Cheux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Calvados
Cet article est une ébauche concernant une commune du Calvados.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Cheux
L'église Saint-Vigor.
L'église Saint-Vigor.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Bretteville-l'Orgueilleuse
Intercommunalité Communauté de communes entre Thue et Mue
Statut Commune déléguée
Maire délégué Marie Théault
2017-2020
Code postal 14210
Code commune 14157
Démographie
Gentilé Celtiens
Population 1 358 hab. (2014)
Densité 94 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 58″ nord, 0° 31′ 33″ ouest
Altitude Min. 62 m – Max. 119 m
Superficie 14,38 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Thue et Mue
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 15.svg
Cheux

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 15.svg
Cheux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Cheux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Cheux

Cheux est une ancienne commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 1 358 habitants[Note 1]. Ses habitants s'appellent les Celtiens.

Le , les communes de Bretteville-l'Orgueilleuse, Brouay, Cheux, Le Mesnil-Patry, Putot-en-Bessin et Sainte-Croix-Grand-Tonne fusionnent pour créer la commune nouvelle de Thue et Mue.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé aux sources de la Mue, à 12 kilomètres à l'ouest de Caen.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La baronnie de Cheux a été donnée à l'autorité de l'abbaye aux Hommes par Guillaume le Conquérant en échange du droit d'organiser un marché hebdomadaire et une foire annuelle accordé par Robert Courteheuse.

Cheux fut libérée le , après des combats acharnés entre le 2e bataillon des Glasgow Highlanders et des grenadiers SS.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cheux Blason Sept épis de blés tigés en empoignés.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1981 juin 1995 Jean Lescalier[1]    
juin 1995 mars 2008 Odile Le Foll    
mars 2008 mars 2014 Jacques Quenault    
mars 2014[2] 2017 Michel Lafont   Agroéconomiste
Les données manquantes sont à compléter.
Liste des maires délégués
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2017 en cours Marie Théault   Conseillère familial
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 1 358 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Cheux[3]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 027 1 072 1 044 1 075 1 009 986 959 913 921
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
917 952 945 919 922 832 710 714 700
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
651 601 589 507 511 504 502 466 467
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
502 523 643 816 864 1 085 1 260 1 277 1 358
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Yves Jacob (né en 1942), écrivain, a résidé à Cheux[6],[7].
  • Jean Collet des Costils, dénommé parfois Collet-Descostils, né à Cheux (Calvados) le 19 janvier 1740 et mort à Yvetot-Bocage le 9 avril 1827, est un homme politique et judiciaire de la Manche. Bonapartiste, il est le premier et éphémère préfet du Calvados, nommé par l'Empereur préfet du Calvados le 11 ventôse an VIII (2 mars 1800). Il est le père du chimiste Hippolyte-Victor Collet-Descotils[réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ouest-france.fr - Le stade portera le nom de Jean Lescalier - Cheux » (consulté le 16 mai 2011)
  2. « Michel Lafont entame son premier mandat de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 21 avril 2014)
  3. Date du prochain recensement à Cheux, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Yves Jacob. Un romancier sur ses terres », sur letelegramme.fr, Le Télégramme (consulté le 4 avril 2016)
  7. « Yves Jacob », sur calmann-levy.fr, Calmann-Lévy (consulté le 4 avril 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :