Portugais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portugais
Português
Parlée en/au Angola, Brésil, Cap-Vert, Guinée-Bissau,
Inde (Daman et Diu, Goa), Macao, Mozambique, Portugal, Sao Tomé-et-Principe, Timor oriental
Nombre de locuteurs 260 millions[1]
Nom des locuteurs lusophones
Typologie SVO flexionnelle
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau de l'Angola Angola
Drapeau du Brésil Brésil
Drapeau du Cap-Vert Cap-Vert
Drapeau de la Guinée-Bissau Guinée-Bissau
Drapeau de la Guinée équatoriale Guinée équatoriale
Drapeau de Macao Macao
Drapeau du Mozambique Mozambique
Drapeau du Portugal Portugal
Drapeau de Sao Tomé-et-Principe Sao Tomé-et-Principe
Drapeau du Timor oriental Timor oriental
Drapeau de l’Union européenne Union européenne
Régi par Instituto Internacional de Língua Portuguesa, Comunidade dos Países de Língua Portuguesa
Codes de langue
ISO 639-1 pt
ISO 639-2 por
ISO 639-3 por
IETF pt
Linguasphère 51-AAA-a[2]
Échantillon
Article premier de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (voir le texte en français)

Artigo 1°

« Todos os seres humanos nascem livres e iguais em dignidade e em direitos. Dotados de razão e de consciência, devem agir uns para com os outros em espírito de fraternidade. »
Carte
Map of the portuguese language in the world.png
  •      langue maternelle
  •      Langue officielle et administrative
  •      Langue ou culturelle additionnelle
  •      Minorités de langue portugaise
  •      Basé portugais-langues créoles

Le portugais (en portugais português) est une langue appartenant à la branche romane de la famille des langues indo-européennes. Les locuteurs du portugais s'appellent les « lusophones ».

Le portugais occupe la cinquième place des langues les plus parlées dans le monde si l'on tient compte du nombre de personnes dont c'est la langue maternelle. Il est la seconde langue parlée en Amérique latine, après l'espagnol (plus du tiers de l'Amérique latine parle le portugais). En Afrique, le portugais se présente comme une importante langue véhiculaire dans les anciennes colonies portugaises. Il représente au total 245 millions de locuteurs dont c'est la langue maternelle dans le monde et est ainsi la troisième langue européenne la plus parlée en tant que langue maternelle après l'espagnol (406 millions) et l'anglais (335 millions), et représente 4 %[3] du PIB mondial. C'est aussi la cinquième langue par le nombre de pays ayant le portugais comme langue officielle[3], la septième pour le nombre de traductions à destination du portugais[3] et la neuvième par le nombre de pages vues sur l'encyclopédie Wikipédia[4].

La « langue de Camões » est parlée au Portugal, y compris l'archipel de Madère et celui des Açores, au Brésil, en Angola, au Mozambique, au Cap-Vert, en Guinée-Bissau, à Sao Tomé-et-Principe, au Timor oriental, à Goa (Inde), à Daman et Diu (Inde), Malacca en Malaisie et à Macao (Chine). Il appartient à la famille des langues ibéro-romanes et présente de nombreuses similitudes avec le castillan. Au-delà de ses origines fortement latines, 20 % du lexique portugais tire ses racines ailleurs, en particulier de la langue arabe mais aussi notamment de l'occitan (Catalogne). En Galice (Espagne) est parlé le galicien, avec qui il est très étroitement apparenté. Au Brésil, le tupi-guarani en a influencé le vocabulaire.

Les normes de la langue portugaise sont régies par l’Instituto Internacional de Língua Portuguesa et la Comunidade dos Países de Língua Portuguesa.

Des créoles à base portugaise sont parlés au Cap-Vert, en Guinée-Bissau et à Sao Tomé-et-Principe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la langue portugaise.
Articles connexes : Latin vulgaire et Galaïco-portugais.

Arrivant dans la péninsule Ibérique en 218 av. J.-C.[5], les Romains apportent le latin vulgaire d'où descendent toutes les langues romanes. La langue est répandue par les soldats, les colons et les commerçants qui construisent des villes romaines principalement près des colonies des civilisations antérieures des Lusitaniens.

Entre 409[6] et 711[7] après J.-C., l'Empire romain s'effondre et la péninsule Ibérique est conquise par les peuples germaniques (ce sont les Invasions barbares). Les occupants, essentiellement Suèves et Wisigoths, adoptent la culture romaine et les dialectes en latin vulgaire de la péninsule[réf. nécessaire].

Après l'invasion mauresque de 711, l'arabe devient la langue administrative des régions conquises, mais la population continue à parler essentiellement une forme de roman communément appelé « mozarabe ». L'influence de l'arabe sur les dialectes romans parlés dans les royaumes chrétiens européens a été faible, affectant principalement leur lexique[réf. nécessaire].

Poésie Médiévale

Das que vejo
nom desejo
outra senhor se vós nom,
e desejo
tam sobejo,
mataria um leon
senhor do meu coraçom:
fim roseta,
bela sobre toda fror,
fim roseta,
nom me meta
em tal coita voss'amor!

João de Lobeira
(1270–1330)

Les documents les plus anciens en langue portugaise, entrecoupée de nombreuses phrases latines, sont des documents notariaux du IXe siècle. Cette phase est connue sous le nom de « proto-portugais » (entre le IXe et le XIIe siècle). Le Portugal devient un royaume indépendant avec le Royaume de León en 1139, sous le roi Alphonse Ier de Portugal. Dans la première période du vieux-portugais — période galaïco-portugaise (du XIIe au XIVe siècle) — la langue devient progressivement d'usage général. Pendant quelque temps, le galaïco-portugais est la langue de prédilection pour la poésie lyrique en Hispania chrétienne[Quoi ?][8], comme l'occitan est la langue de la littérature occitane pour les troubadours. En 1290, le roi Denis Ier de Portugal crée la première université portugaise à Lisbonne (Estudos Gerais, déplacée plus tard à Coimbra), et décrète que le portugais, jusque là simplement appelé « langage commun » devient la langue officielle[réf. nécessaire].

Carte chronologique montrant le développement et l'évolution des langues parlées dans la péninsule ibérique de l'an 1000 à nos jours.

Dans la seconde période du vieux-portugais, du XIVe au XVIe siècle, avec les explorations portugaises, la langue se répand dans de nombreuses régions d'Asie, d'Afrique et d'Amérique. Au XVIe siècle, il devient une langue véhiculaire en Asie et en Afrique, utilisée pour l'administration coloniale et le commerce mais aussi pour les communications entre les responsables locaux et les Européens de toutes nationalités. Sa diffusion est facilitée par les mariages mixtes entre Portugais et les populations autochtones, et son association avec les efforts des missionnaires catholiques conduit à l'appellation « kristang » (du mot cristão : chrétien) de certains créoles et pidgins portugais dans de nombreuses régions d'Asie. La langue continue à être populaire dans certaines parties d'Asie jusqu'au XIXe siècle, dans les communautés chrétiennes lusophones d'Inde, de Ceylan, de Malaisie et d'Indonésie[9].

La fin de la période du vieux-portugais est marquée par la publication du Cancioneiro Geral de Garcia de Resende en 1516. Le début du portugais moderne au XVIe siècle est caractérisé par une augmentation du nombre de mots empruntés au latin et au grec classique, enrichissant le lexique.[réf. nécessaire]

Classification[modifier | modifier le code]

Le portugais appartient au groupe ibéro-roman des langues romanes. Son ancêtre est le galaïco-portugais d'où sont issus également le galicien et le fala[10].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Principales caractéristiques évolutives du portugais moderne dans l'ensemble roman, et en particulier par rapport aux langues voisines (seules les divergences sont indiquées pour le galicien) :

  • Chute de -l- et -n- intervocaliques[11] : GENERALIS > geral ; SALIRE > sair.
  • Présence de voyelles nasales[12] (avec caractère phonologique, trait absent du reste de la péninsule Ibérique, y compris du galicien).
  • Comme globalement dans les autres langues romanes occidentales, vocalisation des consonnes occlusives sourdes intervocaliques.
  • Simplification des consonnes géminées latines, sans palatalisation des groupes latins -LL- et -NN- (contrairement au reste de l'ibéro-roman et au catalan)[12] : GALLAECUS > galego, ANNUS > ano.
  • Absence de diphtongaison de Ĕ et Ŏ toniques latins (comme en catalan, et contrairement au castillan et à une partie de l'astur-léonais) : METUS > medo.
  • Maintien des diphtongues archaïques ei et au (> ou/oi), monophtonguées en castillan et catalan[11] : FERRARIUS > ferreiro ; CAUSA > cousa.
  • Palatalisation des groupes initiaux PL-, KL-, FL- > ch[12]. À rapprocher d'un phénomène parallèle en castillan (qui donne [ʎ]).
  • Système vocalique tonique à 7 éléments, avec maintien de l'opposition entre e et o ouverts ou fermés, comme dans la plupart des langues romanes et contrairement au castillan (qui a un système simplifié de 5 voyelles, aussi bien toniques qu'atones). Ce système interfère avec des phénomènes d'harmonisations vocaliques (l'aperture des o et, dans une moindre mesure, e toniques peut être conditionnée par le timbre de la syllabe finale)[13].
  • De façon schématique, réduction à trois éléments du système vocalique atone[11], avec simplification de oppositions a/e et o/u (phénomène parallèle au catalan oriental) : [ɐ] (< a, e), [u] (< o, u) et [i] (< i). Ce phénomène n'est néanmoins par parfaitement régulier et connaît des variations dialectales. o se maintient par exemple généralement en position initiale absolue (ou produit par endroit une diphtongue)[11]. Il est ainsi bien moins marqué en brésilien[14].
  • Comme en catalan, conservation de [ʎ] roman, issu de LI/LY latin (> [x] en castillan)[15].
  • Maintien de [v] roman (absence de bêtacisme), contrairement au galicien, au castillan et à la plus grande partie du catalan[12],[16].
  • Palatalisation de -s implosif[12] : fazimos > [fɐˈzimuʃ].
  • Maintien du groupe roman -it issu de -CT latin[12] (palatalisé en castillan et simplifié en catalan) : FACTUM > feito, contre hecho (esp.) et fet (cat.).
  • Conservation du f- initial, comme en catalan, et contrairement au castillan (qui supprime la plupart du temps) et à l'astur-léonais (qui présente un état intermédiaire).

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

La langue portugaise dans le monde
Vert foncé : langue maternelle.
Vert : langue officielle et administrative.
Vert clair : langue culturelle ou secondaire.
Jaune : créole de base portugaise.
Carré vert : minorités parlant le portugais.

Le portugais est la langue maternelle de la majorité de la population du Portugal (95 %, soit 10 millions de locuteurs[17],[18] auxquels s'ajoutent 4,9 millions d'expatriés[19]), du Brésil (95 %, soit 184 millions[20]), de Sao Tomé-et-Principe (95 %[21] à 99,8 %[22]) et de l'Angola (60 %[23]) et est la langue la plus parlée au Mozambique (50,4 % selon le recensement de 2007 mais seulement 10,7 % dont c'est la langue maternelle (soit 2 millions de locuteurs), en forte progression (1,2 % en 1980 et 6,5 % en 1997) [24]). En 1983 il est parlé par 11,5 % de la population de la Guinée-Bissau[25].

Aucune donnée n'est disponible pour les îles du Cap-Vert dont presque toute la population est bilingue, la population monolingue parlant le créole du Cap-Vert.[réf. nécessaire]

De petites communautés lusophones subsistent dans d'anciennes colonies portugaises telles que Malacca en Malaisie et à Macao, où il est parlé par 2,4 % de la population[26], au Timor oriental (25 %[27]) et dans certaines parties de l'Inde, telles que Goa[28] et Daman et Diu[29].

Il est également parlé par des communautés immigrées en Afrique du Sud (entre 300 000 et 600 000 personnes[30]), en Andorre (15,4 %[31]), en Australie (0,13 % soit 25 779 personnes le parlent chez eux d'après le recensement de 2006[32]), aux Bermudes (3,6 %[33]), au Canada (0,72 % soit 219 275 personnes d'après le recensement de 2006[34],[35] mais entre 400 000 et 500 000 d'après Nancy Gomes[36]), en France[37], au Japon[38], à Jersey (4,6 %[39]), au Luxembourg (9 %[40]), en Namibie[41], au Paraguay (10,7 % soit 636 000 personnes[42]), en Suisse (196 000 nationaux en 2008[43]), au Venezuela (1 à 2 %, soit 254 000 à 480 000 personnes[44],[36]) et aux États-Unis (0,24 % soit 687 126 personnes selon l'American Community Survey de 2007[45]) principalement en Floride[46], au Massachusetts[47], au New Jersey[48], dans l'État de New York[48],[49] et à Rhode Island[50].

Statut officiel[modifier | modifier le code]

Statut officiel du portugais dans le monde

Actuellement, le portugais est la langue officielle de l'Angola, du Brésil, du Cap-Vert, de la Guinée-Bissau, du Portugal, de Sao Tomé-et-Principe et du Mozambique[51]. Il est également l'une des langues officielles de la région administrative spéciale de Macao (avec le chinois) et du Timor oriental, (avec le tétoum).

Le portugais est la langue officielle de plusieurs organisations internationales. La Communauté des pays de langue portugaise[51] se compose de huit pays indépendants dont la langue officielle est le portugais. C'est également une langue officielle de l'Union européenne, représentant 3 % de sa population[52], et majoritaire dans le Mercosur, de l'Organisation des États américains, de l'Organisation des États ibéro-américains, de l'Union des Nations sud-américaines, et de l'Union africaine (une des langues de travail) et l'une des langues officielles d'autres organisations[réf. nécessaire].

Deuxième langue[modifier | modifier le code]

L'Uruguay a conféré au portugais un statut égal à l'espagnol dans son système éducatif le long de la frontière nord avec le Brésil. Dans le reste du pays, il est enseigné comme matière obligatoire à partir de la 6e depuis 2008[53].

Il est aussi offert obligatoirement par les écoles secondaires en Argentine[54] et comme option au Venezuela[55], en Zambie[56], au Congo[57], au Sénégal[57], en Namibie[57], au Swaziland[57], en Côte d'Ivoire[57] et en Afrique du Sud[57].

Le portugais est aussi très important, et souvent parlé en seconde langue au Guyana, au Suriname, en Guyane Française et dans le sud du Venezuela, autant de territoires frontaliers avec le Brésil.

Perspectives d'évolution[modifier | modifier le code]

Selon les estimations de l'UNESCO, la langue portugaise a le plus fort potentiel de croissance en tant que langue internationale en Afrique du Sud et en Amérique du Sud[58]. Les pays lusophones d'Afrique devraient compter une population s'élevant à 83 millions de locuteurs d'ici 2050. Au total, les pays de langue portugaise devraient compter 400 millions de locuteurs cette même année[58].

Depuis que le Brésil a signé, en 1991, le traité du marché économique de l'Amérique du Sud (Mercosur) avec d'autres nations, comme l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay, et que le portugais en est la langue de travail, il y a un regain d'intérêt pour l'étude du portugais dans les pays d'Amérique du Sud. Le poids démographique du Brésil dans le continent (51 %) continuera de renforcer la présence de la langue dans la région.[réf. nécessaire]

Même si, après la cession de Macao à la Chine en 1999, l'utilisation du portugais était en baisse en Asie, il redevient une langue d'avenir, principalement parce que le Timor oriental a augmenté le nombre de ses locuteurs au cours des cinq dernières années, mais aussi en raison de l'augmentation des liens financiers et diplomatiques chinois avec les pays lusophones[59].

Estação da Luz, musée de la langue portugaise, à São Paulo, Brésil

En juillet 2007, le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a annoncé la décision du gouvernement de faire du portugais la troisième langue officielle de la Guinée équatoriale, afin de respecter les exigences pour devenir membre à part entière de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP). Le portugais est donc devenu la troisième langue officielle du pays avec le français et l'espagnol, en 2011[60].

En mars 1994, le Bosque de Portugal est créé dans la ville brésilienne de Curitiba. Le parc abrite le mémorial de langue portugaise, qui honore les immigrants portugais et les pays qui ont adopté la langue portugaise. À l'origine, il y avait sept nations représentées par des piliers, mais avec l'indépendance du Timor oriental, un autre pilier est ajouté pour ce pays en 2007[61]. En mars 2006, le Musée de la langue portugaise, musée interactif sur la langue portugaise, est fondé à São Paulo, au Brésil, la ville comptant le plus grand nombre de lusophones dans le monde[62].

Dialectes[modifier | modifier le code]

Les dialectes portugais sont des variantes n'ayant pas suffisamment d'écarts par rapport à la norme officielle pour être considérés comme des langues distinctes. Les différences entre les dialectes portugais sont, pour la plupart, la phonologie, la fréquence d'utilisation de certaines formes grammaticales et la distance entre les niveaux formels et informels.

Ces dialectes se répartissent en deux groupes, ceux apparentés au portugais du Brésil et ceux apparentés au portugais du Portugal. Pour des raisons historiques, les dialectes d'Afrique et d'Asie font partie du deuxième groupe, même si certains aspects phonétiques, en particulier la prononciation des voyelles atones, ressemblent plus au « brésilien » qu'au portugais. Les différences ne nuisent cependant pas trop à la compréhension entre locuteurs de différents dialectes.[réf. nécessaire]

Angola[modifier | modifier le code]

Dialectes portugais en Angola
  1. Benguelense : Province de Benguela.
  2. Luandense exemples audios[63] : Province de Luanda.
  3. Sulista : sud de l'Angola.
  4. Huambese : Province de Huambo et centre de l'Angola (non indiqué sur la carte).

Brésil[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Portugais brésilien.
Dialectes portugais au Brésil

Les tentatives de classification des dialectes du Brésil sont peu nombreuses et la plus importante a été faite en 1922 (et revue en 1953) par le philologue Antenor Nascentes[64] :

Portugal[modifier | modifier le code]

Dialectes du portugais au Portugal

La classification généralement acceptée suit celle de Luís Filipe Lindley Cintra de 1971[68],[69] :

Langues dérivées[modifier | modifier le code]

  1. exemples audios Crioulo cabo-verdiano  — Créole du Cap-Vert.
  2. Damaense  — Daman et Diu, Inde.
  3. exemples audios Timorense  — Portugais du Timor oriental.
  4. Goês  — Goa, Inde.
  5. exemples audios Guineense  — Créole de Guinée-Bissau.
  6. exemples audios Macaísta ou patuá  — Patois macanais (Macao, Chine).
  7. exemples audios Moçambicano  — Portugais du Mozambique.
  8. exemples audios Santomense  — Sao Tomé-et-Principe.
  9. Dialectes portugais de l'Uruguay.
  10. Le papiamento, est une langue créole des Antilles néerlandaises. Il est parlé à Aruba, Bonaire et Curaçao avec des variantes locales.

Pour le cas particulier du galicien, il forme avec le portugais le diasystème galaïco-portugais car il partage la même base structurelle et est mutuellement compréhensible. Il y a cependant deux courants idéologiques qui s'opposent pour dire que le galicien est un dialecte du portugais ou une langue différente.

Le courant officiel et majoritaire prône la différenciation, le galicien écrit suivant des normes proches de l'espagnol, rompant ainsi avec l'orthographe traditionnelle du galaïco-portugais médiéval.

Le courant minoritaire appelé « réintégrationniste » défend en raison de l'origine commune et de la grande similitude des deux langues, un rapprochement grammatical et orthographique avec le reste du monde lusophone afin d'éviter que le galicien ne finisse par être absorbé par le castillan, langue dominante dans l'espace espagnol. Le galicien est ainsi parfois appelé : galego-português, português da Galiza ou encore portugalego.

Écriture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Orthographe portugaise.

Le portugais s'écrit au moyen de l'alphabet latin complété par des diacritiques (le tilde sur les voyelles a et o, qui est l'ancien signe médiéval marquant l'abrègement du "n", par exemple pan (pain) est devenu pão; cédille; accent circonflexe; accent aigu; accent grave) et des digrammes ; nh (équivalent au ñ espagnol ou au gn français), lh (équivalent au ll espagnol ou au gl(i) italien), ch — dont les deux premiers, nh et lh, sont des conventions graphiques empruntées à l'ancien occitan[70]. Il existe quelques différences entre l'orthographe du Brésil et celle d'autres pays lusophones. Le portugais du Portugal n'utilisait pas, jusqu'à la réforme de 1990 les lettres k, w et y.

Réforme du portugais[modifier | modifier le code]

Un projet d'uniformisation de la langue portugaise, visant à modifier l'orthographe de plusieurs centaines de mots, a vu le jour en 1990 sous le nom officiel de « accord orthographique de la langue portugaise ». Ce traité international a été ratifié par le Portugal (1991), le Brésil (1995), Cap-Vert (1998), Sao Tomé-et-Principe (2006), le Timor oriental (2009)[71] et la Guinée-Bissau (2009)[72]. Un « second protocole modificatif » permettant son utilisation dès la ratification par trois pays a été ratifié par le Brésil (2004), Cap-Vert (2005), Sao Tomé-et-Principe (2006) et le Portugal (2008). Il est donc techniquement en vigueur suivant le droit international depuis le 1er janvier 2007[73]. Le parlement portugais a voté en 2008 pour un délai de 6 ans pour son implémentation tandis que le Brésil a légiféré en 2008, maintenant les deux orthographes valides jusqu'en 2012.

Les partisans de la réforme soulignent ses multiples avantages, parmi lesquels la simplification des recherches sur Internet et un jargon juridique uniformisé pour les contrats internationaux. Cette réforme ne concerne que 2 000 des quelque 110 000 mots que comprend le vocabulaire portugais[74] ; cependant, 75 % des changements doivent être effectués par le Portugal affectant 1,6 % du vocabulaire utilisé contre 0,5 % du vocabulaire du Brésil[75]. Les autorités portugaises y voient un argument supplémentaire en faveur de leur vieille ambition de faire adopter le portugais comme langue officielle aux Nations unies, qui en comptent actuellement six (anglais, espagnol, français, chinois, arabe, russe).

Les changements au Portugal visent à rendre l'orthographe plus proche de la façon dont les mots sont prononcés en supprimant les consonnes silencieuses, comme le faisaient déjà les Brésiliens. Ainsi óptimo (très bon ou génial) devient ótimo et acção (action) devient ação. Le nouvel alphabet comporte 26 lettres grâce à l'ajout du k, du w et du y, pour accueillir des mots comme kilometro et kwanza, la monnaie angolaise. Au Brésil, le tréma disparait sauf pour les adjectifs dérivés de noms propres d'origine étrangère (mülleriano pour « de Müller »).

Lexique[modifier | modifier le code]

La plus grande partie du lexique portugais vient du latin. Il y a cependant des mots empruntés d'origine arabe, suite à l'occupation maure durant cinq siècles, et d'origine africaine et asiatique, adoptés durant les découvertes portugaises.

Mots d'origine arabe[modifier | modifier le code]

Plusieurs centaines de mots d'origine arabe entrent dans le lexique portugais entre le IXe et XIIIe siècles. Ceux-ci sont souvent reconnaissables à l'utilisation de l'article arabe a(l)- en début de mot, et incluent beaucoup de mots communs. Voici une liste non exhaustive de quelques mots à usage courant :

Mot portugais Traduction Mot arabe d'origine
azeite huile d'olive az-zeit (أَلْزيت) (l'huile)
azeitona olive az-zeitwn (الزيتون) (l'olive)
alcachofra artichaut al-ḫaršwf (الخرشوف) (l’épine de la terre)
açúcar sucre as-sukkar (السكّر) (le sucre)
aldeia village ad-ḍay’ah (الضيعة) (le village)
alface laitue al-khass (الخس) (la laitue)
almofada coussin al-muḫada (المخدة) (le coussin)
armazém entrepôt al-maḫzan (المخزن) (l'entrepôt)
alfazema lavande al-ḫazāmi (الخزامي) (la lavande)
alguacil huissier al-ḡazil (الغزل) (l'archer)
arroz riz al-aruz (الأرز) (le riz)
até jusque hatta (حتى) (idem)
cenoura carotte safunnāryah (سفنارية) (idem)
garrafa bouteille ǧarāfa (غرافة) (idem)
voici, il y a hā (ها) (idem)
marfim ivoire ‘aẓam al-fyl (عظم الفيل) (os d’éléphant)
oxalá pourvu que (littéralement Dieu veuille que) inch’Allah (ان شاء الله) (Si Dieu le veut)
refém otage rahan (رهن) (idem)
xarope sirop šrāb (شراب) (idem)

Autres mots[modifier | modifier le code]

Les peuples préromains (Celtibères, Lusitaniens et Gallaeci) ont légué un nombre très limité de mots, souvent communs avec le castillan. Quelques exemples sont : abóbora (citrouille) et bezerro (veau de moins de un an), du celtibère et cerveja (bière), du celte.

Quelques mots proviennent des peuples germaniques ayant occupé la péninsule Ibérique à partir du Ve siècle. La plupart de ces mots sont liés à la guerre : espora (éperon), estaca (pieu) et guerra (guerre), du gotique spaúra, stakka et wirro, respectivement. Des traces sont aussi trouvées dans des toponymes tels que Ermesinde, Esposende et Resende où « sinde » et « sende » viennent du germanique sinths (expédition militaire) et dans le cas de Resende, le préfixe re vient du germanique reths (assemblée).

À partir du XVe siècle et de l'expansion maritime du Portugal, des mots japonais, tel katana qui donna catana (machette), et cantonais, tel chá qui donna chá (thé) furent adoptés. Ce fut aussi le cas de certains mots des langues amérindiennes comme le taino (batata pour pomme de terre), les langues tupi-guarani (naná et le tupi ibá cati, respectivement deux espèces d'ananas, donnent ananás et abacaxi) et le guarani (tucan qui donne tucano "toucan"). Plus tard, d'autres mots d'origine africaine intègrent le lexique portugais comme cafuné (caresse de la tête), caçula (benjamin) et bungular (danser comme un serpent), qui viennent du kimbundu, respectivement kifumate, kusula et kubungula.

Finalement, un flux constant de mots d'autres langues européennes vient compléter le vocabulaire. Par exemple, melena (boucle de cheveu) et fiambre (jambon) viennent de l'espagnol ; crochê, paletó, batom (rouge à lèvres) et filete du français crochet, paletot, bâton et filet ; macarrão (macaroni), piloto (pilote), carroça (charrette) et barraca (baraque) de l'italien maccherone, pilota, carrozza, baracca ; et bife (steak), futebol, revólver, estoque, folclore, de l'anglais beef, football, revolver, stock, folklore.

Phonologie[modifier | modifier le code]

Article principal : alphabet portugais.

Il y a un maximum de neuf voyelles orales et dix-neuf consonnes, bien que certaines variétés de la langue aient moins de phonèmes (le portugais brésilien comporte huit voyelles orales). Il y a également cinq voyelles nasales, que certains linguistes regardent comme allophones des voyelles orales, dix diphtongues orales et cinq diphtongues nasales. En tout, le portugais brésilien a treize voyelles[76],[77].

Voyelles[modifier | modifier le code]

Le tableau de monophtongues du portugais de Lisbonne.

Aux sept voyelles du latin vulgaire, le portugais européen a ajouté deux voyelles moyennes centrales, dont l'une tend à être élidée quand on parle rapidement, ainsi que l'e caduc du français (représenté sous la forme /ɯ̽/ ou /ɨ/ ou /ə/). Les voyelles mi-fermées /e o/ et les voyelles mi-ouvertes /ɛ ɔ/ sont quatre phonèmes distincts, qui se déclinent en diverses formes d'alternance vocalique. Comme le catalan, le portugais utilise l'articulation des voyelles pour faire un contraste entre les syllabes toniques et les syllabes atones : les voyelles isolées tendent à être fermées et parfois centralisées quand elles sont atones. Les diphtongues nasales se trouvent surtout à la fin des mots.

Consonnes[modifier | modifier le code]

Consonnes du portugais[78],[79]
Bilabiale Labio-
dentale
Dentale Alvéolaire Post-
alvéolaire
Palatale Vélaire Uvulaire
Nasale m n ɲ
Occlusive p b k ɡ
Fricative f v s z ʃ ʒ ʁ
Spirante[80] j w
Latérale l ʎ
Battue ɾ

L'ensemble des consonnes du portugais est assez conservatif. Les affriquées médiévales /ts/, /dz/, /tʃ/, /dʒ/ sont fondues avec les fricatives /s/, /z/, /ʃ/, /ʒ/, respectivement, mais pas les unes avec les autres, et il n'y a pas d'autres modifications significatives de cet ensemble depuis lors. Cependant, certaines variétés dialectales et allophones notables ont surgi, parmi lesquelles :

  • Dans plusieurs régions du Brésil, /t/ et /d/ ont les allophones affriqués [tʃ] et [dʒ], respectivement, devant /i/ et /ĩ/. (Le français québécois connaît un phénomène similaire, avec des affriquées alvéolaires au lieu de post-alvéolaires. Le japonais est un autre exemple).
  • À la fin d'une syllabe, le phonème /l/ a l'allophone [u̯] en portugais brésilien (vocalisation du L).
  • Dans plusieurs régions du Brésil et de l'Angola, l'intervocalique /ɲ/ est prononcé comme une spirante palatale nasalisé [ȷ̃] qui nasalise la voyelle précédente, de sorte que, par exemple, /ˈniɲu/ est prononcé comme [ˈnĩȷ̃u].
  • Dans presque tout le Brésil, les alvéolaires sifflantes /s/ et /z/ se produisent en distribution complémentaire à la fin des syllabes, et changent selon que la consonne qui suit est sourde ou voisée, comme en anglais. Mais dans presque tout le Portugal et dans certaines régions du Brésil (en particulier Rio de Janeiro), ces consonnes sibilantes sont postalvéolaire à la fin des syllabes : /ʃ/ devant des consonnes sourdes, et /ʒ/ devant des consonnes voisées (en judéo-espagnol, /s/ est également souvent remplacé par /ʃ/ à la fin des syllabes).
  • Il y a un nombre considérable de variations dialectales de la réalisation du phonème rhotique /ʁ/, tels que /r/, [ʀ], [x], [χ], [h] et [ɹ].

Prononciation[modifier | modifier le code]

graphème prononciation note
a /a/ a français
á /a/ a français, voyelle accentuée du mot
à /a/ a français, indique la contraction de deux a (exemple : a + aquela = àquela)
â /ɐ/ entre le a et le e muet français, voyelle accentuée du mot
ê
o /o/, /u/ ou français quand il n'est pas accentué
ó /ɔ/ o ouvert français, voyelle accentuée du mot
ô /o/ o fermé français, voyelle accentuée du mot
u /u/ ou français
ú /u/ ou français, voyelle accentuée du mot
ou /o//u/ o+ou (rapide) (exemple: estou (ésto+ou) = je suis)
nh /ɲ/ gn français, ñ espagnol
lh /ʎ/ ll espagnol et proche du li français (comme dans « lion »)
s /s/, /z/, /ʒ/ ou /ʃ/ s dur en début de mot ou après consonne z entre deux voyelles. Avec l'accent du Portugal et de Rio de Janeiro j du je français en fin de mot, exemple : os Portugueses (ouj Pourtouguezej) = les Portugais, ou ch français devant c, f, p, t, q, exemple casca (cachca) = coquille, ou costa (cochta) = côte (mer)
ch /ʃ/ ch français
j /ʒ/ j français
ã /ɐ̃/ proche du in/ain/ein français (exemple: irmã (irmain) = sœur)
õ /õ/ proche du on français (entre le an/en et le on)
ão /ɐ̃ũ/ in+ou (rapide) (exemple: pão (pain+ou) = pain)
ãe /ɐ̃ĩ/ in+i (rapide) (exemple: mãe (main+i) = mère)
õe /õĩ/ on+i (rapide) (exemple: lições (liçon+ije) = leçons)
t /t/ t sauf devant "e" et "i", où il se prononce comme le "tch" français et "ch" espagnol (exemple: boa noite (boa noïtché) = bonne nuit)
d /d/ d sauf devant "e" et "i", où il se prononce comme le "dj" français (exemple: boa tarde (boa tardjé) = bonjour l'après-midi)
x /ʃ/, /ks/, /s/, /z/ le plus souvent comme ch français (exemple: puxar (pouchar) = tirer) et en début de mot (exemple: xadrez (chadrej) = jeu d’échecs). Aussi ks (exemple: tóxico (toksicou) = toxique), s (exemple: máximo (massimou) = maximum) ou z (exemple: exame (ézame) = examen)
z /z/, /ʒ/ z français. Avec l'accent du Portugal et de Rio de Janeiro j du je français en fin de mot, exemple paz (page) = paix, ou raiz (rahije) = racine

[81],[82]

Grammaire[modifier | modifier le code]

Grammaticalement, le portugais se distingue de la plupart des autres langues romanes par l'existence d'un subjonctif futur servant à exprimer l'éventuel du futur (Se tiveres dúvidas, liga-me. : « Au cas où tu aurais une question, appelle-moi. ») et par la conjugaison de l'infinitif avec son sujet dans les propositions infinitives. À noter que l'espagnol ancien possédait également un subjonctif futur. Consulter l'article détaillé sur la conjugaison portugaise pour plus de détails.

Exemples[modifier | modifier le code]

Mot Traduction Prononciation
terre terra [ˈtɛ.rɐ]
ciel céu [ˈsɛw]
eau água [ˈag.wɐ]
feu fogo [ˈfo.gu]
homme homem [ˈɔ.mẽj]
femme mulher [mu.ˈʎɛɾ]
manger comer [ku.ˈmeɾ]
boire beber [bɨ.ˈbeɾ]
grand grande [ˈgɾɐ̃.dɨ]
petit pequeno [pɨ.ˈke.nu]
nuit noite [ˈnoj.tɨ]
jour dia [ˈdi.ɐ]
maison casa [ˈka.zɐ]
  • Je suis perdu(e). Je cherche la gare. : (Eu)[83] estou perdido(a). (Eu)[83] estou à procura da estação de comboio.(Portugal) / (Eu)[83] estou perdido(a). (Eu)[83] estou procurando a estação de trem. ou estação ferroviária (Brésil)
  • Je suis de France. : (Eu)[83] sou de França.
  • Cent un : Cento e um
  • Mon cousin vient d'arriver. : O meu primo acabou de chegar.
  • J'aime les pâtes.: Gosto de massa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. , « Världens 100 största språk 2010 », Nationalencyklopedin
  2. code générique
  3. a, b et c (pt) "O Valor Económico da Língua Portuguesa" - Observatório da Língua Portuguesa
  4. http://stats.wikimedia.org/wikimedia/squids/SquidReportPageViewsPerLanguageBreakdown.htm
  5. (es) François Cadiou, Hibera in terra miles : Les armées romaines et la conquête de l'Hispanie sous la République (218 – 45 av. J.-C.), Madrid, Casa de Velázquez, coll. « Bibliothèque de la Casa de Velázquez »,‎ 2008, 852 p. (ISBN 9-788496-820074)
  6. Établissement du royaume suève dans la péninsule Ibérique.
  7. Début de l'invasion de l'Espagne par l'armée berbère.
  8. Jean-Marie Klinkenberg, Des langues romanes : Introduction aux études de linguistique romane, Bruxelles, De Boeck Supérieur, coll. « Champs linguistiques »,‎ août 1999, 2e éd., 313 p. (ISBN 2-8011-1227-5, présentation en ligne)
  9. L'Empire portugais d'Asie, de Sanjay Subrahmanyam, éd. maisonneuve et Larose, 1999.
  10. Bec 1970, p. 185-395
  11. a, b, c et d Bec 1970, p. 316
  12. a, b, c, d, e et f Bec 1970, p. 317
  13. Bec 1970, p. 334
  14. Bec 1970, p. 319
  15. Bec 1970, p. 347
  16. En catalan l'opposition n'est maintenu que dans deux dialectes consécutifs implantés au XIIIe siècle, le baléare et le valencien
  17. http://censos.ine.pt/xportal/xmain?xpid=CENSOS&xpgid=censos2011_apresentacao
  18. http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/ebs/ebs_386_fr.pdf
  19. http://observatorio-lp.sapo.pt/pt/geopolitica/o-valor-economico-da-lingua-portuguesa/a-economia-portuguesa
  20. (en) (es) (pt) Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística: site officiel
  21. D'après Rosalba Sterzi, Análise dos Dados do Recenseamento de 1981, cité sur le site de Jacques Leclerc, « São Tomé-et-Príncipe »
  22. Résultat du dernier recensement incluant la question des langues, en 1991, voir en portugais (résumé en français) : Helena Lima Afonso, « Interferências linguísticas: um contributo para o ensino da língua portuguesa em S.Tomé e Príncipe »,‎ 2009 (consulté le 9 juin 2011), p. 52
  23. (pt) Adelardo Medeiros, « A língua portuguesa — Angola ».
  24. [PDF] (pt) Lusófonia em Moçambique: com ou sem glotofágia?, sur www.catedraportugues.uem.mz
  25. (pt) Adelardo Medeiros, « A língua portuguesa — Guiné-Bissau ».
  26. (pt) (en) (zh) Bureau des statistiques et recensement de la RASM, « Résultats globaux du recensement intercalaire de 2006 »,‎ 2007 (consulté le 26 avril 2011)
  27. (en) « Transcript of an interview of Dr Geoffrey Hull: Independent East Timor's official language, why Portuguese is the right choice », sur Radio National mais 18,6 % selon le recensement de 2004, voir « Timor-Leste: Population in private households, 6 years and older, by language capability in Portuguese », sur Direcção Nacional de Estatística.
  28. (en) Tony Correia-Afonso, « Portuguese Language in Goa »
  29. (en) Frederick Noronha, « The Portuguese Experience: The Case of Goa, Daman and Diu »
  30. (pt) António Pina, « Portugueses na África do Sul », Janus,‎ 2001 (lire en ligne)
  31. 13 100 nationaux portugais en 2010 selon le Département des Statistiques d'Andorre (« Population par nationalité »).
  32. Voir en anglais sur le site de l'Australian Bureau of Statistics : « Language Spoken at Home from the 2006 census »
  33. Jacques Leclerc, « Bermudes »
  34. « Population selon la langue maternelle, par province et territoire (Recensement de 2006) », Statistique Canada
  35. Dont 124 325 à Toronto, voir « Portuguese, Arrival and Settlement », dans Encyclopedia of Canada's Peoples, The Multicultural History Society of Ontario (lire en ligne)
  36. a et b (pt) Nancy Gomes, « Os portugueses nas Américas: Venezuela, Canadá e EUA », Janus,‎ 2001 (lire en ligne)
  37. Le recensement de 1999 estime à 580 000 le nombre de personnes dont c'est la langue maternelle et celui de 2007 parle de 490 444 nationaux, voir « Répartition des étrangers par nationalité ».
  38. (pt) « Japão: imigrantes brasileiros popularizam língua portuguesa », Correio do Estado,‎ 2008 (lire en ligne)
  39. Selon le recensement de 2001, voir « Jersey »
  40. (en) « Eurobaromètre Spécial 243 "Les européens et leurs langues" », Commission européenne,‎ 2006 (consulté le 3 juin 2011), p. 6, ou le résumé en français.
  41. Environ 1 % de la population, surtout des réfugiés angolais dans le nord du pays.
  42. (en) « Languages of Paraguay »
  43. Rosita Fibbi, « Les Portugais en Suisse », Office fédéral des migrations,‎ 2010 (consulté le 13 mai 2011)
  44. (en) « Languages of Venezuela »
  45. (en) Ana Maria Carvalho, « Portuguese in the USA », dans Kim Potowski, Language Diversity in the USA, Cambridge University Press,‎ 2010, 346 p. (ISBN 978-0-521-74533-8)
  46. (en) Larry Rohter, « Widely spoken but 'minor'? Portuguese seeks respect », International Herald Tribune,‎ 22 octobre 2006 (lire en ligne)
  47. État dans lequel le portugais est la deuxième langue la plus parlée d'après « An immigration phenomenon: Why Portuguese is the second language of Massachusetts », sur Boston.com,‎ Automne 2007.
  48. a et b (en) « Twentieth-Century Arrivals from Portugal Settle in Newark, New Jersey », sur Hispanic Reading Room of the U.S. Library of Congress
  49. (en) Beth Myers, Ruchi Mital, « Brazucas (Brazilians living in New York) », sur New York University,‎ 2001
  50. (en) « Whaling, Fishing, and Industrial Employment in Southeastern New England », sur Hispanic Reading Room of the U.S. Library of Congress
  51. a et b CPLP Site officiel
  52. EUROPA website Languages in the EU
  53. (pt) « Governo uruguaio torna obrigatório ensino do português »,‎ 5 novembre 2007
  54. (es) « El portugués será materia obligatoria en la secundaria » (consulté le 15 juin 2011)
  55. (pt) « Língua portuguesa será opção no ensino oficial venezuelano »,‎ 24 mai 2009 (consulté le 15 juin 2011)
  56. (pt) « Língua portuguesa poderá constar de currículo em escolas zambianas »,‎ 16 avril 2009 (consulté le 15 juin 2011)
  57. a, b, c, d, e et f (pt) « Congo passará a ensinar português nas escolas »,‎ 4 juin 2010 (consulté le 15 juin 2011)
  58. a et b (en) « Portuguese language gaining popularity », Anglopress Edicões e Publicidade Lda,‎ 5 mai 2007 (consulté le 15 juin 2011)
  59. Michael Leach, « Talking Portuguese; China and East Timor », Arena Magazine,‎ décembre 2007 (consulté le 4 juin 2011)
  60. http://www.prnewswire.com/news-releases/equatorial-guinea-adds-portuguese-as-the-countrys-third-official-language-131882808.html "La Guinée équatoriale ajoute le portugais comme troisième langue officielle"
  61. (pt) « Bosque ganha pilar em homenagem ao Timor », sur Site officiel de la mairie de Curitiba,‎ 12 juin 2007 (consulté le 15 juin 2011)
  62. (pt) « Museu da Língua Portuguesa aberto ao público no dia 20 »
  63. (pt) « Luandense », sur instituto-camoes.pt
  64. (pt) Suzana Alice Marcelino Cardoso, « Antenor Nascentes e a divisão dialetal do Brasil »
  65. (pt) « Nordestino », sur instituto-camoes.pt
  66. L'homme qui parle dans ce fichier audio vient de Rio, et il évoque ses expériences avec les accents Nordestino et Nortista.
  67. (pt) « Fluminense », sur instituto-camoes.pt
  68. (pt) Luís F. Lindley Cintra, « Nova Proposta de Classificação dos Dialectos Galego-Portugueses », Boletim de Filologia, Lisbonne, Centro de Estudos Filológicos, vol. XXII,‎ 1971, p. 81-116 (lire en ligne)
  69. (pt) « Os dialectos portugueses segundo Luís Filipe Lindley Cintra »
  70. Portugal, Académie de Dijon.
  71. (pt) « Acordo Ortográfico: Timor-Leste é o quinto membro da CPLP a ratificar documento », Expresso,‎ 3 septembre 2009 (lire en ligne)
  72. (pt) « Parlamento guineense ratifica por unanimidade Acordo Ortográfico »
  73. (pt) « O Acordo Ortográfico já está em vigor? Em que países? »
  74. (pt) « Accord orthographique de la langue portugaise »
  75. (pt) « MEC se prepara para a unificação ortográfica da língua portuguesa »
  76. [réf. à confirmer] (pt) Cette information est issue de l'article « Português brasileiro » sur Wikipédia en portugais.
  77. Handbook of the International Phonetic Association pg. 126-130; cette référence vaut pour l'ensemble de la section.
  78. (en) Madalena Cruz-Ferreira, « European Portuguese », Journal of the International Phonetic Association, vol. 25, no 2,‎ 1995, p. 90—94 (DOI 10.1017/S0025100300005223, résumé)
  79. (en) Plínio A. Barbosa et Eleonora C. Albano, « Brazilian Portuguese », Journal of the International Phonetic Association, vol. 34, no 2,‎ 2004, p. 227—232 (DOI 10.1017/S0025100304001756, résumé)
  80. (en) Arlo Faria, « Applied Phonetics: Portuguese Text-to-Speech », sur University of California, Berkeley,‎ 2003 (consulté le 27 juin 2011), p. 7
  81. Georges Kersaudy Langues sans frontières. À la découverte des langues de l'Europe p. 60
  82. Paul Teyssier Manuel de langue portugaise Portugal-Brésil p. 35-36, Éd. Kilncksieck
  83. a, b, c, d et e L'usage des pronoms personnels sujets est facultatif en portugais : la personne est le plus souvent déterminée par la conjugaison. Cependant, leur omission peut être source de malentendus.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bec, Manuel pratique de philologie romane, t. 1, Paris, Picard, coll. « Connaissance des langues »,‎ 1970, 568 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :