Saint-James

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-James
Saint-James
L'église Saint-Jacques.
Blason de Saint-James
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Intercommunalité Communauté d'agglomération Mont-Saint-Michel-Normandie
Maire
Mandat
David Juquin
2020-2026
Code postal 50240
Code commune 50487
Démographie
Gentilé Saint-Jamais
Population
municipale
4 902 hab. (2018)
Densité 57 hab./km2
Population
agglomération
5 006 hab. (2016)
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 22″ nord, 1° 19′ 29″ ouest
Altitude Min. 16 m
Max. 151 m
Superficie 86,41 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Saint-James
(ville isolée)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saint-Hilaire-du-Harcouët
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Saint-James
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Saint-James
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-James
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-James
Liens
Site web www.mairie-saintjames.com

Saint-James
Administration
Pays Drapeau de la France France
Intercommunalité Communauté de communes de Saint-James
Statut commune déléguée
Maire délégué David Juquin
2020-2026
Code postal 50240
Code commune 50487
Démographie
Population 2 750 hab. (2018)
Densité 153 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 22″ nord, 1° 19′ 29″ ouest
Altitude Min. 28 m
Max. 151 m
Superficie 17,96 km2
Historique
Commune(s) d'intégration Saint-James
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-James
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-James

Saint-James (prononcé en français : [sɛ̃ʒɑm]) est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 4 902 habitants[Note 1] (les Saint-Jamais). Saint-James se situe à la frontière de la Normandie avec la Bretagne.

Le , Saint-James se constitue en commune nouvelle. Elle est également une commune déléguée au même titre que six autres communes de l’ex-canton de Saint-James Argouges, Carnet, La Croix-Avranchin, Montanel, Vergoncey et Villiers-le-Pré. Cette commune déléguée est peuplée de 2 750 habitants[Note 2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Beuvron et la Dierge coulent dans la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 12,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 4] : 960 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pontorson », sur la commune de Pontorson, mise en service en 1997[8] et qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[9],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 11,8 °C et la hauteur de précipitations de 838,6 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 6], « Granville – pointe du Roc », sur la commune de Granville, mise en service en 1973 et à 40 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 11,6 °C pour la période 1971-2000[12] à 11,9 °C pour 1981-2010[13], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-James est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-James, une unité urbaine monocommunale[18] de 4 954 habitants en 2017, constituant une ville isolée[19],[20]. La commune est en outre hors attraction des villes[21],[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes [in burgo quod appelatur] Beverona en 1027 - 1035; Bivronem (accusatif) 1037 - 1046; Sanctus Jacobus vers 1040[23].

Le bourg primitif s'appelait Beuvron comme le montre les formes anciennes. Cette dénomination est empruntée au nom de la rivière Beuvron, selon un processus fréquent en toponymie[23] (cf. Fécamp, Eu, Dieppe, etc.). L'hydronyme Beuvron, d'origine gauloise, désignait un cours d'eau où il y avait des castors, en vieux celtique continental bebros. L'ancien français et dialectal bièvre « castor » est issu du mot gaulois par l'intermédiaire ou non d'un latin tardif beber issu du celtique qui a remplacé le latin fiber « castor ».

James est une variante ancienne de Jacques, due à la mutation ancienne de Jacobus en Jacomus[23],[24] cf. italien Giacomo. C'est sous cette forme que ce prénom est passé en anglais.

La commune porte le nom transitoire de Beuvron-les-Monts sous la Révolution[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les sept communes déléguées.
La gare de Saint-James, au temps des Tramways normands.

Guillaume le Conquérant fit bâtir la forteresse de la ville de Saint-James en 1067, pour se protéger des attaques bretonnes. Cité défensive jusqu’à la fin du XVe siècle, cité drapière du Xe au XVIIIe siècle, halte pour les pèlerins en direction du mont Saint-Michel.

Début 1426, Richemont ayant rejoint Jean V en Bretagne y vient assiéger les Anglais, mais sans succès. En 1449, l'armée royale de Charles VII reprend la ville au bout de six jours[26].

Pendant la chouannerie, la commune fut le théâtre de plusieurs affrontements entre les républicains et les chouans. Pendant toute la première moitié de l'année 1796, la commune resta aux mains des chouans.

La commune fut desservie par une ligne de chemin de fer secondaire, celle d'Avranches à Saint-James de 1901 à 1933, exploitée par les Tramways normands[27].

L'affaire criminelle Louis Charuel, une incroyable machination, s'est déroulée à Saint-James en 1958 et fut jugée aux assises de la Manche à Coutances[28].

Commune nouvelle[modifier | modifier le code]

En 2015, les douze communes de la communauté de communes de Saint-James’(ex-canton de Saint-James) se lancent dans le projet de constitution d'une commune nouvelle ; neuf conseils municipaux (représentant 5 954 habitants) avaient dit oui mais trois s’étaient prononcés contre (représentant 1 211 habitants). Un vote qui imposait dès lors d’organiser une consultation de la population à qui il appartenait de trancher. La population a refusé par un peu plus de 50 % des voix exprimées et le oui n'a été majoritaire que dans deux communes[29].

Après ce coup d'arrêt, un autre projet a émergé et le , les sept conseils municipaux votent la constitution de la nouvelle commune [30]

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-James
(siège)
50487 CA Mont-Saint-Michel-Normandie 17,96 2 750 (2018) 153


Argouges 50018 CA Mont-Saint-Michel-Normandie 16,41 502 (2018) 31
Carnet 50100 CA Mont-Saint-Michel-Normandie 10,18 497 (2018) 49
La Croix-Avranchin 50154 CA Mont-Saint-Michel-Normandie 10,79 440 (2018) 41
Montanel 50337 CA Mont-Saint-Michel-Normandie 15,40 338 (2018) 22
Vergoncey 50627 CA Mont-Saint-Michel-Normandie 7,73 188 (2018) 24
Villiers-le-Pré 50640 CA Mont-Saint-Michel-Normandie 7,94 187 (2018) 24

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Mairie de Saint-James
Liste des maires de 1874 à 2017
Période Identité Étiquette Qualité
1874 1888 Hyppolyte Morel, père   Juge de paix, conseiller général du canton
1888 1919 Hyppolyte Morel, fils   Directeur du Crédit foncier de France, sénateur et président du conseil général de la Manche
1919 1925 André Payen    
1925 1934 Léon Legallais   Propriétaire des filatures Saint-James
1934 1935 Jules Gardin   Teinturier
1935 1945 Léon Legallais   Propriétaire des filatures Saint-James
1945 1954 Jacques Guesnier   Comptable
1954 1959 Martial Gérard   Quincaillier
1959 1983 Charles Houssard   Notaire
1983 1983 Louis Ménard   Commerçant
1983[31] mars 2014 Michel Thoury UMP[32] Chirurgien dentiste
mars 2014[33] décembre 2016 Nathalie Panassié DVD[32] Adjointe de direction
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal était composé de vingt-trois membres dont le maire et cinq adjoints[34].

Liste des maires de la commune nouvelle
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2017[35] mai 2020 Carine Mahieu Divers centre Enseignante, première adjointe de Carnet
mai 2020[36] En cours David Juquin DVD Comptable
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2018, la commune comptait 4 902 habitants[Note 8].

Évolution de la population de la commune nouvelle  [ modifier ]
2015 2016 2017 2018
5 0615 0064 9544 902
(Sources : Insee à partir de 2015[37].)


           Évolution de la population de la commune déléguée  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 5152 5222 6662 6463 1043 2033 2363 2783 363
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 2743 2703 2303 1993 0883 2493 2653 0672 965
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 9962 7642 6242 2502 4122 3652 3022 3862 329
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2018
2 4152 4522 4892 7662 9762 9172 6782 7982 750
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[38] puis Insee à partir de 2006[39].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Groupe scolaire public, 1 rue Haie-de-Terre.
  • Collège public Le Clos Tardif, rue Guillaume-le-Conquérant.
  • École et collège privés Immaculée-Conception.

Sports[modifier | modifier le code]

La Patriote Saint-Jamaise fait évoluer une équipe de football en ligue de Basse-Normandie et deux autres en divisions de district[40].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de la Palluelle.
Polissoir de Saint-Benoît.

Parcs et espaces verts[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (trois fleurs) au concours des villes et villages fleuris[45].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sylvestre de La Cervelle (? à Saint-James-de-Beuvron-1386), évêque de Coutances
  • Hippolyte Morel (1846 à Saint-Malo - 1922 Paris), maire de Saint-James, député puis sénateur de la Manche, Sous-Gouverneur de la Banque de France puis Gouverneur du Crédit foncier de France. Il est marié avec Geneviève Rouland, petite fille de Gustave Rouland, Ministre de l'instruction publique et des cultes sous Napoléon III puis Gouverneur de la Banque de France.
  • Louis Ravalet, médecin (né à Pontaubault en 1924, décédé à Saint-James en 2009), coauteur de Pontaubault 1944 : naissance d'une amitié franco-américaine avec W.H. Turner[46]. Fondateur de la maison médicale de Saint-James.
  • Francis Goré (1883 à Saint-James - 1954), missionnaire au Tibet
  • Michel Thoury (1942 à Saint-Hilaire-du-Harcouët - 2015), homme politique français et dentiste de profession. En plus de nombreux mandats au Conseil Général de la Manche et au Conseil Régional de Basse Normandie, Michel Thoury a notamment été Maire de Saint-James sans interruption de 1983 à 2014. Il est connu comme homme de terrain, gérant les dossiers au plus proche de ses administrés. Il disparaît tragiquement dans un accident de la route en 2015.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-James

Les armes de la commune de Saint-James se blasonnent ainsi :
De gueules à la porte coulissée d'argent flanquée de deux tours d'or, celle de senestre plus élevée que l'autre, le tout maçonné de sable, accompagné de quatre coquilles aussi d'argent, une en chef et trois ordonnées 2 et 1 en pointe.[47]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lecacheux Paul. Histoire religieuse, civile et militaire de Saint-James-de-Beuvron, depuis sa fondation jusqu'à nos jours…, par V. Ménard., Bibliothèque de l'école des chartes, 1897, vol. 58, n° 1, pp. 690–691. [lire en ligne (page consultée le 26 mai 2010)]
  • Bagot Jean-Pierre Bagot Sylvère, Promenade à travers l'histoire de Saint-James, Éditions Charles Corlet, 2011.
  • Bagot Jean-Pierre, Bagot Sylvère, Saint-James de 1944 à nos jours, Éditions Charles Corlet, 2013.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018, légale en 2021.
  2. Population municipale 2018, légale en 2021.
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Pontorson - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Saint-James et Pontorson », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Pontorson - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Saint-James et Granville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Granville – pointe du Roc - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Granville – pointe du Roc - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Granville – pointe du Roc - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 de Saint-James », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. a b et c François de Beaurepaire (préf. Yves Nédélec), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard, , 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4, OCLC 15314425), p. 197.
  24. René Lepelley, « Les noms de communes de l'arrondissement d'Avranches (Manche) » in Cahier des Annales de Normandie, p. 565.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Saint-James », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  26. Bernard Beck, Châteaux forts de Normandie, Rennes, Ouest-France, , 158 p. (ISBN 2-85882-479-7), p. 89.
  27. Auguste Bonnal, Exploitation commerciale des chemins de fer, Paris, Dunod, , 1094 p., p. 303.
  28. Jean-François Miniac, Les Nouvelles Affaires criminelles de la Manche, de Borée, Paris, 2012.
  29. Commune nouvelle. Le non des habitants du canton de Saint-James.
  30. Ils disent oui à une commune nouvelle de 5 041 habitants.
  31. « Élections cantonales : Michel Thoury est candidat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  32. a et b « Résultats élections municipales 2014 : Saint-James 50240 », sur lemonde.fr, Le Monde (consulté le ).
  33. « Nathalie Panassié succède à Michel Thoury », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  34. « Saint-James (50240) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  35. « Carine Mahieu élue maire de la nouvelle commune Saint-James », sur lamanchelibre.fr, La Manche libre (consulté le ).
  36. « Municipales à Saint-James. David Juquin, nouveau maire de la commune nouvelle », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2015, 2016, 2017 et 2018.
  38. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  39. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 2018 .
  40. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – La Patriote St Jamaise » (consulté le ).
  41. « Polissoir dit La pierre Saint-Benoit », notice no PA00110578, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. Notice no PM50000981, base Palissy, ministère français de la Culture.
  43. Saint-James (50) – L’orgue détruit par l’effondrement de la voûte lundi 7 novembre 2017 (article de l'association "Orgue en France")
  44. « Château de la Paluelle », notice no PA00110577, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).
  46. CRL de Basse-Normandie « Copie archivée » (version du 24 décembre 2013 sur l'Internet Archive).
  47. « GASO, la banque du blason - Saint-James Manche » (consulté le ).