Éterville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Éterville
Éterville
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Intercommunalité Caen la Mer
Maire
Mandat
Thierry Saint
2020-2026
Code postal 14930
Code commune 14254
Démographie
Gentilé Étervillais
Population
municipale
1 631 hab. (2017 en augmentation de 17,42 % par rapport à 2012)
Densité 335 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 38″ nord, 0° 25′ 31″ ouest
Altitude Min. 12 m
Max. 78 m
Superficie 4,87 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Caen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Caen-5
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Éterville
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Éterville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Éterville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Éterville

Éterville est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 1 631 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Éterville se situe dans la banlieue de Caen à 8 km de la ville.

Éterville dispose d'une mairie, une salle polyvalente (salle des fêtes), une école primaire et maternelle, une bibliothèque, une église, un bar - bureau de tabac et un stade synthétique d'environ 300 mètres carrés.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Éterville est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 2],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Caen, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 296 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Estarvilla en 1066[5], Starvilla en 1082 ; Estarvilla en 1086 ; Estarville en 1371 ; Estervilla au XVe siècle ; Estreville en 1484[6].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -ville (au sens ancien de « domaine rural », vile en ancien français cf. vilain « paysan du Moyen Âge »), dont le premier élément Étre- représente un anthroponyme[5] conformément le cas général.

La proposition d'Albert Dauzat de voir dans le premier élément le nom de personne germanique continental Asthar n'est pas soutenue par les formes anciennes, il ne cite d'ailleurs pas la forme Starvilla[5]. Il convient de proposer l’anthroponyme scandinave Starr qui s'accorde mieux avec les formes anciennes et par la localisation d’Éterville dans une zone de diffusion de la toponymie norroise[7]. On retrouve ce nom de personne dans les noms de lieux danois Starup et anglais Starston.

Histoire[modifier | modifier le code]

1944 : bataille de Caen - les combats qui ont suivi le débarquement en Normandie à l'été 1944 afin de prendre la Caen.

L' opération Jupiter (10 et ) tentait en vain de conquérir la colline 112 (située entre Orne et Odon), Fontaine-Étoupefour, Éterville et Maltot.

Les combats pour prendre la ville furent « un cauchemar »[8] au dire du commandant du 4th Dorsetshire. En effet, la ville était défendue par des éléments composites des Waffen-SS et de la 10e division SS Frundsberg.

Le château d'Éterville, alors hôpital de campagne allemand, a été épargné par les obus. L'église d'Éterville a été en partie détruite au niveau de sa nef.

Les combats durèrent toute la journée du , maison par maison et ne s'achevèrent que le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989[9] mars 2008 Carmelle Catteau    
mars 2008[10] mars 2014 Paul Ragot    
mars 2014[11] En cours Thierry Saint SE Contrôleur de gestion
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2017, la commune comptait 1 631 habitants[Note 4], en augmentation de 17,42 % par rapport à 2012 (Calvados : +0,89 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
246236153241245264266268265
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
282281256244259242225219200
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
174202200163183193212160232
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
3073193784937661 0431 3121 3511 389
2017 - - - - - - - -
1 631--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Une foire au grenier est organisée chaque année.
  • Des cours de tennis de table sont aussi dispensés dans la salle polyvalente.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017.
  2. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  5. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 276a
  6. Célestin Hippeau, Dictionnaire topographique du département du Calvados, Paris, 1883, p. 108 [1]
  7. Jean Renaud, Vikings et noms de lieux de Normandie. Dictionnaire des toponymes d'origine scandinave en Normandie, éditions OREP, 2009 (ISBN 978-2-915762-89-1), p. 110b
  8. Yves Buffetaut, « "La bataille de Caen Tome.1 : La côte 112" », MILITARIA MAGAZINE, no Hors série n°58,‎ (ASIN B084J7J5M6, lire en ligne, consulté le 20 juin 2020)
  9. « Carmelle Catteau ne fera pas de quatrième mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 octobre 2014)
  10. « Paul Ragot, élu maire, entouré de ses trois adjoints », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 octobre 2014)
  11. « Thierry Saint nommé à la tête de la commune », sur Ouest-france.fr (consulté le 8 avril 2014)
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.