Bisexualité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Bigamie.

La bisexualité est le fait d'éprouver de l'attirance sexuelle ou amoureuse pour les deux sexes ou, plus largement, le fait d'entretenir des relations amoureuses, sentimentales ou sexuelles avec des personnes du même sexe ou du sexe opposé. La bisexualité ne représente pas nécessairement une tendance à aimer autant un sexe que l'autre, le degré d'attirance envers les deux sexes pouvant très largement varier.

Si le mot bisexualité n'a été forgé qu'au début du XXe siècle, la bisexualité a une histoire bien plus ancienne. Dans le règne animal, nombre d'animaux, en particulier les dauphins ou les bonobos (les singes les plus proches génétiquement de l'être humain) sont activement bisexuels.

Les recherches et études sexologiques ont révélé qu'une part conséquente des membres des sociétés occidentales contemporaines ont eu au moins une relation avec des personnes des deux sexes. Néanmoins, la perception binaire de la sexualité humaine, soit la conception selon laquelle on ne peut être qu'hétérosexuel ou homosexuel, généralisée dans la culture populaire et présente dans nombre de travaux universitaires, a conduit à une occultation de la bisexualité comme phénomène spécifique, en particulier dans les sciences humaines des XIXe et XXe siècles. Lorsque cette occultation est intériorisée, elle conduit des personnes de fait bisexuelles à se présenter comme « hétérosexuelles » ou « homosexuelles », participant ainsi à une invisibilité de la bisexualité dans la société en général - et même parfois au sein des mouvements LGBT (ainsi, seule une part marginale de la population étudiée dans des recherches sexologiques se déclare bisexuelle).

Toutefois, après les approches psychanalytiques de la sexualité humaine (notamment celles de Freud avec le concept de « bisexualité innée »), les études éthologiques et neuroscientifiques des hominidés, ainsi que l'histoire mondiale de la bisexualité, un débat contemporain s'est instauré sur le fait de savoir si la bisexualité serait l'orientation sexuelle naturelle de l'être humain.

Sommaire

Origines et usages du mot[modifier | modifier le code]

Le mot « bisexualité » est formé du préfixe « bi » (« deux ») et de « sexualité »[1], sur le modèle de « homosexualité » et « hétérosexualité ». Il désigne couramment aujourd'hui le fait d'entretenir simultanément ou successivement des relations amoureuses, sentimentales ou sexuelles avec des personnes du même sexe et du sexe opposé[Barker 1], ou la capacité à ressentir une attraction physique, romantique ou amoureuse pour des personnes des deux sexes[2],[3]. En psychologie, le terme sert également à définir, selon le mot du Larousse, la « coexistence dans tout psychisme humain de potentialités à la fois féminines et masculines[4]. »

Le mot « bisexualité » peut toutefois avoir des sens différents selon le contexte.

Sens particulier du terme « bisexualité » dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Certains intellectuels, tels Luc Brisson ou Eva Cantarella, avancent que dans le contexte de l'Antiquité, le terme de « bisexualité » peut revêtir, au-delà du sens actuel, la signification de la possession simultanée des organes sexuels masculins et féminins[5]. En Grèce antique, si ce cas se présentait chez un nouveau-né, le bébé était considéré comme un « monstre[6] » et immédiatement mis à mort[5]. Il en est de même dans la Rome antique jusqu'au début de l'Empire, période durant laquelle les hermaphrodites sont exhibés en public comme des monstres de foire[5]. Avant cette évolution de traitement, les hermaphrodites étaient considérés à Rome comme des annonciateurs de malheurs, notamment de la colère des dieux ; ainsi leur naissance ne concernait pas seulement leurs parents, mais engageait le sort de la collectivité toute entière[5].

Sens particulier en biologie[modifier | modifier le code]

À l'origine, le terme « bisexuel » s'appliquait à la biologie, en particulier dans la botanique française de la fin du XVIIIe siècle, où on utilisait ce terme pour qualifier des plantes ayant des organes des deux sexes (les étamines et les pistils)[MS 1]. Il a ensuite pris le sens d'une prédisposition biopsychologique à la fois féminine et masculine propre à tout être humain[7].

Il ne faut pas confondre la bisexualité avec l’androgynie, c’est-à-dire le cas d'un être humain dont l'apparence ne permet pas de décider à quel sexe il appartient. Quand une personne est physiquement porteuse des deux sexes, on parle plutôt d'« intersexuation[3] » (ou anciennement d'hermaphrodisme).

En psychanalyse[modifier | modifier le code]

Sigmund Freud et Wilhelm Fliess, dont les travaux ont conduit à la notion moderne de « bisexualité innée », ici photographiés en 1890.

On distingue la bisexualité comme comportement de la « bisexualité psychique » théorisée notamment par Wilhelm Fliess et reprise par Sigmund Freud[8] qui serait le fondement psychique inconscient de tout être humain[MG 1]. Dans Trois essais sur la théorie sexuelle, Freud avance le concept de « bisexualité innée », selon lequel, à la naissance, tout être humain porte en lui des dispositions à la fois féminines et masculines (et est attiré érotiquement par les deux sexes), et doit réprimer l'une ou l'autre au fil de son développement pour s'identifier pleinement à son sexe physique en accord avec les normes sociales hétérosexuelles ; l'incapacité à réprimer les tendances relevant du sexe opposé fait partie des explications avancées par Freud pour déterminer l'origine de certains troubles de la personnalité de caractère névrotique[MG 1]. Par la suite, il considère la bisexualité non plus comme une composante innée, mais comme la manifestation de la nature instable de l'identité sexuelle et du choix des objets sexuels[MG 1]. Il écrit également, s'appuyant sur l'exemple de la bisexualité grecque antique : « l'objet sexuel [des deux sexes] est alors une sorte de réflexion de la nature bisexuelle du sujet lui-même[MS 2]. »

Freud écrit également que tous les êtres « peuvent prendre comme objets sexuels des personnes du même sexe, comme de l'autre sexe ... Ils répartissent leur libido d'une manière soit manifeste, soit latente, sur des objets des deux sexes[9]. » De même, dans Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci, Freud estime que non seulement chacun est capable de faire un « choix » homosexuel, mais « l'a accompli à un moment donné de sa vie, puis, ou bien s'y tient encore dans son inconscient, ou bien s'en défend par une énergique attitude contraire[10]. »

L'approche complexe de Freud concernant la bisexualité se retrouve grandement simplifiée chez un autre psychanalyste du début du XXe siècle, qui se réclame pourtant de ses idées. Dans Bi-Sexual Love (1920), Wilhem Stekel affirme que tout être humain est par essence bisexuel, et que l'hétérosexualité et l'homosexualité sont toutes deux contre-nature[MS 3]. Il estime également que toute personne, même celles qui se déclarent homosexuelles, ressentent des attirances hétérosexuelles ; et que l'on devient monosexuel par obligation sociale[MS 3].

En psychanalyse, le concept de « bisexualité psychique » se réfère donc à ce que les études sur le genre ont appelé ensuite l'« identité de genre », c'est-à-dire la correspondance entre l'identité intime et sociale d'une personne et son sexe physique (le fait qu'un humain mâle peut se sentir plus ou moins masculin et/ou féminin, par exemple). Cet emploi du terme doit être distingué de l'usage courant du mot pour évoquer une orientation sexuelle, puisqu'à partir de la seconde moitié du XXe siècle les sciences humaines font une distinction nette entre l'identité de genre d'une personne et son orientation sexuelle[11].

Sens actuel : orientation sexuelle ou comportement[modifier | modifier le code]

Le sens moderne de bisexualité comme attirance sentimentale ou sexuelle pour des personnes des deux sexes se retrouve dès le début du XXe siècle, notamment dans Studies in the Psychology of Sex, Volume II: Sexual Inversion (1915) de Henry Havelock Ellis, qui parle également d'« hermaphrodisme psychosexuel[MS 1]. » Ainsi, dans son sens moderne, la bisexualité est une orientation sexuelle caractérisée par l’amour ou le désir sexuel pour les membres des deux sexes, distincte de l’homosexualité et de l’hétérosexualité, de la pansexualité (ou omnisexualité), ou encore de l’asexualité. Les personnes bisexuelles peuvent avoir des relations simultanées avec les partenaires de sexe masculin et féminin, pratiquer la monogamie en série avec des partenaires de l’un ou l’autre sexe, avoir des relations de plus ou moins longue durée avec des partenaires d’un seul sexe ou pratiquer la chasteté[2],[12]. La bisexualité se réfère aux désirs et au concept de soi, pas nécessairement au comportement : ainsi, une personne bisexuelle peut ne s'engager que dans des relations hétérosexuelles ou homosexuelles, même si elle éprouve des sentiments pour des personnes des deux sexes[13].

La bisexualité n'est pas une équivalence du type « J'aime autant les femmes que les hommes » ou « J'ai eu 50 % de mes relations amoureuses avec des femmes, et 50 % avec des hommes » : la bisexualité englobe mais ne se limite pas à une égale attirance pour les deux sexes[2]. En effet, les degrés d'attirance envers les deux sexes peuvent infiniment varier[3],[14], conduisant à une grande diversité d'expériences[15]. La bisexualité peut aussi se voir comme une sexualité « fluide » qui change au cours du temps[Barker 2].

Ainsi, de façon large, on peut décrire la bisexualité de ces manières : être attiré par plus d'un genre ; être principalement attiré par un genre, mais reconnaître que cette attirance n'est pas exclusive ; avoir un sexualité évolutive (« fluide ») au fil du temps ; considérer que l'on peut être attiré(e) par une personne « quel que soit son genre » (en prenant en compte d'autres facteurs) ; ou contester qu'il n'existe que deux genres, et que l'on peut n'être attiré que par l'un, l'autre, ou les deux[Barker 2].

Synonymes et débats sémantiques[modifier | modifier le code]

D'autres mots ont également pu être utilisés pour désigner la bisexualité dans le sens actuel du terme. Les expressions « pansexuel », « omnisexuel » ou encore « queer » ont pu ainsi être préférés à celui de « bisexuel » (le bi de « bisexualité » pouvant impliquer qu'il n'y a que deux genres[Barker 2]). Cependant, ces termes sont également l'objet de critiques : les termes omnisexuel et pansexuel peuvent renvoyer à une idée fausse associant le potentiel d'aimer les deux sexes avec de l'hypersexualité, alors que le terme queer (qui se réfère à l'ensemble des non-hétérosexuels, pas seulement aux bisexuels) préserve toujours son acception négative originale[16]. Les termes ambisexuel et fluide ont également été proposés, mais ils ne sont que très peu connus du grand public ; le terme bisexuel est en tout cas le plus connu de tous, et le plus usité dans la recherche scientifique[16].

Les asexuels peuvent également préférer le terme de « biromantique », qui n'implique pas d'aspect sexuel dans l'attirance envers les hommes et les femmes[Barker 2].

La terminologie du concept fait toujours débat ; par exemple, le terme de « pansexuel » a pu être utilisé en remplacement des termes classiques, notamment « bisexualité », car considérés comme périmés ou obsolètes[17].

La bisexualité en sexologie[modifier | modifier le code]

La bisexualité dans les comportements animaux et humains[modifier | modifier le code]

Les recherches scientifiques menées sur des mammifères autres que les primates montrent que l'organisation neuroanatomique générale des organismes mammaliens est spécifiquement conçue pour la copulation hétérosexuelle : des phéromones sexuelles attirent réciproquement les mâles vers les femelles[18], puis le réflexe de lordose permet de bien présenter le vagin pour la pénétration[19], la lubrification vaginale facilite le réflexe d'éjaculation, les sensations vaginales, clitoridiennes et péniennes (via le système de récompense[20],[21]) favorisent la motivation sexuelle[22], etc.

Il existe ainsi, dans l'organisation neurobiologique innée de l'organisme, un véritable comportement de reproduction hétérosexuel chez les mammifères non-primates. Mais les études éthologique du comportement sexuel des primates[23],[24] et les études historiques et anthropologiques humaines[25] montrent que les activités bisexuelles sont généralisées. Comment expliquer cette modification du comportement de reproduction ?

Les recherches récentes en neurosciences, depuis le début du XXIe siècle, permettent d'expliquer ces différences entre la copulation hétérosexuelle des mammifères non-primates et les activités bisexuelles des hominidés (être humain, chimpanzé, bonobo, orang-outan, gorille, etc.). Elles ont montré qu'au cours de l’évolution, le contrôle neurobiologique du comportement sexuel a changé. Chez les primates et surtout chez les hominidés, la sexualité s'est progressivement dissociée des cycles hormonaux[26],[27], 90 % des gènes des récepteurs aux phéromones ont été altérés[28],[29] et le réflexe sexuel de la lordose n'est plus fonctionnel. Tandis qu'au contraire, l'importance du système de récompense et de la cognition est devenue majeure[30]. En raison de ces modifications du système nerveux, on observe que les activités sexuelles des hominidés changent : elles ne sont plus limitées à la copulation vaginale[23],[24], mais se développent principalement autour de la stimulation des zones érogènes, car ces stimulations procurent des récompenses / renforcements dans le cerveau[30]. Ces récompenses, en particulier l'orgasme, sont perçues au niveau de la conscience comme des sensations de plaisirs érotiques et de jouissances. Chez l’être humain, le but fonctionnel du comportement sexuel n'est plus le coït vaginal, mais la recherche des récompenses érotiques, procurées par la stimulation du corps et des zones érogènes. Le comportement de reproduction a évolué vers un comportement érotique[31],[note 1].

Au cours de cette évolution du comportement de reproduction, on observe que des caractères érotiques et bisexuels apparaissent progressivement en fonction des facteurs neurobiologiques qui ont été modifiés. Mais comme les modifications des différents facteurs ne sont pas toutes graduelles et n'apparaissent pas toutes aux mêmes périodes phylogéniques, les modifications comportementales sont discontinues. Le cerveau se corticalise progressivement, et les espèces de mammifères les plus corticalisées sont les plus bisexuelles (éléphants, dauphins, hominidés)[24]. Mais les éléphants n'ont qu'un niveau intermédiaire d'activités bisexuelles[24] car les phéromones jouent encore un rôle important[32]. L'altération des gènes des récepteurs aux phéromones est importante à partir des catarhiniens (cercopithèques, gibbons, hominidés)[29] et ces espèces ont davantage d'activités bisexuelles. La dissociation des activités sexuelles des cycles hormonaux est majeure à partir de Pan Paniscus (bonobo)[33],[34]. Au cours de l'évolution, plus une espèce cumule de modifications neurobiologiques, et plus ces modifications sont importantes, plus son comportement sexuel sera labile, varié et bisexuel.

Pour ces raisons, on observe que quasiment tous les primates ont des activités bisexuelles[35],[24], et en particulier les chimpanzés Pan paniscus (bonobo)[34],[36] qui est l'espèce la plus proche de l'espèce humaine[33].

Les bonobos, les singes les plus proches génétiquement de l'espèce humaine, sont activement bisexuels[34],[36].

Chez l'être humain, qui cumule le maximum de modifications neurobiologiques des facteurs du comportement de reproduction, on observe en particulier que le système cérébral spécifique de la reconnaissance du sexe opposé a été altéré. Plus de 90 % des gènes (TAAR, VR1, VR2 & TCPR2) spécifiques à la détection des phéromones sont altérés[28],[29]. Bien qu'il existe encore des effets résiduels[37], l'influence comportementale des phéromones est devenue mineure[38],[39]. Même s'il existe encore des facteurs biologiques et phéromonaux résiduels, le sexe du ou des partenaire(s) n'est plus le principal facteur biologique à l'origine des activités sexuelles[40]. Le système de récompense et la cognition sont devenus prépondérants[30].

Au niveau ethnologique et historique, on observe que dans les sociétés sexuellement libérales les enfants et les adolescents ont des activités bisexuelles[41],[42],[43], et qu'apparemment il existait dans toutes les sociétés anciennes de guerriers, avant l'avènement des religions actuelles qui sont peu favorables à la sexualité, des pratiques bisexuelles généralisées[44],[25]. L'influence majeure du contexte culturel dans l'orientation sexuelle est bien mise en évidence par exemple dans la société grecque de l'Antiquité. L'amour le plus désirable, l'« amour céleste », était homosexuel, car la femme avait un statut social inférieur à l'homme[45],[46]. La majorité des hommes étaient bisexuels[47] et les rapports hétérosexuels servaient à avoir une descendance légitime ; les épouses étaient supposées tenir le rôle de gardienne fidèle au foyer[48].

Toutes ces données suggèrent qu'il existe une tendance significative à la bisexualité chez l'être humain. La bisexualité n'est pourtant pas de nos jours généralisée dans les sociétés occidentales ; notamment de par la grande valorisation culturelle du couple hétérosexuel, une très forte homophobie[49] et un très fort monosexualisme, expliquant d'une part le fait que les bisexuels sont souvent rejetés par les hétérosexuels et également par les homosexuels, et d'autre part que la bisexualité n'existe pas au niveau des pratiques et des valeurs culturelles[50]. Il est donc extrêmement difficile de vivre de manière bisexuelle[51] et beaucoup de bisexuels dissimulent en conséquence leur véritable orientation sexuelle[MS 4].

Néanmoins, malgré la biphobie, l'homophobie et l'hétérocentrisme, on observe toutefois que pour les hommes étudiés par Alfred Kinsey dans son Sexual Behavior of the Human Male, 46 % d'entre eux ont une sexualité bisexuelle[52], mais que vraisemblablement la plupart des personnes, en raison de toutes les difficultés et pressions psychologiques exposées précédemment, se conforment aux pratiques et aux valeurs dominantes[53],[note 2].

Les échelles de mesure de la sexualité humaine[modifier | modifier le code]

Plusieurs sexologues ont conçu des échelles de mesure de la sexualité qui visent à rendre possible une étude des comportements sexuels humains plus précise que les catégories tranchées d'hétérosexualité, d'homosexualité ou de bisexualité.

L'échelle de Kinsey[modifier | modifier le code]

Le premier et le plus connu des chercheurs à réaliser une étude de ce genre est le sexologue américain Alfred Kinsey (lui-même bisexuel[54]) : dans deux études connues sous le nom de rapports Kinsey (Sexual Behavior in the Human Male en 1948 et Sexual Behavior in the Human Female en 1953), il emploie une échelle qui, en se fondant sur les témoignages des personnes interrogées sur leurs pratiques sexuelles, les classe non pas en deux ou trois catégories tranchées, mais en sept catégories qui vont de l'hétérosexualité exclusive (degré 0) jusqu'à l'homosexualité exclusive (degré 6). Les degrés intermédiaires, de 1 à 5 dans le tableau ci-dessous, correspondent à des comportements bisexuels[55],[56]. Les rapports Kinsey font beaucoup de bruit à leur parution, car ils montrent que les personnes ayant eu des rapports sexuels avec des personnes des deux sexes sont beaucoup plus nombreuses que ce que l'on croyait jusqu'alors. Par la suite, l'échelle de Kinsey est souvent évoquée pour réfuter la conception traditionnellement binaire de la vie sexuelle, qui se résume à « hétérosexualité ou homosexualité[57]. »

Valeur Explication
0 Exclusivement hétérosexuel(le)
1 Prédominance hétérosexuelle, expérience homosexuelle
2 Prédominance hétérosexuelle, occasionnellement homosexuel(le)
3 Bisexuel sans préférence
4 Prédominance homosexuelle, occasionnellement hétérosexuel(le)
5 Prédominance homosexuelle, expérience hétérosexuelle
6 Exclusivement homosexuel(le)

Une des critiques que l'on peut adresser à l'échelle de Kinsey est qu'elle ne prend en compte que la variable sexuelle proprement dite, sans aborder les sentiments amoureux, les fantasmes ou la définition que les personnes ont d'elles-mêmes[58].

La grille d'orientation sexuelle de Klein[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, un sexologue américain, Fritz Klein, élabore un autre instrument d'étude du comportement sexuel, encore plus précis, afin de prendre en compte la grande variété des témoignages qu'il recueille au cours d'un forum sur la bisexualité qu'il crée et anime à New York. Klein met au point cet outil pour pallier ce qu'il percevait comme les défauts de la grille de Kinsey[58]. Il publie pour la première fois cet outil, la grille d'orientation sexuelle de Klein, dans son ouvrage The Bisexual Option en 1978[12]. La grille d'orientation sexuelle de Klein n'est pas une échelle de mesure, mais un modèle de formulaire pour interroger les personnes sur leur sexualité. Elle prend en compte non pas seulement les pratiques sexuelles, mais aussi les sentiments de la personne ou encore ses fantasmes ; elle fait par ailleurs le distinguo entre la vie passée de la personne, sa vie présente (la « fluidité sexuelle ») et son idéal de vie[12],[59]. Pour chacune de ses réponses, la personne peut répondre par des chiffres allant de 1 (le même sexe seulement) jusqu'à 7 (l'autre sexe seulement). Les pratiques, le vécu, les désirs et les sentiments des personnes interrogées sont ainsi pris en compte de manière plus nuancée, ce qui aboutit à un profil d'orientation sexuelle composé de 21 critères différents[60].

Le modèle de Klein est le premier à prendre en compte la manière dont la personne elle-même se qualifie comme étant un aspect important de son orientation sexuelle. Il est également le premier à reconnaître que l'orientation sexuelle peut être dynamique, en évoluant au cours de la vie. C'est par cet outil théorique que Fritz Klein a assis sa réputation dans le monde anglophone de spécialiste de la bisexualité[61]. Cet outil s'est popularisé parmi les militants, les éducateurs et les thérapeutes, parce qu'il reconnaît la complexité de la sexualité humaine et en particulier la fluidité sexuelle dans le temps[62]. Cependant, sa complexité a limité son usage et sa diffusion dans le milieu académique : il reste aujourd'hui encore peu connu des chercheurs[63].

Autres typifications possibles[modifier | modifier le code]

Au-delà des échelles attestant de différents degrés de la bisexualité, d'autres typologies ont été proposées, incluant la « bisexualité de défense » (dans des pays où l'homosexualité n'est pas acceptée), la « bisexualité latine » (dans certaines cultures méditerranéennes, les hommes qui tiennent le rôle actif dans une relation homosexuelle masculine se considèrent comme strictement hétérosexuels), la « bisexualité rituelle » (où une homosexualité initiatique précède une hétérosexualité maritale, comme dans certaines tribus d'Océanie) ; la « bisexualité maritale », « bisexualité situationnelle » (dans certains contextes où les individus ne sont pas disponibles comme les prisons, des relations dans les toilettes ; ou pour de l'argent), la « véritable bisexualité » ou « bisexualité pure[58] » (où la personne est autant attirée par les hommes que par les femmes[note 3]), la « bisexualité d'expérimentation » ou encore la « bisexualité technique » (lorsque l'on s'engage dans des relations avec des personnes travesties, ou avec des personnes du « troisième genre » comme l'ont fait certaines cultures)[MG 2].

À cette typologie, on peut ajouter une classification temporelle : la « bisexualité successive » (manifestement la plus courante) où l'individu est en relation ou tombe amoureux d'une personne, homme ou femme ; la « bisexualité simultanée » où l'individu a des partenaires masculins et féminins en même temps ; et enfin la « bisexualité transitoire » entre hétérosexualité et homosexualité[58].

A également été proposée une typification de la bisexualité en trois sous-catégories majeures : « Bi-Gay », « Bi-Hétéro », et « Bi-Bi »[64].

Enfin, le terme anglophone de Men who have Sex with Men and Women (ou MSMW) est un outil sexologique utilisé pour désigner, selon des critères médicaux, les personnes s'étant engagées dans des relations de nature sexuelle avec des hommes et des femmes[65].

Études et statistiques sexologiques sur la bisexualité dans le monde[modifier | modifier le code]

Le chercheur ayant le plus travaillé statistiquement sur la bisexualité est Alfred Kinsey. Dans une étude menée en 1948, il a découvert que 46 % des sujets masculins interrogés (5 300 personnes) et de 6 à 14 % des femmes avaient eu une expérience sexuelle avec une femme et un homme, ou que ces personnes avaient déjà sexuellement « réagi » à des personnes des deux sexes[66].

Shere Hite est l'auteure d'une étude sur la sexualité masculine, Le Rapport Hite sur les hommes. Elle découvre dans ses recherches que 43 % des hommes sondés ont eu, durant leur enfance ou leur adolescence, des rapports sexuels avec d'autres garçons, sans que cela ne les empêche de mener ou de développer plus tard dans leur vie une sexualité hétérosexuelle[67].

Il est difficile de mesurer et d'estimer de façon fiable le nombre de bisexuels. En effet, de nombreux bisexuels ne se définissent pas comme tels, mais comme hétérosexuels ou homosexuels, deux catégories mieux acceptées socialement aujourd'hui[57]. Il arrive que des femmes ou des hommes, en difficulté dans leur vie amoureuse ou frappés par la monotonie du mariage, se découvrent bisexuel(le)s, mais la réalité quantitative de ce phénomène est encore peu connue[57].

Dans les années 2000, une étude menée par Lisa M. Diamond, chercheuse en psychologie à l'université d'Utah aux États-Unis[68], qui a suivi un groupe de 79 femmes non hétérosexuelles pendant dix ans, a montré l'existence d'une orientation bisexuelle pérenne chez les femmes, la pérennité de l'orientation bisexuelle (92 %) sur dix ans étant supérieure à celle de l'orientation lesbienne (66 %)[69]. Par ailleurs, une étude américaine publiée en 2000 a montré que la définition que les personnes non hétérosexuelles ont de leur propre sexualité est mouvante : des personnes se déclarant précédemment homosexuelles ou lesbiennes peuvent, à la suite de nouvelles expériences, se qualifier de bisexuelles, et vice-versa[12],[70].

D'après des études américaines récentes, les personnes s'identifiant comme bisexuelles constituent le groupe le plus nombreux parmi les « LGB » (personnes qui s'identifient comme homosexuelles, bisexuelles et lesbiennes)[Barker 3],[71],[72], sachant que nombre de personnes ayant entretenu des relations avec des personnes de même sexe, ou ressentant une attirance pour des personnes du même sexe ne s'identifient pas comme « LGB »[Barker 3],[73].

Néanmoins, l'une des difficultés à quantifier précisément l'ampleur de la bisexualité est que de nombreuses personnes bisexuelles de fait, pour des raisons diverses, ne se définissent pas ainsi mais comme hétérosexuelles ou homosexuelles[Barker 4],[MS 5].

Si les personnes bisexuelles de fait apparaissent comme une minorité importante de la population dans l'étude de Kinsey, très peu sont celles qui se présentent comme telles dans des études récentes, conduisant à des proportions de bisexuels « auto-identifiés » de l'ordre de seulement quelques pour-cents[Barker 3], ce qui pose une claire distinction entre pratique et identité bisexuelle[74]. Ainsi par exemple, lors d'une enquête sur l'orientation sexuelle en France menée par l'IFOP début 2011[75], seules 3 % des personnes interrogées se déclaraient bisexuelles. Extrapolé à l'échelle du pays, ce pourcentage donne environ 1,48 millions de personnes se déclarant bisexuelles en France[75]. L'enquête indique aussi que parmi les personnes qui se déclarent bisexuelles ou homosexuelles, on constate une légère surreprésentation des hommes sur les femmes, ainsi qu'une légère surreprésentation des personnes âgées de moins de 50 ans, peut-être en raison de la libération des mœurs après 1960[75]. Il n'y a en revanche aucune différence entre les bisexuels, les hétérosexuels et les homosexuels en termes de répartition géographique ou de milieu social[75]. Les bisexuels déclarés sont légèrement plus nombreux que les homosexuels déclarés à vivre en couple (55 % contre 46 %) ; ils sont aussi plus nombreux à avoir des enfants à la maison (24 % contre 14 %)[75].

La remise en cause de l'alternative hétérosexualité-homosexualité[modifier | modifier le code]

L'échelle de Kinsey est une contribution remarquable de l'approche de la bisexualité humaine[MS 6]. Elle montre que le désir ou les expériences amoureuses ou sexuelles ne sont pas nécessairement polarisés selon un unique axe hétérosexualité (0) - homosexualité (6). Si le degré d'attirance pour un sexe ou l'autre peut varier (1,2,3,4,5), on parlera de « bisexualité » dès lors qu'il y a attirance pour les deux sexes, même si l'un prédomine sur l'autre[2],[76].

Certaines études sexologiques ont depuis longtemps remarqué que le diptyque hétérosexualité-homosexualité était trop pauvre pour décrire convenablement la réalité des comportements sexuels, et leur fluidité dans le temps[15]. L'alternative hétérosexualité-homosexualité reste pourtant, malgré sa sursimplification des comportement sexuels, encore largement dominante, en particulier dans la culture et la recherche anglo-saxonne[MS 7].

Or des chercheurs, dès les années 1970, ont estimé que « l'étude longitudinale de la vie sexuelle des êtres humains [...] permet de comprendre le flux et le reflux des expériences homosexuelles et hétérosexuelles et de remettre en question l'opinion commune selon laquelle on est soit homosexuel soit hétérosexuel[77]. » La bisexualité rompt en effet l'alternative stricte « hétérosexualité ou homosexualité » bien que celle-ci puisse rester, malgré les recherches et les études qui démontrent son invalidité, la référence de pensée pour de nombreuses personnes.

L'échelle de Kinsey a d'ailleurs été créée par le chercheur américain Alfred Kinsey et ses collègues, pour modéliser le fait que les résultats des études et recherches sexologiques ont montré qu'il n'y avait pas de séparation nette et tranchée entre comportement sexuel homosexuel et hétérosexuel[78]. L'échelle de Kinsey permet ainsi de prendre en compte la complexité et la fluidité des comportements sexuels humains. Elle montre aussi que l'identification personnelle n'est pas nécessairement corrélée aux pratiques sexuelles : on peut se considérer homosexuel ou hétérosexuel, et avoir un comportement sexuel bisexuel[60]. La complexification des travaux théoriques, comme avec la grille d'orientation sexuelle de Klein, qui prolonge et approfondit la grille de Kinsey, a permis de mieux comprendre la bisexualité qu'avec les méthodes dichotomiques traditionnelles[59].

Par ailleurs, parmi les personnes s'engageant dans des relations homosexuelles, peu sont celles qui excluent les relations hétérosexuelles. Ainsi, d'après une étude française conduite en 1993, 96,6 % des hommes interrogés ayant eu des relations sexuelles homosexuelles ont aussi entretenu des relations hétérosexuelles[79]. Des études américaines ou danoises donnent des chiffres tout aussi considérables (de 90 à 96 %), ce qui montre que l'homosexualité (l'orientation sexuelle unique et exclusive envers les personnes de même sexe) n'est que très marginale parmi les personnes s'engageant dans des relations avec des personnes de même sexe[79].

L'étude sexologique Le rapport Hite sur les Hommes note elle aussi que malgré la fluidité sexuelle et l'existence d'expériences homosexuelles et hétérosexuelles chez de nombreux hommes, l'alternative « homosexuel-hétérosexuel » est toujours utilisée comme outil de définition exclusif, sans toute la rigueur nécessaire : « Il n'y a pas de corrélation entre le fait qu'un garçon ait eu ou non une expérience sexuelle avec d'autres garçons et le fait qu'il se considère « homosexuel » ou « hétérosexuel » plus tard dans la vie. Beaucoup d'homosexuels n'ont jamais eu de relations avec d'autres garçons pendant leur jeunesse, et beaucoup d'hétérosexuels en ont eu[80]. » De même, les chercheurs Philip W. Blumstein et Pepper Schwartz, auteurs de Bisexuality: Some Social Psychological Issues (1977) constatent que nombre de personnes qui s'engagent dans ce type de relations enfants ou adolescents et qui mènent par la suite des vies hétérosexuelles ne se considèrent pas comme bisexuels, et voient ces expériences comme de simple jeux sans grande importance dans la définition de leur orientation sexuelle[MS 8].

Quant aux précautions à tenir dans l'usage des mots définissant une pratique sexuelle, un chercheur américain des études de genre estime qu'il n'est pas pertinent d'utiliser le mot « homosexuel » comme un nom pour désigner des personnes, mais qu'il est plus approprié de l'utiliser comme un adjectif à accoler à un acte ou à un comportement donné[81].

D'autres, à l'instar de Jonathan Katz, estiment qu'au nom du continuum de Kinsey et la fréquence des pratiques homosexuelles chez les « hétérosexuels » que c'est le dualisme « homosexuel-hétérosexuel » lui-même qui est à abolir[82].

Historiquement, les études sociologiques et sexologiques n'ont que très tardivement étudié la bisexualité en tant que telle ; sans considération spécifique, elle était auparavant allègrement confondue avec l'homosexualité, aucune différence qualitative n'étant faite entre les personnes uniquement attirées par les personnes de même sexe et les bisexuels[15],[62],[83],[84].

Une tendance naturelle et universelle ?[modifier | modifier le code]

Depuis les travaux de Freud sur la psychologie de la sexualité humaine, la question de savoir si la bisexualité est la tendance naturelle de la sexualité humaine se retrouve dans la culture populaire[85],[86] comme dans la recherche académique[87],[88]. Ainsi, selon le Journal of the American Medical Association, « les êtres humains sont par nature psychiquement bisexuels, c'est-à-dire capable d'aimer des personnes des deux sexes[74]. »

Une des difficultés à quantifier précisément l'ampleur de la bisexualité est que de nombreuses personnes bisexuelles de fait, pour des raisons diverses, ne se définissent pas ainsi mais comme hétérosexuelles ou homosexuelles[83],[MS 5]. En effet, lorsque l'on demande directement par des enquêtes à la population de se définir, très peu sont les personnes se présentant comme bisexuelles[83] ; si, en revanche, on cherche à savoir qui a déjà ressenti une attirance amoureuse ou sexuelle envers plus d'un sexe, ou à s'être engagé dans des relations sexuelles avec des personnes des deux sexes, on obtient une minorité conséquente (le rapport Kinsey avance le chiffre de 46 % de la population masculine[66], le rapport Hite 43 %[67]), ou même une majorité de la population[83]. Il y a beaucoup plus de personnes qui ressentent des attractions pour les deux sexes que de personnes qui s'engagent dans des relations avec les deux sexes ; et il y a beaucoup plus de personnes qui s'engagent dans des relations avec les deux sexes que de personnes qui se définissent comme bisexuelles[83].

La bisexualité dans l'histoire[modifier | modifier le code]

Durant le XXe siècle, la bisexualité de certaines personnalités, comme ici l'activiste pour les droits des Afro-Américains, Malcolm X, était délibérément cachée[89].

Il est important de garder à l'esprit que les termes d’hétérosexualité, d'homosexualité, de bisexualité, et plus généralement les notions mêmes de sexualité et d'orientation sexuelle sont des concepts relativement récents à l'échelle de l'Histoire puisqu'ils ont été introduits par la médecine et la psychologie au XIXe siècle. Ils ne sont donc pas forcément adaptés dans des contextes historiques plus anciens, étant donné que les sociétés anciennes ne réfléchissaient pas dans les mêmes termes et n'utilisaient pas (ou pas exactement) les mêmes catégories de pensée. Il n'est cependant pas absurde de supposer que, de tout temps, il a existé des personnes éprouvant des attirances que nous appellerions aujourd'hui hétérosexuelles, homosexuelles ou bisexuelles, même si ces attirances ne s'inscrivaient pas dans les mêmes cadres sociaux (libertés, contraintes, modes de sociabilité, etc.). Par exemple, durant l'antiquité grecque ou romaine, elles ne prenaient pas les mêmes formes et ne donnaient pas lieu à l'élaboration d'identités individuelles (« je suis homosexuel », « je suis bisexuel », « je suis hétérosexuel ») comme c'est le cas à partir de la fin du XXe siècle[90].

Pour le sexologue Fred Klein, l'histoire de la bisexualité est pour l'essentiel restée inaperçue, ou sporadiquement évoquée : les bisexuels ayant été le plus souvent considérés comme homosexuels, ou parfois comme hétérosexuels[91], par occultation de la bisexualité. Il précise, à la suite d'une liste de personnages historiques qu'il estime avoir été bisexuels : « pour trouver mes sources, j'ai dû chercher dans l'histoire « homosexuelle ». J'ai ainsi débusqué ces gens qui étaient en fait bisexuels plutôt qu'homosexuels. La connaissance historique de la bisexualité ne sortira pas de l'ombre tant qu'on n'aura pas au moins admis sa réalité »[91].

Si l'on tente d'observer les comportements bisexuels et leur acceptation ou leur rejet dans les différentes sociétés à travers le temps, il apparaît que la bisexualité a une histoire universelle[25],[92]. Dans la plupart des sociétés connues, les gens ont montré des degrés variables de bisexualité, et ce sans que ce comportement ait été jugé anormal. La plupart des relations bisexuelles étaient attachées soit à une période de la vie (comme pour le shudo dans le Japon pré-moderne), soit à un troisième genre (comme pour les Deux-Esprits nord-amérindiens ou les bacchás d'Asie centrale). Ce sont plutôt les comportements hétérosexuels et homosexuels masculins, bien qu'également présents, qui semblent constituer des exceptions partout, sauf dans les sociétés influencées par les religions abrahamiques (judaïsme, islam et certains courant du christianisme), où les comportements bisexuels et homosexuels sont fortement réprimés. De fait, nombre de sociétés premières, préservées des apports religieux et culturels des trois grands monothéismes (en particulier de leur hétéronormativité) se sont adonnées durant des siècles à une bisexualité généralisée[93].

La majeure partie de ce que l’on appelle « homosexualité » dans les cultures anciennes est en fait une forme de bisexualité, dans la mesure où les pratiques et relations homosexuelles sont très rarement conçues comme excluant toute relation hétérosexuelle (au contraire de la catégorisation actuelle, dans laquelle une personne homosexuelle est attirée exclusivement par les personnes du même sexe)[94].

L'histoire de la bisexualité féminine est plus difficile à établir, dans la mesure où les sociétés les mieux connues étaient généralement patriarcales et où les sources diverses nous renseignent plutôt sur les relations entre hommes.

Europe[modifier | modifier le code]

Grèce antique[modifier | modifier le code]

Zeus, le roi des dieux dans la mythologie grecque. Marié à Héra, il s'amourache de nombreuses autres femmes, déesses, ou nymphes mais aussi d'un jeune prince troyen, Ganymède[95].

En Grèce antique, la bisexualité était omniprésente et socialement valorisée[96],[note 4]. De très illustres personnes de l'époque, telles que le chef militaire et politique Alexandre le Grand[97], et Socrate, un des plus grands philosophes de la civilisation occidentale, étaient bisexuelles[97].

La pratique de la pédérastie s'inscrit dans une conception de la vie sentimentale et sexuelle qui tient de la bisexualité[note 5]. Cette pratique essentiellement aristocratique se retrouve aussi bien à Athènes, à Sparte, à Thèbes qu'en Crète[98]. Dans un premier temps, à partir de la puberté, le jeune homme est en âge d'être courtisé par des hommes d'âge mûr, et de lier avec l'un d'eux une relation pédérastique dans laquelle il est l'éromène (« l'aimé »)[99]. Une fois adulte, l'homme mûr peut avoir des relations homosexuelles, mais cette fois en tant qu'éraste (« amant »), avec des hommes plus jeunes qu'il courtise comme lui-même a été courtisé pendant son adolescence[99].

Le modèle social fait donc coïncider les âges de la vie avec des rôles différents dans la relation. Par exemple, les sources d'époque présentent ainsi Alcibiade : « lorsqu'il était jeune, il détournait les hommes de leurs épouses, et lorsqu'il était plus âgé, il détournait les femmes de leurs maris[100]. » L'homme adulte a le droit d'avoir des relations homosexuelles avec des jeunes gens, tant qu'il les courtise dans les règles, mais il est mal vu d'en venir à dédaigner toute relation avec les femmes : l'homosexualité telle qu'on la conçoit de nos jours, c'est-à-dire une attirance entièrement tournée vers les personnes du même sexe, n'était donc pas acceptée[99],[101],[102].

Quoi qu'il en soit, les amours homosexuelles comme hétérosexuelles sont abondamment évoquées par les arts grecs antiques, aussi bien la céramique que la littérature. Un thème répandu est la comparaison de l'amour des filles et de l'amour des garçons, que l'on trouve dans le Dialogue sur l'amour de Plutarque[103], dans les Amours du pseudo-Lucien ou encore dans le roman grec Leucippé et Clitophon d'Achille Tatius[104].

La bisexualité féminine est moins bien documentée. La poétesse Sappho, connue pour ses amours lesbiennes, était en réalité engagée dans des relations amoureuses avec des hommes et des femmes ; elle évoque dans ses poèmes des attirances pour des personnes des deux sexes[105],[106]. On trouve également l'évocation de relations entre femmes dans certaines séquences des Dialogues des hétaïres attribués à Lucien[107].

La bisexualité des Grecs est également présente dans leurs mythes[95], où de très nombreux dieux sont bisexuels : Zeus, marié à Héra et ayant courtisé le beau mortel Ganymède ; mais aussi Poséidon (marié à Amphitrite), et qui a eu une relation amoureuse avec le mortel Pélops ; le héros divinisé Hercule, marié à Mégare et amant d'Hylas, ou encore Apollon, ayant eu (entre autres) des relations amoureuses avec les nymphes Daphné et Cyrène et avec les mortels Hyacinthe et Cyparisse[réf. souhaitée].

Les mythes grecs ont la particularité de mentionner trois cas différents de bisexualité, chacun avec un sens différent : celle de Tirésias, qui change de sexe par décision divine ; celle d'Hermaphrodite (la bisexualité dans le sens d'être « bisexué ») et celle qui concerne les sentiments amoureux, celle qu'évoque Aristophane dans son éloge d'Éros dans Le Banquet de Platon[MG 3].

La bisexualité était donc bien mieux considérée socialement que l'homosexualité : se marier et avoir des enfants est ce que l'on attend de chaque citoyen[108], alors qu'adopter un comportement efféminé ou se travestir est très mal considéré[99]. La bisexualité grecque antique demeure l'un des exemples de pratiques bisexuelles dans l'histoire les mieux connus[109].

Rome antique[modifier | modifier le code]

Dans une société qui ne proscrivait pas la bisexualité mais la passivité sexuelle chez l'homme libre, Jules César a été décrit par Curion l'Ancien comme « le mari de toutes les femmes et l'épouse de tous les maris »[110].
(Marbre d'après l'antique.)

La bisexualité est l'orientation sexuelle « normale » chez les Romains[111],[112]. Paul Veyne, dont l'analyse a considérablement influencé la perception de la sexualité romaine, et en particulier les recherches ultérieures, parle à cet effet de « bisexualité active »[113],[114],[note 6]. À Rome, la règle de comportement moral suppose qu'un homme libre soit actif, c'est-à-dire qu'il doit être celui qui pénètre : la passivité chez un citoyen libre est infamante, et fait perdre toute masculinité à celui qui s'est fait pénétrer[115].

En conséquence, on ne peut pénétrer, en dehors de sa femme, aucune femme libre, célibataire ou mariée, et aucun homme libre[note 7] : si deux hommes libres ont des rapports, l'homme passif est, en théorie, sévèrement puni. Si un adulte a des rapports avec un jeune citoyen non pubère, il est également puni. Les esclaves et tous ceux qui ne sont pas romains, hommes et femmes, enfants, adolescents ou adultes, sont à la disposition des maîtres, le pater familias pouvant avoir des relations sexuelles avec eux sans que personne n'y trouve à redire[116]. Le philosophe Sénèque résume ce principe en ces termes : « La passivité sexuelle chez un homme libre est un crime, chez un esclave, une obligation, chez l'affranchi, un service »[117]. Ainsi l'orateur Cicéron est marié, mais loue également les charmes de son jeune esclave et secrétaire favori[note 8].

Comme dans la Grèce antique, l'homosexualité était très peu présente - et dans tous les cas dévalorisée ; car jamais les relations sentimentales et sexuelles avec les femmes ne devaient cesser ou se subordonner aux rapports homosexuels[102]. Si les comportements bisexuels étaient une norme dans la Rome antique, les homosexuels faisaient, eux, l'objet d'une condamnation à la fois morale et juridique[47].

Les empereurs romains s'engageaient très souvent dans des relations bisexuelles : un exemple bien connu est celui de l'empereur Hadrien, qui, bien qu'étant marié à l'impératrice Sabine, aimait d'un amour fou l’éphèbe Antinoüs[note 9]. De même, l'empereur Néron s'est marié avec un eunuque, Sporus, après son premier mariage avec Claudia Octavia[118].

Les pratiques bisexuelles sont attestées plus ou moins incidemment dans la littérature de l'époque. Sont souvent comparés l'amour qui lie aux femmes et celui qui lie aux jeunes hommes, notamment pour leurs avantages respectifs[119]. Est également souvent rapproché le rôle passif des femmes et celui des esclaves, condamnés à une soumission sexuelle totale envers leurs maîtres[115]. Le poète Horace écrit : « Lorsque ton bas-ventre se gonfle, si tu as à ta disposition une servante ou un esclave de ta maison sur lequel te jeter à l'assaut immédiatement, préfères-tu par hasard crever de tension ? Moi non. »[95]. Catulle déclare son amour indifféremment pour des femmes comme pour des hommes ; s'adressant dans ces termes à un homme : « Si sur tes yeux doux comme miel, Juventius, on me laissait mettre sans relâche mes baisers, j'en mettrais jusqu'à trois cent mille »[95]. Cela ne l'empêche pas de déclarer par ailleurs à sa bien-aimée : « Je t'en prie, ma douce Ipsithilla, mes délices, charme de ma vie, invite-moi à venir passer chez toi cette après-midi »[95].

Quant à l'homosexualité proprement dite, il n'existe pas d'exemple, dans la littérature latine qui nous est parvenue, d'exemple de relation de longue durée entre deux hommes libres, ni d'homme ayant exclusivement aimé d'autres hommes[115],[note 10].

Les premières lois romaines interdisant la bisexualité ont été adoptées vers le IIIe siècle après J.-C. (sous le règne de Théodose le Grand[98]), de par l'influence croissante de la religion chrétienne[101].

Scandinavie[modifier | modifier le code]

Les sources qui nous sont parvenues du Moyen Âge scandinave sont assez parcellaires ; une loi de 1164 semble prohiber tout acte homosexuel, sans avoir été véritablement appliquée. D'après la littérature de l'époque, les pratiques homosexuelles seraient, pour les hommes, acceptables socialement seulement pour celui qui a le rôle actif. Il semble qu'il ait également été acceptable, pour la plupart des hommes, de faire preuve d'un désir homoérotique, mais uniquement envers des esclaves[120].

Reste de l'Europe[modifier | modifier le code]

Le roi de France Louis XIII, père de Louis XIV, connu pour ses favoris[note 11].

Des comportements bisexuels sont rapportés chez les peuples celtes de l'Antiquité, dont les rapports homosexuels étaient de type pédérastiques. Athénée écrit par exemple que les Celtes avaient des femmes très belles, mais aimaient aussi inviter des amoureux à dormir sur leur peaux de bêtes[121].

Dans l'Europe médiévale, la bisexualité était, selon les époques et les lieux, et les personnes qui la pratiquaient, soit acceptée soit moquée. De manière générale, il est difficile pour un historien de quantifier précisément tout rapport et relation de type homosexuel, la censure (notamment religieuse) de l'époque s'exerçant, et de par l'homophobie contemporaine de certains chercheurs[122]. On peut néanmoins étudier ce qui se passait pour les personnages dont la vie est la plus documentée, à savoir les rois et leurs entourages dans les cours[123]. Des pratiques bisexuelles sont ainsi reportées pour certaines hautes personnalités comme le monarque anglais Richard Cœur de Lion[124], qui serait tombé amoureux, dans sa jeunesse, du roi Philippe Auguste[125].

Le roi de France Henri III, qui était marié à Louise de Lorraine-Vaudémont, et avait pour maîtresses Louise de La Béraudière du Rouhet et Marie de Clèves, a souvent été présenté par l'historiographie comme « homosexuel »[126]. Dirigeant dans une période de troubles et de disputes religieuses, détesté par une partie de son royaume, il semble que les accusations de relations effectives avec ses « mignons » proférées à son encontre soient davantage le fait de rumeurs lancées par ses opposants politiques qu'une réalité historique[127]. Le fait qu'il soit le dernier de la lignée des Valois n'est certainement pas étranger à la haine qu'il a suscitée : les Bourbons lui succédant étaient en effet prêts à tout pour le discréditer aux yeux du peuple et des élites, et à asseoir leur légitimité. Louis XIV, qui appréciait lui aussi beaucoup les vêtements d’apparat, le parfum et le maquillage, n'a ainsi jamais vu remettre en cause sa virilité ou sa sexualité[128].

L'écrivain irlandais Oscar Wilde, marié, deux enfants (ici avec son amant Alfred Bruce Douglas) est l'une des plus célèbres illustrations de la bisexualité au XIXe siècle[129],[130],[MG 4].

De même, au XVIe siècle, le roi Jacques Ier d'Angleterre, marié à la reine Anne de Danemark, avec qui il eut pas moins de huit enfants, avait aussi publiquement des amants masculins[131],[MG 5].

Un autre exemple de comportements bisexuels dans les cours royales est celui du « bisexuel le plus célèbre du [XVIIe] siècle[132] », Philippe d'Orléans, frère de Louis XIV. Efféminé et connu pour ses relations homosexuelles (on parlait au XVIIe siècle du « vice italien »), il a de nombreux enfants de deux mariages différents[133]. Marie-Antoinette d'Autriche, épouse de Louis XVI, a quant à elle fait les frais de lourdes critiques de la part des opposants politiques de son mari pour s'être engagée dans des relations avec d'autres femmes, des gravures graveleuses ayant même été produites à ce sujet[MG 6],[note 12].

À la Renaissance, en particulier dans sa version italienne, le « crime » de sodomie était largement pratiqué, malgré l'Inquisition et les châtiments qu'elle infligeait[120]. L'Église fut vite débordée, puisque près de la moitié des hommes de la ville de Florence furent mis en examen par la justice pour sodomie[134]. Une fluidité sexuelle dans le temps - d'abord des comportements homosexuels durant la jeunesse, puis principalement hétérosexuels - était considérée alors comme faisant intégralement partie du processus de croissance et de maturité des hommes[134]. En revanche, contrairement à ce qui se passait en Grèce ou dans la Rome antiques, une fois mariés, les hommes abandonnaient quasiment tous les relations avec d'autres hommes[134]. Nicolas Machiavel indique par exemple d'un de ses contemporains : « Jeune, il détournait les hommes de leurs épouses, à présent il détourne les femmes de leurs maris »[134].

Le libertinage a aussi été historiquement associé à la bisexualité, et ce, dès le XVIIe siècle ; il concernait le plus souvent les grands aristocrates, qui pouvaient de par leur rang se le permettre sans trop de conséquences[135]. L'exemple de Gaston de France, frère du roi français Louis XIII, peut être cité, dont les loisirs allaient des chansons à boire, aux poèmes érotiques, en passant par les « parties de débauche », dans une sorte d'« hédonisme mondain »[135]. Cette appellation de « libertin » s'est poursuivie au XVIIIe siècle, pour désigner les personnes entretenant ce type de relations. Comme elles contestaient aussi souvent le pouvoir de l'Église et les « bonnes mœurs » de l'époque, le pouvoir religieux leur mena une guerre sans merci[136].

Asie[modifier | modifier le code]

Inde[modifier | modifier le code]

Femme en caressant une autre pendant qu'elle se fait pénétrer par un homme. Illustration du Kama-Sutra, XIXe siècle.

Dans l'antique Kama-Sutra indien, des positions sexuelles homosexuelles et lesbiennes sont présentes, tout comme sont montrées des pratiques hétérosexuelles[137],[138]. Par ailleurs, les pratiques sexuelles dans la mythologie hindoue ont été considérées comme manifestant une « bisexualité universelle »[137]. Néanmoins, de par la colonisation britannique et le puritanisme de l'époque victorienne, toutes ces manifestations de la bisexualité dans la culture indienne originelle ont été effacées[138].

Chine[modifier | modifier le code]

Dans la Chine impériale, les comportements bisexuels sont reportés depuis le XVIe siècle av. J.-C.. Ainsi, dix des empereurs de la dynastie Han comptaient des hommes comme amants, en plus de leurs épouses, qui leur apportaient une descendance légitime[139]. Il existait aussi, à cette époque, des prostitués masculins, acceptés par la société sous l'influence du néo-confucianisme. Des auteurs comme Wang Yangming voyaient en effet les besoins sexuels comme naturels[140].

L'illégalité des rapports entre personnes du même sexe est venue assez tardivement dans l'histoire de la Chine : la première fois que la bisexualité a été pénalement condamnée date de 1740. Plus tard, l'imposition du régime communiste fut la période la plus difficile pour la pratique de la bisexualité, la « Révolution culturelle » de Mao cherchant à tout prix à l'éliminer. La situation s'est depuis très légèrement adoucie[140].

Japon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Shudō.
Un Shudō : l'homme embrasse une femme, alors qu'il couvre les yeux de son compagnon.

Dans le Japon médiéval, les aristocrates avaient très couramment des pratiques bisexuelles[108] ; l'élite était libre de s'engager dans des amours avec les deux sexes, pratiques et érotisme homosexuels et hétérosexuels n'étant absolument pas vus comme incompatibles[141]. Nombreux sont les aristocrates qui fréquentaient des théâtres où se produisaient des jeunes hommes ; l'amour dévorant qu'ils leur portaient pouvait les pousser jusqu'à se ruiner pour disposer de leur compagnie[142].

Des pratiques bisexuelles de type pédérastiques sont également reportées : dans le wakashudō (« la voie des jeunes hommes »). Des hommes adultes, généralement hétérosexuellement mariés, poursuivaient de leurs ardeurs des jeunes hommes[141]. Dans la pédérastie japonaise, les garçons de 13 à 19 ans étaient jugés aptes à être aimés[142].

La bisexualité est également présente dans certaines œuvres de la littérature japonaise : le poète Ihara Saikaku décrit par exemple dans Kōshoku ichidai otoko (« L'homme qui ne vécut que pour aimer », 1682) la vie amoureuse d'un libertin, dénombrant comme conquêtes amoureuses 725 hommes et 3742 femmes[143].

Il est clairement documenté (en particulier par les journaux intimes de contemporains) que certains empereurs japonais maintenaient des relations homosexuelles en plus de leur vie sexuelle hétérosexuelle, et ce dès le XIe siècle (Shirakawa, Toba ou encore Go-Shirakawa en sont des exemples[144]).

En ce qui concerne les femmes, à partir du début du XXe siècle, nombre de jeunes femmes japonaises quittèrent leurs foyers pour être concentrées dans des écoles et pensionnats, où des relations intimes se nouaient assez fréquemment. Cela ne préoccupait pas outre mesure la société de l'époque, puisqu'un mariage hétérosexuel les attendait à la sortie de leurs études[141].

Comme dans de nombreuses autres régions du monde, ces pratiques commencent à être mal vues peu après les premiers contacts du Japon avec l'Occident[142]. Une loi est votée dès 1873 pour criminaliser les rapports homosexuels[145]. Néanmoins, et parce que le shudo est si enraciné dans la culture du Japon du XIXe siècle, le changement des comportements de certains militaires se révèle long et difficile[145].

Moyen-Orient et monde arabo-musulman[modifier | modifier le code]

Garçon dansant. Bien que la loi islamique prohibe les relations entre individus du même sexe, de nombreux hommes puissants les exploitent pour satisfaire leurs plaisirs sexuels, et en font un symbole de leur pouvoir.

Trois siècles avant notre ère, Darius III, roi de Perse, possédait dans son harem à la fois des femmes et des eunuques ; après la victoire militaire d'Alexandre le Grand sur Darius, Alexandre usa lui aussi d'eunuques comme partenaires sexuels[146]. Des pratiques bisexuelles ont longtemps été reportées en Perse : ainsi, au XIe siècle siècle, un notable conseille à son fils « de diviser équitablement son attention envers les femmes et les jeunes hommes »[147]. Au XVIIe siècle, un Européen qui visite la Perse note qu'ils « convoitaient les garçons autant que les femmes[147]. » Nombre de grands poèmes perses sont adressés à de jeunes hommes, l'art érotique étant, lui aussi, divisé entre scènes hétérosexuelles et homosexuelles[147].

Selon le juriste musulman Ibrahim al-Bajuri, lors de la conquête musulmane du Moyen-Orient, de nombreux soldats arabes, loin de leurs femmes, se sont alors contentés d'hommes qu'ils trouvaient dans les territoires conquis[148].

La bisexualité est aussi bien documentée durant la période musulmane de l'histoire espagnole[149] : en particulier, à cette époque, l'islam était religieusement et sexuellement beaucoup plus tolérant que ne l'était le christianisme[149]. Bien que le Coran prohibe les rapports amoureux et sexuels entre personnes de même sexe, la société et les dirigeants n'avaient alors pas même la volonté de faire appliquer cette règle religieuse[149]. Il existe des exemples de dirigeants ouvertement bisexuels à cette époque, maintenant des relations homosexuelles comme une vie de famille : c'est le cas d'Abd al-Rahman III[149] (père de Al-Hakam II). La bisexualité s'exprimait aussi librement à travers les arts, notamment la poésie : le poète Ibn Quzman mentionne dans ses vers son mode de vie ouvertement bisexuel[149]. Ce cas n'est pas isolé, d'autres poèmes à cette époque traitent des joies égales de l'amour, tant homosexuel qu'hétérosexuel[149]. Il semble qu'à cette époque, ce soit une pratique homosexuelle de type pédérastique qui ait été privilégiée[149].

Après la conquête, la bisexualité dans le monde arabe s'exprimait d'une manière à peu près équivalente à celle de la Grèce antique : un homme marié courtisait de jeunes garçons, sans que cela ne paraisse étrange au reste de la société. La désapprobation venait surtout des épouses, jalouses du fait que leurs maris puissent désirer d'autres personnes qu'elles[150].

Ces pratiques étaient si courantes au XVIIIe siècle que l'orientaliste français Volney, visitant l'Égypte dans les années 1780, s'étonna du fait que les hommes s'adonnaient au « vice des Grecs » alors qu'ils avaient déjà des femmes. Les garçons courtisés pouvaient s'engager dans des relations avec des filles ou des femmes plus mûres qu'eux[151].

On sait également que la bisexualité masculine est généralisée au début du XXe siècle dans l'Empire ottoman, le turc Mustafa Kemal Atatürk, révéré comme le « fondateur de la Turquie moderne », étant d'après le biographe Patrick Balfour Kinross symptomatique d'une « fin de siècle ottomane bisexuelle »[152].

Dans l'Afghanistan des années 2010, survivent encore des pratiques bisexuelles ancestrales, qui ont profondément interpellé, si ce n'est choqué, les soldats américains et britanniques patrouillant dans ces zones dans le cadre de la guerre contre le terrorisme. En effet, dans certaines zones tribales, beaucoup d'hommes entretiennent des relations de type pédérastiques et pédophiles avec de jeunes hommes (le plus souvent de 9 à 15 ans[153]), étant donné qu'aucune relation avec des femmes non mariées n'est autorisée. Ainsi, de très nombreux hommes s'y adonnent avant leur mariage. Un des dictons les plus répandus de cette partie du monde y est d'ailleurs : « Les femmes sont pour les enfants, les garçons sont pour le plaisir »[153]. Les hommes disposant de suffisamment d'argent et de pouvoir peuvent se permettre d'entretenir ainsi plusieurs garçons, une tradition culturellement acceptée qui ne choque personne. Un tel homme est appelé un bacha bazi, et est souvent vu comme haut placé dans l'échelle sociale : si quelqu'un veut montrer qu'il a de l'importance, il doit avoir un garçon à lui[154],[155],[note 13].

Amériques[modifier | modifier le code]

Les conquistadors espagnols et portugais punissaient sévèrement les Indiens lorsqu'ils s'adonnaient à des relations homosexuelles. Ici, Vasco Nunez de Balboa envoie ses chiens dévorer des indigènes.

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Nombreuses tribus des peuples natifs d'Amérique du Nord connaissaient une catégorie de troisième genre, hommes qui s'habillaient comme des femmes, avaient des occupations traditionnellement dévolues aux femmes et occupaient des rôles à part dans les tribus (comme guérisseurs ou chaman). Les explorateurs français entrés au contact de ces tribus nommèrent ces individus « berdaches »[note 14], du nom alors utilisé en Europe pour désigner le partenaire le plus jeune dans une relation homosexuelle masculine. Les hommes mariés à des berdaches étaient généralement bisexuels[156] : nombre d'Amérindiens (et parmi eux, le chef Crazy Horse) possédaient parmi leurs épouses des berdaches[157].

Amérique centrale et du Sud[modifier | modifier le code]

Chez les Mayas, cela faisait partie des coutumes que d'avoir eu, au long de son existence, des relations avec des hommes et des femmes, tout au moins pour les hommes. En effet, au début de l'adolescence, le garçon se retrouvait être l'amant d'un adolescent plus âgé que lui, qui se mariait ensuite à une femme lorsqu'il atteignait une vingtaine d'années. Le jeune garçon aimé se retrouvait plus tard à aimer à son tour un garçon plus jeune, et ainsi se poursuivait indéfiniment le cycle[158]. Ainsi, les hommes mayas connaissaient une fluidité sexuelle dans le temps, la jeunesse étant associée à des relations homosexuelles, avant de laisser place à un mode de vie hétérosexuel dans le mariage[159].

La bisexualité est documentée dans de nombreuses autres peuples indigènes : la période de l'adolescence est la plus associée à celle des relations entre personnes du même sexe, bien que des hommes mariés et ayant des enfants puissent aussi s'engager dans de telles relations[160].

Une autre pratique courante est d'élever un garçon comme une femme pour ensuite le donner en mariage à un homme ayant déjà plusieurs épouses. Ces « hommes-épouses » étaient généralement plus appréciés que les femmes épouses[160].

Afrique[modifier | modifier le code]

Lois concernant la sexualité entre personnes de même sexe en Afrique. La grande majorité des États africains actuels condamnent fortement les relations entre personnes de même sexe : les sanctions allant de la prison (orange) à la peine de mort (rouge). L'Afrique du Sud autorise en 2006 le mariage homosexuel.

Les études sur ce type de sexualité sont très rares en Afrique, par tabou le plus souvent. Les pratiques homosexuelles y sont en effet généralement fortement condamnées moralement et souvent juridiquement[161]. Cependant, dans certains pays comme le Sénégal, des études ont été menées à partir des années 2000 pour prendre en compte la réalité et la diversité de ces phénomènes[161].

Des chercheurs occidentaux ont révélé qu'il existait de très nombreuses pratiques bisexuelles dans la période pré-coloniale, mais qu'elles ont été abandonnées[162], dénigrées puis criminalisées par les Africains eux-mêmes après que des influences étrangères ont imposé les « critères » sexuels hétéronormés du christianisme ou de l'islam. Ainsi, les pratiques étant jugées « amorales » ou « contre nature » par les nouveaux-venus seront systématiquement tues ou effacées des mémoires ; dès le XVIIIe siècle, on croyait ainsi que seule l'hétérosexualité existait en Afrique. La croyance que « l'homosexualité [prise au sens large d'attirance pour des personnes du même sexe] n'a jamais existé en Afrique », est ainsi un mythe qui perdure encore aujourd'hui[163]. Certains en sont même allé jusqu'à prétendre que ces pratiques seraient exclusivement occidentales, et qu'elles auraient été « importées » par les colons, alors que c'est précisément le contraire[162] : un universitaire américain remarque que les pays africains ont en réalité criminalisé l'homosexualité en s'inspirant des législations d'alors des anciens colonisateurs[164].

Par exemple, l'anthropologue allemand Kurt Falk estimait dans les années 1920 que, parmi les tribus indigènes qu'il avait étudiées en Afrique de l'Ouest, les hommes étaient quasiment tous bisexuels[163], avançant le chiffre d'une prévalence de 90 %[165].

Comme illustration, on peut citer la tribu des Gangellas dans ce qui est aujourd'hui l'Angola : un adolescent de 18 ans pouvait publiquement déclarer son amour pour un autre, plus jeune, et vivre avec lui (des présents étaient accordés en échange aux parents). Le plus âgé se mariait ensuite avec une femme, et pouvait avoir des relations sexuelles avec son épouse et son amant jusqu'à ce que le plus jeune soit suffisamment âgé à son tour pour désirer se marier. Plus largement, on peut parler de pratique de type pédérastiques entre des hommes et des adolescents, des relations sexuelles entre des hommes et des femmes mariés, mais l'interdiction ou la condamnation morale de relations sexuelles entre deux hommes d'âge mûr[162].

Un autre exemple de bisexualité ancestrale de nature pédérastique se trouvait près de l'oasis de Siwa, près de l'actuelle frontière égypto-libyenne. Des hommes mariés s'associaient à des adolescents dans des bâtiments situés en dehors de l'enceinte du village proprement-dit, ils formaient des couples guerriers à vocation défensive (les familles restant à l'intérieur du village). La relation qui liait les deux partenaires était de nature sentimentale et sexuelle, mais également éducative[166].

En ce qui concerne la bisexualité contemporaine, une étude de 2009 indique une très grande majorité des hommes ayant eu des rapports sexuels avec d'autres hommes ont également maintenu des rapports sexuels avec des femmes, dans des pays comme le Sénégal (87-94 %), le Nigeria (86 %), et l'Ouganda (73 %)[161],[note 15].

Océanie[modifier | modifier le code]

Dans de nombreuses sociétés océaniennes traditionnelles, la bisexualité était largement pratiquée, l'homosexualité (en tant que monosexualité) étant beaucoup plus rare[167].

La bisexualité peut aussi être ritualisée ou socialement codifiée : c'est le cas des tribus mélanésiennes, où les jeunes garçons doivent quitter leurs familles pour vivre avec leurs amants masculins, eux-mêmes mariés, auxquels ils pratiquent des fellations (le liquide séminal étant considéré comme participant, de même que le lait maternel, à la croissance)[108]. Une fois devenu grand, le jeune homme se marie et prend à son tour un garçon chez lui. Ainsi il y a fluidité sexuelle dans le temps : initiation sexuelle homosexuelle durant la jeunesse puis comportement hétérosexuel reproductif[MS 9].

Dans la partie est de la Mélanésie, une phase d'homosexualité transitoire peut également être regardée comme un moyen de compenser, durant l'adolescence, l'absence de possibilité de relations sexuelles hétérosexuelles avant le mariage[168]. Des pratiques homosexuelles peuvent également faire partie de certains processus d'initiation ; enfin des pratiques homosexuelles peuvent également être observées tout au long de la vie adulte, de pair avec des relations hétérosexuelles[168].

Dans la tribu des Nambas, le fait d'avoir plusieurs femmes et garçons est un attribut de pouvoir et de prestige social[169]. Les jeunes hommes apparaissent comme une propriété, et peuvent même être prêtés, voire vendus pour un certain laps de temps à d'autres hommes par leurs « maris »[169].

La bisexualité de nos jours[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses manifestations contemporaines de bisexualité. Malgré cela, celle-ci reste un des plus importants tabous modernes[57]. Cela tient pour partie du fait que des millions de personnes sont aujourd'hui de fait bisexuelles (c'est-à-dire s'engageant dans des relations avec des hommes ou des femmes, ou se sentant ou s'étant sentis attirées pour des personnes des deux sexes), mais ne l'assument pas ou le cachent volontairement, ce qui prévient l'émergence d'une véritable visibilité de la bisexualité[55].

Concepts annexes et néologismes contemporains[modifier | modifier le code]

Bicuriosité[modifier | modifier le code]

Ouvertement bisexuelle[170], Madonna a embrassé sur scène Britney Spears et Christina Aguilera en 2003, un geste vu comme un exemple typique de « bisexuel chic »[171],[172].

« Bicurieux » est un adjectif s'appliquant à quelqu'un se définissant comme hétérosexuel(le) ou homosexuel(le), mais qui montre un certain intérêt, ou entretient des fantasmes d'avoir une liaison avec une personne du sexe qu'ils ne favorisent pas d'habitude, tout en n'assumant pas ou en rejetant l'étiquette de bisexuel(le)[173],[174]. D'après une récente étude américaine, la bicuriosité est une tendance très courante parmi les femmes se considérant comme « hétérosexuelles » : 60% d'entre elles auraient déjà ressenti de l'excitation sexuelle envers une autre femme, et 45% d'entre elle auraient déjà embrassé une autre femme[175]. Yvonne Jewkes, universitaire britannique, constate qu'à cause des nombreux tabous subsistant aujourd'hui encore sur toute relation autre qu'hétérosexuelle, nombre de personnes « bicurieuses » utilisent Internet comme moyen de faire des rencontres avec des personnes du même sexe, tout en préservant publiquement une hétérosexualité de façade[176]. Elle note également que le concept de « bicuriosité », bien que suscitant l'intérêt des médias vu son apparente augmentation, ne remet pas en cause l'« hégémonie hétérosexuelle », mais permet à certaines femmes d'expérimenter avec leur sexualité[176].

Il apparaît généralement que si cet intérêt et cette curiosité peuvent être aussi importants pour les hommes, ils ne s'engagent pas aussi facilement dans un comportement ou un mode de vie bisexuels, de par une réaction moins favorable de la société envers la bisexualité masculine. La sexologue clinicienne Nathalie Mayor déclare à ce propos : « Internet a aussi fondamentalement changé la donne... Dans les médias, on parle presque tous les jours de triolisme, d'échangisme, de bisexualité... Les femmes ont de plus en plus envie de tenter, d'essayer. La curiosité est plus forte ! Prenons la bisexualité des femmes, elle n'est plus aussi mal vue dans notre société et est tellement évidente si vous prenez la littérature, les œuvres cinématographiques, les clips vidéos... Pour les hommes, par contre, c'est encore un sujet délicat même si l'envie de tester est bien présente »[177].

Bisexuel chic[modifier | modifier le code]

Ce terme décrit les personnes s'engageant dans des relations de séduction avec des hommes et des femmes pour faire parler de soi dans une perspective de glamour. Ce serait la chanteuse américaine Madonna qui aurait inventé la première ce concept, avec le clip de sa chanson Justify My Love en 1990, dans lequel elle embrassait tour à tour un homme et une femme[171]. Le terme est souvent appliqué aux stars depuis le baiser de Madonna et Britney Spears en 2003[171], baiser qui choqua le public[178]. Depuis, de très nombreuses femmes célèbres, comme Fergie[note 16], Kylie Minogue[179], Drew Barrymore, Megan Fox, Katy Perry[note 17], Rihanna[180] ou encore Ke$ha[181] ont par la suite utilisé le « bisexuel chic ». Certaines célébrités, telles les chanteuses Rihanna[182] ou Miley Cyrus[183], ont également été l'objet de spéculations ou de rumeurs quant à leur possible bisexualité.

Le bisexuel chic masculin est plus rare de nos jours, mais était largement présent dans les années 1980 avec des personnalités comme David Bowie, Mick Jagger, Marlon Brando et Lou Reed[171].

L'instrumentalisation qui est ainsi faite de la bisexualité est rejetée par les associations bisexuelles comme participant à la diffusion de clichés sur la bisexualité[171]. Le fait de l'utiliser pour promouvoir sa carrière pour les femmes d'Hollywood est aussi critiqué[171].

Peut-être conséquence de cette médiatisation, une étude a montré que 40 % des jeunes femmes suisses se considérant comme hétérosexuelles ont déjà embrassé une autre femme[171].

Plus généralement, il apparaît que voir deux belles femmes s'embrasser soit l'un des plus importants fantasmes masculins modernes[184].

Down low[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, on désigne sous le terme de « Down low » le mode de vie propre à certains Afro-Américains qui entretiennent des relations homosexuelles cachées tout en préservant une vie publique hétérosexuelle, maintenant par exemple souvent des relations amoureuses et sexuelles avec leurs épouses ou petites amies [185].

Fluidité sexuelle[modifier | modifier le code]

Les expressions « fluidité sexuelle » ou « sexualité fluide » renvoient à la variation des comportements sexuels dans le temps, en particulier le passage d'une sexualité primordialement hétérosexuelle à un comportement homosexuel et inversement[83]. En anglais américain, le terme fluid (« fluide ») a pu être utilisé pour remplacer le terme « bisexuel(le)[186]. »

Le caractère fluide d'une sexualité peut également signifier qu'elle n'est pas exclusive et monolithique, mais qu'elle peut évoluer dans un « entre deux » entre les deux monosexualités que sont l'hétérosexualité et l'homosexualité[187]. Le terme de « fluidité » est souvent associé à la vie sentimentale des femmes, qui semblent dans les sociétés modernes plus à même de reconnaître des attirances ou des relations homosexuelles que les hommes[188].

Cette notion pivot du thème de la bisexualité a notamment été modélisée par les travaux de Kinsey (qui a complexifié l'approche sexologique de la sexualité humaine, avec son échelle à 7 niveaux) et encore davantage par les apports de Klein (qui a affiné encore davantage cette distinction conceptuelle en avançant pas moins de 21 niveaux différents de classification)[187].

Gay for pay[modifier | modifier le code]

L'acteur pornographique Jeff Stryker est l'un des plus célèbres exemples de Gay for pay.

Ce terme anglophone s'applique aux personnes se définissant comme hétérosexuelles mais qui s'engagent dans des relations sexuelles avec des personnes du même sexe contre de l'argent[189]. Il est fréquent dans l'industrie pornographique (avec l'exemple du triolisme) ou chez les prostituées et gigolos[190]. Dans Bigger Than Life: The History of Gay Porn Cinema from Beefcake to Hardcore, Jeffrey Escoffier estime ainsi que 30 à 40 % des acteurs jouant dans des films pornographiques homosexuels sont des Gays for pay. Il cite ainsi comme exemple des personnalités comme Jeff Stryker, Ryan Idol ou Ken Ryker[191].

Hétéroflexibilité[modifier | modifier le code]

Ce terme américain, souvent utilisé par dérision ou pour nier sa bisexualité (du type « Je ne suis pas gay, je suis hétéroflexible[192] ! ») désigne un individu majoritairement hétérosexuel mais qui profiterait d'une occasion donnée pour s'engager dans une relation avec une personne de son sexe (le cas typique étant lors d'une fête arrosée)[184],[192].

Lesbian until graduation[modifier | modifier le code]

Ce terme anglophone décrit les femmes étudiantes à l'université s'engageant durant leurs études dans des relations avec d'autres femmes, pour adopter une fois diplômées une attitude strictement hétérosexuelle, se mariant par exemple quelques années après avec des hommes[193],[MG 7].

Le terme « lesbienne » entretient par ailleurs des relations complexes avec la bisexualité. Il est par exemple apparu que de nombreuses femmes se présentant comme « lesbiennes » éprouvaient des sentiments amoureux pour les hommes et s'engageaient dans des relations amoureuses ou sexuelles avec eux : elles se référent en réalité à l'identité politique et communautaire lesbienne, et pas à l'orientation sexuelle monosexuelle[MG 7].

Mostly straight[modifier | modifier le code]

Ce terme anglophone, que l'on pourrait traduire par « presque hétéro » ou « habituellement hétéro », ou encore « plutôt hétéro»[194] est parfois utilisé par des personnes dont le comportement amoureux et sexuel est principalement, mais pas exclusivement hétérosexuel (on peut le compter comme un équivalent du score de 1 sur l'échelle de Kinsey)[195]. Une autre définition, avancée par les personnes qui se définissent elles-mêmes ainsi, est celle de quelqu'un qui se voit comme « hétérosexuel, jusqu'à que l'on rencontre la bonne personne [du même sexe] » mais aussi celle de quelqu'un « qui est hétérosexuel mais qui n'exclut pas a priori de vivre des relations homosexuelles » (« straight but not narrow »)[195]. Les personnes se définissant ainsi sont généralement moins engagées dans des romances homosexuelles que les personnes qui se décrivent comme « bisexuelles[195]. » La prévalence des personnes « presque hétéro » varie grandement d'une étude à l'autre : de 1,2 % à 23 % des femmes et 1,7 % à 9 % des hommes[195]. D'après certaines études, les personnes qui se définissent comme « mostly straight » se définiraient probablement comme « hétérosexuelles » plutôt que « bisexuelles » si un questionnaire ayant ces deux cases, mais pas celle de « mostly straight », venait à leur être soumis[195].

Une étude portant sur les femmes se considérant comme « mostly straight » indique qu'elles constituent un groupe à part, différent des femmes « exclusivement hétérosexuelles ». Est également noté que les femmes « mostly straight » partagent certaines similitudes avec les « bisexuelles » et les « lesbiennes » en terme d'identité[196].

Dans la jeunesse[modifier | modifier le code]

Il semble que la bisexualité soit mieux accueillie et représentée dans la jeunesse d'aujourd'hui qu'auparavant[197],[198] ; les générations montantes apparaissant en effet moins prendre en considération la traditionnelle dichotomie hétérosexualité-homosexualité[199],[200], particulièrement pour les femmes[201].

Une étude française publiée par l'IFOP indique par exemple que la proportion de jeunes s'identifiant comme homosexuels ou bisexuels a beaucoup augmenté de 2006 à 2013 : par exemple pour la tranche des 18-24 ans, la proportion de garçons s'identifiant comme homosexuels ou bisexuels est de 9%, contre seulement 2,7% en 2006 (les valeurs sont de respectivement 9% en 2013 et 1,4% en 2006 pour les filles). D'après cette étude, les jeunes s'identifiant comme bisexuels sont deux fois plus nombreux que les jeunes s'identifiant comme homosexuel ou lesbienne (6% du total, contre 3%)[202]. L'enquête montre également que la proportion de jeunes déclarant avoir « déjà été attirés par une personne du même sexe » augmente avec l'âge : si elle concerne 8% des garçons et 12% des filles de 15-17ans, elle passe de respectivement à 11% et 20% pour les 18-24 ans[203],[note 18].

Hédonisme et libertinage[modifier | modifier le code]

Giacomo Casanova est connu pour avoir été un grand homme à femmes, mais il a également maintenu plusieurs relations avec des hommes[204].

La bisexualité est souvent associée à l'hédonisme, et à certains environnements libéraux ou libertins comme la sexualité de groupe ou les ménages à trois[MS 8]. Une étude de l'IFOP dans le cadre strictement français tend à montrer que les personnes qui s'identifient comme « bisexuelles » sont comparativement à la population générale plus enclines à avoir eu des relations de groupe de type « orgiaques »[205],[note 19].

Dans A History of Gay Literature: The Male Tradition, Gregory Woods note que la bisexualité est souvent représentée comme un moyen, pour le libertin, de « doubler ses opportunités de plaisir », non seulement en ajoutant des hommes aux femmes comme partenaires sexuels potentiels, mais en s'ouvrant également à la possibilité d'être pénétré, en plus de la possibilité de pénétrer[206]. Il estime que l'on peut retracer ces deux histoires croisées jusqu'à la Vie des douze Césars de Suétone, prenant en exemple Néron et son mariage avec Sporus, ou les orgies organisées par Tibère[206].

L'homophobie comme non-acceptation de sa propre bisexualité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Homophobie.

Dans une étude menée en 1996, Henry Adams, professeur émérite de psychologie à l'université de Géorgie, a fait regarder à des hommes se déclarant hétérosexuels et homophobes des films pornographiques gays, et a constaté que selon des capteurs placés sur leurs pénis, 80 % d'entre eux avaient été excités par cette vision[207]. Cette étude a contribué à populariser l'idée selon laquelle la plupart des homophobes sont des hommes n'assumant ou n'acceptant pas leurs propres attirances envers les autres hommes[208].

Plus d'un quart des hommes se déclarant hétérosexuels et non homophobes ont par ailleurs été excités par la vision de ces vidéos[209].

Une étude de l'université de Rochester datant de 2012 conclut que « l'homophobie est plus prononcée chez les individus ayant une attirance inconsciente envers les individus du même sexe qu'eux, et qui ont été élevés par des parents autoritaires, qui interdisaient l'expression de tels désirs[210]. » De tels individus se conçoivent seulement comme « hétérosexuels »[210].

Un article de The Economist, rédigé par un journaliste spécialement dépêché en Amérique latine, connue pour sa culture bisexuelle masculine généralisée et sa très forte homophobie culturelle, constate que « l'Amérique Latine a une longue histoire d'ambivalence et d'hypocrisie sur l'homosexualité[211]. » La culture latinoaméricaine, très machiste, accepte que des hommes aient des relations sexuelles avec d'autres hommes, mais seulement s'ils tiennent le rôle actif[211],[MS 10] ; les hommes en question, qui s'engagent dans des relations sexuelles avec des hommes et des femmes se voient comme « hétérosexuels »[MS 11]. Seuls sont stigmatisés les hommes efféminés, ceux qui sont supposés être passifs dans la relation[211].

Une anthropologue norvégienne écrit sur ce phénomène : « Le mépris pour l'homosexuel efféminé est précisément ce qui rend acceptable la bisexualité pour les hommes masculins, et c'est pourquoi l'homophobie, le machisme et une bisexualité masculine généralisée forment un ensemble parfaitement cohérent[211]. »

Prostitution[modifier | modifier le code]

Dans le contexte des débats français sur une éventuelle pénalisation des clients de la prostitution, un directeur de boîte de nuit parisienne estime dans un ouvrage sur la prostitution masculine que la majorité des clients sont des hommes, en couple avec des femmes, qui entretiennent l'illusion sociale d'une hétérosexualité de façade[212].

Vie carcérale[modifier | modifier le code]

Dans les prisons, les prisonniers sont habituellement séparés selon leur sexe, et de nombreux cas de viols d'hommes par d'autres hommes ont été reportés. L'ONG Human Rights Watch, qui a consacré un rapport sur ce phénomène dans les prisons américaines, note que « l'hypothèse du « prédateur homosexuel » est sans fondement ». Selon ses observations, les violeurs s'identifient d'abord comme hétérosexuels, et s'engagent pour leur quasi-totalité dans des rapports sexuels hétérosexuels lorsqu'ils sont en liberté[213].

En ce qui concerne les femmes emprisonnées, nombre d'entre elles s'engagent dans des relations homosexuelles en prison, un comportement manifestement important pour leur bien-être psychique. Une fois libérées, elles reviennent la plupart du temps à la vie hétérosexuelle qu'elles avaient menée jusqu'à leur incarcération[MS 12].

Vie de famille[modifier | modifier le code]

Article connexe : Mixed-orientation marriage.
L'actrice américaine Maria Bello, qui a un fils de sa précédente relation avec le producteur Dan McDermott, révèle publiquement en 2013 qu'elle vit en couple avec une femme, Clare Munn[214]. Elle a parlé de sa situation familiale comme une « famille moderne[215]. »

La majorité des enfants qu'ont les couples homosexuels sont les enfants biologiques issus d'une précédente union hétérosexuelle de l'un des conjoints[216],[217],[218],[219].

Par ailleurs, un certain nombre de couples hétérosexuels mariés sont composés d'un ou de plusieurs conjoints bisexuels. Aux États-Unis, dans les années 1990, on estime entre 1,7 million et 3,4 millions les femmes mariées à des hommes activement bisexuels (un rapport sexuel homosexuel durant les cinq précédentes années)[131]. La très grande majorité d'entre eux aiment leurs femmes, et certains se considèrent comme des hétérosexuels qui ont quelques désirs homosexuels, qu'ils espèrent pouvoir maîtriser en s'engageant dans une vie maritale et de famille[131]. Les mariages peuvent parfois échouer du fait de l'orientation sexuelle différentes des conjoints, qui peut ne pas être révélée dès le début de la vie de famille[131].

Viols, violences sexuelles et violences conjugales[modifier | modifier le code]

Viols et violences sexuelles[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, 46 % des femmes bisexuelles sont victimes de viol[220]. Elles sont 32 % à n'avoir connu qu'un agresseur, 31 % deux et 36 % trois ou plus[220]. Pour 98 % d'entre elles, le ou les agresseurs est toujours un homme[220]. Le premier viol dont elles sont victimes arrive quand elles ont entre 11 et 17 ans pour 48 % d'entre elles et quand elles ont entre 18 et 24 ans pour 33 %[220]. Les bisexuelles sont à 22 % victimes de viol conjugal et à 40 % d'autres violences sexuelles de la part de leur partenaire[220]. La prévalence pour toutes les violences sexuelles s'élève à 75 % pour les bisexuelles et à 47 % pour les hommes bisexuels[220]. L'agresseur est alors un homme dans 87 % des cas pour les femmes bisexuelles, et dans 65 % des cas pour les hommes bisexuels[220].

Violences conjugales[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, les femmes bisexuelles sont victimes à 57 % de violence physique de la part de leur partenaire et à 31 % de harcèlement[220] ; les hommes bisexuels sont victimes de violence physique de la part de leur partenaire à 37 %[220]. Au Canada, 28 % des personnes bisexuelles rapportent être victimes de violence conjugale[221]. 50 % des bisexuelles sont victimes de violence physique sévère et 15 % ont déjà eu un couteau ou un pistolet utilisé contre elles[220]. 27 % des hommes bisexuels ont déjà été giflés, bousculés ou poussés par leur partenaire[220]. Les femmes bisexuelles sont victimes de violences psychologiques de la part de leur partenaire à 76 % et les hommes bisexuels à 53 %[220]. Ces violences sont des formes de contrôle coercitif pour 60 % des femmes, tels que la menace de se suicider (53 %), d'en arriver à la violence physique (52 %), ou empêcher l'utilisation de son propre argent (20 %). 15 % des bisexuelles ont eu leur partenaire qui a essayé de les faire tomber enceinte contre leur volonté et 9 % un partenaire qui refusait l'usage du préservatif[220]. Dans 40 % des cas pour les femmes et 54 % pour les hommes, la violence conjugale contre les personnes bisexuelles se retrouve chez plusieurs partenaires[220]. 90 % des auteurs de violence conjugal contre les femmes bisexuelles sont des hommes et 79 % des auteurs contre des hommes bisexuels sont des femmes[220].

Impact des violences conjugales et sexuelles[modifier | modifier le code]

Lorsque victimes de violences conjugales et/ou sexuelles, les femmes bisexuelles subissent dans 57 % des cas un impact sur leur santé ou leur bien-être : 46 % présentent des symptômes de stress post-traumatique, 16 % se retrouvent dans un état nécessitant une intervention médicale et 11 % une intervention légale[220].

Viols de guerre[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de nombreux conflits, le viol est utilisé comme une arme de guerre. Les Réseaux d'information régionaux intégrés rapportent que si les viols de femmes sont des atrocités reconnues et étudiées, ceux qui visent des hommes sont une réalité ignorée ou largement sous-estimée[222]. Or, les violences sexuelles liées aux guerres peuvent affecter de manière relativement indistincte les hommes et les femmes : une étude publiée en 2010 dans le Journal of the American Medical Association estime que 22 % des hommes et 30 % des femmes de la région est de la République démocratique du Congo avaient souffert de violences sexuelles dues au conflit dans cette partie du pays[223]. On peut voir dans cette « bisexualité de la terreur »[224] une manifestation de puissance et d'agressivité brutes, où la victime n'est plus vue que comme un objet « sexué »[224].

Santé[modifier | modifier le code]

Il apparaît que, de manière générale, les personnes bisexuelles ont les moins bonnes conditions de santé des principales orientations sexuelles, de par la biphobie et l'invisibilité de la bisexualité, le manque de soutien auxquels les bisexuels font souvent face, et la « double discrimination » qui les frappe, de la part à la fois de la communauté hétérosexuelle et homosexuelle[83],[225]. Des études ont démontré que les adolescents bisexuels sont généralement une population bien plus à risque de développer des problèmes psychiatriques, des pensées suicidaires, des problèmes d'alcool ou de drogues que les hétérosexuels[226]. Des études prouvent également que le soutien familial permet de réduire ces problèmes de santé[226].

Santé mentale[modifier | modifier le code]

Les personnes bisexuelles sont particulièrement à risque de souffrir de dépression et d'avoir des pensées suicidaires : 56 % des adolescents bisexuels ont déjà pensé au suicide (avec 26 % de tentatives), contre 57 % des adolescents homosexuels (7 % de tentatives) et 38 % des adolescents hétérosexuels (13 % de tentatives)[227]. Ce risque accru se maintient à l'âge adulte, avec 14 % de tentatives de suicides chez les bisexuels, contre 2 et 4 % chez les hétérosexuels et homosexuels[227]. En Suède, 25 % des femmes bisexuelles ont eu des pensées suicidaires dans l'année, comparé à 18 % des hommes gays et bisexuels, 14 % des lesbiennes et 5 % des hétérosexuels[228].

Toxicologie[modifier | modifier le code]

Bien qu'en baisse, la consommation de tabac est élevée parmi les jeunes bisexuelles, passant au Canada de 38 % en 1998 à 22 % en 2003[229]. Selon la même étude, 62 % des jeunes bisexuelles ont déjà essayé la marijuana en 2003 et ont un taux de consommation régulière deux fois et demi plus élevé que les hétérosexuelles[229].

La pratique du binge drinking est en augmentation chez les jeunes bisexuelles, passant de 12 % en 1992 à 43 % en 2003[229]. Les bisexuelles et les filles se définissant comme « presque hétérosexuelles » sont les catégories présentant la plus haute consommation d'alcool[230].

L'émergence des communautés bisexuelles aux XXe et XXIe siècles[modifier | modifier le code]

Causes du militantisme bisexuel[modifier | modifier le code]

Un préjugé répandu estime que les bisexuels ne seraient que des « homosexuels » qui chercheraient à préserver un « privilège hétérosexuel »[231]. En découle l’idée reçue que tous ceux qui s’identifient comme bisexuel(le)s sont en réalité des gays ou lesbiennes ayant peur de l’admettre[55]. Cette idée fausse explique cependant un des adages de la culture gay : « Bi maintenant, gay plus tard »[232]. Beaucoup de bisexuels ne se sentent de véritable place ni dans la communauté gay ni dans le monde hétérosexuel, parce qu’ils ont tendance à rester invisibles au public (c'est-à-dire vivant sans attirer l’attention des sociétés homosexuelles et hétérosexuelles[55]). La communauté bisexuelle se forme notamment pour lutter contre cette occultation de la bisexualité[233].

Le mot « biphobie » est un néologisme[note 20] caractérisant une personne pensant que la bisexualité n'existe pas, ayant de nombreux préjugés contre ces personnes, c'est-à-dire croyant qu'on ne peut être qu'hétérosexuel ou homosexuel, ou possédant des clichés défavorables sur la bisexualité, comme le fait qu'être bisexuel rendrait infidèle ou instable[83]. Le modèle binaire, monosexualiste, qui ne reconnaît que l'hétérosexualité et l'homosexualité reste encore prépondérant. Dans les années 2000, au sein des sociétés occidentales, la bisexualité est beaucoup mieux acceptée chez les femmes que chez les hommes[234] ; les bisexuelles sont d'autant plus libres de parler ouvertement de leur sexualité que les bisexuels[234].

Il existe aussi de nombreux clichés et préjugés sur les bisexuels ou la bisexualité en général : ainsi on pense souvent que les bisexuels s'engagent dans des relations sexuelles avec de très nombreuses personnes[235], qu'ils ont des mœurs légères, ou encore qu'ils sont infidèles. Une autre forme de biphobie est de penser, ce qui arrive notamment dans la communauté homosexuelle, que la bisexualité ne serait qu'une « phase transitoire » entre l'hétérosexualité et l'homosexualité, et que les bisexuels ne seraient que des homosexuels ne s'assumant pas[83],[86]. Même la communauté scientifique, en particulier les psychiatres, véhiculait de telles conceptions biphobiques durant les années 1970 et 1980[MS 13].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Groupes de militants bisexuels, pansexuels et queer lors de la National Equality March de Washington, D.C., aux États-Unis, en 2009.

Le militantisme bisexuel aux États-Unis commence à partir des années 1980, avec des pionniers comme l'écrivaine Lani Ka'ahumanu, l'une des premières personnalités à faire son coming out bisexuel public dans une revue homosexuelle de San Francisco, qui cofonde par la suite le groupe BiPOL et devient une porte-parole régulière des revendications bisexuelles, féministes et queer[236],[237].

En 1987, un groupe de militants bisexuels fonde le North American Bisexual Network (NABN) après une manifestation à Washington ; il devient en 1991 le BiNet USA[238]. Plusieurs autres associations de bisexuels fleurissent également dans différentes parties des États-Unis. De 1990 à 2002, le magazine Anything That Moves (« Tout ce qui bouge ») contribue à lutter contre la biphobie (en reprenant ironiquement à son compte le cliché biphobe selon lequel les bisexuels « sautent sur tout ce qui bouge ») et à donner une meilleure visibilité aux bisexuels au sein des mouvements LGBT[MG 8]. Le sexologue et psychiatre Fritz Klein entretient également une activité de militant : il crée en 1998 l'American Institute of Bisexuality, qui a pour but de favoriser les études portant sur la bisexualité, mais aussi de mieux diffuser les connaissances à ce sujet et donc de lutter contre les clichés[239].

En Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

Une communauté bisexuelle active émerge en Grande-Bretagne au cours des années 1980-1990[240]. En 1994, un rassemblement de militants bisexuels débouche sur l'institution de conférences nationales annuelles sur la bisexualité, qui se transforment quelques années plus tard en une importante convention, la BiCon[241]. À partir de 1995, un fanzine mensuel, Bi Community News, diffuse l'actualité de la communauté bisexuelle britannique. Il existe plusieurs associations et groupes de bisexuels, comme le Bisexual Index, fondé lors d'une BiCon en 2007[241],[242].

En France[modifier | modifier le code]

En France, la première association nationale de bisexuels, Bi'Cause, est créée en 1997 à Paris par un groupe de femmes lassées d'être confrontées à la biphobie au sein de la communauté lesbienne[243][244]. Elle célèbre la « Journée de la bisexualité » à partir de 2009[245].

En 2007, est créé à Strasbourg Ambivalence, groupe de soutien pour personnes bisexuelles et de lutte contre la biphobie[246].

Ailleurs dans le monde[modifier | modifier le code]

Le nombre d'associations bisexuelles dans le monde s'accroît énormément au cours des années 1990. L'édition 2001 du Bisexual Resource Guide, un document produit par le Bisexual Resource Center et qui contient un annuaire des associations bisexuelles dans le monde, répertorie 2 134 organisations bisexuelles dans 68 pays (incluant des pays aussi divers que le Botswana, la Colombie, les îles Fidji, la Hongrie, la Lituanie, la Namibie, Singapour, la Corée du Sud ou l'Uruguay)[60].

Symboles et visibilité[modifier | modifier le code]

Une « communauté invisible »[modifier | modifier le code]

De par les phénomènes de biphobie et d'occultation de la bisexualité, la bisexualité est très peu étudiée et reconnue pour elle-même, au point que l'on a pu parler de « communauté invisible »[Barker 5]. Cette sexualité peut être vue comme « invisible », « exclue » ou « silencieuse » dans de nombreux domaines, incluant les médias de masse, les communautés homosexuelles, la recherche sexologique, la psychologie, la psychothérapie, ainsi que les législations et politiques publiques[Barker 5]. L'absence de véritables moyens d'identification et de reconnaissance de la bisexualité peut également être une cause de l'invisibilité de la bisexualité[109]. Cette invisibilité de la bisexualité peut être la principale difficulté des personnes bisexuelles cherchant à bénéficier de services d'aide gouvernementaux spécifiques et appropriés[83]. Le néologisme de « bi-invibilité » a été formé pour désigner le « manque de reconnaissance, et l'ignorance des preuves claires indiquant que la bisexualité existe »[72].

La bisexualité apparaît comme particulièrement peu visible à côté de l'homosexualité[247], bien qu'elle soit statistiquement bien plus courante[197],[247] (l'universitaire américaine Lisa Diamond déclare à ce propos qu'« il est bien plus fréquent d'être un peu attiré(e) par quelqu'un de son propre sexe que d'être exclusivement attiré(e) par quelqu'un de son propre sexe »[248]). Kenji Yoshino, un universitaire américain enseignant à Yale estime que si la bisexualité est si peu visible, c'est parce que les communautés homosexuelle et hétérosexuelle ont toutes deux un intérêt à ce que la bisexualité soit effacée de la société[247]. Le même argumentaire est repris par Marjorie Garber, auteure de Vice-Versa: Bisexuality and the Eroticism of Everyday Life[249]. En particulier, la communauté homosexuelle a tendance à s'approprier des histoires ou des personnes ne lui appartenant pas ; Chris Calge parle ainsi d'une « historiographie monosexuelle gay »[250]. Plus largement, la bisexualité apparaît comme étant la catégorie la moins connue et reconnue de toute la communauté LGBT[251]. La communauté bisexuelle tend toutefois à se former pour lutter contre cet effacement[247].

Une des causes de l’invisibilité des bisexuels est que l'on ne peut les identifier par le sexe de la personne avec lesquels ils sont en relation : ainsi, on va faussement désigner comme automatiquement « gay » un homme en couple avec un autre homme, ou comme « hétérosexuel » un homme en couple avec une femme[252]. Cette pensée hétérosexiste érige en « bien » ou « normal » les relations hétérosexuelles, en « mal » ou « anormal » les relations homosexuelles, et ne laisse aucun espace possible entre ces deux pôles[252].

Ces occultation et biphobie sont telles que nombre de bisexuels, même jusqu'au sein de la communauté LGBT, ne se présentent pas ainsi, mais comme « homosexuels » ou « lesbiennes », ces termes étant mieux acceptés[241].

Le drapeau de la fierté bisexuelle[modifier | modifier le code]

Le drapeau de la fierté bisexuelle est créé par Michael Page en 1998[253].

Pour plus de visibilité, et pour donner un symbole au rassemblement de la communauté bisexuelle, Michael Page a créé le « drapeau de la fierté bisexuelle » en 1998, sur le modèle du drapeau arc-en-ciel, afin d'accroître la visibilité des bisexuels au sein et en dehors de la communauté LGBT[254].

Le drapeau bisexuel affiche une bande rose en haut pour l’homosexualité, une bande bleue en bas pour l’hétérosexualité et une bande violette au milieu pour représenter la bisexualité, le violet étant la combinaison du rouge et du bleu[254]. Cette dernière est plus petite que les autres, figurant ainsi la non-visibilité des bisexuels dans la société[255].

Autres symboles[modifier | modifier le code]

Le « double croissant » bisexuel représente deux lunes opposées et tangentes en un point. Utilisé essentiellement en Allemagne, il a été conçu en 1998 par Vivian Wagner avec l'assistance d'une équipe, afin d'offrir un autre symbole que le triangle rose, peu apprécié à cause de son lien avec la déportation des homosexuels sous le régime nazi[256].

Journée internationale de la bisexualité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Journée de la bisexualité.

La journée de la bisexualité a été créée en 1999 ; elle a lieu chaque année le 23 septembre[257]. Elle donne lieu à diverses initiatives militantes de communication auprès du grand public et de lutte contre la biphobie[258],[259].

Représentations de la bisexualité dans les arts[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Catégorie:Bisexualité au cinéma.

Le premier film à dépeindre la bisexualité semble être A Florida Enchantment, un film américain de 1914[261]. Hollywood ayant une réputation sulfureuse à cause de la drogue qui y circulait et de la grande liberté sexuelle des employés de l'industrie cinématographique (et en particulier des acteurs), le secteur du cinéma a cependant voulu s'auto-réguler pour gagner en respectabilité. En 1934, le Code Hays fut créé : il prohibait toute représentation de scènes ou de personnages bisexuels ou homosexuels[261]. Ainsi, durant les années 1930 et 1940, la bisexualité disparut du cinéma américain. Après la Seconde Guerre mondiale, des réalisateurs audacieux commencèrent à passer outre cette règle, qui se révéla obsolète et fut complètement abandonnée dans les années 1960[261]. L'abandon du Code Hays ne s'est pourtant pas immédiatement traduit par une représentation positive de la bisexualité : dans Inside Daisy Clover (1966), le protagoniste, bisexuel, renvoie une image d'égoïsme et d'amoralisme[261]. Dans Basic Instinct (1992), Sharon Stone joue une femme fatale bisexuelle et assassine et le film est froidement accueilli par les mouvements LGBT, qui lui reprochent son assimilation de la bisexualité avec le crime[261].

La bisexualité de certaines figures historiques aussi diverses que James Dean, Montgomery Clift, Judy Garland, Janis Joplin, Oscar Wilde ou encore Frida Kahlo a pu être représentée dans des films biographiques[262].

L'un des plus récents films français traitant de la bisexualité (2013) est La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche[263]. Ovationné par la critique, il reçoit notamment la Palme d'or 2013 (à l'unanimité[264]) ainsi que le Prix Fipresci du festival de Cannes[265].

Dans les industries cinématographiques et télévisuelles anglo-saxonnes contemporaines, en particulier Hollywood, la bisexualité et les personnes bisexuelles continuent d'être présentées de manière défavorable, généralement par des clichés biphobes[Barker 6],[note 21].

Littérature[modifier | modifier le code]

William Shakespeare, l'un des plus grands dramaturges de la littérature occidentale, était bisexuel[266]. Marié, et ayant eu plusieurs enfants, il adressait des sonnets enflammés à un homme, le fair Lord. La bisexualité de Shakespeare a été constamment et délibérément cachée par les différents universitaires qui ont étudié son œuvre durant les quatre derniers siècles[267].

Comme dans de nombreux autres domaines, la bisexualité a été largement occultée en tant que telle dans les œuvres littéraires au cours des siècles[268].

Néanmoins, de nombreux auteurs sont connus pour leur bisexualité, qui est selon les cas abordée dans leurs œuvres ou non. Citons, dans la littérature française, Louis Aragon (marié à Elsa Triolet, il s'engage, après la mort de celle-ci, dans des relations avec des jeunes hommes[269]) ou Paul Verlaine[129] (marié, mais entretenant une célèbre relation avec Arthur Rimbaud), l'académicienne Marguerite Yourcenar[270] (qui écrivit un livre sur l'empereur romain bisexuel Hadrien qui connu un succès mondial, les Mémoires d'Hadrien), Simone de Beauvoir[271] ou encore Colette[272].

Reflétant la bisexualité généralisée des sociétés grecques et romaines antiques, la bisexualité est un thème très couramment abordé dans la littérature grecque antique et romaine[268], que ce soit des discussions philosophiques (Le Banquet par exemple) ou des romans (le Satyricon par exemple). Eva Cantarella, auteure de Selon la nature, l'usage et la loi : la bisexualité dans le monde antique, remarque que la bisexualité est fréquemment abordée dans les œuvres d'Homère, d'Anacreon et de Pindare, du côté grec, et par Plutarque, Cicéron et Catulle, chez les Romains[268].

La bisexualité fait généralement partie de la littérature libertine, celle qui postule que chaque désir sexuel doit être mené à son terme sans se préoccuper de la désapprobation morale de la société. Ainsi, par exemple, dans Les liaisons dangereuses (1782) de Choderlos de Laclos, l'auteur fait apparaître un des principaux personnages, la marquise de Merteuil, redoutable séductrice ayant eu un nombre incalculable d'amants, comme attirée par une jeune femme d'une quinzaine d'années, Cécile de Volanges[273] ; de même le personnage du Chevalier dans La Philosophie dans le boudoir du marquis de Sade, s'engage dans des expériences homosexuelles lorsqu'elles lui sont proposées par Dolmancé, tout en précisant que « tout cela ce sont des extravagances que je ne préférerai jamais au plaisir des femmes »[274],[note 22]. Si des descriptions d'orgies bisexuelles sont très fréquentes dans l'œuvre de Sade, l'homosexualité est, elle, très rare[275].

Plus récemment, le thème de la bisexualité et du libertinage ont été abordés par Jean-Baptiste Del Amo avec Une éducation libertine (2008), qui lui a permis de remporter le Prix Goncourt du premier roman[276].

Musique et chansons[modifier | modifier le code]

La chanteuse américaine Lady Gaga évoque sa bisexualité dans son œuvre musicale et milite pour les droits des personnes LGBT, notamment le retrait du Don't ask, don't tell aux États-Unis[277].

Un certain nombre de chanteurs ont révélé au grand public leur bisexualité : David Bowie en est l'un des exemples, dès les années 1970. Kurt Cobain (Nirvana) a indiqué au magazine The Advocate sa bisexualité, notant que s'il n'avait pas rencontré Courtney Love, il aurait certainement continué à établir des relations avec des hommes et des femmes[MG 9]. Plus récemment, Brian Molko (Placebo) s'est aussi déclaré bisexuel[278]. On sait également qu'une personnalité « rebelle » comme Janis Joplin est bisexuelle[130]. Bessie Smith, chanteuse afro-américaine, très populaire dans les années 1920 et grande inspiration de cette dernière, était également bisexuelle[MG 10].

Le monde du rap américain, considéré parmi les plus homophobes et biphobes (discriminations qui se manifestent, entre autres, dans les paroles des chansons[279]), voit peu à peu les choses évoluer. Alors que Nicki Minaj a déjà dévoilé sa bicuriosité, la rappeuse Azealia Banks a indiqué sa bisexualité dans une interview au New York Times en 2012[279]. La même année, Frank Ocean a décidé de reconnaître publiquement sa bisexualité (il a écrit une lettre publique dans laquelle il a déclaré que son premier amour de jeunesse était un jeune homme de son âge[280]), un geste qui pourrait faire évoluer la mentalité du milieu vers davantage de tolérance[281].

Le thème de la bisexualité a été abordé dans les chansons suivantes :

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

La décennie écoulée a permis de faire émerger, dans les séries télévisées, en particulier américaines, davantage de représentations de personnages bisexuels et de la bisexualité en général qu'il n'y en avait jamais eu par le passé[290]. Cette visibilité accrue concerne tout particulièrement la bisexualité féminine[291],[292]. Toutefois, la Gay & Lesbian Alliance Against Defamation note dans une étude reprise en 2014 par The Advocate que la bisexualité est largement sous-représentée, en particulier par rapport aux autres personnages LGBT[293].

Voici quelques exemples de personnages bisexuels dans les séries télévisées :

Web-séries[modifier | modifier le code]

Rose By Any Other Name, une web-série réalisée par Kyle Schickner pour FenceSitter Films et lancée en 2009, a pour personnage principal une femme qui s'identifie d'abord comme lesbienne, puis se découvre bisexuelle lorsqu'elle tombe amoureuse d'un homme[305].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les distinctions entre « comportement sexuel », « comportement de reproduction » et « comportement érotique » sont expliquées dans les articles Comportement érotique et Comportement de reproduction. Ces expressions ont été proposées par les auteurs Martin H. Johnson et Barry J. Everitt dans leur ouvrage Reproduction, 5e édition, publié chez De Boeck Université en 2001, car les différences neurobiologiques, cognitives et comportementales entre les espèces modifient la dynamique du comportement sexuel. L'ouvrage qui présente le plus de vérifications expérimentales de ces distinctions est Functional and dysfunctional sexual behavior du neurobiologiste Anders Agmo.
  2. Marjorie Garber, dans Bisexuality and The Eroticism of Everyday Life, Routledge (2000), s'interroge (page 249 et suivantes), sur les raisons qui poussent à ne pas s'engager dans des pratiques bisexuelles, la difficulté à déterminer ce qui constitue la bisexualité et la grande diversité des sondages ou estimations qui en résultent sur la proportion de personnes bisexuelles dans la population générale, qui peuvent aller de 10 % à 80 % dans certaines études ou estimations qu'elle a rassemblées.
  3. Cette bisexualité correspond à un classement de 3 sur l'échelle de Kinsey.
  4. Se reporter à ce sujet à l'ouvrage d'Eva Cantarella, Bisexuality in the Ancient World, Yale University Press, 2002 (ISBN 0300093020)
  5. Le terme de « bisexualité » est employé par Eva Cantarella, dans Selon la nature, l'usage et la loi : la bisexualité dans le monde antique, La Découverte, 1991. Elle justifie dans son introduction l'emploi de ce terme contemporain à propos des sociétés antiques.
  6. L'historien Jean-Jacques Aubert, mettant l'accent sur le caractère dominateur et prédateur de la sexualité du citoyen romain, parle quant à lui de « bisexualité de viol » ; cf. Sarah Scholl, « Bisexualité antique : l'histoire questionne nos clichés », entretien avec Jean-Jacques Aubert paru dans Le Courrier du 2 juillet 2004 (lire en ligne).
  7. Pour démontrer ce fait, Géraldine Puccini-Delbey met en avant dans La vie sexuelle à Rome (Éditions Points (2010), 383 pages, p. 25-26) les paroles d'un esclave d'une comédie de Plaute, qu'elle estime représenter « parfaitement » la distinction entre les relations licites et illicites : « Pourvu que tu t'abstiennes de femme mariée, de veuve, de vierge, de jeunes hommes et d'enfants de condition libre, aime ce qu'il te plaît. »
  8. Paul Veyne remarque dans Sexe et pouvoir à Rome, Points histoire (2007), page 189 (ISBN 978-2757804209) : « Ainsi l'homophilie active est-elle partout présente dans les textes grecs et aussi romains. Catulle se vante de ses prouesses et Cicéron a chanté les baisers qu'il cueillait sur les lèvres de son esclave-secrétaire. »
  9. Cf. L'Histoire Auguste, Vie d'Adrien, X : « On a beaucoup blâmé dans Adrien cette curiosité, mais surtout sa passion pour les jeunes gens et ses adultères avec des femmes mariées. »
  10. S'il n'existe nul exemple d'homosexuel dans la littérature latine, il n'est toutefois pas possible de conclure que les homosexuels n'existent pas du temps de l'Antiquité romaine.
  11. Le roi, marié et père de famille, a selon les termes de Pierre Chevallier, incontestablement des « tendances homosexuelles » (cf « Louis XIII », Larousse, édition 2005 numérisée (lire en ligne)) ; Fred Klein le place ainsi comme faisant partie des bisexuels célèbres de l'histoire (cf (en) Fred Klein, The Bisexual Option, p. 136).
  12. Il semble pour autant difficile de garantir avec une assurance certaine de la réalité de ces accusations ; voir une entrevue à ce sujet avec l'historienne Evelyne Lever, dans « Marie-Antoinette aimait-elle (aussi) les femmes ? », de Nora Bouazzouni, FranceTVinfo.fr (lire en ligne)
  13. Il y a eu des frictions diplomatiques entre le président Hamid Karzai et les États-Unis, car peut-être deux de ses six frères tremperaient dans ce type de relations. De même, des éditorialistes américains se sont demandé avec colère si c'était pour protéger des « dizaines de milliers de pédophiles » que des centaines de soldats de l'OTAN se battaient et mouraient (cf. (en) Joel Brinkley, « Afghanistan's dirty little secret », The San Francisco Chronicles, 29 août 2010 (lire en ligne). L'ONU a appelé le gouvernement à mettre fin à ces pratiques (cf. (en) « 64th session of the United Nations General Assembly », ONU, 14 octobre 2009 (lire en ligne)
  14. Dans les années 1990 émerge une autre appellation, « Deux-esprits », mise en avant par certaines communautés amérindiennes.
  15. L'étude prend le soin de préciser que les sujets d'étude sont originaires de 3 grandes villes du Sénégal et qu'il s'agit d'un échantillon non représentatif de toute la communauté HSH sénégalaise, notant toutefois « [C]’est le seul mode de recrutement possible pour une enquête menée auprès d’une population très stigmatisée et pour laquelle aucune base de sondage n’existe. »
  16. Bien que celle-ci s'en défende, voir notamment (en) « Fergie: labels and love », The Advocate, 10 novembre 2009.
  17. Notamment avec la chanson I Kissed a Girl (2008) qui l'a fait connaître au grand public.
  18. La proportion des jeunes ayant concrétisé cette attirance par une relation sexuelle augmente elle aussi avec l'âge : elle est de 6% des garçons et 7% des filles de 15-17 ans, et de 11% des garçons et 10% des filles de 18-24 ans (cf. « Génération YouPorn : mythe ou réalité ? Enquête sur l’influence des nouvelles technologies sur les comportements sexuels des jeunes », enquête de l'IFOP publiée le 16 octobre 2013, p. 40 (lire en ligne)).
  19. Il ne faut cependant pas conclure que bisexualité est synonyme de débauche ou de plus intense activité sexuelle que la normale ; dans son Rapport sur l'homophobie 2013, SOS Homophobie note à ce propos qu'« être bisexuel(le) recouvre une multitude de situations et ne veut pas dire que l’on a plusieurs relations sexuelles en même temps, ni même qu’on change régulièrement de partenaire dans un souci systématique d’alterner les genres » (SOS Homophobie, « Rapport sur l'homophobie 2013 », p. 41), ainsi que « un cliché répandu est la sur-sexualisation des bisexuel(le)s, qualifié(e)s péjorativement de « partouzeur-se-s », comme si la capacité d’éprouver désir et plaisir avec les deux sexes ne pouvait s’expliquer que par un appétit sexuel débridé. » (Ibid., p. 43).
  20. Il figure notamment dans le Dictionnaire de l'homophobie dirigé par Louis-Georges Tin (PUF, 2003).
  21. D'une manière générale, la Gay & Lesbian Alliance Against Defamation déplore en 2012, en se basant sur une étude du Journal of Bisexuality, que des clichés et stéréotypes biphobes sont toujours utilisés dans les médias lorsqu'ils représentent la bisexualité ou des personnes bisexuelles, les associant notamment avec de l'hypersexualité et de l' « indécision ». Voir (en) Alexandra Bolles, « Study Shows Stereotypes about Bisexuality are Harmful », 31 may 2012, Gay & Lesbian Alliance Against Defamation (lire en ligne).
  22. Il apparaît plus largement que tous les protagonistes soient bisexuels, chacun avec leurs préférences et leurs singularités ; cf (en) Neil Schaeffer, The Marquis de Sade: A Life, Harvard University Press (2000), 577 pages, p. 456

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Merl Storr, Bisexuality: A Critical Reader, Routledge,‎ 1999 (lire en ligne)
  1. a et b p. 15
  2. p. 24
  3. a et b p. 28
  4. p. 41
  5. a et b pp. 66-67
  6. p. 31
  7. p. 76
  8. a et b p. 71
  9. p. 77
  10. p. 78
  11. p. 75
  12. p. 62
  13. p. 38
  1. a, b et c pp. 181-182
  2. p. 30
  3. p. 176
  4. p. 20
  5. p. 14
  6. p. 15
  7. a et b p. 45
  8. pp. 54-55
  9. a et b p. 18
  10. p. 119
  1. p. 3
  2. a, b, c et d p. 11
  3. a, b et c p. 13
  4. p. 12
  5. a et b p. 14
  6. p. 15

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Entrée « Bisexualité » », sur Trésor de la langue française informatisé (consulté le 10 octobre 2010).
  2. a, b, c et d (en) « Online Bisexual Ressources », The American Institute of Bisexuality (lire en ligne)
  3. a, b et c (en) Sex and Society, vol. 1, Marshall Cavendish Corporation, 2009, p. 100
  4. « Encyclopédie Larousse en ligne - bisexualité », sur www.larousse.fr (consulté le 25 août 2014)
  5. a, b, c et d Josette Liégeois, « Luc Brisson, Le sexe incertain. Androgynie et hermaphrodisme dans l'Antiquité gréco-romaine », Revue Philosophique de Louvain, 1999, vol. 97, no 3, pp. 657-665 (lire en ligne sur Persée.fr)
  6. Eva Cantarella, « L'hermaphrodite et la bisexualité à l'épreuve du droit dans l'antiquité », Diogène 4/2004 (no 208), pp. 3-15 (lire en ligne sur Cairn.info)
  7. « Définitions : bisexualité - Dictionnaire de français Larousse », sur http://www.larousse.fr (consulté le 25 août 2014)
  8. Lire la retranscription d'une lettre que Freud envoie à ce sujet à Fliess le 6 décembre 1896, dans les Espaces Lacan
  9. Sigmund Freud, « L'analyse avec fin et l'analyse sans fin », 1937, in Résultats, idées, problèmes, II, PUF, 1985, p. 259, repris par Élisabeth Badinter dans XY, De l'identité masculine, p. 158
  10. Sigmund Freud, Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci (1910), Idées/Gallimard, 1977, p. 92, repris par Élisabeth Badinter dans XY, De l'identité masculine, p. 159
  11. (en) « Sexual orientation and homosexuality », American Psychological Association (2008)
  12. a, b, c et d (en) Sex and Society: Abstinence - Gender identity, Marshall Cavendish Corporation, vol. 1, 2009, p. 101
  13. « Qu'est-ce que la bisexualité ?] » sur Bisexualité.info (lire en ligne)
  14. (en) Fred Klein, The Bisexual Option, Haworth Press, (1993), 215 p., (ISBN 9781560230335), p. 20 (Extraits en ligne)
  15. a, b et c (en) « Bisexuality Studies Focus On Health, Behavior and Identity », Science daily.com (lire en ligne)
  16. a et b (en) San Francisco Human Rights Commission, « Bisexual Invisibility: Impacts and Recommendations] », p. iii (lire en ligne)
  17. (en) Rose Rouse, « Best of both worlds », The Observer, 28 avril 2002 (lire en ligne)
  18. (en) Keller M., Bakker J., Pheromonal communication in higher vertebrates and its implication on reproductive function, Editorial. Behavioural Brain Research, 200(2):237-238, 2009
  19. (en) Kow L.M., Florea C., Schwanzel-Fukuda M., Devidze N., Kami K.H., Lee A., Zhou J., Maclaughlin D., Donahoe P., Pfaff D., Development of a sexually differentiated behavior [lordosis] and its underlying CNS arousal functions Curr. Top. Dev. Biol., 79:37-59, 2007
  20. (en) Cibrian-Llanderal T., Tecamachaltzi-Silvaran M., Triana-Del R.R., Pfaus J.G., Manzo J., Coria-Avila G.A., « Clitoral stimulation modulates appetitive sexual behavior and facilitates reproduction in rats », Physiology & Behavior, 100(2):148-153, 2010
  21. (en) Matsumoto J., Urakawa S., Hori E., de Araujo M.F., Sakuma Y., Ono T., Nishijo H. Neuronal responses in the nucleus accumbens shell during sexual behavior in male rats. The Journal of Neuroscience, 32(5):1672-1686, 2012
  22. (en) Pfaus J.G., Kippin T.E., Coria-Avila G.A., Gelez H., Afonso V.M., Ismail N., Parada M. « Who, what, where, when (and maybe even why)? How the experience of sexual reward connects sexual desire, preference, and performance. » Archives of Sexual Behavior, 41(1):31-62, 2012
  23. a et b (en) Clellan S. Ford, Frank A. Beach : « Patterns of sexual behavior », Methuen & Co, London, 1965. Le livre existe en français, mais il est plus difficile à trouver : Le comportement sexuel chez l'homme et l'animal, R. Laffont, 1970
  24. a, b, c, d et e (en) B. Bagemihl, « Biological Exuberance », St Martin's Press, 2000
  25. a, b et c (en) James Neill, The Origins and Role of Same-sex Relations in Human Societies, McFarland (2009) - 470 pages, « Préface » p. 1
  26. Jean-Pierre Signoret, « Sexuel (Comportement) », Encyclopædia Universalis, vol. 11.0,‎ 2006
    version électronique
  27. J. Buvat, « Hormones et comportement sexuel de l'Homme : données physiologiques et physiopathologiques », Contracept. Fertil. Sex., vol. 24, no 10,‎ 1996, p. 767-778
  28. a et b (en) Nei M., Niimura Y., Nozawa M. « The evolution of animal chemosensory receptor gene repertoires: roles of chance and necessity. » Nat. Rev. Genet., 9(12):951-963, 2008
  29. a, b et c (en)J. Zhang, D. M. Webb, Evolutionary deterioration of the vomeronasal pheromone transduction pathway in catarrhine primates, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 100(14):8337-8341, 2003.
  30. a, b et c (en) Anders Agmo, « Functional and dysfunctional sexual behavior », Elsevier, 2007 (lire en ligne)
  31. [PDF] Serge Wunsch, « Thèse de doctorat sur le comportement sexuel », EPHE-Sorbonne, Paris, 2007 (lire en ligne)
  32. (en) L.E. Rasmussen, J. Lazar, D.R. Greenwood, « Olfactory adventures of elephantine pheromones » Biochem. Soc. Trans., 31(Pt 1):137-141, 2003
  33. a et b (en) Furuichi T. « Female contributions to the peaceful nature of bonobo society ». Evolutionary Anthropology, 20(4):131-142, 2011
  34. a, b et c (en) James Owen, « Homosexual Activity Among Animals Stirs Debate », 23 juillet 2013, National Geographic (lire en ligne)
  35. (en) K. Wallen, W. A. Parsons, Sexual behavior in same-sexed nonhuman primates: is it relevant to understanding human homosexuality? Annu. Rev. Sex Res., 8:195-223, 1997
  36. a et b Frans De Waal, De la réconciliation chez les primates, Flammarion 1992
  37. (en) Savic I., Berglund H. Androstenol, « A steroid derived odor activates the hypothalamus in women ». PLoS. One., 5(2):e8651, 2010
  38. (en) Winman A. « Do perfume additives termed human pheromones warrant being termed pheromones? » Physiology & Behavior, 82(4):697-701, 2004
  39. (en) Havlicek J., Murray A.K., Saxton T.K., Roberts S.C. « Current issues in the study of androstenes in human chemosignaling » Vitam. Horm., 83:47-81, 2010
  40. (en) Wunsch S. « Evolution from mammal's heterosexual reproductive behavior to human erotic bisexuality » Journal of bisexuality, 10(3):268-293, 2010
  41. (en) Cellan, S. Ford, Frank A. Beach, Patterns of sexual behavior, Methuen & Co, London, 1965
  42. Bronislaw Malinowski, La Vie Sexuelle des sauvages du nord-ouest de la Mélanésie, Petite bibliothèque Payot 1970
  43. (en) M. Diamond, « Sexual behavior in pre contact Hawaii : a sexological ethnography », Revista Española del Pacifico, 16:37-58, 2004
  44. Bernard Sergent, L'homosexualité initiatique dans l'Europe ancienne, Payot, 1986
  45. Le Banquet, Platon, Flammarion, réédition 2001
  46. De l'Amour, Plutarque, Flammarion, réédition 2005
  47. a et b (en) Eva Cantarella, Bisexuality in the Ancient World, Yale University Press, seconde édition, « préface de la seconde édition » p. vii
  48. Paul Veyne, Sexe et pouvoir à Rome, Points histoire (2007) (ISBN 978-2757804209), pp. 64-65
  49. (en) C. Bagley, P. Tremblay, Elevated rates of suicidal behavior in gay, lesbian, and bisexual youth, Crisis, 21(3):111-117, 2000
  50. (en) Paula C. Rodriguez-Rust, « Bisexuality : the state of the union », Annual Review of Sex Research, 13:180-240, 2002
  51. (en) Terry Evans, « Bisexuality : negotiating lives between two cultures », Journal of bisexuality, 3(2):91-108, 2003
  52. (en) Marjorie Garber, Bisexuality and The Eroticism of Everyday Life, Routledge (2000), p. 251
  53. Cf notamment (en) Marjorie Garber, Bisexuality and The Eroticism of Everyday Life, Routledge (2000), p. 249 « [...] "Why doesn't everyone have erotic relationships with both men and women?", then the answers are not far to seek: repression, religion, repugnance, denial, laziness, shyness, lack of opportunity, premature specialization, a failure of imagination [...]. »
  54. (en) Jennifer Baumgardner, Look Both Ways: Bisexual Politics, Macmillan (2008) 256 pages, p. 48
  55. a, b, c et d (en) Kathy Labriola, « What is bisexuality ? », Bisexual.org (lire en ligne)
  56. (en) « The Kinsey Scale: Its Purpose And Significance », Kinsey Confidential (lire en ligne)
  57. a, b, c et d Laurence Lemoine, « Sommes-nous tous bisexuels ? », Psychologies.com, octobre 2002 (lire en ligne)
  58. a, b, c, d, e et f « La mode « bi » : ouverture d’esprit ou banalisation ? », Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, en collaboration avec l’ Université du Québec à Montréal (lire en ligne)
  59. a et b (en) Ronald Fox, Current Research on Bisexuality, « Introduction »
  60. a, b et c (en) Brett Genny Beemyn, « Bisexuality », sur : glbtq: An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender, and Queer Culture, glbtq, Inc. 1130 West Adams Chicago, IL, 60607, p. 2 (2004) (lire en ligne)
  61. (en) Christopher Reed, « Obituary: Fritz Klein », 19 juin 2006, The Guardian (lire en ligne)
  62. a et b « The Klein grid has been popular among bisexual activists, as well as sex educators and therapists, because it recognizes the complexity of sexuality ». Voir (en) Brett Genny Beemyn, « Bisexuality », sur glbtq.com (An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender, and Queer Culture) (consulté le 5 mars 2013)
  63. (en) Robert Hawkins, William Stackhouse, dans Robert T. Francoeur (en), Patricia Koch, David Weis (dir.), Sexuality in America: Understanding Our Sexual Values and Behavior, Continuum, 1999, 360 p. (ISBN 9780826411938) p. 149 (lire en ligne).
  64. (en) James D. Weinrich, Fritz Klein, « Bi-Gay, Bi-Straight, and Bi-Bi Three Bisexual Subgroups Identified Using Cluster Analysis of the Klein Sexual Orientation Grid », Journal of Bisexuality, Volume 2, Issue 4, 2002 DOI:10.1300/J159v02n04_07 (lire en ligne)
  65. (en) Marshall Miller, Amy André, Julie Ebin, Leona Bessonova, « Bisexual Health. An introduction and model practices for HIV/STI prevention programming », National Gay and Lesbian Task Force (en), Policy Institute The Fenway Institute at Fenway Community Health, BiNet USA (lire en ligne), p. 9
  66. a et b (en) « Bisexuality », The Kinsey reports, Kinsey Institute ( lire en ligne)
  67. a et b Shere Hite, Le rapport Hite sur les Hommes, Robert Laffont, 1983, repris par Élisabeth Badinter dans XY, de l'identité masculine (1992), pp. 161-162
  68. (en) Lisa M. Diamond, « Female Bisexuality From Adolescence to Adulthood: Results From a 10-Year Longitudinal Study », Université d'Utah, 28 août 2003 (lire en ligne)
  69. (en) Lisa M. Diamond, « Female bisexuality from adolescence to adulthood: Results from a 10-year longitudinal study », Developmental Psychology, vol. 44 (1),‎ janvier 2008, p. 5-14 (présentation en ligne).
  70. (en) Emily Alper, « Pew study: Majority of bisexuals still in the closet », The Seattle Times, 21 juillet 2013 (lire en ligne)
  71. (en) Gary J. Gates, « How many people are lesbian, gay, bisexual, and transgender? », The Williams Institute, avril 2011 (lire en ligne)
  72. a et b (en) San Francisco Human Rights Commission, « Bisexual Invisibility: Impacts and Recommendations », p. 1 (lire en ligne)
  73. (en) San Francisco Human Rights Commission, « Bisexual Invisibility: Impacts and Recommendations] », p. 2 (lire en ligne)
  74. a et b (en) Mary Zeiss Stange, Carol K. Oyster, Jane E. Sloan, Encyclopedia of Women in Today's World, Volume 1, p. 157
  75. a, b, c, d et e Paul Parant, « Une enquête exclusive répond enfin à la question : qui sont les homos français ? », Têtu.com, 24 juin 2011 (lire en ligne)
  76. (en) Sex and Society: Abstinence - Gender identity, Marshall Cavendish Corporation, 2009, pp. 100-101
  77. Alan Bell, « The Appraisal of Homosexuality », (1976) - article cité par Kenneth Plummer dans The making of the Modern Homosexual (1981), pp. 58-59, et repris par Élisabeth Badinter dans XY, De l'identité masculine (1992) p. 161
  78. (en) « The Kinsey Scale », The Kinsey Institute (lire en ligne)
  79. a et b Antoine Messiah, Emmanuelle Mouret-Fourne, «  Homosexualité, bisexualité : éléments de socio-biographie sexuelle », Persée.fr (lire en ligne)
  80. Shere Hite, Le rapport Hite sur les hommes, Robert Laffont (1983), p. 69, repris par Élisabeth Badinter dans XY, De l'identité masculine (1992) p. 161-162
  81. Gregory M. Herek, « On Heterosexual Masculinity » in American Behavioral Scientist, vol. 29, no 5, mai-juin 1986, p. 569, repris par Élisabeth Badinter dans XY, De l'identité masculine (1992) p. 170
  82. Jonathan Katz, « The Invention of Heterosexuality », Socialist Review, 1990, pp. 7-34, repris par Élisabeth Badinter dans XY, De l'identité masculine (1992), p. 170
  83. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Meg Barker, Christina Richards, Rebecca Jones, Helen Bowes-Catton, Tracey Plowman, Jen Yockney et Marcus Morgan, « The Bisexuality report : Bisexual inclusion in the LGBT equality and diversity », Centre for Citizenship, Identities and Governance and Faculty of Health and Social Care, The Open University
  84. (en) San Francisco Human Rights Commission, « Bisexual Invisibility: Impacts and Recommendations] », p. 3 (lire en ligne)
  85. « Tous bi or not tous bi ? », Doctissimo.
  86. a et b « Tous bi ? » sujet de l'émission « Et si c'était ça le bonheur ? », de Faustine Bollaert, diffusée sur Europe 1 le 2 octobre 2009 (Retranscription sur YouTube)
  87. Philippe Ciofi , « La bisexualité est-elle innée ? », Pour la Science, février 2008 (lire en ligne)
  88. (en) Elisabeth Young-Bruehl, « Are Human Beings "By Nature" Bisexual? », Studies in Gender and Sexuality, 3 (2): 179–213. doi:10.1080/15240650209349175. (2001)
  89. (en) Peter Tatchell, « Malcolm X was bisexual. Get over it », The Guardian, 20 octobre 2009 (lire en ligne)
  90. Eva Cantarella, Selon l'usage, la nature et la loi. La bisexualité dans le monde antique, La Découverte, 1991, Introduction.
  91. a et b (en) Fred Klein, The Bisexual Option, Haworth Press, (1993), 215 p. (ISBN 9781560230335), p. 136-137.
  92. Étudiant sur la construction sociale de la virilité, Élisabeth Badinter écrit : « Des Grecs aux Sambias, des Romains aux Scandinaves du Moyen Âge, des samouraïs japonais aux Barouyas, tous ont pensé que la vraie virilité passait par une relation étroite entre deux hommes. » (XY, De l'identité masculine (1992), Le livre de poche, p. 123) ; ajoutant que « l'homosexualité est une pratique transitoire mais nécessaire pour gagner sa masculinité hétérosexuelle » (ibidem, p. 130)
  93. Karl Mengel, Pour et contre la bisexualité, édition La Musardine, coll. « L'attrape corps », (2009), p. 32
  94. Élisabeth Badinter constate dans XY, De l'identité masculine (1992) que de très nombreuses civilisations passées ont pratiqué un certaine « pédagogie » homosexuelle, et que les rapports amoureux et sexuels entre les hommes étaient nécessaires à la constitution de la pleine virilité. Elle insiste toutefois sur le fait que ce comportement sexuel homosexuel est une étape vers un comportement hétérosexuel nécessaire à assurer la reproduction sexuée, afin de permettre la survie de la société en question (p. 130-131).
  95. a, b, c, d et e Marcelo Wesfreid, « L'amour au temps des Grecs et des Romains », L'Express, 16 août 2007 (lire en ligne)
  96. (en) Fred Klein, The Bisexual Option, Haworth Press, (1993), 215 p. (ISBN 9781560230335), pp. 146-147
  97. a et b (en) Suzanne G. Frayser, Thomas J. Whitby, « Studies in Human Sexuality: A Selected Guide », Libraries Unlimited, 737 pages, (1995), p. 337
  98. a et b Entrée « Homosexualité », Larousse.fr (lire en ligne)
  99. a, b, c et d Pierre-Luc Landry, « L'homosexualité masculine était-elle autorisée dans la Grèce antique ? », in Le Passé composé, no 5, mars 2003 (lire en ligne)
  100. (en) Diogenes Laerticius, Lives and Opinions of Eminent Philosophers, trans C.D. Younge (London: George Bell and Sons, 1891), p. 72, Michel Foucault, History of Sexuality, vol 2: The Uses of pleasure, trans Robert Hurley (New York, Viking Press, 1985) ; repris dans Bisexuality and the Eroticism of Everyday Life, de Marjorie Garber, Routeledge, 2000
  101. a et b (en) Chuck Stewart, Gay and Lesbian Issues: A Reference Handbook, ABC-CLIO, (2003), 403 pages, p. 75 (lire en ligne)
  102. a et b Frédéric Martel, « Homosexualité », Encyclopædia Universalis (lire en ligne), consulté le 2 février 2013
  103. Plutarque, Dialogue sur l'amour (Erotikos), 750 sq.
  104. Achille Tatius, Leucippé et Clitophon, I, VIII
  105. (en) Harriette Andreadis, Sappho in Early Modern England: Female Same-Sex Literary Erotics, 1550-1714, University of Chicago Press, (2001), 254 p. (ISBN 9780226020099), p. 80 (lire en ligne)
  106. (en) Joy Connolly, « Sappho's Leap », The New York Times, 18 mai 2003 (lire en ligne)
  107. Lucien, Dialogues des hétaïres, 5 et 12, et introduction par Anne-Marie Ozanam dans Comédies humaines, Paris, Belles Lettres, 2010, p. 385.
  108. a, b et c (en) Louis Diamant, Richard D. McAnulty, The Psychology of Sexual Orientation, Behavior, and Identity: A Handbook, Greenwood Publishing Group, (1995), 522 p., (ISBN 9780313285011) p. 83 (lire en ligne)
  109. a et b (en) Sex and Society, vol. 1, Marshall Cavendish Corporation, 2009, p. 102
  110. (en) James Neill, The Origins and Role of Same-Sex Relations in Human Societies, Jefferson, NC, McFarland & Co.,‎ 2009, 470 p. (ISBN 978-0786435135, lire en ligne), p. 201
  111. Sur le sujet, voir Eva Cantarella, Selon la nature, l'usage et la loi : la bisexualité dans le monde antique, La Découverte, 1991, et Pascal Quignard, Le Sexe et l'effroi, Gallimard, 1994
  112. Karl Mengel, Pour et contre la bisexualité, édition La Musardine, coll. « L'attrape corps », (2009), p. 28
  113. Géraldine Puccini-Delbey, La vie sexuelle à Rome, Éditions Points (2010), 383 pages, p. 141
  114. Thierry Eloi, « La sexualité de l’homme romain antique - Actualité bibliographique », Clio (2005), p. 4 (lire en ligne)
  115. a, b et c Géraldine Puccini-Delbey, La vie sexuelle à Rome, Éditions Points (2010), 383 pages, p. 142
  116. (en) Eva Cantarella, Bisexuality in the Ancient World, Yale University Press,‎ 2002, 2e éd., 296 p. (ISBN 978-0300093025, lire en ligne), p. 99
  117. Karl Mengel, Pour et contre la bisexualité, édition La Musardine, coll. « L'attrape corps », (2009), pp. 28-29
  118. (en) James Neill, The Origins and Role of Same-Sex Relations in Human Societies, (2009), p. 202-203
  119. Paul Veyne, Sexe et pouvoir à Rome, Points histoire (2007) (ISBN 978-2757804209), p. 190
  120. a et b (en) Paul Halsall, « The Experience of Homosexuality in the Middle Ages », 1988, Université Fordham (lire en ligne)
  121. (en) William Armstrong Percy, Pederasty and Pedagogy in Archaic Greece, University of Illinois Press, (1998), 272 pages, p. 18 (extraits en ligne)
  122. (en) David Clark, Between Medieval Men : Male Friendship and Desire in Early Medieval English Literature, Oxford University Press, (2009), 248 pages, p. 39 «  The attrition of time and accident means that the manuscripts survive in a relatively haphazard way, inevitably such sex are often subject to religious censorship, and until recently scholarship prudery and homophobia has meant that what texts do survive are often misleadingly edited or translated [...] »
  123. François Reynaert, Nos ancêtres les Gaulois, et autres fadaises, p. 253
  124. Cf à ce sujet l'appréciation du médiéviste Jean Flori : « Plutôt qu'un homosexuel absolu et excessif, Richard semble bien avoir été avant tout, comme son père Henri II et comme ses aïeux, un jouisseur. Moins pédophile, sans doute, que son père mais probablement bisexuel. Pour faire court, un paillard polyvalent », dans « Richard Coeur de Lion. Le roi-chevalier », critique de la biographie de Jean Flori publié par le magazine L'Histoire le premier février 2000, no 240 à la page 87 (lire en ligne)
  125. (en) John Boswell, Christianity, Social Tolerance, and Homosexuality: Gay People in Western Europe from the Beginning of the Christian Era to the Fourteenth Century, University of Chicago Press (2009), 442 pages, p. 231
  126. « Henri III (1551 - 1589) - Le dernier des Valois », Herodote.net (lire en ligne)
  127. (en) Michael D. Sibalis, « Henry III », sur glbtq: An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender, and Queer Culture (2004) (lire en ligne)
  128. François Reynaert, Nos ancêtres les Gaulois, et autres fadaises, pp. 249-251
  129. a et b (en) Donald E. Hall, « Bisexual literature » sur Glbtq: An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender, and Queer Culture , glbtq, Inc. 1130 West Adams Chicago, IL, 60607, p. 3 (2002)
  130. a et b (en) Fred Klein, The Bisexual Option, Haworth Press, (1993), 215 p. (ISBN 9781560230335), p. 136
  131. a, b, c et d (en) Katy Buttler, « Many Couples Must Negotiate Terms of 'Brokeback' Marriages », The New York Times, 7 mars 2006 (lire en ligne)
  132. Cf la retranscription de l'article « Bavardages et masculinités au XVIIe siècle », dans L'homme en tous genres, L'Harmattan, 2009 (212 pages), p. 97 (lire en ligne)
  133. « Monsieur, frère de Louis XIV », sur le site internet du Château de Versailles (lire en ligne)
  134. a, b, c et d (en) Cf la présentation de Forbidden friendship par Michael Rocke sur Google Books (lire en ligne)
  135. a et b Michel Delon, « Libertinage », Encyclopædia Universalis (lire en ligne), consulté le 9 mars 2013.
  136. François Reynaert, Nos ancêtres les Gaulois, et autres fadaises, p. 256-257
  137. a et b (en) David L. Eng, Alice Y. Hom, Q and A: Queer in Asian America, p. 412
  138. a et b (en) Smita Mathew, « Are we all bisexual? », The Times of India, 19 juillet 2006, p. 2 (lire en ligne)
  139. (en) William N. Eskridge Jr., « A History of Same Sex Marriage », Yale Law School (1993), p. 1464 (lire en ligne)
  140. a et b (en) « History of Chinese homosexuality », China Daily, 1er avril 2004 (lire en ligne)
  141. a, b et c (en) Mark McLelland « Japan », glbtq.com: An Encyclopaedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender and Queer Culture, 2004, p. 1 (lire en ligne)
  142. a, b et c (en) Adam McCluskey, « Secrets of Japan », Université Saint Thomas (lire en ligne)
  143. (en) Stephen O. Murray, Homosexualities, University of Chicago Press (1er juin 2002), p. 89
  144. (en) Gary P. Leupp, Male Colors: The Construction of Homosexuality in Tokugawa Japan, University of California Press, (1997), 310 p., p. 26 (lire en ligne)
  145. a et b (en) James Neill, The Origins and Role of Same-Sex Relations in Human Societies, Jefferson, NC, McFarland & Co., 2009, 470 p. (ISBN 978-0786435135), p. 295
  146. (en) David F. Greenberg, The Construction of Homosexuality, University of Chicago Press, (1990), 635 p., (ISBN 9780226306285), p. 123
  147. a, b et c (en) David F. Greenberg, The Construction of Homosexuality, University of Chicago Press, (1990), 635 p., (ISBN 9780226306285), p. 180
  148. (en) Khaleb El-Royuayeb, Before homosexuality in the Arab-Islamic world, 1500-1800, University of Chicago Press, (2009), 224 pages, p. 17
  149. a, b, c, d, e, f et g (en) Daniel Eisenberg, « Homosexuality in Spanish history and culture », in Spanish Writers on Gay and Lesbian Themes. A Bio-Critical Sourcebook, ed. David William Foster (Westport, CT: Greenwood, 1999), pp. 1-21 (lire en ligne)
  150. (en) Khaleb El Royuayeb, Before homosexuality in the Arab-Islamic world, 1500-1800, University of Chicago Press, (2009), 224 pages, p. 39
  151. (en) Khaleb el-Royuayeb, Before homosexuality in the Arab-islamic world, 1500-1800, University of Chicago Press, (2009), 224 pages, pp. 30-32
  152. (en) Patrick Balfour Kinross, Ataturk: a biography of Mustafa Kemal, father of modern Turkey, 1992, p. 21
  153. a et b (en) Thimothy Whiteman, « U.S. Army admits to widespread cultural pedophilia in Afghanistan », Examiner.com, 17 décembre 2012 (lire en ligne)
  154. (en) Joel Brinkley, « Afghanistan's dirty little secret », The San Francisco Chronicles, 29 août 2010 ( lire en ligne)
  155. (en)Sara Carter, « Afghan sex practices concern U.S., British forces », The Washington Examiner (en), 20 décembre 2010 ( lire en ligne)
  156. (en) William N. Eskridge Jr., « A History of Same Sex Marriage », Yale Law School (1993), p. 1456 (lire en ligne)
  157. (en) « Berdache », Will Roscoe California Institute of Integral Studies, Encyclopedia of the Great Plains, University of Nebraska Press (lire en ligne)
  158. (en) James Neill, The Origins and Roles of Same-Sex Relations In Human Societies, p. 28
  159. (en) David F. Greenberg, The Construction of Homosexuality, University of Chicago Press, (1990), 635 p., (ISBN 9780226306285), p. 164
  160. a et b (en) James Neill, The Origins and Role of Same-Sex Relations in Human societies, p. 30
  161. a, b et c Joseph Larmarange et al. « Homosexualité et bisexualité au Sénégal : une réalité multiforme », Population 4/2009 (Vol. 64), p. 723-756. (lire en ligne sur Cairn.info)
  162. a, b et c Charles Gueboguo, « L'homosexualité en Afrique : sens et variations d'hier à nos jours », Socio-logos, revue de l'association française de sociologie, mis en ligne le 09 octobre 2008 (lire en ligne)
  163. a et b (en) Michael Fumento (en), « Why is HIV so prevalent in Africa ? », 15 avril 2005 (lire en ligne)
  164. « Au Cameroun, Roger Mbédé, mort pour avoir été homosexuel », Le Monde, 17 février 2014 (lire en ligne)
  165. (en) Serena Anderlini-D'Onofrio, Women and Bisexuality: A Global Perspective, Routledge, 2013 (148 pages), p. 49 : « My opinion is that the percentage among the natives able to consort with both sexes and (according to the evidence of many natives questioned about it) feel the same desire for both is around 90 percent. » (lire en ligne)
  166. (en) M. Mohammad Abd' Allah, « Siwan Customs », Harvard African Studies, no 1, 1917, repris par Karl Menger dans Pour et contre la bisexualité, édition La Musardine, coll. « L'attrape corps », (2009), p. 33
  167. (en) Douglas L. Oliver, Oceania: The Native Cultures of Australia and the Pacific Islands, vol. 1, University of Hawaii Press, (1989), 1275 p., (ISBN 9780824810191) p. 635 (lire en ligne)
  168. a et b (en) Gilbert H. Herdt, Ritualized Homosexuality in Melanesia, University of California Press, (1984) - 409 pages, p. 17
  169. a et b (en) Gilbert H. Herdt, Ritualized Homosexuality in Melanesia, University of California Press, (1984) - 409 pages, p. 95
  170. (en) Carla Williams, « Bisexuality in film » sur : glbtq: An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender, and Queer Culture, glbtq, Inc. 1130 West Adams Chicago, IL, 60607, p. 2 (2002) (lire en ligne)
  171. a, b, c, d, e, f et g « Le bi, c'est chic », Le Matin (lire en ligne)
  172. (en) Richard Luscombe, « US girls embrace gay passion fashion », The Guardian, 4 janvier 2004 (lire en ligne)
  173. « Bi-curieux » sur le Wikitionnaire
  174. (en) « Bi-curious », définition de l'Oxford Dictionnary (lire en ligne)
  175. (en) « More than half of women are attracted to other women - and it gets more pronounced as they get older », Daily Mail, 21 octobre 2011 (lire en ligne)
  176. a et b (en) Yvonne Jewkes, Dot.cons: Crime, Deviance and Identity on the Internet, Routledge, (2012), 208 pages, p. 59
  177. Laurent Depré, « Triolisme, échangisme, bisexualité... Les femmes de plus en plus curieuses », La Dernière Heure, 29 janvier 2014 (lire en ligne)
  178. (en) « Madonna and Britney kiss! », The Dailymail (lire en ligne)
  179. (en) « Kylie's bisexual twist », The Daily Telegraph, 22 janvier 2010 (lire en ligne)
  180. (en) Alison Manoley, « Bisexual boast is Rih-lly cheeky », The Sun, 08 mai 2012 (lire en ligne)
  181. (en) Cassie Carpenter, « 'It's not about gender': Ke$ha reveals bisexuality as she strips down her look for Seventeen magazine », Daily Mail, 2 janvier 2013 (lire en ligne)
  182. (en) « Rihanna’s S&M single is too steamy for some », International Business Times, 2 février 2011 (lire en ligne)
  183. (en) « Miley Cyrus ‘experimenting with her sexuality’ after kiss with Britney Spears dancer goes viral », Metro, 1er janvier 2014 (lire en ligne)
  184. a et b (en) Jason Steele, « Embrace your inner heteroflexible », The Chicago Tribune, 22 septembre 2005 (lire en ligne)
  185. (en) Benoit Denizet-Lewis, « Double Lives On The Down Low », The New York Times,‎ 3 août 2003 (lire en ligne)
  186. (en) San Francisco Human Rights Commission, « Bisexual Invisibility: Impacts and Recommendations », p. iii (en ligne)
  187. a et b (en) « Exploring the Umbrella: Bisexuality and Fluidity », The Advocate, 11 février 2014 (lire en ligne)
  188. (en) Barry X. Kuhle, « Born Both Ways? », Psychology Today, 9 avril 2013 (lire en ligne)
  189. (en) Jeffrey Escoffier, « Gay-for-Pay: Straight Men and the Making of Gay Pornography », Qualitative Sociology (décembre 2006), Volume 26, Issue 4, p. 531-555
  190. (en) « Gay for pay » sur Urban Dictionnary
  191. (en) Jeffrey Escoffier, Bigger Than Life : The History of Gay Porn Cinema from Beefcake to Hardcore, Running Press Book Publisher,‎ 2009 (ISBN 978-0-7867-20101, lire en ligne), p. 293-294
  192. a et b (en) « Heteroflexible » Urban Dictionnnary
  193. (en) Amy Sohn, « Bi for now », New York Magazine (lire en ligne)
  194. Julien Massillon, « Josh Hutcherson: « Je me considère comme étant plutôt hétéro » », Yagg, 10 octobre 2013 (lire en ligne)
  195. a, b, c, d et e (en) Brian Mustanski, « What Does It Mean to Be “Mostly Heterosexual”? », Psychology Today, 18 septembre 2013 (lire en ligne)
  196. (en) Thompson, Elisabeth Morgan; Morgan, Elizabeth M., « "Mostly straight" young women: Variations in sexual behavior and identity development », Developmental Psychology, Vol 44(1), janvier 2008, 15-21. doi: 10.1037/0012-1649.44.1.15 (lire en ligne)
  197. a et b (en) Mickael Schulman, « Bisexual: A Label With Layers », The New York Times, 3 janvier 2014 (lire en ligne)
  198. Alix Leduc, « La bisexualité au lycée », Marie Claire, 25 décembre 2013 (lire en ligne)
  199. (en) Gabriel Trip, « A New Generation Seems Ready to Give Bisexuality a Place in the Spectrum », The New York Times, 12 juin 1995 (lire en ligne)
  200. Stéphane Rose, « L'amour en mode 3.0 - La bisexualité sort de l'ombre », Le Figaro Madame, 16 juillet 2009 (lire en ligne)
  201. (en) Susan Donaldson James, « Young Women Defy Labels in Intimacy With Both Sexes », ABC News, 16 août 2007 (lire en ligne)
  202. « Génération You Porn : mythe ou réalité ? Enquête sur l’influence des nouvelles technologies sur les comportements sexuels des jeunes », enquête de l'IFOP publiée le 16 octobre 2013, p. 39 (lire en ligne)
  203. « Génération You Porn : mythe ou réalité ? Enquête sur l’influence des nouvelles technologies sur les comportements sexuels des jeunes », enquête de l'IFOP publiée le 16 octobre 2013, p. 40 (lire en ligne)
  204. (en) Guy Dammann, « Enlightenment on Casanova's sexual preferences », The Guardian, 27 juin 2008 (lire en ligne)
  205. Jacques Delga, Sexualité, libertinage, échangisme et droit, Éditions L'Harmattan, 1 janv. 2013, 300 pages, p. 38
  206. a et b (en) Gregory Woods, A History of Gay Literature: The Male Tradition, Yale University Press (1999), 456 pages, p. 124
  207. (en) Henry E. Adams, Lester W. Wright Jr., Bethany A Lohr, « Is Homophobia Associated With Homosexual Arousal? », Journal of Abnormal Psychology, Vol. 105., No. 3 (1996), pp. 440-445, repris par le Public Broadcasting Service sous le titre « Putting Freud to the test » (lire en ligne)
  208. (en) Charles M. Blow, « Gay? Whatever, dude », The New York Times, 4 juin 2010 (lire en ligne)
  209. (en) « New study links homophobia with homosexual arousal », American Psychology Association(lire en ligne)
  210. a et b (en) « Homophobia is more pronounced in individuals with an unacknowledged attraction to the same sex and who grew up with authoritarian parents who forbade such desires », Is Some Homophobia Self-phobia?, Université de Rochester (lire en ligne)
  211. a, b, c et d (en) « Latin American Gays : living la vida loca », The Economist, 16 décembre 1999 (lire en ligne)
  212. « Prostitution masculine, ce qu'en disent les clients », Rue69.fr (lire en ligne)
  213. (en) « No escape: male rape in U.S prisons », Human Rights Watch, 2001 (lire en ligne)
  214. «  L'actrice américaine Maria Bello fait son coming out », Metronews, 2 décembre 2013 (lire en ligne)
  215. (en) Maria Bello, « Coming Out as a Modern Family », The New York Times, 29 novembre 2013 (lire en ligne)
  216. (en) « LGBT-Sexual Orientation », American Psychiatric Association (lire en ligne)
  217. (en) Roth Douthat, « Gay parents and the marriage debate », The New York Times, 11 juin 2012 (lire en ligne)
  218. (en) Peter Sprigg, « New Study On Homosexual Parents Tops All Previous Research », Family Reserach Council (lire en ligne)
  219. « Combien de familles homoparentales en France? », Le JDD.fr, 13 janvier 2013 (lire en ligne)
  220. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) National Center for Injury Prevention and Control, Division of Violence Prevention, The National Intimate Partner and Sexual Violence Survey : 2010 Findings on Victimization by Sexual Orientation,‎ 2013 (lire en ligne)
  221. Diane L. Beauchamp, « L'orientation sexuelle et la victimisation », Série de profils du Centre canadien de la statistique juridique, Centre canadien de la statistique juridique,‎ 2004 (ISBN 978-0-662-08265-1)
  222. (en) « Health: Rape as a “weapon of war” against men », Irin Africa, 13 octobre 2011 (lire en ligne)
  223. (en) Will Storr, « The rape of men », The Guardian, 17 juillet 2011 (lire en ligne)
  224. a et b Karl Mengel, Pour et contre la bisexualité, édition La Musardine, coll. « L'attrape corps »,‎ 2009, p. 28
  225. (en) « Bisexuality and biphobia », Stonewall (charity) (en)(lire en ligne)
  226. a et b (en) Brian Mustanski, « New Study of Gay/Bisexual Adolescent Men and Their Parents », PsychologyToday, 18 septembre 2013 (lire en ligne)
  227. a et b (en) Robert Cardom, Sharon Rostosky, Fred Danner, « Does “It Get Better” for Depressed Sexual Minority Youth in Young Adulthood? », Journal of Adolescent Health,‎ 2013
  228. (sv) « Utvecklingen av hälsan och hälsans bestämningsfaktorer bland homo och bisexuella personer » (lire en ligne)
  229. a, b et c (en) SAEWYC, Elizabeth M. et autres, Not Yet Equal : The Health of Lesbian, Gay, & Bisexual Youth in BC., McCreary Centre Society,‎ 2007
  230. (en) CORLISS, Heather L. et autres, Sexual Orientation Disparities in Longitudinal Alcohol Use Patterns among Adolescents : Findings from the Growing Up Today Study, vol. 162, Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine,‎ 2008, 1071-1078 p., « 11 »
  231. (en)Patrick McAleenan, « Tom Daley: Why do so few men admit to being bisexual? » The Telegraph, 5 décembre 2013 (lire en ligne)
  232. Karl Mengel, Pour et contre la bisexualité, édition La Musardine, coll. « L'attrape corps », (2009), p. 13
  233. Consulter notamment les pages d'accueil des associations française Bi'Cause et de l'américaine BinetUsa.
  234. a et b (en) More women experimenting with bisexuality, Associated Press, 19 septembre 2005
  235. (en) Brett Beemyn, Erich W. Steinman Bisexual men in Culture and Society, p. 98
  236. Gabrielle Desgagné, Le mouvement bisexuel : une lutte identitaire (2012), p. 4 et 15.
  237. Catherine Deschamps, Le Miroir bisexuel, une socio-anthropologie de l’invisible, Balland Modernes (2002), p. 33.
  238. (en) « A Brief History of the Bisexual Movement », BiNet USA (lire en ligne)
  239. (en) « About Us » - The American Institute of Bisexuality ( lire en ligne)
  240. (en) « Bisexuality in the UK », The Bisexual Index (lire en ligne)
  241. a, b et c (en) Marcus Morgan, « Bisexuals: putting the B back in LGBT », The Guardian, 15 février 2010 (lire en ligne)
  242. (en) « About Us », The Bisexual Index (lire en ligne)
  243. « Historique » Bi'Cause (lire en ligne)
  244. Catherine Deschamps, Le Miroir bisexuel, Balland,‎ 2002, 299 p. ([978-2715813915 lire en ligne]), p.118-126
  245. Paul Parant, « C'est la première « Journée de la bisexualité » en France », Têtu.com, 23 septembre 2009 ( lire en ligne)
  246. « Presentation », sur ambivalence (consulté le 25 août 2014)
  247. a, b, c et d (en) Kenji Yoshino, « The Epistemic contact of bisexual erasure », Standford Law Review
  248. (en) « It’s far more common to be someone who is a little bit attracted to the same sex than someone who is exclusively attracted to the same sex », in Exploring the Umbrella: Bisexuality and Fluidity, The Advocate, 11 février 2014 (lire en ligne)
  249. (en) Steven Angelides, A History of Bisexuality, University of Chicago Press (2001), p. 4
  250. (en) Steven Angelides, A History of Bisexuality, University of Chicago Press (2001), p. 7
  251. (en) Marcie Bianco, « Pop Theory: On Bisexuality », AfterElllen, 5 mars 2013 (lire en ligne)
  252. a et b (en) « What Does Biphobia Look Like? », LGBT Ressource Center, Université de Californie à Berkeley
  253. (en) « glbtq >> Special Features >> Symbols », sur =http://www.glbtq.com/slideshows/symbols,14.htm (consulté le 26 août 2014)
  254. a et b « Homo, bi, trans, les drapeaux du sexe… », Ligne Azur (lire en ligne)
  255. « Bisexuality 101: What are bisexual symbols? - National Bisexuality », sur http://www.examiner.com/article/bisexuality-101-what-are-bisexual-symbols,‎ 3 septembre 2009 (consulté le 26 août 2014)
  256. « Matt & Andrej Koymasky - Gay Symbols 5 », sur http://andrejkoymasky.com/ (consulté le 26 août 2014)
  257. Audrey Banegas, « Bi’Cause célèbre la 11e Journée internationale de la bisexualité », Yagg, 23 septembre 2010 (lire en ligne)
  258. Cédric Houzan, « « La Journée de la bisexualité rappelle que l’on existe », Yagg, 23 septembre 2011 (lire en ligne)
  259. (en) Mike Szymanski, « September 23 is National Bisexuality Day, so go be a bi-friend », Examiner.com, 22 septembre 2009 (lire en ligne)
  260. (en) « Marlon Brando Biography », Internet Movie Database (lire en ligne)
  261. a, b, c, d et e (en) Carla Williams, « Bisexuality in film » sur : glbtq: An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender, and Queer Culture, glbtq, Inc. 1130 West Adams Chicago, IL, 60607, p. 1 (2002) (lire en ligne)
  262. (en) Ronald C. Fox, Current Research on Bisexuality, p. 259
  263. Frédéric Joignot, « Pourquoi la bisexualité dérange-t-elle ? », Le Monde, 23 septembre 2013 (lire en ligne)
  264. Yannick Vely, « La Vie d'Adèle a fait l'unanimité », Paris Match, 27 mai 2013 (lire en ligne)
  265. « Cannes : la critique internationale prime La vie d'Adèle », Europe 1, 25 mai 2013 (lire en ligne)
  266. (en) Helen Hackett, Shakespeare and Elizabeth: The Meeting of Two Myths, Princeton University Press, 2009 (295 pages), p. 199 (lire en ligne)
  267. (en)Richard M. Waugaman, « The Bisexuality of Shakespeare's Sonnets and Implications for De Vere's Authorship », The Psychoanalytic Review: Vol. 97, No. 5, (2010), pp. 857-879, (lire en ligne)
  268. a, b et c (en) Donald E. Hall, « Bisexual literature  » sur : glbtq: An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender, and Queer Culture, glbtq, Inc. 1130 West Adams Chicago, IL, 60607, p. 1 (2002)
  269. Jérôme Dupuis, « Je me souviens d'Aragon », L'Express, 26 avril 2007(lire en ligne)
  270. (en) Joan Acocella , « Becoming the Emperor », The New Yorker, 14 février 2005, p. 6 (lire en ligne)
  271. (en) Angelique Chrisafis, « Academic tug-of-love over De Beauvoir legacy », The Guardian, 4 janvier 2008 (lire en ligne)
  272. (en) Fred Klein, The Bisexual Option, Haworth Press, 1993, (ISBN 9781560230335), p. 144 (lire en ligne)
  273. Dans une de ses lettres au vicomte de Valmont, la marquise écrit au sujet de l'adolescente : « Je lui conseillai de se coucher, ce qu'elle accepta ; je lui servis de Femme de chambre, elle n'avait point fait de toilette, et bientôt ses cheveux épars tombèrent sur ses épaules et sur sa gorge entièrement découvertes ; je l'embrassai ; elle se laissa aller dans mes bras [...] Dieu ! Qu'elle était belle ! Si Magdeleine était ainsi, elle dut être bien plus dangereuse pénitente que pécheresse. » (lettre 63)
  274. La Philosophie dans le boudoir, Premier dialogue (consulter sur WIkisource)
  275. (en) Lucienne Frappier-Mazur, Writing the Orgy: Power and Parody in Sade, University of Pennsylvania Press (1996) p. 39
  276. Sylvie Roux, « Deux jeunes écrivains toulousains dans la course aux prix littéraires », La Dépêche.fr, 18 juillet 2008 (lire en ligne)
  277. (en) Jase Peerples, « Discrimination in the Military », in « 12 Reasons Lady Gaga Deserves Our 'Applause' », Advocate.com, 20 août 2013 ( lire en ligne)
  278. (en) Dave West, « Molko: I wish I kept quiet on sexuality », Digital spy, 9 avril 2006 (lire en ligne)
  279. a et b (en) « Azealia Banks, Rapper, Comes Out As Bisexual In 'New York Times' », The Huffington Post, 2 février 2012 (lire en ligne)
  280. (en) «  Frank Ocean opens up about sexuality », NME, 4 juillet 2012 (lire en ligne)
  281. (en) « Frank Ocean’s Coming Out as Bisexual Changes Homophobic Hip-Hop Genre », The Daily Beast, 6 juillet 2012 ( lire en ligne)
  282. La chanson exprime les doutes d'une femme dont le mari, après des années de mariage heureux, semble soudain troublé par un homme : « Quand nous faisons l'amour / Dis-moi à qui tu penses / Il y a sous nos caresses / Des points de suspension / Dieu que tu as changé / Depuis qu'il vient chez nous / Toi l'invulnérable et tendre / Qui ne jurais que par moi / Parfois j'ai peur de comprendre / Ce qui se révèle en toi ».
  283. Le thème principal de la chanson est l'ambiguïté de genre, puisqu'il est question de garçons habillés de façon féminine et vice-versa, mais le refrain inclut la phrase : « et j'aime cette fille aux cheveux longs / et ce garçon qui pourrait dire non. »
  284. (en) Judy Wieder, « Coming Clean », 24 janvier 1995, Advocate.com (lire en ligne)
  285. Les paroles commencent par « A pretty girl in her underwear / If there's anything better in this world who cares » (« Une jolie fille en sous-vêtements / S'il y a quelque chose de mieux au monde, qui s'en soucie ? ») et se poursuivent par « A pretty boy in his underwear / If there's a better reason to jump for joy who cares » (« Un joli garçon en sous-vêtements / S'il y a une meilleure raison de bondir vers le plaisir, qui s'en soucie ? »).
  286. Ysa Ferrer a écrit la chanson en hommage à la communauté bisexuelle, comme elle l'explique dans une interview sur le site Cité Gay le 1er février 2008 : « Tof : Pourquoi as-tu voulu parler de ce sujet là en particulier ? – Ysa Ferrer : Je trouve qu'en France on est vraiment très loin du top de la tolérance et quand je vais sur des sites où on parle de Bi, je m'aperçois que c'est un sujet encore totalement tabou chez les gens. À mon sens c'est vraiment LA communauté qui est le moins représentée. Et j'ai été particulièrement sensible au fait qu'ils parlent d'eux-mêmes comme étant « le peuple de l'Invisible » . Je trouve ça monstrueux de vivre comme ça ! Apparemment aujourd'hui on peut être homo ou lesbienne, mais les bi n'ont pas le droit d'exister. »
  287. Katy Perry a indiqué que cette chanson lui avait été inspirée par ses attirances pour des femmes, mais elle ne se définit pas comme lesbienne ; cf. (en) « Katy Perry: The New Gay Interview », The New Gay, 10 juin 2008 (lire en ligne)
  288. (en) Mike Szymanski, « Lady Gaga admits her hit song 'Poker Face' is about her bisexuality », Examiner.com, 17 avril 2009 (lire en ligne)
  289. (en) Jordan Sargent, « Panic! at the Disco's 'Girls/Girls/Boys' Video Spoofs D'Angelo's Nudity », Spin, 10 octobre 2013 (lire en ligne)
  290. (en) Casey Quinlan, « Bisexuality on TV: It's Getting Better », The Atlantic, 25 octobre 2013 (en ligne)
  291. (en) Eboni Rafus, « Bisexual Women on Television: Is it Really Getting Better? », AfterEllen.com, 30 octobre 2013 (en ligne)
  292. (en) June Thomas, « Why Bisexual Women are TV’s Hot New Thing », Slate, 8 mars 2012 (lire en ligne)
  293. (en) Eliel Cruz, « Op-ed: NBC's Straight-Washing of John Constantine Is Bi Erasure », The Advocate, 28 Juillet 2014 (lire en ligne)
  294. (en) Sarah Warn, « “Bones” Digs Up Angela’s Ex-Girlfriend for the Fourth Season », AfterEllen.com, 29 juillet 2008 (lire en ligne)
  295. (en) « Desperate Housewives: Robin seduces Katherine in show's first lesbian Relationship », Daily Mail, 1er mars 2010 (lire en ligne)
  296. Lucile Roger, « Olivia Wilde, la bombe bi de Dr House », Têtu.com, 15 août 2011 (lire en ligne)
  297. (en) Russell T. Davies déclare « Going to the obvious, he’s -- in terms of wording from this day and age -- he’s bisexual, but in the realm of the show, we call him omnisexual, because on the show, [the characters] also have sex with aliens who take human form, and sex with male-male, women-women, all sorts of combinations » dans une interview dans « Spike from 'Buffy' and 'Torchwood's Captain Jack Harkness - Yowza! », un article de Maureen Ryan sur « The Watcher » du Chicago Tribune, 14 juillet 2007 (lire en ligne)
  298. (en) Johanna Robinson, « Introducing Your New Favorite Game of Thrones Characters  », Vanity Fair, 6 avril 2014 (lire en ligne)
  299. (en) « Game of Thrones' Oberyn Martell on who should rule Westeros », The Sydney Morning Herald, 26 mai 2014 (lire en ligne)
  300. a et b (en) Heather Hogan, « The “New York Times” wonders if its harder to come out as bisexual », AfterEllen.com 16 mai 2013 (lire en ligne)
  301. (en) « Alex Kelly », Internet Movie Database (lire en ligne)
  302. (en) « Television’s Queer Teen Girls », AfterEllen.com, 18 mai 2008 (lire en ligne)
  303. « Revivez les histoires d'amour de Céline Frémont ! », site officiel de Plus belle la vie, 16 juillet 2013 (lire en ligne)
  304. a et b (en) Natalie Edwards, « From Minority to Mainstream: Channel 4’s Queer Television », Journal of e-Media Studies, 2009 (lire en ligne)
  305. (en) « Letter From Out Bisexual Director Kyle Schickner of FenceSitter Films about new Web TV Series Rose By Any Other Name », BiNet USA News and Opinions, 18 octobre 2009 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Sur la bisexualité aujourd'hui[modifier | modifier le code]

En anglais
  • Fred Klein, The Bisexual Option (seconde édition), 1993. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Coll. (D. Hall et M. Pramaggiore, dir.), Representing Bisexualities, Subjects and Cultures of Fluid Desire, New York, New York University Press, 1996.
  • Coll. (BI Academic Intervention), The Bisexual Imaginary: Representation, Identity and Desire, Londres et Washington, Cassel, 1997.
  • Merl Storr, Bisexuality: A Critical Reader, Routledge, 1999. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Coll. (Jonathan Alexander, dir.), Journal of Bisexuality, publication académique de l'American Institute of Bisexuality (4 numéros par an), Routledge, 2000-aujourd'hui. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marjorie Garber, Bisexuality and the Eroticism of Everyday Life (seconde édition), Routledge, 2000. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Coll. (Jonathan Alexander, dir.), Bisexuality and Transgenderism: Intersexions of the Others, New York, Harrington Park Press, 2004.
  • Ronald C. Fox (dir.), Current research on bisexuality, Routledge, 2004. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Coll. (Robyn Ochs et Sarah E. Rowley, dir.), Getting Bi: Voices of Bisexuals Around the World, Bisexual Resource Center, 2005 (2e éd. 2009).
  • Edith A. Firestein (dir.), Becoming Visible. Counseling Bisexuals Across the Lifespan, New York-Chihester, Columbia University Press, 2007.
  • Jennifer Baumgardner, Look Both Ways: Bisexual Politics, Macmillan, 2008. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Meg Barker (dir.), « The Bisexuality report : Bisexual inclusion in the LGBT equality and diversity », Centre for Citizenship, Identities and Governance and Faculty of Health and Social Care, The Open University, 2012 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
En français
  • Charlotte Wolff, Bisexualité, Stock, 1977.
  • Élisabeth Badinter, XY, de l'identité masculine, Odile Jacob, 1992. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Christian David, Bisexualité psychique, Payot-poche, 1992 (ISBN 2228883999)
  • Jean-Luc Hennig, Bi, de la bisexualité masculine, Gallimard, 1996.
  • Rommel Mendes-Leité (avec Catherine Deschamps et Bruno Proth), Bisexualité, le dernier tabou, Calmann-Lévy, 1996.
  • Catherie Deschamps, Bisexualité et bisexuels. De l'invisibilité à l'idéologie de la diversité : histoire d'un rapport ambivalent à la domination, doctorat d'anthropologie sociale, Paris, EHESS et ENS, 1999.
  • Coll. (Jean-Bertrand Pontalis dir.), Bisexualité et différence des sexes, Gallimard (Folio Essais no 359), 2000 (ISBN 2070411869)
  • Catherine Deschamps, Le Miroir bisexuel, une socio-anthropologie de l’invisible, Balland Modernes, 2002 (Livre tiré de la thèse de doctorat de l'auteure). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Des Esseintes, Osez… la bisexualité, Édition La Musardine 2006.
  • Samuel Demers, Polyvalente Hyacinthe, Delorme, 2007.
  • Karl Mengel, Pour et contre la bisexualité, éd. La Musardine, coll., L'attrape corps, 2009. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Gabrielle Desgagné, Le mouvement bisexuel : une lutte identitaire, travail de recherche en sociologie des mouvements sociaux à l'Université du Québec à Montréal, 2012. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Sur la bisexualité dans l'histoire[modifier | modifier le code]

  • (fr) Marie Delcourt, Hermaphrodite : mythes et rites de la bisexualité dans l'antiquité, PUF, 1958.
  • (fr) Eva Cantarella, Selon la nature, l'usage et la loi : La Bisexualité dans le monde antique, La Découverte, 1991. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Claude Aron, La bisexualité et l'ordre de la nature, Odile Jacob, 1996.
  • (fr) Régis Revenin, « Hétérosexualité ? Homosexualité ? Mouvance des identités et des pratiques sexuelles chez les adolescents masculins dans la France des Trente Glorieuses », dans Catherine Deschamps, Laurent Gaissad et Christelle Taraud (dir.), Hétéros : discours, lieux, pratiques, Paris, Éditions EPEL, 2009, pp. 193-204.
  • (en) David F. Greenberg, The Construction of Homosexuality, University of Chicago Press, (1990), 635 p. (ISBN 9780226306285) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Merl Storr (dir.), Bisexuality: A Critical Reader, Routledge, 1999. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Paula C. Rust (dir.), Bisexuality in the United States: a social science reader, Columbia University Press, 2000.
  • (en) Steven Angelides, A History of Bisexuality, Chicago, University of Chicago Press, 2001. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) James Neill, The Origins and Role of Same-sex Relations in Human Societies, McFarland, 470 pages, 2009. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Documentaires télévisuels[modifier | modifier le code]

Émission de radio[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]