La Haye (Manche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Haye
La Haye (Manche)
La place du Général-de-Gaulle avec vue sur l'église de La Haye-du-Puits.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Coutances
Intercommunalité Communauté de communes Côte Ouest Centre Manche
(siège)
Maire
Mandat
Alain Leclere
2020-2026
Code postal 50250, 50580
Code commune 50236
Démographie
Population
municipale
3 989 hab. (2018)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 24″ nord, 1° 32′ 32″ ouest
Altitude Min. 4 m
Max. 110 m
Superficie 63,81 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine La Haye
(ville isolée)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Créances
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
La Haye
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
La Haye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Haye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Haye
Liens
Site web www.la-haye.fr

La Haye est une commune française située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 3 989 habitants[Note 1]. Elle est créée le par la fusion de neuf communes, sous le régime juridique des communes nouvelles. Les communes de Baudreville, Bolleville, Glatigny, La Haye-du-Puits, Mobecq, Montgardon, Saint-Rémy-des-Landes, Saint-Symphorien-le-Valois et Surville deviennent des communes déléguées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le point le plus bas se situe au niveau du havre de Surville et le point le plus élevé sur la commune déléguée de Mobecq.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 11,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 965 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 14,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Barneville Carteret », sur la commune de Barneville-Carteret, mise en service en 1986[7] et qui se trouve à 18 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 12 °C et la hauteur de précipitations de 603,9 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Cherbourg – Maupertus », sur la commune de Cherbourg-en-Cotentin, mise en service en 1935 et à 39 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,7 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Haye est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de La Haye, une unité urbaine monocommunale[17] de 4 006 habitants en 2017, constituant une ville isolée[18],[19]. La commune est en outre hors attraction des villes[20],[21].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[22]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[23],[24].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est composé du toponyme principal de La Haye-du-Puits et qui devient un homonyme de la ville de La Haye aux Pays-Bas. Les toponymes normands La Haye sont issus du germanique haga qui, s'il a donné le français haie, avait à l'origine le sens d'« orée d'un bois » conservé dans la toponymie[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les neuf communes déléguées.

En , la commune de La Haye-du-Puits et d'autres communes de l'ancien canton projettent de s'intégrer dans une commune nouvelle. Au départ, la commune de Neufmesnil limitrophe était associée mais le conseil municipal vote en avril contre l'adhésion par cinq voix contre cinq, la décision du maire prévalant en cas d'égalité[26]. Quatre conseillers favorables à la commune nouvelle ont remis leur mandat en jeu provoquant une élection partielle ; c'est finalement les membres de la liste soutenue par le maire qui sont élus en septembre[27] ce qui clos alors le sujet pour la commune.

La commune nouvelle, nommée La Haye[28], est créée le par un arrêté préfectoral du [29], par la fusion de neuf communes (la plus nombreuse des trente-six communes nouvelles créées à cette date dans le département), sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Baudreville, Bolleville, Glatigny, La Haye-du-Puits, Mobecq, Montgardon, Saint-Rémy-des-Landes, Saint-Symphorien-le-Valois et Surville deviennent des communes déléguées et La Haye-du-Puits est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En attendant les élections municipales de 2020, le conseil municipal élisant le maire est composé des conseillers municipaux des différentes communes.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
8 janvier 2016[30] En cours Alain Leclère SE Contrôleur des finances publiques, maire délégué de Bolleville

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2018, la commune comptait 3 989 habitants[Note 7].

Évolution de la population  [ modifier ]
2014 2015 2016 2017 2018
4 0294 0144 0204 0063 989
(Sources : Insee à partir de 2014[31].)
Histogramme de l'évolution démographique


Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
La Haye-du-Puits
(siège)
50236 CC de la Haye-du-Puits 5,25 1 468 (2018) 280


Baudreville 50035 CC de la Haye-du-Puits 4,67 75 (2018) 16
Bolleville 50063 CC de la Haye-du-Puits 6,09 364 (2018) 60
Glatigny 50204 CC de la Haye-du-Puits 4,99 143 (2018) 29
Mobecq 50330 CC de la Haye-du-Puits 7,99 239 (2018) 30
Montgardon 50343 CC de la Haye-du-Puits 13,32 472 (2018) 35
Saint-Rémy-des-Landes 50544 CC de la Haye-du-Puits 8,30 214 (2018) 26
Saint-Symphorien-le-Valois 50558 CC de la Haye-du-Puits 5,80 816 (2018) 141
Surville 50586 CC de la Haye-du-Puits 7,40 198 (2018) 27

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Jean-l'Évangéliste, du XIXe siècle, abrite le monument funéraire d'Arthur de Magneville, baron de la Haye-du-Puits, classé à titre d'objet aux Monuments historiques[32].
  • Église Sainte-Marguerite dont le clocher a été restauré et remis en service en 2005.
  • Église Saint-Pierre de Bolleville
  • Église Saint-Pierre de Glatigny (XVIIe siècle).
  • Église Saint-Aubin de Mobecq est ornée d'une toile d'Alphonse Osbert Le Martyre du Christ exposée au Salon de 1889.
  • Église Notre-Dame de Montgardon: Un if millénaire dans le cimetière a été distingué en 2005 en qualité d'arbre remarquable de la Manche mais en 2014, il a été décidé de l'abattre car il s'est révélé être trop dangereux[33].
  • Église Saint-Rémy du XVe siècle.
  • Église Notre-Dame de Surville(XVe siècle).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le donjon et les vestiges du château médiéval classés monument historique[34].
  • Vestiges d'un ancien château fort à Baudreville : plate-forme fossoyée, murs, restes de tours d'angle circulaires.
  • Restes d'enceinte quadrangulaire crénelée à Baudreville, chemin de ronde en galerie de bois, porte XVIIe et fuie cylindrique (basse cour du château ?).
  • Château de Saint-Rémy.
  • Manoir de Surville du XVIe.
  • Château de Surville.

Espaces naturels[modifier | modifier le code]

  • Massif dunaire (« mielles ») d'Allonne et le havre de Surville, intégré au site d'importance communautaire du littoral ouest du Cotentin de Saint-Germain-sur-Ay au Rozel proposé dans le cadre de Natura 2000[35].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018, légale en 2021.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 22 juillet 2021)
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 22 juillet 2021)
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 22 juillet 2021)
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le 22 juillet 2021)
  7. « Station Météo-France Barneville Carteret - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 22 juillet 2021)
  8. « Orthodromie entre La Haye et Barneville-Carteret », sur fr.distance.to (consulté le 22 juillet 2021).
  9. « Station Météo-France Barneville Carteret - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 22 juillet 2021).
  10. « Orthodromie entre La Haye et Cherbourg-en-Cotentin », sur fr.distance.to (consulté le 22 juillet 2021).
  11. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 22 juillet 2021)
  12. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 22 juillet 2021)
  13. « Station météorologique de Cherbourg – Maupertus - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 22 juillet 2021)
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  17. « Unité urbaine 2020 de La Haye », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 29 mars 2021).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  22. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  23. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  24. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  25. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, , 223 p. (ISBN 2-86253-247-9), p. 102.
  26. Élections à Neufmesnil. La commune nouvelle, enjeu du vote dimanche
  27. Election complémentaire. Cinq conseillers élus ce dimanche
  28. « Commune nouvelle. La Haye regroupe neuf communes », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  29. « Recueil des actes administratifs de novembre 2015 », sur le site de la préfecture de la Manch (consulté le 6 novembre 2015).
  30. Commune nouvelle La Haye : une première élection agitée
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  32. « Monument funéraire d'Arthur de Magneville, baron de la Haye-du-Puits », notice no PM50000528, base Palissy, ministère français de la Culture.
  33. Planté entre l'an 1000 et 1200. L'if millénaire sera abattu
  34. « Ruines de l'ancien château », notice no PA00110428, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. « Natura 2000 : Fiche du site FR2500082 (Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer) » (consulté le 2 février 2010).