Le Houlme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Houlme
Le Houlme
La gare de Malaunay - Le Houlme, le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Daniel Grenier
2020-2026
Code postal 76770
Code commune 76366
Démographie
Gentilé Houlmois
Population
municipale
4 033 hab. (2018 en augmentation de 1 % par rapport à 2013)
Densité 1 358 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 32″ nord, 1° 02′ 13″ est
Altitude Min. 22 m
Max. 128 m
Superficie 2,97 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Rouen
(banlieue)
Aire d'attraction Rouen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Notre-Dame-de-Bondeville
Législatives 5e circonscription de la Seine-Maritime
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Le Houlme
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Le Houlme
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Houlme
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Houlme
Liens
Site web http://www.le-houlme76.fr/

Le Houlme est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La commune a sur son territoire deux forêts assez denses : la forêt de Fresquiennes et la forêt Verte.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Cailly, affluent de la Seine..

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Malaunay - Le Houlme, de la ligne de Paris-Saint-Lazare au Havre est située sur la commune.

Le F4 (ligne FAST) qui traverse la ville, qui part du hameau de Frévaux à Malaunay jusqu'au Mont-Riboudet-Kindarena à Rouen.

Le 29, qui arrive des directions de Montville et les villes autour (réseau VTNI) qui passe de Route de Montville de Malaunay jusqu'à la gare routière de Rouen. il traverse toute la route de Dieppe.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Houlme est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Rouen, une agglomération inter-départementale regroupant 50 communes[4] et 467 575 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rouen dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 317 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme de Hulmo en 1154[9].

Du norrois holmr « îlot, prairie en pente au bord de l'eau »[10] ou plus directement de l'ancien normand ho(l)m(m)e issu de l'ancien norrois holmr. Cf. Saint-Quentin-sur-le-Homme.

Nom d'un îlot ou d'une prairie humide dans la vallée du Cailly.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Houlme a connu un grand développement lors de la révolution industrielle, qui a laissé de nombreux vestiges tels que des usines (Buttler Holiday), entreprises métallurgiques et filatures, et quartiers industriels. En , une grève des ouvriers filateurs est durement réprimée et se termine sur une condamnation à mort, 3 aux travaux forcés et 14 emprisonnements[11].

Elle a depuis, connu un vaste programme de restructuration de ses édifices qui fait du Houlme une ville calme et diversifiée. Depuis la fin des années 1980, Le Houlme crée des lotissements résidentiels (Pablo-Picasso, Bois-Planté). Le Houlme fait aussi partie de la Métropole Rouen Normandie, image qui lui donne un profil plus attractif et bénéfique pour ses habitants, et est par conséquent bien desservie : 2 lignes de bus la traversent (ligne F4 (anciennement 16) et ligne 29).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Julien Feron    
1852   Lucien Loyer    
1871 1874 Edmond Lemarchand    
1890 1895 Edmond Lemarchand    
1895 1906 Gustave Quilbeuf Républicain  
1908 1910 Gustave Quilbeuf Républicain  
1912 1924 Julien Féron   négociant en alcool, artiste peintre
1925 1940 Louis Laurent    
1944 1945 Louis Laurent    
1945 1946 Henri Anquetil    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 février 2001 Gilbert Grenier PCF Conseiller général de Notre-Dame-de-Bondeville (1982 → 1988)
mars 2001 En cours
(au 10 août 2020)
Daniel Grenier PCF puis SE Réélu pour le mandat 2020-2026}[12],[13]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2018, la commune comptait 4 033 habitants[Note 3], en augmentation de 1 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0051 0001 0291 4041 7651 8211 8682 0352 048
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0702 0531 7071 6581 7502 0302 0822 1282 215
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 4892 7502 8263 1013 0153 0912 9682 9413 224
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
3 7043 9354 3244 3514 3494 3974 1474 1104 073
2013 2018 - - - - - - -
3 9934 033-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Rouen », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 4 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 4 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duRouen », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 4 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 4 avril 2021).
  9. Stéphane Gendron - 2003 - Les noms des lieux en France: essai de toponymie - Page 118.
  10. Principaux types toponymiques de la Normandie. Supplément aux Annales de Normandie. 5e année, no 3-4, 1955, page 44.
  11. Jean Bron, Histoire du mouvement ouvrier français, Les Éditions ouvrières 1970, T.I p.59
  12. « Municipales au Houlme : Daniel Grenier, candidat à un 4e mandat : Le maire sortant du Houlme, Daniel Grenier, repart pour un nouveau mandat municipal avec une équipe renouvelée à 40 % », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2020) « « Ce n’est pas une liste partisane», affirme Daniel Grenier, maire, qui a annoncé officiellement qu’il sera à la tête d’une liste regroupant les diversités de la gauche et de l’écologie pour les prochaines élections municipales. Le candidat, longtemps militant du PCF, vise un quatrième mandat à la tête de cette commune d’environ 4 000 habitants, située dans la vallée du Cailly. (...) Âgé de 74 ans, élu depuis 1995 et maire depuis 2001 ».
  13. « Municipales 2020. Au Houlme, Daniel Grenier repart pour un quatrième mandat : Lors du conseil municipal d’investiture, sept adjoints ont également été élus », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2020).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.