Le Neubourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Eure
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Eure.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Le Neubourg
L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.
L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.
Blason de Le Neubourg
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Canton du Neubourg (bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Neubourg
Maire
Mandat
Marie-Noëlle Chevalier
2014-2020
Code postal 27110
Code commune 27428
Démographie
Gentilé Neubourgeois
Population
municipale
4 098 hab. (2014)
Densité 414 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 56″ nord, 0° 54′ 14″ est
Altitude Min. 110 m – Max. 151 m
Superficie 9,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Le Neubourg

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Le Neubourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Neubourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Neubourg
Liens
Site web www.le-neubourg.fr

Le Neubourg est une commune française du département de l'Eure, en région Normandie.

Ses habitants sont appelés les Neubourgeois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Neubourg est une commune du centre du département de l'Eure. Elle est la « capitale » d'une « région naturelle » portant son nom : le plateau du Neubourg, appelé traditionnellement « Campagne du Neubourg » au sens normanno-picard du terme, attestée sous une forme française la champaigne du Neufbourc en 1428[1]. Le bourg est à 23 km à l'est de Bernay[2], à 23 km au nord-ouest d'Évreux[3] et à 35 km au sud de Rouen[4].

Communes limitrophes de Le Neubourg[5]
Sainte-Opportune-du-Bosc Sainte-Opportune-du-Bosc
Vitot
Villez-sur-le-Neubourg Le Neubourg[5] Crosville-la-Vieille
Épreville-près-le-Neubourg Le Tremblay-Omonville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné pour la première fois sous la forme latinisée Novus Burgus en 1089[6], soit « le bourg neuf ».

On ne connaît pas la date précise de sa fondation[7]. Cependant, il est peu probable qu'elle soit antérieure à l'époque ducale. François de Beaurepaire fait remarquer que la présence de l'article défini implique vraisemblablement une date de fondation au début du second millénaire[8].

L'antéposition de l'adjectif neu(f)- est caractéristique de l'influence syntaxique du germanique continental, du vieil anglais ou du norrois. Dans la partie sud du domaine d'oïl, on trouve uniquement la forme Bourgneuf ou Bourg-neuf. Homonymie avec le Neufbourg, commune de la Manche et Neubourg, commune du Bas-Rhin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Neubourg a été le théâtre d'évènements historiques importants. C'est au Neubourg, au début du XIIe siècle, que les barons anglo-normands se réunissent à la mort du roi Henri Beauclerc (4e fils de Guillaume le Conquérant), pour désigner un successeur. Pendant ce temps, un des neveux d'Henri, Étienne de Blois, s'empare du Trésor Royal de Winchester et cet évènement marque le début d'une guerre civile anglaise qui se terminera dix-neuf ans après, par l'accession au trône de l'angevin Henri Plantagenêt, époux d'Aliénor d'Aquitaine.

On peut citer aussi Jacques Charles Dupont de l'Eure (1767-1855), premier président du gouvernement provisoire de la Deuxième République en 1848, né au Neubourg. Le Dr Auzoux, né à Saint-Aubin-d'Écrosville, a inventé l'écorché d'anatomie que de nombreux élèves ont vu en classe de sciences naturelles. Il existe d'ailleurs, un Musée de l'écorché d'anatomie au Neubourg, rassemblant plusieurs belles pièces des « ateliers Auzoux ».

En 1962, Jacques Mesrine, alors inconnu, y est arrêté pour la première fois alors qu'il essayait, avec trois complices, de s'en prendre à l'agence du Crédit agricole (ses parents possédaient une maison de campagne à Louviers).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes du Neubourg

Ces armes peuvent se blasonner ainsi : bandé de gueules et d'or

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1790 Michel Duclos    
1790 1791 Jacques Leroy   Marchand épicier
1791 1792 Jean Charles Lechevalier   Fabricant de toiles
1792 1793 Jacques Dupont de l'Eure   Avocat, député
1793 1795 Jacques Dupuis   Notaire
1795 1795 André Bidault   Cultivateur
1795 1800 Jean François Vesque   Marchand de toiles
1800 1812 André Bidault   Cultivateur
1812 1815 François Paturel   Ancien militaire
1815 1816 Jean Baptiste Guérard   Epicier
1816 1830 Pierre Cantel   Fabricant de toiles
1830 1831 François Bougrain   Notaire
1831 1832 François Périer   Epicier
1832 1848 Robert Paturel   Notaire
1848 1851 Ambroise Pilon   Rentier
1851 1852 Pierre Bucaille   Marchand de bois et de fer
1852 1858 Robert Paturel   Notaire
1858 1870 Francois Lemenu   Notaire
1870 1884 Henri Lenoble   Notaire
1884 1892 Alphonse Delamotte   Cafetier limonadier
1892 1929 Arthur Ferrand   Greffier de justice, puis homme d'affaires
1929 1955 Octave Bonnel Rad. chef d'entreprise (Bonnel)
1955 1967 Legrand    
1967 1983 Henri Bonnel   chef d'entreprise (Bonnel)
1983 2005 Roger Barbat RPR médecin
janvier 2006 novembre 2012 Paul Delachaussée UMP cadre
3 février 2013 en cours Marie-Noëlle Chevalier UMP-LR agricultrice
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 098 habitants, en diminution de -1,77 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 702 1 944 1 902 1 809 2 118 2 131 2 105 2 292 2 341
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 454 2 567 2 500 2 443 2 433 2 343 2 414 2 437 2 500
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 437 2 563 2 587 2 376 2 438 2 362 2 400 2 392 2 563
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 835 3 132 3 498 3 454 3 639 3 833 3 922 4 172 4 098
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006 [12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Riche région agricole, le plateau du Neubourg a été habité dès la préhistoire malgré le manque d'eau. En effet, il n'y pas de cours d'eau. Lieu de passage vers les villes proches (Rouen, Évreux, Elbeuf, Louviers très importante au Moyen Âge), Le Neubourg a été une place importante de négoce de bétail et de produits agricoles. Son marché est encore reconnu aujourd'hui.

Ville très dynamique (plus d'emplois que d'habitants), l'activité économique est agricole mais aussi industrielle avec la plasturgie, l'entreprise Valois(société aptar depuis 2012[13]), leader de la fabrication de pompes d'aérosol, l'alimentaire avec Saveur de France-Brossard et les abattoirs (groupe Socopa), le textile avec un pôle majeur en Europe de teillage de lin.

Elle est le siège du journal Le Courrier de l'Eure.

Sa devise résume bien l'état d'esprit des gens de la région : « Travail vaut richesse ».

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune du Neubourg compte trois édifices classés et inscrits au titre des monuments historiques :

Autres lieux :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

  • Chaque année, en mars, a lieu l'élection de l'Ambassadrice du Neubourg et de la filière lin. Lors de la fête du Neubourg, la Reine trône sur un char et salue la foule avec ses dauphines. Elle participe également à de nombreuses manifestations, même à l'extérieur de la ville.
  • Tous les ans, en février et mars, a lieu le festival du dessin animé. Au programme : expositions, une semaine de projection au cinéma, animations diverses et interventions de prestigieux parrains.
  • Le Neubourg est également célèbre depuis le Moyen Âge pour ses marchés, en particulier pendant l'été, l'hiver, l'automne et le printemps où le centre ville devient entièrement piéton.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 82.
  2. « Distance à vol d'oiseau entre Le Neubourg et Bernay », sur www.lion1906.com (consulté le 26 août 2016).
  3. « Distance à vol d'oiseau entre Le Neubourg et Évreux », sur www.lion1906.com (consulté le 26 août 2016).
  4. « Distance à vol d'oiseau entre Le Neubourg et Rouen », sur www.lion1906.com (consulté le 26 août 2016).
  5. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  6. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 82
  7. André Plaisse, La baronnie du Neubourg, Paris 1961.
  8. op. cit., p. 149 - 150.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. http://www.lecourrierdeleure.fr/2013/10/06/50-ans-que-lusine-aptar-fait-pschitt/
  14. « Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Le Vieux Château », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Parc du château de Champ de Bataille », base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Plaisse, La Baronnie du Neubourg : essai d'histoire agraire, économique et sociale, Presses universitaires de France, Paris, 1961, 759 p.
  • André Plaisse, L'Évolution de la structure agraire dans la campagne du Neubourg, Mouton, Paris, 1964, 124 p.
  • Eusèbe Girault de Saint-Fargeau, Guide pittoresque du voyageur en France, Didot, 1836.