Escoville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Escoville
Escoville
L'église Saint-Laurent.
Blason de Escoville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Intercommunalité Communauté de communes Normandie-Cabourg-Pays d'Auge
Maire
Mandat
Christophe Cliquet
2020-2026
Code postal 14850
Code commune 14246
Démographie
Population
municipale
803 hab. (2017 en augmentation de 6,92 % par rapport à 2012)
Densité 155 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 12′ 40″ nord, 0° 14′ 13″ ouest
Altitude Min. 13 m
Max. 42 m
Superficie 5,18 km2
Élections
Départementales Canton de Troarn
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Escoville
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Escoville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Escoville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Escoville
Liens
Site web www.escoville.fr

Escoville est une commune française située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 803 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

L'accès privilégié est l'axe Caen-Cabourg. Elle est située à 5 kilomètres au nord de Troarn, 11 kilomètres au nord-est de Caen, 14 kilomètres au sud de Cabourg, et 35 kilomètres de Deauville. Elle fait partie de l'aire urbaine de Caen.

Le , la commune passe de l'arrondissement de Caen à celui de Lisieux[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Escoldivilla en 1109[2], Ecovilla en 1128[3], Escovilla en 1208[4],[5].

Albert Dauzat et, à sa suite, Ernest Nègre considèrent que le premier élément Escold- représente le nom de personne germanique Ascald(us)[6], variante Ascolt.

Remarque : l'évolution As- > Es- ne va pas forcément de soi et n'est, en tout état de cause, pas attestée dans les formes anciennes. Peut-être faut-il avoir recours à un anthroponyme anglo-scandinave *Skoldr / *Skoldi ? Le groupe esc- résulte plus souvent de l'évolution régulière de sk-. On trouve un processus similaire par exemple dans les mots français écaille (ancien français escale < francique *skalja), échelle (ancien français eschielle < latin scala, doublon du terme maritime escale) ou école (ancien français escole < latin scola).

Homonymie avec Escoville (Seine-Maritime, Saint-Laurent-de-Brèvedent, Escoville par. de Saint-Laurent d’Esquetot, 1558) situé dans la zone de diffusion de la toponymie scandinave. (E)scoville a donné les patronymes anglais Scoville, Scovill et Scoffield.

Histoire[modifier | modifier le code]

Décombres d'une maison pendant l'Opération Goodwood situé Rue des Parachutistes, après une détonation.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? mars 2001 André Lejemtel    
mars 2001 En cours Jean-Claude Garnier[7] SE Ajusteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2017, la commune comptait 803 habitants[Note 2], en augmentation de 6,92 % par rapport à 2012 (Calvados : +0,89 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
315291306290332358354330301
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
310313291274282279247237249
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
256222266235252263217273321
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017
417460438623626712724807803
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Escoville

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'azur au chevron d'or accompagné de trois croissants du même, au chef cousu de gueules chargé de trois roses d'argent.


Blason de Charlotte de Mannoury, veuve de Louis Valois, écuyer et seigneur d'Ecoville, dit Escoville (édit de 1696). À noter qu'un deuxième blason était collé avec trois hermines (fond blanc, hermine noir)[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Recueil des actes administratifs du 22 décembre 2016 » [PDF], sur le site de la préfecture du Calvados (consulté le 16 janvier 2017).
  2. Cartulaire de Troarn.
  3. Charte de Sainte-Barbe.
  4. Charte de l’abbaye d’Aunay.
  5. Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Dictionnaire du département : Calvados, page 106.
  6. NPAG, I, 42b.
  7. Réélection 2014 : « Jean-Claude Garnier retrouve sa place de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 19 avril 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. http://www.blason-armoiries.org/heraldique/armoriaux/telechargement/armorial-general/armorial-general-vol20-normandie-caen.pdf

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :