Canteleu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres significations, voir Canteleu (métro de Lille Métropole).
Canteleu
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Blason de Canteleu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Canteleu
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Mélanie Boulanger
2014-2020
Code postal 76380
Code commune 76157
Démographie
Gentilé Cantiliens
Population
municipale
14 964 hab. (2014)
Densité 850 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 28″ nord, 1° 01′ 34″ est
Altitude Min. 2 m – Max. 138 m
Superficie 17,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Canteleu

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Canteleu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Canteleu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Canteleu
Liens
Site web ville-canteleu.fr

Canteleu est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime, en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Le hameau de Croisset au bord de la Seine est célèbre par le souvenir de Gustave Flaubert qui y vécut pendant près de quarante ans et y mourut en 1880.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est occupé à 70 % par la forêt.

Avec plus de 4 000 hectares, la forêt de Roumare constitue un véritable poumon vert pour l’agglomération rouennaise. Installée sur un sol pauvre constitué en partie de limon et d’argile à silex au nord, de sables alluvionnaires au sud, cette forêt a développé un ensemble de feuillus comme le chêne ou le hêtre, et une futaie résineuse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Vaupalière Maromme Déville-lès-Rouen Rose des vents
Montigny, Saint-Martin-de-Boscherville, Quevillon N Rouen, Le Grand Quevilly
O    Canteleu    E
S
Val-de-la-Haye, Petit Couronne

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme Canteleu est attestée sous la forme latinisée Cantulupo au XIIe siècle.

Canteleu est la forme normanno-picarde de Chanteloup, « (lieu) où chantent (hurlent) les loups ». Homonymie avec Canteleu, ancienne paroisse rattachée à Luneray et Canteleux[1]. La statue d'un loup hurlant, réalisée par le sculpteur Jean-Marc de Pas, sur le rond-point à la lisière de la forêt de Roumare et à l'entrée de la ville rappelle cette étymologie. Le dernier loup de la forêt de Roumare aurait été vu ou tué en 1912.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, le plateau de Canteleu a été défriché notamment par les moines et les religieux qui ont laissé quelques noms de lieux tels que le Clos aux Moines ou la Béguinière.

Sur les rives, les falaises ont longtemps servi d’habitat précaire lorsque le danger guettait. Très étendue, la commune se morcelle, d’abord en seigneuries, puis en hameaux, le tout regroupé autour de l’église construite au XVIe siècle. Les hameaux - Bapeaume, Croisset, Dieppedalle, Biessard et le Village ont tous joué un rôle important dans le développement de la ville.

De 1942 à 1944, le poste de commandement du 81e corps d'armée dirigé par Adolf Kuntzen, General der Panzertruppe, est établi à Canteleu. Le Generalfeldmarschall Erwin Rommel s'y est rendu à plusieurs reprises en 1944.

L'histoire de Bapeaume, la petite Manchester normande[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, un important réseau hydraulique permet le développement des moulins à blé et à papier, à Bapeaume et le sur bord de Seine.

Ces infrastructures serviront de base à un développement de l'industrie textile, et notamment, des indienneries. Ces fabriques sont réintroduites par le suisse Abraham Frey qui, dès 1758, profite de la levée de l'interdiction d'imprimer les toiles de cotons.

Entre 1800 et l'après guerre, l'industrie textile est florissante et vaut à la basse vallée du Cailly le surnom de « petite Manchester », ville britannique qui fut un important centre de l'industrie cotonnière.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1843 1882 Pierre Samuel Lecœur   industriel
1882 mai 1896 Elie Lefebvre   industriel
mai 1896 1901 Vinet   industriel
1901 mai 1908 Gaston Lecœur   industriel
mai 1908 mai 1912 Ravinet   entrepositaire
mai 1912 mai 1935 Jules Rocher   médecin
mai 1935 1944 Henri Breton   directeur
1944 1968 Olivier Poullain   comptable
1968 1977 Jean Miltgen   conducteur de travaux
mars 1977 mars 1989 Marcel Letessier PCF ouvrier du bâtiment
mars 1989 mars 2001 Christian Bêcle PS recteur
mars 2001 mars 2014 Christophe Bouillon PS Fonctionnaire de catégorie A, Député
mars 2014 en cours
(au avril 2014)
Mélanie Boulanger PS  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 14 964 habitants, en augmentation de 1,79 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 842 2 662 2 766 2 945 3 370 3 591 3 594 3 411 3 371
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 359 3 490 3 340 3 145 3 246 3 528 3 714 3 630 3 595
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 572 3 400 3 600 3 774 3 892 4 074 4 099 4 330 4 470
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
10 252 13 415 14 174 15 276 16 090 15 430 14 206 14 790 14 964
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Un pèlerinage avait lieu traditionnellement le 9 septembre à la chapelle Saint-Gorgon et était accompagné d'une foire réputée dans la région. Depuis 2001, la fête de la Saint-Gorgon a été ressuscitée, un week-end proche du 9 septembre, sous une forme modernisée, autour des aventures vécues par deux géants, Gorgon et sa femme.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Canteleu et la littérature[modifier | modifier le code]

Georges Duroy, le personnage principal de Bel-Ami, de Maupassant, est originaire du village de Canteleu. Il y fait un court passage après son mariage avec Madeleine Forestier pour y visiter ses parents, aubergistes.

Canteleu et la peinture[modifier | modifier le code]

Le peintre britannique Robert Henry Cheney (1801-1866) a dessiné une Vue de Rouen de Canteleu, intitulée par l'artiste Rouen-From the chateau de Cantelieu, july 19 1842. Cette aquarelle est passée en vente chez Christie's, Londres, South Kensington, le , lot 92.

Rouen, La Seine, vue depuis le hauteurs de Caudebec
par Robert Antoine Pinchon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Canteleu

Les armes de la commune de Canteleu se blasonnent ainsi : D'argent au chevron de gueules accompagné de trois trèfles de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alice et Wilfrid Lejard, Regards sur le passé : Canteleu,
  • Dominique Bussillet et Fabien Persil, Seine du passé : promenade littéraire et picturale au fil de la Seine de Rouen au Val de La Haye, Condé-sur-Noireau, Charles Corlet, , 115 p. (ISBN 2854806891, OCLC 45591057)
  • Alice Lejard (préf. P. Valoir), Canteleu aux multiples facettes, (ISBN 2-9516176-0-7)
  • Simone Léonard, Canteleu et sa rive, Alan Sutton, , 128 p.
  • « Canteleu », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5)
  • Emmanuelle Real, Le Paysage industriel de la Basse-Seine, Connaissance du patrimoine en Haute-Normandie, , 264 p., broché (ISBN 2-910316-33-5)
  • Michel Giard, Hurler avec les loups à Canteleu, Charles Corlet, (ISBN 2847060774)
    Roman policier.
  • Guy de Maupassant, Bel-Ami
    Ville d'origine des parents de Georges Duroy, surnommé Bel-Ami dans le roman du même nom.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150)
    Ouvrage publié avec le soutien du CNRS
    .
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. Notice no IA00020635, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. Notice no PA00100589, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Lucien-René Delsalle, « Les religieux du tiers-ordre de Saint-François, de Croisset à Rouen », Bulletin des Amis des monuments rouennais,‎ 2013-2014, p. 37-50 (ISBN 978-2-918609-06-3)
  8. Notice no PA00135539, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Notice no PA00100588, base Mérimée, ministère français de la Culture