10.1175/JCLI-D-11-00113.1, lire en ligne [PDF])
  31. (en) « Oldest Arctic Sea Ice is Disappearing », sur NASA earth observatory,‎ 1er mars 2012
  32. (en) J. C. Stroeve, M. C. Serreze, M. M Holland, J. E. Kay, J. Malanik et A. P. Barrett, « The Arctic’s rapidly shrinking sea ice cover:a research synthesis », Climatic Change, ARCUS,‎ 22 avril 2011 (DOI 10.1007/s10584-011-0101-1, lire en ligne [PDF])
  33. (en) A. Rösel et L. Kaleschke, « Exceptional melt pond occurrence in the years 2007 and 2011 on the Arctic sea ice revealed from MODIS satellite data », J. Geophys. Res., Union américaine de géophysique, vol. C05018, no 117,‎ 12 mai 2012 (DOI 10.1029/2011JC007869, lire en ligne)
  34. (en) D. K. Perovich, J. A. Richter-Menge, K. F. Jones et B. Light, « Sunlight, water, and ice: Extreme Arctic sea ice melt during the summer of 2007 », Geophys. Res. Lett., Geophysical Research Letters, vol. L11501, no 35,‎ 3 juin 2008 (DOI 10.1029/2008GL034007, lire en ligne [PDF])
  35. (en) Grant Foster, dit Tamino, « Sea Ice Insolation », sur Blog de Tamino,‎ 2008
  36. (en) S. R. Hudson, « Estimating the global radiative impact of the sea ice–albedo feedback in the Arctic », J. Geophys. Res., Union américaine de géophysique, vol. D16102, no 116,‎ 16 août 2011 (DOI 10.1029/2011JD015804, lire en ligne)
  37. (en) M. Holland et C.M. Bitz, « Polar amplification of climate change in coupled models », Climate Dynamics, no 21,‎ 17 juin 2003, p. 221-232 (DOI 10.1007/s00382-003-0332-6, lire en ligne [PDF])
  38. (en) V. Alexeev, P. Langen et J. Bates, « Polar amplification of surface warming on an aquaplanet in “ghost forcing” experiments without sea ice feedbacks », Climate Dyn., SpringerLink, no 24,‎ 11 mai 2005, p. 655–666 (lire en ligne [PDF])
  39. « Arctic sea ice decay simulated for a CO2 induced temperature rise. », sur SpringerLink,‎ 1979DOI:10.1007/BF00133221
  40. (en) J.E. Overland, « The case for global warming in the Arctic », dans J.C.J. Nihoul et A.G. Kostianoy (éds.), Influence of Climate Change on the Changing Arctic and Sub-Arctic Conditions, Springer,‎ 2009, p. 13-23
  41. (en) K. Ya. Vinnikov, A. Robock, R. J. Stouffer, J. E. Walsh, C. L. Parkinson et al., « Global warming and Northern Hemisphere sea ice extent », Science, Université Rutgers du New jersey, no 286,‎ 20 octobre 1999 (lire en ligne [PDF])
  42. a et b « Arguing over when the Arctic will be sea ice free is missing the point », sur Blog CarbonBrief (consulté le 25 septembre 2012)
  43. Jinlun Zhang et D.A. Rothrock, « Modeling global sea ice with a thickness and enthalpy distribution model in generalized curvilinear coordinates », Mon. Wea. Rev., vol. 131, no 5,‎ mai 2003, p. 845–861 (DOI <0845:MGSIWA>2.0.CO;2 10.1175/1520-0493(2003)131<0845:MGSIWA>2.0.CO;2, Bibcode 2003MWRv..131..845Z, lire en ligne)
  44. Bilan GIEC 2007, des changements climatiques. Contribution des groupes de travail I, II et III au quatrième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, 46e / 103 pages Ipcc.ch publication du rapport en 2008
  45. (en) « Causes of changes in Arctic Sea Ice », sur Société américaine de météorologie,‎ 3 mai 2006
  46. A. Coustou, Terre, fin de partie?, éditions Eons, 2005
  47. a et b « Interview de David Barber », sur Reuters,‎ 29 octobre 2009
  48. a, b, c, d et e « Interview de Jennifer Francis », sur YouTube,‎ Septembre 2012
  49. a et b « Interview de Peter Wadhams », sur Guardian,‎ 17 septembre 2012
  50. « Interview de Julienne Stroeve », sur Guardian,‎ 14 septembre 2012
  51. (en) Ron Kwok et Deborah Sulsky, « Arctic Ocean sea ice thickness and kinematics: Satellite retrievals and modeling », Oceanography, vol. 23, no 4,‎ décembre 2010 (DOI 10.5670/oceanog.2010.11, lire en ligne)
  52. (en) Pierre Rampal, Jêrome Weiss, C. Dubois et J-M. Campin, « IPCC climate models do not capture Arctic sea ice drift acceleration: Consequences in terms of projected sea ice thinning and decline », Geophysical Reasearch Letters, Union américaine de géophysique, vol. 116, no 07,‎ décembre 2010 (DOI 10.1029/2011JC007110, lire en ligne)
  53. Mahlstein, I., and R. Knutti (2011), Ocean heat transport as a cause for model uncertainty in projected arctic warming, J. Clim., 24(5), 1451–1460. « Ocean heat transport as a cause for model uncertainty in projected arctic warming, » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 5 mars 2011, sur IAC DOI:10.1175/2010JCLI3713.1
  54. Clement Kinney., J., W.Maslowski, Y.Aksenov, B. de Cuebas, J. Jakacki, A.Nguyen, R.Osinski, M.Steele, R.A. Woodgate, J. Zhang, On the Flow Through Bering Straight: A Synthesis of Model Results and Observations, sub. 2010 to Springer Book focused on the Pacific Artcic.
  55. (en) Agnieszka Beszczynska-Möller, Rebecca A. Woodgate, Craig Lee, Humfrey Melling et Michael Karcher, « A Synthesis of Exchanges Through the Main Oceanic Gateways to the Arctic Ocean », Oceanography, vol. 24, no 3,‎ septembre 2011 (DOI 10.5670/oceanog.2011.59, lire en ligne)
  56. (en) Rebecca A. Woodgate, Tom Weingartner et Ron Lindsay, « The 2007 Bering Strait oceanic heat flux and anomalous Arctic sea-ice retreat », Geophysical Research Letters, Union américaine de géophysique, vol. 37,‎ 7 janvier 2010 (DOI 10.1029/2008GL034007, lire en ligne [PDF])
  57. a, b et c (en) Marika M. Holland, Cecilia M. Bitz et Bruno Tremblay, « Future abrupt reductions in the summer Arctic sea ice », Geophys. Res. Lett., Geophysical Research Letters, vol. 33,‎ 12 décembre 2006 (DOI 10.1029/2006GL028024, lire en ligne [PDF])
  58. a et b Vavrus, S., M.M. Holland, and D.A. Bailey. 2010. Changes in Arctic clouds during intervals of rapid sea ice loss. Climate Dynamics 36: 1475–1489. doi:10.1007/s00382-010-0816-0.« Changes in Arctic clouds during intervals of rapid sea ice loss », sur SpringerLink,‎ 22 avril 2010
  59. (en) Ian Eisenman, « Factors controlling the bifurcation structure of sea ice retreat », Journal of Geophysical Research, Union américaine de géophysique, vol. 117,‎ 14 janvier 2012 (DOI 10.1029/2011JD016164, lire en ligne [PDF])
  60. Ian Dunlop, « Climate Change – Emergency Leadership Needed Now », sur Club de Rome,‎ Septembre 2012
  61. [1]
  62. Ian Eisenman 2010, Geographic muting of changes in the Arctic sea ice cover, Geophys. Res. Lett., 37, L16501, doi:10.1029/2010GL043741
  63. « Blog Skeptical Science, qui liste à la fin les recherches ayant trait à ce sujet », sur Skeptical Science,‎ 15 janvier 2012
  64. Lawrence, D. M., A. G. Slater, R. A. Tomas, M. M. Holland, and C. Deser (2008), Accelerated Arctic land warming and permafrost degradation during rapid sea ice loss, Geophys. Res. Lett., 35, L11506, doi:10.1029/2008GL033985.« Accelerated Arctic land warming and permafrost degradation during rapid sea ice loss », sur Union américaine de géophysique,‎ 13 juin 2008
  65. Weaver, A. J., et al. (2012), Stability of the Atlantic meridional overturning circulation: A model intercomparison, Geophys. Res. Lett., 39, L20709, doi:10.1029/2012GL053763.« Stability of the Atlantic meridional overturning circulation: A model intercomparison », sur Union américaine de géophysique,‎ 24 octobre 2012
  66. [2]
  67. [3]
  68. Citation: Francis, J. A. et S. J. Vavrus (2012), Evidence linking Arctic amplification to extreme weather in mid-latitudes, Geophys. Res. Lett., 39, L06801, doi:10.1029/2012GL051000.« Evidence linking Arctic amplification to extreme weather in mid-latitudes », sur Institut flamand de la mer,‎ 17 mars 2012
  69. Cattiaux, J., R. Vautard, C. Cassou, P. Yiou, V. Masson-Delmotte, and F. Codron (2010), Winter 2010 in Europe: A cold extreme in a warming climate, Geophys. Res. Lett., 37, L20704, doi:10.1029/2010GL044613.« Winter 2010 in Europe: A cold extreme in a warming climate », sur Union américaine de géophysique,‎ 22 octobre 2010
  70. « Cold comfort: Canada's record-smashing mildness », sur UCAR,‎ 18 janvier 2011
  71. Implications of all season Arctic sea-ice anomalies on the stratosphere« Implications of all season Arctic sea-ice anomalies on the stratosphere », sur Atmospheric Chemistry and Physics,‎ 15 mai 2012
  72. Liu, J.A. Curry, H. Wang, M. Song, and R.M. Horton. 2012. Impact of declining Arctic sea ice on winter snowfall. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, http://dx.doi.org/10.1073/pnas.1114910109.[4]
  73. Greene, C.H., and B.C. Monger. 2012. An Arctic wild card in the weather. Oceanography 25(2):7–9, http://dx.doi.org/10.5670/oceanog.2012.58.« An Arctic wild card in the weather. », sur Oceanography Society,‎ Juin 2012
  74. Blog de Jeff Masters : « It is capable of becoming a raging fire that will burn down our house, crippling civilization, unless we take swift and urgent action to combat it. »« Earth’ attic is on fire », sur Wunderground,‎ 20 septembre 2012
  75. « Models are improving, but can they catch up? », sur Blog Neven,‎ 17 septembre 2012
  76. « Arctic code red: uncharted territory », sur Blog Hot Topic,‎ 16 septembre 2012
  77. « Arctic warning: As the system changes, we must adjust our science », sur Blog Climate Code Red,‎ 20 septembre 2012
  78. « Why bother trying to attribute extreme events? », sur Real Climate,‎ 20 septembre 2012
  79. Conférence de presse Tara Damocles du 30 octobre 2007
  80. Trude Pettersen, « Cargo record on Northern Sea Route », sur Barents Observer,‎ 15 octobre 2012
  81. « Cargo record on Northern Sea Route », sur Met Office Hadley Centre for Climate Prediction and Research for Climate Change,‎ 31 octobre 2012
  82. Grant Foster dit Tamino, « History of Arctic (and Antarctic) Sea Ice, Part 1 », sur Blog de Tamino,‎ 16 octobre 2010
  83. Curran, et. al., Ice Core Evidence for Antarctic Sea Ice Decline Since the 1950s, Science November, 2003
  84. de la Mare, W. K. Abrupt mid-twentieth-century decline in Antarctic sea-ice extent from whaling records. Nature 389, 57–59 (1997) « Abrupt mid-twentieth-century decline in Antarctic sea-ice extent from whaling records » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 1997, sur Australia Antarctic Division
  85. [5]
  86. a, b et c Turner, J., J. C. Comiso, G. J. Marshall, T. A. Lachlan‐Cope, T. Bracegirdle, T. Maksym, M. P. Meredith, Z. Wang, et A. Orr (2009), Non‐annular atmospheric circulation change induced by stratospheric ozone depletion and its role in the recent increase of Antarctic sea ice extent, Geophys. Res. Lett., 36, L08502, doi:10.1029/2009GL037524. [6]
  87. a et b Liu, J., J. A. Curry, et D. G. Martinson (2004), Interpretation of recent Antarctic sea ice variability, Geophys. Res. Lett., 31, L02205, doi:10.1029/2003GL018732. [7]
  88. Jiping Liu et Judith A. Curry. Accelerated warming of the Southern Ocean and its impacts on the hydrological cycle and sea ice. PNAS, 16 août 2010 DOI: 10.1073/pnas.1003336107 [8]
  89. [9]
  90. [10]
  91. a, b, c et d Canadian Climate Normals 1971-2000 Climate weather office.gc.ca consulté en septembre 2012
  92. Canadian Climate Normals 1961-1990 Climate weather office.gc.ca consulté en septembre 2012
  93. Soleil juillet : donné récupéré de Environnement Canada le 17 juin 2011 par Wikipédia anglais et le reste Environnement Canada consulté le 25 septembre 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]