Cherbourg-en-Cotentin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cherbourg-en-Cotentin
Vue aérienne de la ville en mai 2006.
Vue aérienne de la ville en mai 2006.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
(sous-préfecture)
Arrondissement Cherbourg
(chef-lieu)
Canton Bureau centralisateur de Cherbourg-Octeville-1
Cherbourg-Octeville-2
Cherbourg-Octeville-3
Équeurdreville-Hainneville
La Hague
Tourlaville
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Cotentin
(siège)
Maire
Mandat
Benoît Arrivé (PS)
2016-2020
Code postal 50100, 50110, 50120, 50130, 50460 et 50470
Code commune 50129[1]
Démographie
Gentilé Cherbourgeois
Population
municipale
80 959 hab. (2014)
Densité 1 181 hab./km2
Population
aire urbaine
180 325 hab. (2014)
Géographie
Coordonnées 49° 38′ 20″ nord, 1° 37′ 30″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 178 m
Superficie 68,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Cherbourg-en-Cotentin

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Cherbourg-en-Cotentin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cherbourg-en-Cotentin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cherbourg-en-Cotentin
Liens
Site web cuc-cherbourg.fr

Cherbourg-en-Cotentin est une commune du nord du département de la Manche. Elle est créée officiellement le 1er janvier 2016[2], par la réunion des cinq communes membres de la communauté urbaine de Cherbourg sous le statut de commune nouvelle : Cherbourg-Octeville (elle-même issue de la fusion des communes de Cherbourg et Octeville le 1er mars 2000), Équeurdreville-Hainneville (issue de la fusion des communes d'Équeurdreville et Hainneville en 1965), La Glacerie, Querqueville et Tourlaville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Cherbourg.

Cherbourg et cinq communes de sa proche banlieue (Octeville, Tourlaville, Équeurdreville-Hainneville, Querqueville et La Glacerie) fondent la Communauté urbaine de Cherbourg (CUC), créée par un décret du .

Le 7 novembre 1999, la volonté politique de fusion des six communes dans un « Grand Cherbourg » entraîne la tenue d'un référendum d'initiative locale. Mais à la question « Êtes-vous favorable à la fusion de votre commune avec d'autres pour réaliser le Grand Cherbourg ? », seules les majorités des électeurs de Cherbourg (83,72 % de oui) et d'Octeville (55,88 %) répondent positivement, entraînant le maintien de la communauté urbaine, et la fusion de Cherbourg-Octeville le 1er mars 2000. Du fait de cette fusion, la CUC ne compte plus que cinq communes à compter du 1er mars 2000.

Le 8 septembre 2015, les conseils municipaux des cinq communes concernées (soit Cherbourg-Octeville, Équeurdreville-Hainneville, La Glacerie, Querqueville et Tourlaville) se réunissent et approuvent le regroupement de leur communes respectives en une seule commune, appelée Cherbourg-en-Cotentin, ayant le statut de commune nouvelle, en application de l'article 21 de la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales[3],[4],[5].

Pour les périodes historiques qui précèdent le 1er janvier 2016 (création de la commune), se reporter aux pages des cinq anciennes communes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au nord de la péninsule du Cotentin, la ville est située en bordure de la Manche.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cherbourg-en-Cotentin
Manche Manche Manche
La Hague Cherbourg-en-Cotentin Digosville
La Hague
Nouainville
Sideville
Martinvast Le Mesnil-au-Val
Brix
Tollevast

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune fait clairement référence à celui de Cherbourg, qui en est le chef-lieu.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

À la suite de la fusion des cinq communes la composant le , le Conseil municipal de la ville est composé, jusqu'aux prochaines élections municipales de 2020 de 163 conseillers municipaux :

Lors de la première séance, le conseil a retenu le nombre de 18 adjoints au maire, auxquels s'ajoutent les cinq maires délégués, adjoints de droit[6].

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Cherbourg-Octeville
(siège)
50129 14,26 37 055 (2013) 2 599
Équeurdreville-Hainneville 50173 12,83 17 175 (2013) 1 339
La Glacerie 50203 18,70 5 897 (2014) 315
Querqueville 50416 5,56 5 052 (2013) 909
Tourlaville 50602 17,19 16 077 (2014) 935
Cherbourg-en-Cotentin et ses communes déléguées

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
en cours Benoît Arrivé PS Conseiller régional
ancien président de la CUC

Démographie[modifier | modifier le code]

Les chiffres du recensement, établi par l'INSEE au recensement au 1er janvier 2014[Note 1], font état de 80 959 habitants[7]. Ces chiffres émanent du premier recensement de la commune nouvelle de Cherbourg-en-Cotentin.

Économie[modifier | modifier le code]

Réputée pour ses chantiers navals, Cherbourg-en-Cotentin s'oriente aussi vers les énergies marines renouvelables.

General Electric (GE) Power construit à Cherbourg-en-Cotentin une nouvelle usine pour la construction des pales d'éoliennes de 88,4 mètres destinées aux machines de 8 MW. Initialement prévu en juin 2018[8], le démarrage de cette usine a été annoncé le 16 juin 2017 par Jeff Immelt (PDG de GE) devoir se faire dans le deuxième semestre 2017[9].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Construit à la fin du XIXe siècle sur l’emplacement des anciennes halles à grain, le théâtre de Cherbourg est classé Monument historique depuis 1984. Il est l’un des fleurons de la dernière génération de théâtres à l’Italienne réalisés en France. Sa décoration intérieure a bénéficié du concours d’artistes ayant œuvré sur l’Opéra de Paris comme le peintre Georges Clairin. Son esthétisme lui valut d’être surnommé le théâtre d’or par les Cherbourgeois lors de son ouverture en 1882. Depuis 1991, le théâtre a le statut de scène nationale.

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

Sites culturels[modifier | modifier le code]

Les parcs et jardins[modifier | modifier le code]

  • Le parc Emmanuel Liais, qui abrite le muséum Liais
  • Le jardin public
  • le parc Montebello
  • le parc du château des Ravalet
    La statue de Napoléon 1er a été inaugurée le 8 août 1858 par l’Empereur Napoléon III et l’Impératrice Eugénie. Elle est l’œuvre du sculpteur local Armand Le Véel. L’Empereur désigne le port militaire et non l’Angleterre ! Sur son socle sont gravés les mots de Napoléon 1er : « j’avais résolu de renouveler à Cherbourg les merveilles de l’Egypte ». C’est-à-dire élever une pyramide (la batterie Napoléon au centre de la grande digue) et de creuser un lac Moéris (l’avant-port).
    Ecrin de verdure au cœur de la ville, le Parc Emmanuel Liais, classé jardin remarquable, regroupe un patrimoine végétal surprenant et dépaysant. Vous pourrez rencontrer au hasard des allées sinueuses un Jubéa spectabilis, un palmier du Brésil, un vénérable cyprès Lambert de plus de cent ans, des plantes et arbres exotiques ramenés d’Amérique du Sud par Emmanuel Liais lors ses voyages ou importés d’Asie au XIXe. Le parc héberge également le muséum Emmanuel-Liais, un cabinet de curiosités avec des collections étonnantes d’animaux et d’objets. Entrée libre.

Une ville portuaire[modifier | modifier le code]

Cherbourg-en-Cotentin possède la plus grande rade artificielle d’Europe. Une des plus grandioses entreprises du XVIIIe siècle s’étendant sur 1 500 ha. Commencée en 1783, la digue centrale est achevée en 1853. En 1860, sous l’impulsion de Napoléon III, elle est pourvue de trois forts. Ces ouvrages, comme l’île Pelée et son fort, sont la propriété de la Marine nationale qui en assure l’entretien.

Accessible à toute heure du jour et de la nuit, le port de Cherbourg-en-Cotentin se situe au cœur de la plus grande rade artificielle d'Europe, fabuleuse réalisation architecturale de 1 500 hectares des XVII et XVIIIe siècles. Avec ses trois digues, elle abrite quatre types de ports : plaisance, commerce, pêche et militaire.

Port Chantereyne, le principal port de plaisance de la Manche[modifier | modifier le code]

Construit en 1975, puis agrandi en 1992, labellisé Pavillon Bleu depuis 2002, Port Chantereyne est le principal port du littoral Manche. Il compte aujourd’hui 1 560 places à flots réparties sur plus de 25 pontons : 1 300 nneaux sont loués à l’année ; les 250 places restantes sont réservées aux bateaux de passage. Une vingtaine de places est, par ailleurs, dévolue à l'accueil des bateaux traditionnels au sein du port de l'Epi.

En 2011, le port a enregistré environ 8 000 passages et 18 000 nuitées.

Un important projet d’extension du port à l’ouest est prévu qui permettra d’accroître la capacité d’accueil de 600 bateaux supplémentaires (environ 400 places à flots et 200 places à sec).

Événements et manifestations[modifier | modifier le code]

La biennale du 9e art[modifier | modifier le code]

La Biennale du 9e art, créée en 2002, met en avant le travail des artistes de la bande dessinée par le biais d'une exposition au musée Thomas Henry.

La Biennale a déjà accueilli quelques-uns des plus grands maîtres de la bande dessinée : Bilal (2002), Schuiten (2004), Juillard (2006), Loustal (2008), Pratt (2009), Jean Giraud, alias Moebius (2011) et Tardi (2013). La Biennale 2017 sera dédiée au dessinateur américain Winsor McCay.

Presqu'île en fleurs[modifier | modifier le code]

Ce rendez-vous botanique attire tous les deux ans près de 25 000 personnes dans le parc du château des Ravalet : des amateurs de plantes rares, de jardinage et de nature.

Une quarantaine de pépiniéristes présentent des roses anciennes, hydrangéas, orchidées ou herbes aromatiques en tout genre...

Les rendez-vous estivaux[modifier | modifier le code]

  • Fanfar'août
  • Cherbourg à la plage

Sports[modifier | modifier le code]

Le 3 juillet 2016, Cherbourg-en-Cotentin est le point d'arrivée de la deuxième étape du Tour de France cycliste, à La Glacerie.

Sports nautiques[modifier | modifier le code]

Port Chantereyne mise sur la promotion de la voile sportive et se positionne comme base d’entraînements et d’événements. Il a accueilli à 9 reprises La Solitaire du Figaro et reçoit chaque année le Trophée de l’île Pelée et le Tour des ports de la Manche. Cherbourg-en-Cotentin est aussi une destination prisée des rallyes britanniques et en accueille chaque année plus d'une trentaine. La grande rade de Cherbourg-en-Cotentin est également un plan d’eau idéal pour les amateurs de régates… Le Yacht-club de Cherbourg organise de nombreuses régates tout au long de l'année.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Cherbourg-en-Cotentin est jumelée avec :

  • Drapeau de l'Allemagne Allmendingen (Allemagne) depuis 1981
  • Construit en 1975, puis agrandi en 1992, labellisé Pavillon Bleu depuis 2002, Port Chantereyne est le principal port du littoral Manche. Il compte aujourd’hui 1 560 places à flots réparties sur plus de 25 pontons : 1 300 anneaux sont loués à l’année ; les 250 places restantes sont réservées aux bateaux de passage. Une vingtaine de places est, par ailleurs, dévolue à l'accueil des bateaux traditionnels au sein du port de l'Epi. En 2011, le port a enregistré environ 8 000 passages et 18 000 nuitées. Un important projet d’extension du port à l’ouest est prévu qui permettra d’accroître la capacité d’accueil de 600 bateaux supplémentaires (environ 400 places à flots et 200 à sec).
    Drapeau de l'Allemagne Bremerhaven (Allemagne)
  • Drapeau de la Roumanie Deva (Roumanie)
  • Drapeau du Burkina Faso Gorom-Gorom (Burkina Faso) depuis 1988
  • Drapeau de l'Allemagne Northeim (Allemagne) depuis 1967
  • Drapeau du Royaume-Uni Poole (Royaume-Uni) depuis 1977

Cherbourg-en-Cotentin entretient des coopérations décentralisées avec :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :