Cagny (Calvados)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cagny
Cagny (Calvados)
L'église Saint-Germain.
Blason de Cagny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Intercommunalité Communauté de communes Val ès Dunes
Maire
Mandat
Éric Margerie
2020-2026
Code postal 14630
Code commune 14119
Démographie
Gentilé Cagnais
Population
municipale
1 944 hab. (2018 en augmentation de 30,03 % par rapport à 2013)
Densité 230 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 43″ nord, 0° 15′ 29″ ouest
Altitude Min. 13 m
Max. 32 m
Superficie 8,46 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Caen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Troarn
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Cagny
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Cagny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cagny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cagny
Liens
Site web www.cagny.fr

Cagny est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 1 944 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cagny est une commune rurale[Note 2],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Frénouville, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[4] et 3 858 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Caen, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 296 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (77,2 %), zones urbanisées (10,1 %), zones agricoles hétérogènes (6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,5 %), prairies (1,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Cagny est attesté sous la forme latinisée Kaigneyum au XIe siècle[11].

Dérivé avec le suffixe gallo-roman -acum, marquant le lieu et la propriété, précédé du nom de personne latin Canius (porté par un gallo-romain) comme les différents Caignac, Chanéac, etc.[12] ou du nom de personne gaulois Cavinnius.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier site d'occupation humaine sur le territoire actuel de Cagny était un domaine rural retrouvé à proximité du centre commercial Mondeville 2 (village Décathlon)[13].

Des traces d'occupation (four, poteries, objets en silex, ossements d'animaux) remontent au Néolithique moyen (XXXIIIe siècle av. J.-C.). Un ensemble funéraire du bronze final (Xe – IXe siècles av. J.-C.) a aussi été sorti de terre. Mais la découverte la plus importante est un domaine rural datant de la fin du VIe siècle av. J.-C. et du début du Ve siècle av. J.-C. (âge du fer). Situé à proximité immédiate d'une voie gauloise empierrée et encadrée par des fossés, l'important établissement rural était composé d'un enclos de 8 000 m2 entouré de fossés profonds et dans lequel on trouvait une forge et une poterie. On a également retrouvé des traces d'élevage, des silos à grains, des fosses domestiques, ainsi que les fondations de différents bâtiments. Une nécropole constituée d'une quarantaine de sépultures a également été mise au jour[14].

Le , Cagny absorbe la commune du Mesnil-Frémentel, alors peuplée d'environ 80 habitants contre moins de 400 à Cagny[15].

La gare de Frénouville-Cagny est ouverte en 1855 sur la ligne Caen - Paris.

Durant la bataille de Normandie, Cagny subit un important bombardement aérien allié le 18 juillet 1944 lors de l'opération Goodwood[16] avant l'assaut lancé par le 2d Fife and Forfar Yeomanry de la 11e division blindée britannique[16]. Mais les Allemands sous le commandement du major Von Luck résistent et détruisent de nombreux chars Sherman[16]. Cagny ne sera finalement libérée qu'au début de soirée, après six heures d'intenses combats, par la division blindée des Guards[16].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Cagny

Les armes de la commune de Cagny se blasonnent ainsi :

De sinople aux cinq bâtons d’argent resserrés en barre ; à la tête de chien du même languée de gueules brochant en partie sur une coquille aussi d’argent, toutes deux rangées en bande et brochant sur le tout.

Devise : Cagneium Conjungit, signifiant Cagny réunit[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1851 1866 Casimir-Edmond
Costé de Triquerville
   
1874 1879 André-Pierre
Costé de Triquerville
   
1898 1923 Adolphe Lebaudy    
1923 1947 Henri Philippe    
1947 1947 Joseph Vasse    
1947 1952 Henri Follin    
1952 1959 Charles Vasse    
1959 1972 Marc Pasquier    
1972 1977 Pierre Brunel    
1977 1995 André Gauderlot    
juin 1995 mars 2008 Jean-Claude Marie    
mars 2008[18] mai 2020 Brigitte Baudet[19] SE Secrétaire
mai 2020[20] En cours Éric Margerie SE Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[22].

En 2018, la commune comptait 1 944 habitants[Note 4], en augmentation de 30,03 % par rapport à 2013 (Calvados : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
345289404353484460490489494
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
499456381397382395364326330
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
341327365381435434287514710
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
1 0219948781 6501 5921 5031 3841 8301 944
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Frénouville », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, éditions Larousse 1968, p. 129b.
  12. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  13. Fouilles préventives menées en 2008 avant la construction de la plateforme logistique Décathlon
  14. Ouest-France, 28/10/2008
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. a b c et d "Cagny", Dictionnaire du Débarquement, sous la direction de Claude Quétel, page 132, éd. Ouest-France, mars 2011.
  17. Carte
  18. « Brigitte Baudet occupe le fauteuil de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 25 janvier 2015)
  19. Réélection 2014 : « Le nouveau conseil municipal est installé », sur Ouest-france.fr (consulté le 9 avril 2014)
  20. « Municipales à Cagny. Eric Margerie élu nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 10 juillet 2020)
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. « Chœur », notice no PA00111195, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « Ancien prieuré Notre-Dame-des-Moutiers », notice no PA00111196, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :