Luc-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Luc.
Luc-sur-Mer
Luc-sur-Mer.
Luc-sur-Mer.
Blason de Luc-sur-Mer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Courseulles-sur-Mer
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Nacre
Maire
Mandat
Philippe Chanu
2014-2020
Code postal 14530
Code commune 14384
Démographie
Gentilé Lutins
Population
municipale
3 171 hab. (2015 en augmentation de 2,32 % par rapport à 2010)
Densité 871 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 53″ nord, 0° 21′ 20″ ouest
Altitude Min. 4 m
Max. 33 m
Superficie 3,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Luc-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Luc-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Luc-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Luc-sur-Mer
Liens
Site web www.luc-sur-mer.fr

Luc-sur-Mer est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 3 171 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Luc-sur-Mer se situe au sud de la baie de Seine, au cœur de la Côte de Nacre, aux confins nord du Bessin et de la plaine de Caen, au nord du Calvados. Son bourg est à 2,5 km au nord-est de Douvres-la-Délivrande, à 9 km au nord-ouest d'Ouistreham et à 15 km au nord de Caen[1]. Le territoire communal est au croisement de trois unités paysagères : un espace littoral et balnéaire, un espace rural et un espace périurbain.

Le point culminant (33 m) se situe en limite sud, près du lieu-dit le Bout Varin. Bien que la commune soit littorale, l'IGN considère que le point le plus bas est à 4 m correspondant à la hauteur de digue.

Communes limitrophes de Luc-sur-Mer[2]
Langrune-sur-Mer Mer de la Manche Mer de la Manche
Langrune-sur-Mer Luc-sur-Mer[2] Lion-sur-Mer
Douvres-la-Délivrande Cresserons Lion-sur-Mer

Environnement[modifier | modifier le code]

La biodiversité marine a été suivie sur ce secteur par de nombreux universitaires depuis plusieurs décennies. Elle était élevée, mais est en déclin. Les bioindicateurs d'eutrophisation et de dégradation de la qualité des habitats se font plus nombreux[3]. La biodiversité marine serait la moins dégradée sur la plage d'Agon-Coutainville (plage dangereuse et interdite à la baignade) avec des espèces de substrat meubles et durs et des laisses de mer. Les reliques d'un herbier de zostères y persistaient encore au début des années 2000, en bas de la plage.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Lu en 1077[4] et serait issu de l’ancien français *luc, « bois », attesté sous la forme luz[5], terme issu du latin lucus, de même sens.

Le gentilé est Lutin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une nécropole mérovingienne a été découverte en 1936.

En 1839, Luc-sur-Mer cède le hameau de la Délivrande à la commune de Douvres (qui prendra en 1961 le nom de Douvres-la-Délivrande)[6],[7].

Le village, à dominante agricole, se développe dans les terres à l'écart du littoral (actuel vieux Luc), à l'exception du hameau du Petit Enfer. À partir des années 1840, la mode des bains de mer se développe, ce qui fait de Luc la doyenne des stations balnéaires de la Côte de Nacre[8],

En , la plage de Luc fait partie de Sword Beach, mais les récifs côtiers gênant le débarquement, l'essentiel des troupes affiliées à Sword débarqueront vers la Brèche d'Hermanville[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1989 Jean Chabriac DVD Conseiller général (1970-1988)
1989 mars 2001 Christian Brac de la Perrière   Officier de marine
mars 2001[10] avril 2014 Patrick Laurent SE Avocat
avril 2014[11] en cours Philippe Chanu SE Directeur commercial
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de vingt-trois membres dont le maire et six adjoints[12].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2015, la commune comptait 3 171 habitants[Note 2], en augmentation de 2,32 % par rapport à 2010 (Calvados : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
960 1 524 1 709 1 865 1 969 2 007 1 598 1 645 1 703
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 620 1 580 1 563 1 520 1 468 1 450 1 406 1 277 1 286
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 261 1 294 1 236 1 199 1 185 1 283 1 292 2 582 2 157
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 931 1 976 2 392 2 609 2 902 3 036 3 186 3 065 3 171
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Luc-sur-Mer est le pôle secondaire de l'unité urbaine de Douvres-la-Délivrande - Luc-sur-Mer, formée par les communes de Bernières-sur-Mer, Douvres-la-Délivrande, Langrune-sur-Mer, Luc-sur-Mer et Saint-Aubin-sur-Mer[16].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival de voltige aérienne : chaque année, en été, des démonstrations d'aéronefs civils et militaires sont effectuées au-dessus de la mer. Cet évènement a été créé en 1997 à l'initiative de la mairie et du casino.

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

Depuis janvier 2010, Luc-sur-Mer est dénommée « commune touristique »[17]. La commune est une ville fleurie (deux fleurs) au concours des villes et villages fleuris[18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Xavier Deluc (1958-) : acteur, tire son pseudonyme de Luc-sur-Mer qu'il apprécie particulièrement.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Cinéma

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Luc-sur-Mer

Les armes de la commune de Luc-sur-Mer se blasonnent ainsi :
Taillé : au premier de gueules aux deux lions léopardés d'or passant l'un sur l'autre, soutenus et adextrés d'une lettre L capitale du même, au second d'azur au drakkar d'argent accompagné d'une coquille du même en pointe [27].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. Voir document cité en lien externe du Département de zoologie et de biologie animale, de septembre 2004
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  5. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, (ISBN 2-86253-247-9), p. 1213
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Douvres-la-Délivrande », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 4 septembre 2011)
  8. Sandie Brémond, « La villégiature balnéaire sur la Côte de Caen au XIXe siècle : représentations à travers les guides touristiques et les journaux balnéaires », In Situ [En ligne], no 24-2014, mis en ligne le 09 juillet 2014 [lire en ligne]
  9. « Normandie mémoire - Sword Beach » (consulté le 15 mars 2014)
  10. « Le départ du maire de Luc suscite des vocations », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 22 novembre 2014)
  11. « Philippe Chanu a été élu maire samedi matin », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 22 novembre 2014)
  12. « Luc-sur-Mer (14530) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 22 avril 2014)
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  16. Liste des unités urbaines officielles en France avec les villes les composant, disponible en téléchargement au format texte (Insee)
  17. [PDF] « Recueil des actes administratifs du Calvados n°1/2010 (page 13) » (consulté le 31 janvier 2010).
  18. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 15 mars 2014)
  19. « Ancienne église », notice no PA00111514, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Croix en pierre », notice no PA00111513, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « DREAL Basse-Normandie » (consulté le 8 août 2012)
  22. Retours sur un échouage
  23. La maison de la Baleine
  24. https://fr.scribd.com/doc/250845840/L-endroit-du-decor-Quelques-lieux-de-tournage-marquants-du-cinema
  25. https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/caen-quand-jeanne-moreau-tournait-boulevard-du-marechal-leclerc-5165620
  26. http://www.telerama.fr/cinema/films/le-mari-de-la-coiffeuse,20828.php
  27. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=2291