Petit-Couronne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Seine-Maritime
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Seine-Maritime.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Couronne#Autres.
Petit-Couronne
La maison de Pierre Corneille.
La maison de Pierre Corneille.
Blason de Petit-Couronne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Grand-Couronne
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Dominique Randon
2014-2020
Code postal 76650
Code commune 76497
Démographie
Gentilé Couronnais
Population
municipale
8 920 hab. (2014)
Densité 697 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 11″ nord, 1° 01′ 42″ est
Altitude Min. 2 m – Max. 108 m
Superficie 12,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Petit-Couronne

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Petit-Couronne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Petit-Couronne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Petit-Couronne
Liens
Site web ville-petit-couronne.fr

Petit-Couronne est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Canteleu Le Grand-Quevilly Rose des vents
Val-de-la-Haye N Saint-Étienne-du-Rouvray
O    Petit-Couronne    E
S
Grand-Couronne Oissel

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports autoroutiers[modifier | modifier le code]

Le bus 27, le bus 6 passent par la ville de Petit-Couronne, avec des itinéraires différents.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Couronne est mentionné sous la forme Curthelmi dans une charte de Richard II de Normandie, puis Corhulma en 1032 - 1035[1].

Il s'agit d'un type toponymique scandinave ou anglo-scandinave, composé de deux éléments. Le second -hulma représente vraisemblablement le vieux norrois holmr « petite île, ilot », trouvé fréquemment dans la toponymie normande en composition (cf. Thorholmus, ancien nom de l'île d'Oissel) ou en usage autonome (cf. les nombreux le Hom, le Houlme, etc.). Le premier élément Curt- ou Cor- est obscur[2]. À l'origine, le nom s'appliquait à une île située en face de Petit-Couronne et rattachée depuis à la commune.

La scission entre Grand-Couronne et Petit-Couronne a dû se produire vers le XIIe siècle, vers la même époque que celle de Grand-Quevilly et Petit-Quevilly[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Gaston Piolé    
1977 juillet 2004 Gérard Letailleur PS puis PG  
juillet 2004 mars 2008 Claude Piolé PS  
mars 2008 en cours
(au 30 avril 2014)
Dominique Randon PS Cadre administratif

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Petit-Couronne entretient des accords de coopération[3] avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 8 920 habitants, en diminution de -2,61 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 510 1 190 984 1 599 1 589 1 585 1 612 985 982
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
889 850 810 737 715 756 802 771 740
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
765 816 914 1 143 1 168 2 228 2 553 2 762 3 574
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
3 901 4 861 5 686 6 340 8 122 8 621 8 699 9 209 8 920
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

La commune abrite le centre régional jeunesse et sport (C.R.J.S)

Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Bacs de la Seine.

Centre de recherche Shell. Doit fermer fin 2009.

Un bac permet de traverser la Seine et de rejoindre Val-de-la-Haye.

La raffinerie de Petit-Couronne (anciennement Pétroles Jupiter) a été construite en 1929. Elle se situe entre Petit-Couronne et Grand-Couronne. Le propriétaire actuel, Petroplus, a décidé en 2012 de vendre la raffinerie, placée en redressement judiciaire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  André Cloarec, cycliste ,participe au Tour de France 1961.Champion de Normandie. Vainqueur du Maillot des As de Paris-Normandie en 1960,  de Paris-Rouen et Paris-Caen. 3e aux championnat de France dés indépendants en 1959 . Licencié à l'A.C.Sotteville avec J. Anquetil.             Né dans la commune.
  Jean Boudehen, Médaille d'argent aux Jeux Olympiques en canoé-kayak  à Tokyo en 1964. Champion du Monde en descente à Macon en 1969. Né dans la   commune.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Petit-Couronne

Les armes de la commune de Petit-Couronne se blasonnent ainsi :

D’azur à l’ancre de marine d’argent, aux deux flambeaux d’or passés en sautoir, brochant sur le tout, surmontés de trois têtes de lions arrachées cousues de gueules, rangées en chef, soutenues d’un filet ondé aussi d’argent.[9]

(création : Robert Louis, adoptée par délibération du conseil municipal du 27 juin 1986)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Pessiot, Histoire de l’agglomération rouennaise : la rive gauche, Rouen, éd. du P’tit Normand, , 287 p. (ISBN 978-2-906258-22-8, OCLC 463515558)
  • Emmanuelle Real, Le Paysage industriel de la Basse-Seine, Connaissance du patrimoine en Haute-Normandie, , 264 p., broché (ISBN 2-910316-33-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 87
  2. a et b François de Beaurepaire, op. cit.
  3. « Jumelage(s) de Petit-Couronne », sur l'atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures du Ministère des Affaires étrangères (consulté en {{{datecons}}})
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Musée Pierre Corneille sur le site du Conseil général de Seine-Maritime
  9. http://www.labanquedublason2.com/lecture_fiche_commune.php3?page=f76497