Darnétal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Darnétal
Darnétal
L'église Saint-Pierre de Carville.
Blason de Darnétal
Héraldique
Darnétal
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Christian Lecerf
2020-2026
Code postal 76160
Code commune 76212
Démographie
Gentilé Darnétalais
Population
municipale
9 788 hab. (2019 en augmentation de 2,87 % par rapport à 2013)
Densité 1 985 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 25″ nord, 1° 08′ 42″ est
Altitude Min. 13 m
Max. 143 m
Superficie 4,93 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Rouen
(banlieue)
Aire d'attraction Rouen
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Darnétal
(bureau centralisateur)
Législatives 2e circonscription de la Seine-Maritime
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Darnétal
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Darnétal
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Darnétal
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Darnétal
Liens
Site web http://www.mairie-darnetal.fr/

Darnétal est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique

Darnétal est limitrophe de Rouen à l'ouest où les deux villes se joignent dans la vallée du Robec et de l'Aubette. Elle est également limitrophe de la commune de Saint-Léger-du-Bourg-Denis au sud-est et de celle de Saint-Jacques-sur-Darnétal à l'est (Saint-Jacques-sur-Darnétal est sise sur la côte du Roule, un plateau naturel culminant à 124 mètres de hauteur). Au nord, Darnétal a une frontière commune avec les villes de Saint-Martin-du-Vivier à l'ouest et Roncherolles-sur-le-Vivier à l'est.

La commune est traversée par plusieurs cours d'eau et ruisseaux, le plus important, autour duquel la ville s'est bâtie progressivement, est le Robec. L'Aubette, venant de la vallée de Saint-Léger-du-Bourg-Denis, traverse les communes au sud en arrivant par le quartier de Carville ou se trouve également la source de Carville et la pyramide médiévale de sa citerne de captage datant du XVe siècle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare, au début du XXe siècle, sur la ligne Amiens – Rouen.

Darnétal est desservie par la ligne T3 de l'infrastructure TEOR. Cette ligne permet de rejoindre le centre-ville de Rouen en une vingtaine de minutes. Les lignes de bus régulières 22 et 38 desservent les communes voisines, à une faible fréquence.

La gare ferroviaire la plus proche est la celle de Rouen. En effet, l’ancienne gare de Darnétal est fermée.

Par ailleurs, la nationale 28 (reliant le pont Mathilde à l'A28, via le tunnel de la Grand'Mare) et la N 31 permettent aux automobilistes d'accéder à la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 779 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Rouen - Jardin », sur la commune de Rouen, mise en service en 1979[7] et qui se trouve à 3 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 12,2 °C et la hauteur de précipitations de 805,2 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Rouen-Boos », sur la commune de Boos, mise en service en 1968 et à 7 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,1 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,5 °C pour 1981-2010[12], puis à 11 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Darnétal est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Rouen, une agglomération inter-départementale regroupant 50 communes[17] et 467 575 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rouen, dont elle est une commune du pôle principal[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 317 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (46 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (41,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (39,9 %), forêts (32,8 %), prairies (20,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (6 %), terres arables (0,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,1 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Darnestal en 1096[24], puis Darnestal en 1191[25]. Au XVe siècle, il semble que Dernestal ait été la forme la plus communément utilisée. On relève en Normandie et en Picardie, une dizaine de lieux du type Darnétal ou Dernétal, ainsi que Danestal, Calvados (Darnestallum 1198).

Le nom local de la ville en purinique (la langue normande parlée dans les environs de Rouen jusqu'aux années 1960) est Darnétal ou Dernétal.

Il s'agit d'un composé issu du germanique occidental[25], peut-être saxon, de signification incertaine[26]. Albert Dauzat[27], suivant Gamillscheg, propose l'élément germanique darn « sombre » (ancien haut allemand tarn- de tarnan, allemand tarnen ; vieux bas francique *tarnjan> français ternir, d'où terne) et l'élément stall « planche », puis « crêche ». Sémantiquement, c'est problématique : que signifie « crèche terne » ? Smith explique le Dernestall lock (aujourd'hui St Dunstan's Lock, Lincoln, Lincolnshire) en Angleterre par les termes anglo-saxons derne « caché » et stall « établissement », accessoirement « pêcherie »[25].

François de Beaurepaire note que les Darnétal s'appliquent presque tous à des moulins, ce qui implique vraisemblablement le sens de « bief de moulin » ou « pêcherie »[25]. L'élément stall se retrouve également dans les composés germaniques Durtal (Duristallum), Durstel (Bas-Rhin) et Herstal (Belgique)[25].

Le nom des deux paroisses qui forment le bourg de Darnétal sont :

  • Carville (Cara villa vers 1024)[25]. C'est un type toponymique normand en -ville au sens ancien de « domaine rural », précédé du nom de personne scandinave Kári[25]. La forme latinisée Cara reflète l'attraction du latin cara > chère (ancien normand chiere, quiere), dont la désinence -a est celle de l'adjectif latin qui s'accorde en genre et en nombre avec villa, mais aussi celle du génitif norois, c'est-à-dire Kára, d'où le sens de « domaine rural de Kári ».
  • Longpaon (Longum pedanum 875, Longo paen 1162)[25]. L'élément -paon est une altération de l'ancien français pean, issu d'un bas latin pedaneus « à pied, de pied », mais son sens toponymique est obscur[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

La vallée de Darnétal en 1525 dans le Livre des Fontaines, on reconnaît la tour de l’église Carville au centre, l’église Longpaon est représentée étonnamment proche d’elle à sa gauche.

Selon Lesguilliez, les premiers habitants de Darnétal ont dû s'établir sur les bords du Robec, cette rivière pouvant être considérée comme le berceau de la ville[28].

Selon l'abbé Cochet, Darnétal était déjà un véritable faubourg du Rouen gallo-romain, Rotomagus[29].

Longpaon, partie nord de Darnétal et l'une de ses deux paroisses, est déjà connu du temps de l'antique Neustrie, en latin médiéval sous la forme Longum Pedanum. Selon l'abbé Cochet, Longpaon est pendant la période franque, avant le Xe siècle, un des principaux lieux du pays de Rouen (pagus Rotomagensis)[30]. Carville est la 2e paroisse de Darnétal. Selon Lesguilliez, l'église de Saint-Pierre de Carville a toujours eu la suprématie sur celle de Longpaon et lui est antérieure[29], l'église de Longpaon datant du XVe siècle.

Darnétal est traversée par deux petites rivières, le Robec et l'Aubette qui actionnaient par le passé de nombreux moulins. À partir du XVe siècle, et plus particulièrement aux XVIIIe et XIXe siècles, leurs rives accueillent des filatures de textiles (l'usine Fromage maintenant l'école d'architecture de Normandie est installée dans cette ancienne usine de textile, au bord du Robec ; l'usine Mills, la teinturerie Tamboise…). D'autres entreprises (la réglisserie Risser et Les cressonnières) étaient à cette époque implantées sur cette cité ouvrière, qui connut son déclin peu de temps après la Seconde Guerre mondiale.

Darnétal possède deux églises, Saint-Ouen de Longpaon et Saint-Pierre de Carville, qui jadis appartenaient à deux paroisses bien distinctes.

L'église de Carville fut incendiée par les protestants dès 1562. Puis elle fut reconstruite au XVIIe siècle, amputée de trois travées vers l'ouest et dotée d'une façade en style classique. Sa tour gothique flamboyant est maintenant séparée du reste de l'édifice. On raconte qu'en 1592, le futur Henri IV de France regarda du haut de la tour les combats entre les troupes catholiques et protestantes.

Vue générale de Darnétal, dans les années 1900.

Vers le début du XXe siècle, dans les deux quartiers autour de ces deux églises régnait une rivalité de clochers. Un dicton disait « Longpaon terre maudite, Carville terre bénite ». Mais on en a oublié la cause.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1819 1829 Dominique François Simon Mouchet   fabricant
1844   Honoré Cuvelier (1790-1854)   Négociant et propriétaire
Conseiller général du canton de Darnétal (1833 → 1839)
1874   Étienne Irénée Bayle (1820-1875)   Manufacturier
    Lucien Fromage (1820-1893)   Manufacturier
1886   Fritz Rhem   Chimiste
Les données manquantes sont à compléter.
    Désiré Laigre (1858-1911)   Suppléant du juge de paix
Les données manquantes sont à compléter.
1908 1910 Georges Fromage   Manufacturier
1910   Laigre    
Les données manquantes sont à compléter.
1919 1944 Alfred Duthil URD Conseiller général du canton de Darnétal (1934 → 1944)
Les données manquantes sont à compléter.
29 avril 1945 18 juillet 1971 Henri Savale[31] Rad. puis DVG
puis FGDS
Comptable
Député de la Seine-Inférieure (1952[32] → 1955)
Conseiller général de Darnétal (1945 → 1949 puis 1965 → 1971)
Décédé en fonction
juillet 1971 mars 1977 Pierre Damamme UDF-Rad. Médecin
Député de la Seine-Maritime (1re circ.) (1974 → 1978)
Conseiller général de Darnétal (1971 → 1985)
mars 1977 juin 1995 Jean-Claude Pezier[33] PCF  
juin 1995 mars 2008 Geneviève Préterre[33] UDF puis UMP Retraitée
Conseillère générale de Darnétal (1985 → 1998)
Députée suppléante d'Henri Colombier (1978 → 1981)
mars 2008 En cours
(au 10 août 2020)
Christian Lecerf SE-DVD Retraité de la fonction publique
Réélu pour le mandat 2020-2026[34]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[35]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[36].

En 2019, la commune comptait 9 788 habitants[Note 8], en augmentation de 2,87 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,08 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 0335 2065 2315 1255 5725 9795 9825 9896 002
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 9866 2035 9095 6365 6186 1546 6096 4606 743
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 8266 9207 2187 2627 5247 7067 7677 7658 468
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
9 99511 06211 76510 0819 7799 2259 4039 4299 418
2017 2019 - - - - - - -
9 7079 788-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis Insee à partir de 2006[38].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Darnétal est le lieu d'un important festival de bandes dessinées Normandiebulle, le dernier week-end de septembre.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Centre sportif André-Havel : gymnase Ferry, salles de judo, de boxe, de danse et piscine municipale.
  • Stade des Violettes : http://olympique-darnetal.footeo.com.
  • Tennis couverts.
  • Gymnase Pagnol : tennis de table.
  • Boulodrome.
  • Terrains multisports (quartiers Muchedent, Ferry-Robec et Branly).
  • Site du Bois du Roule : football, athlétisme, tennis, VTT.
  • Club de Randonnée.

Santé[modifier | modifier le code]

  • Centre hospitalier Durécu-Lavoisier.
  • Hôpital de jour François-Rabelais.

Économie[modifier | modifier le code]

Six zones d'activité.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tour de Carville.
  • Église Saint-Ouen de Longpaon : église halle, avec un grand orgue du XVIIe siècle ; même si une chapelle destinée à recevoir les restes de saint Ouen est attestée dès le Xe siècle, la construction de l'église proprement dite date de la 2e moitié du XVe siècle et du milieu du XVIe siècle[39]. Son nom provient d'un miracle qui se serait produit au gué de Longpaon lors de la translation des reliques de saint-Ouen en 918[40].
  • Église Saint-Pierre de Carville : une première église a été construite à cet emplacement au XIIe siècle, une deuxième église est construite à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, remplaçant la précédente[41], incendiée en 1562 lors des guerres de religion. La tour de l'église[42] est la tour-clocher dite tour Henri-IV ; elle a été séparée de l'église à la suite de l'incendie. L'église est du style gothique flamboyant, époque Renaissance.
École nationale supérieure d'architecture de Normandie.
  • Le moulin Saint-Paul, situé rue des Petites-Eaux-du-Robec, a été restauré entre 1989 et 1995.
  • Le moulin Durécu, au 115 rue Louis-Pasteur, est à l'origine un moulin à blé construit au XVe siècle, appartenant au marquis Colbert de Seignelay, seigneur de Longpaon. Vendu comme bien national sous la Révolution, il est racheté par François Durécu, qui le transforme en moulin à foulon. En 1819, il remplace la roue par une roue plus grande, qui fournit désormais l'énergie pour sa filature et ses deux usines voisines. Au début du XXe siècle, le moulin est réhabilité en maison[43].
  • L'octroi est une petite construction en brique à l'angle de la route de Rouen et de la rue Lucien-Fromage. Jadis -jusqu'au début du XXe siècle- l'on devait payer une taxe à cet endroit pour entrer à Darnétal. Une plaque le mentionne.
  • Le bois du Roule domine la ville et la boucle de la Seine. Un joli point de vue, près du réémetteur TV, permet de voir l'ensemble.
    Cet espace est classé espace naturel sensible et est un site d'intervention du Conservatoire d'espaces naturels de Haute-Normandie. Le bois du Roule abrite ainsi des habitats boisés variés selon la topographie et l'exposition (chênaie-boulaie, chênaie-hêtraie, chênaie-charmaie à Jacinthe des bois et boisements de recolonisation de pelouses calcaires), et aussi des habitats de lande sèche. Il accueille des espèces assez rares en Haute-Normandie[45].
  • La Maison de la nature[46], des enfants et des forêts, créée en collaboration avec la CREA, est ouverte depuis septembre 2010. Elle accueille des scolaires et des centres de loisirs en semaine et le grand public une fois par mois pour des activités ou des sorties planifiées le week-end. Cette maison des forêts fait partie d'un réseau mis en place pour valoriser le patrimoine forestier périurbain de la CREA. Deux autres maisons font partie de ce réseau, l'une à Saint-Étienne-du-Rouvray et l'autre à Orival.

Darnétal dans les arts[modifier | modifier le code]

Dans la fresque de Roger Martin du Gard, Les Thibault, le personnage central du père est d'origine normande et, moribond, il se souvient : « Il se vit même, fiancé, un matin de Pentecôte, après la messe, dans l'allée du jardin aux pivoines de Darnétal. »
Roger Martin du Gard dans La Mort du père, 6e volume des Thibault.

Maurice Leblanc cite plusieurs fois la gare de Darnétal dans son œuvre Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Radulphe de Carville [47] l'un des plus anciens seigneurs de Carville, qui est visiblement[pourquoi ?] membre de la famille de Carville qui donna plusieurs maires de Rouen aux XIIIe et XIVe siècles .
  • Madame Maillefer[Qui ?], ouvrait au XVIIe siècle une école gratuite de filles[Où ?].
  • Lucien Fromage (1820-1893), industriel et homme politique, né à Darnétal.
  • René Binet (1913-1957), militant politique, né à Darnétal.
  • L'abbé Jacques Hamel (1930-2016), né à Darnétal, assassiné lors de l'attaque de l'église Saint-Étienne, le 26 juillet 2016, à 86 ans. Prêtre auxiliaire de la paroisse Saint-Étienne, le Père Jacques Hamel était né en 1930 à Darnétal. Ordonné prêtre en 1958, il avait fêté ses cinquante ans de service (jubilé d'or) en 2008.
  • Jacques Pottier (1930), chanteur d'opéra, né à Darnétal.
  • Odile Hervé Bazin (1950 - 2017), épouse de l'écrivain Hervé Bazin, née à Darnétal.
  • Michel Bussi (1965), enseignant, écrivain français, vit à Darnétal.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Darnétal

Les armes de la commune de Darnétal se blasonnent ainsi :
De gueules à la rivière en fasce ondée d’argent accompagné, en chef de deux roues d’engrenage du même et en pointe d’un tampon d’imprimeur accosté à dextre d’une navette à tisser avec sa bobine passées en sautoir et à senestre d’une navette à drap avec son chardon passés en sautoir, le tout d’or.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Calbrix, Mon cadavre détale à Darnétal, Charles Corlet, , 296 p. (ISBN 978-2-84706-270-0 et 2-84706-270-X)
  • Frédéric David, Darnétal et ses environs, Joué-lès-Tours, Alan Sutton, coll. « Mémoire en images », , 127 p. (ISBN 2-910444-94-5, OCLC 40581179)
  • Frédéric David, Darnétal : Au temps de l'industrie textile, Joué-lès-Tours, A. Sutton, coll. « Mémoire en images », , 128 p. (ISBN 2-84253-693-2, OCLC 469287980)
  • A. Lesguilliez, Notice Historique, Topographique et Statistique sur la Ville de Darnétal, Luneray,
  • A. Tougard, Notes chronologiques sur l'ancien bourg de Darnetal (près Rouen), XIVe siècle-1805, Évreux, , 44 p. (OCLC 461518989)
  • H. V., Les deux paroisses de Darnétal : Saint-Pierre de Carville et Saint-Ouen de Longpaon, Rouen, P. Leprêtre, (lire en ligne)
  • « Darnétal », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Rouen - Jardin - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Darnétal et Rouen », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Rouen - Jardin - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Darnétal et Boos », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Rouen », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Rouen », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, éditions Larousse 1968.
  25. a b c d e f g h et i François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 66 -57 - 101.
  26. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, éditions PUC, 1994.
  27. op. cit..
  28. abbé H. V., Les deux paroisses de Darnétal : Saint-Pierre de Carville et Saint-Ouen de Longpaon, Rouen, Imprimerie Paul LEPRÊTRE, , 93 p. (lire en ligne), p.14.
  29. a et b abbé H. V., Les deux paroisses de Darnétal : Saint-Pierre de Carville et Saint-Ouen de Longpaon, Rouen, Imprimerie Paul LEPRÊTRE, , 93 p. (lire en ligne), p.14 et 15.
  30. Non défini.
  31. « Henri Savale (1896 - 1971) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  32. J. F., « M. Henri Savale, radical-socialiste est élu député de Seine-inférieure (1er) », PLe Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. a et b « Geneviève Preterre et Jean-Caude Pézier, de retour à la mairie de Darnétal : Christian Lecerf recevait, à l’hôtel de ville, Geneviève Preterre et Jean-Claude Pézier, ses prédécesseurs dans le fauteuil de maire. Des personnalités incontournables de la ville », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. « Municipales 2020. Christian Lecerf repart pour un deuxième mandat à Darnétal : Christian Lecerf entame une nouvelle mandature à la mairie de Darnétal, près de Rouen », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Sans surprise, lundi 25 mai à l’espace culturel Savale, Christian Lecerf a été réélu maire après son score de 64,31 % avec sa liste « Ensemble pour une action durable » lors du 1er tour des municipales le 15 mars dernier ».
  35. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  36. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  37. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  39. Monuments historiques, « Monuments historiques - Eglise Saint-Ouen de Longpaon », sur culture.gouv.fr, (consulté le ).
  40. Observatoire du patrimoine religieux, « Église Saint-Ouen de Longpaon », sur patrimoine-religieux.fr (consulté le ).
  41. Observatoire du patrimoine religieux, « Église Saint-Pierre de Carville », sur patrimoine-religieux.fr (consulté le ).
  42. Notice historique sur la tour de Carville, à Darnétal par F. Bouquet
  43. Mairie de Darnétal, « Histoire - Le moulin Durécu », Mag Darnétal,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  44. « Le belvedère du bois du Roule à Darnetal », sur Carmen - L'application cartographique au service des données environnementales (consulté le ).
  45. « Localisation des sites d'intervention du CSNHN en 2011 », cf fiche descriptive du site, sur www.cren-haute-normandie.com.
  46. maison de la nature.
  47. abbé H. V., Les deux paroisses de Darnétal : Saint-Pierre de Carville et Saint-Ouen de Longpaon, Rouen, Imprimerie Paul LEPRÊTRE, , 93 p. (lire en ligne), p.13 - Les Origines.