Caudebec-lès-Elbeuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caudebec.

Caudebec-lès-Elbeuf
Caudebec-lès-Elbeuf
L'église Notre-Dame.
Blason de Caudebec-lès-Elbeuf
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Caudebec-lès-Elbeuf
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Laurent Bonnaterre
2014-2020
Code postal 76320
Code commune 76165
Démographie
Gentilé Caudebecais
Population
municipale
10 558 hab. (2016 en augmentation de 6,59 % par rapport à 2011)
Densité 2 869 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 54″ nord, 1° 01′ 20″ est
Altitude Min. 4 m
Max. 75 m
Superficie 3,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Caudebec-lès-Elbeuf

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Caudebec-lès-Elbeuf

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Caudebec-lès-Elbeuf

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Caudebec-lès-Elbeuf
Liens
Site web caudebecleselbeuf.fr

Caudebec-lès-Elbeuf est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Caudebec-lès-Elbeuf se trouve sur la rive gauche de la Seine. La commune est limitrophe d'Elbeuf et du département voisin de l'Eure.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Elbeuf Elbeuf
Saint-Aubin-lès-Elbeuf
Saint-Pierre-lès-Elbeuf Rose des vents
Elbeuf N Saint-Pierre-lès-Elbeuf
O    Caudebec-lès-Elbeuf    E
S
Le Bosc du Theil La Saussaye
Saint-Cyr-la-Campagne
Saint-Cyr-la-Campagne
Carte de la commune de Caudebec-lès-Elbeuf.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par le réseau TAE (Transports de l'agglomération d'Elbeuf) par les lignes A, C et D.

Le bourg fut desservi par le tramway d'Elbeuf de 1898 à 1926.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Caldebec entre 962 et 996[1]; ecclesia de Caldebec en 1195; Caudebec 1206; In territorio de Caudebecco en 1228; In parrochia Sancte Marie de Caudebec en 1236; In territorio de Caudebec en 1236; Parrochia Sancte Marie de Caudebec juxta Eulebue avant 1273[2]; Caudebec aux XIIIe et XIVe siècles[3]; Caudebequet près Elbeuf en 1472; Parrochia Notre Dame de Caudebequet en 1493; Notre Dame de Caudebec près Elbeuf en 1583[4]; Fief et seigneurie de Caudebec vers 1778; Caudebequet en 1715 (Frémont); Caudebec en 1757 (Cassini); Caudebec ou Caudebequet en 1788; Caudebec-lès-Elbeuf en 1953[5].

La commune est située à l'emplacement de l'ancienne Uggade de la table de Peutinger, datée de l'an 300 et qui est un itinéraire des voies romaines. Uggade est un nom de lieu celtique (gaulois) de sens inconnu[1].

Le nom actuel Caudebec est mentionné sous la forme la plus ancienne Caldebec en 962-996, exactement semblable à celle de Caudebec-en-Caux, également Caldebec vers 1025[1].

Le second élément -bec est fréquent dans l'hydronymie et la toponymie normande (ex : Bolbec, Foulbec, le Robec), il procède du vieux norrois bekkr « ruisseau ». En ancien normand, il est utilisé en emploi autonome pour désigner un ruisseau, comme le Bec au Bec-Hellouin, ainsi que son dérivé Becquet (Béquet) « ru, ravine ». Le premier élément Calde- est régulièrement devenu Caude- en français et est issu du vieux norrois kaldr « froid » (cf. allemand kalt, anglais cold), tout comme dans les nombreux Cautecotte, Caudecotte, Côte-côte, Cotte-Cotte de Normandie, mentionnés dans les sources anciennes en tant que Caldecote, correspondant des Caldcott anglais, aux Kallekot norvégiens et koldkåd danois[6]. Il s'est parfois confondu en normand avec le terme dialectal caude qui signifie exactement le contraire, c'est-à-dire « chaude », par exemple dans Caudemuche (Cresseveuille, Calvados).

Le sens global du toponyme Caudebec est donc « ruisseau froid »[1].

Il a pour équivalent exact Caldbeck (GB, Cumberland, Caldebeck 1060)[1].

Le déterminant complémentaire lès-Elbeuf signifie « à côté d'Elbeuf ». En effet, l'ancien français lez / lès veut dire « à côté de » du latin lătus (cf. latitude).

Histoire[modifier | modifier le code]

La place de l'Hôtel-de-Ville au début du XXe siècle, avec la station du Tramway d'Elbeuf.
À la même époque, la rue et la place de la République.

Uggade est située sur la voie ancienne qui conduit de Rouen à Paris. De nombreuses découvertes archéologiques d'époque antique témoignent de l'importance de cette station gallo-romaine. On a exhumé des sépultures, des traces de bâti (thermes, fanum...), ainsi que de nombreux objets recueillis dans les tombes ou collectés ailleurs : des statuettes, des monnaies gauloises et romaines, des bijoux, des objets divers de la vie quotidienne et quelques armes. Parmi ces objets, une « vénus à gaine » découverte au XIXe siècle a retenu l'attention. C'est une petite poterie représentant une figure féminine dénudée avec un torque autour du cou, décorée de rouelles sur le corps et le long des jambes. On peut y lire l'inscription en celtique : rextugenos sullias avvot qui selon les spécialistes[7] signifie : « Rextugenos fils de Sullias m'a fait ». C'est donc la signature d'un potier, auteur par ailleurs de nombreuses autres vénus à gaine.

Loys de Robersart est nommé commandant à Caudebec-lès-Elbeuf par Henri V d'Angleterre lors de la conquête de le Normandie au XVe siècle[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1936   Albert Renault    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 1983 André Fluteau (1929-2019) PS Professeur au lycée André-Maurois
mars 1983 juin 1995 André Démare DVD Ancien fleuriste
juin 1995 mars 2014 Noël Caru (1948-2016) DVG Retraité de l'enseignement
mars 2014 En cours
(au 30 avril 2014)
Laurent Bonnaterre (1973- ) PS Directeur général
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2016, la commune comptait 10 558 habitants[Note 1], en augmentation de 6,59 % par rapport à 2011 (Seine-Maritime : +0,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 5602 6202 6003 5143 9305 2956 0517 1827 292
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8 2736 9039 18410 71511 33811 29011 03810 43410 332
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9 7519 4079 0799 5938 9988 7868 5628 9539 429
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
9 2709 5959 4698 9639 9029 9049 6769 6409 603
2013 2016 - - - - - - -
10 15410 558-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame.

Sa tour romane a été construite au XIe siècle, ce qui en fait le plus ancien édifice de la vallée d'Elbeuf. C'est le seul monument qui a résisté à la guerre de Cent Ans. L'orgue de l'église a été érigé en 1891 par Aristide Cavaillé-Coll. Les orgues de Caudebec n'ont subi aucune transformation depuis leur construction, contemporaine des modifications majeures sous la responsabilité de l'architecte Jacques-Eugène Barthélémy.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Caudebec-lès-Elbeuf

Les armes de la commune de Caudebec-lès-Elbeuf se blasonnent ainsi :

Parti : au 1) de gueules à la faucille contournée et à la branche de gui d’or posés en sautoir accompagnées en chef d’une lance versée et d’une francisque passées en sautoir brochant sur un bouclier gaulois en bande sommé d’un casque gaulois ailé contourné, le tout aussi d’or, et en pointe d’un dolmen du même chargé de l’inscription en capitales de sable « ESUS » ; au 2) d’azur à la louve allaitant Romulus et Remus, le tout d’or posé sur un socle du même chargé de l’inscription en capitales de sable « ROMA » et surmonté d’une enseigne, d’un faisceau de licteur, d’un glaive et d’une trompe passés en barre, bande, pal et fasce, brochant sur un bouclier rond, le tout d’or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri-Michel Saint-Denis, Notice historique sur Caudebec-lès-Elbeuf

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e François de Beaurepaire (ouvrage publié avec le concours du CNRS), Les noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, (ISBN 978-2-708-40040-5), p. 57.
  2. Archives de Seine-Maritime 16 H f. 117.
  3. Archives de Seine-Maritime 14 H 17 f. 172.
  4. Archives de Seine-Maritime Tab. Rouen.
  5. Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Dictionnaire du département : Seine-Maritime, page 203.
  6. Jean Renaud, Les Vikings et la Normandie, éditions Ouest-France université.
  7. Pierre-Yves Lambert, La Langue gauloise, édition errance 1994.
  8. Page 341, tome II, Lettres des Rois ; reines et autres personnages des cours de France et d'Angleterre depuis Louis VII jusqu'à Henri IV -Tiré des archives de Londres par Bréquigny et publié par M. Champollion-Figeac- Paris imprimerie royale MDCCXLVII
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. En 1869, il prit sa première fonction de curé à Caudebec-lès-Elbeuf.