Auto-école en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Articles principaux : Auto-école et Éducation routière en France.

Les auto-écoles en France, ou établissements d'enseignement de la conduite automobile (EECA)[Note 1] ou établissements d'enseignement de la conduite des véhicules à moteur et de la sécurité routière (EECVSR)[Note 2] ou écoles de conduite et de sécurité routière, sont des établissements enseignant en France, à titre onéreux, la conduite des véhicules terrestres à moteur d'une catégorie donnée et la sécurité routière.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première réglementation de l'exploitation et de l'enseignement en auto-école en 1958[modifier | modifier le code]

La réglementation de l'enseignement de la conduite est introduite dans le code de la route en 1958 avec le décret du . L'enseignement de la conduite automobile dans les auto-écoles avait fait l'objet de propositions de résolutions en 1956 et 1957 par les député Raymond Triboulet et Jean-Paul David, mais c'est après un rapport de Joseph Fontanet du 22 janvier 1958 que l’Assemblée adopte sans débat la proposition de loi le , selon les termes de son rapport[1]. L'Ordonnance du resserre en outre le monopole des auto-écoles sur l’enseignement de la conduite en édictant de lourdes peines d’amende pour « la pratique illégale de l’enseignement » de la conduite, assorties de la confiscation du véhicule utilisé[2].

Toute personne souhaitant enseigner la conduite doit désormais être titulaire d'un titre de moniteur d'enseignement de conduite des véhicules à moteur sanctionné par un certificat d'aptitude professionnelle et pédagogique. Seuls en sont dispensées les personnes enseignant la conduite justifiant d'au moins deux ans de pratique professionnelle ininterrompue au 1er janvier 1959. L'exploitation d'un établissement d'enseignement de conduite doit également faire l'objet d'un agrément de l'autorité préfectorale, donné après avis consultatif de la commission professionnelle départementale[3].

Réglementation du 8 janvier 2001[modifier | modifier le code]

En France, l'enseignement de la conduite à titre onéreux est réservé aux auto-écoles et fait ainsi partie des professions réglementées. Autrement dit, un enseignant diplômé d'État (BEPECASER) n'a pas le droit de contractualiser directement avec un apprenti-conducteur et se doit de passer par une auto-école. Les conditions requises pour obtenir un agrément d'auto-école sont les suivantes[4]:

  • avoir suivi une formation de 10 jours en capacité de gestion
  • disposer ou louer un véhicule pour l'enseignement avec une assurance appropriée
  • Disposer d'un local d'activité de 25 mètres carrés minimum
  • Afficher dans le local de manière visible l'arrêté portant l'agrément de l'établissement.
  • Procéder aux inscriptions individuelles des élèves uniquement dans ce local, à l'exclusion de tout autre lieu.
  • Tenir à disposition du public le programme de formation défini par arrêté du ministre chargé de la sécurité routière.

Cette situation a été dénoncée par le New York Times qui en a fait sa une le 25 juillet 2014[5] à la suite de l'affaire Ornikar[6].

Paquet réglementaire de la "Loi Macron"[modifier | modifier le code]

La Loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques comportait un volet permis de conduire dont les impacts réglementaires ont été les suivants.

Voir plus bas Intervention de l’Etat sur le permis de conduire

Modifications réglementaires entrées en vigueur le 8 août 2015[modifier | modifier le code]

Notamment, le passage de l'épreuve théorique du permis de conduire peut être organisé, en dehors du temps scolaire, dans les locaux des lycées et établissements régionaux d'enseignement adapté[8].

  • Les agréments délivrés aux auto-écoles ne nécessitent plus l'avis d'une commission[9].
  • Suppression du critère d'ancienneté de la validité du permis de conduire pour pouvoir gérer une auto-école[10].
  • Réduction du délai d'attente, lorsque en moyenne supérieur à 45 jours, après un échec à l'épreuve pratique du permis de conduire, par recourt à des agents publics ou contractuels[11].

Modifications réglementaires entrées en vigueur le 1er janvier 2017[modifier | modifier le code]

  • Modification des règles d'attribution des places d'examen par établissement[12] permettant de répartir les places d'examens pour les candidats libres se représentant dans la moyenne du délai d'attente de celui des auto-écoles[13].

Analyse du secteur d'activité[modifier | modifier le code]

Un champ d'activité plus large que le simple apprentissage de la conduite[modifier | modifier le code]

Si les termes « auto-écoles » ou « moniteurs d'auto-écoles » sont encore couramment utilisés, ils traduisent cependant une vision réductrice et un peu archaïque d’un métier beaucoup plus large et plus moderne[14]. Au-delà de la véritable fonction d'enseignement, l’apprentissage de la conduite faisant partie des savoirs fondamentaux indispensables pour s’intégrer dans la société, ces établissements sont de vraies entreprises ne se limitant plus aujourd'hui à l’enseignement des techniques de maniement d’une voiture. Ils interviennent beaucoup plus largement soit lors de la préparation du permis de conduire en consolidant les bases d’une éducation à la sécurité routière initiée durant la scolarité obligatoire, soit en amont de l'examen (actions éducatives liées à l'APER et aux ASSR niveau 1 et 2, de compétence Éducation Nationale, ASR et BSR), mais aussi en aval (stages de remise à niveau, stages de récupération de points, interventions dans les entreprises…), dans le cadre du continuum éducatif [14].

On peut ainsi parler de véritables écoles de conduite et de sécurité routière, au lieu du terme strictement juridique "Etablissement d'enseignement de la conduite".

Un secteur parcellisé[modifier | modifier le code]

Le secteur d'activité représente un poids économique et social modeste et se trouve en plus éclaté en un grand nombre de petits établissements : environ 25 000 enseignants dans 11 000 établissements en 2005, pour environ 1 500 000 candidats tous permis dont 750 000 obtiennent le permis B chaque année. Beaucoup exercent à temps partiel. En moyenne, on dénombre 70 candidats par école de conduite et moins de 30 par enseignant[15].

Ces statistiques sont toutefois sujettes à caution, car en 2005 il était impossible dans les faits de connaître avec précision le nombre d'écoles de conduite en fonctionnement et le nombre d'enseignants en service. Les raisons de cette imprécision tiennent au fait que ces statistiques sont issues des fichiers AURIGE et RAFAEL qui recensent respectivement les agréments des exploitants et les autorisations d'enseigner des enseignants. Mais de nombreux enseignants disposant de l'agrément n'enseignent pas et des exploitations sont comptées alors qu'elles n'existent plus, l'agrément n'étant renouvelé que tous les cinq ans[14].

Un secteur isolé[modifier | modifier le code]

La profession d’enseignant de la conduite est isolée tant par rapport au secteur de l'automobile que par rapport à celui de l'enseignement. Elle n'est souvent pas reconnue en tant que discipline d'enseignement pour trois raisons. D'abord il n'existe pas de secteur public de référence. Ensuite le financement du permis étant entièrement privé et marchand, qui suit un financement des études secondaires pratiquement entièrement pris en charge par la collectivité, le fait percevoir cher, alors que, par ailleurs, il est, en France, à prestations équivalentes, moins cher que dans les pays européens comparables. Enfin une ignorance réciproque totale avec l'Éducation Nationale est à déplorer, alors que cette dernière intervient, pour l'instant pratiquement seule, en amont (APER et ASSR niveau 1 et 2)[16].

Un secteur fragile et des entreprises de petite taille[modifier | modifier le code]

Une étude socio-économique réalisée en 2008 a permis de confirmer la fragilité du secteur des écoles de conduite et de la sécurité routière, soumis à des charges fixes lourdes : 55 % des entreprises seraient fragiles et à peine 30 % seraient structurellement profitables. Ce constat est à mettre en rapport avec la part importante de très petites structures (près de 50 % n’ont qu’un seul enseignant), et la faible diversification de leurs activités (55 % ne font que du permis B). La situation est pourtant loin d’être homogène, des configurations d’entreprises assez opposées peuvent être constatées : en effet si près de 30 % des entreprises sont mono-activité avec un seul enseignant, à l’autre extrême environ 7 % des entreprises ont diversifié leur activité dans plusieurs directions et emploient plus de 3 salariés[15].

Intervention de l’Etat sur le permis de conduire[modifier | modifier le code]

Les pouvoir publics, en rôle de régulateur ont édifié différentes politiques d’allocation pour corriger les défaillances du marché des permis de conduire.

Nonobstant les différentes mesures prises par le gouvernement, des défaillances persistaient. Le permis de conduire était toujours aussi cher et encore plus pour les personnes ayant échoué à l’examen de conduite[17].

La loi Macron[18] sur le permis de conduire a impacté le réseau des auto-écoles traditionnelles en France. Les règles ont changé le 1er janvier 2017, date d'application du décret publié le 21 juillet dernier 2016. Ce texte qui tient en cinq lignes fixe à " deux mois le délai pour présenter un candidat libre à l'épreuve pratique du permis de conduire ".

L’intervention publique peut se justifier par l’existence d’une défaillance de marché. Une intervention palliative de l’État au travers d’une politique d’allocation des ressources permet d’agir sur la quantité ou la qualité des facteurs de production. Une politique d’allocation agit directement sur la structure de l’économie et elle est de nature microéconomique dans la mesure où elle affecte directement les marchés. La libéralisation du secteur des auto-écoles consiste à en rendre libre l'accès aux différents agents économiques privés. L'arrivée de nouveaux acteurs sur un marché est censée être un moyen de stimuler la concurrence pour développer l'innovation, améliorer la qualité de service et faire baisser les prix[19].

Voici ci-dessous un schéma récapitulant toutes les décisions politiques sur le secteur des auto-écoles depuis 2013

Réforme permis de conduire.jpg

[20]

Plus en détail pour les points importants :

1er novembre 2014 : L’apprentissage anticipé de la conduite est accessible dès 15ans, contre 16 auparavant.

19 janvier 2015 : Le permis de conduire est désormais dématérialisé, et accessible en ligne 48 heures après le passage de l’épreuve pratique.

7 août 2016 : La loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques a permis une réduction des délais d’attente et des coûts du permis de conduire.

2 mai 2016 : 1000 nouvelles questions ont été introduites dans l’épreuve du code

1er juillet 2016 : Le dispositif du permis à un euro par jour a été étendu.

15 mars 2017 : Le permis B peut être financé par le compte personnel de formation (CPF), composante du compte personnel d’activité (CPA)

Établissements d'enseignement de la conduite[modifier | modifier le code]

Toute personne désirant exploiter un établissement d'enseignement, à titre onéreux, de la conduite des véhicules à moteur et de la sécurité routière ou organisant des stages de sensibilisation à la sécurité routière doit obtenir préalablement un agrément délivré par le préfet du département du lieu de son exploitation[21].

Pour être agréé, le candidat doit avoir au moins vingt-trois ans et ne doit pas fait l'objet d'une condamnation à une peine criminelle ou correctionnelle pour l'une des infractions prévues à l'article R. 212-4[22] et doit justifier d’une part de sa capacité à gérer un tel établissement, d'autre part de la qualification des personnels enseignants et enfin de garanties minimales concernant les moyens de formation de l'établissement (locaux, véhicules, moyens matériels et modalités d'organisation de la formation)[21].

Concernant sa capacité à gérer un établissement d'enseignement de la conduite, le candidat doit être titulaire d'un diplôme d'Etat ou d'un titre ou diplôme visé ou homologué de l'enseignement supérieur ou technologique d'un niveau égal ou supérieur au niveau III sanctionnant une formation juridique, économique, comptable ou commerciale ou d'un diplôme étranger d'un niveau comparable. À défaut d'un tel diplôme, il doit justifier d'une formation agréée portant sur la gestion et l'exploitation des établissements d'enseignement de la conduite[21].

Concernant la qualification des personnels enseignants d'une auto-école, ceux-ci doivent être titulaires de l'autorisation administrative d'enseigner pour assurer les prestations d'enseignement théorique et pratique[21].

Concernant la qualification des personnels enseignants d'un établissement de formation des candidats à l'un des titres ou diplômes exigés pour l'exercice de la profession d'enseignant de la conduite et de la sécurité routière, ceux-ci doivent satisfaire à des conditions particulières fixées par un arrêté du ministre chargé des transports. Dans chacun de ces établissements, un directeur pédagogique est désigné. Il organise et encadre effectivement la formation et ne peut exercer que dans un seul établissement. Ce directeur doit être titulaire du brevet d'aptitude à la formation des moniteurs (BAFM)[21].

Établissements organisant des stages de sensibilisation à la sécurité routière[modifier | modifier le code]

Conditions d'agrément[modifier | modifier le code]

Pour être agréé, le candidat à l'exploitation d'un tel établissement doit avoir au moins vingt-cinq ans et ne doit pas fait l'objet d'une condamnation à une peine criminelle ou correctionnelle pour l'une des infractions prévues à l'article R. 212-4[22] Il doit justifier pour ce qui le concerne d'une formation initiale à la gestion technique et administrative d'un établissement agréé pour l'animation des stages de sensibilisation à la sécurité routière et pour ses personnels formateurs d'une autorisation d’animer les stages de sensibilisation à la sécurité routière pour au moins un animateur psychologue et un animateur expert en sécurité routière, conforme aux dispositions de l’arrêté du 26 juin 2012 relatif à l’autorisation d’animer les stages de sensibilisation à la sécurité routière[23],[21].

Comme pour les établissements d'enseignement de la conduite, ils doivent aussi justifier de garanties minimales concernant les moyens de formation de l'établissement (locaux, véhicules, moyens matériels et modalités d'organisation de la formation). La ou les salles de formation doivent par exemple avoir une surface minimale de 35 m2[23].

Formation initiale à la gestion technique et administrative des établissements[modifier | modifier le code]

La formation initiale et la formation continue à la gestion technique et administrative d’un établissement chargé d’organiser des stages de sensibilisation à la sécurité routière sont dispensées par un établissement agréé pour l’organisation des stages de sensibilisation à la sécurité routière ou par l'Institut national de sécurité routière et de recherches (INSERR)[23].

La formation dispensée par l'INSERR est de deux jours consécutifs, à raison de sept heures effectives par jour. Elle est organisée sous forme de session de formation regroupant un nombre de stagiaires qui doit être compris entre six et quinze. Elle vise les objectifs généraux suivants : Connaître le contexte législatif et réglementaire du permis à points, clarifier les rôles et les fonctions des différents acteurs, assurer la cohérence du système et professionnaliser tous les acteurs du système du permis à points et valoriser leurs missions[23].

Cinq axes de travail structurent cette formation[23] :

  • Le contexte législatif, réglementaire et organisationnel du permis à points ;
  • Le rôle et les obligations de l’exploitant ou de son représentant vis-à-vis des stagiaires ;
  • Le rôle et les obligations de l’exploitant ou de son représentant vis-à-vis des animateurs ;
  • Le rôle et les obligations de l’exploitant ou de son représentant vis-à-vis des services administratifs ;
  • Le stage de sensibilisation à la sécurité routière.

La formation dispensée par un organisme agréé est similaire à celle dispensée par l'INSERR.

Formation initiale des formateurs « habilités »[modifier | modifier le code]

En sus des cinq axes de travail évoqués ci-dessus, une journée est consacrée aux techniques pédagogiques permettant de dispenser la formation à la gestion technique et administrative.

Enseignement dans une auto-école[modifier | modifier le code]

Enseignement de la conduite[modifier | modifier le code]

Animation de stage de sensibilisation à la sécurité routière[modifier | modifier le code]

Programme de formation[modifier | modifier le code]

Les stages de sensibilisation à la sécurité routière sont composés[23] :

  • d'un module « tronc commun » permettant de poser le cadre et les enjeux du stage, de découvrir le système de la sécurité routière, d'impliquer le stagiaire et de favoriser sa compréhension de la complexité de l'activité de conduite ;
  • d'un ou plusieurs modules spécialisés relatifs soit à la vitesse et aux infractions associées, soit à l'alcool ou aux produits psychoactifs, soit à la conduite des poids lourds. Le choix de ces enseignements incombe aux animateurs, à l'issue du module « tronc commun », en fonction de leur connaissance des besoins des stagiaires.

Dématérialisation des procédures[modifier | modifier le code]

Depuis 2014, diverses auto-écoles en ligne se sont créées. Ces sites sont reconnus par l’Etat et possèdent le droit de délivrer le code de la route ainsi que le permis de conduire.

La première à avoir obtenu l'agrément de la préfecture est Auto-école.net[24], en septembre 2014, quelques semaines avant ses principales concurrentes PermiGo, Ornikar[24] et Lepermislibre. Ces établissements, en moyenne 40 % moins cher que les auto-écoles traditionnelles[24] permettent aux élèves de s'inscrire et de réviser le Code sur Internet avec des cours en vidéos et des manuels disponibles sur le web. Il est également possible de réserver ses cours de conduite en ligne[24]. Le modèle semble fonctionner : en 2015, Auto-école.net revendique par exemple 200 élèves présentés aux examens du permis chaque mois et 3 500 élèves inscrits[25].

Le prix est donc beaucoup plus attractif. Par conséquent, on peut le remarquer avec l’exemple de Ornikar qui est un véritable concurrent en proposant un forfait de vingt heures de conduite à 788 euros, contre en moyenne 1 450 euros pour les écoles traditionnelles. Auto- ecole.net lui propose une formule à 800 euros.

La loi Macron a réussi à révolutionner le passage du permis de conduire en permettant de se passer de la traditionnelle auto-école pour libéraliser le secteur et l'ouvrir à de nouveaux acteurs sur le net. L'idée est donc de pouvoir s'inscrire, s'évaluer, et ainsi de pouvoir prendre des cours de conduite avec des moniteurs indépendants qui s'avèrent donc des auto-entrepreneurs. Ces cours seront donc en toute simplicité, avec pour but premièrement de faire baisser le coût de la formation.

Ensuite, de faire baisser le délai d’attente entre deux passages d’examen. L’objectif de base, inscrit dans la loi Macron, était de réduire ce délai à 40 jours alors qu’il était en moyenne de 90 jours à cette période. Aujourd’hui, cet objectif n’a pas été complètement atteint mais une grande progression peut être observée. En effet, la deuxième tentative à l’examen du permis B est maintenant de 63 jours en moyenne.

Puis, le dernier objectif est favoriser la réussite avec coût plus faible.[26] Selon le gouvernement, cette nouvelle concurrence permet de réaliser des économies pour les candidats. Ces économies peuvent s’élever de 150 euros à 300 euros par candidat, selon le gouvernement.

Ces plateformes sont aussi un atout considérable pour simplifier l'administration des inscriptions aux permis puisque tout se passe sur internet. Seulement, il a fallu limiter les inscriptions pour que seules les demandes avec des candidats préparés soient retenues. L’inscription est alors payante.

Cela permet à de nombreux candidats de s’exercer au code via des plateformes numériques, et le passage de l’examen se fait dans les organismes désignés par l’Etat (la Poste [27] par exemple).

Cette initiative va permettre de générer 142 000 places à l'examen de la conduite sur environ 1 million de passage chaque année[28].

La concession Printel permet aux auto-écoles de ne plus se déplacer en préfecture pour obtenir les dates de leurs places d’examens. Elle propose des services supplémentaires comme les convocations, les places disponibles, la messagerie, les réservations et la consultation des droits sur tous les canaux de communication : téléphonie, email, internet, réseaux sociaux, fax. Cependant leur service est remis en cause suite à la libéralisation des auto-écoles [29].

Les limites de la dématérialisation[modifier | modifier le code]

Les agents économiques producteurs qui sont intervenus au cours de cette libéralisation tel que Ornikar, permigo ou EnVoitureSimone ont été soumis à certaines limites. Certains d'entre eux ont en effet eu des démêlés avec la justice[30] concernant la validité de leur agrément. Par ailleurs, rien ne garantit que ces auto-écoles maintiennent longtemps des tarifs aussi bas. Leur priorité à court terme n'est pas d'être rentables mais de gagner rapidement des parts de marché avec une politique tarifaire très agressive (prix bas)[31].

Par ailleurs, les plateformes de mise en relation comme Leboncoin ont favorisé le développement de "faux moniteurs", qui n'ont pas les diplômes nécessaires pour exercer cette activité ni de véhicule à double commande, mais qui proposent des heures de conduite à des prix 50% moins chers que dans les auto-écoles[32].

Cependant, bien que les vendeurs soient nombreux, leur nombre risque sans doute de diminuer un peu puisque la Loi Macron (2015) autorise les lycées à thésauriser des leçons de code ainsi que de conduite pour les élèves ayant les capacités pour les suivre, cela si les lycées sont aptes à l’exercer.

De ce fait, il y a des conséquences. En effet, de jour en jour, des auto-écoles mettent la clé sous la porte. En janvier 2016, les établissements 1.000 Bornes ont cessé de fonctionner sans prévenir leurs nombreux élèves de la région nantaise, qui ont trouvé les grilles baissées et n'avaient plus qu'à pleurer les sommes déjà avancées par eux pour des prestations dont ils n'ont jamais pu avoir[33]. On peut affirmer que l’année 2016 a été mauvaise pour eux, avec des pertes d’emplois de l’ordre de 20 %. Par ailleurs, les auto-écoles essaient de réagir à cette hausse de la concurrence. Le prix d’équilibre baisse, ils vont alors baisser au maximum leur prix jugés trop élevés. Cependant, ils doivent rester dans leurs coûts. Ce qui engendrera une baisse de leur profit.

Les auto-écoles traditionnelles manifestent de plus en plus et sont contre cette dématérialisation. En effet, les manifestations qui émanent des autos écoles sont principalement des opérations escargots. Ceux-ci se collent et avancent lentement afin de bloquer la circulation. Le lundi 9 février 2015 par exemple, des centaines de voitures d’auto-écoles ont mené ce type d’opération pour contester cette réforme. Les auto-écoles manifestent puisqu'elles ont peur que l'enseignement soit de mauvaise qualité, mais aussi le fait que ce soit sur du numérique ne facilite pas l'apprentissage. Par conséquent, il peut y avoir des répercussions sur la sécurité routière qui est donc mise en danger. Ainsi la première cause de mortalité étant l'accident de la route, la sécurité routière est donc le principal danger de cette dématérialisation.

Mais pour certains moniteurs, ces inscriptions en ligne ne sont pas une solution et ne permettent en aucun cas d’atteindre cet objectif : “On a déjà une pénurie de places, est-ce qu'il faut encore augmenter cette pénurie en mettant des élèves qui ne sont pas prêts au détriment d'élèves qui sont prêts?". Cela pourrait même au final rallonger le temps d’attente des candidats.

Malgré la baisse des prix et l'augmentation de l'offre de permis de conduire avec la libéralisation du secteur, le permis de conduire reste un diplôme nécessaire pour chaque personne car le critère du permis de conduire représente 65 % du recrutement chez un employeur. Donc même si le prix baisse et l'offre augmente avec la libéralisation du secteur des auto-écoles, la demande est peu flexible car quoi qu'il arrive la demande sera toujours forte concernant le passage du permis de conduire.[34]

En novembre 2017, un nouveau logiciel (ANTS) est généralisé sur l'ensemble du territoire français pour gérer les passages d'examen, mais il connait très rapidement de gros dysfonctionnements[35].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. EECA : terme utilisé par le Ministère de l'Intérieur
  2. EECSVR : terme utilisé dans les actes réglementaires : code de la route, décrets, arrêtés, etc

Références[modifier | modifier le code]

  1. Orselli 2009, p. 144.
  2. Ordonnance du 15 décembre 1958 relatif à la police de la circulation routière et notamment son titre VII "enseignement de la conduite des véhicules à moteurs", sur http://www.legifrance.gouv.fr
  3. Décret n°58-1217 du 15 décembre 1958 relatif à la police de la circulation routière et notamment son titre VII "enseignement de la conduite des véhicules à moteurs", sur http://www.legifrance.gouv.fr
  4. « Arrêté du 8 janvier 2001 relatif à l'exploitation des établissements d'enseignement, à titre onéreux, de la conduite des véhicules à moteur et de la sécurité routière. »
  5. (en) « A Driving School in France Hits a Wall of Regulations », sur The New York Times,
  6. « Le New York Times critique la réglementation française des auto-écoles », sur Le Figaro,
  7. « Article L221-1 A du Code de la route », sur legifrance,
  8. « Article L312-13 du Code de l'éducation », sur legifrance,
  9. « Suppression des termes "après avis d'une commission" dans la version du 8 août 2015 de l'Article L213-1 du Code de la route », sur legifrance,
  10. « Suppression de "d'ancienneté du permis de conduire" dans la version du 8 août 2015 de l'Article L213-3 du Code de la route », sur legifrance,
  11. « Article L221-5 du Code de la route », sur legifrance,
  12. « Arrêté du 21 juillet 2016 modifiant l'arrêté du 22 octobre 2014 fixant la méthode nationale d'attribution des places d'examen du permis de conduire », sur legifrance,
  13. « Article 4 de l'Arrêté du 21 juillet 2016 modifiant l'arrêté du 22 octobre 2014 fixant la méthode nationale d'attribution des places d'examen du permis de conduire », sur legifrance,
  14. a, b et c Liebermann 2005, p. 13.
  15. a et b Bouteiller 2009, p. 7.
  16. Liebermann 2005, p. 14.
  17. « Permis de conduire : la guerre entre auto-écoles tradis et leurs concurrentes », Challenges,‎ (lire en ligne)
  18. « Permis de conduire: la révolution de la loi Macron », Challenges,‎ (lire en ligne)
  19. Inès Belgacem, « Comment passer son permis de conduire sans se ruiner ? », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  20. « La réforme du permis de conduire », sur Gouvernement.fr (consulté le 30 mai 2017)
  21. a, b, c, d, e et f - Article R213-2 du code de la Route
  22. a et b Article R. 212-4 du Code de la route - Infractions au code de la route pour lesquelles une condamnation est incompatible avec une autorisation d'enseigner ou d'animer un stage de sensibilisation à la sécurité routière
  23. a, b, c, d, e et f Arrêté du 26 juin 2012 fixant les conditions d’exploitation des établissements chargés d’organiser les stages de sensibilisation à la sécurité routière
  24. a, b, c et d « Auto-école.net ouvre son auto-école en ligne... et grille la priorité à Ornikar », JDN,‎ (lire en ligne)
  25. Jeanne Dussueil, « Auto-ecole.net lève plus de 3 millions d'euros pour déployer son modèle en France », FrenchWeb.fr,‎ (lire en ligne)
  26. « permispratique »,
  27. http://jactiv.ouest-france.fr/actualites/societe/ils-passent-code-route-poste-76764
  28. « challenges.fr »,
  29. « Au lendemain de sa visite dans la société Printel (Tecnosud), le député-candidat Jacques Cresta (PS) déplore « la morosité ambiante des médias et l’inactivité de l’Agglo » » (consulté le 28 juin 2017)
  30. « L’auto-école en ligne En Voiture Simone redémarre », Les Echos Business,‎ (lire en ligne)
  31. « articly »,
  32. « Permis de conduire : attention aux faux moniteurs », leparisien.fr,‎ 2017-11-04cet09:14:57+01:00 (lire en ligne)
  33. « les echos »
  34. « cairn »,
  35. « Vendée : des gérants d'auto-école dénoncent les bugs d'un nouveau logiciel de l'Etat », France TV Info,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Liebermann et Henri Legrand, Rapport sur la rénovation des relations entre l'Administration et les écoles de conduite et de sécurité routière pour améliorer la qualité et l'efficacité de l'enseignement de la conduite et de la sécurité routière, Conseil général des Ponts et chaussées (CGPC), , 139 p. (lire en ligne).
  • Jacques Bouteiller et Chantal Labruyère, La refonte de la filière de la formation professionnelle des enseignants de la conduite et de la sécurité routière, Net.doc, , 149 p. (ISSN 1776-3177, lire en ligne).
  • Sabine Barles, Sarah Jardel et André Guillerme, Infrastructures de transports routiers, parcs et trafics automobiles 1900- 1970 - Etude exploratoire -, INRETS, , 86 p. (lire en ligne).
  • Jean Orselli, Usages et usagers de la route, mobilité et accidents (1860 – 2008) : Rapport no 2005-0457-01 au Conseil général de l'environnement et du développement durable, Paris, , 1386 p. (lire en ligne).
  • Jean Orselli, Usages et usagers de la route: Requiem pour un million de morts : 1860-2010, Paris, L'Harmattan, , 600 p. (ISBN 2296556965).
  • Jean-Michel Bertrand, Faciliter l'accès des jeunes au permis de conduire - études et propositions - rapport parlementaire, La Documentation française, , 114 p. (lire en ligne)
  • Hugues Cunegatti, Passer son permis - Sociologie d'une formation déniée, Paris, L'Harmattan, , 226 p. (ISBN 978-2-296-96097-8, lire en ligne)
  • Rémy Josseaume et Jean-Baptiste Le Dall, Contentieux de la circulation routière, Éditions Lamy, , 350 p. (ISBN 978-2-7212-1266-5, lire en ligne), p. 92-93