Romilly-sur-Andelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Romilly.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andelle (homonymie).
Romilly-sur-Andelle
L'église Saint-Georges.
L'église Saint-Georges.
Blason de Romilly-sur-Andelle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Canton Romilly-sur-Andelle (bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes de Lyons Andelle
Maire
Mandat
Jean-Luc Romet
2014-2020
Code postal 27610
Code commune 27493
Démographie
Gentilé Romillois
Population
municipale
3 221 hab. (2014 en augmentation de 17,04 % par rapport à 2009)
Densité 378 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 19′ 55″ nord, 1° 15′ 35″ est
Altitude Min. 5 m
Max. 155 m
Superficie 8,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Romilly-sur-Andelle

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Romilly-sur-Andelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Romilly-sur-Andelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Romilly-sur-Andelle

Romilly-sur-Andelle est une commune française du département de l'Eure en région Normandie dont les habitants sont appelés les Romillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Adossée aux collines boisées de Longboël et des Deux-Amants, la commune se trouve au début de la vallée Galantine, à 9 km de Fleury-sur-Andelle, 10 km de Pont-de-l'Arche et Boos et 20 km de Rouen et des Andelys.

Communes limitrophes de Romilly-sur-Andelle[1]
La Neuville-Chant-d'Oisel (Seine-Maritime) Pont-Saint-Pierre
Pitres Romilly-sur-Andelle[1] Pont-Saint-Pierre
Amfreville-sous-les-Monts Flipou
Amfreville-sous-les-Monts

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Arrosée par l'Andelle, la commune possède une île, l'île Sainte-Hélène.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Romillei vers 1040, Rommilleia et Romeleium en 1080, Romeilli en 1145[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les traces d'habitat remontent au néolithique. Des fouilles archéologiques (2006-2007) de l'INRAP ont mis au jour un ensemble de silex taillés (grattoirs, racloirs, éclats laminaires, fragments de hache polie, flèche à ailerons et pédoncule) de l'époque. Les archéologues ont découvert ce qui pourrait être une tombe de l'âge du bronze près du cimetière et un réseau de fossés parcellaire de la période gallo-romaine près de l'église. Romilly, dans les archives est qualifiée de villa mais aucun habitat antique n'a été trouvé. L'habitat se concentrait aux VIIe et VIIIe siècles autour des rues Saint-Georges et de la Libération et les fouilles ont identifié la zone périphérique nord de cet habitat (greniers sur poteaux, silos, fours domestiques). Au nord de celle-ci, un vaste cimetière a été en partie fouillé et les archéologues estiment à 1200 à 1500 les sépultures de tous âges et sexes dans cet ancien cimetière paroissial du VIIe au XIe siècle structuré autour d'une église construite en plusieurs phases. Le cimetière a été abandonné à la fin du XIe siècle, période où le seigneur de Romilly, Guillaume Fitz Osbern (des seigneurs de Breteuil-sur-Iton) a légué des terres à l'abbaye de Lyre qu'il avait fondée en 1046, pour construire un prieuré de bénédictins à l'emplacement de l'ancienne église et du cimetière.
Au XIVe siècle, une période importante de construction a donné un manoir doté d'une tour escalier avec la chapelle à l'est, une grange dîmière (encore en élévation) et des annexes et des dépendances (cuisines, celliers, bassin, colombiers). Le prieuré aurait été abandonné en fin du XVIIe siècle ou au début du XVIIIe siècle. Les fouilles se sont achevées en septembre 2007.

Au début du XIIIe siècle, Aubert de Hangest était le seigneur de Romilly. Au XVe siècle, la seigneurie est passée à la famille de Rohan, puis de Roncherolles, de Bec-de-Lièvre, de Sublet et de Jubert.

En 1782 a été créée la Fonderie de Romilly et, en 1792, les cloches des églises de l'Eure, du Calvados et de la Manche[3] y ont été fondues pour obtenir des flans à frapper à l'hôtel de la Monnaie de Rouen. La fonderie gardera pendant une centaine d'années jusqu'à sa fermeture, l'horloge et les cloches de la Bastille[4].

Le 1er novembre 1802, le premier consul Napoléon Bonaparte visite la fonderie[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1791   Louis Legay    
    Jean Charles Cavelier    
mars 1977 mars 1983 Alain Robert LR  
mars 1983 juin 1995 Jacques Courtois DVG  
juin 1995 mars 2008 Maurice Jacob DVD  
mars 2008 en cours Jean-Luc Romet DVG Professeur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2014, la commune comptait 3 221 habitants[Note 1], en augmentation de 17,04 % par rapport à 2009 (Eure : +2,66 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
640 780 803 917 1 015 1 079 1 118 1 169 1 147
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 313 1 366 1 369 1 369 1 380 1 398 1 485 1 527 1 293
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 641 1 566 1 705 1 606 1 604 1 596 1 481 1 564 1 525
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 779 1 981 2 249 2 524 2 658 2 655 2 604 2 971 3 221
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Sites classés et inscrits[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liste des curés de Romilly[modifier | modifier le code]

  • 1214 : Robert Sauvale
  • 1285 : Jean de Cierrey
  • 1666 : M. de la Galarzière

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armoiries de Romilly-sur-Andelle

Le blason de la commune de Romilly-sur-Andelle se décrit :

écartelé : au 1, de gueules au léopard d’or ; au 2, d’azur au léopard d’argent ; au 3, d’azur à la harpe d’argent cordée de sable ; au 4, de gueules à la roue dentée de huit pièces d’or mouvant de trois ondes d’azur.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Romilly-sur-Andelle est jumelée avec :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roëttiers de Montaleau, Notice historique sur l'établissement des fonderies de Romilly-sur-Andelle (Eure), Paris : Imprimerie de Cosson, 1850. [1]
  • David Jouneau, Du cimetière au prieuré : 1200 ans d'histoire de Romilly-sur-Andelle, , 28 p.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. Ernest Nègre -Toponymie générale de la France - Volume 1 - Page 584
  3. Histoire de Romillys sur Andelle, http://pagesperso orange.fr/alain.robert/index_fichiers/page0003.html.
  4. Selon une plaque apposée sur l'église.
  5. Le Journal de Rouen, 2 novembre 1802.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  10. Patrimoine de France, http://www.patrimoine-de-france.org/richesses-41-12340-84910-M195310-207973.html
  11. « La "côte des Deux Amants" à Romilly-sur-Andelle », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le 19 juillet 2017).
  12. « Les Falaises de l'Andelle et de la Seine », sur Carmen - L'application cartographique au service des données environnementales (consulté le 7 juillet 2017).
  13. Histoire de l'abbaye de Lyre

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :