Petit-Caux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Petit-Caux
Image illustrative de l'article Petit-Caux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Dieppe-2
Intercommunalité Communauté de communes des Falaises du Talou
Maire
Mandat
Patrick Martin (PS)
2016-2020
Code postal 76370, 76630 et 76910
Code commune 76618
Démographie
Gentilé Caux-Marins
Population
municipale
9 288 hab. (2014)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 28″ nord, 1° 13′ 21″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 154 m
Superficie 91,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Petit-Caux

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Petit-Caux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Petit-Caux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Petit-Caux
Liens
Site web mairie-petit-caux.fr

Petit Caux est une commune nouvelle française située dans le département de Seine-Maritime, en région Normandie, créée le par arrêté préfectoral du [1].

Cette commune nouvelle est née de la fusion de dix-huit communes qui étaient réunis dans l'ex-communauté de communes du Petit Caux.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du Petit-Caux est celui de la communauté de communes du Petit Caux dont la commune nouvelle est issue.

On désigne par l’expression « Petit Caux » la région littorale du pays de Caux située entre Dieppe et Le Tréport.

Par délibération du , le conseil municipal de Petit-Caux a donné pour nom à ses habitants : les Caux-marins et les Caux-marines

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , pendant la Seconde Guerre mondiale, l'« opération Jubilee » impliquant un débarquement allié à Dieppe et sur d'autres sites de la Seine-Maritime situé sur le territoire actuel de Petit-Caux, fut un échec meurtrier, notamment pour les forces canadiennes[réf. souhaitée].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

À sa création, Petit-Caux, issue de la transformation de la communauté de communes du Petit Caux, n'est membre d'aucune intercommunalité.

Le projet de schéma départemental de coopération intercommunale présenté par le préfet de Seine-Maritime le 2 octobre 2015 dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale prévu par la Loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du prévoit toutefois la fusion de la communauté de communes des Monts et Vallées (12 338 habitants), de la commune nouvelle du Petit-Caux (9 042 habitants), et Avesnes-en-Val, commune jusqu'alors membre de la communauté de communes de Londinières (264 habitants)[2]. Le nouveau nom de cet EPCI, auquel est rattachée la commune de Petit-Caux, au 1er janvier 2017, est la Communauté de communes Falaises du Talou. Les 18 communes déléguées ont élu, lors d'un conseil municipal, les 18 représentants de Petit-Caux qui siégeront au conseil communautaire de la Communauté de communes[3].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : commune nouvelle.

Créée par un arrêté préfectoral du 26 novembre 2015[1], la commune nouvelle est issue du regroupement des communes de la Communauté de communes du Petit Caux à savoir les communes d'Assigny, Auquemesnil, Belleville-sur-Mer, Berneval-le-Grand, Biville-sur-Mer, Bracquemont, Brunville, Derchigny, Glicourt, Gouchaupré, Greny, Guilmecourt, Intraville, Penly, Saint-Martin-en-Campagne, Saint-Quentin-au-Bosc, Tocqueville-sur-Eu, Tourville-la-Chapelle, qui deviendront des communes déléguées. Le chef-lieu de la commune nouvelle est fixé à Saint-Martin-en-Campagne.

Jusqu'aux élections municipales de 2020, le conseil municipal de la nouvelle commune sera constitué de l'ensemble des conseillers municipaux des anciennes communes[1]. Les maires des anciennes communes achèvent le mandat 2014-2020 comme maires délégués de chacune des nouvelles communes déléguées[4].

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-Martin-en-Campagne
(siège)
76618 Communauté de communes des Falaises du Talou 6,85 1 256 (2013) 183
Assigny 76027 Communauté de communes des Falaises du Talou 6,05 384 (2013) 63
Auquemesnil 76037 Communauté de communes des Falaises du Talou 6,34 278 (2013) 44
Belleville-sur-Mer 76073 Communauté de communes des Falaises du Talou 3,07 865 (2013) 282
Berneval-le-Grand 76081 Communauté de communes des Falaises du Talou 5,56 1 422 (2013) 256
Biville-sur-Mer 76098 Communauté de communes des Falaises du Talou 5,30 792 (2013) 149
Bracquemont 76137 Communauté de communes des Falaises du Talou 4,84 854 (2013) 176
Brunville 76145 Communauté de communes des Falaises du Talou 3,92 255 (2013) 65
Derchigny 76215 Communauté de communes des Falaises du Talou 4,75 552 (2013) 116
Glicourt 76301 Communauté de communes des Falaises du Talou 4,58 231 (2013) 50
Gouchaupre 76310 Communauté de communes des Falaises du Talou 4,34 197 (2013) 45
Greny 76326 Communauté de communes des Falaises du Talou 4,06 134 (2013) 33
Guilmécourt 76337 Communauté de communes des Falaises du Talou 7,92 342 (2013) 43
Intraville 76376 Communauté de communes des Falaises du Talou 4,66 275 (2013) 59
Penly 76496 Communauté de communes des Falaises du Talou 4,06 431 (2013) 106
Saint-Quentin-au-Bosc 76643 Communauté de communes des Falaises du Talou 3,50 103 (2013) 29
Tocqueville-sur-Eu 76696 Communauté de communes des Falaises du Talou 3,60 221 (2013) 61
Tourville-la-Chapelle 76704 Communauté de communes des Falaises du Talou 7,71 589 (2013) 76

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
[5] en cours Patrick Martin PS  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 2014. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2019[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 9 288 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
2014
9 288
Population municipale [9].
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999 puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Arrêté préfectoral du 26 novembre 2015 portant création de la commune nouvelle du Petit Caux », Recueil des actes administratifs du département de la Seine-Maritime, no 122,‎ , p. 198-201 (lire en ligne [PDF]).
  2. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale 2015 » [PDF], Préfecture de Seine-Maritime (consulté le 25 octobre 2015), p. 6.
  3. « Près de Dieppe, 18 représentants de Petits-Caux élus », sur Les Informations dieppoises (consulté le 10 février 2017)
  4. « En route pour la commune nouvelle Petit Caux », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  5. Patrick Martin élu à la tête de la commune nouvelle Petit-Caux
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2009 .
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années [ 2012]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]