Transports en commun de Caen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Twisto
Image illustrative de l’article Transports en commun de Caen
Logo de Twisto

Image illustrative de l’article Transports en commun de Caen
Un Irisbus Crealis 18 devant l'Hôtel de Ville de Caen

Situation Drapeau de la France Caen (Normandie)
Type Autobus
Autocar
Transport à la demande
Entrée en service 1957[1]
Lignes 43
Propriétaire Caen la Mer
Exploitant Keolis Caen (Keolis)
Site internet www.twisto.fr
Slogan « Votre atout mobilité »

Twisto est le réseau de transport collectif desservant les communes dans le périmètre de la communauté urbaine Caen la Mer. Il est exploité par les entreprises Keolis Caen et Keolis Calvados (groupe Keolis) dans le cadre d'une délégation de service public[2].

Le réseau Twisto se compose de :

  • deux lignes de bus de remplacement, doublées par deux lignes express, assurant entre et la transition entre les deux lignes de TVR et le futur tramway classique, avec des tracés au plus près de ceux du tramway ;
  • 24 lignes de bus régulières d'autobus, 1 navette (bus électrique desservant le centre de Caen), 2 navettes entreprises (Renault Trucks et ZI de Carpiquet), 7 lignes de transport à la demande et 4 lignes de remplacement pour le tram (dont 2 lignes express) ;
  • 1 ligne circulant les nuits du jeudi au dimanche (Noctibus)
  • 11 lignes départementales d'autocar en intégration tarifaire.

Organisation et exploitation[modifier | modifier le code]

Jusqu'au 31 décembre 2014, le syndicat mixte Viacités était l'autorité organisatrice de transport urbain (devenue, depuis autorité organisatrice de la mobilité). Regroupant 72 élus de la communauté d'agglomération Caen la Mer et du conseil départemental du Calvados, il était chargé du financement et de l’organisation du réseau de transport collectif dans le périmètre de la communauté d'agglomération.

Viacités a approuvé le plan de déplacements urbains de la communauté d'agglomération Caen la Mer en 2001. Il s'étendait alors sur les 19 communes qui constituaient alors le périmètre des transports urbains.

Le syndicat mixte assurait les fonctions d'autorité organisatrice de transports via trois délégations de service public :

  • l'exploitation du réseau urbain et périurbain Twisto, confiée à l'entreprise Keolis Caen (anciennement Compagnie de transport de l'agglomération caennaise ou CTAC), filiale du groupe Keolis ;
  • l'exploitation du réseau Twisto Access (transport à la demande et transport de personnes à mobilité réduite) confiée à l'entreprise Caennaise de Services ;
  • la Société concessionnaire du transport sur voie réservée de l'agglomération caennaise (STVR) pour l'assemblage du matériel roulant, la réalisation de travaux de voirie et la maintenance des équipements.

Keolis Caen est chargé de l'exploitation des deux lignes de tramway sur pneumatiques, mis en service en 2002 et mis hors service en septembre 2017 ainsi que les 73 lignes de bus desservant 1 238 points d'arrêts répartis sur 37 communes[3]. Keolis Caen exploite également deux des trois parcs relais, gratuits pour les utilisateurs du réseau de transport collectif.

Le réseau employait 660 salariés au 31 juillet 2014[3].

Au 1er janvier 2015, le syndicat mixte Viacités est supprimé et la communauté d'agglomération Caen la Mer devient l'unique autorité organisatrice de la mobilité sur son territoire[4].

Le , la nouvelle communauté urbaine Caen la Mer devient de facto l'autorité organisatrice du réseau. La nouvelle intercommunalité compte 15 communes supplémentaires, qui seront desservies dès le , essentiellement par intégration des lignes Bus verts à la tarification Twisto pour les trajets internes à la communauté urbaine[5].

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Conformément aux dispositions prévues par la « loi handicap » de 2005, la communauté urbaine Caen la Mer a progressivement intégré l'accessibilité aux personnes handicapées comme critère lors des appels d'offres renouvelant le matériel roulant. Tous les bus roulant sur le réseau Twisto sont désormais équipés d’un plancher bas et environ de 90 % des bus sont équipés d’une rampe d’accès, actionnée manuellement par le conducteur. En 2014, 60 % des arrêts étaient équipés de quais accessibles de plain-pied[réf. nécessaire]. Ces arrêts sont signalés par un pictogramme[3].

De plus, les véhicules ont progressivement été équipés de bornes de système d'aide à l'exploitation et à l'information voyageurs (SAEIV). Pour les usagers, cet équipement se traduit par la pose d'écrans d'information et d'un système d'annonces sonores à bord des véhicules et aux arrêts, permettant aux usagers déficients visuels de suivre, en temps réel, la progression du véhicule sur la ligne.

Les télécommandes[modifier | modifier le code]

Elles permettent d'activer des annonces sonores d'information de la ligne à l'extérieur et à l'intérieur des véhicules :

  • À l'extérieur des véhicules : à l'arrivée du bus à l'arrêt et lorsque les portes s'ouvrent, en activant le bouton de la télécommande, des haut-parleurs situés à l'extérieur du véhicule annoncent la ligne et le prochain arrêt. Cela indique également au conducteur qu'il doit prêter une attention particulière à la personne pour l'aider, la guider, etc. L'utilisateur doit être à moins de 3 mètres de la porte avant afin de pouvoir entendre ce que dit l'appareil ;
  • À l'intérieur des véhicules, lorsque le bus roule, la télécommande permet de répéter les annonces sonores déjà existantes dans le bus : ligne, destination, arrêt en cours et prochain arrêt.

Le service Twisto Velolib[modifier | modifier le code]

Lancé le , le service Vélolib consiste emprunter un vélo à une station pour le remettre à une autre.

Actuellement le service est composé de 17 stations et de 170 vélos.

Le service d'autopartage[modifier | modifier le code]

Lancé en le service d'autopartage est un service classique : le véhicule emprunté doit être retourné à son emplacement de départ à l’issue de son utilisation.

Le service est composé de 9 véhicules dont 3 Renault Zoe et 6 véhicules thermiques essence.

Le service Twisto Access[modifier | modifier le code]

Les personnes à mobilité réduite qui ne peuvent pas utiliser le réseau Twisto peuvent emprunter le réseau adapté Twisto Access qui propose des déplacements de porte à porte, à la demande et sur réservation[6]. Jusqu'au , ce service était nommé Mobisto[6].

Le service Twisto Access dispose de 7 véhicules adaptés pour réaliser tous types de déplacements : travail, scolaire, étudiant, loisirs, courses, médecin, soins… Le service est disponible de 7h à 24h, 7/7 jours, sauf le 1er mai[6].

Le réseau[modifier | modifier le code]

Du TVR au tramway classique[modifier | modifier le code]

« Colonne vertébrale » du réseau, le TVR comprenait deux lignes A et B de 15,7 km avec un important tronc commun de 15 stations. Ces lignes sont exploitées à l'aide de 24 rames sur pneus sont de type TVR du constructeur Bombardier, circulant intégralement en mode guidé (contrairement aux rames du réseau de Nancy) et transporte en moyenne environ 45 000 personnes par jour. Elles desservent les quartiers et les équipements majeurs de l'agglomération caennaise, à raison d'une rame toutes les 8 minutes, soit une rame toutes les 4 minutes sur le tronc commun entre les stations Poincaré et Copernic.

Il est arrêté définitivement le à 20 h afin de permettre sa transformation pour devenir le tramway classique en 2019[7],[8].

Les lignes de bus qui se substituent au TVR le temps des travaux sont exploités entre autres par des autobus articulés (Renault Agora L, Heuliez GX 417, Mercedes-Mercedes Citaro G C2 et quelques Irisbus Crealis 18).

Le nouveau tramway de Caen sera mis en service le .

Les autobus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des lignes de bus de Caen.

En plus du TVR, le réseau se compose d'un important réseau de bus articulé autour de quatre lignes structurantes nommées « Lianes » (Lignes à niveau élevée de service), mises en service en 2009. Le réseau se compose de nombreuses lignes régulières ou sur réservation desservant l'ensemble de la communauté urbaine, d'un réseau de soirée et de lignes spécifiques (scolaires, navettes entreprises, desserte de la gare maritime, etc.).

Avec la mise en service du nouveau tramway de Caen le , le réseau de bus est réorganisé et en partie renuméroté (les navettes entreprises par exemple)[9].

Les véhicules[modifier | modifier le code]

Les bus assurant le service transitoire durant la transformation du TVR en tramway classique disposent d'une livrée spécifique orange et bleu et des bus d'occasion provenant de Tours, Rennes ou encore Brest ont été achetés afin de répondre aux besoins et à l'augmentation temporaire de la flotte[8].

Minibus[modifier | modifier le code]

Un Bolloré Bluebus 6 m sur la navette de Caen.

Midibus[modifier | modifier le code]

Standards[modifier | modifier le code]

Irisbus Crealis 12 sur la ligne 2.

Autocars[modifier | modifier le code]

Articulés[modifier | modifier le code]

Irisbus Crealis 18 devant l'Hôtel de Ville de Caen.

La billetique[modifier | modifier le code]

Le , la billetique passe à atoumod.

Cette billetique permet de voyager a travers tous les réseaux de transport de la Normandie (sauf Cherbourg).

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]