Tupac Yupanqui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yupanqui.
Tupac Yupanqui
Tupaq Inka Yupanki (dessin de Huaman Poma).
Tupaq Inka Yupanki (dessin de Huaman Poma).
Titre
2e Empereur inca
14711493
Prédécesseur Pachacutec
Successeur Huayna Capac
Biographie
Date de naissance Vers 1440
Lieu de naissance Cuzco
Date de décès Vers 1493
Lieu de décès Cuzco
Père Pachacutec

Tupac Yupanqui est un empereur Inca qui a régné entre 1471 et 1493.

Biographie[modifier | modifier le code]

Un général brillant[modifier | modifier le code]

Fils de Pachacutec, Tupac Yupanqui est nommé héritier du trône vers l'âge de 15 ans. Durant le règne de son père, c'est un grand général qui, par ses conquêtes, permet à l'empire inca d'atteindre son maximum d'extension. Au nord, il soumet les Cañares pour étendre sa domination sur la presque totalité de l'actuel Équateur ; le royaume des Chimus tombe entre ses mains et, avec lui, toute la côte jusqu'à Lima ; au sud, malgré la résistance des guerriers Araucans, Túpac Yupanqui repousse les frontières de l'Empire jusqu'au río Maule, au cœur de l'actuel territoire chilien.

Montée sur le trône[modifier | modifier le code]

Au départ c'est son frère ainé Amaru aussi appelé par certain « Yamque » qui est désigné « dauphin » de leur père Pachacutec. Amaru va d'ailleurs co-régner avec son père pendant une période de 5 à 6 ans, avec déjà droit de faire construire son palais « Hatun kancha ». Amaru est un fils obéissant, sérieux qui s'efforce de satisfaire son père en tout. Mais, cet essai se révèlera infructeux, il ne satisfait pas pleinement Pachacutec, d'autant que des échos de succès et de talents innés lui arrivent des campagnes et missions confiées à son second fils Tupac.

Tupac Yupanqui est alors rappelé vers Q'osqo (Cusco) la capitale, jaugé sur place il lui est proposé de devenir l'héritier et de co-régner en attendant avec Pachacutec. Ce qu'il accepte.

Son frère lui laisse la place. Toutefois, il semble que même s'il n'a pas atteint le niveau qu'attendait son père, il ne tombe pas en disgrâce. Il garde une position importante dans l'État aux côtés de son père et de son frère. Il peut garder son palais et la formation de grand lignage facultés attribuées généralement à l'Inca régnant. Il passe en quelque sorte du statut d'Inca-co régnant à celui de vice-Inca de son frère.

Tupac fait construire alors son propre palais le « Pucamarka » ou « palais pourpre », dans le Hanan Q'soqo (Haut Cusco) et choisit pour « coya », épouse, sa sœur Mama Occllo aussi appelée Tucta Cuca dont il a notamment un fils qui lui succèdera à son tour sous le nom de Wayna Capac ou Huayna Capac.

En 1471, Tupac Yupanqui revient à Cuzco et monte sur le trône que son père vieillissant lui lègue.

Tupac se lance dans de grande campagnes terrestres et même maritimes et donne au territoire inca et sa plus fulgurante et sa plus grande extension.

Selon l’historien péruvien Del Busto Duthurburu[1], qui a retracé un document rédigé par le conquistador Gamboa[2], l’Inca Tupac aurait effectivement réalisé une expédition d’envergure dans le Pacifique.

Selon Duthurburu, les deux îles abordées par Tupac seraient fort probablement les deux îles les plus proches du continent sud-américain, soit Mangareva, l’île principale de l’archipel des Gambier, et l’Île de Pâques.

D'après Jean Hervé Daude[3], les soldats de la garde d’élite de l’Inca suprême, surnommés « Orejones », par les Espagnols, c’est-à-dire « Longues oreilles », auraient été à l’origine du fameux peuple des « Longues oreilles » rapporté par la tradition orale pascuane.

Ennoblis par l’Inca suprême, ces Orejones avaient le grand privilège, tout comme lui, de porter des pendentifs qui permettaient de leur allonger les lobes d’oreilles.

Originaires des hauts plateaux andins, montagnards par excellence, les Orejones possédaient un torse très développé renfermant un puissant appareil respiratoire indispensable aux efforts physiques en altitude. Ils étaient donc d’apparence trapue.

L'étendue de l'empire, la géographie et la diversité des cultures rend fragile l'autorité de l'Inca. Des intrigues de cour pour le pouvoir, la course à la succession au sein de l'aristocratie Inca et de sa propre famille génère ainsi des complots contre l'empereur et Tupac Yupanqui meurt assassiné (probablement empoisonné) en 1493.

Pendant son règne, une prédiction, qui s'est étrangement réalisée, avait assuré que le XIIIe empereur des Incas serait le dernier. Le destin d'Atahualpa lui donna raison.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Tupac Yupanqui dote ses États d’une solide administration, d'un réseau routier très développé qui franchit des cols élevés, reliant les différentes provinces et permettant une rapide transmission des ordres du pouvoir central aux nombreux fonctionnaire locaux. Sous son règne, une élite est formée dans les écoles de la capitale pour gérer l’administration. Ces « oreillards », nommés ainsi en raison des lourds anneaux qu’ils portent aux oreilles, jouissent de biens personnels assez considérables.

Épouses et descendance[modifier | modifier le code]

Avec Mama Occlo Qoya[modifier | modifier le code]

Mama Occlo Qoya est sa sœur, qu'il épouse en 1459 ou 1460, et qui meurt en 1496. Il aura avec elle

  • Amaru Tupaq, (né en 1460); probablement père de
    • Mama Chimpu Runtu Qoya, qui épouse son oncle Wayna Qapaq Inca
  • Titu Cusi Wallpa (Huayna Capac)
  • Qewar Tupaq, mort en 1527
  • Wallpa Tupaq, père de
    • Chumbicama Palla
    • Cusi Wallpa, né en 1519; baptisé Francisco Tupaq Inca Yupanqui
    • Chimpu Occlo (1520†1571) baptisée Palla Isabel Yupanqui ; maîtresse de Garcia de la Vega (1506†1559) dont elle eut Garcilaso Inca (1539 + 1616) et Leonor ; oo Juan de Pedroche
  • Titu Rimachi
  • Mayta Yupanqui
  • Mama Cusirimay Qoya, mariée en 1493 à son frère Huayna Capac
  • Mama Kuka; supérieure des mamakunas ; †1527

Avec Chuki Occlo[modifier | modifier le code]

Chuki Occlo est une concubine, exécutée en 1493. Il aura avec elle Qapaq Huari, également exécuté en 1493.

Avec Curi Occlo[modifier | modifier le code]

Curi Occlo est une concubine, exécutée en 1493.

De mères inconnues[modifier | modifier le code]

  • Sinchi Roqa
  • Tomay
  • Atoq

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. José Antonio del Busto Duthurburu, Túpac Yupanqui. Descubridor de Oceanía, 2006.
  2. De Gamboa, Pedro Sarmiento, History of the Incas and The Execution of the Inca Tupac, 2007.
  3. Jean Hervé Daude (2010). Île de Pâques : L'empreinte des Incas, Canada., et Denise Wenger et Charles-Edouard Duflon (2011). L'île de Pâques est ailleurs, Ed. Frédéric Dawance, p. 24.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maria Rostworowski de Diez Canseco, Pachacutec
  • Jose del Busto Duthurburu, Tupac Yupanqui descubridor de Oceania
  • Guy Vanackeren, Le Pérou Empire du Soleil...et de la Lune
  • Jean Hervé Daude, Ile de Pâques L'empreinte des Incas
  • Les Chroniques de Juan de Betanzos « Suma Narracion de los Incas » Ediciones especiales unsaac - SIGLO XX
  • Miguel Cabello de Balboa Miscelanea Antartica - Una historia del Peru Antiguo de 1586 édité par Universidad Nacional de San Marcos, Facultad de Letras, Instituo de Enologia 1951
  • Martin de Murua Historia General del Peru
Précédé par Tupac Yupanqui Suivi par
Pachacuti Yupanqui
Empereur inca
1471-1493
Huayna Capac