Sallenelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sallenelles
L'église de l'Assomption-de-Notre-Dame.
L'église de l'Assomption-de-Notre-Dame.
Blason de Sallenelles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Cabourg
Intercommunalité CABALOR
Maire
Mandat
Jean-Louis Greffin
2014-2020
Code postal 14121
Code commune 14665
Démographie
Gentilé Sallenellais
Population
municipale
309 hab. (2012)
Densité 247 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 50″ N 0° 13′ 41″ O / 49.2638888889, -0.22805555555649° 15′ 50″ Nord 0° 13′ 41″ Ouest / 49.2638888889, -0.228055555556  
Altitude Min. 0 m – Max. 40 m
Superficie 1,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Sallenelles

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Sallenelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sallenelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sallenelles
Liens
Site web www.sallenelles.net

Sallenelles est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie[1], à proximité de l'agglomération de Caen, situé sur l'estuaire de l'Orne[2]. Elle a une superficie de 1,25 km2, et est peuplée de 309 habitants[Note 1] (les Sallenellais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Estuaire de l'Orne

Sallenelles se situe à l'embouchure de l'Orne par 49° 15′ 50″ N 0° 13′ 41″ O / 49.2639, -0.22806[1] à 3 km de Franceville. La baie est une zone de marais très riche avec une flore et une avifaune diversifiées[3]. La commune a dû par le passé s'adapter aux modifications de l'environnement (érosion du littoral, modification du tracé de l'Orne, percement du canal de Caen à la mer). La spécificité environnementale de la baie en fait un centre important d'observation, de sensibilisation et d'étude des milieux humides[3], présentant prés salés, plages, vasières, dunes à argousier. On y trouve de nombreuses espèces rares et protégées au niveau régional et national, telles que le tadorne de Belon, l'aigrette garzette, le gravelot à collier interrompu, la spatule blanche, ou le phoque[4].

La commune a une altitude moyenne de 20 m, avec une altitude minimale de 0 m, et maximale de 40 m. Le centre du bourg, autour de la mairie, présente une altitude de 5 m[1].

Communes limitrophes de Sallenelles[5]
Ouistreham Ouistreham (estuaire de l'Orne) Merville-Franceville-Plage
Ouistreham Sallenelles[5] Merville-Franceville-Plage
Amfreville Amfreville Merville-Franceville-Plage,
Amfreville

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune tire son nom de la saunerie, activité qui pendant longtemps domina l'économie locale avec la construction navale. Une des plus anciennes mentions du sel local date de la fondation de l'Abbaye Saint-Martin de Troarn par Roger II de Montgommery, et est un document cosigné par Guillaume le Conquérant et sa femme Mathilde de Flandre, confirmant les donations des salines à l'abbaye[6]. L'autre activité locale, la construction navale, connut son apogée au XVIIIe siècle. Suite à un édit royal du 21 septembre 1756, autorisant les commerçants caennais à commercer directement avec le nouveau monde. Le village est alors connu sur tout le littoral normand pour ses frégates (qui atteignent jusqu'à 48 m), ses bisquines, ses sloops, ses picoteux ou encore ses barques[6].

Maison de l'estuaire

La pêche et la chasse remplacèrent peu à peu ces activités[6], et à partir des années 1950, les villageois récoltèrent les vers de vase, les pelouzes, utilisées dans la pêche amateur en bord de mer[7]. De nos jours, hormis quelques exploitations agricoles[8], la commune vit principalement du tourisme[2] (on peut y noter la Maison de la nature et de l'estuaire de l'Orne[4]), ou alors ses habitants travaillent sur d'autres communes (la commune est proche de l'agglomération de Caen)[2].

La baie et la commune furent également une zone stratégique où se déroulèrent des combats lors de la Bataille de Normandie en 1944[3]. Une stèle y est érigée à la mémoire de la Brigade Piron[9], qui participa à la libération de la commune[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé du maire, trois adjoints et sept conseillers municipaux[11]. En 2010, la commune employait également 2 personnes[11].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ? 2001 Alain Lavalley[12] - -
mars 2001[12] mars 2008[13] Frédéric Chazal[13] UDF Agent d'assurances[13]
mars 2008[Note 2],[13] en cours Jean-Louis Greffin[14] - Retraité[13]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 309 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4]. La population est appelée à augmenter légèrement dans les années qui viennent, avec l'autorisation de construire de nouveaux logements[8]. En 2007, la majorité de la population (53,4 %) était des femmes, un quart (24,6 %) avait moins de 20 ans, et 17,7 % avait 60 ans ou plus ; 49,8 % de la population était mariée (contre 35,4 % de célibataires, et 7,4 % de veufs, et la même proportion de divorcés). Plus de trois quarts de la population (77 %) habitait déjà la commune cinq ans auparavant, et 96,9 % habitait alors la même région. 52,3 % de la population était active, contre 17 % de retraités, et 7,9 % d'élèves ou étudiants. Parmi les actifs, le taux de chômage se situait à 12,4 %[15].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
337 316 366 373 357 407 414 435 411
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
417 350 359 351 306 288 285 287 283
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
288 302 304 228 229 257 249 267 265
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
257 306 314 290 240 293 279 277 309
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

,

Liens avec d'autre communes[modifier | modifier le code]

La ville fait partie de CABALOR, et est jumelée avec la commune de Brunehaut en Belgique[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2012.
  2. Les élections de mars 2008 avaient été annulées par le tribunal administratif de Caen ; le maire a été réélu en septembre 2008.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Annuaire Mairie - Mairie de Sallenelles, consulté le 31 mars 2010
  2. a, b et c Site officiel de la ville de Sallenelles - Accueil, consulté le 29 mars 2010
  3. a, b et c Site officiel de la ville de Sallenelles - Notre Commune, consulté le 29 mars 2010
  4. a et b Maison de la nature et de l'estuaire de l'Orne - CPIE Vallée de l'Orne, consulté le 29 mars 2010
  5. Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée, consulté le 29 mars 2010
  6. a, b, c, d, e et f Site officiel de la ville de Sallenelles, Histoire, consulté le 29 mars 2010
  7. CRéCET - " Faire la pelouze ". L'exploitation des vers de vase en baie de Sallenelles et en baie de Somme, consulté le 29 mars 2010
  8. a et b Site officiel de la ville de Sallenelles - Plan Local d'Urbanisme, consulté le 29 mars 2010
  9. La Brigade Piron - Monuments, consulté le 29 mars 2010
  10. La Brigade Piron - Campagne de Normandie, consulté le 29 mars 2010
  11. a et b Site officiel de la ville de Sallenelles - Le Conseil Municipal, consulté le 29 mars 2010
  12. a et b Ouest-France : Résultats élections municipales 2001 - Sallenelles, consulté le 29 mars 2010
  13. a, b, c, d et e Ouest-France, 10 septembre 2008 : A Sallenelles, les élections créent des remous, consulté le 29 mars 2010
  14. Réélection 2014 : « Jean-Louis Greffin a retrouvé son fauteuil de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 19 avril 2014)
  15. Annuaire Mairie - Mairie de Sallenelles - Statistiques sur la population, consulté le 31 mars 2010
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(fr) Annie Fettu, Françoise Passera, Sallenelles, 1000 ans d'histoire, éd. Cahiers du temps, Cabourg, 2000, (ISBN 978-2911855252)

Liens externes[modifier | modifier le code]