Océan Arctique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arctique (homonymie).
Océan Arctique
Carte de l'océan Arctique.
Carte de l'océan Arctique.
Géographie physique
Type Océan
Coordonnées 90° N 0° E / 90, 090° Nord 0° Est / 90, 0  
Superficie 14 090 000 km2
Profondeur
· Moyenne 1 038 m
· Maximale env 4 000 m

Géolocalisation sur la carte : océan Arctique

(Voir situation sur carte : océan Arctique)
Océan Arctique

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Océan Arctique

L’océan Arctique, ou océan glacial Arctique, s'étend sur une surface environ 13 000 000 km², ce qui en fait le plus petit océan. Il recouvre l'ensemble des mers situées entre le pôle Nord et le nord de l'Europe, de l'Asie et de l'Amérique. Il communique avec le nord de l'océan Atlantique, recevant de grandes masses d'eau à travers la mer de Barents et le détroit de Fram. Il se trouve aussi en contact avec l'océan Pacifique à travers le détroit de Béring.

Il est en grande partie recouvert par la banquise, dont l'extension varie suivant les saisons. Dans sa partie centrale, la banquise peut faire jusqu'à 4 mètres d'épaisseur. Cette épaisseur est atteinte par le glissement de plaques de glace les unes sur les autres.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte bathymétrique et topographique de l'océan Arctique et des terres avoisinantes

D'une profondeur moyenne de 1 038 mètres[1], l'océan Arctique atteint une profondeur maximale d'environ 4 000 mètres.

Selon l'Organisation hydrographique internationale, l'océan Arctique est délimité de la façon suivante[2] :

Climat[modifier | modifier le code]

Climat actuel[modifier | modifier le code]

Le climat polaire est caractérisé par le froid persistant et de faibles variations annuelles de températures ; l'hiver est caractérisé par l'obscurité continue, les conditions froides et stables, et un ciel dégagé ; l'été est caractérisé par la lumière du jour continue, l'humidité importante, le temps brumeux et les cyclones faibles avec pluie ou neige.

Les températures hivernales sont proches de -50 °C du fait des forts vents provenant de Sibérie (Russie) ; tandis qu'en été elles peuvent dépasser 0 °C.

Histoire du climat[modifier | modifier le code]

Selon des études effectuées par des spécialistes de l'université d'Oxford (Grande-Bretagne) et du Royal Netherlands Institute for Sea Research (NIOZ), l'océan Arctique jouissait, il y a 70 millions d'années, de températures proches de 15 °C, semblables à celles de la mer Méditerranée ; et de températures de 20 °C, il y a 20 millions d'années.

Les chercheurs sont arrivés à cette conclusion après avoir étudié des matériaux organiques trouvés dans les boues d'îlots de glace de l'océan Arctique. Bien qu'on ne connaisse pas les raisons de telles températures, on présume qu'elles proviennent d'un effet de serre provoqué par la forte concentration du dioxyde de carbone dans l'atmosphère. Cette conclusion est confirmée par des scientifiques de l'université du Michigan (États-Unis), qui affirment que les taux de dioxyde de carbone, il y a quelques millions d'années, étaient de trois à six fois supérieurs à la teneur actuelle.

On sait que l'épaisseur de la couche de glace de l'océan Arctique a fortement diminué durant les cinquante dernières années. Pendant l’été 2012, la glace ne couvre que 3,4 millions de kilomètres carrés, soit le plus bas niveau jamais constaté. Cette superficie de glace est inférieure de 18 % au minimum enregistré en 2007 et 50 % inférieure à la moyenne des années 1980[3]. De plus, les résultats indiquent que cette évolution va se poursuivre, la fonte des glaces étant plus rapide que ce qu'avait prévu le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Alors que de nombreux scientifiques pensaient que la glace de l'Arctique disparaîtrait totalement à l'horizon 2100, les prévisions plus actuelles placent plutôt cet événement à 2035[3]. Les conséquences sont sérieuses sur l'équilibre écologique de la région et pour l'habitat de certaines espèces, comme l'ours polaire qui a besoin d'une banquise pour survivre et chasser ses proies.

Évolution future et réchauffement climatique[modifier | modifier le code]

En 2005 et 2007 ont été atteints les records de minimum de l'étendue de la banquise arctique.

Des chercheurs prédisent que dans moins de 50 ans, l'océan Arctique sera parfaitement navigable pendant l'été. En effet, la couche de glace qui recouvre cette masse océanique devient chaque année plus mince, du fait de la durée des fortes chaleurs de plus en plus longue. Un bouleversement des écosystèmes et le risque d'apparition de maladies émergentes[4] (dont parasitoses et zoonoses pouvant à la fois toucher les animaux et les hommes) sont attendus[5],[6]. Les chercheurs invitent les populations et décideurs à s'y préparer[7].

Réchauffement climatique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Réchauffement climatique.
Un ours polaire bondissant entre deux blocs de glace de la banquise fondante, sur l'île de Spitzberg, dans l'archipel norvégien de Svalbard.

Des observations par satellite montrent que ces banquises perdent de la superficie dans l'océan Arctique[8]. Par ailleurs, un amincissement de ces banquises, en particulier autour du pôle Nord, a été observé[9]. L'âge moyen des glaces, sur la période 1988-2005, est passé de plus de six ans à moins de trois ans[10]. La réduction de l'étendue moyenne de la banquise arctique depuis 1978 est de l'ordre de 2,7 % par décennie (plus ou moins 0,6 %), son étendue minimale en fin d'été diminuant de 7,4 % par décennie (plus ou moins 2,4 %)[11]. Le réchauffement dans cette région est de l'ordre de 2,5 °C[12] (au lieu de 0,7 °C en moyenne sur la planète), et l'épaisseur moyenne des glaces a perdu 40 % de sa valeur entre les périodes 1958-1976 et 1993-1997[13]. 2007 marque un minimum de la banquise en été[14]. Cette année-là, les observations satellitaires constatent une accélération de la fonte de la banquise arctique, avec une perte de 20 % de la surface de la banquise d'été en un an[15]. Les observations menées pendant l'expédition Tara, une initiative privée sous l'égide du programme européen Damoclès (Developping Arctic Modelling and Observing Capabillities for Long-term Environmental Studies)[16] de septembre 2006 à décembre 2007, indiquent que les modifications entamées dans l'océan Arctique sont profondes et irréversibles[17]. Par ailleurs, le Groenland a vu ses glaciers se réduire de 230 à 80 milliards de tonnes par an de 2003 à 2005, ce qui contribuerait à 10 % des 3 mm actuels d'élévation annuelle du niveau des mers[18].

La disparition de la banquise en été diminue l'albédo de l'Arctique, renforçant le réchauffement de l'océan Arctique pendant cette saison. Une partie de la chaleur accumulée est transmise à l'atmosphère pendant l'hiver, modifiant la circulation des vents polaires. Ces changements entraîneraient des incursions d'air arctique aux latitudes moyennes expliquant les épisodes hivernaux rudes ayant touché les États-Unis ou l'Europe pendant les hivers 2010 à 2012. Cependant, les statistiques sur ces phénomènes sont encore trop récentes pour tirer une conclusion définitive[19].

Dans le Guardian, du 17 septembre 2012, Peter Wadhams (en), directeur du département de physique de l'océan polaire à l'université de Cambridge, en Angleterre, affirme que la banquise arctique pourrait avoir totalement disparu en été d'ici 2016[20].

Fonte du pergélisol[modifier | modifier le code]

On observe un réchauffement et une fonte partielle du pergélisol arctique. Entre un tiers et la moitié du pergélisol de l'Alaska n'est plus qu'à un degré de la température de dégel. En Sibérie, des lacs issus de la fonte du pergélisol se forment, provoquant des dégagements importants de méthane. Le dégagement de méthane est de l'ordre de 14 à 35 millions de tonnes par an sur l'ensemble des lacs arctiques. L'analyse au carbone 14 de ce méthane prouve que celui-ci était gelé depuis des milliers d'années[21].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Ours blanc sur un banc de glace de Wager Bay (parc national d'Ukkusiksalik, Nunavut, Canada)

Il existe environ 400 espèces animales dans l'Arctique. Parmi les plus connues l'ours blanc ou polaire (qui donne d'ailleurs son nom au continent : arctos veut dire ours en Grec), le plus grand carnivore dans cette zone. Il peut avoir une masse de 800 kg. Bien qu'il se nourrisse de phoques et de poissons, il lui arrive en cas de mauvaise chasse de les remplacer par des mousses et des lichens.

Six espèces de phoque vivent dans cet océan, bien que leur nombre ait diminué depuis le XIXe siècle du fait de la chasse intensive à laquelle l'a soumis l'Homme, chasse qui a pour but de récupérer la peau et la graisse de l'animal. Un autre habitant typique de la zone est la baleine, également menacée et qui, actuellement, est protégée de la chasse.

On trouve aussi un habitant plus discret, le krill, qui joue un rôle important dans la chaîne alimentaire.

Les animaux et les végétaux de l'Arctique sont, par leur physique et leur comportement, adaptés aux conditions particulières des régions au nord du cercle Arctique (66° 32′ Nord). La courte saison de croissance est certainement le facteur le plus contraignant pour la faune et la flore arctiques, limitées par la température, la lumière et la calotte glaciaire. La productivité marine au pôle est plus ou moins importante selon les années, les saisons et la proximité au pôle[22], ainsi la croissance de la biomasse ne dépasse pas 100 mgC/m2/jour au centre du bassin polaire, elle est de deux à cinq fois moins importante que dans la zone ouverte de l'océan Arctique. La présence de la vie sous cette partie de la banquise n'est pas plus importante qu'en haute mer ; la production primaire mesurée en Méditerranée occidentale est équivalente, contrairement aux zones de très haute production comme les côtes froides du Pérou où la biomasse est cent fois plus productive[22].

Le copépode se nourrit du phytoplancton sous la calotte glaciaire[23].

Cette biomasse arctique est principalement constituée de zooplancton tel que les amphipodes benthiques se nourrissant du phytoplancton (dinoflagellés et diatomées) qui poussent dans les couches inférieures et sous la surface submergée de la glace flottante. Même durant l'hiver austral, certaines algues peuvent continuer leur processus de photosynthèse en profitant des très faibles lueurs de la nuit polaire. Cette production attire les poissons, les cétacés et les phoques durant l'été austral, parfois même à proximité du pôle[23]. Les récits témoignant d'une présence animale autour du pôle Nord demeurent tout de même anecdotiques, mais on observe une importante perturbation de la productivité causée par le réchauffement climatique[24]. En effet, on peut observer plus de 275 espèces de plantes et d'animaux se rapprochant du pôle durant l'été austral en raison du réchauffement[25].

La pêche halieutique autour de cette zone est favorisée tandis que la mégafaune est défavorisée. L'ours blanc se déplace rarement au-delà de 82° de latitude Nord, en raison de la rareté de la nourriture, bien que des traces soient parfois observées près du pôle Nord[26]. Une expédition en 2006 a signalé avoir observé un ours blanc à un peu plus d'un kilomètre du pôle[27]. Le phoque annelé a également été observé près du pôle, et un renard polaire a été vu à moins de 60 kilomètres, à 89° 40′ Nord[28].

Parmi les oiseaux observés près du pôle, plusieurs espèces ont été signalées : des bruants des neiges, des fulmars boréaux et des mouettes tridactyles, bien que certaines observations puissent être faussées par le fait que les oiseaux ont tendance à suivre les navires et les expéditions[26]. Des poissons ont été vus dans les eaux au pôle Nord, mais ils sont probablement peu nombreux[26]. Bien que certaines espèces puissent comporter un grand nombre d'individus, le froid polaire ralentit leur métabolisme et elles peuvent mettre jusqu'à deux ans en eau polaire avant d'atteindre leur maturité sexuelle[23].

La pollution des eaux arctiques a également un impact important sur la natalité via la chaîne alimentaire du cercle polaire. Certains métaux lourds tels que le zinc, le cadmium, le mercure et le sélénium sont concentrés dans l'océan Arctique par les courants marins provenant des océans Atlantique et Pacifique. Les polluants bioaccumulés dans le métabolisme d'un individu augmentent avec l'absorption des niveaux inférieurs du réseau alimentaire océanique[23]. Ainsi, des contaminants peuvent être présents en quantité infime dans le zooplancton, mais on observe des taux anormalement concentrés dans le métabolisme des espèces superprédatrices comme les oiseaux de mer, les phoques, les ours et même à l'extrémité de la chaîne, chez les humains. Des prélèvements de sang de cordon des nouveau-nés inuits révèlent un taux de polychlorobiphényles quatre fois plus grand et un taux de mercure quinze à vingt fois plus élevé que chez les bébés nés plus au sud. Ces polluants présents dans les métabolismes ont un impact sur le taux de natalité, et peuvent provoquer des déficits de neurotransmission et divers problèmes cognitifs[29].

Problèmes environnementaux[modifier | modifier le code]

L'écosystème de l'océan Arctique est un des plus vulnérables de la planète, de plus en plus fragilisé par la fonte des glaces qui entraîne une hausse des activités industrielles causant une forte pollution. L'océan Arctique est aussi un grand vivier de poissons pour les populations indigènes qui s'en nourrissent et dont la santé est au premier chef menacée par cette pollution. De plus, une forte contamination radioactive est enregistrée dans la région et constitue une des principales préoccupations pour l’environnement. Mais la radioactivité n'est pas que dans l'eau, elle est aussi incrustée dans les glaces, et la fonte de la banquise polaire ainsi que le dégel du pergélisol risquent de libérer ces substances radioactives dans les écosystèmes.

Nouvelles voies maritimes[modifier | modifier le code]

Trois brise-glaces, le Yamal russe à propulsion nucléaire en tête, suivi d'homologues canadiens et des États-Unis, se sont donné rendez-vous le 1er août 1994 pour tracer une route dans l'océan Arctique occidental.

La fonte des glaces a ouvert de nouvelles voies maritimes en Arctique. Ces nouvelles routes du Nord-Ouest et du Nord-Est entre le Japon, la Russie, l’Europe et l’Amérique du Nord représentent un risque pour cette région si le trafic devait se densifier.

Le trafic maritime dans l’océan Arctique est encore mineur et généralement limité au large de la Russie qui dispose de brise-glaces nucléaires pour en maintenir les routes. Ce trafic sert à transporter les produits miniers et relier les villes riveraines[30]. Mais la banquise étant fondue de plus en plus longtemps dans l’année, elle laisse une voie navigable ouverte. Certains pays envisagent de transformer cette voie en autoroute maritime d'importance mondiale avec un trafic 40 fois supérieur d'ici 2020[3], en découlant une augmentation de la pollution dans le secteur.

L'augmentation du trafic maritime dans l'océan Arctique engendre des risques de pollution. Il s’agit principalement de risques d’accidents et de catastrophes écologiques de grande ampleur. Le naufrage de l’Exxon Valdez témoigne plus que tout autre de la fragilité de l’écosystème arctique. En mars 1989, ce pétrolier américain s’échoue sur la côte de l’Alaska, provoquant une importante marée noire. L'échouement a endommagé 11 des 13 citernes du pétrolier et provoqué le déversement de 40 000 tonnes de pétrole brut. Plus de 7 000 km2 de nappes polluèrent 800 km de côtes (2 000 km avec tous les îlots et échancrures). Le coût de cette catastrophe pourrait dépasser les 3,5 milliards d’euros faisant de cette pollution pétrolière la plus chère de l’histoire jusqu’à la marée noire du golfe du Mexique de l’été 2010.

Pêche intensive[modifier | modifier le code]

La pêche hauturière est pratiquée par les pays européens dans les eaux arctiques. Ce sont 2,3 millions de tonnes de poissons qui sont pêchées chaque année par les pays européens, principalement l’Islande, la Norvège, le Danemark et la Russie[30]. Mais grâce à la fonte des glaces, la pêche est susceptible d’augmenter de façon considérable, car l’on constate actuellement un déplacement vers le nord d’espèces de poissons habituellement observées en Atlantique et Pacifique. Une étude prévoit une possible hausse de 30 à 70 % des captures de poissons dans les hautes latitudes, y compris l'Arctique, d'ici 2055[3]. Les espèces de poissons de l’Arctique seront donc inévitablement touchées par cette pêche.

Fréquentation touristique[modifier | modifier le code]

Visite touristique de l'océan Arctique sur un bateau groenlandais.

Le développement du tourisme devient une préoccupation majeure pour l’équilibre de cet environnement fragile. Depuis la fin de la guerre froide, le tourisme est en pleine croissance dans les régions arctiques. Avec la fonte des glaces, certaines zones deviennent encore plus accessibles. Des croisières sont organisées pour permettre aux touristes de découvrir le Grand Nord. Au Canada et en Alaska, le nombre de touristes a doublé durant les années 1990. En Islande, il a triplé entre 1970 et 1995, passant de 50 000 à 165 000. Au Spitsberg, il a augmenté de 12 % par an, pour atteindre aujourd’hui plus de 30 000 visiteurs. Enfin, l’Arctique sibérien s’ouvre progressivement aux touristes avec quelques voyages à bord de brise-glaces. En Arctique, le nombre de touristes est passé d’environ 1 million au début des années 1990 à plus de 1,5 million en 2007[31]. Il existe de réelles préoccupations en ce qui concerne les sols, la faune et la flore, l’eau et d’autres besoins élémentaires. Le piétinement de la végétation entraîne une érosion des sols et une dégradation du permafrost. Ainsi, au Spitsberg, le site de la baie de la Madeleine a été interdit d’accès (jusqu’à 20 000 touristes y étaient débarqués chaque année) car près d’un hectare de fragile toundra a été dégradé par le piétinement.

D’autres problèmes se font jour tels le problème de la gestion des déchets en l’absence de centre de recyclage ou l’émission de matières polluantes avec l’usage grandissant des motos-neige. Mais les inquiétudes concernent aussi les pollutions locales : le nombre de touristes ayant largement dépassé celui des populations hôtes, le maintien des pratiques culturelles locales est en danger ce qui pourrait porter préjudice à ces populations[31].

Il existe de réelles préoccupations quant à la dégradation environnementale en milieu polaire (surtout en Arctique) liée à l'industrie touristique en pleine expansion, particulièrement en ce qui concerne les terres, la faune et la flore, l'eau et d'autres besoins élémentaires[3].

Pollution industrielle[modifier | modifier le code]

Les perturbations liées à la pollution industrielle sont principalement dues à l’exploitation des ressources énergétiques, le transport maritime et la pêche intensive. En effet, la fonte des glaces laisse un accès plus facile aux ressources naturelles comme le gaz, les hydrocarbures et les minéraux, ce qui aggrave la disparition de la faune et la flore. L’océan Arctique devient un lieu d’exploitation prisé, puisque 30 % des ressources mondiales non découvertes se trouvent en Arctique[3].

On observe aussi une grave détérioration de l'état des eaux côtières. Chaque année environ 10 millions de mètres cubes d'eau non traitée sont déversés dans les eaux de l’océan Arctique. Ces eaux usées provenant d'entreprises industrielles contiennent des substances chimiques toxiques comme du pétrole, du phénol, des composés de métaux lourds, de l'azote et d'autres substances[32].

Pollution nucléaire[modifier | modifier le code]

Les sites d'essais nucléaires en Nouvelle-Zemble

Il y a plusieurs menaces de contamination radioactive dans l'océan Arctique. Le climat polaire qui sévit dans la région étant peu accueillant, il préserve le lieu des regards indiscrets. C'est pourquoi la Nouvelle-Zemble a été choisie par le gouvernement russe pour accueillir des essais nucléaires pendant la guerre froide, mais également pour y stocker des déchets radioactifs[33].

Causes militaires[modifier | modifier le code]

Entre 1954 et 1990, l'océan Arctique accueille aussi des sites de tests nucléaires. En 1955, la Nouvelle-Zemble a été vidée de sa population pour accueillir les expérimentations de l'URSS qui transforme ce lieu en polygone de tir lors de la Course aux armements nucléaires de la guerre froide. Pendant cette période, plus de 200 explosions nucléaires ont été réalisées, équivalent à 100 fois l'ensemble des explosifs utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale[33]. Lancé le 30 octobre 1961 au-dessus de l'archipel, le test le plus puissant effectué dans cette zone est celui de la Tsar Bomba, d’une puissance d’environ 57 mégatonnes. C'est la bombe la plus puissante ayant jamais explosé. Entre 1988 et 1989, à la suite du glasnost, les essais ont été révélés au monde. Déposé le 5 février 2001, un rapport commun de l'Assemblée nationale et du Sénat français atteste que les essais nucléaires atmosphériques de Nouvelle-Zemble se chiffrent au nombre de 91 et représentent une puissance totale de 239,6 mégatonnes, soit 97 % de la puissance des essais atmosphériques soviétiques et près de 55 % de la puissance dégagée par la totalité des essais atmosphériques mondiaux (440 Mt)[34]. Ces nombreuses activités militaires ont créé une importante pollution radioactive. On y trouve surtout de grandes quantités de Strontium 90 et de Césium 137, mesurés en Sibérie et en Carélie. Aujourd’hui encore, la dose de césium est dix fois plus élevée que la norme dans ces régions[35].

Le 21 janvier 1968, un accident aérien impliquant un bombardier B-52 de l'United States Air Force (USAF) se produit près de la base aérienne de Thulé sur le territoire danois du Groenland. L'appareil transporte quatre bombes à hydrogène et s'écrase sur la banquise dans la baie North Star au Groenland, ce qui déclenche la détonation des explosifs conventionnels à bord et la rupture et la dispersion des charges nucléaires, ce qui entraîne une contamination radioactive. La neige contaminée est envoyée aux États-Unis.

Stockage de déchets radioactifs[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960, au nord de la péninsule de Kola, l'Union soviétique avait installé trois piscines de stockage des combustibles usés provenant de sous-marins et de brise-glaces nucléaires. Des fuites se sont produites dans deux d'entre elles, provoquant une très forte contamination. Depuis, des entreposages à sec de 22 000 assemblages de combustibles ont été aménagés, mais dans des conditions très précaires[36].

Entrée en vigueur le 30 août 1975, la convention de Londres sur les déchets nucléaires interdit tout dépôt de déchets de ce type dans l’océan. Pourtant, en 1982, la Russie, signataire de cette convention, a immergé le sous-marin nucléaire K-27. Ce dernier gît par 33 mètres de fond au large de la Nouvelle-Zemble. S’ajoutent à cela entre 11 000 et 17 000 conteneurs de déchets radioactifs, 15 réacteurs qui appartenaient à des sous-marins nucléaires et au brise-glace Lénine, et 5 autres réacteurs officiellement immergés[36],[33]. De plus, plusieurs autres sous-marins nucléaires gisent dans la mer de Kara et la mer de Barents tels que le K-278 Komsomolets (1989), le K-141 Koursk (2000), et le K-159 (2003).

Selon les autorités russes, le niveau d’activité global des produits immergés dans la mer de Kara est de 2 à 3 milliards de gigabecquerels (soit environ 0,1 milliard de curies). En revanche, l’état exact de confinement et le type de contrôle effectué sont inconnus[33].

Au large de la péninsule de Kola ce sont 200 navires abandonnés et sabordés qui sont sources de pollution. Sur les rives de l'océan Arctique se trouvent environ 12 millions de barils, souvent remplis de carburant, d'huile et de matières premières chimiques[32].

Protection de l'environnement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Déclaration d'Ilulissat.
Carte des pays participants au Conseil de l'Arctique
  •      Membres permanents
  •      Observateurs

En 1991, les huit pays riverains de l'Arctique[37] se rencontrent pour signer la Stratégie de protection de l'environnement arctique (Arctic Environmental Protection Strategy, AEPS). Ceci est le premier pas vers la déclaration d'Ottawa, ratifiée en 1996, qui établit formellement le Conseil de l'Arctique, forum traitant notamment du développement durable et de la protection de l'environnement dans l'Arctique. Cette déclaration prévoit la participation des différentes communautés autochtones et des autres habitants de l'Arctique.

Depuis 1988, le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), soulignait les principaux problèmes environnementaux liés à l'évolution du climat[38]. Dans l'Arctique ces problèmes sont principalement : la fonte des glaces et le changement climatique de l'Arctique, la pollution de l'eau des déchets d'huile de mers du Nord et chimique, la réduction de la population des animaux de l'Arctique et les changements dans leur environnement.

Le 28 mai 2008, un sommet ministériel réunit à Ilulissat au Groenland cinq pays riverains de l’océan Arctique qui affirment leur volonté de dépasser leurs différends et de coopérer pour protéger l’environnement de cet océan. À l'issue de la réunion, les ministres et représentants du Canada, du Danemark, des États-Unis, de la Norvège et de la Russie se sont « engagés à prendre des mesures en conformité avec les lois internationales et nationales pour assurer la protection et la préservation du fragile environnement marin de l'océan Arctique ».

L'océan Arctique dans la mythologie des peuples eurasiatiques[modifier | modifier le code]

L'océan Arctique symbolise le monde des ténèbres et le royaume des morts dans les peintures mythologiques de certains peuples ouraliens et sibériens (Finno-ougriens, Samoyèdes...). Pour eux l'univers n'est pas vertical, comme dans la mythologie grecque, mais horizontal. Il s'organise autour d'une rivière mondiale : l'océan Arctique. Sa source est issue du monde de la lumière, d'où venaient le printemps et les oiseaux migrateurs apportant l'âme des nouveaux-nés dans le monde des humains. Les âmes des défunts partaient en bas de la rivière, dans le royaume des morts.

La mythologie indo-iranienne, et notamment celle du peuple aryen, a conservé quelques échos de contacts avec les civilisations voisines du nord. Certaines montagnes citées dans la mythologie aryenne sont à rapprocher des montagnes de l'Oural. Au pied de ces montagnes se trouvaient l'océan Mondial (probablement l'océan Arctique) et l'île des bienheureux. Dans le Mahâbhârata, il est noté que sur le versant nord du mont Meru se trouve la côte de l'Océan de lait[39]. Selon certains chercheurs, les éléments de cette mythologie ont été empruntés à la Grèce ancienne et transmis aux peuples indo-iraniens via les Scythes, et sont basés sur les mythes des monts Riphées et des Hyperboréens[40],[41].

Les évocations de l'océan Arctique en Europe de l'Ouest dans l'Antiquité et au Moyen Âge sont plus vagues et plus mythifiées. Ses côtes étaient considérées comme le bord d'un monde où habitaient différents monstres issus du chaos primitif. Ces légendes ont été évincées dans les traditions russes par des données objectives, la mise en valeur de la région et des contacts fréquents avec la population locale.

Des informations sont également conservées dans la tradition géographique arabe. Au milieu du XIIe siècle, l'explorateur arabe Abu Khamid Al-Garnati s'est rendu dans le Khanat bulgare de la Volga et rapporte avoir entendu parler d'un territoire situé près de « la mer des ténèbres », à savoir les rives de l'océan Arctique.

Statut légal de l'océan Arctique[modifier | modifier le code]

Carte topographique de l'Arctique

L'espace arctique n'est pas directement réglementé à l'échelle internationale. Il est fragmenté par différents accords juridiques internationaux, principalement concentrés sur des problématiques environnementales et les diverses législations nationales des pays de l'Arctique. L'océan Arctique est directement adjacent à 6 pays : le Danemark (Groenland), le Canada, la Norvège, la Russie, les États-Unis et l'Islande (qui ne revendique aucun droit de sol sur l'océan Arctique)[42].

Il y a deux différentes manières de distinguer les droits des États riverains de l’Arctique sur le territoire de l’océan Arctique[43] :

  • sectorielle : chaque État riverain de l'Arctique possède un secteur de l'océan Arctique lequel prend la forme d'un triangle dont les sommets sont définis en fonction du pôle Nord magnétique, et des frontières côtières Est et Ouest de l'État[44] ;
  • conventionnelle : chaque État voisin de l’Arctique doit se référer aux règles générales de répartition des droits sur les zones marines établies par la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM) du 10 décembre 1982[43].

Pour assurer le respect de la CNUDM, la Commission des limites du plateau continental (CLPC) des Nations unies est créée durant cette convention afin d’analyser l’évolution des plateaux du Danemark, de la Norvège et de la Russie[45]. En 2008, ces trois pays, ainsi que les États-Unis et le Canada signent la Déclaration d'Ilulissat dont l’un des principaux objectifs est le blocage de tout « nouveau régime juridique compréhensif international de gestion de l’océan Arctique »[46]. Les cinq signataires se mettent cependant d’accord pour procéder à une coopération à dessein environnemental dans l’Arctique. Ils décident de coordonner leurs efforts dans d’éventuelles futures opérations de sauvetage dans la région.

Danemark[modifier | modifier le code]

Carte du passage Kennedy et l'île contestée.

En 1993, le Danemark revendique un droit souverain sur le Groenland et les îles Féroé et les inclut dans son espace arctique[47]. Son territoire polaire représente alors 372 000 kilomètres carrés.

Le pays entre ensuite en conflit avec le Canada au sujet de l'île Hans, située au centre du passage Kennedy[48].

En 2002, le Danemark présente une demande à l'ONU, réclamant la propriété de 62 000 kilomètres carrés de plateau continental (comprenant le pôle Nord)[49].

Canada[modifier | modifier le code]

En 1880, la Grande-Bretagne remet officiellement au Canada ses possessions arctiques d'Amérique du Nord par décret confirmé dans l'Imperial Colonial Boundaries Act de 1885[50]. La plupart des îles de l'Arctique canadien sont cependant découvertes au fil des années par des chercheurs américains et norvégiens, une menace pour la souveraineté du Canada dans la région.

Désireux de légiférer rapidement, le Canada est finalement le premier à définir un statut juridique de l'Arctique en 1909[51]. Il s'octroie alors toutes les terres et les îles situées à l'ouest du Groenland, entre le Canada et le pôle Nord[51].

En 1926, ces droits sont légalement fixés par décret royal et interdisent aux pays étrangers de se livrer à toute activité dans les terres et les îles de l’Arctique canadien sans une autorisation spéciale du gouvernement canadien[44]. En 1922, le pays annonce sa souveraineté sur l’île Wrangel. L’URSS s’oppose à cette déclaration et appose le drapeau soviétique sur l’île en 1924[46].

Aujourd’hui, le Canada déclare posséder : le bassin de drainage de la rivière Yukon, toutes les terres au nord de 60° N, y compris l’archipel arctique canadien, ses détroits et ses baies, et les régions côtières de la baie d’Hudson et de la baie James. La superficie des propriétés polaires du Canada s’élève ainsi à 1,43 million de kilomètres carrés.

En 2007, le Premier ministre canadien, Stephen Harper, décide de renforcer la souveraineté canadienne dans l’océan Arctique. Deux ans plus tard, le Parlement national adopte la « Stratégie pour le Nord du Canada », qui en plus d’une composante politique importante, se concentre sur le développement économique de la région Arctique, avec un accent particulier mis sur la recherche scientifique[52].

En décembre 2013, le Canada dépose une demande à l’ONU afin d’établir son droit de propriété sur 1,2 million de kilomètres carrés de plateau continental (comprenant le pôle Nord)[53].

Norvège[modifier | modifier le code]

En 1922, 42 pays signent à Paris un traité établissant la souveraineté norvégienne sur l’archipel de Svalbard. Trois ans plus tard, la Norvège annonce officiellement l’ajout de Spitzberg sur son territoire[42] et établit une zone économique de 200 miles autour de l’archipel, que l’Union soviétique, et plus tard la Russie, ne reconnaît pas. Le 15 février 1957, l’Union soviétique et la Norvège signent un accord concernant la frontière maritime entre les deux pays dans la mer de Barents[54].

En 1997, les ministres de l’Environnement des États riverains à l’Arctique déterminent ensemble que les propriétés arctiques de la Norvège englobent les zones de la mer de Norvège au nord de 65°N, pour une superficie de 746 000 kilomètres carrés.

En septembre 2010, la Norvège et la Fédération de Russie signent le « traité de délimitation maritime et de coopération en mer de Barents et dans l’océan Arctique », qui aboutit à l’affiliation entre les deux pays d’espaces maritimes d’une superficie totale d’environ 175 000 kilomètres carrés[55].

Russie[modifier | modifier le code]

Le statut légal de la zone Arctique russe est d’abord défini dans une note du ministère des Affaires étrangères de l’Empire russe, le 20 septembre 1916. Elle déclare la propriété russe de toutes les terres situées sur le prolongement nord du plateau continental sibérien. Un mémorandum est publié le 4 novembre 1924 par le Commissariat du peuple aux Affaires étrangères de l’URSS qui confirme la position de la note de 1916[56].

Le 15 avril 1926, un décret du Præsidium du Soviet suprême de l’URSS définit le statut juridique des terres arctiques de l’Union soviétique ainsi :

« Sont déclarés territoires de l’Union des Républiques socialistes et soviétiques toutes les terres et toutes les îles, actuellement découvertes ou qui pourront l’être ultérieurement, qui sont situées dans l’océan glacial Arctique au nord du littoral de l’URSS et jusqu’au pôle Nord, dans une zone comprise entre le méridien 32° 4’ 35’’ Est de Greenwich, lequel passe le long de la partie orientale de la baie de Vaïda, par le point de repère géodésique du cap Kekourek, et le méridien 168° 49’ 30’’ Ouest de Greenwich, lequel passe par le milieu du détroit séparant l’île Ratmanov de l’île Krusenstern (archipel des îles Diomède), dans le détroit de Béring, et qui, à la date de la publication du présent décret, ne sont pas reconnues par le gouvernement de l’URSS comme étant territoire d’un État étranger »[57].

La superficie totale des territoires polaires appartenant à l’URSS s’élève ainsi à 5 842 millions de kilomètres carrés.

En 2001, la Russie est le premier pays à soumettre à la Commission des Nations Unies une demande afin d’étendre les frontières du plateau continental Arctique de 1,2 million de kilomètres carrés. Elle réclame les dorsales du Lomonossov et de Mendeleïev. Sa demande est rejetée, car manquant d'informations[53].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Territoire contesté dans la mer de Beaufort

En 1924, les États-Unis souhaitent ajouter le pôle Nord à leur zone de contrôle dans la région, se référant au fait que le pôle Nord est une extension de l’Alaska. Aujourd’hui, les États-Unis revendiquent le contrôle de la zone située au nord du cercle polaire arctique et au nord et à l’ouest de la frontière formée par la Porcupine, le Yukon et les rivières Kuskokwim, ainsi que toutes les mers adjacentes, y compris l’océan Arctique, la mer de Beaufort et la mer des Tchouktches[58].

La superficie des propriétés arctique des États-Unis s’élève à 126 000 kilomètres carrés.

Les États-Unis et le Canada se disputent les frontières des pays de la mer de Beaufort. Les États-Unis insistent sur le fait que, selon la loi, le passage du Nord-Ouest fait partie des eaux internationales, contrairement à l’affirmation du Canada selon laquelle il appartient à ses eaux territoriales[43].

Établie par l’accord de 1990, la frontière maritime entre les États-Unis et la Russie s’étend à travers la mer des Tchouktches et continue vers le sud par la mer de Béring. Cet accord doit encore être ratifié par la Russie, mais il est respecté par les deux parties depuis sa signature[59].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Mariana Trench - Oceanography.
  2. (en) « Limits of Oceans and Seas », Organisation hydrographique internationale, publication spéciale n° 23, 3e édition,‎ 1953 (consulté le 16 février 2009) [PDF]
  3. a, b, c, d, e et f « Etude de l’UNEP, février 2013 », GIEC,‎ 16 février 2013 (consulté le 20 septembre 2014) [PDF]
  4. Kutz SJ, Hoberg EP, Nagy J, Polley L, Elkin B (2004), ‘Emerging’ parasitic infections in arctic ungulates. Integrative and Comparative Biology ; 44(2):109–118.
  5. Epstein PR (2002), Climate change and infectious disease: stormy weather ahead ? Epidemiology ; 13: 373- 375. 3.
  6. Harvell CD, Mitchell CE, Ward JR. et al (2002), Climate warming and disease risks or terrestrial and marine biota. Science ; 296: 2158-2162
  7. Weller G, Anderson P, Bronwen W. Eds. (1999.) Preparing for a Changing Climate. Center for Global Change and Arctic System Research. Fairbanks Alaska: University of Alaska
  8. (en) Goddard Space Flight Center, « Arctic Sea Ice Continues to Decline, Arctic Temperatures Continue to Rise In 2005 », NASA,‎ septembre 2005 (consulté en 2008-0730)
  9. (en) D.A. Rothrock, Y. Yu et G.A. Maykut, « Thinning of the Arctic Sea-Ice Cover », Geophysical Research Letters, vol. 26, no 23,‎ 1er décembre 1999.
  10. (en) GRID-Arendal, « Change in the age of ice on the Arctic Ocean, comparing September ice ages in 1988, 1990, 2001 and 2005 (évolution de l'âge moyen des glaces polaires) », Maps and Graphics library, Programme des Nations unies pour l'environnement,‎ 2008 (consulté le 30 juillet 2008)
  11. W. Collins, R. Colman, J. Haywood, M. Manning et Ph. Mote, « Réchauffement climatique, le temps des certitudes », Pour la Science, no 360,‎ octobre 2007, p. 68-75 (lire en ligne).
  12. (en) GRID-Arendal, « Arctic temperature anomaly patterns (Anomalie de température en Arctique) », Maps and Graphics library, Programme des Nations unies pour l'environnement,‎ 2008 (consulté le 30 juillet 2008)
  13. (en) GRID-Arendal, « Thinning of the Arctic sea-ice (Diminution de l'épaisseur de la banquise arctique) », Maps and Graphics library, Programme des Nations unies pour l'environnement,‎ 2008 (consulté le 30 juillet 2008)
  14. Voir [1], site de l'équipe de recherche sur l'arctique de l'université de l'Illinois, et en particulier [2]
  15. (en) National Snow and Ice Data Center, « Vidéo en QuickTime de la fonte de la banquise d'été, 2007 », NASA et NOAA (consulté le 30 juillet 2008)
  16. « Damocles », Damocles,‎ novembre 2008 (consulté le 4 janvier 2009)
  17. Selon Tara, la fonte totale de la banquise en été interviendrait entre 2015 et 2020. Voir « Conférence de presse Tara Damoclès », Tara expéditions,‎ octobre 2007 (consulté le 4 janvier 2009). Certains observateurs, compte tenu de ces nouveaux résultats, envisagent une disparition totale de la banquise d'été aux alentours de 2013. Voir (en) « The big melt: lessons from the Arctic summer of 2007 (Accélération de la fonte de la banquise en 2007) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-26
  18. (en) S. B. Luthcke, « Article paru dans Science », Science (consulté le 26 décembre 2009)
  19. Charles Green, Des hivers plus rigoureux ?, Pour la Science, no 424, février 2013, p. 62-69
  20. La banquise arctique pourrait complètement disparaître d'ici à quatre ans, Audrey Garric, Le Monde.fr, 18 septembre 2012
  21. Katey Walter Anthony, Méthane, un péril fait surface, 390, Pour la Science, avril 2010, 73-79
  22. a et b (fr) « LE PLANCTON ARCTIQUE », OCÉAN ET VIE MARINE, sur jeanlouisetienne.com
  23. a, b, c et d (fr) Des algues à l'ours blanc : la chaîne de la vie - L'encyclopédie polaire, Jean-Louis Étienne
  24. (fr) Le changement climatique dans l’Arctique - GreenFacts
  25. (en) What is global warming? - An inconvenient truth
  26. a, b et c (en) Farthest North polar bear [PDF] - Université de Calgary
  27. (en) Life on the Ice - Greenpeace
  28. (en) The Arctic Fox Alopex lagopus
  29. (fr) Les BPC et le mercure menacent la santé des enfants inuits - iForum de l'université du Québec à Montréal
  30. a et b « Océan Arctique », Commission européenne (consulté le 25 octobre 2014)
  31. a et b « L'accélération rapide du tourisme en milieu polaire menace l'environnement », ONU (consulté le 13 novembre 2014)
  32. a et b (ru) « Арктика становится помойкой », antarctic.su (consulté le 25 octobre 2014)
  33. a, b, c et d « Nouvelle-Zemble : une décharge radioactive à ciel ouvert au nord de l'Europe », sur Arte.tv
  34. « Rapport sur les incidences environnementales et sanitaires des essais nucléaires effectués par la France entre 1960 et 1996 et éléments de comparaison avec les essais des autres puissances nucléaires », Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques,‎ 5 février 2001 (consulté le 25 octobre 2014)
  35. Office Of Technology Assessment Washington Dc, « Le Grand Nord souillé pour des siècles par des déchets nucléaires », DIANE Publishing,‎ 22 novembre 2012 (consulté le 25 octobre 2014)
  36. a et b « Le Grand Nord souillé pour des siècles par des déchets nucléaires », Le Monde,‎ 22 novembre 2012 (consulté le 25 octobre 2014)
  37. Les huit États signataires sont le Canada, la Russie, la Norvège, le Danemark, l'Islande, les États-Unis, la Suède et la Finlande.
  38. « Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) », GIEC (consulté le 20 septembre 2014) [PDF]
  39. (ru)L'océan de lait Bongard-Levin G. M., Grantovski E. A. : De la Scythie à l'Inde. 1983.
  40. Bongard-Levin G. M., Grantovski E. A., De la Scythie à l'Inde
  41. (ru) Krouglov E. A., [3]
  42. a et b « Arctique (géopolitique) », sur Universalis
  43. a, b et c « Frontières maritimes dans l’Arctique : le droit de la mer est-il un cadre applicable ? », sur Sciences-po.fr,‎ 2011
  44. a et b « Les eaux arctiques canadiennes : de la théorie des secteurs à celle des eaux historiques », sur Forces.ca
  45. Paulo Neves Coelho, « Qu'est-ce que la Commission des limites du plateau continental ? », Institut océanographique,‎ juillet 2013, p. 4
  46. a et b Frédéric Lasserre, Passages et mers arctiques, géopolitique d'une région en mutation, PUQ,‎ 2010, 485 p. (lire en ligne)
  47. « Danemark », sur Touteleurope,‎ 30 juillet 2014
  48. « Revendications du Canada à l'égard des terres », sur Parlement du Canada,‎ 24 octobre 2008
  49. « À qui appartient l'Arctique ? », sur GéoLinks
  50. (en) Hugh M. Kindred, International law chiefly as interpreted and applied in Canada, Toronto, Montgomery Publishing,‎ 2006, 455 p.
  51. a et b « Proclamation de la souveraineté du Canada sur l'archipel des îles de l'Arctique », sur Bilan du siècle
  52. « Réalisations accomplies dans le cadre de la Stratégie pour le Nord du Canada de 2007 à 2011 », sur Northernstrategy.ca,‎ 16 janvier 2013
  53. a et b « Moscou compte explorer les richesse arctiques qui ne lui appartiennent pas encore », sur RIANovosti,‎ 30 janvier 2014
  54. Jean-Pierre Pirat, Atlas géopolitique des espaces maritimes : frontières, énergie, pêche et environnement, Technip,‎ 2008, 277 p. (lire en ligne)
  55. de délimitation maritime et de coopération en mer de Barents et dans l’océan Arctique « Signature du traité de délimitation maritime et de coopération en mer de Barents et dans l'océan arctique », sur Norvege.be
  56. George Witschel, New chances et new responsibilities in the Arctic Region, BWV Verlag,‎ 2010, 384 p. (lire en ligne)
  57. Secrétariat des Nations Unies, « Mémoire sur le régime de la haute mer dans la doctrine et la pratique de l'union soviétique », Assemblée générale des Nations unies,‎ 21 novembre 1950, p. 21
  58. Joël Plouffe, « La politique arctique de l'Alaska : conjuguer intérêts nationaux et réalités régionales », Chaire Raoul-Dandurand,‎ 2013
  59. « Les frontières russes entre effets d'héritages et nouvelles polarités », sur geoconfluences-ens Lyon,‎ 15 septembre 2009

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :