Verson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Verson
Verson et l'église Saint-Germain
Verson et l'église Saint-Germain
Blason de Verson
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Caen-1
Intercommunalité Communauté urbaine Caen la Mer
Maire
Mandat
Michel Marie
2014-2020
Code postal 14790
Code commune 14738
Démographie
Gentilé Versonnais
Population
municipale
3 439 hab. (2014)
Densité 332 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 20″ nord, 0° 27′ 03″ ouest
Altitude Min. 12 m – Max. 93 m
Superficie 10,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Verson

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Verson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Verson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Verson
Liens
Site web ville-verson.fr

Verson (prononcer [vɛʁsɔ̃] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée en 2014 de 3 439 habitants appelés les Versonnais. Incluse dans l'unité urbaine de Caen, elle fait partie de la communauté d'agglomération Caen la Mer.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Verson est située dans le nord-ouest de la France, au sud-ouest de Caen.

La ville se trouve, en distances orthodromiques, à 7 km de Caen, 147 km de Rennes, 137 km du Mans, et 206 km de Paris[1].

Communes limitrophes de Verson[2]
Saint-Manvieu-Norrey Carpiquet Bretteville-sur-Odon
Cheux Verson[2] Bretteville-sur-Odon
Mouen,
Baron-sur-Odon (par un angle)
Fontaine-Étoupefour Éterville

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Affleurements schisteux dans le Vieux-Verson.

La superficie de la commune est de 1 036 hectares ; l'altitude varie entre 12 et 93 mètres[3].

Le sol de la commune est calcaire avec des affleurements schisteux. Étant construite le long de l'Odon, la commune compte des nombreuses collines et coteaux notamment à l'est et sur la rue du Général-Leclerc.

La commune se situe à la limite de deux zones géologiques : le Bassin parisien à l'est et une couche plus ancienne à l'ouest à savoir le Massif armoricain. Cette couche plus ancienne explique les affleurements de schiste.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le bassin de l'Odon à l'ouest de Verson.

Verson est dans le bassin de l'Orne, par son affluent l'Odon qui fait fonction de limite avec Fontaine-Étoupefour et Éterville au sud. À cet endroit, le cours de l'Odon est à 41 km de la source et à 6 km du confluent avec l'Orne, ce qui explique un débit important. Sa pente est assez marquée en amont (1,75 %), puis s’adoucit (0,3 %) jusqu’à sa confluence[4].

Sauf parfois en été, le débit de l'Odon est suffisamment important pour permettre au club de canoë-kayak de pratiquer ses activités. En automne et en hiver, les fortes précipitations peuvent entraîner des crues de l'Odon[5]. Ceci explique les fréquentes inondations dans le Bas-Verson, dans les champs jouxtant la rivière ainsi que dans la commune voisine de Louvigny[6].

Autrefois, avant le domestication de l'Odon, le débit était suffisamment important pour permettre l'implantation de nombreux moulins, dont il reste des exemples à Verson. En arrivant sur Verson, l'Odon se divise en plusieurs bras appelés Petit et Grand Odon.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Verson est de type océanique tempéré avec des pluies assez abondantes, rarement intenses, réparties sur l’ensemble de l’année, et des températures jamais excessives quelle que soit la saison.

D’un point de vue régional, les précipitations sont plus marquées sur les reliefs et sont plus nuancées entre la côte et l’intérieur des terres : la plaine de Caen peut alors être qualifiée de sèche par rapport au reste de la Basse-Normandie (environ 800 mm par an). Les précipitations moyennes annuelles à la station météorologique de Caen-Carpiquet entre 1971 et 2005 s’élèvent à environ 720 mm. les précipitations sont réparties équitablement sur l’année cependant les quatre derniers mois de l’année et janvier sont plus arrosés (avec plus de 60 mm/mois et une moyenne sur cinq mois de 70,9 mm/mois). Les précipitations atteignent leur minimum au mois d’août avec 46,4 mm et leur maximum au mois de novembre avec 77 mm.

La moyenne annuelle des températures sur la période 1971-2005[7] est de 10,9 °C. Août étant le mois le plus chaud (température moyenne : 17,6 °C) et janvier le plus froid (température moyenne : 5,1 °C). L’amplitude thermique est relativement faible avec 12,5 °C. Elle caractérise un climat océanique : étés frais et hivers doux.

La durée moyenne d’insolation par mois est de 135 heures ; néanmoins, la période de d’avril à septembre dépasse les 150 heures d’insolation avec une moyenne maximale de 212 heures pour le mois d’août. Ce qui montre que le territoire de Verson bénéficie d’une durée d’insolation supérieure à la moyenne régionale. Cette caractéristique météorologique constitue un atout pour l’activité agricole.

On peut remarquer l'absence d'une période de sécheresse sur Verson grâce au diagramme ombrothermique de la station de Carpiquet, même si certaines années ont présenté des changements par rapport aux habitudes.

Les vents dominants à la station de Caen-Carpiquet sont de secteur sud-ouest avec une direction secondaire est-nord-est. Les vents violents (vitesse supérieure à 8,5 m/s) ont une fréquence maximale de janvier à mars.

Le tableau ci-dessous indique les valeurs normales de l'ensoleillement, des températures et des précipitations, observées par Météo-France à Carpiquet, où se trouve la station météorologique de référence pour le département.

Données climatiques à Carpiquet.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,8 1,9 3,2 4,9 7,7 10,4 12,3 12,3 10,6 7,9 4,6 2,7 6,7
Température moyenne (°C) 4,5 4,9 6,9 8,8 12 14,8 17 17 15,1 11,9 7,7 5,4 10,5
Température maximale moyenne (°C) 17,3 8 10,5 12,7 16,3 19,2 21,6 21,7 19,7 15,9 10,9 8,1 14,3
Ensoleillement (h) 70,2 88 137,7 170,5 204,6 210,9 226,7 209,5 168,9 127,6 84,2 64,8 1 763,6
Précipitations (mm) 63,5 57,6 56,3 45,6 58,4 52,3 47,7 46,5 61,4 67,7 84,9 69 710,9
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Carpiquet de 1961 à 1990[8].


Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Verson sur l'ancienne ligne de Caen à Vire.

Au cours de son histoire, la commune s'est développée autour de trois axes parallèles :

  • Le vieux Verson, qui suit la vallée de l'Odon ;
  • Le Verson des XIXe et XXe siècles tout le long de la rue du Général-Leclerc (anciennement la route de Bretagne) ;
  • Le dernier axe avec l'A84 et le développement de la zone d'activité.

Le , la commune est reliée à la gare de Caen par une ligne de chemin de fer qui va à l'origine jusqu'à Aunay-sur-Odon et qui est ensuite prolongée en 1891 jusqu'à la gare de Vire[9]. Le transport des voyageurs sur la ligne de Caen à Vire est interrompu le [10]. Le transport de marchandises est par la suite limité à Jurques, puis définitivement suspendu en 1972[11]. La ligne est ensuite déclassée en 1975[12]. La rue de la gare et une maison de garde-barrière sur la rue Haut-Saint-Martin rappellent aujourd'hui le souvenir de cette ligne disparue.

Verson est depuis longtemps un point de passage obligé entre Caen et la Bretagne.

  • En effet depuis le début le début du Moyen Âge, Verson se situe sur la route du pèlerinage vers le mont Saint-Michel.
  • La rue du Général-Leclerc ou route de Bretagne, passant par le centre de Verson, n'est autre que l'ancienne route nationale 175 qui était l'unique route reliant Normandie et Bretagne avant l'inauguration de l'A84.
  • L'A84 passe aussi sur le territoire de Verson, au nord du bourg. La première sortie de l'autoroute dans le sens Caen-Rennes est celle pour Verson.

En outre, à l'époque romaine Verson était situé sur la voie romaine de Bayeux à Vieux.

La commune est desservie par les lignes 9 et 32 des Bus Verts du Calvados. À la suite de son entrée dans Caen La Mer, Verson est raccordé depuis la rentrée 2013 au réseau Twisto. La ligne 22, avec des bus de tailles réduites venant de Tourville sur Odon, passe donc à Verson 4 fois par jour.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom Verson est incertaine puisqu'on ne connait pas l'origine de la commune. Néanmoins, Verson pourrait avoir une origine celtique Versodunum, gallo-romaine Vercie, ou de la langue romane Versum puis Versun et enfin Verson[13]. Il signifierait « la colline verte ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Néolithique[modifier | modifier le code]

Des fouilles archéologiques ont mis au jour les vestiges d'un village ancien de 7 000 ans ainsi qu'une vaste nécropole gauloise[14].

Époque romaine[modifier | modifier le code]

Il est probable que des habitants se soient installés sur le site de Verson/Fontaine-Étoupefour, à l'endroit d'un probable gué ou pont sur l'Odon de la voie romaine Bayeux-Vieux, connue sous le nom de Chemin Haussé. Des vestiges romains ont été retrouvés sur les communes situées sur l'autre versant de la rivière [15].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Fondation de Verson par les Saxons et l'éphémère royaume de Syagrius[modifier | modifier le code]

Les Saxons ont débarqué aux alentours de 480 en Normandie pour d'abord la ravager et ensuite s'y installer en tant que colons. Les historiens peuvent donc penser que Verson a été créé lors de cette invasion[16]. Le nord de la Gaule est alors sous la domination de Syagrius depuis 464.

Époque mérovingienne[modifier | modifier le code]

Clovis, roi des Francs saliens de Tournai (actuellement en Belgique), pénètre en Gaule en 485-486, il conquiert le royaume des Romains de Syagrius à la suite de la bataille de Soissons en 486. On ne sait pas quand les Francs parviennent en Normandie mais il est sûr que la région est sous leur domination en 507[17].

Des fouilles, menées entre 1970 et 1972 sur un des points culminants de Verson, le mont Saint-Martin, attestent de la présence de tombes, dont une appartenant à un chrétien. Cette nécropole date des VIIe et VIIIe siècles. Ainsi on peut affirmer que le site de Verson est occupé à la période mérovingienne.

Époque carolingienne[modifier | modifier le code]

Verson est un village assez important à l'époque carolingienne, puisqu'une église Saint-Martin est construite au IXe siècle. Cette église est un centre paroissial majeur de la région jusqu'au début du XIIIe siècle. C'est sans doute à cette époque que les villageois de Verson partirent s'installer sur les bords de l'Odon en raison du manque d'eau autour du mont Saint-Martin.

Invasion des Navarrais et des Anglais : 1356-1359[modifier | modifier le code]

Charles le Mauvais, roi de Navarre, révolté contre Jean le Bon, s'allia aux Anglais pour ravager la région de Caen. De nombreux pillages eurent lieu dans Verson et les villages alentours mais c'est aux moulins que Charles le Mauvais voulait s'attaquer pour affamer le pays. Le 25 février 1359, Verson fut libéré par des bourgeois notables de Caen qui expulsèrent les Anglais[18].

Les Bourdon[modifier | modifier le code]

Guillaume Bourdon, sieur de Roquereuil, intendant des finances, se marie avec Antoinette Ribault, descendante de Pierre d'Arc, chevalier du Lys, frère de Jeanne d’Arc, afin de former la famille des Bourdon.

Renaissance et époque moderne[modifier | modifier le code]

Le bourgeois caennais Pierre Bourdon obtient la fiefferme de Verson par adjudication le 5 septembre 1548. Les Bourdon-Grammont habitent le « Manoir de la Fontaine », rue de la Croix-Beaujard, alors rue Royale, construit vers la fin du XVIe siècle.

Révolution[modifier | modifier le code]

En 1789, Verson élit ses députés du Tiers état : Moisant, François Tilliard et Charles Fabulet[19].

Exupère-Pierre Bourdon-Grammont, chevalier de Saint-Louis, commandant du vaisseau Le Léopard de la Marine royale se rallie à la République et renonce à son fief de Verson.

En 1793, Verson est rattaché à l'éphémère canton de Cheux. Celui-ci éclate dès 1801 et est partagé entre les cantons d'Évrecy (dont Verson fait partie) et de Tilly-sur-Seulles.

Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1940, le château (aujourd’hui, la mairie) est occupé par les Allemands. Il devient le quartier général de la Luftwaffe, basée à Carpiquet.

Avec l’aide des Anglais, beaucoup de femmes et d’hommes de Verson participent à l’exode vers Bayeux en 1944. En témoignage de cet exode, les Versonnais on fait ériger une croix dans la rue qui porte désormais son nom rue de la Croix-Beaujard.

Verson étant dans une cuvette, il n’y a pas véritablement eu de bataille. 25 % des habitations ont été abîmées. La commune aurait dû être détruite le 26 juin 1944, en trois bombardements, mais le mauvais temps a compromis cette opération. Seule l’église a été touchée à trois reprises par des tirs d’obus qui ont détruit toute la nef.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Du 20 décembre 1993 au 1er janvier 2013, la commune a fait partie de la communauté de communes des Rives de l'Odon. Le 1er janvier 2013, elle a intégré la communauté d'agglomération Caen la Mer[20].

Verson est rattachée au canton d'Évrecy.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Verson est une commune votant plutôt à gauche. Le maire actuel Michel Marie gouverne sous l’étiquette DVG, mais ce résultat n'est pas significatif puisque qu'il n'y avait qu'une seule liste candidate en 2008[21]

En revanche, on observe un vote nettement à gauche lors des principales élections depuis 2004.

Ainsi en 2004, lors des élections régionales, Philippe Duron, l'actuel maire PS de Caen arrive en tête au 2e tour avec 57 % des voix [22]

En 2007, Ségolène Royal, candidate PS à l'élection présidentielle recueille 55 % des suffrages au 2e tour[23].

Cette même année pour les élections législatives, Alain Tourret candidat radical de gauche obtient 53 % au 2e tour[24].

En 2012 François Hollande le candidat PS à la présidence de la République obtient 37 puis 60 % des voix lors des 2 tours[23].

Enfin lors des élections législatives de 2012, Alain Tourret obtient 62 %[25].

Résultats pour la commune des scrutins français depuis 2000.
Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
2002 89,23 % Jacques Chirac RPR 10,77 % Jean-Marie Le Pen FN 85,15 % [26]
2007 44,68 % Nicolas Sarkozy UMP 55,32 % Ségolène Royal PS 88,35 % [27]
2012 60,02 % François Hollande PS 39,98 % Nicolas Sarkozy UMP 81,49 % [28]
2017  % Emmanuel Macron EM  % Marine Le Pen FN  % [29]
Élections législatives, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
Verson est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats des .
Avant 2010, Verson est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats des .
2002 53,34 % Alain Tourret PRG 46,66 % Jean-Yves Cousin UMP 66,18 % [30]
2007 53,01 % Alain Tourret PRG 46,99 % Jean-Yves Cousin UMP 64,25 % [31]
Après 2010, Verson est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats de .
2012 62,21 % Alain Tourret PRG 37,79 % Jean-Yves Cousin UMP 62,18 % [32]
2017  %  %  % [33]
Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 37,57 % Henri Weber PS 14,21 % Tokia Saïfi UMP 47,62 % [34]
2009 23,23 % Dominique Riquet Majorité présidentielle 20,40 % Hélène Flautre EELV 45,09 % [35]
2014  %  %  % [36]
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 57,93 % Philippe Duron PS 33,69 % René Garrec UMP 70,51 % [37]
2010 66,49 % Laurent Beauvais PS 33,51 % Jean-François Le Grand Majorité présidentielle 55,88 % [38]
2015  %  %  % [39]
Élections cantonales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
Verson est répartie sur plusieurs cantons, cf. les résultats de ceux de .
2001  %  %  % [40]
2004  %  % indisponible %
2008 52,86 % Henri Girard
élu(e) au premier tour
DVD 37,02 % Pascal Giloire Les Verts 60,62 % [41]
2011  %  % indisponible %
Élections départementales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu(e)s Battu(e)s Participation
Verson est répartie sur plusieurs cantons, cf. les résultats de ceux de .
2015  %  %  % [42]
Élections municipales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
2001 64,67 % Michel Marie DVG 35,33 % Denis Locard SE 70,63 % [43]
2008 100 % Michel Marie
élu(e) au premier tour
DVG  % 60,92 % [44]
2014 67,17 % Michel Marie
élu(e) au premier tour
SE 32,83 % Véronique Tomas SE 61,64 % [45]
Référendums.
Année Oui (national) Non (national) Participation
1992 58,45 % (51,04 %) 41,55 % (48,96 %) 79,87 % [46]
2000 75,53 % (73,21 %) 24,47 % (26,79 %) 32,66 % [47]
2005 53,04 % (45,33 %) 46,96 % (54,67 %) 76,47 % [48]


Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune comprenant entre 3 500 et 4 999 habitants, le conseil municipal est composé de vingt-sept membres[49]. Le maire est assisté par huit adjoints[50].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
14 novembre 1790 François Tillard    
16 septembre 1792 Antoine Fabulet    
3 novembre 1793 Jean Quesnel    
10 juin 1800 Charles-Jean-Claude Fabulet    
13 février 1816 Antoine-Jean-Edme Gautier    
12 janvier 1826 Jacques Bayeux-Dumesnil    
30 octobre 1831 Michel-Jean-Baptiste Jouin    
Jacques-Pierre-Édouard Gauguin    
29 octobre 1843 Laurent Jardin    
3 juin 1848 Jacques-Pierre-Édouard Gauguin    
20 avril 1851 Louis-Charles-Lambert Postel    
8 novembre 1853 Hosmidas Bernières    
10 septembre 1865 Jules Dauphin-Valembourg    
20 mai 1888 Émile Lefèvre    
après 1907 Alphonse Porée    
François Burthe   Notaire
1935 1944 Exupère-Louis Dubosq   Agriculteur
1944 1965 Pierre Hébert   Ingénieur en hydraulique - Industriel
1965 1977 Émile Potel   Instituteur
1977 1983 Bernard Hébert   Compagnon de la Libération, administrateur des colonies puis industriel, fils de Pierre Hébert
1983 Jean-Claude Raoult SE Conseiller en gestion et développement local
en cours Michel Marie[51] DVG Enseignant

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Verson relève du tribunal d'instance de Caen, du tribunal de grande instance de Caen, de la cour d'appel de Caen, du tribunal pour enfants de Caen, du conseil de prud'hommes de Caen, du tribunal de commerce de Caen, du tribunal administratif de Caen et de la cour administrative d'appel de Nantes[52].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La station d'épuration du Grand Odon a été mise en service en 1995[53]. Elle traite les rejets de six communes (Baron-sur-Odon, Grainville-sur-Odon, Mondrainville, Mouen, Tourville-sur-Odon et Verson). D’une capacité de traitement de 20 000 habitants, elle est conforme à la directive européenne relative au traitement des eaux résiduaires urbaines ; elle traite actuellement les rejets de 11 700 habitants. Elle est située à l'est de la commune, sur l'Odon.

À l'ouest de Verson, à la limite entre la commune et Mouen, se trouve la déchèterie, mise en place pour les ex-communes des Rives de L'Odon. La déchetterie reprend tous les déchets recyclables, hormis le papier. Une partie des déchets verts collectés sont additionnés avec les boues de la station d'épuration et avec les déchets verts de la déchetterie d'Évrecy afin de former du compost vendu aux particuliers et aux professionnels sur une aire recouvrant globalement le canton d'Évrecy.

Un ramassage des déchets papiers et cartons, sous forme de sacs jaunes, par un camion toutes les semaines a été mis en place ces dernières années.

Un écoquartier doit voir le jour au nord-est de Verson à l'horizon 2015 sous le nom de quartier des Mesniles[54],[55].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 14 mai 2013, Verson est jumelée avec deux villes[56] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[57]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[58],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 439 habitants, en diminution de -5,21 % par rapport à 2009 (Calvados : 1,56 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 061 1 021 1 347 1 102 1 280 1 285 1 270 1 275 1 167
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 215 1 206 1 171 1 040 1 023 933 895 875 804
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
801 785 760 734 694 715 722 899 1 002
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
1 335 1 380 1 743 2 215 3 153 3 580 3 651 3 533 3 439
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[59] puis Insee à partir de 2006[60].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • L'école maternelle Françoise Dolto accueille 119 élèves répartis en une classe de petite section, une classe de petite/moyenne section, une classe de moyenne section, une classe de moyenne/grande section et une classe de grande section.
  • L'école primaire Victor Hugo accueille 238 élèves répartis en deux CP, un CE1, un CE1/CE2, un CE2, un CE2/CM1, un CM1, deux CM2 et une CLIS.
  • Le collège Jacques Prévert accueille 657 élèves répartis en six sixièmes, sept cinquièmes, six quatrièmes et six troisièmes.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Téléthon en décembre.
  • Mois de la francophonie en mars.
  • La foire aux greniers de Verson organisée par les baladins de l'Odon (association de théâtre) en mai.
  • Fête communale de la Saint Germain en mai.
  • Forum des associations en septembre.

Santé[modifier | modifier le code]

De nombreux professionnels de santé sont installés à Verson : on peut compter trois dentistes, trois infirmières, trois kinésithérapeutes, trois médecins généralistes, une orthophoniste, deux ostéopathes, une podologue, trois psychologues et une sage-femme.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le Tennis Club de Verson fait partie des clubs les plus importants du Calvados avec environ 350 adhérents, une équipe féminine en pré-national ainsi qu'une équipe masculine montée en National 4 grâce à une bonne saison 2013.
  • L'Amicale sportive de Verson fait évoluer une équipe de football en ligue de Basse-Normandie et deux autres en divisions de district[61]. L'équipe a remporté deux fois la coupe du Calvados en 1994 et 1995[62]. Elle engage aussi de nombreuses équipes de jeunes.
  • Le club d'haltérophilie.
  • L'Amicale Handball de Verson.
  • Les Archers de l'Odon.
  • Le Club de plein air de l'Odon permet l'initiation et le perfectionnement à l'escalade et au kayak. Il participe aux différentes compétitions de kayak et d'escalade organisées par les Fédérations de kayak et d'escalade.
  • Les Cyclos de l'Odon organise des sorties cyclotouristiques.
  • Gym enfant de l'Odon.
  • Gymnastique volontaire Fontaine-Verson.
  • Hameçon versonnais.
  • Vers'Odon.
  • Les pointeurs versonnais.
  • Yoga de l'Odon.
  • Tennis de table.

Cultes[modifier | modifier le code]

Pour le culte catholique romain, la commune fait partie de la paroisse Sainte-Monique-de-l'Odon[63], à laquelle est rattachée l'église Saint-Germain.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 37 144 €, ce qui plaçait Verson au 4 414e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[64].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 17 056 personnes, parmi lesquelles on comptait 74,4 % d'actifs dont 68,7 % ayant un emploi et 5,6 % de chômeurs.

Entreprises, services et commerces[modifier | modifier le code]

Verson compte de nombreuses entreprises et commerces : agence immobilière, assurance, ambulance, toilettage pour animaux, auto-école, garages, station service, banques, bar-tabac, bar-PMU-brasserie, boucherie-traiteur, boulangeries-pâtisseries, charcuterie-traiteur, salons de coiffure, couture-retouches, création de sites internet, déplacement et taxi, épicerie fine/cave à vins, fleuriste, instituts de beauté, poste, opticien, pharmacie, primeur, pompe funèbre, restaurants et restauration rapide, supermarché et tapissier.

Le long de l'A84, trois zones industrielles se sont développées. Des entreprises des transports, de BTP, de camping-cars, de création, d'agro-alimentaire, d’électroménager, des fournisseurs de matériaux de construction, des menuiseries et chaudronnerie s'y sont installés.

La commune compte cinq revendeurs de camping-cars sur son territoire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un monument classé et de deux monuments inscrits à l'inventaire des monuments historiques.

L'église Saint-Germain (XIIe siècle) est classée depuis le 21 mai 1910[65]. À l'intérieur, un Christ en croix du XVIe est classé à titre d'objet[66].

Dans le cimetière, une croix est également inscrite à l'inventaire depuis le 4 octobre 1932[67].

Le manoir de la Fontaine (XVIe siècle) est inscrit depuis le 17 avril 1933[68].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Espace Senghor : espace culturel, lieu d'échanges associatifs, bibliothèque.
  • Mairie (elle prend place dans le château) et son parc.
  • Monument aux morts.
  • Le calvaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léopold Sédar Senghor (1906-2001) : le plus illustre des Versonnais, premier agrégé noir dans une université française, député à l'assemblée constituante, premier président de la République du Sénégal (1960 - 1980). Membre de l'Académie française pour son œuvre poétique et philosophique. C'est après son mariage avec une Normande, Colette Hubert, en 1957, qu'il séjournera régulièrement à Verson. Le décès de Léopold Sédar Senghor survient le 20 décembre 2001, dans sa propriété de Verson.
  • Le capitaine Gautier, Edmée Louis-Antoine Gautier de Villiers (1785 à Verson-1860) : la légende dit qu'il est enterré avec son cheval[69].
  • Victor Hunger (1856-1935) : passionné par l'histoire locale, il publia en 1908 le fruit de ses recherches sur la commune de Verson. Par ailleurs, il consacra beaucoup de ses activités dans le domaine des chevaux.
  • Charles-Alfred Bertauld (9 juin 1812, Verson - 8 avril 1882, Paris), avocat et homme politique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Verson a choisi de prendre les armes de la famille de Bourdon-Grammont comme blason de la ville. Ces armes sont le résultat de l’éclatement des armes de la famille nobiliaire versonnaise des Bourdon-Grammont et des armes d’Arc et du Lys lors du mariage de Guillaume Bourdon, Sieur du Rocreuil, et d’Antoinette Ribault, descendante de Pierre d'Arc, chevalier du Lys, frère de Jeanne d’Arc[70].


Armes de Verson

Les armes de la commune de Verson se blasonnent ainsi :
Écartelé : au premier et au quatrième d'azur aux deux lions affrontés d'or soutenant un bourdon du même, au deuxième et au troisième d'azur à l'épée couronnée d'or, accostée de deux fleurs de lys du même[71].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Recherche d'orthodromie depuis Verson », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 10 août 2013).
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. « Fiche cours d'eau - L'Odon (I2651001) », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (SANDRE) (consulté le 13 mai 2013).
  5. Rapport de présentation du schéma de cohérence territoriale (SCOT) de Caen-Métropole, octobre 2011, [lire en ligne].
  6. « Les risquesmajeurs du Calvados ».
  7. « Caen Métropole, environnement »
  8. « Climatologie mensuelle à Carpiquet », sur le site de l'association InfoClimat (consulté le 11 janvier 2013).
  9. Le Journal des transports : revue internationale des chemins de fer et de la navigation, Paris, no 28, 25 mai 1887, p. 218 [lire en ligne]
  10. Wilez.com
  11. Ouest-France, édition de Caen, 6 avril 1972
  12. Décret du 24 février 1975 ; Journal officiel de la République française, 8 mars 1975, p. 2620 [lire en ligne]
  13. « Ville de Verson - Les origines » (consulté le 23 décembre 2012)
  14. Ouest-France du 16 mai 2012
  15. http://www.ville-verson.fr/
  16. (Hunger Histoire de Verson, p. 4)
  17. Georges Duby, Grand Atlas Historique, Larousse,
  18. (Hunger Histoire de Verson, p. 7)
  19. (Hunger Histoire de Verson, p. 9-10)
  20. Communiqué de presse, 11 juin 2012
  21. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__municipales_2008/%28path%29/municipales_2008/014/014738.html
  22. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Regionales/elecresult__regionales_2004/%28path%29/regionales_2004/025/014/014738.html
  23. a et b http://www.lemonde.fr/resultats-election-presidentielle/verson,14790/
  24. http://www.francetvinfo.fr/elections/verson_14790#type=legislative&year=2007
  25. http://www.francetvinfo.fr/elections/verson_14790#type=legislative&year=2012
  26. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  27. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  28. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  29. Résultats des élections présidentielles de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  30. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  31. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  32. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  33. Résultats des élections législatives de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  34. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  35. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  36. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  37. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  38. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  39. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  40. [xls] Résultats des élections cantonales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  41. 16738.html Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  42. 16738.html Résultats des élections départementales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  43. [xls] Résultats des élections municipales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  44. Résultats des élections municipales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  45. Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  46. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  47. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  48. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  49. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  50. « Verson (14790) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 21 juin 2014)
  51. Réélection 2014 : « Michel Marie, maire, sera entouré de huit adjoints », sur Ouest-france.fr (consulté le 8 avril 2014)
  52. http://www.annuaires.justice.gouv.fr/annuaires-12162/liste-des-juridictions-competentes-pour-une-commune-22081.html#cmq_path=annuaire&cmq_territory=14790%20verson&cmq_submit=Submit
  53. « Fontaine Etoupefour, SIGO » (consulté le 12 janvier 2013)
  54. « aménageurs SHEMA, Écoquartier Verson »
  55. « Atelier Philippe Madec, quartier des Mesniles, Verson »
  56. « Jumelage de l'odon - Historique » (consulté le 14 mai 2013).
  57. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  58. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  59. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  60. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  61. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – Am. S. Verson » (consulté le 6 février 2013)
  62. http://foot14.fff.fr/cg/1501//www/coupes/103996.shtml
  63. « Site de l'Église catholique de Bayeux et Lisieux - Sainte Monique de l'Odon » (consulté le 12 janvier 2012)
  64. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  65. « Église », notice no PA00111793, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  66. « Statue - Christ en croix », notice no PM14000796, base Palissy, ministère français de la Culture.
  67. « Croix de cimetière », notice no PA00111792, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  68. « Manoir de la Fontaine », notice no PA00111794, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  69. « Ville de Verson - Le capitaine Gautier » (consulté le 22 janvier 2010)
  70. « Ville de Verson - Les Armoiries » (consulté le 24 décembre 2012)
  71. « GASO, la banque du blason - Verson Calvados » (consulté le 22 juin 2013)