Bourg-Achard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Achard.
image illustrant une commune de l’Eure
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Eure.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Bourg-Achard
L'église Saint-Lô.
L'église Saint-Lô.
Blason de Bourg-Achard
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Bourg-Achard (bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes du Roumois Nord
Maire
Mandat
Jean-Pierre Denis
2014-2020
Code postal 27310
Code commune 27103
Démographie
Gentilé Achard-Bourgeois, Achard-Bourgeoises
Population
municipale
3 235 hab. (2013)
Densité 263 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 22″ Nord 0° 49′ 06″ Est / 49.3561111111, 0.818333333333
Altitude Min. 94 m – Max. 144 m
Superficie 12,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Bourg-Achard

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Bourg-Achard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourg-Achard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourg-Achard
Liens
Site web www.bourgachard.fr

Bourg-Achard est une commune française située dans le département de l'Eure et la région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ville dynamique du pays du Roumois, au carrefour routier des axes Rouen-Caen et Yvetot-Alençon, située à environ 150 km de Paris. À noter la présence d'un échangeur autoroutier important et d'une station de péage à seulement quelques kilomètres de celles de Bourneville et Beuzeville, occasionnant un trafic surabondant ayant pour conséquences une dangerosité accrue de la N175 entre La Maison-Brûlée et Beuzeville, ainsi que des nuisances pour tous les riverains. Cependant Bourg-Achard doit une partie de ses ressources économiques aux commerces organisés quasi exclusivement le long de cette route au trafic dense.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Nenori Achardi en 1060, Burgum Achardi en 1198, De Burgo Achardi en 1548 et 1558, Bocachard, Le Bourgcachard et Le Bosc Achard en 1672, Le Boucachard en 1698, Paroisse de Bosc Achart en 1710, Cure du Bocachard en 1739. La forme Bourg Achard prévaut ensuite.

Dès l’époque ducale, on constate la coexistence de deux appellations toponymiques, Burgum Achardi et Boscum Achardi, les deux noms de Le Bourg Achard et Bosc Achard ont été indifféremment employés jusqu'au XVIIIe siècle.

De nos jours, la graphie Bourg-Achard a seule été conservée, tandis que, fort curieusement, la prononciation locale dérive de Bosc-Achard.

Le nom de personne Achard est d'origine germanique ( Arcadus, Achardus selon Marie-Thérèse Morlet) et subsiste encore comme nom de famille. Il est cependant curieux de noter que c'est cette forme francienne avec chuintement du C qui est employée ici et non la forme normande Acard,

La commune doit son nom à la famille Achard, établie dans le Domfrontais au XIe siècle. [réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Nicolas du Bosc, seigneur de Bourg-Achard, y fonda en 1136 un prieuré de chanoines Augustins dont subsiste l’église. Une léproserie est citée en 1243. L'hospice remonte a 1676.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bourg-Achard

Ces armes peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui : de gueules à la croix d'argent, cantonnée de quatre molettes d'éperon du même remplies d'azur

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Claude Hurabielle UDF-DVD Conseiller général (1988-2008)
mars 2014 en cours
(au 25/04/14)
Jean-Pierre Denis DVD Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 3 235 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 116 1 173 1 089 1 114 1 216 1 182 1 200 1 174 1 184
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 186 1 213 1 198 1 151 1 164 1 146 1 168 1 159 1 132
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 153 1 169 1 150 1 098 1 040 1 091 1 128 1 159 1 220
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
1 393 1 564 1 804 2 009 2 255 2 517 2 773 2 885 3 011
2013 - - - - - - - -
3 235 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Bourg-Achard compte un édifice classé au titre des monuments historiques :

  • L'église Saint-Lô (XIVe et XVIe) Logo monument historique Classé MH (1911)[3]. Cette église appartenait à un prieuré fondé en 1136 par Nicolas du Bosc, seigneur de Bourg-Achard. La nef et la tour du XIIe siècle sont aujourd'hui disparues. La tour, qui se trouvait au-dessus du portail occidental, a été détruite une première fois en 1626. Reconstruite sur la croisée, elle s'est écroulée en 1829. En 1838, elle est de nouveau reconstruite, en même temps que la nef, par l'architecte Grégoire. La chapelle méridionale datant du XIVe siècle a été remaniée. La chapelle septentrionale, la sacristie et la salle capitulaire sont du XVe siècle et le chœur, du XIVe siècle. Enfin, le manoir prioral construit vers 1253 est aujourd'hui détruit[3].

Par ailleurs, de nombreux autres édifices sont inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • La mairie (XIXe siècle)[4] ;
  • Un château des XVe (détruit), XVIIe et XVIIIe siècles au lieu-dit le Fay[5] ;
  • Un manoir probablement du XVIIIe siècle au lieu-dit la Poterie[6] ;
  • Un hôpital des XVIIe (détruit), XVIIIe et XIXe siècles[7]. Cet hôpital a été fondé par le roi Louis XIV en 1694. Détruit par un incendie en 1743, il est reconstruit à la fin de la première moitié du XVIIIe siècle. Le corps de bâtiment en retour d'équerre a été érigé en 1891 et la façade sud du corps du bâtiment ancien a été remaniée à la même époque[7] ;
  • Une croix de cimetière des XVe et XIXe siècles[8] ;
  • De nombreuses fermes : quatre du XVIIIe siècle : une au lieu-dit le Nofy[9], une au lieu-dit le Val-Postel[10], une au lieu-dit les Routiers[11] et une au lieu-dit les Vallées[12] ; une des XVIIIe et XIXe siècles[13], une des XVIIIe et XIXe siècles au lieu-dit Haute Croth[14] et une des XVIIIe et XIXe siècles au lieu-dit le Quesnoy[15] ;
  • Plusieurs maisons : trois du XVIIIe siècle[16],[17],[18] et une du XIXe siècle[17].

Folklore local[modifier | modifier le code]

  • Chaque troisième dimanche de septembre a lieu la « Foire à la Bourette », regroupant vide-greniers et fête foraine de village. Cet événement attire traditionnellement un public large, du canton du Roumois et d'une partie de la vallée de la Seine.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Duchemin, Histoire de Bourg-Achard, Pont-Audemer, (OCLC 81660368)
  • Photo-Club Rouennais (préf. Gaston Le Breton), Normannia. Documents sur la Normandie, J. Lecerf, , 75 p. (OCLC 81680380, notice BnF no FRBNF34102943), « Bas-reliefs en bois, du XVe siècle, dans l'église de Bourg-Achard (Eure) »