Saint-Marcel (Eure)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Marcel
Saint-Marcel (Eure)
La mairie.
Blason de Saint-Marcel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Intercommunalité Seine Normandie Agglomération
Maire
Mandat
Hervé Podraza
2020-2026
Code postal 27950
Code commune 27562
Démographie
Gentilé Saint Marcellois
Population
municipale
4 425 hab. (2019 en diminution de 4,98 % par rapport à 2013)
Densité 446 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 49″ nord, 1° 26′ 47″ est
Altitude Min. 12 m
Max. 141 m
Superficie 9,93 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Vernon
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pacy-sur-Eure
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Saint-Marcel
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Saint-Marcel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Marcel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Marcel

Saint-MarcelÉcouter est une commune française d'environ 5 000 habitants, située dans le département de l'Eure en région Normandie, à 3 kilomètres de Vernon (de mairie à mairie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Marcel est une commune située dans la vallée de la Seine. Elle est située dans l'agglomération de Vernon dont elle est limitrophe.

Le territoire communal s'étend sur 993 hectares.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur la rive gauche de la Seine, qui constitue la limite nord-est du territoire ciommunal..

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 689 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Évreux-Huest », sur la commune de Huest, mise en service en 1968[7] et qui se trouve à 19 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 10,3 °C pour la période 1971-2000[9] à 10,8 °C pour 1981-2010[10], puis à 11,2 °C pour 1991-2020[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Marcel est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[12],[13],[14]. Elle appartient à l'unité urbaine de Vernon, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[15] et 31 736 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire regroupe 1 929 communes[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (39 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (40,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (29,8 %), forêts (22,2 %), zones urbanisées (19 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (17,6 %), zones agricoles hétérogènes (5,2 %), prairies (4 %), eaux continentales[Note 7] (2 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 2 147, alors qu'il était de 2 118 en 2013 et de 2 088 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 92,6 % étaient des résidences principales, 1 % des résidences secondaires et 6,4 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 66,6 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 31,1 % des appartements[I 2].

Selon les données du recensement, la commune compte 272 logements sociaux (13,7 % du parc des résidences principales) en 2008, nombre qui s'est réduit à 260 (13;1 %) en 2018[I 3] et ne respecte donc pas les obligations légales qui lui sont faites par l'article 55 de la Loi SRU qui prescrit au communes de plus de 3 500 habitants de disposer d'au moins 25 % de logements sociaux. À ce titre, Saint-Marcel a été astreint à des pénalités financières annuelles qui se sont élevées à 18 946  en 2015[22] ou 23 131  en 2018[23].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Saint-Marcelen 2018 en comparaison avec celle de l'Eure et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1 %) inférieure à celle du département (6,3 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 64,1 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (63,4 % en 2013), contre 65,3 % pour l'Eure et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Saint-Marcel en 2018.
Typologie Saint-Maclou[I 1] Eure[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 92,6 85,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1 6,3 9,7
Logements vacants (en %) 6,4 8,3 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sanctus Marcellus in Longavilla vers 1010 (charte de Richard II)[24], Saint-Marcel-de-Longueville, appellation en usage du XIIIe au XVe siècle (grand cartulaire de Saint-Taurin)[25], Saint-Marcel-lez-Vernon en 1828 (Louis Du Bois)[26].

Saint-Marcel est un hagiotoponyme.

Longueville évoquait la structure d'un terroir en longueur au bord de la Seine[27].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Fusion de communes[modifier | modifier le code]

Le projet d'unification des communes de Vernon et de Saint-Marcel, promu par le maire, a échoué en [28].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Évreux du département de l'Eure.

Elle faisait partie de 1793 à 1981 du canton de Vernon, année où celui-ci est scindé et la commune rattachée au canton de Vernon-Nord[29]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Pacy-sur-Eure

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la cinquième circonscription de l'Eure.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Marcel était membre de la communauté d'agglomération des Portes de l'Eure, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2003 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération dénommée Seine Normandie Agglomération, dont est désormais membre la commune.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales de 2014 dans l'Eure, la liste DVD menée par le maire sortant Gérard Volpatti obtient ma majorité absolue des suffrages exprimés, avec 1 238 voix (56,09 %, 22 conseillers municipaux élus dont 5 communautaires), devançant très largement les listes menées respectivement par[30] :
- Gérard Ninin (SE, 418 voix, 18,93 %, 2 conseillers municipaux élus) ;
- Pierre Zimmermann (DVG, 356 voix, 16,13 %, 2 conseillers municipaux élus) ;
- Jean-Pierre Laurin (SE, 195 voix, 8,83 %, 1 conseiller municipal élu).
Lors de ce scrutin, 32,59 % des électeurs se sont abstenus.

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans l'Eure, la liste SE menée par Hervé Podraza — ancien maire-adjoint de Gérard Volpatti, qui ne se représentait pas[31] — obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 889 voix (54,14 %, 21 conseillers municipaux élus dont 3 communautaires), devançant très largement les listes menées respectivement par[32] :
- Rémi Ferreira (SE, 583 voix, 35,50 %, 5 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire) ;
- Michael Barton (SE, 170 voix, 10,35 %, 1 conseiller municipal élu).
Lors de ce scrutin lmarqué par la pandémie de Covid-19, 50,53 % des électeurs se sont abstenus.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1965 1995 Guy Gambu[Note 8],[33] SE Directeur d'école
juin 1995 mai 2020[34] Gérard Volpatti[35] UMPLR Retraité, ancien conseiller général
Président de la CAPE (2008 → 2016)
mai 2020[36] En cours
(au 13 février 2021)
Hervé Podraza SE  

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

En 2022, la commune a été labellisée « 3 fleurs » pour la vingtième année consécutive par le Conseil national de villes et villages fleuris de France, matérialisant l’évolution du fleurissement vers des problématiques comme comme l’interdiction des produits phytosanitaires et l'usage de plantes ayant un faible besoin en eau[37].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[39].

En 2019, la commune comptait 4 425 habitants[Note 9], en diminution de 4,98 % par rapport à 2013 (Eure : +0,75 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
689757822804441826810805757
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
730754755760795746724730723
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7577697548201 1741 3081 2441 3631 532
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 7013 4704 1984 4344 3984 9824 9714 9674 657
2018 2019 - - - - - - -
4 4464 425-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (35,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,5 % la même année, alors qu'il est de 25,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 162 hommes pour 2 284 femmes, soit un taux de 51,37 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,26 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[41]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,0 
90 ou +
1,3 
7,9 
75-89 ans
11,6 
18,6 
60-74 ans
18,4 
23,4 
45-59 ans
22,8 
16,0 
30-44 ans
16,4 
15,4 
15-29 ans
13,0 
17,8 
0-14 ans
16,4 
Pyramide des âges du département de l'Eure en 2018 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
6,1 
75-89 ans
8,5 
16,7 
60-74 ans
17,4 
20,9 
45-59 ans
20,2 
18,9 
30-44 ans
18,7 
16,4 
15-29 ans
14,9 
20,4 
0-14 ans
18,7 


Économie[modifier | modifier le code]

  • Zone industrielle : équipements pour l'aéronautique (Goodrich)…

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pyramide de la Croix Blanche, 1759

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • M. et Mme Brisset, mari et femme, qui ont conduit deux listes concurrentes aux municipales de 1959, ce qui a fait la Une des actualités de l'époque[46].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Marcel
Blason de Saint-Marcel Blason
Parti : au premier, de gueules à deux léopards d'or l'un sur l'autre, au second coupé : au A) à la grappe de raisin pamprée, adextrée de trois cerises feuillées de deux pièces, le tout au naturel, au B) aussi d'argent à l'église du lieu d'or, essorée et ajourée de sable, au bosquet de trois arbres de sinople brochant à dextre, le tout sur une terrasse du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles coinnexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Saint-Marcel », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Le centre social de la commune porte le nom de ce maire.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station météofrance Évreux-Huest - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Saint-Marcel et Huest », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station météorologique d'Évreux-Huest - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  10. « Station météorologique d'Évreux-Huest - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique d'Évreux-Huest - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Unité urbaine 2020 de Vernon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  16. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  17. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. Béatrice Cherry-Pellat, « Logements sociaux : Saint-Marcel et Pacy doivent payer : Les communes de plus de 3 500 habitants doivent se doter de 25 % de logements sociaux. Ne respectent pas cette loi, Saint-Marcel et Pacy-sur-Eure payent des pénalités », Le Démocrate vernonnais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Maxime Vaudano, « HLM : les quotas de construction fonctionnent-ils ? : La politique des quotas de logements sociaux, dessinée en 2000 par la loi SRU, produit des résultats encourageants, même si de nombreuses communes restent loin du compte », Le Monde,‎ 11/1/2018 mis à jour le 9/5/2018 (lire en ligne, consulté le ).
  24. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France, Page 1559.
  25. François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Page 180.
  26. Ernest Poret de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l’Eure, Paris, , p. 199.
  27. François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Page 178.
  28. Saint-Marcel/Vernon : la fusion, c’est non !, Paris Normandie, .
  29. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Résultats officiels pour la commune Saint-Marcel
  31. « À Saint-Marcel, la majorité sortante parie sur Hervé Podraza pour succéder à Gérard Volpatti », sur paris-normandie.fr (consulté le ).
  32. « Eure (27) - Saint-Marcel », Résultats des élections municipales et communautaires 2020, Ministère de l’intérieur (consulté le ).
  33. Béatrice Cherry-Pellat, « Saint-Marcel : Guy Gambu nous a quittés : L’ancien maire de Saint-Marcel Guy Gambu est décédé vendredi à l’âge de 93 ans. Il avait été le premier magistrat de la commune durant trente ans », Le Démocrate vernonnais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. « La nouvelle vie de l'ancien maire de Saint-Marcel, Gérard Volpatti : En mai 2020, Gérard Volpatti rendait son écharpe de maire après 25 ans à la tête de la mairie de Saint-Marcel (Eure). Aujourd'hui, il savoure sa nouvelle vie », Le Démocrate vernonnais,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Sur son ancien adjoint aux sports et à la vie associative devenu maire, Hervé Podraza, les relations sont fraîches : « Hervé Podraza est sérieux. Il est dans la continuité. Il s’appuie sur ce qui a été proposé lors du dernier mandat, comme la réflexion sur le cabinet médical, la vidéosurveillance ou le prolongement des bords de Seine. Il est un peu tôt pour dresser un bilan ».
  35. « Gérard Volpatti, maire de Saint-Marcel depuis 1995, ne briguera pas un nouveau mandat en mars 2020 », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. « Municipales 2020. Saint-Marcel : Hervé Podraza élu maire », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Saint-Marcel conserve sa troisième fleur pour la vingtième fois : Le jury des villes et villages fleuris a rendu son verdict. Pour la vingtième fois, Saint-Marcel (Eure) est parvenue à conserver sa troisième fleur, un véritable art du renouveau », Le Démocrate vernonnais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  41. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Saint-Marcel (27562) », (consulté le ).
  42. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Eure (27) », (consulté le ).
  43. Notice no IA27000097, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. Notice no PA00078503, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. Notice no IA27000148, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. Journal télévisé de 13 heures de TF1, lundi .