Picauville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Manche
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Manche.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Picauville
De haut en bas, de gauche à droite : Le château d’Amfreville ;L'église Notre-Dame de Cretteville ; Le sanctuaire Notre-Dame de la Salette à Vindefontaine; L'église Saint-Candide de Picauville ; Le monument de la 2de guerre mondiale à Gourbesville  ; L'église Saint-Jean-Baptiste d'Houtteville.
Amfreville 50.jpg Église de Cretteville.jpg
Église Saint-Candide de Picauville (2).jpg Chapelle de Notre-Dame de la Salette de Vindefontaine - Statue dans le sanctuaire.JPG
Gourbesville - Monument 90e Division d'infanterie et 82e Division aéroportée.jpg Église Saint-Jean-Baptiste d'Houtteville.JPG
Blason de Picauville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Carentan
Intercommunalité Communauté de communes de la Baie du Cotentin
Maire
Mandat
Philippe Catherine
2016-2020
Code postal 50480, 50250 et 50360
Code commune 50400
Démographie
Gentilé Picauvillais
Population
municipale
3 371 hab. (2014)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 47″ nord, 1° 25′ 03″ ouest
Altitude Min. 1 m – Max. 41 m
Superficie 64,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Picauville

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Picauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Picauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Picauville
Picauville
commune déléguée
Administration
Pays Drapeau de la France France
Maire délégué Philippe Catherine
Code postal 50360
Code commune 50P20
Démographie
Population 1 942 hab. (2014)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Altitude Min. 2 m – Max. 30 m
Superficie 19,1 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Picauville

Picauville est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 3 371 habitants[Note 1].

Elle devenue le une commune nouvelle à la suite sa fusion avec ses voisines Amfreville, Cretteville, Gourbesville, Houtteville et Vindefontaine[1]. Un an plus tard, Les Moitiers-en-Bauptois rejoignent la commune nouvelle[2],[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Picauville, commune nouvelle[4]
Orglandes Le Ham, Fresville Neuville-au-Plain
Étienville Picauville, commune nouvelle[4] Sainte-Mère-Église, Beuzeville-la-Bastille, Liesville-sur-Douve
Varenguebec Montsenelle Appeville
Communes limitrophes de Picauville, commune déléguée[4]
Étienville Amfreville Sainte-Mère-Église
Étienville Picauville, commune déléguée[4] Chef-du-Pont
Les Moitiers-en-Bauptois Les Moitiers-en-Bauptois, Cretteville, Beuzeville-la-Bastille Chef-du-Pont

Lors de la création de la commune nouvelle, la continuité territoriale avec Houtteville ne tient qu'à une bande de quelques dizaine de mètres en commun avec Cretteville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le gentilé est Picauvillais.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Picauville, dont la principale agglomération est Pont-l'Abbé, fusionne avec la paroisse de L'Isle-Marie (ou du Homme) en l'an III.

Le Bon Sauveur à Pont-l'Abbé, hameau à cheval sur les communes de Picauville et d'Étienville, fut un hospice pour pauvres créé en 1837 et dirigé par les Sœurs du Bon Sauveur ; au fil des ans s'y ajoutèrent un pensionnat, un institut de sourds et muets, un ouvroir pour jeunes filles et un orphelinat, tous de taille modeste. En 1853, l'établissement est autorisé à accueillir les aliénés. En 1903, l’asile du Bon Sauveur de Pont-l’Abbé-Picauville accueille les aliénés des deux sexes des arrondissements de Cherbourg et de Valognes et les aliénés masculins des arrondissements de Saint-Lô et de Valognes. Il reçoit aussi « une grande partie de ses pensionnaires du département de la Seine, qui chaque année déverse le trop plein de ses asiles dans les établissements de province ayant des places libres » ; l'asile accueille alors 360 hommes et 550 femmes ; parmi elles Liouba Bortniker, d'origine russe et première femme reçue à l'agrégation de mathématiques en 1885. Les archives de l'asile ont disparu lors des bombardements du [5].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, Picauville abrite la 91e division division d'infanterie allemande, le général Wilhelm Falley occupant avec son état-major le château de Bernaville. Le village, situé à environ 10 km à l'ouest de Sainte-Mère-Église, est libéré le par la 82nd US Airborne Division du général américain Mac Kelvie.

Le général Wilhelm Falley est le premier général allemand à être tué lors de la bataille de Normandie. Dans la nuit du 5 au 6 juin, alors qu'il se rend en voiture à Rennes où était organisé un kriegspiel, il décide de rebrousser chemin après avoir vu un nombre anormal d'avions alliés survolant le Cotentin. Sur la route du retour, près de Picauville, son véhicule est mitraillé par des parachutistes américains.

Devant Pont-l’Abbé, le 358th US Infantry Regiment piétine devant une solide résistance des Allemands. La 90th US Infantry Division, qui manque d’expérience, subit des pertes. Le 12 juin, les Américains déclenchent un violent pilonnage de l’artillerie et de l’aviation sur Pont-l’Abbé[6], évacué par les Allemands dans la nuit du 12 au .

les communes déléguées

La commune est créée le par la fusion de six communes, sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du de réforme des collectivités territoriales. L'arrêté est signé le 23 décembre 2015[7]

Le projet a été validé par les différents conseils municipaux le 27 octobre 2015[8]. Le périmètre initial était pressenti au début sur 9 communes avec Beuzeville-la-Bastille, Étienville, Les Moitiers-en-Bauptois ; seule la commune des Moitiers-en-Bauptois a participé à la rédaction de charte mais le conseil, contre l’avis du maire, a voté contre le projet en juillet 2015. Le maire a alors remis sa démission[9].

En 2016, la commune revient sur sa décision et rejoint la commune nouvelle[2] à compter du 1er janvier 2017.


Liste des communes au 1er janvier 2017
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Picauville
(siège)
50P20 CC de la Baie du Cotentin 19,1 1 942 (2014) 102
Amfreville 50005 CC de la Baie du Cotentin 10,10 288 (2013) 29
Cretteville 50153 CC de la Baie du Cotentin 6,83 232 (2013) 34
Gourbesville 50212 CC de la Baie du Cotentin 8,18 170 (2013) 21
Houtteville 50250 CC de la Baie du Cotentin 4,51 84 (2013) 19
Vindefontaine 50642 CC de la Baie du Cotentin 8,13 323 (2013) 40
Les Moitiers-en-Bauptois 50333 CC de la Baie du Cotentin 8,04 347 (2014) 43

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1966 1995 Jean Vigier    
1995 mars 2001 Monique Berger    
mars 2001[10] en cours Philippe Catherine[11]   Chargé de mission
Les données manquantes sont à compléter.

Jusqu'aux prochaines élections municipales de 2020, le conseil municipal de la commune nouvelle est constitué de tous les conseillers municipaux issus des conseils des anciennes communes. Le maire de chacune d'entre elles devient maire délégué[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 3 371 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2016, 2021, 2026, etc. pour Picauville[12]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
2014
3 371
Population municipale

[14].
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999 puis Insee à partir de 2006

[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Candide (XIIIe siècle), (Monument historique), comprend une nef très vaste et sobre. Derrière une colonne, on peut voir un bénitier orné de personnages priants.
  • Prieuré (XVIe siècle), la chapelle, située entre deux corps de bâtiments a été malheureusement détruite, c'est un bel ensemble médiéval et de la Renaissance.
  • Église Saint-Martin d'Amfreville avec sa nef (XIIIe), son chœur (XIIIe - XVIe) et son clocher-tour (XIIIe remanié XVIIe). Elle abrite de nombreuses œuvres classées à titre d'objets aux Monuments historiques[15].
  • Église Saint-Ferréol de Cauquigny (XIIe siècle, restaurée).
  • Église Notre-Dame des Moitiers-en-Bauptois.
  • Oratoire Saint-Martin (1962).
  • Église Notre-Dame de Cretteville (13e/15e/17e) : gothique flamboyant
  • Oratoire Notre-Dame des Marais
  • Église Saint-Ermeland de Gourbesville
  • Église Saint-Jean-Baptiste d'Houtteville XIIe siècle, abritant une statue de sainte Marie-Madeleine du XVe siècle classée à titre d'objet aux Monuments historiques[16].
  • Église paroissiale Saint-Martin de Vindefontaine, avec une statue en calcaire polychrome de la Vierge à l'Enfant classée à titre d'objet aux Monuments historiques depuis le 14 décembre 1914[17].
  • Notre-Dame de la Salette : sanctuaire fondé 1864 par l'abbé Godefroy, curé de la paroisse, pour célébrer l'apparition de la Vierge à deux jeunes bergers, Mélanie et Maximin, le 19 septembre 1846 au village de la Salette, à Corps-en-Isère.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Château de l'Isle-Marie (appelée jadis Holm, îlot en norrois), inscrit au titre des monuments historiques. Il a servi de cadre au roman de Jules Barbey d'Aurevilly, Ce qui ne meurt pas, Barbey d'Aurevilly y a d'ailleurs séjourné. Cette très ancienne forteresse a occupé une situation stratégique primordiale durant des siècles.
  • Château de Bernaville, château entouré d'un beau parc.
  • Manoir de La Haule (XVIe siècle).
  • Manoir le Foirage, curieuse demeure à l'allure de château inachevé.
  • Manoir de Vains (puissant manoir avec ses belles portes de chêne anciennes et sa grosse tour).
  • Presbytère (XVIIe siècle) construit en plusieurs étapes, comprenant un corbeau sur le bâtiment de gauche ainsi qu'un petit escalier. Au milieu de la cour, il reste un vieux pressoir qui abrite des parterres de fleurs. Au centre de celui-ci se tient une statue d'ange en terre cuite, qui a perdu ses ailes. À l'entrée gauche, Jésus sur sa croix.
  • Château d'Amfreville (XIVe siècle), inscrit au titre des Monuments historiques[18] depuis le 30 mars 1965.
  • La Moinerie, maison classée aux Monuments historiques. La chapelle a été rasée, il y a fort longtemps. Le pigeonnier est une énorme tour blanche ; la porte double d'entrée de la tour ne s'ouvre plus que sur un sentier. L'habitation actuelle a dû être reconstruite de fond en comble après avoir été partiellement incendiée en 1944.
  • Dolmen renversé du Champ de la Pierre
  • Ferme de La Cour de Cretteville : restes du château (16e/17e), écusson de l'ordre de Malte
  • Le Manoir de La Cour de Gourbesville (XVIe-XXe siècles). Il a été reconstruit après la Seconde Guerre mondiale. Le vieux corps de bâtiment date d'environ 1 000 ans.
  • La Cour des Moitiers (XVIe - XVIIe).
  • La Dorglanderie (XVIIe - XXe).
  • La Juganvillerie (fin XVe - XVIIIe).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Hameau Port Beurey et Montessy (les marais y sont pittoresques).
  • Hameau Port Filiolet et lieu-dit les Ais, les marais y blanchissent en hiver (se remplissent intégralement d'eau).
  • Rue de Prusse (route traversant le marais entre Chef-du-Pont et Picauville et inondée deux à trois fois par an lorsque les marais blanchissent).
  • Caponnet (village pittoresque avec nombre de maisons en pierre et en terre).
  • Rives du Merderet.
  • Rives de la Douve

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Guéroult (1890-1962), écrivain d'expression normande.
  • Wilhelm Falley (1897-1944), général allemand commandant la 91e division d'infanterie stationnée dans le secteur. Il fut tué par des parachutistes américains dans la nuit du 5 au 6 juin 1944.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Picauville

Les armes de la commune de Picauville se blasonnent ainsi :
D'or à la couronne d'épines de sable accostée et soutenue de trois maillets de sinople, au chef de gueules chargé d'un léopard d'or[19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dr Viel, « Établissement du Bon-Sauveur de Pont-l'Abbé-Picauville », Cherbourg et le Cotentin, Le Maout, 1905

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Manche »,‎
  2. a et b « Journal officiel de la République française » (consulté le 25 juillet 2016).
  3. « Recueil des Actes Administratifs de la Manche de Juillet 2016 » (consulté le 18 août 2016).
  4. a et b « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  5. http://smf4.emath.fr/Publications/Gazette/2011/129/smf_gazette_129_51-68.pdf
  6. http://www.normandie44lamemoire.com/fichesvilles/pontlabbe.htm
  7. Arrêté portant création de la commune nouvelle de PICAUVILLE
  8. Conseil de Picauville. Les élus disent oui à la commune nouvelle
  9. Démission du maire des Moitiers-en-Bauptois
  10. « Philippe Catherine, maire sortant, candidat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 2 avril 2015)
  11. Réélection 2014 : « Picauville (50360) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 19 juin 2014)
  12. Date du prochain recensement à Picauville, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2009 .
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années [ 2012]
  15. « Œuvres mobilières à Amfreville », base Palissy, ministère français de la Culture.
  16. « Statue : Sainte Marie-Madeleine », base Palissy, ministère français de la Culture
  17. « Statue : Vierge à l'Enfant », base Palissy, ministère français de la Culture
  18. « Château d'Amfreville », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Picauville Manche », sur GASO, la banque du blason (consulté en 2avril 2015)