Giberville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Giberville
Giberville
L'église Saint-Martin.
Blason de Giberville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Ifs
Intercommunalité Caen la Mer
Maire
Mandat
Gérard Leneveu
2014-2020
Code postal 14730
Code commune 14301
Démographie
Gentilé Gibervillais
Population
municipale
4 984 hab. (2016 en augmentation de 0,61 % par rapport à 2011)
Densité 997 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 54″ nord, 0° 16′ 56″ ouest
Altitude Min. 6 m
Max. 36 m
Superficie 5,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Giberville

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Giberville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Giberville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Giberville
Liens
Site web www.giberville.fr

Giberville est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 4 984 habitants[Note 1].

Les habitants sont appelés les Gibervillais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Giberville est en plaine de Caen, dans la banlieue est, à 6,5 km du centre-ville de la capitale régionale[1]. Son territoire est situé sur un plateau et se compose de deux parties principales : le centre-ville et le Plateau, séparés entre eux par la D 403 et l'ancien chemin de fer minier. Le Plateau est un quartier construit pour accueillir les ouvriers de la Société métallurgique de Normandie, ancienne usine métallurgique toute proche.

Communes limitrophes de Giberville[2]
Colombelles Colombelles Cuverville
Mondeville Giberville[2] Démouville
Mondeville Cagny Démouville,
Cagny

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Giberville est desservie par les lignes 11, 11 express, 112[3], 115[4] et F3[5] des transports en commun de l'agglomération caennaise[6]. La zone d'activité du Martray est desservie par la ligne 31[7] de ce même réseau ainsi que la ligne BV36 des Bus verts du Calvados[8].

La commune est traversée à l'ouest par la route départementale 403 et au sud par la RD 675. L'autoroute A13 passe par le sud de la ville.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première partie du toponyme est sans doute un nom d'origine franque, suivi du suffixe villa, si fréquent dans le Calvados. Une première mention sous la forme Goisbertivilla apparaît en 1066 dans la charte de dotation de Guillaume et Mathilde au monastère de la Trinité de Caen[9].

Le nom de la localité est attesté sous la forme Guesbervilla en 1078[10]. Le toponyme est issu de l'anthroponyme germanique Gisbert[10],[11] et de l'ancien français ville dans son sens originel de « domaine rural » hérité du latin villa rustica.

Après 1105, le nom apparaît dans la formation du temporel de l'Abbaye Saint-Martin de Troarn sous la forme Gosbertivilla puis sous la forme Guibervilla dans une bulle du pape Clément IV confirmant les biens de l'abbaye[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Ainsi qu'en témoignent les constructions gallo-romaines découvertes à proximité de l'église en 1812, Giberville est un ancien vicus romain, une installation de type industriel, possiblement une tannerie[12]. Des objets trouvés lors de fouilles archéologiques (des monnaies et un trépied en bronze de belle facture[9]) sont d'ailleurs conservés au musée de Normandie à Caen.

Au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Par la suite, le site a connu une première occupation franque à la fin du VIe siècle ou au début du VIIe siècle. Des fouilles menées en 1998 et prolongées l'année suivante ont mis au jour sur le site de la Delle de sur le Marais un habitat rural composé de trois groupes de cabanes, circonscrits par des fossés et des palissades. Le mobilier en bronze, en verre et en céramique recueilli à cette occasion témoigne d'un habitat prospère. Il semblerait qu'une nouvelle exploitation agricole s'y soit implantée dans la deuxième moitié du IXe siècle dont il reste les traces de grands bâtiments associant la pierre et le bois et d'équipements annexes, tels des fumoirs et des silos[13][14],.

On sait aussi qu'un important propriétaire du nom de Gibertus occupait les lieux au VIIIe siècle[réf. nécessaire].

À la fin des années 1920, l'activité de la Société métallurgique de Normandie et l'extension de la cité du Plateau sur le territoire communal font plus que tripler la population de Giberville entre les recensements de 1926 (501 habitants) et 1931 (1 744 habitants).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2008 Jean-François Romy PCF  
mars 2008[15] En cours Gérard Leneveu[16] PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de vingt-sept membres dont le maire et huit adjoints[17].

Circonscription[modifier | modifier le code]

En 1793, la commune est rattachée au canton du Mesnil-Frémentel dans le district de Caen. En 1801, il est incorporée au canton de Troarn dans l'arrondissement de Caen[18]. En 2015, dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014, la commune est rattachée au canton d'Ifs[19].

Éducation[modifier | modifier le code]

  • Le collège Émile-Zola scolarise environ 500 élèves originaires de Giberville, de Démouville et de Cuverville.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[21].

En 2016, la commune comptait 4 984 habitants[Note 2], en augmentation de 0,61 % par rapport à 2011 (Calvados : +1,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
203216229288301323355356361
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
332350332312295277239216219
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2392074415011 7441 7721 1402 4542 788
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
3 4693 5604 3814 5744 6064 7354 7534 7714 990
2016 - - - - - - - -
4 984--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Giberville accueille notamment la plateforme logistique de la société UPS pour le Calvados, et une entité du groupe Transdev-Vini Calvados.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le lavoir.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Association sportive gibervillaise fait évoluer une équipe de football en division de district[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Giberville

Les armes de la commune de Giberville se blasonnent ainsi :
D'azur à la roue dentée de sable bordée d'or, traversée de trois épis de blé du même posés en barre, au chef cousu de gueules chargé de deux léopards aussi d'or [25].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distance routière la plus courte selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. « Ligne 112 - Twisto », sur twisto.fr
  4. « Ligne 115 - Twisto »
  5. Twisto, « 5 lignes de soirée ! », sur www.twisto.fr (consulté le 20 février 2016)
  6. Twisto, « Les lignes de bus », sur www.twisto.fr (consulté le 20 février 2016)
  7. « Ligne 31 - Twisto », sur twisto.fr
  8. « Ligne BV36 », sur twisto.fr
  9. a b et c Les nécropoles de Giberville (Calvados) fin du V°s- fin du VII°s après J-C., vol. XX, coll. « Archéologie médiévale », (lire en ligne), p. 3 à 140
  10. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  11. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-905461-80-2), p. 134
  12. Christian Pilet, Jacqueline Pilet-Lemière, Giberville, vol. VI, coll. « Archéologie médiévale », , p. 371 à 373
  13. Jean-Xavier de Saint-Jores, Giberville, occupation franque, coll. « Archéologie médiévale » (no 28), , p. 188-189
  14. Jean-Xavier de Saint-Jores, Vincent Hickler, Giberville, occupation franque, coll. « Archéologie médiévale » (no 29), , p. 240
  15. « Gérard Leneveu dans le fauteuil de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 13 août 2014)
  16. Réélection 2014 : « Ouest-france.fr - Municipales à Giberville. Gérard Leneveu réélu maire » (consulté le 29 mars 2014)
  17. « Giberville (14730) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 13 août 2014)
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Giberville », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 20 mars 2015)
  19. Décret no 2014-160 du 17 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Calvados
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  24. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – A.S. Gibervillaise » (consulté le 13 août 2014).
  25. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=10442

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :