Douglas Haig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Douglas Haig
Le maréchal Haig (1861-1928).
Le maréchal Haig (1861-1928).

Naissance 19 juin 1861
Édimbourg
Décès 29 janvier 1928 (à 66 ans)
Knightsbridge, Londres
Allégeance Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Arme Cavalerie
Grade Maréchal
Années de service 1884 – 1921
Conflits Première Guerre mondiale
Commandement Chef d'état-major de l'armée indienne
Commandant en chef des forces britanniques en France (BEF)

Douglas Haig (né à Édimbourg le 19 juin 1861 et mort à Londres le 29 janvier 1928), 1er comte Haig, est un maréchal britannique. Lors de la Première Guerre mondiale, il fut à la tête du Corps expéditionnaire britannique en France de 1915 jusqu'à l'armistice en 1918 , à ce titre il commanda lors de la bataille de la Somme, la bataille la plus meurtrière de l'histoire britannique, la troisième bataille d'Ypres et l'offensive finale des Cent-Jours. Il est un des commandants les plus controversés de ce conflit.

Maréchal Haig

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Édimbourg, Douglas Haig a fait ses études au Clifton College puis au Brasenose College à Oxford (où il étudie la politique, l'histoire et la littérature française) et enfin à partir de 1884 à l'Académie royale militaire de Sandhurst où il passe moins d'un an pour ensuite s'enrôler dans le 7(th) (Queens Own) Hussars où il est officier de cavalerie durant 9 ans, principalement en Inde mais aussi - lors de la campagne d'Omdurman (1897-1898), - au Soudan puis il prend part sous les ordres de Sir John French à la guerre des Boers (de 1899 à 1902)[1].

Douglas Haig retourne en Inde en 1903 comme Colonel et inspecteur général de la cavalerie. Promu Major General il retourne au Royaume-Uni pour travailler au bureau de la guerre (War Office) en 1906 comme directeur de l'instruction militaire. Douglas Haig contribua alors à la création du corps expéditionnaire britannique (British Expeditionary Force devant être déployée en cas de déclaration de guerre entre le Royaume-Uni et l'Allemagne).

En 1909, il est nommé chef d'état-major de l'armée indienne.

Fils de Rachel et John Haig, un alcoolique irascible, propriétaire d'une distillerie familiale prospère, Douglas Haig devient orphelin dans sa 18e année. De son mariage avec Dorothy Maud Vivian (1879—1939) le 11 Juillet 1905, Haig eut quatre enfants : Alexandra (1907), Victoria (1908), George (1918) et Irene (1919).

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914, il est promu Lieutenant Général et placé à la tête du 1er corps des armées.

À la suite du succès des batailles de Mons et d'Ypres, il est promu au rang de général et fait commandant en second des forces britanniques en France, ce qui le replace sous les ordres de Sir John French.

En décembre 1915, Douglas Haig devient Commandant en chef des forces britanniques en France (BEF).

Il dirige plusieurs campagnes britanniques, dont la bataille de la Somme en 1916, lors de laquelle ses troupes perdent 400 000 hommes pour finalement ne gagner que douze kilomètres en cinq mois. Il perd du crédit, en étant un des grands responsables de ce 1er juillet 1916 que les médias appelèrent le "jour le plus sanglant pour l'armée britannique". Mais Douglas Haig garde son sang-froid et ose imposer aux Allemands une véritable guerre d'usure qui permet de rendre plus difficile l'attaque allemande de Verdun. Il dirige également la campagne de Passchendaele (troisième bataille d'Ypres) et Poelkapelle, avec là encore l'image d'un général au commandement « inhumain », envoyant les volontaires britanniques « à la boucherie ».

20 novembre 1917, bataille de "Cambrai", première offensive avec utilisation de 476 tanks. Elle entraîne 70 000 morts. Échec de l'offensive en raison de la désobéissance, partielle ou totale, de ses subordonnés qui commandent la cavalerie, dont Pétain... En liaison avec l'offensive Nivelle.

Il représente les Britanniques à la Conférence de Doullens, en mars 1918, qui confia le Commandement Unique des Forces Alliées à Foch. Avec le représentant américain, il exige et obtient que Pétain soit exclu de l'État-Major inter-allié.

En 1917, il est promu Field Marshal. Ses troupes contribuèrent en grande partie au succès des forces alliées après le dernier assaut des Allemands en 1918. Haig osa d'ailleurs un pari avant-gardiste lors de la bataille d'Amiens, en alliant infanterie et aviation sur un seul et même flanc d'attaque.

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Tombe de Douglas Haig (à droite), à coté de celle de son épouse, avec la pierre tombale militaire standard du Commonwealth utilisée pour les morts de la Première Guerre mondiale

Douglas Haig fut fait comte en 1919, puis baron de Haig Bemersyde en 1921, et il reçoit les remerciements des deux Chambres du Parlement.

Avant de rentrer en Angleterre, il assura le commandement des forces de l'intérieur de la Grande-Bretagne, en tant que commandant en chef. Il reste un peu en France, notamment au début de la reconstruction où Dunkerque reste sous contrôle anglais, et il y supervise les opérations de « désobusage » conduits dans le nord du pays par plusieurs centaines (milliers ?) de démineurs anglais, assistés de prisonniers de guerre.

Il reste commandant en chef des armées jusqu'à sa retraite en 1921.

Il meurt au Nº 21 Prince's Gate, dans le quartier de Knightsbridge en Londres, 7 ans plus tard, en 1928[2] d'une crise cardiaque, à 66 ans. De grandioses obsèques nationales sont organisées quelques jours plus tard[3],[4].

Après cessation de service actif, il se consacre aux anciens combattants, voyageant à travers l'Empire britannique pour défendre ou promouvoir leurs intérêts. Il a créé le Haig Fonds (en) pour assister les anciens combattants et les Haig Homes (en) (organisme de bienfaisance chargé de veiller à ce que les anciens combattants soient bien logés). Ces deux organismes seront actifs longtemps après leur création.

Fervent amateur de golf, Haig était le capitaine de la Royal and Ancient Golf Club de St. Andrews (1920-21).

Il a été impliqué dans la création de la Royal British Legion (en), dont il a été président jusqu'à sa mort.

Il a présidé le United Fund Services (en) de 1921 à sa mort.

Grades[modifier | modifier le code]

  • Lieutenant (février 1885)
  • Capitaine (1891)
  • Major (1899)
  • Lieutenant-colonel (1901)
  • Colonel (1903)
  • Major-général (1904)
  • Lieutenant-général (1910)
  • Général (novembre 1914)
  • Field marshal (1er janvier 1917)

Critiques[modifier | modifier le code]

Douglas Haig fut très critiqué, à son époque, pour avoir bousculé les stratégies militaires : il fut le premier commandant d'offensive avec utilisation des chars (tanks) ; il décida de faire avancer les chars et de n'utiliser l'artillerie qu'au moment du contact et ensuite d'engager la cavalerie et... l'aviation.

Haig a parfois été critiqué par des historiens pour ce qui était perçu comme des massacres excessifs de troupes sous son commandement, ce qui lui a valu le surnom de « boucher de la Somme ».
D'autres, toutefois, lui accordent tous les honneurs, en se fondant sur le fait qu'il a fait au mieux étant donné les circonstances auxquelles il a dû faire face. Il lui a notamment fallu avancer la date de l'offensive de la Somme pour soulager les Français en péril à Verdun. Le général américain John J. Pershing a notamment parlé de Douglas Haig comme de « l'homme qui a gagné la guerre».

De son côte Haig, dans ses Carnets secrets (traduits en français en 1964) publiés par son fils est parfois très critique vis-à-vis de l’armée française.

Statuaire[modifier | modifier le code]

Montreuil[modifier | modifier le code]

Le grand quartier général britannique sous le commandement du maréchal Douglas Haig était localisé à Montreuil, dans le Pas-de-Calais, qui lui dédia en 1931 une statue équestre réalisée par Paul Landowski. Le cheval aurait été réalisé selon le modèle du cheval du colonel Brécart, directeur de la cavalerie au ministère de la Guerre[5].

La statue de bronze inaugurée le 28 juin 1931 est restée neuf ans sur son socle avant d'être fondue par les troupes allemandes en 1940. Après guerre, une nouvelle statue a été refondue à partir du moule d'origine et disposée devant le théâtre le 25 juin 1950[6],[7].

Édimbourg[modifier | modifier le code]

Une statue équestre du maréchal Douglas Haig est présente sur l'esplanade du château d'Édimbourg[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Courte Biographie de D Haig sur le site du first worl dwar (Consulté 2009 12 30)
  2. (en) « Douglas Haig - London Rembembers », sur londonremembers.com (consulté le 24 novembre 2013)
  3. The Times, 4 February 1928, pp. 14–16.
  4. « Douglas Haig - London Remembers », londonremembers.com (consulté le 24 novembre 2013)
  5. Le Télégramme du Pas-de-Calais et de la Somme du 28 mars 1930 par le site mémoires de pierre
  6. Paul Landowski, le statuaire de Douglas Haig dans, La violette, publication des compagnons de la violette, (ISSN 1287-7670), n°11, 1er semestre 2007, pages 28 à 31
  7. page consacrée à la sculpture équestre de Paul Landowski
  8. Photo sur