Bretteville-le-Rabet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bretteville-le-Rabet
Bretteville-le-Rabet
L'église Saint-Lô.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Intercommunalité Communauté de communes Cingal-Suisse Normande
Maire
Mandat
Robert Brard
2020-2026
Code postal 14190
Code commune 14097
Démographie
Gentilé Rabellois
Population
municipale
303 hab. (2018 en augmentation de 8,21 % par rapport à 2013)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 33″ nord, 0° 15′ 29″ ouest
Altitude Min. 75 m
Max. 125 m
Superficie 4,53 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Caen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Thury-Harcourt
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Bretteville-le-Rabet
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Bretteville-le-Rabet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bretteville-le-Rabet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bretteville-le-Rabet

Bretteville-le-Rabet est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 303 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est bordée au nord par Cauvicourt, à l’est par Soignolles, au sud par Estrées-la-Campagne et Grainville-Langannerie, à l’ouest par Urville.

Il y a deux routes départementales, dont l’une, la D 43, conduit de Langannerie à Saint-Sylvain. La D 239 part de Bretteville et mène à Soignolles. Une voie romaine, dite le « Chemin Haussé », passant par la campagne, fait la jonction avec Renémesnil (ancienne commune absorbée par Cauvicourt). La commune est aussi bordée par la route nationale 158 qui relie Caen à Falaise, et passe à fort peu de distance du village, du côté de Langannerie.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Jadis, un fort ruisseau coulait dans la commune, connu sous le nom de Muance. Sa source est à Grainville et il ne coule à Bretteville que par intervalles. Sa largeur est d’un demi-mètre et suffisante pour son volume. Se perdant dans le sol sablonneux et calcaire de la plaine, il se retrouve à 5 km de là, vers le nord, au hameau de Saint-Martin-des-Bois à Saint-Sylvain.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune se compose de terrains appartenant à la formation oolithique (calcaire de Caen) et s’unit aux grandes plaines du nord du département.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bretteville-le-Rabet est une commune rurale[Note 2],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Caen, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 296 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (86,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (83,1 %), mines, décharges et chantiers (10,9 %), zones urbanisées (6 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village, Britavilla, est attesté depuis 1168 [8].

Le nom Bretteville est issu de l'ancien français bret(e) qui signifie « breton(ne) » dans son acception ancienne, c'est-à-dire « originaire de l'actuelle Grande-Bretagne »[9], tandis que Rabet vient de Rabel, « la (paroisse du seigneur) Rabel ».

Le nom du seigneur, attesté d'abord sous la forme Rabel est restée très longtemps en usage (en tout cas jusqu'à la fin du Moyen Âge) et l'aspect moderne Rabet n'est apparu que tardivement.

Le gentilé est Rabellois [10]./

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des datations au carbone 14 révèlent la présence de l’homme à la Fordelle, à l’est de Bretteville-le-Rabet, au Néolithique (-4885 à -3910 av. J-C). La minière de la Fordelle est composée d’une quinzaine de cavités d’extraction constituées de puits communicants creusés en cloche très près les uns des autres. Chaque puits comporte une cheminée d’accès cylindrique ouvrant sur une chambre de 3 à 5 m dont le fonds se situe à 2,6 m de profondeur. Chacun de ces puits a produit entre 2,5 et 6,5 m3 de silex. Le façonnage des silex était sans doute réalisé ailleurs. [11]

Du Moyen Âge au Ier Empire[modifier | modifier le code]

  • Rabel était un vaillant chef sous le duc Robert, père de Guillaume, qui lui donna une partie de sa flotte pour aller dévaster les côtes bretonnes. Ce Rabel, fils de Guillaume de Tancarville, avait fondé à cet endroit au XIIe siècle, une vaste commanderie de templiers.
  • Plus tard, un Rabel qui participa à la conquête de l’Angleterre, reçut des fiefs de Guillaume[12].
  • Un troisième Rabel, chambellan, périt avec Guillaume Adelin sur la Blanche-Nef en 1120[13].
  • Enfin, un quatrième Rabel, seigneur de Mézidon, se révolta contre le roi Étienne en 1137[14]
  • On trouve dans l’adjudication de plusieurs héritages faite aux plaids de Brétheville et Tournebu en 1488 un Jean Le Normand, écuyer, seigneur de Bretteville-le-Rabet. En 1636, Jacques Le Normand bailla par contrat la seigneurie de Bretteville-le-Rabet à Charles de Baize et la lui céda définitivement en 1679[15]. Charles de Baize, neveu du précédent, fit de Jean Jacques Langlois, son neveu, son héritier en 1748. En 1793, Jean Louis Joseph Langlois légua le manoir de Bretteville à son gendre, Jean Baptiste Jacques Étienne du Bisson, ancien président au bailliage et siège présidial de Caen et trésorier de France. Ce dernier, à son tour, le légua en 1806 à son gendre, Jean Jacques Luc Edmond de Foucault, chevalier de Saint-Louis, ancien garde du corps de Louis XVI et capitaine de cavalerie.

Libération de Bretteville-le-Rabet en août 1944[modifier | modifier le code]

Lancée le 7 août 1944, l’opération « Totalize » est une offensive mécanisée canadienne ayant pour objectif d’ouvrir la voie aux Alliés sur l’axe Caen-Falaise. Elle a débuté à 23h par le déversement de 3 462 tonnes de bombes par 492 Lancaster entre les Aucrais et Potigny. Le 8 août, 650 chars polonais et canadiens s’élancent depuis Tilly-La-Campagne sur un front de 7 km. Ce jour-là, 60 chars canadiens et polonais sont détruits au nord et à l’est de Bretteville-le-Rabet. L’assaut sur Bretteville est lancé le 9 août à 3h30 par 3 escadrons du Canadian Grenadier Guards et les compagnies mécanisées du Lake Superior. Face à la résistance acharnée de 200 Landser (grenadiers) de la 89 Infanterie-Division, Bretteville-le-Rabet n’est libérée qu’à 15h30. Le même jour, l’offensive sur la cote 140 et le bois du Quesnay conduit à la perte de 83 Sherman polonais et canadiens. Plus de 1270 allemands seront fait prisonniers entre le 8 et le 10 août 1944[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1812 Hubert Bocage SE Nommé par le sous-préfet de l'arrondissement de Falaise
1812 1869 Pierre Saint-Jean SE Nommé par le préfet du Calvados en 1812, conseiller général, président de la société d'agriculture de Falaise
1869 1887 Jean Louis Saint-Jean SE  
1887 1900 Louis Giffard SE  
1900 1927 Octave Biré SE Avocat, conseiller général
1929 1931 Robert de Foucault SE  
1931 1935 Henri Guesnon SE  
1935 1941 Fernand Guesnon SE  
1941 1945 M. de Foulques SE  
1945 1953 Henri Guesnon SE  
1953 1959 Louis Desloges SE  
1959 2001 Paul Énouf SE Agriculteur, plus jeune maire de France lors de sa 1re élection[10]
2001 2014 Odile Lagrange PS Contrôleur du travail
mars 2014[17] mai 2014[18] Dominique Leboucher SE Commercial en assurance ; assassiné quelques semaines après son élection
2014[19] 2020 Odile Hamon-Énouf SE Gérante de société, fille de Paul Énouf
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Cingal.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21].

En 2018, la commune comptait 303 habitants[Note 4], en augmentation de 8,21 % par rapport à 2013 (Calvados : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
189275203210220198234199190
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
220211220191181167167165158
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
14214413810111194105112136
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
115116118133175193248257305
2018 - - - - - - - -
303--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

La commanderie des templiers[modifier | modifier le code]

La commanderie de Bretteville [24] est fondée par Rabel de Tancarville à la fin du XIIe siècle (1148), voulant imiter les seigneurs de Gouvix, alors suzerains de Bretteville. Lors de la destruction de l’ordre des Templiers en 1307, il y avait trois templiers à Bretteville, un commandeur, Martin Renaud, et deux frères. La commanderie qui dépendait du bailliage de Caen fut donnée aux chevaliers de Saint-Jean qui la réunirent en 1325 à celle de Voismer et en jouirent jusqu’à la Révolution. Sur l’emplacement de l’ancienne commanderie, on peut y voir une belle ferme qui porte le nom de l’Hôpital. Il reste encore quelques salles voûtées qui datent du XIIIe siècle ; elles étaient divisées en deux nefs par un rang de colonne supportant les arceaux de voûte, disposition constante à cette époque dans les pièces du rez-de-chaussée[25].

Carte de Bretteville-le Rabet par Trudaine (1745-1780).

Le manoir seigneurial[modifier | modifier le code]

Le manoir seigneurial, situé en face de l’église paroissiale, subsiste de nos jours. La disposition actuelle du manoir et des autres bâtiments, de la haute et de la basse-cour ainsi que du potager et de son pavillon est semblable à celle dessinée en 1755 par Trudaine[Note 5]. Dans la partie la plus élevée est le manoir qui parait du XVIIIe siècle ; des caves voûtées existent dans ce manoir qui a la forme et les dimensions de beaucoup d’autres maisons féodales de la plaine de Caen. Entouré d’écuries, d’étable, remise, grange, pressoir et four à pain, il a conservé sa vocation agricole jusqu’au milieu du XXe siècle. Un parc, fermé de murs et traversé par un vallon sous lequel coule par intervalles un petit ruisseau connu sous le nom de Muance, y est annexé.

L'église Saint-Lô[modifier | modifier le code]

Inscrite Logo monument historique Inscrit MH au titre des Monuments historiques depuis le 19 septembre 1928[26], l'église dépendait du diocèse de Bayeux. Entre 1135 et 1142, Robert de Bretteville l'offrit en patronage à l'abbaye du Plessis-Grimoult. L'édifice date du début du XIIe siècle, mais les baies du chœur sont du XVe siècle et la nef du XVIIIe siècle (date 1785 sur la porte occidentale). Elle contient trois cloches en bronze installées et baptisées en 1821 qui sont répertoriées à l'inventaire général du patrimoine culturel [27].

Le Chemin Haussé[modifier | modifier le code]

Le Chemin Haussé est une voie romaine appelée également « Chemin du Duc Guillaume » qui longe la commune [28] et qui fait l'objet d'un recensement à l'inventaire général du patrimoine culturel[29]. Il joua un rôle stratégique à partir du IIIe siècle av. J.-C. pour acheminer les troupes vers la zone côtière qui subissait les incursions des saxons. Il tire son nom d'un mode de construction typique des voies antiques : la fondation est constituée d'une épaisse accumulation de pierres et de sable qui surélève le chemin par rapport aux terrains environnants. Un important fossé courait à une vingtaine de mètres de chaque côté de la chaussée. La largeur globale de la structure était de 32 mètres. Ces fossés avait une fonction de drainage et servaient à délimiter l'espace aliénable du domaine public.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  5. Atlas de Trudaine, p. 24.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[30].
  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Archives du Calvados, H 6577
  9. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, , 223 p. (ISBN 2-86253-247-9), p. 116
  10. a et b « Paul Enouf a été le plus jeune maire de France en 1959 », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 23 mai 2014).
  11. Verron G. Basse Normandie. In: Gallia préhistoire, tome 29, fascicule 2, 1986. p. 391-412
  12. Duschesne, p. 266.
  13. Duschesne, p. 868.
  14. Duschesne, p. 909.
  15. Dictionnaire universel de la noblesse, par M de Courcelles, p. 238.
  16. Totalize ou la difficulté de convertir un succès tactique en une exploitation victorieuse par Nicolas Aubin
  17. « Bretteville-le-Rabet (14190) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 23 juin 2014)
  18. « Calvados : le maire d'une petite commune émasculé et tué par un mari jaloux », Le Figaro, 23 mai 2014.
  19. « Odile Hamon-Enouf est la nouvelle maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 octobre 2014)
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. Notice no IA00000282, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 2, Caen, Hardel, (lire en ligne), p. 261-262.
  26. « Église Saint-Lô », notice no PA00111115, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « 3 cloches », notice no IM14001000, base Palissy, ministère français de la Culture.
  28. Le Chemin haussé sur Panoramio.
  29. Ministère de la Culture, Notice no IA00000228.
  30. Site de l'IGN.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :