Alexandre Baranov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baranov.
Alexandre A. Baranov

Alexandre Andreïevitch Baranov (en russe : Александр Андреевич Баранов), quelquefois épelé Aleksandr ou Alexander et Baranof, né en 1746 à Kargopol (province russe d'Arkhangelsk), mort à Batavia (Indes néerlandaises) en 1819, est un commerçant russe, directeur de la Compagnie russe d'Amérique et premier gouverneur de l'Amérique russe de 1792 au 11 janvier 1818.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il quitte sa région natale à l'âge de 15 ans et devient un prospère marchand à Irkoutsk, en Sibérie. Attiré vers l'Alaska russe par le commerce des fourrures qui se développe, il y prospère là encore, établissant des postes de traite dans la région de l'île Kodiak.

En 1787, Alexandre Baranov fonde un poste de traite sur l'île Sitka où des moujiks et des Aléoutes sont installés. De 1799 à 1804, il devient le gouverneur et l'administrateur de l'Amérique russe. Il ordonne la construction de la capitale. Mais en 1802, lors d'une attaque des Tlingits le fort est détruit. En 1804, Alexandre Baranov est de retour sur les lieux. L'île est rebaptisée de son nom actuel et la capitale prend le nom de Novo-Arkhangelsk (actuelle « Sitka »).

De 1799 à 1818, grâce à l'entregent de Nikolai Rezanov, il devient l'un des dirigeants de l'influente Compagnie russe d'Amérique. Il gérait tous les intérêts de la compagnie en Alaska, incluant les îles Kouriles et les îles Aléoutiennes. L'activité de la région était florissante avec l'explosion du commerce des loutres de mer et des phoques. Baranov convainquit des chasseurs indigènes d'étendre leur zone de chasse aux côtes de la Californie. Sous sa direction des écoles furent ouvertes pour les Amérindiens d'Alaska et les différentes communautés de la région devinrent moins isolées. Des missionnaires orthodoxes opérèrent dans l'Amérique russe, mais entretenaient souvent des relations orageuses avec Baranov, en dénonçant en particulier le comportement des Russes envers les populations locales.

Sur le voyage de retour vers la Russie, Baranov embarque sur un navire pour l'Europe par le cap de Bonne-Espérance. Il tombe malade pendant le voyage et meurt dans la colonie néerlandaise de Batavia sur l'île de Java en 1819.

L'île Baranof a été nommée d'après lui et durant la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis baptisèrent un des Liberty ships, SS Alexander Baranof.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Angelier, Dictionnaire des Voyageurs et Explorateurs occidentaux, Pygmalion, 2011, p.88

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]