Ifs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ifs
Ifs
Hôtel de ville d'Ifs.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Intercommunalité Caen la Mer
Maire
Mandat
Michel Patard-Legendre
2020-2026
Code postal 14123
Code commune 14341
Démographie
Gentilé Ifois
Population
municipale
11 696 hab. (2019 en augmentation de 1,7 % par rapport à 2013)
Densité 1 291 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 18″ nord, 0° 21′ 11″ ouest
Altitude Min. 19 m
Max. 61 m
Superficie 9,06 km2
Unité urbaine Caen
(banlieue)
Aire d'attraction Caen
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton d'Ifs
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Ifs
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Ifs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ifs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ifs
Liens
Site web www.ville-ifs.fr

Ifs [if] Écouter est une commune française située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 11 696 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est en plaine de Caen, dans la banlieue sud de Caen. Village agricole jusque dans les années 1960, Ifs s’est urbanisée en même temps que s'étendait l’agglomération de Caen, avec notamment un véritable boom démographique et l’installation d’activités économiques. Son centre (église) est à 5,5 km au sud du centre de Caen et à 13 km au nord de Bretteville-sur-Laize[1].

La ville d'Ifs est desservie par la ligne T1 du tramway de Caen et les lignes de bus 3, 4 et 30 du réseau Twisto.

La route nationale 158, future A 88, dessert la commune.

L'ancien tramway à Ifs.

Le point culminant (61 m) se situe en limite sud-est, à proximité de la D 562.

Carte de la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 12,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 4] : 699 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Caen-Carpiquet », sur la commune de Carpiquet, mise en service en 1945[9] et qui se trouve à 9 km à vol d'oiseau[10],[Note 5], où la température moyenne annuelle évolue de 10,9 °C pour la période 1971-2000[11] à 11,2 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,5 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ifs est une commune urbaine[Note 6],[14]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Caen, une agglomération intra-départementale regroupant 24 communes[17] et 205 163 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Caen, dont elle est une commune du pôle principal[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 296 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (57,1 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (35,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (38 %), zones urbanisées (30,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (26,9 %), forêts (3,3 %), zones agricoles hétérogènes (1,7 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Icium en 1078 et Iz en 1170[24]. Ces formes anciennes écartent une origine due au conifère, c'est-à-dire à l'if commun. Celle-ci est attribuée à un anthroponyme, gaulois selon Albert Dauzat et Charles Rostaing, tel que Icius ou Itius[24]. Mentionné au début du XVIIIe siècle sous le nom d'Ifs-lès-Allemagne[réf. nécessaire], en référence au bourg voisin d'Allemagne, nom primaire de Fleury-sur-Orne.

Le gentilé est Ifois[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la commune a été découvert un site archéologique qualifié « d’exceptionnel » par les chercheurs. Le site, qui s’étend sur une surface de 5,8 hectares, comprend trois phases d’occupation depuis le Ve siècle av. J.-C. qui datent des périodes gauloise, romaine et du haut Moyen-Age. Parmi les découvertes les plus surprenantes se trouvent deux sépultures de chevaux. Un monument funéraire enferme une tombe à char, vestige exceptionnel correspondant à un type de sépulture connu dans le monde celtique, dans lequel est enfoui le défunt avec un char de guerre. Au total, sur les différentes périodes couvertes, 60 tombes humaines ont été découvertes[26].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1790   Charles Gaugain    
1800 1805 Charles, Simon, Richard de Malherbe    
1805 1817 Jacques Hébert    
1817 1821 Jacques Julien Le Nouvel    
1821 1830 Le Brethon    
1830 1840 Joseph Pagny    
1840 1848 Jacques Le Brethon    
1848 1869 Jean-Baptiste Armand Marc    
1869 1870 Adolphe Madeline    
1870 1871 Arsène Salles    
1871 1888 Jules Rosier    
1888 1890 Eugène Talancher    
1890 1893 Arsène Monrocq    
1893 1899 Charles Marie    
1899 1908 Georges Rabache    
1908 1923 Pacifique Rossignol    
1923 1929 Émile Rosette    
1929 1957 Paul Rosette    
1957[27] 1971 André Schils    
1971[28] 1977 André Tailpied    
1977[29] 1983 Jean Moulin    
1983[30] 1989 Jacques Legardinier   Instituteur
1989[29] 2001 Jean Moulin PS Conseiller général du canton de Caen-10 (1992-2004)
mars 2001[31] 2008 Raymond Slama PS Cadre retraité de Moulinex, conseiller général du canton de Caen-10 (2004-2015)
mars 2008[32] avril 2014 Jean-Paul Gauchard DVG Professeur des écoles
avril 2014[33] En cours Michel Patard-Legendre[34] UMP puis LR
puis DVD[35]
Cadre commercial

Le conseil municipal est composé de trente-trois membres dont le maire et neuf adjoints[34].

En 1793, la commune d'Ifs est incorporée au canton de Mondeville, dans le district de Caen[36]. En 1801, elle est rattachée au canton de Caen-Sud, puis à celui de Caen-Est en 1815 et de nouveau à celui de Caen-Sud en 1967[36]. Après 1982, Ifs fait partie du canton de Caen-10[36]. En 2015, dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014, la commune est rattachée au canton d'Ifs dont elle est le bureau centralisateur[37].

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École élémentaire Marie-Curie.
  • École élémentaire Jules-Verne .
  • École élémentaire Jean-Vilar.
  • École maternelle Pablo-Neruda.
  • École maternelle Paul-Fort.
  • Collège Léopold-Sédar-Senghor.
  • Lycée François Rabelais
  • Université de Caen Campus 3.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[38],[Note 8]

En 2019, la commune comptait 11 696 habitants[Note 9], en augmentation de 1,7 % par rapport à 2013 (Calvados : +0,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %). Ifs ne dépassant pas ce seuil au recensement de 1999, la commune a fait l'objet d'une enquête exhaustive de recensement en 2005[39].

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
719536703706719741772748761
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
750736794697682617606556599
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5665615606266347058037701 263
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 7912 6814 5745 6356 9749 20810 68411 34711 768
2019 - - - - - - - -
11 696--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 39,1 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (35,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 23,3 % la même année, alors qu'il est de 27,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 5 628 hommes pour 5 939 femmes, soit un taux de 51,34 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,95 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[41]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ou +
1,9 
5,2 
75-89 ans
9,1 
13,9 
60-74 ans
15,9 
18,4 
45-59 ans
18,8 
19,3 
30-44 ans
18,8 
20,4 
15-29 ans
18,8 
22,5 
0-14 ans
16,6 
Pyramide des âges du département du Calvados en 2018 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
1,9 
6,9 
75-89 ans
10,1 
17,5 
60-74 ans
18,5 
19,8 
45-59 ans
19,1 
17,9 
30-44 ans
17 
18,8 
15-29 ans
17,2 
18,4 
0-14 ans
16,1 

Économie[modifier | modifier le code]

  • Moulinex, usine fermée en 2001, (ne se situant pas sur la commune elle-même).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-André.
  • Église Saint-André (XIIe siècle-XIIIe siècle) dont le clocher et le mur nord de la nef, y compris le portail — entre autres éléments — sont classés monuments historiques depuis le 4 octobre 1946[43].
  • L'hôtel de ville aménagé dans la ferme Saint-Bernard, bâtiment du XVIIIe siècle inscrit au titre des Monuments historiques (colombier, façades et toitures de la ferme) depuis le 26 novembre 1979[44].
  • Sépultures hallstattiennes (Ve siècle av. J.-C.) de la Dronnière[45].
  • Sépultures franques et saxonnes datées du Ve au VIIe, 443 sépultures de soldats et leurs familles ont été dénombrées.
  • Forêt de 32 ha plantée en 1991, lieu de promenade et d'activités, désignée comme le centre du Calvados[46].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Association sportive d'Ifs fait évoluer deux équipes masculines et une féminine de football en ligue de Basse-Normandie et une troisième masculine en division de district[47].

L'équipe féminine du Club Basket d'Ifs évolue en Nationale féminine 1.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019, légale en 2022.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  9. « Station météofrance Caen-Carpiquet - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Ifs et Carpiquet », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Caen-Carpiquet - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Caen-Carpiquet - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Caen-Carpiquet - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Caen », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  25. « Le gentilé est Ifois, Ifoises », sur www.habitants.fr (consulté le )
  26. Juliette de Guyenro, Archéologie : des tombes de chevaux découvertes dans le Calvados, geo.fr, 2 décembre 2019
  27. « Un commando pacifique pour récupérer la chaire ! », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  28. « Cela me touche encore plus car c'était là, chez nous », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  29. a et b « Le point de vue des élus de la minorité », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  30. « Ancien maire d’Ifs, Jacques Legardinier est décédé », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  31. « Raymond Slama s'attendait « à plus difficile » », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  32. « J-P Gauchard : « La Gauche citoyenne repart » », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  33. « Municipales à Ifs. Michel Patard-Legendre (UMP) élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  34. a et b Réélection 2020 : « Municipales à Ifs. Michel Patard-Legendre élu maire par son conseil », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le )
  35. https://www.politiquemania.com/forum/vie-partis-f16/vie-interne-ump-les-republicains-t239-510.html
  36. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Décret no 2014-160 du 17 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Calvados
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. « Années d'enquêtes des communes du Calvados » (consulté le ) (archive Wikiwix du site www.insee.fr)
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  41. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Ifs (14341) », (consulté le ).
  42. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Calvados (14) », (consulté le ).
  43. « Église Saint-André », notice no PA00111455, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. « Ferme Saint-Bernard », notice no PA00111456, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. « Site de la ville d'Ifs - Héritage » (consulté le ).
  46. Ouest-France du 30/09/2011
  47. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – A.S. Ifs » (consulté le )