Commerce triangulaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schéma classique du commerce triangulaire entre l'Afrique, les Amériques et l'Europe.
Plan de "stockage" (≈"stowage") type d'un navire négrier anglais

Le commerce triangulaire, aussi appelé traite atlantique ou traite occidentale, est une traite négrière menée au moyen d'échanges entre l'Europe, l'Afrique et les Amériques, pour assurer la distribution d'esclaves noirs aux colonies du Nouveau Monde (continent américain), pour approvisionner l'Europe en produits de ces colonies et pour fournir à l'Afrique des produits européens et américains.

L'expression commerce triangulaire ne doit pas se réduire uniquement à un passage en trois temps sur trois continents : navires occidentaux se rendant sur les côtes africaines pour échanger des esclaves contre des marchandises ; puis transfert des esclaves en Amérique et échange contre une lettre de change, du sucre, du café, du cacao, du coton, du tabac et sans oublier de l'or ; enfin acheminement des produits américains vers les ports européens[réf. nécessaire]. En réalité, le déroulement du commerce triangulaire était beaucoup plus vaste et il existait plusieurs routes : l'Europe s'activait, en amont de la traite, afin de réunir les capitaux, les marchandises, les hommes et les navires nécessaires, ainsi que de trouver des alibis pour justifier ce trafic ; tandis qu'en aval, elle s'occupait de la transformation des denrées.

Les flèches sur la carte représentant le « commerce triangulaire » conduisent également à ne considérer l'Afrique et l'Amérique qu'au travers d'escales, plus ou moins secondaires dans l'organisation et la logique du trafic. On mésestime ainsi lourdement l'importance du continent noir, où les captifs étaient « produits », transportés, parqués et estimés par des négriers noirs. De leur côté, les Amériques ne constituaient pas seulement des lieux par lesquels transitaient les captifs, puisque c'est la logique du système esclavagiste qui entraînait la traite. Et l'on sait aujourd'hui que Rio de Janeiro, et non Liverpool, fut le premier port négrier de la planète. Outre les traites orientales et internes à l'Afrique, on oublie enfin les trafics océaniques ne s'inscrivant nullement dans un triangle. Celui reliant le Brésil à l'Afrique, et notamment à l'Angola, fut essentiel car il fit transiter la plus grande partie des captifs de la traite atlantique. Celui mettant en contact l'Afrique orientale et les Mascareignes ne fut pas négligeable, de même que celui reliant l'Afrique aux Caraïbes[Petre 1].

Sommaire

Déroulement[modifier | modifier le code]

La préparation d'une expédition négrière française au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

L'armement négrier était en France une activité très concentrée : Robert Stein a recensé 500 familles qui avaient armé, à Nantes, Bordeaux, La Rochelle, Le Havre et Saint-Malo, 2800 navires pour l'Afrique. Parmi elles, 11 familles (soit 2 %) avaient armé 453 navires (soit 16 %).

Entrave d'esclave sur un navire. Musée de la Marine, Paris.

Les armateurs négriers ne se livraient pas uniquement à la traite, mais aussi à d'autres activités, moins spéculatives, comme l'assurance, la droiture vers les îles ou la pêche à la morue. Ils occupaient souvent une place très importante dans les sociétés portuaires et ils étaient très influents. Entre 1815 et 1830, presque tous les maires de Nantes avaient été des négriers.

La mise hors nécessaire à l'armement d'un négrier typique du XVIIIe siècle exigeait une somme importante : quelque 250 000 livres en France, la valeur d'un hôtel particulier dans une rue élégante de Paris, comme la rue Saint-Honoré [Tho 1]. Elle était trois fois supérieure à celle d'un bâtiment de même tonnage filant en droiture vers les îles. Pour financer leur expédition, les armateurs partageaient les risques financiers. Ils faisaient appel à un certain nombre de personnes pour prendre des parts dans l'entreprise. Appelés actionnaires ou associés, ces derniers pouvaient être très nombreux. En France, les armateurs trouvaient souvent les capitaux auprès de leurs amis, de leur connaissances et de leurs parents[Petre 3].

Article détaillé : Navire négrier.

Le choix du navire dépendait de la stratégie de l'armateur. Si celui-ci optait pour un voyage rapide alors le voilier devait être fin et rapide. S'il voulait se montrer économe, un navire en fin de carrière pouvait convenir. Le tonnage moyen du négrier était souvent supérieur à celui des navires destinés à la droiture vers les îles. Le navire négrier devait également répondre à des impératifs :

  1. Il devait être polyvalent, c'est-à-dire, être capable de contenir des marchandises comme des captifs.
  2. Le volume de la cale devait être très important pour l'eau et les vivres : en supposant qu'il faille 2,8 litres d'eau par personne et par jour, pour 45 marins et 600 captifs, sur un voyage de deux mois et demi, les besoins en eau se montaient à 140 000 litres d'eau ; il fallait compter 40 kilos de vivres par personne.
  3. La hauteur de l'entrepont devait être comprise entre 1,40 et 1,70 mètre. L'entrepont servait de parcs à esclaves et avec cette hauteur, les négriers augmentaient la surface disponible en installant des plates-formes à mi-hauteur sur les côtés, sur une largeur de 1,90 mètre.

Entre 1749 et 1754, le tonnage moyen des négriers nantais (187 observations) était compris entre 140 et 200 tonneaux.

Les marchandises transportées devaient être suffisamment nombreuses et diversifiées (cacao, café...). Les navires européens emportaient dans leur cale des textiles bruts, des textiles finis, des armes blanches, des armes à feu, des vins et spiritueux, des matières premières brutes, des produits semi-finis ou finis, des articles de fantaisie et parure, du consommable volatil, des instruments monétaires, des articles de cadeaux et de paiement des coutumes.

La cargaison d'un négrier en partance pour les côtes d'Afrique représentait 60 à 70 % du montant de la mise-hors nécessaire à l'armement du navire. En effet, de nombreux produits de traite étaient relativement chers. C'étaient le cas des « indiennes », des textiles qui représentaient entre 60 et 80 % de la valeur de la cargaison.

La composition standard de l'assortiment, décrite ci-dessus, s'est construite petit à petit. Elle n'est devenue effective qu'à partir du dernier tiers du XVIIe siècle, soit plus d'un siècle après le début de la traite. Auparavant, les négriers européens avaient proposé différents produits. Mais s'ils ne satisfaisaient pas la demande, ces derniers étaient retirés des négociations. Ce fut le cas, par exemple, de la nourriture, des animaux et des agrumes, présents dans les premières cargaisons portugaises.

Le nombre d'hommes d'équipage sur un navire négrier était deux fois plus important que celui des autres navires marchands de même tonnage. En France, on comptait 20 à 25 hommes par 100 tonneaux, ou encore un marin pour 10 captifs. L'équipage était composé de jeunes, de novices, parfois de fils d'armateur, de déracinés et d'aventuriers en tout genre.

Pour la réussite d'une expédition négrière, quatre hommes étaient particulièrement importants :

  1. le charpentier qui devait construire le faux-pont une fois que le navire se rapprochait des sites de traite africains ;
  2. Le tonnelier qui devait s'assurer de la bonne conservation de l'eau et des vivres, en quantité très importante dans la cale ;
  3. Le cuisinier qui devait nourrir des centaines de captifs et l'équipage.
  4. Le chirurgien qui devait s'assurer de la bonne santé des captifs à l'achat. Il était également chargé du marquage au fer rouge des captifs. Mais il ne pouvait rien contre les maladies qui se déclaraient à bord (J.-C. Nardin en dénombre 45 différentes).

Afin de mener à bien une expédition négrière, l'armateur nommait un capitaine. Il n'hésitait pas à intéresser le capitaine dans les profits de l'expédition en plus des primes. Celui-ci devait réunir plusieurs compétences :

  1. des compétences nautiques. Le capitaine devait savoir naviguer mais il devait également surmonter les nombreux obstacles naturels qu'il allait rencontrer sur sa route.
  2. des compétences commerciales. Le capitaine devait savoir marchander avec les traitants africains. Certains capitaines (surtout français) marchandaient également avec les colons[Petre 9].
  3. des compétences de manieur d'hommes et de garde-chiourme.

La production d'esclaves[modifier | modifier le code]

La production de captifs était une affaire quasi exclusive des Africains. L'écrivain et journaliste américain Daniel Pratt Mannix (1911-1997) estime que seuls 2 % des captifs de la traite atlantique furent enlevés par des négriers blancs[Petre 10]. Dès 1448, Henri le Navigateur avait donné l'ordre de privilégier l'établissement de relations commerciales avec les Africains[Petre 11].

Les lançados, métis de Portugais, jouèrent les intermédiaires entre les négriers occidentaux et les négriers africains à partir du dernier tiers du XVIe siècle en Gambie et au Libéria. D'autres lançados s'étaient établis dans le royaume du Dahomey. Au XIXe siècle, leur rôle en tant qu'intermédiaires et producteurs d'esclaves y était très important, surtout lorsque Francisco Felix da Souza obtint du roi Ghézo, en 1818, la charge de "Chacha" (responsable du commerce pour le royaume du Dahomey)[Petre 12].

Au Congo[Lequel ?], à partir du XVIIe siècle, des caravanes de pombeiros (marchands indigènes acculturés et commandités par les Portugais) s'enfonçaient à l'intérieur du continent pour aller produire ou acheter des esclaves[Petre 13].

Ailleurs, la production de captifs était affaire purement africaine[Petre 14].

Il ne faut pas oublier les trafiquants arabes, très actifs depuis des siècles dans la traite négrière, qui pouvaient également vendre des esclaves aux Européens, même sur la cote occidentale de l 'Afrique.

Les modalités de réduction en esclavage[modifier | modifier le code]

Marchand d'esclave à Gorée

Selon le sociologue américano-jamaïquain Orlando Patterson (en) (1940-), les principales modalités de réduction en esclavage étaient la capture à la guerre, l'enlèvement, les règlements de tributs et d'impôts, les dettes, la punition pour crimes, l'abandon et la vente d'enfants, l'asservissement volontaire et la naissance[Petre 15].

La confrontation de plusieurs sources montrent qu'il pouvait y avoir, selon les régions, un ou plusieurs modes de réduction en servitude prédominants :

  • Selon une enquête de M. Gillet établie en 1863 dans la région du Congo, seuls quarante esclaves environ, sur un total de 2571, étaient prisonniers de guerre ou bien avaient été pris et vendus par des peuples voisins. On comptait 1519 « esclaves de naissances », 413 personnes avaient été vendues « par des gens de leur propre tribu sans avoir, selon (elles), commis aucun délit ». Enfin 399 avaient été condamnées (pour infidélité, adultère, vol, crimes et délits divers, commis par eux ou par certains de leurs proches)[Petre 16].
  • En 1850, S. Koelle interrogea 142 esclaves en Sierra Leone. 34 % dirent qu'ils avaient été pris à la guerre, 30 % qu'ils avaient été enlevés, 7 % qu'ils avaient été vendus par des membres de leur famille ou des supérieurs. Par ailleurs, 7 % avaient été vendus pour solder des dettes et 11 % condamnés au cours de procès[Petre 17].

Mortalité des captifs sur le sol africain[modifier | modifier le code]

On dispose de peu d'éléments sur le nombre de captifs décédés sur le sol africain. Cependant, pour l'Angola, il existe de telles informations: selon Miller, les pertes y auraient été de 10 % lors des opérations de capture, de 25 % au cours du transport vers la côte, de 10 à 15 % lorsque les captifs étaient parqués dans les barracons sur la côte. Au total, les pertes se situeraient entre 45 et 50 %[Petre 18].

Il est impossible d'extrapoler ces données pour tirer des conclusions sur l'ensemble de l'Afrique. On suppose que les pertes étaient liées à la distance parcourue et à la durée nécessaire pour atteindre les sites de traite côtiers. Ainsi les pertes pouvaient être très différentes selon les régions.

  • L'historien américain Patrick Manning (en) estime que pour 9 millions de déportés aux Amériques, 21 millions auraient été capturés en Afrique (7 millions seraient devenus esclaves en Afrique et 5 millions seraient morts dans l'année suivant leur capture)[Petre 19].
  • L'historien Joseph Inikory estime que la traite atlantique et les diverses calamités naturelles auraient fait 112 millions de victimes[Petre 19].
  • Raymond L. Cohn, un professeur d'économie dont les recherches sont centrées sur l'histoire économique et les migrations internationales[2] estime que 20 à 40 % des captifs mouraient au cours de leur transport à marche forcée vers la côte, et que 3 à 10 % disparaissaient en y attendant les navires négriers. On arrive à un total compris entre 23 et 50 %[Petre 20].

L'échange des esclaves[modifier | modifier le code]

Les modalités de l'échange[modifier | modifier le code]

Les échanges se faisaient soit à terre, soit sur le bateau. Dans les deux cas, les modalités de l'échange entre négriers africains et négriers européens avaient peu varié au cours des siècles[Dag 6]. La marchandise européenne était étalée aux regards des courtiers et des intermédiaires africains. Ensuite les négriers européens payaient les coutumes, c'est-à-dire des taxes d'ancrage et de commerce. Puis les deux parties se mettaient d'accord sur la valeur de base d'un captif. Ce marchandage était âprement discuté.

Des unités de compte déconnectées[modifier | modifier le code]

Ce n'est qu'à partir du XIXeme siècle que des monnaies fiduciaires occidentales ont été introduites en Afrique sub-saharienne. Il s'agissait notamment du dollar américain, de la piastre et du Thaler de Marie-Thérèse.

Avant les courtiers africains utilisaient leur propre unité de compte comme la barre en Sénégambie ou l'once à Ouidah. En ce qui concerne les marchandises européennes, ils ne tenaient pas compte des prix occidentaux.

Dans certaines régions, c'est le choix dans l'assortiment qui déterminait la valeur d'un lot d'esclaves. En 1724, dans la région du fleuve Sénégal, 50 captifs avaient été traités[Dag 7] pour :

  • 201 pataques à 4 livres la pièce
  • 1 macaton petit d'argent et sa chaîne
  • 1 cornet, ditto
  • 5 fusils
  • 8 cordes
  • 1,5 aune, drap écarlate
  • 24 pintes eau de vie
  • 12 barres de fer
  • 75 livres de poudre à canon
  • 104 livres de plomb en balle
  • 225 aunes, toile bleue et noire
  • 69 aunes, toile de Rouen
  • 12 milliers, galets rouge.

C'est ce que valaient les 50 captifs pour les négriers africains. Par contre, le négrier français convertissait le tout en monnaie fiduciaire française et ces 50 captifs lui coûtaient 2 259 livres tournois. Ainsi chaque captif coûtait en moyenne 45 livres.

Dans d'autres régions, le prix était fixé en unité de compte locale. Par exemple à Ouidah un canon équivalait à une dizaine d'esclaves, à Douala on trouve des barres de fer et des pots de cuivre ayant servi de monnaie d'échange, au musée de Banjul se trouve exposée une table de conversion du kilo d'esclave en pistolets, cristaux ou vêtements[3]. Mais pour les négriers occidentaux, le coût d'un esclave pouvait facilement varier. En 1773, à Ouidah, le prix d'un captif homme était fixé à 11 onces. À cette valeur, les marchandises échangées étaient différentes suivants les courtiers[Dag 8] :

onces
Courtier Cazou
3 ancres d'eau de vie 3
123 livres de cauri 3
5 rolles de tabac 5
Courtier Colaqué
2 ancres d'eau de vie 2
205 livres de cauri 5
16 platilles 2
2 rolles de tabac 2
1 chapeau
Courtier Yaponeau
4 ancres d'eau de vie 4
164 livres de cauri 4
1 pièce de toile à robe 1
2 pièces de mouchoirs de Cholet 1
4 barres de fer 1
1 chapeau

Les prix des esclaves entre 1440 et 1870[modifier | modifier le code]

Les prix avaient évolué au cours des quatre siècles de la traite négrière occidentale.

L'arrivée des Français et des Anglais en 1674 sur les côtes d'Afrique, jusque là chasse gardée des Hollandais, fait brutalement monter le prix des esclaves, qui sera multipliée par 6 entre le milieu du XVIIe siècle et 1712, entraînant le développement de nouveaux circuits d'approvisionnement à intérieur du continent, qui affaiblissent les sociétés africaines traditionnelles.

L'arrivée en masse de nouveaux esclaves aux Antilles fait parallèlement baisser leur prix d'achat par les planteurs de canne à sucre, dopant la production ce qui a pour effet d'abaisser le prix de cette denrée sur le marché mondial et encourager sa consommation avec à la clé un immense développement de l'économie sucrière et le trafic d'esclaves.

Les prix avaient évolué au cours des quatre siècles de la traite négrière occidentale, tant côté anglais que français.

  • Côté français, l'historien Serge Daget (1927-1992) [Dag 9] nous en donne également une autre :

Les modalités d'embarquement[modifier | modifier le code]

Porte du voyage sans retour de la Maison des Esclaves, à Gorée au Sénégal.

Si le bateau appartenait à une compagnie, il se rendait aux comptoirs appartenant à leur nation. Là, des captifs étaient entreposés en vue de leur déportation. Avec le commerce libre, l'armateur fixait les lieux de cabotage du navire : dans le meilleur des cas, le navire cabotait dans une zone prédéfinie ; dans le pire des cas, le navire procédait à un lent cabotage entre chaque foyer négrier (appelé également la traite volante, de la Sénégambie jusqu'au Gabon et plus loin encore[Dag 10].

La durée du cabotage dépassait très fréquemment les trois mois[Dag 11].

L'embarquement des captifs se faisait par petits groupes de quatre à six personnes. Certains préféraient sauter et se noyer plutôt que de subir le sort qu'ils s'imaginaient : ils croyaient que les Blancs allaient les manger.

Dès qu'ils étaient à bord, les hommes étaient séparés des femmes et des enfants. Ils étaient enchaînés deux à deux par les chevilles et ceux qui résistaient étaient entravés aux poignets.

La traversée de l'Atlantique[Dag 12][modifier | modifier le code]

Noir passage[modifier | modifier le code]

L'historien et ancien administrateur colonial Hubert Deschamps (1900-1979) qualifiait la traversée de l'Atlantique de « noir passage ».

Le terme Passage du milieu désigne la même chose mais se réfère à la partie centrale, transatlantique, du Commerce triangulaire.

La traversée durait généralement entre un et trois mois. La durée moyenne d'une traversée était de 66 jours et demi. Mais selon les points de départ et d'arrivée, la durée pouvait être très différente. Ainsi les Hollandais mettaient 71 à 81 jours pour rejoindre les Antilles alors que les Brésiliens effectuaient Luanda-Brésil en 35 jours[Petre 21]. Avant d'entamer la traversée, il arrivait souvent que le négrier mouille aux îles de Principe et São Tomé. En effet, les captifs étaient épuisés par un long séjour, soit dans les baracons, soit dans le cas d'une traite itinérante sous voile[Petre 22]. Les femmes et les enfants étaient parqués sur le gaillard d'arrière tandis que les hommes étaient sur le gaillard d'avant. La superficie du gaillard d'avant était supérieure à celle du gaillard d'arrière. Ils étaient séparés par la rambarde.

Les captifs étaient enferrés deux par deux. Ils couchaient nus sur les planches. Pour gagner en surface, le charpentier construisait un échafaud, un faux pont, sur les côtés. Le taux d'entassement était relativement important. Dans un volume représentant 1,44 m3 (soit un « tonneau d'encombrement », 170×160×53), les Portugais plaçaient jusqu'à cinq adultes, les Britanniques et les Français, de deux à trois. Pour les négriers nantais, entre 1707 et 1793, le rapport général entre tonnage et nombre de Noirs peut être ramené à une moyenne de 1,41.

Le marchand d'esclaves franco-italien Theophilus Conneau[4] témoigna ainsi en 1854 : « Deux des officiers ont la charge d'arrimer les hommes. Au coucher du soleil, le lieutenant et son second descendent, le fouet à la main, et mettent en place les Nègres pour la nuit. Ceux qui sont à tribord sont rangés comme des cuillers, selon l'expression courante, tournés vers l'avant et s'emboîtant l'un dans l'autre. À bâbord, ils sont tournés vers l'arrière. Cette position est considérée comme préférable, car elle laisse le cœur battre plus librement. »

Si le temps le permettait, les déportés passaient la journée sur le pont. Toujours enchaînés, les hommes restaient séparés des femmes et des enfants. Ils montaient par groupes sur le pont supérieur vers huit heures du matin. Les fers étaient vérifiés et ils étaient lavés à l'eau de mer. Deux fois par semaine, ils étaient enduits d'huile de palme. Tous les quinze jours, les ongles étaient coupés et la tête rasée. Tous les jours, les bailles à déjection étaient vidés, l'entrepont était gratté et nettoyé au vinaigre. Vers neuf heures, le repas était servi : fèves, haricots, riz, maïs, igname, banane et manioc. l'après-midi les esclaves étaient incités à s'occuper (organisation de danses). Vers cinq heures les déportés retournaient dans l'entrepont.

Par contre, en cas de mauvais temps et de tempête, les déportés restaient confinés dans l'entrepont. Il n'y avait pas de vidange, ni de lavement des corps, ni de nettoyage des sols. Le contenu des bailles coulait sur les planches de l'entrepont, se mêlait aux choses pourries, aux émanations de ceux victimes du mal de mer, aux vomissures, au « flux de ventre, blanc ou rouge ». Toutes les écoutilles pouvaient être closes. L'obscurité, l'air rendu irrespirable par le renversement des bailles à déjection, le roulis qui faisait frotter les corps nus sur les planches, la croyance d'un cannibalisme des négriers blancs terrorisaient et affaiblissaient les captifs[Petre 23].

Les révoltes à bord[modifier | modifier le code]

La plupart des révoltes se réalisaient le long des côtes africaines. Elles pouvaient également avoir lieu en haute mer mais c'était beaucoup plus rare. Selon Hugh Thomas[Tho 3], il y avait au moins une insurrection tous les huit voyages.

Quelques-unes réussirent :

  • en 1532, 109 esclaves se rendirent maîtres du Misericordia, un navire portugais. De l'équipage, il ne restait que 3 rescapés. Ceux-ci réussirent à s'enfuir. On n'entendit plus jamais parler du navire.
  • En 1650, un navire espagnol sombra au large du cap de San Francisco. Les Espagnols survivants furent tués par les captifs africains.
  • En 1742, les prisonniers de la galère Mary se soulevèrent. Seuls le capitaine et son second en réchappèrent.
  • En 1752, les esclaves du Marlborough se révoltèrent. On n'entendit plus jamais parler d'eux.

Mais la plupart du temps, les révoltes étaient matées et les meneurs servaient d'exemple : ils étaient publiquement battus et pendus, voire pire. Certains pouvaient être victimes d'actes de barbarie :

  • le capitaine n'hésitait pas à couper une partie du corps de la victime pour épouvanter les autres captifs. En effet, beaucoup de Noirs croyaient que s'ils étaient tués sans être démembrés, ils regagneraient leur pays après avoir été jetés à la mer[Tho 4].
  • Un capitaine n'hésita pas à contraindre deux captifs à manger le cœur et le foie d'un troisième avant de les tuer[Tho 5].
  • Selon Hugh Thomas, le châtiment le plus brutal semble avoir été celui infligé au meneur d'une révolte sur le bateau danois Friedericius Quartus, en 1709. Le premier jour, il eut la main coupée et celle-ci fut exhibée devant tous les déportés. Le deuxième jour, on lui coupa la seconde main qui fut également exposée. Le troisième jour, il eut la tête tranchée et son torse fut hissé sur la grande vergue où il resta exhibé durant deux jours[Tho 6].
L'esclavage au Brésil par Jean Baptiste Debret, première moitié du XIXe siècle

La mortalité des déportés durant la traversée[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1750, la période la plus active, elle reste proche d'un sur six.

Différents facteurs de mortalité ont été recensés : la durée du voyage, l'état sanitaire des esclaves au moment de l'embarquement, la région d'origine des captifs, les révoltes, les naufrages, l'insuffisance d'eau et de nourriture en cas de prolongement de la traversée, le manque d'hygiène, les épidémies (dysenterie, variole, rougeole…), la promiscuité.

Les enfants de moins de 15 ans étaient plus fragiles que les hommes. Les femmes étaient plus résistantes que les hommes.

La mortalité des déportés lors de la traversée serait comprise entre 11,9 % et 13,25 %. Il arrivait que certaines atteignent 40 %, voire 100 %[Petre 24].

Dans le cas des expéditions négrières nantaises, le taux de mortalité des déportés avoisinait 13,6 %[Dag 13].

Évolution de la mortalité moyenne des déportés[Petre 25]

1597 - 1700 1701 - 1750 1751 - 1800 1801 - 1820 1821 - 1864 Ensemble de la période
22,6 % 15,6 % 11,2 % 9,6 % 10,1 % 11,9 %

Aux Amériques[modifier | modifier le code]

La vente[modifier | modifier le code]

Les esclaves devaient être systématiquement soumis à une quarantaine avant d'être débarqués. Mais les arrangements avec les autorités étaient fréquents. Le chirurgien veillait à redonner une apparence convenable : les lésions cutanées et les blessures étaient dissimulées, les cheveux étaient coupés et le corps était enduit d'huile de palme. Ils étaient alors prêts pour être vendus sur les marchés aux esclaves. Dans la majorité des colonies, les esclaves étaient vendus par lots. Une annonce était transmise aux planteurs locaux. La vente pouvait avoir lieu sur le navire ou à terre. Il existait plusieurs techniques de vente comme les enchères ou le scramble (en). Les colonies qui importèrent le plus d'esclaves furent le Brésil suivi des Antilles.

Emploi des esclaves aux Amériques[modifier | modifier le code]

Premier emploi aux Amériques[Tho 7] Pourcentage
Plantation du sucre 45,4 %
Plantation de café 18,2 %
Mines 9,1 %
Travaux domestiques 18,2 %
Champs de coton 4,5 %
Champ de cacao 2,3 %
Bâtiment 2,3 %

La plantation de canne à sucre[modifier | modifier le code]

La canne à sucre, où la productivité et la rentabilité peuvent être poussées au maximum, est la culture qui consomme le plus d'esclaves et les use le plus vite. Les planteurs y affectent les esclaves les plus jeunes, qui sont soumis au fouet lorsque la productivité ralentit.

C'est avec la révolution sucrière en Amérique que la traite connut une telle ampleur. Selon l'économiste américain Robert Fogel (1926-2013), « entre 60 et 70 % de tous les Africains qui survécurent à la traversée de l'Atlantique finirent dans l'une ou l'autre des […] colonies sucrières »[Petre 26].

La révolution sucrière commença au Brésil dans les années 1600, puis elle se propagea dans les Caraïbes à partir du troisième tiers du XVIIe siècle. Manquant d'esclaves Amérindiens, les Portugais commencèrent à importer des esclaves d'Afrique à la fin du XVIe siècle. Ceci favorisa le métissage, tandis que certains esclaves en fuite fondèrent des quilombos. Vers 1580, des esclaves fugitifs lancèrent un mouvement millénariste et syncrétique, influencé par le christianisme, dans la Baie de tous les saints, à Bahia: la Santidade de Jaguaripe fut réprimée avec l'aide des Jésuites et de l'Inquisition romaine[réf. souhaitée].

Les grandes plantations (fazendas) cultivaient pour l'exportation. Le travail est plus simple que pour le tabac ou le coton. Les esclaves coupaient la canne à la machette avant de la transporter en chars à bœufs vers les moulins[Tho 8].

La plantation typique, d'une surface de 375 hectares, comprenait 120 esclaves, 40 bœufs, une grande maison, des communs et des cases pour les esclaves[Tho 9].

À la fin du XVIIIe siècle, la culture de café se développait.

Les esclaves dans les plantations du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, dans les plantations sucrières françaises, on a souvent tendance à croire que la plupart des esclaves était uniformément soumis à un traitement d'une cruauté gratuite qui dépasserait l'entendement. Or cela irait contre les intérêts du maître. Celui-ci gardait un œil sur l'état de santé des esclaves[5].

Les bossales, ou nouveaux arrivés, n'étaient pas tout de suite mis au travail. Pendant au plus six mois, ils étaient mis à l'écart pour s'acclimater.

La mortalité des esclaves sur les plantations du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIIIe siècle, en Guadeloupe, le taux de mortalité des esclaves oscillait entre 30 et 50 pour mille. En métropole, le taux de mortalité était compris entre 30 et 38 pour mille. Trois facteurs expliquaient ces écarts entre la métropole et les Antilles françaises[6] :

  • la surmortalité des bossales[5]. Durant la période d'acclimatation, leur mortalité restait très élevée. Les causes étaient multiples. Elles s'agrégeaient et elles se renforçaient (état de santé très fragile à la suite du voyage ; scorbut ; difficulté d'adaptation aux vivres du pays ; langueur).
  • la surmortalité infantile. Frédéric Régent estime le taux de mortalité infantile à 431/1000 en Guadeloupe. Le taux de mortalité infantile se fixait à 233 pour 1000 en métropole. Mais dans les couches populaires les plus défavorisées, il doublait. Pour Jean-Pierre Bardet, le taux de mortalité infantile des enfants d'ouvriers élevés en nourrice était de 444 pour mille à Rouen. Par ailleurs, cette forte mortalité dans les colonies touchait autant les Blancs, les libres et les esclaves[5].
  • les maladies et les mauvaises conditions d'hygiène. Les maladies entraînant la mort étaient très nombreuses[5] :
    • les troubles métaboliques : scorbut, langueur (l'historien haïtien Louis E. Elie y voit les symptômes de la maladie du sommeil apportée d'Afrique), l'hydropisie,
    • les maladies infectieuses : la tuberculose, les pulmoniques, le mal de gorge, la dysenterie, la variole
    • les affections cutanées : la lèpre, la gale, les malingres.
    • sans oublier les dépressions nerveuses consécutives aux violences.

Proportion des Noirs et des Blancs dans les Antilles françaises[modifier | modifier le code]

Années Blancs Esclaves noirs Pourcentage de blancs
1772 12 737 77 957 14,04
1777 12 700 84 155 13,11
1785 13 599 85 290 13,75
1789 13 712 89 823 13,24

Le retour en Europe[modifier | modifier le code]

Les négriers rentraient en Europe avec de la canne à sucre ainsi que de l'or, ou effets de commerce, correspondant à la vente des esclaves. Mais aussi avec des produits dit de "haute valeur" (le coton, la canne à sucre, le tabac et des métaux précieux).

La mortalité des marins[modifier | modifier le code]

Pour les négriers nantais, la mortalité moyenne était de 17,8 %. Il ne s'agit que d'une moyenne. Certaines traversées pouvaient se faire sans aucun décès tandis que d'autres pouvaient enregistrer une mortalité de 80 % voire davantage[Dag 14] .

Histoire du commerce triangulaire[modifier | modifier le code]

On considère généralement que le début de la traite occidentale date de 1441, quand des navigateurs portugais enlevèrent des Africains pour en faire des esclaves dans leur pays[réf. nécessaire].

Une autre motivation de l'esclavage organisé par les Portugais est le besoin impérieux pour les équipages de marins, de se reposer au cours de leurs interminables voyages vers les Indes occidentales et vers la Chine (à Macao) et le Japon (à Nagazaki) . Ces voyages pouvaient durer des mois, entraînant une forte mortalité dans les équipages portugais (à cause de la fatigue et du scorbut). D'où la nécessité de se reposer dans des escales sur les possessions portugaises de l'Atlantique : principalement les îles du Cap Vert et les îles de Sao Tome et Principe. Pour cela, les autorités portugaises décidèrent de faire venir des paysans portugais cultiver la terre de ces îles atlantiques (dans le but de nourrir les marins faisant escale, avec une nourriture fraîche qui limitait le scorbut). Ces paysans portugais, habitués au climat relativement sec du Portugal, mouraient en grand nombre sous le climat équatorial de ces îles africaines. Par contre les Africains habitués à ce climat supportaient bien mieux de travailler dans de telles conditions : d'où l'idée des Portugais de faire venir du continent africain des esclaves pour travailler la terre de ces îles : ce fut de début de l'esclavage des Africains par les Européens.

Première étape, du XVe siècle au milieu du XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Les royaumes européens et les premières expéditions négrières[modifier | modifier le code]

Ce sont les Portugais qui se distinguèrent. Ils déportèrent près de 757 000 esclaves, soit trois quarts des déportés sur cette période. Trois déportés sur quatre étaient embarqués à partir de l'Afrique centrale et ils étaient destinés au Brésil (34 %) et à l'Amérique espagnole continentale (43 %).

Au total, 90 % de cette traite a eu lieu après 1672 et la création en Angleterre de la Compagnie royale d'Afrique, qui a surtout approvisionné la Jamaïque et en France de la Compagnie du Sénégal pour alimenter l'île de Saint-Domingue.

Les premières années[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, avec le commerce transsaharien, de nombreux produits africains, comme l'or, les esclaves ou le poivre de malaguette (appelé également la graine du paradis), étaient présents sur quelques marchés européens[Tho 10]. Avec la prise de Ceuta en 1415, les Portugais s'informèrent sur le commerce transsaharien. Ils en connaissaient de nombreux détails. Leur objectif était d'atteindre les mines d'or africaines. Pour y parvenir, ils ne tentèrent pas de prendre le contrôle des routes transsahariennes (solidement maintenues par les Arabes) . Ils privilégièrent une nouvelle route, la voie maritime[Tho 11].

Les Portugais furent les premiers Européens à se risquer sur les côtes atlantiques de l'Afrique. Plusieurs facteurs y contribuèrent[Tho 12] :

  • ces mers étaient les leurs ;
  • c'étaient de bons marins qui utilisaient les cartes et la boussole ;
  • ils avaient de bons navires (les caravelles) ;
  • le commerce était très dynamique. L'Europe du Nord venait dans les ports portugais s'approvisionner en produits méditerranéens ;
  • les autres royaumes européens étaient plus occupés à se faire la guerre.

En 1441, Antao Gonçalves captura des Africains noirs, des Azenègues, qui furent offerts en trophée au prince Henri[Tho 13]. Cet événement est considéré comme le début de la traite atlantique. Mais à l'époque, cet épisode fut anodin. En effet, depuis plusieurs décennies, la traite transsaharienne fournissait des esclaves noirs au Portugal. Les Portugais continuèrent les razzias. Celles-ci procuraient un profit immédiat et elles rentabilisaient les expéditions[Tho 14].

Un nouveau procédé d'obtention de captifs prit forme très tôt, le commerce. Dès 1446, Antao Gonçalves acheta des esclaves[Tho 15]. En 1448, 1 000 captifs furent déportés au Portugal et sur les îles portugaises (les Açores et Madère)[Tho 16]. Dans les années 1450, le Vénitien Ca'da Mosto reçut 10 à 15 esclaves en « Guinée » en échange d'un cheval. Il essaya d'entrer en contact avec Sonni Ali Ber, l'empereur des Songhaïs. Ces efforts restèrent vains[Tho 17].

Supposant des succès portugais, les Castillans et les Gênois lancèrent leurs propres expéditions. Ils furent contrés par la diplomatie portugaise.

Une présence portugaise qui s'affirma[modifier | modifier le code]

Les Portugais avaient plusieurs objectifs.

  • Ils voulaient entrer en contact avec le royaume du prêtre Jean (l'Éthiopie) pour obtenir une alliance. Ils pensaient ainsi prendre en tenaille le monde musulman (surtout après la prise de Constantinople par les Turcs musulmans).
  • Les relations avec l'Afrique étaient largement motivées par le commerce avec l'Asie. Pour leurs importations, les Portugais avaient besoin d'or (pour l'Empire Ottoman), d'argent (pour l'Extrême-Orient) et de cuivre (pour l'Inde).
  • L'objectif principal restait le profit.

Ainsi, dans la seconde moitié du XVe siècle, les Portugais s'enhardirent. La Couronne portugaise entreprit d'établir des relations commerciales stables avec l'Afrique subsaharienne. En 1458, le prince Henri le navigateur souhaita que ses hommes achètent les esclaves plutôt que de les razzier. Cette mission fut confiée à Diogo Gomez (il revint avec 650 esclaves razziés)[Tho 18]. La Couronne portugaise décida de laisser la gestion des nouvelles expéditions à des hommes d'affaires et des marchands portugais. Le premier d'entre eux fut Fernando Po en 1460. En contrepartie, il s'engagea à verser chaque année 200 000 reis et à explorer 100 lieues de côtes inconnues[Tho 19]. Le droit de transporter des esclaves fut ensuite confié à une succession de marchands privilégiés, obligés de verser un impôt annuel fixé par la couronne.

Le règlement vis-à-vis des expéditions évolua : tout esclave importé devait être débarqué à Lisbonne (1473) et tout bateau en partance pour l'Afrique devait s'enregistrer à Lisbonne (1481)[Tho 20]. Les Portugais commencèrent à s'implanter sur plusieurs points du littoral africain. En 1461, le premier comptoir et le premier fort étaient achevés à Arguin[Tho 21]. En 1462, ils s'installèrent dans les îles du cap Vert[Tho 22]. En 1481, le construction de la forteresse d'El Mina commençait. Le prince local, Ansa de Casamance, voyait d'un mauvais œil cette nouvelle bâtisse[Tho 23]. En 1486, ils étaient sur l'île de Sao Tome[Tho 24].

Ces expéditions étaient souvent de brillantes réussites commerciales[Tho 25]. Les Portugais étaient de très bons intermédiaires et, grâce à leur caravelle, ils pouvaient convoyer toute sorte de biens le long du littoral africain[Tho 26]. Ils s'intéressaient surtout à l'or, à l'ivoire et à la graine de Guinée[Tho 27]. Mais les esclaves prenaient une place de plus en plus importante. En effet, à partir de 1475, les Portugais fournirent des esclaves aux Akans à Elmina[Petre 27] et la réussite des implantations de la canne à sucre à Madère (1452)[Tho 28], aux îles Canaries (1484)[Tho 29], puis à Sao Tome (1486)[Tho 30] exigea un nombre croissant d'esclaves.

Les marchandises échangées avec les chefs africains affluaient de toute l'Europe et de la Méditerranée (tissus de Flandre et de France, du blé d'Europe du Nord, des bracelets de Bavière, des perles en verre, du vin, des armes blanches, des barres de fer[Tho 27]).

Les Portugais connurent également de grands succès politiques. En Afrique, ils établirent des relations commerciales avec deux royaumes africains. En 1485, Cão s'entretint avec Nzinga, le roi du Kongo. Il revint au Portugal avec des esclaves et un émissaire[Tho 31]. En 1486, Joao Afonso Aveiro entra dans le royaume du Bénin. Il crut qu'il était proche de l'Éthiopie, le royaume du prêtre Jean[Tho 32]. En Europe, en 1474, le prince réclama et obtint la propriété de l'Afrique[Tho 33]. En 1479, les Espagnols cessèrent leurs expéditions vers l'Afrique. Ils reconnaissaient le monopole portugais[Tho 34]. Cependant, il y eut un échec politique. En 1486, les Portugais aidèrent le roi Bemoin au Sénégal. Mais il fut déchu et exécuté[Tho 30].

L'Oba du Benin finit par interdire l'exportation de captifs. Pour le cuivre, les Portugais se fournissaient au Congo [Lequel ?][Tho 35].

L'asiento[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Asiento.

Incapable de fournir suffisamment d'esclaves à ses colonies en raison du traité de Tordesillas entre l'Espagne et le Portugal, l'Espagne mit en place un asiento, privilège par lequel le bénéficiaire s'engageait à fournir un certain nombre d'esclaves aux colonies espagnoles. En retour, il se trouvait en situation de monopole : l'Espagne s'engageait à ce que l'empire achetât des captifs uniquement aux détenteurs de l'asiento. L'asiento fut ainsi octroyé tour à tour aux Portugais, puis aux Génois (et à leur Compagnie des Grilles), aux Hollandais, à la Compagnie française de Guinée, ou encore aux Anglais.

Vinrent ensuite les Hollandais, les Anglais et les Français. Ils traitaient notamment avec les Africains de la gomme, de l'or, du poivre de malaguette, de l'ivoire… et des esclaves.

Cependant, malgré les bulles pontificales, des Français et des Anglais firent quelques expéditions sur les côtes de l'Afrique, au grand désespoir des Portugais.

Une lente structuration de l'offre sur les côtes africaines[modifier | modifier le code]

La traite sur les côtes africaines s'est très lentement structurée.

Vers 1475, les Portugais achetaient des esclaves dans le golfe du Bénin. Les Ijos et les Itsekiris se livraient alors à cette traite. Les esclaves qu'ils traitaient, étaient soit achetés à l'intérieur des terres, soit des criminels condamnés[Tho 36]. Une partie des esclaves était acheminée à Elmina. Ils étaient vendus à d'autres Africains contre de l'or[Tho 33].

À partir de 1486, les Portugais commencèrent à traiter avec le royaume du Bénin[Tho 37]. En 1530, le royaume du Benin émit des réserves sur la traite des esclaves et, vers 1550, l'Oba du Benin interdit la traite.

En 1485, les Portugais achetèrent les premiers esclaves au Congo[Lequel ?][Tho 38]. Vers 1550, le Congo devint la principale zone de traite. Mais la demande portugaise en captifs était si élevée que le monarque fut vite dépassé. D'autres peuples s'entendirent pour satisfaire cette demande (les Pangu à Lungu, le peuple Tio). De 1 000 esclaves déportés en 1500, il y en avait entre 4 000 et 5 000 qui étaient déportés annuellement du Congo à partir de 1530[Tho 39].

L'Angola (ou Ndongo) fournissait également des esclaves aux Portugais. Dès 1550, les rois du Congo et de l'Angola se contestaient la suprématie dans la fourniture de captifs aux Portugais[Tho 40]. Vers 1553, un nouvel État africain livre des esclaves. Il s'agit de la monarchie d'Ode Itsekiri sur le Forcados (près du royaume du Bénin)[Tho 41].

Au début du XVIIe siècle, de nombreux villages de pêcheurs sur l'estuaire du Niger devinrent des villes autonomes avec d'importants marchés aux esclaves. Certaines de ces villes finirent par devenir de puissantes monarchies : Bonny, New Calabar, Warri, Bell Town et Akwa Town au Cameroun ; et il y avait de puissantes républiques commerçantes, comme Old Calabar et Brass[Tho 42].

Une lente structuration de la demande aux Amériques[modifier | modifier le code]

Très lentement, les esclaves noirs commencèrent à peupler les nouvelles possessions impériales espagnoles. Le phénomène fut graduel, discret, riche en faux départs. Ainsi un décret de 1501 interdisait les déportations aux Indes d'esclaves nés en Espagne, ainsi que des Juifs, de Maures et de « nouveaux chrétiens », c'est-à-dire des Juifs convertis. Cependant, certains marchands et capitaines obtinrent l'autorisation privée d'emmener aux Indes quelques esclaves noirs[Tho 43].

Le début de la Traite d'esclaves vers les Amériques ne commença que le 22 janvier 1510, quand le roi Ferdinand donna la permission d'envoyer cinquante esclaves sur Hispaniola pour l'exploitation des mines. Ces esclaves devaient être « les esclaves les meilleurs et les plus forts qui se puissent trouver ». Il est certain qu'il songeait alors aux Noirs. Quant aux Indiens, ils ne résistaient pas aux mauvais traitements dans les champs et les mines (et surtout aux épidémies de variole). En 1510, il n'en restait plus que 25 000 sur Hispaniola[Tho 44].

Jusqu'en 1550, la plupart des captifs africains étaient destinés à la péninsule Ibérique, à Madère, à Sao Tome et à Principe. À partir de 1550, la demande espagnole pour l'Amérique décolla[Tho 45]. Les esclaves étaient alors pêcheurs de perles à la Nouvelle-Grenade, débardeurs à Veracruz, dans les mines d'argent de Zacatecas, dans les mines d'or du Honduras, du Venezuela et du Pérou, vachers dans la région de la Plata. D'autres étaient forgerons, tailleurs, charpentiers et domestiques. Les esclaves femmes servaient de femme de chambre, de maîtresse, de nourrice ou de prostituée. On prenait l'habitude de leur confier les tâches les plus ingrates[Tho 46].

Au Nord-Est du Brésil, dans les capitaineries de Pernambouc et de Bahia, les premières plantations sucrières virent le jour sur le sol américain[Tho 47]. La demande en travail servile explosa. Les Portugais avaient alors à leur disposition les Indiens. Mais la persévérance de Bartolomé de Las Casas et d'autres dominicains finirent par rendre l'asservissement des Indiens illicite[Tho 48]. De plus, l'épidémie de dysenterie associée à la grippe avaient décimé la population indienne au Brésil dans les années 1560[Tho 49]. Enfin les planteurs n'étaient pas satisfaits du travail des Indiens. Ceux-ci ne résistaient pas aux mauvais traitements qui leur étaient infligés et surtout aux épidémies. Pour toutes ces raisons, la demande d'esclaves noirs en provenance du Congo[Lequel ?] et de l'Angola se raffermit. De 2 000 à 3 000, en 1570, la population noire du Brésil s'élevait à 15 000 en 1600. Le quotidien de ces esclaves était très dur. Leur espérance de vie était d'environ dix ans. Il fallait donc sans cesse de nouveaux arrivages d'Angola et du Congo. Le Brésil devenait le principal fournisseur en sucre de l'Europe[Tho 50].

Dans le premier quart du XVIIe siècle, le nombre total d'esclaves déportés d'Afrique devait approcher les 200 000, dont 100 000 allèrent au Brésil, plus de 75 000 en Amérique espagnole, 12 500 à São Tomé et quelques centaines en Europe[Tho 51].

Le nombre d'esclaves africains travaillant alors dans les colonies antillaises était alors relativement faible. À la Guadeloupe, en 1671, 47 % des maîtres n'avaient qu'un seul esclave. Dans les premiers temps, dans les treize colonies anglaises, serviteurs, blancs et noirs, travaillaient côte à côte, dans le cadre de petites exploitations. Inversement dans les îles françaises, les engagés blancs étaient alors durement traités[Petre 28].

Le grand virage franco-anglais de 1674[modifier | modifier le code]

L'année 1674 est celle du grand virage pour l'esclavage. Jusque-là, depuis des siècles, des Africains sont emmenés à travers le Sahara vers le monde arabe, où ils deviennent domestiques. Le long et coûteux voyage, tout comme la demande modeste limitent le prélèvement annuel sur les populations africaines.

Les planteurs de sucre espagnols du Venezuela et portugais du Brésil achètent aussi des esclaves mais en quantité limitée, car le transport, par le système de l'Asiento, est le monopole des marchands hollandais, qui se limitent aux expéditions les plus rentables. Le sucre est encore cher sur le marché mondial ce qui empêche sa commercialisation à grande échelle.

La donne change quand le commerce triangulaire prend son essor à partir de 1674, l'année où les Français et les Anglais commencent à disputer aux hollandais le monopole du transport des esclaves de la côte africaine vers les Amériques, où deux grandes îles, la Jamaïque et Saint-Domingue et trois petites, la Martinique, la Guadeloupe et la Barbade deviennent la principale zone mondiale d'importation des esclaves.

Le futur roi d'Angleterre Jacques Stuart crée en 1672 la Compagnie royale d'Afrique tandis que son cousin français Louis XIV fonde la Compagnie du Sénégal la même année et dissout la Compagnie des Indes de Colbert, l'une des premières compagnies coloniales françaises, à qui il reproche son incapacité à importer des esclaves. Louis XIV devient en 1674 un monarque absolu. Il prend ses distances avec Colbert et tombe amoureux de la Marquise de Maintenon, issue de la Martinique, qui achète le château de Maintenon à Charles François d'Angennes, un flibustier devenant en 1678 le plus riche planteur de Martinique.

L'arrivée des Français et des Anglais en 1674 sur les côtes d'Afrique fait brutalement monter le prix des esclaves, entraînant le développement de nouveaux circuits d'approvisionnement à l'intérieur du continent, qui affaiblissent les sociétés africaines traditionnelles.

L'arrivée en masse de nouveaux esclaves aux Antilles fait parallèlement baisser leur prix d'achat par les planteurs de canne à sucre, tandis que la production de sucre progresse très vite, ce qui a pour effet d'abaisser le prix de cette denrée sur le marché mondial, et de favoriser sa consommation en Europe.

Pour laisser la voie libre aux planteurs de sucre, Jacques II et Louis XIV tentent d'évincer les petits planteurs de tabac de la Barbade et de Saint-Domingue, par ailleurs soupçonnés de collusion avec les flibustiers. En France, la ferme du tabac est un monopole créé en 1674. Le prix d'achat aux planteurs est abaissé et le prix de vente au contraire relevé. Du coup, la production est découragée et la plupart des consommateurs préfèrent s'approvisionner en tabac de Virginie et du Maryland, où Jacques II vient justement d'octroyer à des aristocrates catholiques des terres pour créer d'immenses plantations de tabac qui fonctionnent, elles, à base d'esclaves.

Deuxième étape, du milieu du XVIIe siècle au début du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La traite atlantique ne prit véritablement son essor qu'à partir du dernier tiers du XVIIe siècle[Petre 29].

Au total, 90 % de cette traite a eu lieu après 1672 et la création en Angleterre de la Compagnie royale d'Afrique, qui a surtout approvisionné la Jamaïque et en France de la Compagnie du Sénégal pour alimenter l'île de Saint-Domingue.

L'accroissement de l'activité négrière européenne[modifier | modifier le code]

Trois phénomènes concurrencèrent à accélérer la demande des négriers européens : des produits se firent plus rares (l'or et l'ivoire) ou étaient concurrencés (le poivre de malaguette par les épices des Indes) ; la canne à sucre était mise en production au Brésil et dans les Antilles ; le choix d'esclaves africains s'imposa aux exploiteurs [Petre 30] .

Au milieu du XVIIe siècle, la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales (ou W.I.C.) était toute puissante. Les Hollandais s'étaient implantés au Brésil et ils avaient enlevé Elmina. Leur position sur la traite fut renforcée par différents accords : l'asiento en 1662, puis l'accord entre l'Espagne et la firme Coijmans d'Amsterdam en 1685 et celui signé avec les assientis de la compagnie portugaise de Cacheu en 1699. Mais cette toute puissance ne dura pas. Ils furent supplantés par les Anglais et les Français. Le monopole de la W.I.C. pour le commerce avec l'Afrique dura jusqu'en 1730, et celui pour la traite jusqu'en 1738. Avec l'ouverture au commerce libre, le nombre de captifs déportés par les Hollandais augmenta. Entre 1751 et 1775, le nombre de déportés s'éleva à 148 000.

Londres, Bristol et Liverpool furent les principaux ports négriers britanniques. Il y eut aussi Whitehaven, Glasgow, Dublin, Plymouth. Le monopole du commerce avec l'Afrique était concédé à la Compagnie royale d'Afrique en 1698. Au total, il y a eu 5 700 négriers armés à Liverpool.

Entre 1651 et 1675, 115 000 esclaves étaient déportés. Entre 1676 et 1700, ils étaient 243 000. Entre 1701 et 1725, ils étaient 380 000. Entre 1726 et 1750, ils étaient 490 000. Entre 1751 et 1775, ils étaient 859 000. La décrue s'amorça dès 1776 et la traite fut interdite en 1807.

Visage africain d'un mascaron de la Place de la Bourse à Bordeaux

17 ports français participèrent à 3317 expéditions négrières. Nantes fut le principal port négrier français à partir du quai de la Fosse. 1427 expéditions y furent armées, soit 42 % de la traite française. D'autres ports armèrent de nombreux négriers : La Rochelle (427), Le Havre (399) et Bordeaux (393). Et il y eut aussi Saint-Malo (216), Lorient (156), Honfleur (125), Marseille (82), Dunkerque (44), Rochefort (20), Vannes (12), Bayonne (9), Brest (7).

Le démarrage de la traite française fut tardif. Bordeaux en 1672, Nantes et Saint-Malo en 1688 expédiaient leurs premiers négriers. Avant 1692, 42 négriers étaient partis de La Rochelle. Entre 1745 et 1747, il y eut en moyenne 34 expéditions négrières par an. Entre 1763 et 1778, il y en a eu 51 par an. Entre 1783 et 1792, il y en a eu 101 par an.

Une relative concentration de l'offre africaine[modifier | modifier le code]

Du milieu du XVIIe siècle au début du XIXe siècle, la traite entre Européens et Africains se mit en place sur toutes les côtes africaines :

L'offre africaine était cependant relativement concentrée au XVIIIe siècle[Petre 34] : dans le golfe du Guinée, il y avait la Côte-de-l'Or et la côte des Esclaves ; en Afrique centrale, les trois quarts des captifs étaient vendus entre Cabinda et Luanda, un espace côtier long de 300 miles ; des sites côtiers comme Ouidah.

Développement[modifier | modifier le code]

Au siècle des Lumières, la demande de produits américains en Europe occidentale connaît une croissance très forte : ce fut le cas par exemple du sucre, notamment celui de la colonie de Saint-Domingue, dont la production fut intensifiée par l'emploi d'environ 550 000 esclaves au XVIIIe siècle. La consommation de sucre, qui était quasiment nulle au XVIe siècle, était passée à 4 kilogrammes par personne et par an à la fin du XVIIIe siècle[7]. Ces besoins nouveaux avaient entraîné la création de nouvelles plantations et l'apport d'une main d'œuvre toujours plus importante qui n'existait pas sur place.

Le Brésil avait été la première destination des navires négriers : au total, plus de 40 % des déportés du commerce triangulaire y furent transportés[8].

Troisième étape, le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La demande occidentale, entre résistance et déclin[modifier | modifier le code]

La traite négrière occidentale avait amorcé un déclin à partir du début du XIXe siècle. Cependant, la traite restait très dynamique jusqu'en 1850, date à laquelle ce trafic se réduisit fortement pour s'arrêter en 1867. Sur le XIXe siècle, l'activité négrière occidentale change de nature. Après avoir été monopolisée, puis libéralisée par les États, l'activité négrière devenait illégale.

Le 16 mars 1792 une ordonnance du Roi du Danemark et de Norvège prévoit l'interdiction de la traite négrière pour les sujets de son royaume et l'interdiction de l'importation d'esclaves sur son territoire à compter de 1803[9]. En 1807, les Britanniques interdirent la traite. Les autres États européens suivirent le même chemin, mais ils n'étaient pas pressés de le faire. Et quand ces États interdirent la traite, leurs ressortissants négriers continuèrent dans l'illégalité. Évidemment ces décisions étaient prises sans aucune concertation avec les royaumes africains. Ces derniers continuèrent à faire des esclaves pour leur propre compte. Face à l'interdiction de la traite, des Européens souhaitèrent s'implanter en Afrique pour mettre en place des systèmes de plantations similaires à ceux des Amériques. Au Sénégal, Faidherbe lutta contre ces projets.

En 1807, les États-Unis et le Royaume-Uni abolissaient officiellement la traite des Noirs. Les autres nations européennes prenaient le même chemin avec le Congrès de Vienne de 1815. Cependant la traite fut poursuivie durant des dizaines d'années de façon clandestine. Le dernier envoi clandestin connu d'esclaves du Mozambique au Brésil eut lieu en 1862.

En France, après 1815, la traite illégale se poursuivit avec l'assentiment tacite des autorités. Elle était présentée comme un moyen de résister aux Britanniques soupçonnés de vouloir affaiblir l'économie nationale. Il fallut attendre les années 1820 pour voir la marine royale française lutter efficacement contre les trafiquants.

En fait c'est l'abolition de l'esclavage (en 1833 en Grande-Bretagne et en 1848 en France) qui mit un terme définitif à la traite négrière pour les Britanniques et les Français (par contre l'esclavage a continué d'exister au Brésil jusqu'en 1888).

Une offre africaine toujours concentrée[modifier | modifier le code]

En Haute Guinée et en Sénégambie (5 000 captifs par an jusqu'en 1850), le trafic s'était concentré dans la région de Gallinas. Lagos et Ouidah vendaient 60 % des captifs exportés de la baie du Bénin (10 000 captifs par an jusqu'en 1850). Dans la baie de Biaffra 9 à 12 000 captifs par an jusqu'en 1840. Les ventes s'effectuaient surtout à Bonny et aux deux Calabar. Le Congo[Lequel ?] et l'Angola vendaient 48 % des captifs de la traite atlantique du XIXe siècle. Ces ventes s'effectuaient à Loango, Cabinda, Ambriz, pour le Congo, et à Luanda et Benguela, pour l'Angola[Petre 35].

Poursuite par l'engagisme[modifier | modifier le code]

Forme déguisée de la traite lorsqu'elle affranchissait, une fois achetés et sur le bateau, des noirs réduits en esclavage sur la Côte d'Ivoire, l'engagisme dans sa première forme fut tellement décrié comme perpétuation du commerce triangulaire qu'il fut presque aussitôt aboli.

La seconde tentative de faire venir des coolies chinois dans les Caraïbes fut également un échec ; cette fois pas parce qu'ils fussent esclaves déguisés, mais parce que les maîtres des plantations trouvaient que ces serviteurs engagés renâclaient à la besogne.

La troisième tentative fut un tel succès qu'elle apporta le troisième peuplement exogène des Caraïbes. Il s'agissait des Indiens du sous-continent, en majorité provenant de l'Empire britannique des Indes, mais également d'autres passant par les comptoirs français de Chandernagor et Pondichéry.

Nombre de déportés des traites occidentales[modifier | modifier le code]

Des statistiques de plus en plus précises[modifier | modifier le code]

Dans Les Traites négrières, Essai d'histoire globale, Olivier Pétré-Grenouilleau écrit[Petre 36] :

« Il a fallu attendre 1969 et la publication du fameux The Atlantic Slave Trade. A census, de l'historien américain Philip D. Curtin (en)(1922-2009), pour que l'histoire quantitative de la traite par l'Atlantique sorte véritablement des brumes de l'imaginaire. Ce que les historiens anglo-saxons appellent le « jeu des nombres » débutait alors. Pour la première fois, les travaux portant sur la question étaient passés au crible de l'analyse critique historique. L'étude de Curtin venait à un moment où l'histoire de la traite des Noirs prenait son envol. C'était également l'époque où la New Economic History commençait à s'affirmer dans le monde anglo-saxon. Une histoire empruntant à l'économétrie qui a, de suite, trouvé dans la traite par l'Atlantique un formidable levier. Les résultats du Census, de Curtin, ont donc été immédiatement à l'origine de vastes débats, contribuant à impulser de très nombreuses recherches. En 1999, un CD-Rom était publié recensant 27 233 expéditions négrières, réalisées entre 1595 et 1866[10]. Reprises et commentées par Herbert S. Klein, dans un livre sorti la même année, complétées par David Eltis, dans un article paru en 2001, ces données seront encore affinées, lors de la publication d'un nouveau Census, annoncée par Steven Behrent, David Eltis et David Richardson. Tout cela fait du trafic atlantique la traite aujourd'hui la mieux connue, d'un point de vue statistique. Aucune autre migration humaine de l'histoire - forcée ou non - n'a sans doute été étudiée avec un tel luxe de détails. »

«  Il n'y a certes pas d'accord total sur les chiffres. Ainsi bien qu'ayant révisé ses estimations à la baisse, Joseph Inikori indiquait en 2002, qu'environ 12 700 000 Africains avaient été déportés à travers l'Atlantique. Cependant, un consensus général se dessine, confirmant les analyses d'ensemble de Curtin quant au volume global de la traite, tout en les nuançant dans le détail, c'est-à-dire dans ses rythmes. Selon lui, 9,5 millions d'Africains auraient été introduits dans les différentes colonies du Nouveau-Monde et, compte tenu de la mortalité au cours du middle passage, 11 millions, environ, seraient partis d'Afrique. Lors d'un colloque tenu à Nantes en 1985, l'historienne française Catherine Coquery-Vidrovitch annonçait que 11 698 000 Africains auraient été déportés, ajoutant par ailleurs que ce que l'on sait sur l'état des marines européennes de l'époque moderne ne permet guère de penser que ce chiffre aurait pu être dépassé[11].

En 2001, Eltis arrivait à un total de 11 062 000 déportés et de 9 599 000 esclaves introduits dans les Amériques entre 1519 et 1867[12]. Ce sont ces dernières données utilisées ici. Elles ont été élaborées à partir de sources de première main extrêmement variées, puisées dans les trois continents ayant été impliqués par la traite par l'Atlantique. »

En décembre 2008, David Eltis lance la plus large base de données consacrée à la traite négrière atlantique : The Trans-Atlantic Slave Trade Database, elle fait état de 12 521 336 déportés entre 1501 et 1866[13].

Rythme de la traite par l'Atlantique[modifier | modifier le code]

Nombre de captifs en milliers Pourcentage
Entre 1519 et 1600 266,1 2,4 %
Entre 1601 et 1650 503,5 4,6 %
Entre 1651 et 1675 239,8 2,2 %
Entre 1676 et 1700 509,5 4,6 %
Entre 1701 et 1725 958,6 8,7 %
Entre 1726 et 1750 1 311,3 11,9 %
Entre 1751 et 1775 1 905,2 17,2 %
Entre 1776 et 1800 1 921,1 17,4 %
Entre 1801 et 1825 1 610,6 14,6 %
Entre 1826 et 1850 1 604,5 14,5 %
Entre 1851 et 1867 231,7 2,1 %
Total[Petre 37] 11 061,8

Le pic fut atteint entre 1751 et 1800 avec une moyenne de 76 000 départs par an[Petre 38].

En prenant en compte l'évolution du taux de croissance, certaines nuances apparaissent. Ainsi, si entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle, le rythme d'accroissement moyen annuel de la traite était de 3,3 %, il se stabilisa autour des 2,2 % entre 1500 et 1700, pour ensuite ne progresser que de 0,7 % pendant les quarante premières années de du XVIIIe siècle. Il y a ensuite stabilisation puis le recul s'observa à partir de 1790. Le XVIIIe siècle peut donc être coupé en deux : la première partie enregistrant une constante progression quoique ralentie ; la seconde se caractérisant par une stabilisation puis par le déclin[Petre 39].

Régions de départ des esclaves de la traite atlantique[modifier | modifier le code]

Afrique centrale Baie du Bénin Baie du Biafra Côte de l'Or Haute-Guinée Sénégambie Afrique de l'Est ---Total---
Entre 1519 et 1675 787,4 (78,0 %) 35,0 (3,5 %) 94,8 (9,4 %) 51,3 (5,1 %) 2,0 (0,2 %) 34,8 (3,5 %) 3,2 (0,3 %) 1 009,0
Entre 1676 et 1800 2 473,8 (37,4 %) 1 453,4 (22,0 %) 963,8 (14,6 %) 922,9 (14,0 %) 367,8 (5,6 %) 349,1 (5,3 %) 75,2 (1,1 %) 6 606,0
Entre 1801 et 1867 1 626,4 (47,1 %) 546,5 (15,9 %) 459,1 (13,3 %) 69,0 (2,0 %) 225,2 (6,6 %) 114,5 (3,3 %) 406,1 (11,8 %) 3 446,8
Total[Petre 40] 4 887,6 2 034,9 1 517,7 1 043,2 595,5 498,4 484,5 11 061,8
Pourcentage 44,18 % 18,4 % 13,8 % 9,43 % 5,38 % 4,5 % 4,38 % 100 %

Nombre de captifs par milliers

Principales régions d'arrivée des esclaves[modifier | modifier le code]

Brésil Antilles britanniques Antilles françaises Amérique britannique continentale Amérique espagnole continentale Antilles espagnoles Antilles néerlandaises Guyane ---Total---
Entre 1519 et 1675 273,1 117,7 8,5 2,3 339,3 0 40,8 8,2 789,93
Entre 1676 et 1800 1 854,3 1 990,5 1 005,9 285,3 64,9 73,6 88,9 318,9 5 682,3
Entre 1801 et 1867 1 774,8 130,0 78,3 73,4 26,2 718,3 0 76,6 2 877,6
Total[Petre 37] 3 902,2 2 238,2 1 092,7 361,0 430,4 791,9 129,7 403,7 9 349,83

Nombre de captifs par milliers

Nombre de déportés par pays européen[modifier | modifier le code]

Portugal Angleterre / Grande-Bretagne France Provinces Unies Espagne États-Unis Danemark ---Total---
Entre 1519 et 1675 757,3 140,2 5,9 105,8 0 0 0,2 1 009,4
Entre 1676 et 1800 2 044,1 2 715 1 135,3 419,6 9,6 198,9 83,5 6 606
Entre 1801 et 1867 2 273,5 257 315,2 2,3 507,4 81,1 10,5 3 447
Total[Petre 41] 5 070,9 3 112,2 1 456,4 527,7 517 280 94,2 11 062,4
En pourcentage 45,8 % 28,1 % 13,2 % 4,8 % 4,7 % 2,5 % 0,9 % 100,0 %

Nombre de captifs par milliers

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

Le quart du trafic contrôlé par 4 % des familles négrières[modifier | modifier le code]

Selon l'historien Robert Stein, à Nantes, Bordeaux, La Rochelle, Le Havre et Saint-Malo, 550 familles arment au total 2 800 navires pour l’Afrique au XVIIIe siècle. Parmi elles, 22 (soit 4 % de l’ensemble) réalisent ¼ de l’armement. La large étude des associés et l’émergence d’une élite managériale étaient les réponses rationnelles au caractère risqué du trafic négrier, et ce quel que soit le lieu[14].

Les membres de cette aristocratie négrière occupent souvent le haut du pavé. Au XVIIIe siècle, dans les grands ports européens, ils fournissent en notables le négoce et les institutions. Présents dans les sociétés ou cercles culturels, ils affichent leur réussite à travers les façades de leurs hôtels particuliers, leurs propriétés rurales et leur style de vie. Leur aisance, leur influence, leur prestige et leur capacité à mobiliser plusieurs types de « capitaux » (économiques, culturels, symboliques, politiques…) peuvent leur ouvrir les portes du pouvoir. La plupart des maires de la Restauration (1815-1830) ont été des négriers illégaux notoires. Par l’intermédiaire de parents, d’alliés, d’amis, ces hommes infiltrent les sphères nationales du pouvoir, formant des lobbys.

Un trafic à la rentabilité aléatoire[15],[Petre 42][modifier | modifier le code]

La rentabilité en moyenne au plus fort de la traite

L'idée que les bénéfices des navires négriers étaient extraordinaires, nettement supérieurs à 100 %, enflamma l'imaginaire de plusieurs générations. Pourtant de récents travaux sur la rentabilité de la traite occidentale tendent à montrer que les profits étaient très loin d'être faramineux :

  • Selon W.Unger, les actionnaires hollandais de la Midelburgsche commercie Compagnie ne retirèrent qu'un profit moyen annuel de 2,1 % entre 1730 et 1790[Tho 52].
  • Selon J. Postman, sur la traite hollandaise (entre 1600 et 1815), les gains étaient de l'ordre de 5 à 10 % pour 54 % des expéditions. Même la traite libre connaissait des pertes.
  • Pour J. Meyer, les gains pour les Nantais se situaient entre 4 et 10 %.
  • Selon D. Richardson, W. Davenport, négrier de Liverpool, aurait obtenu un revenu moyen annuel de 10,5 % sur 67 expéditions entre 1757 et 1785[Tho 52]. À cette époque, les placements classiques rapportaient entre 4 et 6 %.
  • À Bristol, les profits des expéditions négrières étaient de 7,6 % entre 1770 et 1792.
  • Pour R. Anstey, la rentabilité de la traite britannique s'élevait à 10,2 % entre 1761 et 1807[Tho 52]. La traite britannique était la plus rentable parce que le système bancaire britannique assurait une plus grande rotation des capitaux et une meilleure rentrée des créances coloniales (Colonial Debt Act de 1732[Petre 43]). De plus, le coût des marchandises de traite était moins élevé et le nombre de marins sur un bâtiment britannique était moins important que sur un bâtiment français.
  • Pour Stephen Berhent, les profits de la traite britannique tournaient autour de 7,1-7,5 % entre 1785 et 1807.

"Une sorte de loterie où chacun espère rafler la mise"[Tho 53]

Les chiffres présentés ci-dessus ne sont que des moyennes et, à ce titre, ils doivent être fortement nuancés. Tous les travaux se rejoignent pour indiquer une très grande irrégularité des profits, à l'origine de réussites spectaculaires et de retentissantes faillites :

  • 18 des 67 expéditions de W. Davenport sont déficitaires.
  • Selon R. Stein, entre 1784 et 1786, la rentabilité des expéditions nantaises oscille entre -42 % et + 57 %.
  • En 1783, l'expédition négrière nantaise de la Jeune-Aimée rapporta un profit de 135 %[Tho 54].
  • À Bristol, un armateur qui organisa 30 expéditions de traite fit banqueroute en 1726[Tho 53].

La rentabilité de la traite indépendante au XVIIIe siècle

Sur la traite indépendante, les dangers étaient multipliés mais également les gains potentiels. En effet, ces trafiquants ne subissaient pas certains coûts des compagnies nationales à privilège (salaires des employés en métropole et en Afrique).

La rentabilité de la traite au XVIIe siècle et début XVIIIe siècle

À cette époque, les profits étaient importants et même des compagnies à monopole connurent de bonnes fortunes.

Cependant, Meyer pour les Français et Unger pour les Hollandais montrent qu'il y a eu une baisse de la rentabilité sur le XVIIIe siècle. Bien que certains facteurs (standardisation des marchandises de traite et essor des manufactures) contribuèrent à réduire les coûts, d'autres (concurrence accrue, instabilité militaire sur les mers, augmentation considérable de la valeur des êtres humains en Afrique[Tho 56]…), plus nombreux, avaient conduit à une baisse de la rentabilité.

Les profits au XIXe siècle

Ils dépassèrent ceux du siècle précédent.

  • Le Cultivateur, négrier nantais, rapporta un profit de 83 %[Tho 57].
  • Selon Howard, même si les Britanniques capturaient un bateau sur deux, le profit était de 100 %[Tho 58].

De gros négociants déportant des esclaves « illégalement », que ce soit à Cuba ou au Brésil, auraient fait faillite, a moins qu'ils n'aient investi dans les plantations de sucre ou de café. Il semble également que beaucoup de négriers aient exagéré leurs profits à cette époque[Tho 59].

La traite dans les économies occidentales[16],[Petre 44][modifier | modifier le code]

La traite, à l'origine du financement de la révolution industrielle ?

Pour Karl Marx, les sources de « l'accumulation primitive » à l'origine de la révolution industrielle étaient l'expropriation paysanne puis la traite et l'exploitation esclavagiste. E. Williams en 1944 a soutenu que la traite, à elle seule, avait suffi au financement du take-off britannique. À la suite de très nombreuses études sur la révolution industrielle et l'industrialisation en Europe, cette thèse est aujourd'hui dépassée :

  • selon François Crouzet (1922-2010), les premiers capitalistes de l'ère industrielle étaient issus des strates de la petite et de la moyenne bourgeoisie et les capitaux qu'ils avaient à leur disposition étaient modestes et facilement empruntables. Ces faits infirment la thèse d'une indispensable accumulation du capital pour expliquer les débuts de l'industrialisation (mais ce sont surtout les progrès techniques qui permirent la révolution industrielle en Angleterre (puis sur le continent) : invention de la machine à tisser (métier Jacquart) , de la machine à vapeur, de la locomotive à vapeur, de la production d'acier avec des procédés modernes, de machines agricoles etc);
  • les profits de la traite n'avaient pas atteint des sommets ;
  • d'autres facteurs, comme l'essor des campagnes, du commerce intérieur et la constitution d'un marché unifié, avaient joué un rôle déterminant dans le démarrage de la révolution industrielle britannique ;
  • selon S. Engerman, l'apport du capital négrier dans la formation du revenu national était rarement supérieur à 1 %, le maximum étant atteint en 1770 avec 1,7 % ;
  • R. Anstey estime que la contribution du trafic négrier dans la formation du capital britannique se situa en moyenne autour de 0,11 % ;
  • Olivier Pétré-Grenouilleau montre que les négriers nantais, élites dominantes jusqu'en 1840, investirent dans la banque et les assurances, contribuèrent à l'essor des méthodes de l'agriculture nouvelle, s'intéressèrent à la conserverie, à la construction navale et à la metallurgie. Il y a eu des croissances, parfois spectaculaires, dans certains secteurs mais Nantes n'a pas connu de développement économique. En diversifiant leurs investissements plutôt que d'investir de manière réelle et durable, les négriers nantais comme en Grande-Bretagne et partout en Europe, étaient des négociants et non des industriels.

La traite, le débouché de la production européenne ?

Pour P. Boulle, la traite n'a été « qu'un apport parmi d'autres au développement » de la Grande-Bretagne. C'est la multiplicité de ses marchés et l'intégration de ses secteurs économiques" qui fournirent à l'industrie les moyens de soutenir son développement. Au début du siècle, la part de l'Afrique dans le commerce extérieur n'était que de 2 %. Sur le XVIIIe siècle, la traite britannique s'était fortement accrue (50 % de la traite négrière) si bien qu'en 1760, 43 % des toiles exportées étaient à destination de l'Afrique. Mais l'Amérique et les Antilles, qui offraient alors un débouché presque aussi large, prirent une place de plus en plus importante au cours du temps. Quant au marché intérieur, il devient le principal débouché de l'industrie britannique après 1750.

En France, la traite (qui représentait 20 à 25 % du trafic négrier vers 1750) fit naître des industries locales. Mais celles-ci périclitèrent.

Pour les Provinces-Unies, elles avaient subi l'effet pervers ou boomerang de leur réussite commerciale : la masse et le bon marché des produits n'y permettaient pas l'implantation d'industries nationales.

Rôle de la traite dans le développement économique

Personne aujourd'hui ne conteste le rôle primordial de la traite dans l'extension du système de la grande plantation, dans l'essor des productions coloniales, ainsi que dans l'accroissement du commerce international de ces produits. Il est indéniable que le commerce international des produits des colonies était profitable, qu'il permit une croissance spectaculaire du trafic maritime et qu'ils ont été nombreux à y faire fortune. Mais ce n'est pas la cause du développement occidental.

  • Paul Bairoch montre que le commerce intra-européen avait joué un rôle beaucoup plus important que le commerce colonial dans l'essor du Vieux Continent.
  • Pour Eltis, la traite constituait une part si infime du commerce atlantique des puissances européennes que, même en imaginant que les ressources employés dans la traite n'auraient pu être employées ailleurs, sa contribution à la croissance économique des puissances européennes aurait été insignifiante. Lorsque la traite britannique fut à son maximum cela ne dépassait pas les 1,5 % des navires la flotte britannique et les 3 % de son tonnage. Quant au produit brut des colonies esclavagistes britanniques, il n'était guère plus élevé en 1700 que celui d'un petit comté britannique, et il correspondait à peine à celui d'un comté un peu plus riche en 1800. Il disait même « la taille et la complexité de l'économie britannique au début du XIXe siècle suggère l'insignifiance, et non l'importance du sucre. La croissance d'aucune économie ne peut en effet, quel que soit le lieu, dépendre d'une seule industrie »[Petre 45]. Eltis en conclut que la Grande-Bretagne aurait pu connaître un important développement économique en l'absence de ses relations avec l'Afrique et avec l'Amérique.
  • Pour la France, l'interruption de la traite (entre 1792 et 1802, puis entre 1803 et 1815) n'a pas provoqué un arrêt de l'économie française.
  • Les origines de la révolution industrielle sont lointaines et globales. Certains historiens n'hésitent pas à les faire remonter au Moyen Âge. Ainsi les marchés intérieurs européens et la formation précoce d'un marché national unifié en Grande-Bretagne (progrès des transports et petite taille du pays) ont joué un rôle important. La relative pénurie de main d'œuvre a pu pousser la Grande-Bretagne a créé des machines.
  • L'importance du commerce colonial dans le commerce total, si elle avait été spectaculaire au cours du XVIIIe siècle, doit être nuancée. En France, la croissance avait été réelle entre 1716-1736 et 1748. À la fin du XVIIIe siècle, la croissance du commerce extérieur français s'explique par la flambée des prix des produits coloniaux alors que les prix des autres produits reculent. Ensuite, une grande partie des produits coloniaux était immédiatement réexportée sans avoir été transformée (de 17,7 % en 1716, elle était de 33 % en 1787). La « colonisation » de l'économie française conduit à un trafic peu « productif ». Ce commerce profitait aux négociants, aux différents intermédiaires et à l'État.

Il faut également remarquer que la 'valeur ajoutée ' de cette activité servile était finalement faible : à part la production de sucre (facilement remplaçable, à l'époque, par la production de miel) et de tabac (pas vraiment utile pour la vie des gens de l'époque) , cette activité ne générait que peu de bénéfices (par rapport aux autres activités en Europe) , surtout si l'on considère les investissements coûteux pour y arriver : construction de navires, embauche d'équipage, fabrication de viande ou poisson salés en quantité etc.

Autres aspects[modifier | modifier le code]

La position de la papauté[modifier | modifier le code]

L'omniprésence des Portugais le long des côtes africaines de l'Atlantique durant cette période s'explique aussi par la politique des papes à l'égard de l'Afrique :

  • En 1442, le pape Eugène IV, par la bulle pontificale, Illius qui approuva les expéditions du prince Henri le Navigateur en Afrique[Tho 60].
  • Puis le pape Nicolas V publia deux bulles, Dum diversas et Romanus pontifex[Tho 61].
    • La première bulle, 1452, donna toute latitude aux Portugais pour attaquer, conquérir et soumettre les Sarrasins, païens et autres incroyants. L'emploi très fréquent du terme Sarrasin montre combien il était préoccupé de la situation en Méditerranée. Sans doute le but était-il de faire diversion et d'allumer des contre-feux pour éviter la chute de Constantinople, ce qui arriva l'année suivante.
    • La seconde bulle, du , approuva ce que les Portugais avaient entrepris et accueillit avec grand enthousiasme tant les découvertes que les installations en Afrique, encouragea les rois à convertir au christianisme les populations locales et donna son approbation expresse au monopole commerciale des Portugais en Afrique. Les conquêtes au sud du cap Bojador seraient à jamais portugaises. Il en était de même de « toute la côte de Guinée, incluant les Indes » (ce nom désignant alors à peu près tous les territoires censés se situer sur la route de la Chine).
  • Enfin, son successeur, Calixte III, publia la bulle Inter caetera en mars 1456[Tho 62].

Les Portugais obtinrent également du pape qu'il déclare que le Portugal avait conquis l'Afrique jusqu'à la Guinée. Fort de ces bulles, les Portugais n'hésitèrent pas à arraisonner tout bateau qui se trouvait sur les côtes africaines et à pendre l'équipage (surtout des Espagnols)[Tho 63].

Toutes ces fameuses bulles approuvant les expéditions portugaises avaient été promulguées parce que la papauté estimait nécessaire d'agir avec vigueur contre l'islam qui semblait menacer, après la chute de Constantinople, l'Italie elle-même, autant que l'Europe centrale. Calixte III déploya maints efforts pour mettre sur pieds une ultime croisade. Les projets du prince Henri s'inscrivaient dans ce plan d'ensemble [Tho 63] En 1494, par le traité de Tordesillas, les zones d'influence de l'Espagne et du Portugal étaient délimitées[Tho 64].

Quant à l'esclavage en particulier, en 1435, par la bulle Sicut Dudum, Eugène IV condamne l'esclavage des habitants Noirs des îles Canaries. Sous peine d’excommunication, tout maître d’esclave a quinze jours à compter de la réception de la bulle pour rendre leur liberté antérieure à toutes et chacune des personnes de l’un ou l’autre sexe qui étaient jusque là résidentes desdites îles Canaries […] Ces personnes devaient être totalement et à jamais libres et devaient être relâchées sans exaction ni perception d’aucune somme d’argent.

La bulle Sublimis Deus de Paul III, du , interdit totalement l'esclavage des Indiens d'Amérique. Il condamne sans appel la pratique de l'esclavage, et qu'il dénonce comme directement inspirée par l'Ennemi du genre humain, Satan.

Les arguments contre l'abolition[modifier | modifier le code]

  • Les arguments idéologiques

Les négriers avaient la possibilité de baptiser l'ensemble des captifs embarqués en Afrique. Par cet acte, les Noirs païens qui étaient « voués à l'enfer éternel », selon les missionnaires chrétiens, avaient une chance d'aller au paradis. C'étaient donc les esclaves, selon cet argument, les grands bénéficiaires de l'opération. Pour certains hommes, notamment des hommes d’Église, cet argument était essentiel[17].

Mesure de la ponction démographique de la traite[modifier | modifier le code]

Il apparaît très difficile d'évaluer les effets démographiques de la traite négrière dont les chiffres restent hautement contestés. Le point de départ de tout travail d'analyse est l'estimation de la population d'Afrique subsaharienne au XVIe siècle. En l'état actuel des connaissances, l'ampleur des variations des estimations rend toute conclusion impossible.

Estimation de la population d'Afrique subsaharienne
Auteur Population Période
Pétré-Grenouilleau 25 millions début du XVIIIe siècle
Louise Diop-Maes 600 millions XVIe siècle
Paul Bairoch 80 millions XVIe siècle
INED, Histoire du peuplement et prévisions (2004), p. 201 & 202 70 à 90 millions fin XVe siècle

Des chiffres contestés[modifier | modifier le code]

Certains auteurs, à l'image de Philip Curtin ou d'Olivier Pétré-Grenouilleau ont tenu pour négligeable les effets démographiques de la traite. Ils s'appuient pour soutenir cette thèse sur une estimation du nombre moyen annuel de déportés africains. Au plus fort de la traite, entre 1701 et 1800, ils estiment que près de 6 millions de captifs ont été déportés. Cela correspond à une moyenne de 60 000 départs par an, soit 0,3 % d'une population estimée par Pétré-Grenouilleau à 25 millions d'habitants au début du XVIIIe siècle. Ce pourcentage restait, selon les estimations du même auteur, bien inférieur au taux d'accroissement qu'aurait alors connu l'Afrique noire (aux environs de 1 % ?).

Les partisans de cette thèse considèrent par ailleurs que « la nature polygame des sociétés africaines a sans doute eu pour effet d’atténuer voire d’annuler en bonne partie cet éventuel déficit des naissances consécutif à la déportation de la population masculine[18] ». Cet argument a été vivement attaqué par les contradicteurs de Pétré-Grenouilleau : en dehors du fait qu'il véhicule un stéréotype raciste qui renvoie les sociétés africaines à une prétendue « nature polygame », il trahit pour ses détracteurs une méconnaissance du fonctionnement réel de la polygamie ainsi que des principes élémentaires de la démographie. Il n'existe en effet aucun lien entre natalité et type d'union matrimoniale. La polygamie, ou pour être plus précis la polygynie, ne change en effet rien au taux de natalité des femmes : elle peut même avoir pour conséquence de réduire ce taux, en instituant un délai d’isolement après chaque naissance[19]. Pétré-Grenouilleau mentionne aussi les décès de captifs survenus en Afrique. Il estime qu'en supposant qu'il y ait eu autant de décès que de captifs déportés, cela n'aurait pu que « localement » ralentir la croissance démographique et parfois l'annuler complètement[20].

Louise-Marie Diop-Maes adopte une toute autre approche : elle tente de comparer la population africaine du XVIe siècle, c'est-à-dire avant le début de la traite, avec celle du XIXe siècle pour estimer les effets globaux que la traite a pu avoir sur le développement démographique de l'Afrique noire. Les sources dont disposent les historiens pour effectuer de telles mesures sont extrêmement lacunaires, en partie à cause de l'absence d'archives, et pourraient le rester définitivement. Diop-Maes s'appuie principalement sur les récits des voyageurs arabes pour estimer la taille des villes et la densité du réseau urbain africain[Note 1] : elle estime que la population était au XVIe siècle de l’ordre de six cents millions (soit une moyenne d’environ trente habitants au kilomètre carré)[21].

Ces chiffres constituent, dans l'état actuel des recherches sur le sujet, une hypothèse haute. La fourchette des estimations effectuées jusque-là variaient entre 25 millions (hypothèse basse reprise par Pétré-Grenouilleau) et 100 millions d'habitants[Note 2]. Louise Diop-Maes estime par ailleurs la population de l'Afrique noire des années 1870-1890 à environ deux cents millions d'individus[Note 3] : l'Afrique noire aurait connu une réduction de sa population de quatre-cent millions entre le milieu du XVIe siècle et le milieu du XIXe siècle. Dans l'hypothèse moyenne d'une stagnation de la population africaine aux alentours de 100 millions d'habitants, Patrick Manning avance que la part de la population d'Afrique noire dans la population mondiale aurait chuté de deux tiers entre 1650 et 1850[22].

En adoptant des méthodes d'évaluation sensiblement différentes, le démographe nigérian Joseph E. Inikori ou l'historien Walter Rodney ont eux aussi conclu que les effets démographiques de la traite négrière avaient été importants. Pour Inikori, le système économique africain de l'époque qui différait sensiblement du modèle européen n'était pas capable de faire une de telle perte humaine. Des baisses de population localisées se sont transformées en problèmes plus généraux. Sans parvenir aux chiffres avancés par Diop-Maes, Inikori estime que la traite atlantique et les diverses calamités naturelles auraient fait 112 millions de victimes en Afrique noire.

Les partisans d'un effet démographique massif mettent l'accent sur les effets indirects engendrés par la traite : elle a créé en Afrique noire un nouveau système d’organisation économique et sociale qui s'est progressivement centré sur l’activité d’esclavage. L'esclave est devenu la principale monnaie des individus et des États dans leurs relations d’échange. Ce système a conduit à une recrudescence de guerres, de razzias et de rapts, de chasse à l’homme permanente qui ont provoqué l’arrêt des nombreuses activités productives que signalaient les voyageurs arabes du XIe siècle au XIVe siècle. Louise Diop-Maes cite le déclin et la fermeture des prestigieuses universités de Tombouctou et de Djenné comme indice des effets sociaux profonds de l'intensification de la demande européenne en esclaves.

Elle estime que la traite a eu pour conséquence « l’éparpillement et l’isolement des populations, d’où progressivement le déclin des villes, la réapparition de la vie sauvage à grande échelle, la différenciation des mœurs, coutumes, entraînant l’émergence de nouvelles langues, « ethnies » ; d’où aussi la perte de la mémoire collective, l’ancrage de l’esprit de division, la déliquescence sociale etc. : les individus, les groupes, les communautés, vont vivre dans une méfiance excessive et morbide les uns des autres, chacun considérant l’autre comme son plus grand ennemi[23] ».

Le cas de la Sénégambie[modifier | modifier le code]

Les conclusions générales tirées par Diop-Maes concordent avec les études plus localisées réalisées par William Randles en Angola[24] ou Martin Klein en Sénégambie. Les études menées sur cette région de l'Afrique à l'époque pré-coloniale permettent d'illustrer les différences de point de vue existant encore sur les conséquences de la traite négrière.

Martin Klein avance que, alors que la déportation des esclaves depuis la Sénégambie était relativement réduite en nombre absolu, le trafic a totalement désorganisé l'organisation politique locale (fin des grands empires et émiettement politique extrême) et généré une violence sociale importante. L'orientation générale des échanges vers le nord et le Sahara a été bouleversé par la traite négrière qui a déplacé la fenêtre d'ouverture du continent vers l'Atlantique (déclin des villes sahariennes, couplé à la chute de l'Empire songhaï, indépendante de la traite négrière, après la défaite de Tondibi contre le Maroc en 1591). Ainsi les Wolofs du Waalo et les Toucouleurs du Fouta Toro ont progressivement déserté, au cours du XVIIIe siècle, la rive nord du fleuve Sénégal pour la rive sud et se sont vus contraints de payer un lourd tribut aux Maures du Trarza et du Brakna[Note 4].

À l'inverse, Philip Curtin prétend[25] que cette même région n'aurait pas subi l'influence de la traite européenne, en restant en marge des échanges internationaux. Un de ses disciples, James Webb, amplifie les conclusions de son maître en affirmant que la traite transsaharienne est plus importante à la même période que la traite atlantique en Sénégambie. Les thèses de Curtin, et a fortiori celles de Webb sur l'impact de la traite sur les sociétés africaines ont été notamment critiquée par Joseph Inokiri, Jean Suret-Canale[26], Charles Becker[27] et certains de ses anciens étudiants comme Paul Lovejoy – ainsi que certains historiens sénégalais comme Abdoulaye Bathily ou Boubacar Barry[28].

Chronologie par pays[modifier | modifier le code]

  • Brésil

1888, abolition de l'esclavage au Brésil.

  • Cuba

1886, Cuba abolissait l'esclavage.

  • Danemark

1792, Par ordonnance royale, le Danemark abolissait la traite à compter de l'année 1803[9]

  • Espagne

1518, Charles Quint autorisait la traite et l'esclavage.

  • États-Unis

1807, les États-Unis abolissaient la traite.

1865, les États-Unis abolissaient l'esclavage.

  • France

1315, un Édit stipulait que tout esclave touchant le sol français devenait automatiquement libre.

1594, première expédition négrière française.

1626, autorisation de déporter les premiers esclaves dans une colonie française.

1642, autorisation de la traite par Louis XIII.

1664, création de la compagnie des Indes occidentales par Colbert[Petre 41].

1685, promulgation du «Code noir» par Louis XIV.

Sous la régence de Philippe, duc d’Orléans, les Lettres Patentes de 1716 et 1727 permettaient aux principaux ports français «de faire librement le commerce des nègres» et réduisaient de moitié les taxes sur les denrées en provenance des colonies comme le sucre[Petre 46]. Il restait à acquitter un droit de 20 livres par Noir introduit aux îles.

1725, sous Louis XV, fin du monopole effectif. La traite privée devenait libre en échange de droits payés.

1767, liberté totale de la traite sans droits à payer. La Compagnie des Indes rétrocèdait les Mascareignes au roi ; début de la croissance économique et intensification de l’esclavage.

1768, les ports étaient exemptés du droit de 20 livres par Noir introduit aux Iles, droit ramené entre temps à 10 livres.

1784 et 1786, Sous Louis XVI, les efforts financiers de l’État furent grands : tout navire négrier recevait une prime d’encouragement de 40 livres par tonneau de jauge payée avant son départ et une prime de 160 ou 200 livres pour chaque captif débarqué dans la partie sud de l'île de Saint-Domingue[Petre 46] ; ces efforts portèrent leurs fruits : les armateurs même les plus timorés eurent de l’estime pour ce trafic.

1788, création de la Société des amis des Noirs.

1791, confirmation de l'esclavage dans les colonies par l'Assemblée constituante française.

1793, la Convention refusait d'abolir l'esclavage et supprimait les primes pour la traite des esclaves.

1794, Abolition de l'esclavage par la Convention mais la traite continue à l'île Bourbon (aujourd'hui île de la Réunion) et à l'Île de France (île Maurice).

20 mai 1802, la loi du 30 floréal an X maintenait l'esclavage dans les colonies restituées (Martinique, Sainte-Lucie) par le Royaume-Uni à la France.

16 juillet 1802, arrêté consulaire sur le rétablissement de l'esclavage dans les colonies où il avait été aboli (Guadeloupe, Guyane, Saint-Domingue).

1815, Pendant les Cent-Jours, Napoléon décrètait l'abolition de la traite. Au Congrès de Vienne, la traite était officiellement interdite.

1817, Louis XVIII signait une ordonnance interdisant la traite en France.

1820, établissement de croisières de répression le long des côtes africaines.

1829, début de l'immigration indienne vers les colonies françaises.

1831, troisième et dernière loi abolitionniste française.

1848 La France abolit l'esclavage dans toutes ses colonies (ce qui abolit également la traite négrière réellement).

1849 Le Tourville aurait été le dernier navire français à réaliser une expédition négrière.

  • Grande-Bretagne

1807, la Grande-Bretagne abolissait la traite.

  • Hollande

1863, l'esclavage était aboli dans les colonies hollandaises de Surinam et Curaçao.

  • Portugal

1441 Début de la traite négrière occidentale. Des navigateurs portugais ramènent les premiers esclaves noirs au Portugal.

  • Vatican

1537, Le pape Paul III condamnait la pratique de l'esclavage dans la bulle Veritas ipsa

1839, Le pape Grégoire XVI condamnait officiellement la traite négrière.

Réglementations[modifier | modifier le code]

Le premier code visant à réglementer l'esclavage date de 1680. Il a été réalisé en Virginie. La Caroline fit de même en 1690[Petre 47].

Le Code noir français[modifier | modifier le code]

En France, le Code noir réglementait le traitement des esclaves dans les colonies. Par certains côtés, l'esclave était considéré comme un être humain, mais il était également une chose au sens juridique du terme, placée en dehors de tout droit de la personnalité[17]. Promulgué en 1685 par Louis XIV, le Code noir ne fut aboli qu'en 1848.

L'esclave, un être humain

  • Il y avait des articles sur le baptême (art. 2), le mariage (art. 11 et 13) et l'enterrement (art. 14) de l'esclave. Celui-ci était donc considéré comme un être humain parce que, selon le droit canonique, le sacrement du baptême, le sacrement du mariage et l'enterrement en terre sainte ne pouvaient être donnés qu'aux seuls êtres humains.
  • L'esclave était responsable pénalement (art. 32, 35 et 36). Dans le cas d'un crime, d'un vol ou de délits, le système de punitions mis en place était très sévère mais il n'était pas fondamentalement différent de celui appliqué à bien des hommes libres. L'esclave était donc un être humain.
  • Il existait des mesures visant à protéger le quotidien de l'esclave : obligation de fournir un minimum de nourriture aux esclaves (art. 22), de les vêtir (art. 25 et 26), d'assurer leur retraite (art. 27), de respecter des créneaux de repos (art. 6). Il y avait également des mesures limitant le pouvoir du maître. Les châtiments corporels trop graves et la mise à mort étaient interdits (art. 42 et 43). Mais dans les faits, cette partie sera peu, voire pas du tout, appliquée.
  • Enfin les articles sur l'affranchissement (art. 55, 56 et 57) donnent une qualité humaine à l'esclave.

L'esclave, un bien meuble

  • Par l'art. 44 et bien d'autres, l’esclave noir devenait un bien «meuble», c’est-à-dire une marchandise qui pouvait être vendue, transmise par héritage. Il rentrait également dans le capital de l'entreprise lorsqu'il travaillait. En cas de faillite de l'entreprise, l'esclave noir pouvait être vendu aux enchères, puisqu'il était considéré comme faisant partie de l'actif (art. 46).
  • Il pouvait également être assuré. Au XVIIIe, l'assurance sur la vie était interdite parce que la vie dépendait de Dieu, et donc cela revenait à faire un pari sur la volonté divine. En revanche, l'esclave pouvait être assuré puisqu'il était un bien meuble.
  • L'esclave ne pouvait pas posséder de patrimoine (art. 28).
  • L'esclave ne pouvait pas aller en justice (art. 31).
  • Les condamnations en cas de révolte pouvaient être extrêmes. L'esclave qui frappait (sans le blesser) son maître ou un membre de sa famille, risquait la mort. Au mieux, c'était le fouet et la marque au fer rouge d'une fleur de lys(art. 33).
  • Les condamnations en cas de fuite (art. 38) ou de rassemblement (art. 16) pouvaient également être extrêmes.

L'ambiguïté « humain ou marchandise » n'était pas une nouveauté du Code noir. Déjà dans l'Antiquité, le système juridique romain l'exprimait : selon le droit naturel, la morale, l'esclave était un homme, alors que, selon le droit positif, le droit romain précis, il était une chose.

Un crime contre l'humanité[modifier | modifier le code]

La traite occidentale est aujourd'hui considérée en France comme un crime contre l'humanité [Note 5].

Un commerce de personnalités influentes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Diop-Maes extrapole par exemple pour l'Afrique occidentale les pertes subies par les villes de Tombouctou, Gao, Kao à l'ensemble de la zone. Elle estime que si ces villes ont perdu les trois quarts de leurs habitants, l’ensemble de l’Afrique occidentale a dû perdre les trois quarts de sa population dans une proportion équivalente.
  2. Ces estimations sont basées sur un calcul rétrospectif basé sur l'état démographique de l'Afrique noire au milieu du XXe siècle. Paul Bairoch, dans son Mythes et paradoxes de l'histoire économique, porte par exemple cette estimation à 80 millions.
  3. Là encore, il s'agit d'une hypothèse haute ; une partie des études placent ce chiffre aux alentours de 100 millions, Patrick Manning à 150 millions.
  4. Pour plus de précision voir Le royaume du Waalo, de Boubacar Barry
  5. Reconnaissance acquise le , par le vote de la « loi Taubira » qui s'applique à l'esclavage dans son ensemble.

Références[modifier | modifier le code]

Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières, essai d'histoire globale, Gallimard

  1. p. 127 et 128
  2. p.  328, 329 et 334
  3. p.  328
  4. p.  129-131
  5. p.  123
  6. p.  131-132
  7. p. 133
  8. p.  132-133
  9. p.  320
  10. p.  75
  11. p.  93
  12. p.  93-94
  13. p.  95
  14. p.  96
  15. p.  97
  16. p.  99-100
  17. p.  100
  18. p.  383
  19. a et b p.  384
  20. p.  139
  21. p.  137
  22. p.  135
  23. p.  136-137.
  24. p.  137-139.
  25. p.  140.
  26. p. 359
  27. p. 36-37
  28. p. 187
  29. p. 169
  30. p. 55-67
  31. p. 170
  32. p. 171
  33. p. 171-172
  34. p.  196
  35. p. 196-197
  36. p. 162-164
  37. a et b p. 165
  38. p. 378
  39. p. 175
  40. p. 194
  41. a et b p. 166
  42. p. 318-327.
  43. p. 319
  44. p. 335-358.
  45. p. 347
  46. a et b p. 173
  47. p. 66

Hugh Thomas, La Traite des Noirs, Robert Laffont

  1. p. 303
  2. p. 871-873
  3. p. 442.
  4. p. 445
  5. p. 444.
  6. p. 446.
  7. p. 871
  8. p. 127-128.
  9. p. 128.
  10. p. 36-37
  11. p. 36
  12. p. 40.
  13. p. 39
  14. p. 42.
  15. p. 43-44.
  16. p. 45.
  17. p. 47.
  18. p. 54-55.
  19. p. p. 59
  20. p. 66
  21. p. 45
  22. p. 55
  23. p. 64-65.
  24. p. 68
  25. p. 71-72.
  26. p. 71.
  27. a et b p. 55.
  28. p. 56.
  29. p. 64.
  30. a et b p. 67-68.
  31. p. 69-70.
  32. p. 67.
  33. a et b p. 60.
  34. p. 63.
  35. p. 98 et 100.
  36. p. 60
  37. p. 67
  38. p. 70
  39. p. 101-102
  40. p. 122-123
  41. p. 108
  42. p. 138-139
  43. p. 78-79
  44. p. 80-81
  45. p. 106-108
  46. p. 115
  47. p. 129-130
  48. p. 116
  49. p. 124
  50. p. 125-127
  51. p. 137
  52. a, b et c p. 463.
  53. a et b p. 461.
  54. p. 461
  55. a et b p. 462.
  56. p. p. 464.
  57. p. 776.
  58. p. 777.
  59. p. 777-778
  60. p. 51
  61. p. 51-52
  62. p. 52
  63. a et b p. 53
  64. p. 77

Serge Daget, La Traite des Noirs, Ouest-France

  1. p. 109-110
  2. p. 152-166
  3. p. 86-99
  4. p. 103-104
  5. p. 104
  6. p. 139-144
  7. p. 140
  8. p. 141-142
  9. p. 143
  10. p. 144-145
  11. p. 145-149
  12. p. 155-163
  13. p. 163-165.
  14. p. 163-164.

Autres Références

  1. Jean Boudriot, « Le Navire négrier au XVIIIe siècle », in Daget 1988, p. 159-168
  2. (en) Raymond L. Cohn
  3. Gaugue 1997, p. 50
  4. (en)Theophilus Conneau, the saga of a Tale, de Bruce L Mouser, Université du Wisconsin-Lacrosse
  5. a, b, c et d Jacques Cauna, État sanitaire des esclaves et politique en matière de population sur une grande sucrerie de Saint-Domingue : l'habitation Fleuriau de Bellevue, 1777-1788, in Daget 1988, p. 205-221.
  6. Régent 2004, p. 112
  7. Butel 1989
  8. Dorigny et Gaino 2006
  9. a et b (fr) « Ordonnance de Sa Majesté le Roi du Danemark et de Norvège pour l'abolition de la Traite des Nègres », Mémoire St Barth (Comité de Liaison et d'Application des Sources Historiques),‎ (consulté le 12 décembre 2008)
  10. Heltis et al. 2000
  11. Catherine Coquery-Vidrovitch, Traite Négrière et démographie. Les effets de la traite atlantique : un essai de bilan des acquis actuels de la recherche, in Daget 1988, tome II, p. 57-69
  12. Eltis 2001
  13. « Trans-Atlantic Slave Trade Database », Université Emory (consulté le 6 décembre 2008)
  14. http://www3.ac-clermont.fr/pedago/histgeo2/sequences/fichelecture/traites_negrieres.pdf
  15. Pétré-Grenouilleau 1997, p. 77-80.
  16. Pétré-Grenouilleau 1997, p. 87-98.
  17. a et b Philippe Hesse, Le Code noir, de l'homme et de l'esclave, in Daget 1988, p. 185-191
  18. Pétré-Grenouilleau 1997
  19. Voir Tobner 2007
  20. Pétré-Grenouilleau 1997, p. 100-104.
  21. Diop-Maes 1996
  22. Manning 1990
  23. Diop-Maes 2007
  24. Randles 1969
  25. Dans Curtin 1975
  26. Suret-Canale 1977.
  27. Charles Becker, Les effets démographiques de la traite des esclaves en Sénégambie, in Daget 1988, tome II et Becker 1977.
  28. Barry 1984
  29. Wanquet et al. 1996

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Études et ouvrages de référence[modifier | modifier le code]

  • Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières, essai d'histoire globale, Paris, Gallimard,‎ 2004, 468 p. (ISBN 978-2070734993) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Hugh Thomas, La Traite des Noirs, Paris, Robert Laffont,‎ 2006, 1037 p. (ISBN 978-2221105597) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Serge Daget (dir.), De la traite à l'esclavage : actes du colloque international sur la traite des Noirs, Nantes 1985, Nantes, Serge Daget,‎ 1988 (ISBN 2859700110) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Serge Daget, La Traite des Noirs, Rennes, Ouest-France Université,‎ 1990, 300 p. (ISBN 9782737302596) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Tidiane N'Diaye, Le génocide voilé, Paris, Gallimard,‎ 2008, 288 p. (ISBN 9782070119585)
    11 siècles de déportation, d'esclavage arabo musulman en Afrique sub-saharienne.
  • Jean-Philippe Omotunde, La traite négrière européenne: Vérités et mensonges, vol. III, Paris, Ménaibuc
  • (en) Robin Blackburn, The Making of New World Slavery, Verso,‎ 1997, 602 p. (ISBN 978-1859841952)
  • Jacques de Cauna, Au Temps des Isles à Sucre. Histoire d'une plantation de Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Karthala,‎ 1987, 285 p. (ISBN 978-2845863521)
  • Maurice Lengellé, L'Esclavage, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? »,‎ 1976, 126 p. (ISBN 2130442315)
  • Raymond-Marin Lemesle, Le Commerce colonial triangulaire (XVIIIe ‑ XIXe siècle), Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? »,‎ 1998, 127 p. (ISBN 2130493408)
  • Jean Meyer, Esclaves et Négriers, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes »,‎ 1998, 160 p.
  • (en) Christopher L. Miller, The French Atlantic Triangle: Literature and Culture of the Slave Trade, Durham, Duke University Press,‎ 2008, 592 p.
  • Olivier Pétré-Grenouilleau, La Traite des noirs, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? »,‎ 1997, 128 p. (ISBN 2130484158) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Philippe Régent, Esclavage, métissage, liberté, Paris, Grasset,‎ 2004, 505 p. (ISBN 224664481X) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Claude et Jacqueline Briot, « Les Négriers du Havre-de-Grâce », Neptunia, vol. 1987/3, no 167,‎ 1987
  • Claude Wanquet, Benoît Jullien, Indian Ocean International Historical Association et Université de la Réunion - Faculté des lettres et sciences humaines, Révolution française et océan Indien: prémices, paroxysmes, héritages et déviances : actes du colloque de Saint-Pierre de la Réunion organisé par l'Association historique internationale de l'océan Indien, octobre 1990, Paris, L'Harmattan,‎ 1996, 526 p. (ISBN 9782738441102)
  • Marcel Dorigny et Bernard Gaino, Atlas historique de l'esclavage, Paris, Autrement,‎ 2006, 80 p. (ISBN 2746708787) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) David Heltis, Steven D. Behrendt, David Richardson et Herbert S. Klein, The Trans-Atlantic Slave Trade. A Database on CD-Rom, Cambridge, C.U.P.,‎ 2000 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Louise-Marie Diop-Maes, Afrique noire : démographie, sol et histoire : une analyse pluridisciplinaire et critique, Gif-sur-Yvette, Présence-Africaine-Khepera,‎ 1996, 387 p. (ISBN 2708706241) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Patrick Manning, Slavery and African life : Occidental, Oriental, and African slave trades, Cambridge, C.U.P.,‎ 1990, 252 p. (ISBN 978-0521348676) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Philip D. Curtin, Economic Change in Precolonial Africa : Senegambia in the Era of Slave Trade, Madison, University of Wisconsin Press,‎ 1975, 363 p. (ISBN 9780299066505)
  • Boubacar Barry, la Sénégambie du XVe au XIXe siècle. Traite Négrière, Islam, Conquête Coloniale, Paris, L'Harmattan,‎ 1984, 432 p. (ISBN 2-85802-670-X)
  • Anne Gaugue, Les états africains et leurs musées: La mise en scène de la nation, L'Harmattan,‎ 1997, 232 p. (ISBN 978-2738452733) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles[modifier | modifier le code]

  • Paul Butel, « Succès et déclin du commerce colonial français, de la Révolution à la Restauration », Revue économique, vol. 40, no 6,‎ 1989, p. 1079-1096 (lire en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) David Eltis, « The Volume and Structure of the Transatlantic Slave Trade : a Reassessment », The William and Mary Quarterly, vol. 58,‎ janvier 2001, p. 17-46 (ISSN 0043-5597)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Louise-Marie Diop-Maes, « Conséquences sur l'Afrique », Le Monde diplomatique,‎ novembre 2007, p. IV (ISSN 0026-9395, lire en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • William G. Randles, « De la traite à la colonisation. Les Portugais en Angola », Annales. Économie, Société, Civilisation, vol. 24, no 2,‎ 1969, p. 289-304 (ISSN 1953-8146, lire en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Suret-Canale, « La Sénégambie à l'ère de la traite », Revue Canadienne des Etudes Africaines, vol. XI, no 1,‎ 1977, p. 125-134 (ISSN 1923-3051)
  • Charles Becker, « La Sénégambie à l'époque de la traite des esclaves », Revue Française d'Histoire d'Outre-Mer, no 235,‎ 1977, p. 220 (ISSN 1631-0438)

Ouvrages connexes[modifier | modifier le code]

  • Odile Tobner, Du racisme français, Quatre siècles de négrophobie, Paris, Les Arènes,‎ 2007, 306 p. (ISBN 978-2352040385)
  • Paul Bairoch, Mythes et Paradoxes de l'histoire économique, Paris, la Découverte,‎ 1995, 286 p. (ISBN 978-2707148407)
  • Boubacar Barry, Le royaume du Waalo. Le Sénégal avant la conquête, Paris, Karthala,‎ 1985, 421 p. (ISBN 9782865371419)
  • Anthologie, C’est à ce prix que vous mangez du sucre, Les discours sur l’esclavage d’Aristote à Césaire, Paris, Flammarion,‎ 2006, 175 p. (ISBN 9782080721877)

Œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :