Caen la Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Caen la Mer
Blason de Caen la Mer
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Forme Communauté urbaine
Siège Caen
Communes 48
Président Joël Bruneau (LR)
Budget 245 000 000 
Date de création 1990 (district)
2002 (communauté d'agglomération)
2017 (communauté urbaine)
Code SIREN 200065597
Démographie
Population 268 470 hab. (2018)
Densité 740 hab./km2
Géographie
Superficie 362,90 km2
Localisation
Localisation de Caen la Mer
Localisation dans le Calvados.
Liens
Site web caenlamer.fr/
Fiche Banatic Données en ligne
Fiche INSEE Dossier complet en ligne

Caen la Mer est une communauté urbaine française, située dans le département du Calvados et la région Normandie.

Historique[modifier | modifier le code]

Le district urbain[modifier | modifier le code]

Le est créé le district urbain de Caen qui regroupe huit communes : Caen, Cambes-en-Plaine, Carpiquet, Démouville, Ifs, Bretteville-sur-Odon, Louvigny et Épron[1].

En 1990, le district urbain devient le district du grand Caen (DGC), qui regroupait dix-huit communes.

La communauté d'agglomération[modifier | modifier le code]

Ce district s'est transformé, en 2002, en une communauté d'agglomération dite communauté d'agglomération du Grand Caen', appelée de 2004 à 2016, communauté d'agglomération Caen la mer.

La communauté a accueilli dix communes adhérentes supplémentaires, le , et Sannerville, le . Le , elle s'accroît de six autres communes : les trois de l'ancienne communauté de communes des Rives de l'Odon (Tourville-sur-Odon, Verson, Mouen), ainsi que Colleville-Montgomery, Ouistreham et Saint-André-sur-Orne[2] ; elle regroupe alors 236 167 habitants[Note 1].

Depuis 2006, elle est membre du pays de Caen.

Elle emploie 650 agents en 2009, avec un budget de 245 millions d'euros, dont 95,9 millions d'investissement.

La communauté urbaine[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine de Caen la Mer en 2017 ; en marron, les communes de l'ancienne communauté d'agglomération de Caen la Mer et en orange, les communes appartenant en 2017 à d'autres intercommunalités

Le [3], la communauté d'agglomération disparait pour être remplacée par une communauté urbaine d'un peu plus 260 000 habitants regroupant l'ancienne communauté d'agglomération (236 919 habitants en 2014) et les anciennes communautés de communes Entre Thue et Mue (13 030 habitants en 2014) et Plaine Sud de Caen (7 507 habitants en 2014)[4] ainsi que la commune de Thaon (alors membre de la communauté de communes d'Orival) (3 614 habitants en 2014)[5].

À la même date, les communes de Sannerville et de Troarn fusionnent pour constituer la commune nouvelle de Saline, qui adhère à la communauté urbaine[6] et les communes de Bretteville-l'Orgueilleuse, Brouay, Cheux, Le Mesnil-Patry, Putot-en-Bessin et Sainte-Croix-Grand-Tonne fusionnent également pour constituer la commune nouvelle de Thue et Mue[7].

Selon l'État, ce périmètre doit être considéré comme une étape et la communauté de communes Cœur de Nacre (23 878 habitants au recensement de 2016) pourrait rejoindre par la suite Caen la Mer[4]. En juillet 2017, le préfet adresse un courrier aux élus des communes de Cœur de Nacre en vue de lancer la consultation relative à la fusion avec Caen-la-Mer[8]. Le 26 septembre 2017, le conseil de la communauté de communes Cœur de Nacre émet toutefois un avis défavorable à la mise en œuvre de la fusion avec Caen-la-Mer au 1er janvier 2019[9]. Cette dernière pourrait en revanche fusionner avec Caen la mer par la suite. La communauté de communes Vallées de l'Orne et de l'Odon (25 007 habitants au recensement de 2016) pourrait également être incorporée à la communauté urbaine[4] pour former un ensemble d'un peu plus de 310 000 habitants.

Le , Garcelles-Secqueville et Saint-Aignan-de-Cramesnil fusionnent pour constituer la commune nouvelle du Castelet et Hubert-Folie, Rocquancourt et Tilly-la-Campagne fusionnent également pour constituer Castine-en-Plaine.

Par jugement du 28 décembre 2018, le tribunal administratif de Caen a en revanche annulé l’arrêté préfectoral du 29 juillet 2016 portant création de la commune de Saline, avec effet au [10]. Si Sannerville a adhéré en 2004 à Caen la Mer, Troarn est maintenue dans la communauté urbaine puisqu'un retour à la communauté de communes Entre bois et marais disparue est impossible [11].

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Située du département du Calvados, la communauté urbaine Caen la Mer regroupe 48 communes et s'étend sur 362,9 km2[12].

Carte de la communauté urbaine Caen la Mer au .

Composition[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine est composée des 48 communes suivantes :

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Caen
(siège)
14118 Caennais 25,7 106 230 (2019) 4 133
Authie 14030 Althéens 3,21 1 696 (2019) 528
Bénouville 14060 Bénouvillais 5,28 2 042 (2019) 387
Biéville-Beuville 14068 Boevillais 11,15 3 561 (2019) 319
Blainville-sur-Orne 14076 Blainvillais 7,11 5 855 (2019) 823
Bourguébus 14092 Bourguébusiens 5,52 2 186 (2019) 396
Bretteville-sur-Odon 14101 Brettevillais 6,46 4 005 (2019) 620
Cairon 14123 Caironnais 5,91 2 021 (2019) 342
Cambes-en-Plaine 14125 Cambais 3,25 1 753 (2019) 539
Carpiquet 14137 Carpions 5,88 2 886 (2019) 491
Le Castelet 14554 12,55 1 659 (2019) 132
Castine-en-Plaine 14538 8,23 1 650 (2019) 200
Colleville-Montgomery 14166 Collevillais 7,74 2 555 (2019) 330
Colombelles 14167 Colombellois 7,14 6 976 (2019) 977
Cormelles-le-Royal 14181 Cormellois 3,48 4 957 (2019) 1 424
Cuverville 14215 Cuvervillais 2,01 2 259 (2019) 1 124
Démouville 14221 Démouvillais 3,56 3 117 (2019) 876
Épron 14242 Épronnais 1,42 1 623 (2019) 1 143
Éterville 14254 Étervillais 4,87 1 653 (2019) 339
Fleury-sur-Orne 14271 Fleurysiens 6,75 4 938 (2019) 732
Le Fresne-Camilly 14288 7,06 933 (2019) 132
Giberville 14301 Gibervillais 5 4 916 (2019) 983
Grentheville 14319 Grenthevillais 4,08 973 (2019) 238
Hermanville-sur-Mer 14325 Hermanvillais ou Hermois 8,05 3 110 (2019) 386
Hérouville-Saint-Clair 14327 Hérouvillais 10,64 22 555 (2019) 2 120
Ifs 14341 Ifois 9,06 11 696 (2019) 1 291
Lion-sur-Mer 14365 Lionnais 4,75 2 536 (2019) 534
Louvigny 14383 Louvinois 5,64 2 683 (2019) 476
Mathieu 14407 Mathieusains 9,41 2 286 (2019) 243
Mondeville 14437 Mondevillois 9,05 9 973 (2019) 1 102
Mouen 14454 Mouennais 4,16 1 626 (2019) 391
Ouistreham 14488 Ouistrehamais 9,95 9 344 (2019) 939
Périers-sur-le-Dan 14495 Périésains 2,95 548 (2019) 186
Rosel 14542 Roselois 3,9 535 (2019) 137
Rots 14543 Rotiers 23,4 2 448 (2019) 105
Saint-André-sur-Orne 14556 3,68 1 822 (2019) 495
Saint-Aubin-d'Arquenay 14558 Saint-Aubinais 3,29 1 093 (2019) 332
Saint-Contest 14566 Saint-Contestois 8,05 2 525 (2019) 314
Saint-Germain-la-Blanche-Herbe 14587 Saint-Germinois 2,63 2 298 (2019) 874
Saint-Manvieu-Norrey 14610 Manoreys 8,28 1 955 (2019) 236
Sannerville 14666 Sannervillais 5,14 1 906 (2019) 371
Soliers 14675 Solariens 5,08 2 036 (2019) 401
Thaon 14685 Thaonnais 8,3 1 726 (2019) 208
Thue et Mue 14098 36,82 6 120 (2019) 166
Tourville-sur-Odon 14707 Tourvillais 1,7 1 118 (2019) 658
Troarn 14712 Troarnais 11,53 3 459 (2019) 300
Verson 14738 Versonnais 10,36 3 636 (2019) 351
Villons-les-Buissons 14758 Villonnais 3,76 777 (2019) 207

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du territoire communautaire
tel qu'existant au
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2018
182 789216 842227 044240 779256 981261 869261 485268 470
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
Les données mentionnées ci-dessus sont établies à périmètre géographique constant, dans la géographie en vigueur au .
(Source : Insee[13])

Administration[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège de la communauté urbaine est situé à Caen[3].

Élus[modifier | modifier le code]

Le conseil communautaire de la communauté d'agglomération se compose de 112 conseillers[14], représentant chacune des communes membres et élus pour une durée de six ans.

Ils sont répartis comme suit[14] :

Nombre de conseillers Communes
43 Caen
9 Hérouville-Saint-Clair
4 Ifs, Mondeville
3 Ouistreham
2 Blainville-sur-Orne, Colombelles, Cormelles-le-Royal,
Fleury-sur-Orne, Giberville, Thue et Mue
1 (+1 suppléant) les 37 autres communes

Présidence[modifier | modifier le code]

A la suite des élections municipales de 2020, le conseil communautaire du a réélu président de Caen la Mer, Joël Bruneau[15]. En 2020, ses vice-présidents sont :

  1. Rodolphe Thomas, maire de Hérouville-saint-Clair, chargé de l'Emploi, ESS et de la politique de la Ville ;
  2. Hélène Burgat, maire de Mondeville, chargée de la Transition écologique ;
  3. Philippe Jouin, maire de Soliers, chargé de l'Administration générale et des Ressources humaines ;
  4. Michel Patard-Legendre, maire de Ifs, chargé de l'habitat et des gens du voyage ;
  5. Michel Lafont, maire de Thue et Mue, chargé de la PLUI et de l'Urbanisme réglementaire ;
  6. Romain Bail, maire de Ouistreham, chargé des Ports, du Littoral et du Tourisme ;
  7. Florence Bouchard, maire de Castine en Plaine, chargée de la Solidarité territoriale ;
  8. Marc Pottier, maire de Colombelles, chargé de la Culture ;
  9. Patrick Lecaplain, maire de Bretteville-sur-Odon, chargé de l'Espace public ;
  10. Jean-Marie Guillemin, maire de Cormelles-le-Royal, chargé du Cycle de l’eau (GEMAPI et digues) ;
  11. Dominique Goutte, élu de Caen, chargé du Développement économique, des Zones d'activités économiques, de la Recherche et de l'Enseignement supérieur ;
  12. Marc Lecerf, maire de Fleury sur Orne, chargé de l'Environnement, des Énergies, de la Collecte et valorisation des déchets ;
  13. Nicolas Joyau, adjoint au maire de Caen, chargé des Mobilités ;
  14. Franck Guéguéniat, maire d'Épron, chargé de l'Attractivité, de la Communication et du Numérique ;
  15. Emmanuelle Renard, élu à Caen, chargé de l'Aménagement de l'espace et du Foncier.

Les 2 rapporteurs généraux sont :

  1. Aristide Olivier, adjoint au maire de Caen, chargé des Sports et des Finances ;
  2. Béatrice Turbatte, adjointe au maire de Rosel, chargé de la Politique contractuelle et des Services communs.

Le bureau pour la mandature 2020-2026 est constitué du président, des 15 vice-présidents, de 2 rapporteurs généraux et 43 autres membres.

Liste des présidents successifs du district urbaine, de la communauté d'agglomération et de la communauté urbaine
Période Identité Étiquette Qualité
novembre 1990 avril 2001 Jean-Marie Girault UDF Avocat
Sénateur du Calvados (1971 → 1998)
Maire de Caen (1970 → 2001)
Conseiller général de Caën-1 (1970 → 1989)
avril 2001 avril 2008 Luc Duncombe UDF-NC Docteur vétérinaire,
Adjoint au maire de Caen
Conseiller général de Caën-1 (2004 → 2011)
avril 2008 avril 2014[16] Philippe Duron[17] PS Professeur de collège, puis de lycée
Maire de Caen (2008 → 2014)
Député du Calvados (1re circ.) (2007 → 2017)
Président du conseil régional de Basse-Normandie (2004 → 2008)
avril 2014[18] En cours
(au 11 juillet 2020)
Joël Bruneau UMPLR Consultant, cadre bancaire
Maire de Caen (2014 → )

Compétences[modifier | modifier le code]

21 place de la République à Caen, ancien siège de Caen la mer

La communauté urbaine exerce les compétences qui lui sont transférées par les communes membres, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales. Il s'agit, aux termes de l'arrêté préfectoral du [5] de :

  • Développement et d'aménagement économique, social et culturel de l'espace communautaire : zones e'activité et actions de développement économique ; équipements culturels, socioculturels, socio-éducatifs, sportifs d'intérêt communautaire ; lycées et collèges  ; promotion du tourisme ; établissements d'enseignement supérieur et de recherche et programmes de recherche
  • Aménagement de l'espace communautaire : schéma de cohérence territoriale (SCoT)...; plan local d'urbanisme (PLU)... ; opérations d'aménagement d'intérêt communautaire et constitution de réserves foncières ; organisation de la mobilité ; voirie[Note 2] ; signalisation ; parcs et aires de stationnement ; plan de déplacements urbains (PDU) ;
  • Équilibre social de l'habitat sur le territoire communautaire : programme local de l'habitat (PLH) ; politique du logement ; logement social ; action en faveur du logement des personnes défavorisées ; opérations programmées d'amélioration de l'habitat (OPAH), réhabilitation et résorption de l'habitat insalubre ;
  • Politique de la ville : élaboration du diagnostic du territoire et définition des orientations du contrat de ville ; animation et coordination des dispositifs contractuels de développement urbain, de développement local et d'insertion économique et sociale ainsi que des dispositifs locaux de prévention de la délinquance ; programmes d'actions définis dans le contrat de ville ;
  • gestion des services d'intérêt collectif :
    • Assainissement et eau ;
    • Cimetières, crématoriums et sites cinéraires ;
    • Abattoirs, abattoirs marchés et marchés d'intérêt national ;
    • Financement des services d'incendie et de secours ;
    • Concessions de la distribution publique d'électricité et de gaz ;
    • Création et entretien des infrastructures de charge de véhicules électriques ;
  • protection et mise en valeur de l'environnement et de politique du cadre de vie : collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés ; lutte contre la pollution de l'air et les nuisances sonores ; soutien aux actions de maîtrise de la demande d'énergie.
  • Aires d'accueil des gens du voyage.

La communauté urbaine exerce également les compétences facultatives issues des anciennes communautés d'agglomérations et de communes fusionnées, et qui n'ont pas été restituées aux communes.

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin de financer l'exercice de ses compétences, l'intercommunalité perçoit, comme toutes les communatés urbaines, la fiscalité professionnelle unique[3] (FPU) – qui a succédé à la taxe professionnelle unique (TPU) – et assure une péréquation de ressources.

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sans doubles comptes, somme des populations municipales 2010 (population légale en 2013).
  2. dont le tracé de l'ancienne voie minière depuis le chemin dit de Saint-Sylvain à Bourguébus jusqu'à Grentheville

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le grand district urbain de Caen est né hier entre le groupe des huit », Liberté - Le Bonhomme libre,‎
  2. Communiqué de presse, 11 juin 2012
  3. a b et c « CU Caen la Mer (N° SIREN : 200065597) », Fiche signalétique BANATIC, Ministère de l'intérieur - DGCL, (consulté le ).
  4. a b et c Schéma départemental de coopération intercommunale du Calvados [lire en ligne], publié par un arrêté préfectoral du 23 mars 2016 [lire en ligne]
  5. a et b « Arrêté préféctoral du 28 juillet 2016 portant création de la communauté urbaine issue de la fusion de la communauté d'agglomération Caen la mer, de la communauté de communes Entre Thue et Mue et de la communauté de communes Plaine Sud de Caen et de l'extension à la communes [sic] de Thaon », Recueil des actes administratifs de la préfecture du Calvados, no 86,‎ , p. 20-26 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  6. « Recueil des actes administratifs du 13 janvier 2017 » [PDF], sur le site de la préfecture du Calvados (consulté le ) : p. 73.
  7. « Arrêté préfectoral portant création de la commune nouvelle de Thue et Mue » [PDF], sur Préfecture du Calvados, (consulté le ), p. 24-27.
  8. « Courseulles-sur-Mer. La fusion avec Caen-la-Mer est lancée » dans Ouest-France, 28 juillet 2017
  9. « Fusion avec Caen-la-Mer, c’est non pour 2019 », Ouest-France, 29 septembre 2017
  10. « Fusion des communes : deux ans après leur mariage, Troarn et Sannerville vont devoir se séparer », Liberté. Bonhomme libre, 3 janvier 2019 [lire en ligne]
  11. Rattachement de la commune de Troarn à la Communauté Urbaine de Caen la Mer
  12. « Chiffres-clés du territoire de l'intercommunalité. », sur le site de l'Insee (consulté le )
  13. « Population en historique depuis 1968 - CU Caen la Mer (200065597). », Évolution et structure de la population en 2018., INSEE, (consulté le ).
  14. a et b « Trombinoscope du conseil communautaire. » [PDF], sur le site de la communauté d'agglomération (consulté le )
  15. « Caen la mer : Joël Bruneau réélu président, la candidature de Romain Bail au tourisme contestée », sur Actu.fr (consulté le )
  16. J.-B.P., « Caen-la-mer : Election du nouveau président aujourd'hui à 18 heures : Le nouveau président de la communauté d'agglomération Caen-la-mer sera élu ce vendredi 25 avril à partir de 18 heures. 107 élus originaires de 35 communes voteront pour désigner celui ou celle qui sera, jusqu'en 2020, à la tête d'un bassin de population de 241.893 habitants », France 3 Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Philippe Duron », Personnalité, Le Point (consulté le ).
  18. Émile Fouda, « Conseil communautaire: Joël Bruneau élu président : Quartier Koenig, ancienne base militaire du 18RT. Avec un Bureau de 45 élus dont 15 vice-présidents et 29 membres, le nouveau président ump Joël Bruneau est à la barre », Liberté Caen,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Du tram aux piscines : ce que fait l'agglo », Ouest France, 18 avril 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]