Pacy-sur-Eure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pacy-sur-Eure
Pacy-sur-Eure
La mairie
Blason de Pacy-sur-Eure
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Intercommunalité Seine Normandie Agglomération
Maire
Mandat
Yves Leloutre
2020-2026
Code postal 27120
Code commune 27448
Démographie
Gentilé Pacéen
Population
municipale
5 069 hab. (2018)
Densité 375 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 00″ nord, 1° 22′ 58″ est
Altitude Min. 38 m
Max. 141 m
Superficie 13,53 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Pacy-sur-Eure
(ville-centre)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pacy-sur-Eure
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Pacy-sur-Eure
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Pacy-sur-Eure
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pacy-sur-Eure
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pacy-sur-Eure
Liens
Site web http://www.ville-pacy-sur-eure.fr/

Pacy-sur-Eure est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Pacy-sur-Eure est une commune de l'Est du département de l'Eure proche de celui des Yvelines. Son territoire, situé entre Évreux et Mantes-la-Jolie, s'étend au cœur de la vallée de l'Eure[1] et déborde très largement à l'est, au sein de la forêt de Pacy, sur le plateau de Madrie[2]. À vol d'oiseau, la commune se situe à 17 km à l'est d'Évreux[3], à 24 km à l'ouest de Mantes-la-Jolie[4], à 31,5 km au nord de Dreux[5], à 52 km au sud-est de Rouen[6] et à 90 km du cœur de Paris (1h15 via A13)[7].

Communes limitrophes de Pacy-sur-Eure[8]
Ménilles Ménilles Douains
Saint-Aquilin-de-Pacy (comm. nouv. de Pacy-sur-Eure), Fains Pacy-sur-Eure[8] Chaignes
Saint-Aquilin-de-Pacy (comm. nouv. de Pacy-sur-Eure) Hécourt Aigleville

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est adossée à l'Eure, affluent de la Seine.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[9]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[10].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[11]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[9]

  • Moyenne annuelle de température : 11 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 659 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[13] complétée par des études régionales[14] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Évreux-Huest », sur la commune de Huest, mise en service en 1968[15] et qui se trouve à 13 km à vol d'oiseau[16],[Note 3], où la température moyenne annuelle évolue de 10,3 °C pour la période 1971-2000[17] à 10,8 °C pour 1981-2010[18], puis à 11,2 °C pour 1991-2020[19].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pacy-sur-Eure est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[20],[21],[22]. Elle appartient à l'unité urbaine de Pacy-sur-Eure, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[23] et 7 276 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[24],[25].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire regroupe 1 929 communes[26],[27].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Paciacum entre 1050 et 1066, Paceium en 1135[28].

L'Eure est une rivière qui prend sa source dans la région naturelle du Perche et qui coule dans les départements de l'Orne, d'Eure-et-Loir, de l'Eure et de la Seine-Maritime.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
En cours Yves Leloutre DVD  
2017 2020 Jean-Jacques Cholet DVD  
mars 2001 2017
(démission)
Pascal Lehongre UMP-LR Permanent politique
Conseiller général puis départemental
Président du Conseil départemental depuis 2017
Démissionnaire depuis son élection en tant que Président du Conseil départemental
mars 2001 Jean-Luc Miraux UMP Sénateur (1998-2008)
1979 Bernard Lecomte    
1979 Philippe Courtois    
Lucien Delaune    
Émile Wolff    
1946 Gaston Fournier    
1946 Maurice Kuborn    
1942 Henri Leclerc    
1942 Émile Wolff    
Camille Briquet radical Député, conseiller général
Auguste Lissot    
Aimé Leconte    
Louis Bonnel    
1882 Édouard Isambard Républicain médecin
Député, conseiller général
1878 1882 Eugène Godefroy    
1874 1878 Hilaire Blanchard    
1871 1874 Jules Ducoudré    
1870 1871 Frémont Lépouzé    
1853 1870 Éléonor Besnard    
Les données manquantes sont à compléter.
ca 1815   Louis-Philippe de Saint-Albin   abbé
Les données manquantes sont à compléter.

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune a été labellisée « 3 fleurs » par le Conseil national de villes et villages fleuris de France[30].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la commune déléguée[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[32],[Note 6].

En 2014, la commune comptait 4 556 habitants, en diminution de −3,5 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6801 5101 4581 3641 3871 4601 4961 5441 597
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5241 7231 6431 7811 8101 8401 9451 9262 037
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0212 0902 1821 8821 9941 8191 8412 0342 242
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
2 7093 2133 4723 6504 2954 7514 8264 6374 556
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évolution démographique de la commune nouvelle[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2018, la commune comptait 5 069 habitants[Note 7].

Évolution de la population  [ modifier ]
2015 2016 2017 2018
5 1175 0925 0905 069
(Sources : Insee à partir de 2015[35].)

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Aubin

La commune de Pacy-sur-Eure compte un édifice inscrit et un édifice classé au titre des monuments historiques :

Autres édifices :

  • Les ponts : il s'agit de onze petits ponts construits sur les bras secondaires de l'Eure, visibles en arrivant d'Évreux. Un douzième est situé sur le bras principal de la rivière, en centre-ville.
  • Le chemin de fer de la vallée de l'Eure. Il s'agit d'un chemin de fer touristique exploité sur une section de 18 km de l'ancienne ligne de chemin de fer d'Orléans à Rouen. Cette section, qui relie d'un côté, Pacy-sur-Eure à Breuilpont et, de l'autre, Pacy-sur-Eure à Chambray, permet de parcourir la vallée de l'Eure dans des véhicules roulants dont certains sont classés au titre des monuments historiques.
  • abbaye de l'Annonciation (non située) ; 1638[38] ; ayant reçu des bénédictines.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Natura 2000[modifier | modifier le code]

  • Vallée de l'Eure[41].

ZNIEFF de type 1[modifier | modifier le code]

  • Les hauts prés à Pacy-sur-Eure[42].
  • Le coteau du val Morin[43].

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

  • La vallée de l'Eure d'Acquigny à Ménilles, la basse vallée de l'Iton[44].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pacy-sur-Eure Blason
Parti : au 1er d'azur au senestrochère armé d'or, mouvant de dextre, tenant une épée d'argent garnie d'or et au dextrochère d'argent mouvant de senestre, paré d'or et tenant une crosse d'argent [Saint-Aquilin], au 2e d'argent à une rose de gueules [Pacy-sur-Eure] ; le tout sommé d'un chef de gueules chargé de deux léopards affrontés d’or armés et lampassés d'azur.
Détails
Création Denis Joulain pour la commune nouvelle créée le 1er janvier 2017. Adopté le 28 février 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[12].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La vallée de l’Eure de Saint-Georges-Motel à Acquigny », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le ).
  2. « Le plateau de Madrie », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le ).
  3. « Distance à vol d'oiseau entre Pacy-sur-Eure et Évreux », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  4. « Distance à vol d'oiseau entre Pacy-sur-Eure et Mantes-la-Jolie », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  5. « Distance à vol d'oiseau entre Pacy-sur-Eure et Dreux », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  6. « Distance à vol d'oiseau entre Pacy-sur-Eure et Rouen », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  7. « Mappy - Plans, comparateur d'itinéraires et cartes de France », sur Mappy (consulté le ).
  8. « Géoportail (IGN), couche « Communes » activée ».
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  10. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  11. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  12. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  13. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  14. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  15. « Station météofrance Évreux-Huest - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  16. « Orthodromie entre Pacy-sur-Eure et Huest », sur fr.distance.to (consulté le ).
  17. « Station météorologique d'Évreux-Huest - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. « Station météorologique d'Évreux-Huest - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Station météorologique d'Évreux-Huest - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  20. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  22. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Unité urbaine 2020 de Pacy-sur-Eure », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  24. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  25. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  26. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  27. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  28. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Droz, , 708 p. (ISBN 978-2-600-02883-7 et 2-600-02883-8, lire en ligne), p. 577.
  29. « Médiévale... Remparts de Normandie : Les remparts de Pacy-sur-Eure (Eure) » (consulté le ).
  30. Site des villes et villages fleuris, consulté le 9 février 2018.
  31. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  33. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2015, 2016, 2017 et 2018.
  36. « Église Saint-Aubin », notice no PA00099505, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. a et b « Château du Buisson-de-Mai », notice no PA00099632, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. Recueil historique, chronologique et topographique des archevêchez ..., Volume 2 [1].
  39. INA.fr: Serge Gainsbourg: "Le fossoyeur de Pacy Sur Eure"
  40. « Pacy-sur-Eure : ville de tournages », sur Actu.fr (consulté le ).
  41. « Vallée de l'Eure », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  42. « Les hauts prés à Pacy-sur-Eure », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  43. « Le coteau du val Morin », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  44. « La vallée de l'Eure d'Acquigny à Ménilles, la basse vallée de l'Iton », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  45. Emmanuelle Guey et Samuel Boisson, « Le fonds Georges Heuyer (1884-1977) : un XXe siècle scientifique, à l’orée de la psychiatrie infantile et de ses ramifications », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 12,‎ , p. 215-229 (lire en ligne).
  46. Jean-Pierre Pichard, Normands célèbres, Éditions Edilivre, , 262 p. (lire en ligne), p. 129.
  47. « Marc Dufumier : "Avec le bio, la ferme France sera plus riche" », sur L'Express (consulté le ).