Amérindiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Amérindiens

Description de cette image, également commentée ci-après

Peinture de groupes ethniques en Amérique au début du XXe siècle

Populations significatives par région
Drapeau du Mexique Mexique 9 533 126[1]
Drapeau du Pérou Pérou 4 328 000-12 000 000[1]
Drapeau de la Bolivie Bolivie 4 133 130[1]
Drapeau du Guatemala Guatemala 5 130 000[1]
Équateur (pays) Équateur 3 450 000[1]
Drapeau des États-Unis États-Unis 3 000 000[2]
Drapeau de la Colombie Colombie 1 378 884[1]
Drapeau du Chili Chili 692 000[1]
Drapeau du Brésil Brésil 600 000[1]
Drapeau du Canada Canada 680 000[3]
Drapeau du Honduras Honduras 523 600[1]
Venezuela Venezuela 178 343[1]
Drapeau de l’Argentine Argentine 475 363-600 329[1]
Drapeau du Nicaragua Nicaragua 326 600[1]
Panama Panama 285 231[1]
Paraguay Paraguay 89 169[1]
Guyana Guyana 53 830[1]
Drapeau du Salvador Salvador 60 900[1]
Drapeau du Costa Rica Costa Rica 41 000[1]
Drapeau du Belize Belize 38 562[1]
Suriname Suriname 14 600[1]
Guyane Guyane 4 500-7 000[1]
Autres
Langues

Langues amérindiennes

Religions

Vénération traditionnelle
Christianisme

Les Amérindiens, ou Indiens d'Amérique (parfois Indiens tout court), sont les habitants du continent américain avant la colonisation européenne des Amériques et leurs descendants.

Terminologie[modifier | modifier le code]

L'ethnonyme Amérindien dérive d'Indien d'Amérique, et a été inventé à la suite de l'erreur de l’explorateur Christophe Colomb qui, en 1492, pensait avoir atteint le sous-continent indien lorsqu’il débarqua en Amérique. C'est dans ce contexte que les Européens ont nommé ce territoire les Indes occidentales, pour les différencier de celles dites orientales. À cause de cette confusion, on continue d’utiliser le mot « Indiens » pour parler des populations du Nouveau Monde. Avec les travaux du cartographe Martin Waldseemüller au début du XVIe siècle, on commence à parler de « continent américain », en mémoire du navigateur italien Amerigo Vespucci ; ses habitants sont alors désignés sous le nom d'« Indiens d’Amérique » pour les distinguer des populations de l’Inde sans modifier complètement l'usage de les désigner comme des Indiens.

En l’absence d’appellation qui fasse consensus, on utilise parfois les expressions de « peuples autochtones » ou « aborigènes », ou plus précisément, « Premières nations » ou « Premiers peuples » (traductions littérales de l'anglais). L'expression « Peaux Rouges » est ancienne et n'est plus beaucoup utilisée en Amérique. On parle aussi de « peuples précolombiens » pour les territoires américains de l'Empire colonial espagnol, qui incluent la Mésoamérique et la cordillère des Andes. En anglais, au Canada comme aux États-Unis, on utilise les expressions « Native Americans » (« Américains d'origine »), « American Indians », « Native peoples » (« peuples d'origine »), « First Nations », « First Peoples », « Aboriginal Peoples ». Toutefois, ces termes politiquement corrects sont souvent rejetés par les intéressés qui préfèrent être appelés en fonction des noms originels de leurs peuples.

Au Québec, le terme « autochtone » est de loin le plus courant, à côté de « Premiers peuples », et « Premières Nations »[4] quand cela concerne des revendications territoriales ou spécifiques. Dans le contexte québécois le terme englobe également les Inuits, qui ne sont pas des Amérindiens[5], et les Métis reconnus[6].

En Guyane, on parle d'« Amérindiens » répartis en huit ethnies.

Au Mexique, on préfère dire « indígena » (« indigène ») qu’« indio » (« indien »), qui prête à confusion avec les citoyens de l'Inde et qui est ressenti comme une insulte.

Répartition géographique des groupes ethniques[modifier | modifier le code]

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Carte des groupes ethniques majoritairement composés d'Amérindiens aux États-Unis.

La concurrence nationaliste entre les pays d'Amérique du Nord, et plus particulièrement entre le Mexique et les États-Unis, qui se sont disputé la suprématie sur le continent américain jusqu'à la guerre américano-mexicaine, ont suscité des traditions historiques différentes et une distinction devenue commune entre les groupes amérindiens établis en Mésoamérique (y compris parfois certains d'Oasisamérique et d'Aridoamérique) avec les groupes établis plus au nord. Les recherches archéologiques, historiques et anthropologiques ont pourtant établi qu'il existait des échanges culturels entre ces différentes aires culturelles qui, de ce fait, s'influençaient mutuellement et partageaient certains traits culturels.

Mésoamérique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mésoamérique.

Entre le sud de l'Amérique du Nord et le nord de l'Amérique centrale, les Mésoaméricains ont développé de véritables civilisations, tant dans la construction des villes que par l'écriture ou la connaissance astronomique. Parmi les principales ethnies, on peut citer en particulier les Olmèques, les Mayas, les Tarasques, les Mixtèques, les Zapotèques, les Huaxtèques, les Totonaques et les Nahuas (dont les Aztèques).

Grandes et petites Antilles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Amérindiens des Antilles.

Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Sud-Amérindiens et Peuple indigène du Brésil.

Les Chibchas (aux confins de l'Amérique centrale et du Sud), les nations Quechuas, la nation Aymara, les Mapuches, Peuples d'Amazonie, peuples Patagons. Les derniers Amérindiens contactés hors du bassin amazonien (en 2004 dans le Paraguay occidental) sont les Totobiegosodes (ou Ayoreo-Totobiegosode) dont le territoire forestier est illégalement et rapidement détruit par deux compagnies forestières brésiliennes (Yaguarete Porá SA et River Plate SA) au moins depuis mai 2008 selon Survival International qui a alerté l'opinion internationale sur ce fait en novembre 2008. Les Tobiegosodes avaient déjà perdu 6 000 hectares de leur forêt au profit des éleveurs de bétail en 2007[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2011). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Peuplement originel[modifier | modifier le code]

Théories anciennes[modifier | modifier le code]

Couple de Karajá (en) (Amazonie)

Les spécialistes ont dans un premier temps pensé[8] que l’arrivée des premiers hommes en Amérique remontait à 12 000 ans environ, mais des découvertes archéologiques récentes feraient remonter les premières migrations à plus de 40 000 ans. Venant de Sibérie, ils auraient traversé le détroit de Béring, alors au-dessus du ligne de rivage maritime en période glaciaire (voir Béringie). Après une période d'habitation en Béringie, et après la disparition des masses glaciaires d’Amérique du Nord, ils auraient pu continuer la colonisation du nouveau continent[9].

D’autres théories parlent de peuples océaniens ayant traversé l'océan Pacifique (théorie exprimée par Paul Rivet), ou encore de peuples européens (hypothèse de l'archéologue Dennis Stanford confirmée aujourd'hui par une analyse d'ADN[10]). On estime en effet qu'une peuplade serait venue d'Europe entre 12 000 et 36 000 ans ; elle correspondrait aujourd'hui à un groupe très restreint d'autochtones que sont les Ojibwés, les Nuu-Chah-Nulth, les Sioux, et les Yakamas.

Les Amérindiens, s'appuyant sur leur tradition orale, soutiennent que leurs ancêtres ont toujours habité là[11]. Quoi qu'il en soit, la diversité des milieux naturels du continent a engendré des cultures très différentes.

Découvertes et hypothèses plus récentes[modifier | modifier le code]

Diversité des peuples d'Amérique du Nord (illustration publiée en 1914).
Article détaillé : Paléoaméricains.

On notera cependant des découvertes qui remettent en cause le schéma général de la colonisation de l'Amérique par les Amérindiens. Certains spécialistes pensent que le peuplement du continent américain n'a pas une seule origine :

  • Un squelette entier de type europoïde, l'homme de Kennewick, datant de plus de 9 000 ans a été découvert dans l'État de Washington en juillet 1996, sur les bords de la Columbia[12].
  • Les ossements de la Femme de Peñon (environ 13 000 ans), découverts près de Mexico présentent aussi des caractéristiques europoïdes.
  • Des momies furent exhumées sous plusieurs mètres de dépôts de guano dans la caverne de Lovelock en 1911 par des exploitants-récolteurs. Elles étaient du type europoïde. Elles furent datées d'environ 5000 ans par l'analyse au radiocarbone 14. D'autres furent découvertes en 1931 de même type non loin de la caverne de Lovelock.
  • 75 crânes, dont le crâne de Luzia, ont été mis au jour au Brésil[13],[14] datés de près de 35 000 ans, soit plus que le site de Clovis, au Nouveau-Mexique, considéré jusqu'alors comme le plus ancien du continent ; ils sont d'aspect africain ou aborigène australien.
  • 250 crânes et squelettes du site de Cerca grande, sont âgés de 9 000 ans à 1 000 ans et sont également de type mélanésien et africain.

L'autre question problématique est celle de la date du peuplement. Là encore, le travail des archéologues semble repousser l'origine du peuplement à des époques plus anciennes qu'on ne l'a longtemps cru :

  • En 2005, dans une ancienne carrière située près du volcan Cerro Toluquilla (Puebla au Mexique), des traces humaines vieilles de 38 000 ans ont été découvertes par une équipe britannique sur une couche de cendres fossilisées.
  • Sur le territoire des États-Unis, l'homme de Folsom trouvé au Nouveau-Mexique aurait 20 000 ans. En 1997, l'analyse au carbone 14 de fossiles amérindiens trouvés en Virginie les fait remonter à 17 000 ans avant J.-C. Les Algonquins seraient apparus il y a 4 500 ans. Des traces de maisons en rondins iroquoises sont attestées pour le Xe siècle av. J.-C.

Préhistoire et histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Amérique précolombienne.
Pétroglyphes amérindiens, Nevada.
Objets de la vie quotidienne des Indiens du Sud-Est des États-Unis.

L'utilisation de l'écriture, par opposition à la tradition orale, est habituellement la ligne de démarcation entre l'histoire et la préhistoire[15] et les années 1500, époque des premiers contacts, représentent plutôt cette ligne séparatrice. Il faut donc adapter constamment le concept de « vérité historique », car les autochtones contemporains fondent une bonne partie de leurs revendications sur cette antériorité historique, sur la période que l'on qualifie habituellement de préhistorique.

L'histoire, chez les peuples indigènes des Amériques, se transmettait le plus souvent oralement, même si l'usage de supports mnémotechniques plus ou moins semblables à des systèmes d'écriture furent développés en Mésoamérique (codex) et dans les Andes (quipu). Légendes, contes, aventures de chasse et faits historiques ont voyagé à travers le temps et se sont transformés dans la bouche des conteurs. Contrairement aux historiens contemporains, les Inuits et les Amérindiens accordent à la valeur mythique et symbolique des événements, dans le cadre de leur conception cyclique du temps, une place plus importante que l'exactitude des lieux, des dates et des acteurs. Ces différences perceptuelles de l'histoire n'ont pas toujours facilité les relations passées et présentes entre les Amérindiens et les allochtones.

Époque moderne : la colonisation européenne[modifier | modifier le code]

L'arrivée des Européens au XVe siècle a bouleversé la vie des peuples d'Amérique. Parmi les centaines de nations qui peuplaient les deux continents, beaucoup ont totalement disparu : elles ont été décimées (voir l'article Histoire démographique des Amérindiens), déportées, acculturées et pour certaines, réduites en esclavage.

La population amérindienne sur l'ensemble du continent est passée, selon les estimations, de 10 à 100 millions d'habitants lors de la « découverte » de l'Amérique par Christophe Colomb à 4,5 millions un siècle et demi plus tard, pour remonter à 47 millions aujourd'hui[16].

Quelques historiens, comme Félix Reichlen ou Éric Joly, estiment de nos jours que certains appelle le génocide amérindien par les colons a entraîné la mort d'environ 43 millions de personnes[17].

La conquête espagnole[modifier | modifier le code]

Au Mexique, Hernán Cortés débarque à proximité de Veracruz en 1519 ; il est tout d'abord bien accueilli par Moctezuma, empereur aztèque. Les Espagnols entrent dans Tenochtitlan le . Mais le , ils sont chassés par une révolte de la population. Cortez, soutenu par les autres peuples amérindiens, remporte la bataille d'Otumba le et vient assiéger la capitale qui finit par tomber le . Le dernier empereur, Cuauhtémoc, fait prisonnier pour éviter une nouvelle révolte, est exécuté vers 1524-1526, tandis que Tenochtitlan est rasée pour laisser la place à Mexico.

Lorsque Pizarro arrive au Pérou en 1532, il est perçu comme un dieu. Il enlève l'empereur Atahualpa et encourage la révolte des peuples soumis aux Incas. L'empire se morcelle et l'empereur est finalement exécuté par les Espagnols en 1533. Les conquistadors contrôlent le territoire inca au milieu du XVIe siècle, même si des résistances ont encore lieu. La formation de l'Empire colonial espagnol s'accompagne de pillages, de maladies nouvelles qui font des ravages, de la famine, de l'asservissement des Amérindiens dans les encomiendas et de l'évangélisation de la population.

Le , Charles Quint ordonne d'interrompre les conquêtes du Nouveau Monde pour des raisons morales. Le débat qui s'ensuit, confié aux théologiens verra les fameuses joutes de Bartolomé de Las Casas et Sepulveda lors de la Controverse de Valladolid. À son issue, l'Église catholique romaine réaffirme l'opposition à l'esclavage des Indiens qu'elle avait déjà exprimée par les bulles Veritas ipsa () et Sublimis Deus (le 9 juin 1537) dans lesquelles Rome condamnant l'esclavage des Indiens avait affirmé leur droit, en tant qu'êtres humains, à la liberté et à la propriété mais l'Église ne condamna pas, dans le même temps, l’esclavage des Africains.

En 1556, la terminologie change, « Conquista » est officiellement remplacé par « descubrimiento » (« découverte »), et « conquistador » par « poblador » (« colon »).

Les Amérindiens étaient utilisés pour exploiter les ressources en Amérique du sud (sucre, rhum, café, etc.). Les Espagnols récoltaient ces ressources, qu'ils exportaient en Europe. Les Espagnols partaient d'Europe avec des marchandises (armes, tissus, métaux en lingots , etc.), qu'ils échangeaient en Afrique contre des esclaves qu'ils transportaient en Amérique de sud pour exploiter les ressources. Ce système se nomme le «commerce triangulaire »[18].

Le choc infectieux[modifier | modifier le code]

La démographie historique estime qu'une majorité d'Amérindiens sont morts à la suite des maladies infectieuses introduites par les Espagnols, contre lesquelles les Amérindiens n'étaient pas immunisés. Le processus a commencé dès les années 1500 et les épidémies de variole (1525, 1558, 1589), de typhus (1546), de grippe (1558), de diphtérie (1614), de rougeole (1618) ou encore de peste bubonique (1617-1619, en Nouvelle-Angleterre) ont décimé des millions d'indigènes.

Le bilan de ces épidémies est cependant difficile à donner avec exactitude. Les sources sont insuffisantes et les historiens ne sont pas d'accord sur les estimations. À la fin du XXe siècle, notamment à la suite de recherches publiées en 1966[19], les historiens ont favorisé les estimations hautes[20], qui calculent un taux de mortalité, selon les régions, compris entre 50% et plus de 95 % de la population amérindienne[21],[22].

Certains[Qui ?] avancent un bilan de 10 millions de victimes indigènes sur l'ensemble du continent américain ; d'autres[Qui ?] pensent plutôt à 90 millions, dont 10 pour l'Amérique du Nord. Si l'on prend les données d'Anne Garrait-Bourrier et Monique Venuat (voir la bibliographie), le continent américain entier (de l'Alaska au Cap Horn) abritait environ 50 millions d'habitants en 1492 ; pour comparaison, il y avait 20 millions de Français au XVIIe siècle. Pour le territoire des États-Unis d'aujourd'hui le recensement de 2005 donne une population d'amérindiens de 2 821 311 habitants répartis sur les 50 états, l'Arizona venant en tête avec 300 288 amérindiens. Environ 500 000 Amérindiens peuplaient la côte est de cet espace. Ils ne sont plus que 100 000 au début du XVIIIe siècle. Dans l'empire espagnol, la mortalité des Amérindiens provoquait de tels ravages qu'ils durent aller chercher des esclaves en Floride pour pallier le manque de main d'œuvre en Amérique du Sud.

Exemples parmi d'autres des ravages qu'ont causés ces pandémies :

Les Timicuas, en Floride, qui en 1650 étaient 13 000 répartis sur 40 villages, ne furent après une épidémie de petite vérole que 35 en 1728, regroupés dans un seul hameau.

Les Wampanoag qui occupaient le territoire de l'actuel Massachusetts furent emportés jusqu'au dernier en 1617, trois ans avant l'arrivée des premiers colons débarqués du Mayflower qui fonderont Plymouth.

Dans l'empire espagnol, les Amérindiens furent également victimes des meurtres massifs, des guerres et du travail forcé (mines d'argent, portage, etc.)[23]. Certains estiment, contrairement aux chiffres d'Anne Garrait-Bourrier et Monique Venuat, qu'avant l'arrivée des Européens, le Mexique central comptait 25 millions d'habitants. Il ne restait plus qu'un million d'indigènes vers 1650[23].

Époque coloniale[modifier | modifier le code]

Indépendantisme[modifier | modifier le code]

XXe siècle : le réveil identitaire[modifier | modifier le code]

Le Chef Raoni au milieu d'autres chefs indigènes.

Depuis 1968, on assiste au réveil politique et culturel des Amérindiens et des métis :

  • des manifestations d'Amérindiens ont lieu lors de la Thanksgiving, en souvenir des Amérindiens qui ont été progressivement oubliés dans cette fête d'action de grâce ;
  • reconnaissance par l'ONU ;
  • participation à de nombreux mouvements internationaux: ATTAC, ...
  • participation politique : en Bolivie, au Mexique, au Canada, au Venezuela[réf. nécessaire], en Équateur ;
  • au Mexique, des actions armées en 1994 ont également été menées au Chiapas par l'EZLN au nom de la lutte pro-indigène ou pour la reconnaissance des droits fondamentaux des cultures indigènes chiapanèques (qui représentent moins du 1 % de la population totale du pays) et qui pose problème car tous les Mexicains sont égaux devant la loi de par la Constitution mexicaine de 1917 issue de la Révolution. Tous les indigènes ne sympathisent pas et n'adhèrent pas avec ce mouvement resté très marginal et sans résultats significatifs jusqu'à maintenant ;
  • en 1990, une loi fédérale américaine, The Native American Graves Protection and Repatriation Act (NAGPRA), exige que les biens culturels amérindiens soient rendus aux peuples natifs quand ces biens ont été déterrés. Cette loi autorise néanmoins les équipes d'archéologues à analyser les découvertes mais dans un délai de temps très court. Par biens culturels, la loi désigne les restes humains, les objets funéraires et sacrés, et tout objet et artefact du patrimoine amérindien. Bien que cette loi fédérale fut rendue nécessaire pour mettre un terme aux pillages de sites historiques, les archéologues et chercheurs américains accusent cette loi de restreindre gravement la recherche archéologique sur les origines des premiers habitants des États-Unis. Le cas de l'homme de Kennewick est symptomatique, les tribus amérindiennes demandant le retour sur leurs terres respectives de ce squelette dont l'étude a révélé une origine caucasienne ou europoïde ;
  • le , les Indiens sioux rompent les traités signés avec les États-Unis, par la voix de leur dirigeant Russell Means qui accuse les États-Unis d'avoir « violé maintes fois (le traité) afin de voler notre culture, notre terre et nos coutumes ». Il poursuit ;« Nous ne sommes plus citoyens des États-Unis d'Amérique et tous ceux qui vivent dans les régions des cinq États que comprend notre territoire sont libres de nous rejoindre », lors d'une conférence de presse à Washington. Il a précisé que des passeports et des permis de conduire seraient délivrés à tous les habitants du territoire s'ils renonçaient à leur nationalité américaine.

Culture amérindienne[modifier | modifier le code]

Langues amérindiennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Langues amérindiennes.

Les langues amérindiennes sont les langues indigènes d'Amérique, parlées par les différents peuples amérindiens depuis l'Alaska et le Groenland jusqu'à la Terre de Feu. Les linguistes qui en sont spécialistes sont appelés américanistes.

Les langues amérindiennes ne forment pas une famille de langues unique, mais comprennent de nombreuses familles de tailles très variables, ainsi que des langues isolées. Diverses hypothèses rassemblant ces divers groupes en un plus petit nombre de superfamilles ont été formulées, avec un niveau d'acceptation très variable parmi les américanistes. Les Indiens des Plaines avaient développé une langue des signes auxiliaire pour communiquer par-delà la variété de leurs langues maternelles. Beaucoup de langues amérindiennes sont aujourd'hui menacées de disparition.

Techniques de communication[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tambour (communication).

Les Amérindiens utilisent des tambours, qui permettent de communiquer à distance à l'instar des appareils modernes. Ainsi, en frappant sur un tambour, un chaman peut échanger des informations avec un autre chaman ou localiser le gibier.

Musique amérindienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique amérindienne.

La musique amérindienne comprend la musique précolombienne, mais aussi celle que les Amérindiens ont continué de pratiquer après et malgré les premiers contacts, ou en marge de ceux-ci. Elle se caractérise par une grande variété d'aérophones, de membranophones et d'idiophones, et de lorophone avec de très rares cordophones. On ne connaît aucun traité ou système musical amérindien ; la musique est aussi variée que le nombre de peuples l'est et a justement une fonction sociale, identitaire voire culturelle essentielle. Elle est souvent associée à des interdits ou des tabous, étant réservée parfois aux hommes, aux célibataires, etc. Si elle est en général très simple et monophonique, il existe néanmoins des exemples de musique polyphonique ou orchestrale. L'instrumentarium est très riche du fait des variations linguistiques, culturelles et naturelles (grande variété de végétaux utilisés), mais les cordes sont très rares du fait de l'absence de métal.

Légendes notables : le médaillon et l'appareil photo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Légendes.
Collier Cheyenne.

Une ancienne légende amérinindienne apparue chez les Cheyennes à la fin du XIXe siècle raconte que l’appareil photo de l’homme blanc vole l’âme des indiens. Ces derniers ne pouvant vivre sans leur âme relié à la terre et ses éléments, sont condamnés à s’effacer et disparaître. Certains textes disent aussi que des tribus, dont les Cheyennes, avaient appris à se prémunir de cet « instrument du mal », ceci grâce à des pendentifs fabriqués par les chamans.

Sport[modifier | modifier le code]

Le softball, variante « allégée » du baseball est l'un des loisirs typiquement nord-américains pratiqué par les Amérindiens[24].

Iconographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t Courrier International, Hors-série Fiers d'être indiens, juin-juillet-août 2007, p. 19
  2. https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/us.html
  3. https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/ca.html
  4. Par exemple dans le nom de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador.
  5. Nations autochtones et tribus amérindiennes du Québec
  6. Appelés aussi en anglais « Métis », compte tenu de l'importance parmi eux des personnes d'origine française.
  7. Bulletin d'alerte de l'ONG Survival International
  8. Récit de la colonisation selon Sciences.ac.ca
  9. http://www.sfu.museum/journey/fr/05p_secondary/beringia.php
  10. (en) mtDNA haplogroup X: An ancient link between Europe/Western Asia and North America? M D Brown, S H Hosseini, A Torroni, H J Bandelt, J C Allen, T G Schurr, R Scozzari, F Cruciani, and D C Wallace. Center for Molecular Medicine, Emory University School of Medicine, Atlanta, GA, USA.
  11. Voir par exemple cette description des traditions orales chez les Saskatchewan
  12. (fr) Le défunt le plus controversé du monde - Agence Science-Presse
  13. (fr) 11 000 ans sur une carte - Agence Science-Presse
  14. (en) Who were the first Americans? - National Geographic
  15. Il est intéressant de savoir que 90 % des langues parlées sur cette terre sont ou étaient de culture orale et c'est le cas de la très grande majorité des langues autochtones des Amériques.
  16. 44 millions d'indiens en Amérique latine - Carte des peuples indigène d'Amérique latine, Courrier international [PDF]
  17. Voir par exemple Félix Reichlen, Les Amérindiens et leur extermination délibérée 1988, (Favre), Eric Joly, Custer, la vérité sur les guerres indiennes des grandes plaines d'Amérique du nord (France-Empire) ou, en anglais, Ralph K. Andrist The Long Death : The Last Days of the Plains Indians (Presse Universitaire d’Oklahoma) Peulple-bibliographie sur Gitpa.org
  18. Réalités, histoire et éducation de la citoyenneté, François Hudon et Michel Vervais, éditions du renouveau pédagogique Inc., 2006
  19. (en) Henry Dobins, « Estimating aboriginal populations: An appraisal of techniques with a new hemispheric estimate », Current Anthropology, 1966 (cf. Massimo Livi-Bacci, The Depopulation of Hispanic America after the Conquest, pages 204 et 231).
  20. Massimo Livi-Bacci, The Depopulation of Hispanic America after the Conquest, pages 204-205 et note 8 page 227.
  21. Pierre Vidal, Myrtille Tibayrenc, Jean-Paul Gonzalez, « Infectious Disease and Arts », in Encyclopedia of Infectious Diseases, John Wiley & Sons, 2007,p.722 : « The decimation of populations in a few decades, particularly in the Caribbean and Central America, was unprecedented, wiping out between 50% and 95% of the indigenous population, depending on the colonized regions ».
  22. Plus de 95%, même, sur l'île d'Hispaniola, selon Noble David Cook (cité par Andrew W. Artenstein dans Vaccines : a biography, Springer, 2010, p.4 :« smallpox epidemics ravaged the island of Hispaniola in the first quarter of the sixteenth century, reducing the population by more than 95% (Cook 1998) ».
  23. a et b Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, tome 3 : Le temps du monde, Paris, Armand Colin, LGF-Le Livre de poche (ISBN 2-2530-6457-2), 1993, p.489
  24. GEO N°404 d'octobre 2012 p.104

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Rivet, Les origines de l'homme américain, éd. Gallimard, NRF (1957) - Livre ancien
  • Gilles Havard et Mickaël Augeron, Un continent en partage. Cinq siècles de rencontres entre Amérindiens

et Français, Paris, Les Indes savantes, 2013.

  • Christophe Magny, La Voie de la nuit, cérémonies des Indiens Navajo, Alphée (2008).
  • David Cornut, Little Big Horn, autopsie d'une bataille légendaire, éd. Anovi (2006) (ISBN 2-9148-1810-6)
  • Theodora Kroeber (en), Ishi - Testament du dernier indien sauvage de l'Amérique du Nord, éd. Plon (1968) (ISBN 2-2661-2100-6)
  • Dee Brown, Enterre mon cœur à Wounded Knee, éd. 10/18 (1995)
  • Charles C. Mann, 1491. Nouvelles révélations sur les Amériques avant Christophe Colomb, Marina Boraso (trad.), éd. Albin Michel (2007) (ISBN 978-2-2261-7592-2)
  • Marine Degli et Marie Mauzé, Arts premiers, le temps de la reconnaissance, éd. Gallimard (2000) : décrit, entre autres, des arts primitifs amérindiens.
  • George Sand, Relation d'un voyage chez les sauvages de Paris, Éditions du Sonneur, 2010 (ISBN 978-2-9161-3627-1)
  • Julia M. Keleher, Elsie Ruth Chant, The Padre of Isleta, The Story of Father Anton Docher , Sunstone Press Publishing, 2009
    Vie d'un missionnaire français chez les indiens Tiwas du Nouveau-Mexique

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :