Colombelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Colombelle.

Colombelles
Colombelles
La tour de l'ancien château.
Blason de Colombelles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Hérouville-Saint-Clair
Intercommunalité Communauté urbaine Caen la Mer
Maire
Mandat
Marc Pottier
2014-2020
Code postal 14460
Code commune 14167
Démographie
Gentilé Colombellois
Population
municipale
6 513 hab. (2015 en augmentation de 16,62 % par rapport à 2010)
Densité 912 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 12′ 15″ nord, 0° 17′ 50″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 49 m
Superficie 7,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Colombelles

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Colombelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Colombelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Colombelles
Liens
Site web www.colombelles.fr

Colombelles est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 6 513 habitants[Note 1].

Restée pendant des siècles un village rural ne dépassant jamais les trois cents habitants, elle est devenue très rapidement une ville ouvrière au début du XXe siècle, avec l'implantation en 1913 sur une partie de son territoire d'une usine sidérurgique qui va transformer son paysage et la composition sociale de sa population.

Détruite à près de 80 % pendant la Seconde Guerre mondiale, Colombelles a reçu le la Croix de guerre avec étoile d'argent, accompagnée de cette citation : « Ville ouvrière très patriote. A eu pendant l'occupation une belle attitude. A été détruite aux quatre cinquièmes au cours de la bataille de Caen. A supporté avec un grand courage ses deuils et ses ruines. Travaille avec ardeur à se relever et à produire à nouveau »[1].

La reconstruction de la ville prit douze ans et celle du site industriel de la Société métallurgique de Normandie s'acheva en 1952, année qui marqua son retour à une capacité de production d'acier brut supérieure à celle d'avant 1940[2].

Depuis 2006, Colombelles s'est engagée dans un vaste projet de renouvellement urbain de son centre-ville et dans la création de deux quartiers nouveaux d'habitat, l'un sur l'ancien site de la SMN démantelé en 1993-1994 et l'autre à proximité de celui-ci : Jean-Jaurès et Le Libéra.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Colombelles se situe dans la plaine de Caen, au nord-est de l'agglomération, entre vallée de l'Orne et plateau calcaire.

Communes limitrophes de Colombelles[3]
Hérouville-Saint-Clair Blainville-sur-Orne Ranville,
Hérouvillette
Hérouville-Saint-Clair Colombelles Cuverville
Mondeville,
Hérouville-Saint-Clair
Giberville,
Mondeville
Giberville

Relief[modifier | modifier le code]

Son altitude moyenne est de 30 m environ pour une superficie de 714 ha. La commune est presque entièrement implantée sur la rive droite de l'Orne bien qu'une partie s'étende sur sa rive gauche, héritage du tracé de l'ancien lit du fleuve avant son redressement au XVIIIe siècle.

Le diagnostic du plan local d'urbanisme de la commune distingue trois grandes entités géographiques sur son territoire : le plateau agricole désormais urbanisé, le coteau est de la vallée de l'Orne où se situe le village d'origine, et la vallée de l'Orne qui accueille aujourd'hui une zone industrielle (Renault Trucks).

La commune peut être divisée en plusieurs secteurs[modifier | modifier le code]

  • le Bas de Colombelles et l'ancien Bac (quartier le plus ancien, rue de la République et rue de l'Orne) ;
  • l'ancien site de la SMN et la rue Jean-Jaurès (ancienne mairie devenue Maison du peuple) ;
  • le groupe scolaire Henri-Sellier (1934)[4], la rue Jules-Guesde, le bois (ancien parc du château) et la cité Suédoise (1948)[5] ;
  • le centre-ville actuel (mairie construite en 1957)[6] reconfiguré à partir de 2006 avec, notamment, l'extension de l'hôtel de ville et la création d'une halle ouverte polyvalente sur la place centrale ;
  • le quartier du Bois (années 1980) ;
  • la ZAC Lazzaro (éponyme du premier propriétaire de l'hôtel-restaurant situé au carrefour portant son nom) ;
  • la partie colombelloise du Plateau.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies terrestres[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les routes départementales 513 et 226. Cette dernière supporte un important trafic de transit et notamment de poids-lourds qui empruntent cet itinéraire pour rejoindre, depuis l'autoroute A 13, la quatre-voies vers Ouistreham et éviter ainsi le viaduc de Calix, point névralgique du périphérique de Caen. Par sa surfréquentation, la RD 226 accentue la coupure qu'elle provoque entre le quartier de Jean-Jaurès et le centre-ville de Colombelles. Un projet de desserte portuaire a donc été envisagé pour délester la RD 226 et la transformer en boulevard urbain, plus compatible avec l'urbanisation environnante. Le tracé de cette desserte , validé en 2012, traversera les anciens terrains de la Société métallurgique de Normandie, reliant le rond-point Normandial à Colombelles à la D 402 à Hérouville-Saint-Clair. La nouvelle liaison routière permettra par ailleurs d'organiser la desserte de la future base de maintenance éolienne de Courseulles-sur-Mer. La 1ère phase de ce chantier d'envergure a été lancée en sous maîtrise d'ouvrage du Conseil départemental du Calvados. Elle se déroulera en trois tranches :

  • de septembre à décembre : terrassement de la future liaison entre les RD 402 et RD 403 ;
  • 2019 : construction du nouveau viaduc de franchissement de l'Orne et des autres ouvrages d’art (passerelle et pont-cadre) ;
  • fin 2019 : réalisation de la chaussée et mise en place de la signalisation.

La commune de Colombelles est desservie par les lignes 3, 9, 110, 111, 120 du réseau Twisto[7],[8], ainsi que par les lignes 20 et 120 des Bus Verts du Calvados[9].

Une navette dédiée du réseau Twisto dessert par ailleurs, matin et soir, le site industriel de Renault Trucks à Colombelles[10].

Depuis la rentrée scolaire 2018-2019, une nouvelle ligne de bus sur le réseau Twisto, la 121[11], relie la commune au collège Gisèle-Guillemot de Mondeville. Cette création de ligne fait suite à la fermeture du collège Henri-Sellier annoncée par le Conseil départemental du Calvados en septembre 2017[12].

Voies douces[modifier | modifier le code]

La voie verte cyclo-pédestre Colombelles/Giberville/Mondeville qui se trouve sur l'emprise de l'ancienne voie de chemin de fer minier de la Société métallurgique de Normandie a été ouverte au public fin . Longue de 4,3 km et large de 4 m, c'est un espace mixte de circulation douce avec accès aux personnes à mobilité réduite (PMR). Quatre rampes y donnent accès dont une sur le territoire de la commune de Colombelles dans la zone Normandial[13].

À l'ouest, Colombelles est traversée par le sentier de grande randonnée 36 qui relie la Manche à la Méditerranée de Ouistreham à Bourg-Madame. Le sentier suit en fait l'ancien chemin de halage de l'Orne.

Voies maritimes[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le canal maritime de Caen à la mer qui relie le port de plaisance intérieur à la ville au port côtier de Ouistreham. L'Orne n'est plus en effet navigable depuis le début du XXe siècle.

Transports ferroviaire et aérien[modifier | modifier le code]

Colombelles se situe à moins d'un quart d'heure de la gare SNCF de Caen et à 40 min environ de l'aéroport de Caen-Carpiquet (15 km) desservi par la ligne 3 du réseau Twisto qui a un arrêt dans la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Colombelles est traversée par un seul cours d'eau, l'Orne, à laquelle son histoire est intimement liée puisque son implantation originelle, au plus tard au XIe siècle[14], est due au gué puis au bac qui permettaient son franchissement.

Au XVIe siècle, François Ier ordonne les premiers travaux de redressement de l'Orne. D'un faible dénivelé, le fleuve était en effet particulièrement sinueux, ce qui augmentait la durée de transport fluvial entre Caen et la mer. Un premier canal rectiligne est alors creusé sous le hameau de Longueval qui faisait à cette époque-là partie de Colombelles.

Au XVIIe siècle, Colbert, qui possédait des terres à Hérouville, relance les travaux et le redressement de l'Orne est entrepris de 1677 à 1679 entre Ranville et Clopée, alors intégrée à Colombelles.

En 1780, pour remédier à l'envasement du lit du fleuve, est creusé un nouveau lit qui améliore l'accès au port de Caen.

Mais en 1837, il est décidé de construire un canal maritime qui sera inauguré vingt ans plus tard. La construction du barrage de Caen en 1911 met fin à la navigation commerciale sur l'Orne et donc au passage des embarcations au pied de Colombelles. Cependant, les nombreux graffiti maritimes que portent les murs de l'église Saint-Martin et de différentes maisons le long de l'ancien chemin de halage témoignent de ce passé.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune de Colombelles est caractérisée par un climat océanique avec été tempéré. Les précipitations sont significatives, réparties sur l'ensemble de l'année, y compris pendant le mois le plus sec. Le mois de juillet y est le plus chaud [15].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) continentales : la zone Basse-vallée et Estuaire de l'Orne dont l'intérêt ornithologique est « le plus riche et diversifié du département du Calvados » et la zone Canal du Pont de Colombelles à la mer dont l'intérêt biologique réside en « son gradient de salinité (de 3 à 12 % de Caen à la mer) ». Ce canal abrite des espèces remarquables comme une rarissime méduse (Ostroumovia inkermaria) ou un petit crabe originaire du Bengale (Heterapanope tridentatus)[16]. Il « accueille en période de nidification plusieurs espèces d'oiseaux d'intérêt patrimonial telles que le goéland marin (Larus marinus), le goéland brun (Larus fuscus), le rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos), la rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), l'hirondelle de rivage (Riparia riparia) ».

Sur le Plateau, la commune de Colombelles comporte par ailleurs un site archéozoologique et archéobiologique du Néolithique ancien dans la ZAC de Lazzaro [16].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne l'occupation des sols, la commune comporte 65 % de territoires artficialisés, 30,2 % de terres agricoles et 4,8 % de forêts et milieux semi-naturels[17].

Colombelles se trouve sur le territoire de l'agence de l'eau Seine-Normandie et se situe dans le bassin versant de l'Orne.

La commune est dans le périmètre du schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) Orne Aval-Seulles[18].

En ce qui concerne les risques, Colombelles est concernée par les risques naturels d'inondation (crue), de tempêtes et de grains ainsi que de mouvements de terrain (coulées de boue), par le risque industriel, par le risque technologique (transport de matières dangereuses) et par le risque de sismicité (niveau 2, faible)[19].

La commune dispose d'une unité de valorisation énergétique des déchets, avec parcours pédagogique qui a été ouvert à la visite l'été 2018[20]. Elle relève du syndicat pour la valorisation et l'élimination des déchets de l'agglomération caennaise (SYVEDAC)[21].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Plus de la moitié du territoire communal est urbanisé en 2018 et il ne resterait plus qu'une seule exploitation agricole[22].

Évolution urbaine[modifier | modifier le code]

Planification urbaine[modifier | modifier le code]

Colombelles dispose d'un plan local d'urbanisme approuvé par le conseil municipal le .

Plus largement, la commune s'inscrit dans le schéma de cohérence territoriale (SCoT) Caen Métropole. Colombelles appartient au deuxième cercle de l'agglomération, la « couronne urbaine », qui a vocation « à renforcer sa dynamique de construction, à mobiliser son potentiel de densification, à renforcer et développer son offre de services et d'équipements en complémentarité, voire en réseau avec ceux du centre urbain métropolitain ».

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Columbellis en 1082 dans le cartulaire de l'abbaye aux Dames[23], Columbellæ dans un texte en latin du XIIe siècle[24], Coulumbelles dans un texte en français du XVe siècle[25].

L'étymologie du nom Colombelles signifierait l'« endroit où l'on élève des pigeons », de columbulus, signifiant pigeon, associé au suffixe de présence en latin -ella[26].

Le Littré (1880) indique que colombelle est le diminutif de colombe et donne pour définition « petite colombe, au propre et au figuré ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Des origines au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Colombelles sur la carte de Cassini (milieu du XVIIIe).
Navires gravés sur le côté du porche au no 9 rue Hippolyte-Monin.

Le premier site d'implantation humaine sur le territoire de Colombelles a été retrouvé à l'emplacement de l'actuelle ZAC de Lazzaro[Note 2]. Il s'agit d'un gros village d'une dizaine de maisons datant du début du Néolithique (toute fin du VIe millénaire av. J.-C.). Ces maisons sont dites danubiennes en référence à l'origine de leurs premiers occupants originaires des vallées du Danube. Des maisons de même type ont été observées dans les communes calvadosiennes de Mondeville et de Fontenay-le-Marmion mais aussi dans le département de l'Eure et plus largement dans le Nord de la France. Elles sont le témoignage de la sédentarisation de leurs occupants avec des constructions en dur, faites de troncs d'arbres et de torchis. Dans les fosses servant de dépotoir qui longent ces maisons ont été retrouvés des outils pour le broyage des grains, des silex taillés, des bris de poterie mais aussi des blocs de minerai de fer qui servaient à la fabrication de l'ocre. "Clin d'œil de l'histoire, ce minérai (...) fera 7 000 ans plus tard la prospérité de Colombelles avec l'implantation de la Société métallurgique de Normandie" [14]. Le village est ensuite abandonné au profit d'un nouveau site en contrebas sur la rive droite de l'Orne ; ce dernier fut peut-être occupé dès le haut Moyen Âge[Note 3].

La première trace écrite du nom du village de Colombelles figure sur la liste des chevaliers de Guillaume le Conquérant avec un Renouf de Colombelles qui s'illustra à la Bataille d'Hastings [14]. Le village est mentionné sous le nom de Columbellæ dans un texte en latin du XIIe siècle[27] et sous celui de Coulumbelles dans un texte en français du XVe siècle[28]. Ce n'est alors qu'une petite bourgade au débouché du bac de l'Orne sur la route menant à Dives[29]. Cette voie est une portion de la route principale reliant Rouen à Caen par Honfleur jusqu'au XVIIIe siècle ; à partir de ce siècle, la route de Caen à Rouen est déviée par Pont-l’Évêque (actuelle route départementale 675) et la route de Colombelles n'a plus qu'un usage local entre Caen et Dives[30]. La population vit de l'agriculture et de l'extraction de la pierre de Caen. Les activités fluvio-maritimes sur l'Orne (pêche, extraction du sable, exportation de la pierre extraite des carrières) sont au cœur de la vie des villageois ; de nombreux graffitis représentant des bateaux, gravés sur les murs de la sacristie construite au XVIIIe dans l'église Saint-Martin et sur certaines maisons de l'ancien village, témoignent encore de cette activité maritime[31]

Les villageois se concentrent principalement au débouché du bac, puis le long de la rue principale (actuelle rue de la République) parallèle à l'Orne, après le redressement de cette dernière. Un chemin de halage est aménagé sur la rive droite depuis Caen jusqu'à l'embouchure. À l'entrée du village, les paroissiens construisent au XIe-XIIe l'actuelle église Saint-Martin. Au XVIIe, un château, ou plutôt une maison de maître, est construit sur le coteau au-dessus du village. Son parc s'étend entre le bourg et la route de Ranville (actuelle rue Jules-Guesde) jusqu'à Longueval. Au début du XIXe siècle, le château est agrandi dans le style Empire. Le seul vestige restant est une tour, située à côté de la grille d'entrée du château, probablement occupée par les gardiens du domaine[31].

En 1793, 278 habitants sont recensés dans le village et l'évolution démographique[32] reste limitée au XIXe siècle. Au XIXe siècle, le village est encore peu développé. Les descriptions rédigées à cette époque montre qu'il s'agissait d'un espace rural, mais également un lieu de villégiature pour les Caennais. Il s'agit en fait de Clopée, partie de Mondeville rattachée à Colombelles de 1780 à 1849[33],[34].

« L'Orne partage en deux Colombelles, le côté de gauche cependant est plus habité que celui de droite. Ainsi que Longueval, Colombelles possède une grande quantité de maisons de campagne appartenant à des particuliers de la ville qui viennent y passer la belle saison. Un beau bac entretient les communications entre les deux rives ; il est placé à l'extrémité du village en approchant de Caen. » J. MORLAND, 1837[35]

La population augmente lentement pour atteindre un maximum de 364 habitants en 1846, avant de décliner jusqu'au début du XXe siècle ; en 1901, on ne dénombre plus que 153 Colombellois. Cette évolution négative peut être en partie expliquée par la déliquescence des activités fluviales provoquée par l'étiolement du trafic sur l'Orne, à la suite de l'ouverture en 1857 du canal de Caen à la mer. Dans les années 1870, le bac sur l'Orne n'est plus utilisé annuellement que par 200 à 225 voitures légères qui transportaient surtout des voyageurs[36] ; il est finalement supprimé en 1877[37]. Lorsque l'enseignement primaire est rendu obligatoire, une école est tout de même installée en 1880 dans les locaux de la mairie (rue de la République) ; auparavant, l'enseignement était dispensé par des religieuses dans une dépendance du château[31].

Le développement rapide de la ville au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Stèle commémorative de la Cité suédoise.

En 1909, August Thyssen achète des terrains sur le plateau surplombant le village qui compte alors moins de 200 habitants (169 en 1906). Il fonde ensuite la Société des Hauts-Fourneaux de Caen, dont le siège social se trouve à Paris et fait construire une grande usine sidérurgique sur les terrains de Colombelles (dont les bureaux (dits les Grands Bureaux) sont sur Mondeville. Cet établissement, qui devient ensuite la Société métallurgique de Normandie, bouleverse considérablement le visage de la commune. De petit village rural, Colombelles devient une importante ville ouvrière à la population cosmopolite[31]. En dix ans, la population de la commune est multipliée par dix ; partant de 178 habitants en 1914, elle atteint 2 301 habitants en 1921 et 3 452 habitants en 1939. Des logements ouvriers sont construits non loin de l'usine (cité du Calvaire, cité de Cuverville et surtout cité du Plateau[Note 4]) et une église orthodoxe est érigée pour les ouvriers de l'usine. Pour faire face à l'accroissement de la population, la municipalité achète le château en 1925 afin de le transformer en école communale. Elle fait ensuite construire dans le parc un nouveau groupe scolaire (groupe scolaire Henri-Sellier), inauguré en juin 1934. Le centre de gravité de la commune se déplace sur le plateau face à l'usine : édification de la nouvelle mairie et de la salle Jean-Jaurès[31].

En 1944, la ville et l'usine sont durement touchées par les bombardements lors de la bataille de Caen. L'usine est gravement endommagée et la ville détruite à 80 %. Le vieux village est peu touché par les bombes, mais le château est ravagé par les flammes ; seule la tour est épargnée. La reconstruction de la ville dure douze ans. Dès 1948, la Cité suédoise est aménagée dans l'ancien parc du château (entre la rue de Suède et la rue Jules-Guesde) ; elle doit son nom au fait qu'elle est composée de 40 maisons jumelées en bois, conçues par l'architecte Sven Ivar Lind et offertes par la Suède. Colombelles est l'une des dix communes qui bénéficia de ces maisons[38] , [31] , [39]. En 1963, on construit la nouvelle église Saint-Pierre-et-Saint-Paul. Deux nouveaux ponts sont construits sur l'Orne à proximité de l'ancien bourg ; l'un sur la nouvelle route départementale vers Hérouville-Saint-Clair, l'autre pour rejoindre la route de la zone portuaire. L'ancien pont situé en amont, à l'emplacement de l'ancien bac, est démoli.

Le 5 novembre 1993 a lieu la dernière coulée de la SMN. La fermeture de l'usine est vécue comme un traumatisme. L'ancien territoire de l'usine est en partie dépollué et fait l'objet d'un traitement paysager conçu par Dominique Perrault. L'ancienne tour de refroidissement principale est conservée comme un emblème important de ce passé ouvrier et mise en lumière la nuit. En 1997, Caen la Mer (alors communauté d'agglomération) crée la ZAC du Plateau et attribue la concession d'aménagement à Normandie Aménagement. Deux sites sont créés dans la partie proche de la route de Cabourg : Normandial, dédiée à l'industrie agroalimentaire (filière ultra-frais) et Efficience, dédiée aux nouvelles technologies[40].

Les grands projets du début du XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Orpheline de ses hauts fourneaux et bien affaiblie dans ses ressources, Colombelles s'est préparée dès la fin du siècle dernier à engager un vaste programme de renouvellement urbain pour maintenir son rang au sein de la communauté urbaine Caen la Mer.

Ce programme s'articule autour de deux axes majeurs et complémentaires : la reconversion de l'ancien site de la SMN sur le Plateau et la reconfiguration du centre-ville de la commune afin « d'éviter un risque de développement inégal, voire inégalitaire » donc un risque de fracture sociale entre « un Colombelles nouveau, moderne et confortable, celui du bien vivre autour de l'ex Plateau SMN » et « un Colombelles ancien, obsolète et dégradé, celui condamné au mal vivre » du centre-ville[41]. Ce programme, en partie financé par l'ANRU, a fait l'objet d'une convention de partenariat signée le entre la commune, l'État, la région, le département du Calvados, la communauté d'agglomération, la Caisse des dépôts et consignations et les bailleurs sociaux concernés.

De nouvelles voiries de desserte et de désenclavement ont été créées afin d'assurer une meilleure lisibilité du centre-ville. Les barres de logements sociaux qui entouraient la place de l'hôtel de ville ont été détruites et les 223 logements détruits ont été en grande partie reconstruits sur site, les autres l'étant sur la ZAC Libéra (53) sur Le Plateau et sur la ZAC Jean-Jaurès (30) à l'est de l'ancienne SMN. Cette opération s'est accompagnée d'un plan de relogement mis en œuvre par une équipe sociale spécifiquement missionnée dès 2006[42].

Depuis le début de l'année 2007, l’ancien site de l’usine accueille également un campus technologique. Le magasin Super U, installé depuis 30 ans à la sortie de Colombelles, rue Léon-Blum, a déménagé le sur la ZAC Libéra (Plateau) au sein d'un centre commercial qui comprend en outre une petite galerie marchande (fleuriste, cordonnerie, salon de coiffure, opticien).

Des équipements nouveaux ont été construits à proximité ou autour de la place de l'hôtel de ville, comme la halle publique polyvalente, le local dit social qui accueille le Relais Assistantes maternelles et divers services de consultation ou encore la médiathèque Le Phénix, installée dans l'ancienne gendarmerie qui a fait l'objet d'une restructuration complète. Inaugurée le 19 octobre 2011, la médiathèque propose tout au long de l'année une programmation culturelle ( lectures, spectacles, concerts, expositions, séances de dédicace...)[43].

"Poumon vert de 7 ha entre l'Orne et le centre-ville", le Bois de Colombelles situé dans le périmètre du parc de l'ancien château, a fait l'objet d'un programme d'aménagement complet avec allée accessible aux PMR, aire de pique-nique, théâtre de verdure, verger, arboretum...Inauguré le 16 septembre 2017, le Bois redevient le lieu de promenade des Colombellois, toutes générations confondues[44].

Économie[modifier | modifier le code]

Selon les données publiées par l'Institut national de la statistique et des études économiques, la commune de Colombelles compte sur son territoire, au , 4 730 emplois et 581 établissements actifs. 70,6 % de ces emplois relèvent du secteur du commerce, des transports et services divers. Le taux de chômage des 15 à 64 ans s'élève en 2015 à 19,7 %[45].

Outre ses services de proximité en centre-ville et le long de la RD 513, la commune de Colombelles comporte trois pôles d'activité. La ZAC de Lazzaro, la plus ancienne, regroupe des artisans, des PME et des PMI locales. Ce site connaîtra prochainement une nouvelle extension, Lazzaro 3, qui accueillera des TPE et des TPI. Les 50 lots prévus seront aménagés par Normandie Aménagement qui a remporté l'appel d'offres début 2018[46]. Sur l'ancien site de la Société métallurgique de Normandie, Normandial destinée initialement à accueillir des entreprises agro-alimentaires, évolue aujourd'hui vers une zone d'accueil de bureaux et de PME/PMI. La zone comprend désormais un supermarché Lidl, impasse du Vexin, qui résulte à la fois du transfert du magasin anciennement situé à la ZAC de Lazzaro et de la nouvelle stratégie de l'enseigne allemande qui souhaite évoluer en France du hard-discount vers un supermarché traditionnel [47]. L'ouverture a eu lieu le 12 septembre 2018 et d'après l'enseigne, le magasin serait le plus grand et le plus moderne de la région. La commune compte donc désormais deux supermarchés, avec le Super U installé dans le centre commercial Libéra. Plus à l'ouest, Efficience est un pôle à vocation de haute technologie.

Par ailleurs, la commune de Colombelles comporte une zone industrielle dite de la Vallée, située le long du canal de Caen à la mer, qui accueille pour partie le site de Renault Trucks dont le siège social se trouve sur la commune limitrophe de Blainville-sur-Orne. Cette usine s'est spécialisée dans la production de véhicules de moyen tonnage et de cabines de camions. Sa production en 2017 s'établissait à une moyenne de 76 camions et 255 cabines par jour[48]. Fin , la firme a annoncé la commercialisation en 2019 d'une gamme de camions 100 % électriques destinés à opérer en milieu urbain et péri-urbain qui seront fabriqués à l'usine de Blainville-sur-Orne[49].

En 2018 ont débuté les travaux de construction d'une ferme solaire urbaine sur la partie colombelloise de l'ancien site de la Société métallurgique de Normandie, au pied de la tour réfrigérante[50]. La ferme est entrée en fonctionnement le et devrait fournir environ 11,4 millions KWh par an[51].

Dans le champ de l'économie sociale et solidaire, la commune accueille en centre-ville une entreprise à but d'emploi [52].

Colombelles a abrité le constructeur de bateaux de plaisance haut de gamme ACM à partir de 1998 avant sa fermeture définitive en 2010. Le chantier initialement créé en 1954 à Cabourg a, durant les années 2000-2010, changé de nombreuses fois de propriétaires : ACM Power, ACM Dufour, ACM Yachts (en 2001), Green Recovery et Sey Group 2004 devenu ACM Arcoa[53],[54].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Dans un département qui a toujours été majoritairement conservateur, la commune de Colombelles fait partie de la demi-douzaine de cités à proximité de Caen à être restée à gauche depuis l'entre-deux-guerres, vraisemblablement du fait d'un électorat à dominante ouvrière. L'implantation de l'usine sidérurgique au début du XXe siècle a en effet modifié la structure sociale de la population colombelloise avec l'afflux d'une main-d'œuvre ouvrière spécialisée et syndiquée. Ainsi l'année 1919 est-elle marquée à Colombelles par l'élection du premier maire de gauche de la commune, passée du statut de bourgade rurale à celui de petite ville industrielle[55].

À la Libération, le maire de Colombelles fut l'un des trente maires calvadosiens qui furent suspendus au motif ou sous prétexte de compromission avec l'occupant ou avec le gouvernement de Vichy, absentéisme ou infractions aux lois de ravitaillement[56].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1911 décembre 1919 Fernand Mahler - Propriétaire du domaine de Colombelles
1944 Émile Mougins SFIO  
1944 ? Henri Puguinier    
1947 1977 Aristide Himbaut    
1977 1989 Marie Petitpas PS  
1989 mars 2001 Claude Écobichon PS Professeur
mars 2001[57] mars 2014 Colin Sueur PS Architecte
mars 2014[58] en cours Marc Pottier PS Professeur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de vingt-neuf membres dont le maire et huit adjoints[59].

En 1793, la commune a été incorporée au canton de Ranville, puis à partir de 1801 à celui de Troarn. Après 1982, Colombelles fait partie du canton de Cabourg[32]. Depuis 2015, elle fait partie du canton d'Hérouville-Saint-Clair[60].

Politique sociale[modifier | modifier le code]

Dans le contexte post-industriel lié à la fermeture de la Société métallurgique de Normandie, entreprise sidérurgique au paternalisme social affirmé et face à un taux de chômage avoisinant les 20 % de la population colombelloise, la commune a placé le soutien à l'emploi au cœur de son action et, depuis 2014, en a fait un axe transversal de toute sa politique[61].

Le plan local d'urbanisme signé au 1er semestre 2014 favorise le développement économique sur le territoire communal. La cellule-emploi a été municipalisée et ses ressources augmentées. La commune participe aux travaux du contrat de ville du territoire de Caen la Mer 2015-2020, au titre de son centre-ville qui est l'un des sept quartiers prioritaires éligibles au dispositif[62]. La municipalité recourt par ailleurs et systématiquement à la clause du 1 % insertion dans les marchés publics en maîtrise d'ouvrage.

L'observatoire des solidarités territoriales a fait apparaître en effet qu'au , la commune comptait encore 846 demandeurs d'emploi (dont 484 de catégorie A), que parmi eux, 244 bénéficiaient du revenu de solidarité active (RSA) et 380 se trouvaient en recherche d'emploi depuis plus d'un an[63].

La commune de Colombelles a donc candidaté en 2016 à l'expérimentation Territoires zéro chômeur de longue durée instituée par la loi no 2016-231 du . Sa candidature a été retenue parmi les 51 adressées au gouvernement. Colombelles fait donc partie des dix territoires volontaires agréés pour cette expérimentation qui propose de renverser l'approche de la problématique du chômage de longue durée, en requalifiant la dépense publique consacrée à l'indemnisation du chômage vers le co-financement d'entreprises à but d'emploi (EBE)[64].

Dans ce cadre, la commune met en œuvre depuis 2017 un programme d'actions qui comprend notamment :

  • la poursuite de la sensibilisation des demandeurs d'emploi ;
  • l'organisation d'une vigilance locale pour s'assurer que les emplois créés soient effectivement nouveaux et n'entrent pas en concurrence avec d'autres projets ou emplois déjà existants ;
  • la mise en place d'initiatives destinées à renforcer l'implication et la formation des demandeurs d'emploi qui se sont volontairement engagés dans la démarche ;
  • l'inventaire des compétences de chacun ;
  • la création sur le territoire colombellois d'une seule entreprise conventionnée EBE et sous statut associatif[65].

Ainsi a vu le jour ATIPIC, Emplois nouvelle génération qui a pour but d'embaucher en contrat à durée indéterminée (CDI) et à temps choisi des chômeurs de longue durée habitant Colombelles depuis plus de six mois. Ces emplois relèvent de secteurs où les besoins ont été identifiés lors de la phase de préfiguration de l'association, qu'il s'agisse de prestations de services aux particuliers ou d'aide aux entreprises et associations locales[66]. L'entreprise comptait treize salariés à sa création en . L'effectif est passé à quarante à l'été 2018, l'objectif étant fixé à 100 emplois au terme des trois années d'expérimentation[67].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[68]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[69].

En 2015, la commune comptait 6 513 habitants[Note 5], en augmentation de 16,62 % par rapport à 2010 (Calvados : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Ce qui fait de Colombelles la 6e ville de la communauté urbaine Caen la Mer au regard de son poids démographique.

Depuis 1793, la commune connaît une évolution constante de sa population, exceptée la nette cassure durant la Seconde Guerre mondiale.

À terme, avec l'édification de nouveaux quartiers sur les terrains libérés par la SMN, la population pourrait passer de 6 000 habitants actuellement à près de 10 000[70].

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
278205317322297333364329299
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
291236242238242232204178153
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1691882 0392 5563 3083 4552 0213 5265 122
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015 -
5 6685 5665 3065 6956 2425 8445 4426 513-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[71] puis Insee à partir de 2006[72].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 20,7 %, 30 à 44 ans = 17,4 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 17,9 %) ;
  • 52,1 % de femmes (0 à 14 ans = 18,5 %, 15 à 29 ans = 17,8 %, 30 à 44 ans = 18,5 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 23,8 %).
Pyramide des âges à Colombelles en 2007 en pourcentage[73]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
1,8 
5,1 
75 à 89 ans
8,4 
12,6 
60 à 74 ans
13,6 
22,1 
45 à 59 ans
21,5 
17,4 
30 à 44 ans
18,5 
20,7 
15 à 29 ans
17,8 
21,8 
0 à 14 ans
18,5 
Pyramide des âges du département du Calvados en 2007 en pourcentage[74]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,1 
5,9 
75 à 89 ans
9,4 
12,3 
60 à 74 ans
13,7 
21,0 
45 à 59 ans
20,4 
20,5 
30 à 44 ans
19,2 
20,3 
15 à 29 ans
19,0 
19,7 
0 à 14 ans
17,3 

Vie associative[modifier | modifier le code]

La vie associative dans la commune de Colombelles est très active et soutenue par la municipalité (subventions). Ces associations ont des objectifs variés et elles œuvrent principalement dans le domaine de la culture, du sport et des loisirs. Mais la commune compte aussi une association à caractère patriotique, des groupements d'entraide et de solidarité, des associations de défense des intérêts des citoyens ou encore de jumelage et d'amitié avec des villes et pays de l'espace européen[75]. Un forum des associations est organisé chaque année sur la commune qui accueille par ailleurs depuis 1966 une association d'éducation populaire très impliquée dans sa mission : le centre socio-culturel et sportif Léo-Lagrange.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Colombelles se situe dans le diocèse catholique de Bayeux-Lisieux et relève du pôle missionnaire de Caen extérieur dit aussi Caen Sud[76]. La ville fait partie depuis 1997 de la paroisse du Bienheureux Marcel Callo du Plateau qui regroupe cinq communes (Colombelles, Cuverville, Démouville, Giberville et Mondeville à l'exception du quartier Charlotte Corday) et deux quartiers, ceux de Longeval (aujourd'hui rattaché à la commune de Ranville) et de Sainte-Honorine-de-Chardonnette (aujourd'hui rattachée à la commune de Hérouvillette).

Les messes dominicales du samedi soir et du dimanche matin sont célébrées à tour de rôle dans les églises de la paroisse et en ce qui concerne Colombelles dans l'église Saint-Pierre-Saint-Paul[77].

Culte orthodoxe[modifier | modifier le code]

La paroisse orthodoxe de Saint-Serge Saint-Vigor de Colombelles relève du doyenné du Sud-Ouest parisien de l'Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale, Exarchat du patriarcat œcuménique[78].

Les Heures et Liturgie sont célèbrées dans le sanctuaire orthodoxe les 1er et 3e dimanches de chaque mois et les Typiques les autres dimanches[79].

Sports[modifier | modifier le code]

Colombelles compte environ 1 900 licenciés, ce qui en fait une commune tournée vers le sport[80].

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

L'une des deux piscines du SIVOM des Trois Vallées se trouve à Colombelles. Elle comporte deux bassins intérieurs, l'un plutôt ludique, l'autre à vocation sportive.

Le stade Auguste-Michelle offre un terrain de football pour sept joueurs et un parcours de cross-country.

Le complexe sportif Pierre-Rival comprend un terrain de football d'honneur, un terrain de handball, des courts et un mur de tennis, un terrain de boules, une aire d'athlétisme, une salle multi-sports et un dojo.

Implanté sur l'ancien terrain du stade Michel-Hidalgo, le gymnase du Plateau accueille quinze disciplines sportives sur une surface totale de 2 500 m2. Il a été inauguré le en présence du célèbre footballeur[1].

Handball[modifier | modifier le code]

Le handball féminin s'est fortement développé à Colombelles au début du XXe siècle. En effet, l'équipe première du Club laïque colombellois handball est montée pendant un an en division 2 féminine en 2009 et la réserve évolue en Nationale 3 féminine. En juillet 2018, le club colombellois et l'ES Troarn Handball se sont rapprochés pour devenir l'Entente Colombelles Troarn, les joueuses pouvant évoluer dans l'un ou l'autre collectif durant la saison. La convention prendra effet dès la saison 2018-2019 : un groupe Nationale 1 féminine évoluera à Colombelles, encadré par Reynaldo Mazzoli et un groupe Nationale 2 féminine évoluera à Troarn, encadré par Damien Degland. Ce conventionnement concerne tant les seniors filles que les catégories jeunes-filles avec en plus pour ces dernières le club de Giberville. L'objectif étant de créer à l'échelle de la communauté urbaine Caen la Mer une structure représentative du handball féminin et, pour l'équipe phare, de briguer à nouveau une accession en division 2[81].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin de Colombelles fut édifiée aux XIIe et XIIIe siècles. C'est une église de style roman. L'édifice, dans sa totalité, est inscrit au titre des monuments historiques depuis le 16 mai 1927. L'église est dédiée à saint Martin, évêque de Tours au IVe siècle, apôtre des Gaules. Il se trouve d'ailleurs encore de nos jours, à l'intérieur de l'église, un haut-relief en pierre de la Charité de saint Martin (XIVe siècle). Le tableau du retable du maître-autel datant du XVIIe siècle, disparu dans les années 1980 et remplacé par une simple toile de jute, représentait quant à lui le Rêve de saint Martin[31],[82]. La chapelle latérale date du XIXe siècle. De nombreux graffitis « maritimes » ornent les murs extérieurs de l'église. Bien qu'elle ait été modifiée au cours des siècles, cette église offre un exemple caractéristique de l'art roman normand. Elle a cessé d'être ouverte au culte en 1963, mais elle sert aujourd'hui de salle d'exposition et de concert.

Le cimetière Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Plusieurs sépultures de Saint-Martin témoignent de l'histoire de la commune, comme les tombes de la famille de Laistre, propriétaire de l'ancien château ou les tombes orthodoxes d'émigrés russes et ukrainiens venus travailler dans la sidérurgie, avec leurs épitaphes en caractères cyrilliques.

La commune a procédé en 2004 au relevé des tombes du cimetière Saint-Martin, désaffecté depuis les années 1930[83], pour reprendre les concessions abandonnées et engager des travaux d'aménagement du site.

Le cimetière a ainsi été transformé en jardin public et lieu de méditation [84].

L'église Saint-Serge[modifier | modifier le code]

Ce sanctuaire orthodoxe, constitué d'une église et d'une bibliothèque d'ouvrages en langue russe, a été construit en 1926 par et pour les ouvriers de la SMN sur des terrains offerts par les propriétaires de l'usine. L'édifice a été construit selon les plans dessinés par un colonel de l'armée russe qui s'est inspiré du style des églises de Saint-Pétersbourg. Le clocher de l'église est ainsi surmonté d'un toit en bulbe d'oignon, typique de l'architecture religieuse baroque des pays slaves. À l'intérieur de l'église, les murs sont recouverts d'icônes peintes par Fostov et Khvostov.

Endommagé en 1944, le sanctuaire a été reconstruit en 1947. Cet ensemble, unique dans l'Ouest de la France, est inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques (ISMH, 23/ 06/1992)[85].

La tour de l'ancien château[modifier | modifier le code]

Un premier château a été construit à Colombelles dans le dernier quart du XVIIe siècle par un certain sieur Cousin, homme d'affaires de Jean-Baptiste Colbert. Ce château figure sur le plan Colbert de 1681, situé sur les hauteurs dominant l'Orne. « La tour sise place Aristide-Briand, contrairement à la légende, n'est pas un vestige de fortification de cet édifice comme peut le laisser supposer sa surélévation par rapport au fleuve et une inscription partielle (16?5) relevée sur le linteau d'une fenêtre. En effet, elle n'est pas mentionnée sur la liste des forteresses de la région caennaise établie en 1371, ni sur le cadastre napoléonien de 1826. Elle a été construite postérieurement, avec certainement l'utilisation de pierres récupérées sur des édifices anciens »[14]. En effet, un deuxième château fut édifié dans la seconde moitié du XVIIIe siècle sur l'emplacement du précédent, le long de la route de Ranville (actuelle rue Jules-Guesde). La tour, située près de l'entrée principale du château, servait probablement de logement au gardien[31],[86].

Acquis par la municipalité en 1925, le château est transformé en école. Il est détruit le pendant l'opération Goodwood. Seules demeurent la tour d'entrée, emblématique de la commune, qui a hébergé des Colombellois jusqu'aux années 1950[14] ainsi que l'une des deux écuries, à l'arrière du bâtiment dit des instituteurs, rue Pasteur. Autre vestige, allongé sur la pelouse devant le groupe scolaire Henri-Sellier : l'un des deux lions en pierre qui flanquaient le perron de l'entrée principale[14].

Le réfrigérant et la Grande Halle[modifier | modifier le code]

Ancienne tour de refroidissement de l'usine sidérurgique, cet élément du patrimoine industriel, qui s'élève au centre du plateau, est le seul, avec la Grande Halle, à être réchappé du démantèlement de la Société métallurgique de Normandie[2]. À partir de 1997 et pendant plusieurs années, il a été éclairé chaque nuit et pouvait être vu de loin, notamment depuis le viaduc de Calix. Cet élément phare, qui symbolise l'identité ouvrière de Colombelles, mesure cinquante-six mètres de haut. Il surplombe l'ancien atelier électrique du site, appelé Grande Halle, qui fait actuellement l'objet d'un chantier de réhabilitation[87].

La poche no 50[modifier | modifier le code]

Autre vestige emblématique du passé sidérurgique de Colombelles, la poche de coulée no 50 a été installée en 2014 à proximité du rond-point d'entrée de l'ancienne SMN, aujourd'hui Normandial.

Cette poche a joué un rôle central lors du rituel mortuaire que les organisations syndicales mirent en œuvre pour accompagner la fin de l'usine. Elle quitta en effet solennellement le site dans un long cortège pour être déposée devant l'entrée de l'abbaye aux Dames , siège du conseil régional à Caen[2].

Cette poche fut présentée en au château de Caen à l'occasion d'une exposition consacrée à la SMN dans le cadre du vingtième anniversaire de sa fermeture puis rendue aux Colombellois le [1].

La « Pyramide »[modifier | modifier le code]

La Pyramide est située au carrefour du même nom, à l'est de la commune sur la D 513. C'est un obélisque en pierre de Caen qui comporte des traces illisibles d'anciennes inscriptions. Il pourrait dater de la réalisation du cadastre napoléonien[88].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

École de musique et de danse du SIVOM des Trois Vallées[modifier | modifier le code]

Créée en 1977, l'École de musique et de danse intercommunale des Trois Vallées a été agréée conservatoire à rayonnement intercommunal par le ministère de la culture en . Certains de ses équipements se trouvent sur le territoire de la commune de Colombelles : un auditorium de 120 places et deux salles de danse, rue du Cuirassé-Potemkine et la Maison de la musique place Albert-Thomas[89].

Médiathèque Le Phénix[modifier | modifier le code]

Politique culturelle[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nées dans la commune[modifier | modifier le code]

Liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Colombelles

Les armes de la commune de Colombelles se blasonnent ainsi :
D'azur aux trois colombes au vol déployé d'argent, accompagnées, en abîme, d'une roue dentée de huit pièces d'or, au chef cousu de gueules chargé d'un léopard aussi d'or [93].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Colombelles est jumelée avec

Manifestations[modifier | modifier le code]

De 2002 à 2014, la municipalité a organisé tous les deux ans un festival sur le thème de la culture ouvrière, les Germinales, qui avait lieu au mois de mai et dont l’audience s'étendait bien au-delà des limites communales. Les Germinales 2014 ont été le point d'orgue du cycle de commémoration des vingt ans de la fermeture de la Société métallurgique de Normandie [96].

Depuis 2018, la commune de Colombelles participe au festival Les poétiques du Canal. Créé en 2016 à Bénouville, ce festival littéraire a pour ambition de valoriser par des textes poétiques le patrimoine des territoires marqués par la présence du canal de Caen à la mer. Cet évènement se tient annuellement en mars et s'est inscrit en 2018 dans le cadre de la manifestation francophone Le Printemps des poètes[97].

Une fois par an au mois de mai, la commune organise une Foire aux plantules dont la 8ème édition en 2018 comportait un atelier de rempotage[98].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Ce site a été découvert en 1996 à la suite de fouilles archéologiques préliminaires à l'extension de la zone d'activités.
  3. L'ancienne église paroissiale de Colombelles est dédiée à Martin de Tours. Cette dédicace est souvent signe d'une très grande ancienneté.
  4. Le quartier du Plateau est à cheval sur Colombelles, Mondeville et Giberville.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Colombelles @venir, no 42 janvier-février 2014.
  2. a b et c Jean-Yves Meslé, Marc Pottier, SMN, Société métallurgique de Normandie, Mémoires et mutations, Bayeux, OREPS Éditions, , pp. 41 et 42 ; p. 55 ; pp. 88 et 89
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  4. Site Historique et chronique de la commune de Colombelles - Page Historique des écoles
  5. Site Les Suédoises du Calvados - Page Historique
  6. Site Historique et chronique de la commune de Colombelles - Page Un peu d'histoire
  7. Twisto, « Les lignes de bus », sur www.twisto.fr (consulté le 24 mars 2016)
  8. Twisto, « Communes », sur twisto.fr (consulté le 24 mars 2016)
  9. Bus Verts, « Horaires Bus Verts du 1er septembre 2015 au 5 juillet 2016 inclus », sur busverts.fr (consulté le 24 mars 2016)
  10. https://www.twisto.fr/reseau-twisto/nos-mobilites/bus.html
  11. Le Mag, le journal du réseau TWISTO, les mobilités de Caen la mer, septembre 2018.
  12. « Les collégiens feront leur rentrée à Mondeville », sur Ouest France, (consulté le 12 septembre 2018)
  13. « La voie verte Colombelles /Giberville /Mondeville est ouverte au public. », sur CAEN Savez-vous ?, (consulté le 28 septembre 2018)
  14. a b c d e et f Jean Margueret, La paroisse Saint-Martin de Colombelles depuis le Moyen-Âge, CABOURG, Éditions Les Cahiers du temps, (ISBN 978-2-35507-046-4), pp. 12, 16 ; pp. 68 et 69.
  15. https://fr.climate-data.org/location/990339/
  16. a et b https://inpn.mnhn.fr/collTerr/commune/14167/tab/znieff
  17. https://m.annuaire-mairie.fr/occupation-des-sols-colombelles.html
  18. http://www.caen-metropole.fr/content/eau
  19. https://www.communes.com/risques-colombelles
  20. https://www.caenlamer.fr/content/le-syvedac-ouvre-les-portes-de-lunite-de-valorisation-energetique-des-dechets-pendant-lete
  21. http://www.syvedac.org/
  22. Synthèse du diagnostic du PLU de Colombelles , p. 24 à 29 (octobre 2012)
  23. Fernand Lechanteur, Jean Adigard des Gautries, « Les noms des communes de Normandie - XV », Supplément aux Annales de Normandie, 1969, vol. 19, no 2, p. 5.
  24. Recueil des actes de Henri II, roi d'Angleterre et duc de Normandie, concernant les provinces françaises et les affaires de France[(fr) texte intégral (page consultée le 23 mai 2008)].
  25. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel : 1343-1468 : publiée avec notes et pièces diverses relatives au mont Saint-Michel et à la défense nationale en basse Normandie pendant l'occupation anglaise, Firmin Didot, Paris, 1879-1883 [(fr) texte intégral (page consultée le 23 mai 2008)].
  26. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de commune de la Normandie, éditions Charles Corlet, Presses Universitaires de Caen, Caen, 1996
  27. Recueil des actes de Henri II, roi d'Angleterre et duc de Normandie, concernant les provinces françaises et les affaires de France[(fr) texte intégral (page consultée le 23 mai 2008)]
  28. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel : 1343-1468 : publiée avec notes et pièces diverses relatives au mont Saint-Michel et à la défense nationale en basse Normandie pendant l'occupation anglaise, Firmin Didot, Paris, 1879-1883 [(fr) texte intégral (page consultée le 23 mai 2008)]
  29. Jean-Luc Vandewiele, « Les chemins de Rouen à Caen : histoire d'une liaison intra-provinciale à l’Époque Moderne », Annales de Normandie, 1998, vol. 48, no 3, pp. 234–236 [lire en ligne]
  30. Ibid., pp. 240–245
  31. a b c d e f g et h Carol Pitrou, Jacques Munerel, Colombelles, Mémoire en Images, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton, 2009
  32. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Colombelles », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 10 mai 2008)
  33. Annuaire du département du Calvados pour l'année 1847, p. 163 [(fr) texte intégral (page consultée le 21 décembre 2009)]
  34. Bulletin des lois de la République française, second semestre de 1849, p. 359 [(fr) texte intégral (page consultée le 21 décembre 2009)]
  35. Joseph Morland, Promenade maritime du Havre à Caen, Le Havre, 1837
  36. Rapports du préfet - Conseil général du Calvados, session d'octobre 1874, p. 269–271 [lire en ligne]
  37. Rapports du préfet - Conseil général du Calvados, session d'août 1878 [lire en ligne]
  38. Les Suédoises du Calvados Carol Pitrou Jacques Munerel, ALSC 1998
  39. Cité Suédoise de Colombelles
  40. Voir fiche Zac du Plateau sur le site https://www.normandie-amenagement.com
  41. Convention ANRU 2006/2011 signée le 22 novembre 2006, p. 11
  42. Convention ANRU 2006/2011 signée le 22 novembre 2006, p. 36
  43. Bulletin Colombelles @venir no 35, octobre 2011
  44. Bulletin Colombelles Nouvelles ~ 32 de novembre 2017.
  45. « Comparateur de territoire, commune de Colombelles, chiffres détaillés », sur INSEE, (consulté le 12 septembre 2018)
  46. https://www.normandie-amenagement.com/954-2/
  47. « Près de Caen, un LIDL ferme ses portes pour une nouvelle stratégie commerciale », Actu Normandie,‎ (lire en ligne)
  48. D'après Christophe Loyer, directeur du site lors de son interview par France 3 (publiée le ).
  49. https://www.renault-trucks.fr/communiques-de-presse/renault-trucks-commercialisera-des-camions-electriques-des-2019.html
  50. Bulletin Colombelles Nouvelles ~ 33 de juillet 2018.
  51. Aurélie Lemaître, « Colombelles - La centrale solaire est en service sur le site de l’ex-SMN », Ouest France,‎
  52. https://www.gralon.net/articles/enseignement-et-formation/formation/article-l-entreprise-a-but-d-emploi-en-5-questions-10653.htm
  53. « L'ex-chantier naval ACM a fini par couler », sur Ouest-France
  54. Arcoa Group
  55. Morgane Boitard (mémoire de mastère 1 Sociétés urbaines en mutation et Territoires, UFR de géographie, Université de Caen Normandie), Colombelles, Giberville, Mondeville Logiques municipales et projets urbains dans un contexte de post-SMN : un pôle d'agglomération fragmenté ?, 2010—2011, pp. 12 à 14
  56. Jean Quellien, « Le personnel politique local dans le Calvados de 1935 à 1953 : changement et continuité », Annales de Normandie,‎ année 2004 54-1, pp. 11-32
  57. « Colombelles. Le maire Colin Sueur ne se représentera pas en 2014 », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 17 août 2014)
  58. « Un premier mandat de maire pour Marc Pottier », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 avril 2014)
  59. « Colombelles (14460) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 17 août 2014)
  60. Décret no 2014-160 du portant délimitation des cantons dans le département du Calvados.
  61. Dossier de candidature de la Ville de Colombelles à l'expérimentation territoriale de lutte contre le chômage de longue durée , octobre 2016, p. 18.
  62. http://www.caenlamer.fr/content/contrat-de-ville-synthese
  63. Dossier de candidature de la Ville de Colombelles à l'expérimentation territoriale de lutte contre le chômage de longue durée , octobre 2016, p. 11.
  64. http://www.colombelles.fr/cadre-de-vie/vie-economique-et-emploi/territoires-zero-chomeur-de-longue-duree/
  65. Dossier de candidature de la Ville de Colombelles à l'expérimentation territoriale de lutte contre le chômage de longue durée, octobre 2016, p. 26 à 43.
  66. https://france3--regions-francetvinfo-fr.cdn.ampproject.org/v/s/france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/calvados/caen/zero-chomeurs-colombelles-entreprise-atipic-dispositif-atypique-1289267.amp?amp_js_v=a2&amp_gsa=1&usqp=mq331AQECAFYAQ%3D%3D#referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&amp_tf=Source%C2%A0%3A%20%251%24s&ampshare=https%3A%2F%2Ffrance3-regions.francetvinfo.fr%2Fnormandie%2Fcalvados%2Fcaen%2Fzero-chomeurs-colombelles-entreprise-atipic-dispositif-atypique-1289267.html
  67. Dossier de candidature de la Ville de Colombelles à l'expérimentation territoriale de lutte contre le chômage de longue durée, octobre 2016, p. 42.
  68. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  69. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  70. Convention ANRU 2006/2011 signée le 22 novembre 2006, p. 15.
  71. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  72. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  73. « Évolution et structure de la population à Colombelles en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 novembre 2010)
  74. « Résultats du recensement de la population du Calvados en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 novembre 2010)
  75. http://www.colombelles.fr/culture-et-loisirs/vie-associative/
  76. https://bayeuxlisieux.catholique.fr/paroisses/
  77. http://www.paroisses.caensud.org/bmc
  78. http://www.exarchat.eu
  79. http://orthodoxe-caen-colombelles.org/author/orthodoxe-caen-colombelles/
  80. http://www.colombelles.fr/mobileapp/page.html?id=page-943&key1=page-17
  81. http://www.clch.fr/
  82. http://suedoisesducalvados.pagesperso-orange.fr/stmartin.htm
  83. Colombelles, cimetière St-Martin
  84. « Les tombes orthodoxes du cimetière Saint-Martin », sur Site de la commune de Colombelles (consulté le 13 septembre 2018)
  85. Sont protégés l'église en totalité, le clocher en totalité, les façades et les toitures de la bibliothèque, ainsi que l’enclos paroissial en totalité. Source : ministère de la Culture.
  86. « La tour du château. »
  87. « Près de Caen, la Grande Halle de Colombelles, 18 mois pour redonner vie à un lieu symbolique. », Liberté, le Bonhomme libre,‎
  88. Carol Pitrou et Jacques Munerel, Colombelles, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton, coll. « Mémoire en images », (ISBN 978-2-8138-0078-7), p. 11
  89. http://www.sivomdes3vallees.fr/index.php/lecole-de-musique-et-de-danse
  90. http://orthodoxe-caen-colombelles.org/wp-content/uploads/2016/10/Documents-Colombelles-nross.pdf
  91. Notice no PA14000096, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  92. « Communauté d'agglomération Caen la Mer - Annie Girardot, la petite fille de Bénouville » (consulté le 9 mars 2012)
  93. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=8239
  94. (en) Voir l'article « Fremington, Devon » sur Wikipédia en anglais.
  95. (de) Voir l'article « Steinheim am Albuch » sur Wikipédia en allemand.
  96. « Germinales 2014 », sur www.colombelles.fr (consulté le 30 août 2018)
  97. https://lespoetiquesducanal.fr/
  98. « 8ème Foire aux Plantules de Colombelles (14) », sur Binette & Jardin (consulté le 17 décembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carol Pitrou, Jacques Munerel, Colombelles, Mémoire en Images, Éditions Alan Sutton, 2009.
  • Annick Cojean, La mortalité infantile à Mondeville et Colombelles au XIXe et XXe siècles, Mémoire de maîtrise, Université de Caen, 1978.
  • Les Amis de la Tour, La paroisse Saint-Martin de Colombelles depuis le Moyen Âge, textes de Jean Margueret, Éditions Cahiers du Temps, Cabourg, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :