Luc-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Luc-sur-Mer
Luc-sur-Mer
Luc-sur-Mer.
Blason de Luc-sur-Mer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Nacre
Maire
Mandat
Philippe Chanu (d)
2020-2026
Code postal 14530
Code commune 14384
Démographie
Gentilé Lutins
Population
municipale
3 213 hab. (2019 en augmentation de 2,03 % par rapport à 2013)
Densité 883 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 53″ nord, 0° 21′ 20″ ouest
Altitude Min. 4 m
Max. 33 m
Superficie 3,64 km2
Unité urbaine Luc-sur-Mer
(ville-centre)
Aire d'attraction Caen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Courseulles-sur-Mer
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Luc-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Luc-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Luc-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Luc-sur-Mer
Liens
Site web www.luc-sur-mer.fr

Luc-sur-Mer est une commune française située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 3 213 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Luc-sur-Mer se situe au sud de la baie de Seine, au cœur de la Côte de Nacre, aux confins nord du Bessin et de la plaine de Caen, au nord du Calvados. Son bourg est à 2,5 km au nord-est de Douvres-la-Délivrande, à 9 km au nord-ouest d'Ouistreham et à 15 km au nord de Caen[1]. Le territoire communal est au croisement de trois unités paysagères : un espace littoral et balnéaire, un espace rural et un espace périurbain.

Le point culminant (33 m) se situe en limite sud, près du lieu-dit le Bout Varin. Bien que la commune soit littorale, l'IGN considère que le point le plus bas est à 4 m correspondant à la hauteur de digue.

Entrée de la ville.

Environnement[modifier | modifier le code]

La biodiversité marine a été suivie sur ce secteur par de nombreux universitaires depuis plusieurs décennies. Elle était élevée, mais est en déclin. Les bioindicateurs d'eutrophisation et de dégradation de la qualité des habitats se font plus nombreux[3]. La biodiversité marine serait la moins dégradée sur la plage d'Agon-Coutainville (plage dangereuse et interdite à la baignade) avec des espèces de substrat meubles et durs et des laisses de mer. Les reliques d'un herbier de zostères y persistaient encore au début des années 2000, en bas de la plage.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[4]

  • Moyenne annuelle de température : 11 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 11,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 4] : 671 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Sallenelles », sur la commune de Sallenelles, mise en service en 2004[10] et qui se trouve à 11 km à vol d'oiseau[11],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 11,2 °C et la hauteur de précipitations de 715,8 mm pour la période 1981-2010[12]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 6], « Caen-Carpiquet », sur la commune de Carpiquet, mise en service en 1945 et à 16 km[13], la température moyenne annuelle évolue de 10,9 °C pour la période 1971-2000[14] à 11,2 °C pour 1981-2010[15], puis à 11,5 °C pour 1991-2020[16].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Luc-sur-Mer est une commune urbaine[Note 7],[17]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[18],[19]. Elle appartient à l'unité urbaine de Luc-sur-Mer, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[20] et 9 701 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[21],[22].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Caen, dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 296 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[23],[24].

La commune, bordée par la baie de Seine, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[25]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[26],[27].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (50,5 %), zones urbanisées (41,5 %), prairies (5,9 %), zones humides côtières (2,1 %)[28].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[29].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Lu en 1077 (charte de Saint-Étienne)[30], Luques en 1675 (carte de Petite)[31].

Ce toponyme serait issu de l’ancien français *luc, « bois », attesté sous la forme luz[32], terme issu du latin lucus, « bois sacré ».

Le gentilé est Lutin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Edgar Audra : une cabane de plage à Luc-sur-Mer (1904, musée de Normandie).

Luc-sur-Mer a connu une occupation humaine dès le Néolithique, ainsi qu'en atteste le mobilier trouvé dans les deux premières décennies du XXe siècle par Edmond Hue, ancien maire de la commune et fondateur de la Société Préhistorique Française, dans le cadre de ses recherches le long du vallon du ruisseau du Luc : couteaux, lames, grattoirs, percuteurs et pierres de jet. De petite taille et très retouchés, ces outils préhistoriques témoignent, selon leur inventeur, de la rareté de la matière première (silex) sur le bord de mer[33]. Il est vraisemblable que Luc fut un centre important d'occupation à l'époque romaine et Edmond Hue a mis au jour en 1905 un four à briques sur une coupe de la falaise à l'est de la Brèche du Corps de Garde[34].

Une nécropole mérovingienne a été découverte en février 1936, rue du Parc, comportant plusieurs sarcophages de pierre[35]

Aux XVIIIe et XIXe siècles, Luc est une commune habitée par des cultivateurs et par des marins-pêcheurs et leurs matelots, ainsi qu'en témoigne la Monographie communale rédigée par l’instituteur de Luc-sur-Mer dans la dernière décennie du XIXe siècle[36]. Réputée pour la fertilité de ses sols légèrement siliceux, que les engrais maritimes récoltés sur le rivage viennent enrichir, la commune pratique la culture maraichère et compte 252 exploitations agricoles à la fin du XIXe siècle. Les propriétés, très morcelées, sont de petite taille, atteignant à peine 10 ha pour les plus importantes. Au milieu du XIXe siècle, l'activité de la pêche bat son plein, avec près de 200 marins se livrant à la pêche au maquereau et au hareng. Les opérations de saurissage et de salaison qui en découlent occupent plus de 300 personnes. A cette période d'apogée, Luc compte 11 bateaux d'environ 400 tonneaux qui emploient 350 hommes d'équipage pour le trafic avec le port du Havre, principal débouché de la pêche lutine.

Le fut créée à Luc une manufacture de dentelles, placée sous la direction de deux institutrices, que devaient fréquenter toutes les filles de la commune pour y apprendre à lire, à écrire et à filer de la dentelle. En 1836, la commune compte 511 dentellières et fileuses. Au recensement de 1901, les dentellières et fileuses ont disparu[37].

Durant le XIXe siècle, Luc a participé à la défense côtière du Calvados. S'y trouvait en effet une redoute, dénommée le Fort de la Vigie, qui sera détruite en 1884. Cette redoute repoussa les assauts des Anglais de 1807 à 1815 mais fut impuissante face aux Prussiens qui réussirent à débarquer le et ne reprirent la mer qu'en février 1816.

Bien que située sur un terrain plat bien aéré, la commune sera ravagée par deux fois par le choléra, en 1832 et en 1849[36].

En 1839, Luc-sur-Mer cède le hameau de la Délivrande à la commune de Douvres (qui prendra en 1961 le nom de Douvres-la-Délivrande)[38],[39].

Le village, à dominante agricole, se développe dans les terres à l'écart du littoral (actuel vieux Luc), à l'exception du hameau du Petit Enfer. À partir des années 1840, la mode des bains de mer se développe, ce qui fait de Luc la doyenne des stations balnéaires de la Côte de Nacre[40]. Toutefois, Luc était fréquenté par l'aristocratie parisienne, les artistes et les familles anglaises dès 1820, qui le préférait à Dieppe, réservée aux bourgeois. Ce serait à George Brummel que Luc doit son premier établissement de bains chauds et de varech frais, fondé en 1859, en annexe au premier casino. La station balnéaire avait alors pour slogan[41] :

« Le frais varech de Luc, tel un bain de jouvence, Rajeunit le vieillard et fortifie l'enfance. »

À partir de 1875, Luc est connecté au réseau de chemin de fer par la ligne de Caen à la mer, qui part de la gare Saint-Martin au centre de Caen. Cette ligne est fermée au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

En , la plage de Luc fait partie de Sword Beach, mais les récifs côtiers gênant le débarquement, l'essentiel des troupes affiliées à Sword débarqueront vers la Brèche d'Hermanville[42]. En 1945, avec l'arrivée massive de Caennais sinistrés, la commune voit sa population doubler[37].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie côté parc de la Baleine.
La mairie côté rue de la Mer.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1821 1852 Duval Vautier    
1854 1865 Maximilien Pichon    
1870 1881 Abel Lemarchand    
1881 1887 Auguste Langlois    
1935 1965 Pierre Laurent   Avocat
1965 1989 Jean Chabriac DVD Négociant[43] - Conseiller général du canton de Douvres-la-Délivrande (1970-1988)
1989 mars 2001 Christian Brac de La Perrière DVD Officier de marine
mars 2001[44] avril 2014 Patrick Laurent SE Avocat
avril 2014[45] En cours Philippe Chanu (d) SE Directeur commercial
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de vingt-trois membres dont le maire et six adjoints[46].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[47]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[48].

En 2019, la commune comptait 3 213 habitants[Note 9], en augmentation de 2,03 % par rapport à 2013 (Calvados : +0,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9601 5241 7091 8651 9692 0071 5981 6451 703
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6201 5801 5631 5201 4681 4501 4061 2771 286
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2611 2941 2361 1991 1851 2831 2922 5822 157
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 9311 9762 3922 6092 9023 0363 1863 0653 182
2019 - - - - - - - -
3 213--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[38] puis Insee à partir de 2006[49].)
Histogramme de l'évolution démographique

Luc-sur-Mer est le pôle secondaire de l'unité urbaine de Douvres-la-Délivrande - Luc-sur-Mer, formée par les communes de Bernières-sur-Mer, Douvres-la-Délivrande, Langrune-sur-Mer, Luc-sur-Mer et Saint-Aubin-sur-Mer[50].

Manifestations culturelles et festivités - Luc Animation[modifier | modifier le code]

  • Luc sur Mer Tribute Fest : tous les ans, ce festival de musique ouvre la saison estivale de la commune. Des Tributes Bands se succèdent sur scène devant près de 10 000 festivaliers (sur deux jours). Un rendez-vous désormais ancré chez les lutins.
  • Noël en Lumière : Tous les ans, le Parc de la Baleine (Parc de l'Hôtel de Ville) se transforme pour devenir un lieu féerique. Illuminations, déambulations et village de noël font vivre le parc le temps d'un weekend.
  • Festival de voltige aérienne : Il y a quelques années, en été, des démonstrations d'aéronefs civils et militaires étaient effectuées au-dessus de la mer. Cet événement a été créé en 1997 à l'initiative de la mairie et du casino.

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

Depuis , Luc-sur-Mer est dénommée « station balnéaire classée de tourisme »[51].

La commune est une ville fleurie (trois fleurs) au concours des villes et villages fleuris[52].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Quentin est du XIXe siècle à l'exception de son clocher disjoint hérité de l'ancienne église et qui date du XIIe siècle. Ce clocher est classé au titre des monuments historiques[53].
  • La croix du cimetière daterait de 1662. Elle fait l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques[54].
  • La chapelle Notre-Dame de l'Espérance (23, rue de la Mer), appelée aussi chapelle "des baigneurs"[55], a été édifiée dans le style néogothique sur l'emplacement d'une ancienne chapelle votive vers 1865 par l'abbé Pierre Frédéric Vengeon, curé de la paroisse de 1850 à 1883 et inhumé dans l'abside. Cette chapelle, rénovée en 1958, présente un mobilier contemporain original : une statue de la Vierge taillée dans une bûche de bois, due au ciseau de Lydia Luzanowski, artiste ukrainienne née à Kiev en 1899, qui fut présente à la bénédiction de son œuvre le  ; un autel en pierre de Berchères[Note 10] conçu par Jean Ransart, une grille en fer forgé due au ferronnier Jacques Briand, ainsi que des vitraux abstraits réalisés en 1957 par le maître-verrier Gérard Lardeur[56],[57]. L'icône de la Vierge accrochée au pilier nord du transept est l’œuvre de Roger Blanchard, artiste-peintre qui s'installa dans la commune en 1995[Note 11].
  • Les falaises de Luc-sur-Mer, site classé en 1976[58].
  • Menhir de la Pierre de Luc, propriété de la Société préhistorique française.
  • La jetée fut montée en 1971 venant de Ouistreham dans le prolongement du lieu appelé « Brèche Marais ».
  • Un squelette de baleine, échouée sur la plage en limite de Luc-sur-Mer et Langrune-sur-Mer en [59], est exposé dans le parc municipal au musée de la « Maison de la Baleine »[60].
  • La station marine du Centre régional d'études côtières (Université de Caen-Normandie) est installée à Luc depuis 1880
  • L'ancienne gare de la ligne Caen-Courseulles qui sert de brigade de gendarmerie lors de la période estivale et d'école de musique durant la période scolaire.
  • Cinéma Le Drakkar de 1931.
  • Casino de l'architecte caennais Auvray, inauguré en 1956.
  • Château de Mathan, gravement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale et détruit peu après.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Xavier Deluc (1958-), acteur, tire son pseudonyme de Luc-sur-Mer qu'il apprécie particulièrement.
  • Aurélien Wiik (1980-), acteur, y passa une partie de son enfance.

Luc-sur-Mer dans les arts[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Dans le roman Au-dessous du volcan de Malcolm Lowry, paru en 1947, le héros Geoffrey Firmin, consul britannique, séjourna à Luc dans sa jeunesse.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Luc-sur-Mer

Les armes de la commune de Luc-sur-Mer se blasonnent ainsi :
Taillé : au premier de gueules aux deux lions léopardés d'or passant l'un sur l'autre, soutenus et adextrés d'une lettre L capitale du même, au second d'azur au drakkar d'argent accompagné d'une coquille du même en pointe [64].


Les deux lions léopardés d'or sur champ de gueules rappellent les armes de la Normandie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edmond Hue, 8 articles parus entre 1909 et 1936 sur l'histoire antique de Luc-sur-Mer dans le Bulletin de la Société Préhistorique française.
  • René Streiff, Luc-sur-Mer, doyenne des cités balnéaires de la Côte de Nacre, article dans Études nornandes, tome XLIX, 1964.
  • Collectif, Luc-sur-Mer au fil du temps, Office du tourisme de Luc-sur-mer et éditions Maury, 1995. (ISBN 2-9509555-0-9). 190 pages illustrées de documents et reproduction de cartes postales en noir et blanc.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[6].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[7].
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  7. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  10. calcaire ayant servi à la construction de la cathédrale de Chartres en l'an 1020.
  11. cf notice affichée par la paroisse sur le vantail intérieur de la porte de l'édifice.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. Voir document cité en lien externe du Département de zoologie et de biologie animale, de septembre 2004
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  6. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  7. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  9. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  10. « Station Météo-France Sallenelles - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Orthodromie entre Luc-sur-Mer et Sallenelles », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station Météo-France Sallenelles - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  13. « Orthodromie entre Luc-sur-Mer et Carpiquet », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station météorologique de Caen-Carpiquet - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Caen-Carpiquet - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Caen-Carpiquet - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Unité urbaine 2020 de Luc-sur-Mer », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  21. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  22. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  25. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  26. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  28. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  29. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  30. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  31. Célestin Hippeau, Dictionnaire topographique du Calvados : comprenant les noms de lieu anciens et moderne, Impr. nationale (Paris, (lire en ligne), p. 174.
  32. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, , 223 p. (ISBN 2-86253-247-9), p. 1213.
  33. Edmond Hue, « L'âge de la Pierre aux environs de Luc-sur-Mer (Calvados) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 11, no 9,‎ , p. 419–430 (DOI 10.3406/bspf.1914.7080, lire en ligne, consulté le )
  34. Edmond Hue, « Luc-sur-Mer néolithique et romain », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 33, no 7,‎ , p. 457–480 (DOI 10.3406/bspf.1936.4479, lire en ligne, consulté le )
  35. Luc-sur Mer au fil du temps, éditions Maury, 1995, pages 23 et 24.
  36. a et b Monographie communale, 16 p. (lire en ligne)
  37. a et b « J. Vanneste, Monographie de Luc-sur-Mer », Annales de Normandie, vol. 9, no 3,‎ , p. 233–233 (lire en ligne, consulté le )
  38. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  39. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Douvres-la-Délivrande », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  40. Sandie Brémond, « La villégiature balnéaire sur la Côte de Caen au XIXe siècle : représentations à travers les guides touristiques et les journaux balnéaires », In Situ [En ligne], no 24-2014, mis en ligne le 9 juillet 2014 [lire en ligne]
  41. René Streiff, « Luc-sur-Mer, doyenne des stations balnéaires de la côte de Nacre », Études Normandes, vol. 49, no 164,‎ , p. 1–8 (DOI 10.3406/etnor.1963.3200, lire en ligne, consulté le )
  42. « Normandie mémoire - Sword Beach » (consulté le )
  43. « Archive_départementale »
  44. « Le départ du maire de Luc suscite des vocations », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  45. « Philippe Chanu a été élu maire samedi matin », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  46. « Luc-sur-Mer (14530) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  47. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  48. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  49. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  50. Liste des unités urbaines officielles en France avec les villes les composant, disponible en téléchargement au format texte (Insee)
  51. « Petit Enfer 2020 - Luc sur Mer : site de la Mairie et de l'Office de Tourisme - Calvados, Normandie », sur www.luc-sur-mer.fr (consulté le )
  52. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le )
  53. « Ancienne église », notice no PA00111514, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  54. « Croix en pierre », notice no PA00111513, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. « Chapelle "des baigneurs" à LUC sur MER », sur Paroisse St Regnobert de la Côte de Nacre, (consulté le )
  56. « Chapelle Notre-Dame de l'Espérance », sur Observatoire du patrimoine religieux (consulté le )
  57. « Biographie », sur Gérard Lardeur (consulté le )
  58. « DREAL Basse-Normandie » (consulté le )
  59. Retours sur un échouage
  60. La maison de la Baleine
  61. « L'endroit du décor : Quelques lieux de tournage marquants du cinéma », sur Scribd (consulté le ).
  62. https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/caen-quand-jeanne-moreau-tournait-boulevard-du-marechal-leclerc-5165620
  63. « Le Mari de la coiffeuse de Patrice Leconte - (1990) - Comédie dramatique » [vidéo], sur Télérama (consulté le ).
  64. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=2291