Monte Pissis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pissis.
Monte Pissis
Le Monte Pissis vu depuis la Salina de la Laguna Verde au nord-est.
Le Monte Pissis vu depuis la Salina de la Laguna Verde au nord-est.
Géographie
Altitude 6 792 m[1]
Massif Sierra de la Punilla (Andes)
Coordonnées 27° 45′ 21″ S 68° 47′ 53″ O / -27.75588, -68.79801827° 45′ 21″ Sud 68° 47′ 53″ Ouest / -27.75588, -68.798018  [2]
Administration
Pays Drapeau de l’Argentine Argentine
Provinces La Rioja
Catamarca
Département
Département
Vinchina
Tinogasta
Ascension
Première 1937 par Stefan Osiecki et Jan Szczepanski
Voie la plus facile Face Nord
Géologie
Type Volcan gris
Activité Endormi
Dernière éruption Inconnue
Code Aucun
Observatoire Aucun

Géolocalisation sur la carte : Argentine

(Voir situation sur carte : Argentine)
Monte Pissis

Le Monte Pissis est une montagne d'Argentine, troisième plus haut sommet de la cordillère des Andes après l'Aconcagua et le Nevado Ojos del Salado avec 6 795 mètres d'altitude. Il s'agit d'un volcan endormi.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue du Monte Pissis.

Le Monte Pissis est situé dans le nord-ouest de l'Argentine, à cheval entre les départements de Vinchina et Tinogasta des provinces de La Rioja et Catamarca. Il se trouve dans le centre de la cordillère des Andes, dans le Puna de Atacama, au sud de l'Altiplano[2]. Il est entouré par le Cerro Bonete au sud, la frontière chilienne à l'ouest et la Salina de la Laguna Verde au nord-est.

La montagne culmine à 6 792 mètres d'altitude[1] ce qui en fait le troisième plus haut sommet de la cordillère des Andes après l'Aconcagua et le Nevado Ojos del Salado[3],[4],[1]. Jusqu'en 2007, différentes altitudes étaient rencontrées : 6 779[4], 6 793[2], 6 795[3] ou encore 6 882[5],[1]. Depuis, l'altitude du Monte Pissis a été recalculée à 6 792 mètres[1]. C'est un stratovolcan endormi[5] composé de six sommets dépassant les 6 000 mètres d'altitude[3] dont le Cumbre Upname avec 6 785 mètres d'altitude, le Cumbre Samoré, le Cumbre Gendarmería Nacional et l'Ejarg[1].

Il est couvert de glaciers à son sommet, notamment au nord-ouest et au sud-est[1], dont l'eau de fonte alimente au nord la cuvette endoréique[2] de la Salina de la Laguna Verde, à l'ouest le bassin du Río Jáchal, et au sud le bassin du Río Bermejo-Vinchina, ces deux cours d'eau faisant partie du vaste système du Río Desaguadero.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Monte Pissis est gravi pour la première fois en 1937 par Stefan Osiecki et Jan Szczepansk[5],[4]. Entre une vingtaine et une trentaine d'alpinistes les ont suivis depuis, notamment sur la face Nord, la voie la plus facile[3]. La meilleure période de l'année pour le gravir est l'hiver austral, entre les mois de mai et octobre, car le climat désertique de la région fait que la seule source d'eau potable sont les chutes de neige[4]. Son isolement, son altitude et ses conditions climatiques font que le Monte Pissis est difficilement accessible[4],[1].

Alors signalé à 6 882 mètres sur les cartes de l'institut géographique militaire argentin, l'altitude du Monte Pissis est recalculée en 2007 à la fois par des satellites et par une expédition chilienne pour être fixée à 6 792 mètres[1].

Le Monte Pissis tire son nom du géographe français Pierre Joseph Aimé Pissis, membre de l'Académie des sciences et topographe du Chili au milieu du XIXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i (es) « Volcán PISSIS », Viajeros (consulté le 13 mars 2011)
  2. a, b, c et d (en) « Monte Pissis, Argentina », Peakbagger (consulté le 13 mars 2011)
  3. a, b, c et d (en) « Pissis 6795m », Andes (consulté le 13 mars 2011)
  4. a, b, c, d et e (en) « Monte Pissis », Peakware (consulté le 13 mars 2011)
  5. a, b et c (en) « Monte Pissis », Skimountaineer (consulté le 13 mars 2011)