Mato Grosso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mato Grosso (homonymie).

15° 34′ S 56° 04′ O / -15.566666666667, -56.066666666667

Mato Grosso
Héraldique
Héraldique
Drapeau
Drapeau
Carte de l'État du Mato Grosso (en rouge) à l'intérieur du Brésil
Carte de l'État du Mato Grosso (en rouge) à l'intérieur du Brésil
Administration
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Capitale Cuiabá
Plus grande ville Cuiabá
Région Centre-Ouest
Gouverneur Silval Barbosa (PMDB)
IDH 0,773 — moyen (2000)
Fuseau horaire UTC-4
ISO 3166-2 BR-MT
Démographie
Population 2 803 274 hab. (2005)
Densité 3,1 hab./km2
Rang classé 19e
Géographie
Superficie 903 358 km2
Rang classé 3e

Le Mato Grosso est l'un des États amazoniens situés dans la partie occidentale du Brésil. Mato Grosso se traduit « grande brousse » (et non « grande forêt » comme c'est souvent le cas selon Claude Lévi-Strauss : "le mot forêt se rend par le féminin mata, tandis que le masculin exprime l'aspect complémentaire du paysage sud-américain[1]").

Dans le Chapada dos Guimarães comme dans une grande partie de cette région la riche forêt tropicale régresse au profit d'une agriculture appauvrissant le milieu et les amérindiens

Il a été et reste l'une des zones les plus riches du monde en biodiversité, mais il est fortement touché par la déforestation et la fragmentation écologique par les routes et l'agriculture intensive. Il est également l'objet de reboisement durable.

Les États voisins sont (de l'ouest dans le sens des aiguilles d'une montre) Rondônia, Amazonas, Pará, Tocantins, Goiás et Mato Grosso do Sul. Il a également des frontières avec la Bolivie au sud-ouest. À l'exception de la capitale de l’État, Cuiabá, les villes sont peu développées. Les plus importantes sont Várzea Grande, Barra do Bugres, Barra do Garças, Cáceres, Rondonópolis et Sinop.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Mato Grosso est divisé en trois zones distinctes :

  • le plateau du Mato Grosso, situé au centre et au sud-est de l'État, est, avec la Serra dos Parecis, massif montagneux qui le prolonge au centre-ouest, la ligne de partage des eaux entre le bassin de l'Amazone au nord et celui du Paraguay au sud. Formé de chapadas (hauts plateaux), sa végétation est dominée par le cerrado (savane brésilienne) ;
  • les dépressions du rio Xingu et du rio Araguáia, séparées par la Serra do Roncador, sont situées au nord de Cuiabá et du Plateau du Mato Grosso. Le Xingu et l'Araguáia sont alimentés par de plus petits rios venus du Pantanal ou de diverses serras. Le Xingu se déverse dans l'Amazone plus au nord, dans l'État du Pará; l'Araguáia se jette dans le rio Tocantins qui est également un affluent de l'Amazone. Le territoire est presqu'entièrement dominé par la forêt amazonienne ;
  • le Pantanal occupe 50 000 km² du sud-ouest de l'État. Il s'agit d'un grand marais, suite de la plaine alluviale du rio Paraguay. Plus grande zone humide du Brésil abritant une grande diversité d'animaux, il reste fragile car il est insuffisamment protégé par le gouvernement brésilien. La Transpantaneira est une route de terre qui a à l'origine été prévue pour le traverser mais, construit dans les années 1970, il n'a jamais été terminé et est maintenant la plupart du temps employé pour les excursions touristiques.

Hors forêt, le Mato Grosso est un État essentiellement agraire, à l'économie basée sur l'élevage bovin et le soja. Si seuls 7 % du territoire[2] sont cultivés ou réservés à l'élevage, cette proportion tend à s'accroître à cause de l'avancée du front pionnier et de la déforestation suivie de l'utilisation de pesticides pour le défrichement, qui menacent plus encore la survie des indiens de l'ethnie Enawene Nawe[3].

L’État possède un parc national, le Chapada dos Guimarães.

Les Indiens Bororo vivent dans la région du Mato Grosso.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat du Mato Grosso est typique de la forêt amazonienne, très humide et tropicale. La température annuelle est de 26 °C. Il y tombe plus de 1 000 mm de pluie annuellement. Dans le cerrado du sud, le climat est plus sec. Il y a également une saison sèche dans le Pantanal qui s'assèche alors presque complètement.

Histoire[modifier | modifier le code]

Enfant amérindien du Mato Grosso
Photographie de Marc Ferrez
En un siècle l'agriculture et l'industrialisation ont bouleversé l'environnement d'une grande partie du Mato Grosso (Rondonopolis)

Lors du traité de Tordesillas partageant le Nouveau Monde entre le Portugal et l'Espagne, le Mato Grosso était compris dans la région attribuée à ce dernier pays. Le premier noyau véritable de peuplement « blanc » ne fut cependant créé qu'en 1680 par les Jésuites mais ceux-ci furent rapidement expulsés par certains explorateurs sans scrupules.

En 1718, une expédition de recherche portugaise découvre de l'or près des berges du rio Coxipos, au centre-sud du futur État. Un an plus tard, un poste frontière y est fondé, Arraial de Forquilha. Les premiers colons blancs s'y installent par la même occasion. Voulant garantir sa nouvelle frontière, le Portugal crée la capitainerie du Mato Grosso dont le premier gouverneur est Rodrigo Cesar de Mezenes.

Celui-ci intensifie la colonisation dans la région et installe un système de défense vis-à-vis les Espagnols. Arrial prend le nom de Cuiabá en 1727. Les frontières sont officialisées lorsque le Portugal signe avec l'Espagne le traité de Madrid en 1750 suivi de celui d'Ildefonso en 1777.

La colonisation reste cependant limitée à la région de Cuiabá, le reste du territoire étant habité par des Indiens plutôt insoumis.

À partir du milieu du XIXe siècle, la production d'or commence à décliner. À la fin du siècle, les seringueiros (producteurs de caoutchouc) et les éleveurs commencent à s'établir dans la région. Les éleveurs lorgnent surtout vers le cerrado, au sud de Cuiabá, alors que les seringueiros s'intéressent aux forêts près de la frontière bolivienne.

De 1901 à 1917, un mouvement séparatiste contrôle temporairement le Mato Grosso mais le gouvernement fédéral finit par intervenir. L'État reprend véritablement son développement après la Seconde Guerre mondiale, organisé principalement par les frères Villas Boas, qui créent la Fondation du Brésil Central dont le but est de favoriser le peuplement de la région par les habitants de la Côte. Ce sont également eux qui établissent les premiers véritables contacts avec les Indiens habitant le Haut-Xingu.

En 1977, le Mato Grosso do Sul est séparé du Mato Grosso pour former un nouvel État.

Le gouverneur actuel du Mato Grosso est Silval Barbosa.

Gouverneurs[modifier | modifier le code]

Liste des gouverneurs successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1991 1994 Jayme Campos PFL  
1995 2002 Dante de Oliveira PSDB  
2002 2003 Rogério Salles PSDB  
2003 2010 Blairo Maggi PR  
2011 2014 Silval Barbosa PMDB  

Économie[modifier | modifier le code]

exploitation du coton dans une fazenda. Cliquez pour agrandir.

En 2005, 70 % du PIB du Mato Grosso provient de l'agriculture et de l'élevage[2]. Les exploitations agricoles produisent 18 millions de tonnes de soja et 29 millions de bovins[2]. Grâce à cette région, le Brésil demeure le premier producteur et le premier exportateur de soja du monde. Les autres cultures du Mato Grosso sont le coton, le riz, la canne à sucre et le maïs.

Cette agriculture, en pleine expansion du fait des besoins alimentaires et la demande d'agrocarburant (bioéthanol), est responsable d'une déforestation intense, la plus importante de tous les États de Brésil[4].

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'université fédérale du Mato Grosso est répartie sur l'étendue de l’État avec quatre campus, cinq centres d'éducation à distance, une ferme expérimentale, une base de recherches au Pantanal, l'hôpital universitaire et dix postes d'enseignement. L'université est dirigée depuis 2000 par le recteur Paulo Speller qui devrait rester en place jusqu'en 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tristes tropiques p.185, Terre Humaine Poche
  2. a, b et c Michel Faure, « Brésil, la colère du soja », dans Le Monde du 15/07/2006, [lire en ligne]
  3. * Appel de l'ONG Survival (avril 2007)
  4. Le monde Les autorités brésiliennes ne parviennent pas à freiner la déforestation de l'Amazonie le 05/06/08; consulté le 5/06/08