Vice-royauté du Río de la Plata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vice-royauté du Río de la Plata
Virreinato del Río de la Plata (es)

17761810/1816

Drapeau
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Localisation de la vice-royauté du Río de la Plata vers 1796. En vert foncé se trouvent les territoires souverains, en vert clair les territoires revendiqués.

Informations générales
Statut Vice-royauté de l'Empire colonial espagnol
Capitale Buenos Aires
Histoire et événements
1er août 1776 Création
1806-1807 Invasions britanniques
Mai 1810 Révolution de Mai : indépendance de facto
1816 Congrès de Tucumán : indépendance de jure
Vice-rois
(1er) 1776-1778 Pedro de Cevallos
(Der) 1810-1811 Francisco Javier de Elío

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La Vice-royauté du Río de la Plata fut créée en 1776 sur ordre du roi Charles III d'Espagne, dans le but d'améliorer la défense des colonies espagnoles d'Amérique du Sud et de mieux protéger les grandes voies de communication qui drainaient les richesses de cette dernière depuis le Pérou jusqu'à l'océan Atlantique en direction de l'Espagne.

Création[modifier | modifier le code]

Pedro de Cevallos fut chargé par la couronne de la création de la vice-royauté du Río de la Plata, ayant son siège à Buenos Aires, ce pourquoi il reçut la cédule royale a San Ildefonso le 1er août 1776. On l'envoyait pour obtenir satisfaction des Portugais pour les insultes commises dans le Río de la Plata. Cela indiquait clairement que l'administration de la nouvelle entité aurait un caractère nettement militaire. Et effectivement, le premier acte du nouveau vice-roi fut l'attaque qui se voulait décisive contre l'établissement portugais de Colonia del Sacramento construit, en violation du traité de Tordesillas, sur le territoire actuel de l'Uruguay, face à Buenos Aires.

La vice-royauté comprenait les territoires qui appartiennent aujourd'hui à l'Argentine, l'Uruguay, le Paraguay, la Bolivie, et partiellement au Chili et au sud du Brésil.

Une grande partie du territoire de la vice-royauté resta insoumise jusqu'à la seconde moitié du XIXe siècle, ainsi que le montre la carte suivante :

Carte de la vice-royauté du Río de la Plata. En rouge clair, les territoires des amérindiens restés non soumis jusqu'au XIXe siècle.

Motif fondamental de sa création[modifier | modifier le code]

Ces territoires dépendaient de la vice-royauté du Pérou. Or celle-ci avait une extension énorme et les communications (à travers la Cordillère des Andes notamment) y était extrêmement lente à l'époque. Si des évènements graves se passaient en région platéenne, il fallait des semaines pour que le vice-roi de Lima en soit averti et puisse y réagir. Par contre Buenos Aires était entourée de vastes plaines qui facilitaient énormément la rapidité des courriers.

Le roi Charles avait pris une décision rationnelle en regroupant dans une même entité toutes les régions de l'empire situées dans le bassin du Paraná. Le fait d'avoir laissé le Chili au sein de l'administration de Lima procédait de la même logique, car les communications avec le Pérou, le long des côtes de l'océan Pacifique, y étaient rapides, bien plus rapides qu'avec la pampa voisine dont le Chili était coupé par la Cordillère. À cela s'ajoutait le problème de la neige qui bloquait les cols en hiver.

Autres motifs[modifier | modifier le code]

Subdivisions de la vice-royauté du Río de la Plata

D'autres motifs pressants contribuèrent à convaincre Charles III de décider cette séparation d'avec le Pérou:

  • l'avancée et la montée en puissance des britanniques.
  • la pression des portugais (de surcroit de plus en plus alliés des anglais) à Colonia del Sacramento et ce, en violation du traité de Tordesillas.
  • la croissance accentuée de Buenos Aires comme centre commercial
  • l'importance de l'estuaire du Río de la Plata comme voie d'entrée dans le continent et l'organisation de la défense des ports de Buenos Aires et de Montevideo
  • les expéditions agressives de plus en plus fréquentes des anglais et des français sur les côtes de Patagonie, et leur désir de s'approprier ces régions (les Malouines par exemple).

Liste des vice-rois du Río de la Plata[modifier | modifier le code]

Vice-roi Période Portrait
Pedro de Cevallos 15 octobre 177712 juin 1778 Pedro de Cevallos.jpg
Juan José de Vértiz y Salcedo 12 juin 17787 mars 1784 Juan José de Vértiz y Salcedo.jpg
Nicolás del Campo (es) 7 mars 17844 décembre 1789
Nicolás Antonio de Arredondo (es) 4 décembre 178916 mars 1795
Pedro Melo de Portugal (es) 16 mars 179515 avril 1797 Coat of Arms of Pedro Melo de Portugal 2.svg
Antonio de Olaguer y Feliú 2 mai 179714 mai 1799 Antonio Olaguer Feliú.png
Gabriel de Avilés y del Fierro (es) 14 mai 179920 mai 1801 Avilés1.jpg
Joaquín del Pino (es) 20 mai 180111 avril 1804 Joaquin del Pino.jpg
Rafael de Sobremonte 23 avril 180410 février 1807 Rafael de Sobremonte.jpg
Jacques de Liniers 10 février 180730 juin 1809 Santiago de Liniers.jpg
Baltasar Hidalgo de Cisneros 30 juin 180925 mai 1810 Baltasar Hidalgo de Cisneros.jpg
Francisco Javier de Elío 12 janvier 181118 novembre 1811 General Elio.jpg

Francisco Javier de Elío essaya d'être reconnu par les autorités municipales de Buenos Aires, qui refusèrent son autorité. Il s'installa donc à Montevideo.

Organisation administrative de la vice-royauté du Río de la Plata[modifier | modifier le code]

Intendances[modifier | modifier le code]

  1. de la Paz
  2. de Cochabamba
  3. de Chuquisaca ou Charcas
  4. de Potosí
  5. du Paraguay
  6. de Buenos Aires
  7. de Córdoba del Tucumán
  8. de Salta del Tucumán

Gouvernements[modifier | modifier le code]

  1. de Moxos (département bolivien de Beni actuel)
  2. de Chiquitos (département bolivien de Santa Cruz actuel, plus Chaco paraguayen et province argentine de Formosa actuels)
  3. de Montevideo ou de la Banda Oriental
  4. des Misiones