Meriwether Lewis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lewis.
Portrait de Meriwether Lewis par Charles Willson Peale.

Meriwether Lewis, né le 18 août 1774 et mort le 11 octobre 1809, est un explorateur et soldat américain. Il mena, avec William Clark, la célèbre expédition Lewis et Clark à travers l'Amérique du Nord.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de William et Lucy (Meriwether) Lewis, Meriwether Lewis est né dans le Comté d'Albemarle en Virginie (près de Charlottesville). À l'âge de 10 ans, il déménagea en Georgie avec ses parents. À 13 ans, il retourna en Virginie pour y être éduqué par des précepteurs particuliers.

Lewis s'enrôla dans la milice de Virginie et en 1794 fit partie d'un détachement qui réprima la Révolte du Whisky. L'année suivante, il intégra l'armée régulière et servit jusqu'en 1801. En 1797 il fut initié à la franc-maçonnerie[1]. Il quitta l'armée avec le rang de capitaine.

Lewis était secrétaire particulier du Président Thomas Jefferson en 1801 ; il a donc été très impliqué dans la préparation de l'expédition : il fut envoyé par Jefferson à Philadelphie pour apprendre les rudiments nécessaires et en particulier à établir une carte.

Après son retour de l'expédition Lewis et Clark, Lewis a reçu en récompense une terre de 6 km² et fut Gouverneur du Territoire de Louisiane.

Il ne devait pas se rendre à Saint-Louis avant mars 1808, un an après sa nomination au poste de Gouverneur, retenu sur la côte Est par Thomas Jefferson. Période qu'il ne sut ou ne put pas mettre à profit pour écrire l'ouvrage attendu par le Président, et annoncé sous deux ans par son ex secrétaire particulier (en deux parties et trois tomes).

À son arrivée retardée à Saint Louis, Meriwether Lewis entra rapidement en conflit avec le Secrétaire Territorial qui lui était subordonné, Frederick Bates, puis avec William Eustis au War Department à Washington, qui refusait d'honorer les dépenses engagées par le Gouverneur, sous prétexte de manque d'informations, voire de confusions entre intérêts privés et argent public. Après un premier échec, Lewis s'était en effet vu contraint d'engager des fonds importants pour ramener chez lui le chef Mandan Sheheke-shote...qu'il avait réussi à convaincre de voyager jusqu'à Washington et Philadelphie pour rencontrer Thomas Jefferson.

Le Président lui même, après un premier échec (conflit avec les Arikaras bloquant la première tentative), faisait de l'accélération de ce rapatriement une affaire tant d'honneur que d'obligation politique. Meriwether Lewis se vit refuser les frais inhérents à la deuxième tentative de rapatriement de Sheheke-shote par William Eustis dans un courrier de 15 juillet 1809.

Thomas Jefferson n'était alors plus Président des États-Unis, remplacé par James Madison.

Lewis est mort suite à deux coups de pistolet dans une taverne nommée Grinder's Stand à 110 km environ de Nashville dans le Tennessee sur la Piste Natchez alors qu'il se rendait à Washington pour défendre, apparemment désespérément, son intégrité. La thèse du suicide est, pour beaucoup (à commencer par les contemporains Thomas Jefferson et William Clark), la plus probable.

Botanique[modifier | modifier le code]

L'IPNI lui attribue une abréviation en botanique.

Lewis est l’abréviation botanique officielle de Meriwether Lewis.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI

Néanmoins, cette abréviation peut être utilisée à tort pour désigner d'autres Lewis, ayant généralement publié bien à après la mort de Meriwether Lewis.

Postérité[modifier | modifier le code]

La plante alpine Lewisia (famille des Portulacaceae), que l'on trouve dans les jardins rocailleux porte son nom. Le pic de Lewis (Melanerpes lewis) lui a été dédié par l'ornithologue britannique George Robert Gray (1808-1872) en 1849.

Le Comté de Lewis dans le Tennessee, la ville de Lewiston dans l'Idaho et l'installation militaire de Fort Lewis dans l'État de Washington portent également son nom. En 1941, un navire de guerre a été baptisé SS Meriwether Lewis. Il a été torpillé et coulé en 1943.

Relations avec Clark[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage écrit en 2003 I Should Be Extremely Happy in Your Company, l'auteur « hétérosexuel » Brian Hall explicite qu'une des raisons pour lesquelles Lewis Merriwether se serait suicidé à l'âge de 35 ans était que Lewis se sentit malheureux en amour après que William Clark épousa une femme du nom de Julia.

Lewis était déjà profondément déprimé après l'expédition et ne se réadapta pas vraiment à son retour dans la vie civilisée. Quelques jours avant son suicide sur la Piste Natchez, Lewis était convaincu que William Clark essayait de le rattraper, venant à son "aide".

« Ce qui est fascinant au sujet de Lewis était son état de solitude et d'isolement intense et les indices très intrigants répertoriés qui témoignent la profonde et intense camaraderie que Lewis éprouvait pour Clark plus que ce dernier n'éprouvait pour son compagnon », explique Hall.

Les lettres et extraits des journaux de Lewis and Clark sont à même d'éveiller le gaydar des lecteurs ouverts d'esprit.

Quand le Président Thomas Jefferson lui demanda de mener l’expédition, Lewis écrivit à Clark : « Crois-moi, il n’y a aucun homme sur terre avec qui je devrais partager ce plaisir qu’avec toi-même. » Et d'ajouter, « En votre compagnie je serais extrêmement heureux (...). » C'est une lettre touchante qui révèle le lien étroit existant entre les deux hommes. Une autre lettre de Lewis décrit une confortable petite maison que Clark et lui-même partageraient ensemble. Clark appela son premier enfant Lewis.

Clark reporta également ses observations sur les Indiens dont certains s’habillaient dans le genre opposé (les «two-spirited » people) et avaient des rapports amoureux et sexuels avec les personnes de genre masculin. Ses écrits sont sans jugement pour l’époque.

Il apparaît également que Lewis n’eut pas de rapports sexuels pendant les deux années de l’expédition, malgré les nombreux documents qui rapportent que les hommes engagés dans l’expédition avaient de nombreux rapports sexuels avec les Amérindiennes. Ses commentaires à propos des femmes vont d’un dégoût ouvertement exprimé pour leur corps à une appréciation poétique chaste pour les jolies demoiselles.

Après l'expédition Lewis et Clark, le mariage de Lewis fut voué à l’échec. Une lecture attentive de ses écrits ne révélera pas la moindre preuve d’amour pour quelque femme que ce soit comparé à l’émotion qui le traversa dans sa lettre à Clark lui proposant de le rejoindre pour partir à l’aventure vers la conquête de l’Ouest.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :