Nicola Sirkis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sirkis.

Nicola Sirkis

Description de l'image  Nicolas sirkis.JPG.
Informations générales
Nom de naissance Nicolas Henri Didier Sirchis
Naissance 22 juin 1959 (55 ans)
Antony
Île-de-France
Drapeau de la France France
Activité principale Chanteur, guitariste, parolier, compositeur
Genre musical New wave, pop rock
Instruments Guitare, harmonica, synthétiseur, piano
Années actives Depuis 1981
Labels Live nation
Site officiel Site d’Indochine

Nicola Sirkis[1], né Nicolas Henri Didier Sirchis le 22 juin 1959 à Antony, dans les Hauts-de-Seine (France) est un chanteur, guitariste et parolier français, membre fondateur du groupe Indochine.

Il est le frère jumeau de l'ancien guitariste du groupe, Stéphane Sirkis, mort le 27 février 1999 d'une hépatite fulgurante.

Biographie[modifier | modifier le code]

Une jeunesse turbulente[modifier | modifier le code]

Les Sirchis partent pour Bruxelles, où leur père avait été nommé à un poste important dans la capitale belge, alors que Nicolas et Stéphane n'ont que deux ans. C'est donc dans une famille plutôt bourgeoise qu'ils seront élevés, bercés par la musique classique qu'écoutaient leurs parents. Nicola Sirkis affirme toutefois qu'en grandissant, sa jeunesse avait été fortement perturbée par la drogue et l'alcool, et qu'il a plusieurs fois été renvoyé de ses établissements scolaires (dont le lycée Emmanuel-Mounier de Châtenay-Malabry dans les Hauts-de-Seine) avec son frère Stéphane.

Les débuts d'Indochine[modifier | modifier le code]

En mai 1981, il forme avec un ami, Dominique Nicolas, le groupe Indochine, avec comme nom de scène Nicolas Sirkis. Son frère Stéphane et Dimitri Bodianski les rejoignent par la suite. L'Aventurier, premier album du groupe, est un véritable succès : son rock frais et dynamique emballe la jeunesse et la presse. Les albums Le Péril jaune, 3 et 7000 danses vont suivre, enchaînant les tubes : Kao Bang, Canary Bay, 3 nuits par semaine, 3e sexe, Tes yeux noirs, Salômbo, Les Tzars...

Mais dans les années 1990, Indochine est délaissé par la presse qui considère le groupe comme démodé (un article virulent parlera de « sinistre ringardise échappée des années 1980 »). Cette décennie marquera une longue traversée du désert pour Nicola Sirkis et Indochine. Mais le leader du groupe ne perd pas espoir, et insiste pour qu'Indochine poursuive sa route.

Nicola Sirkis perd son frère (Stéphane Sirkis) le 27 février 1999 et la sortie de l'album Dancetaria est retardée en conséquence. La tournée qui suit est un premier pas vers la renaissance d'Indochine. Pour lui rendre hommage, Nicola Sirkis organisera "Le Stef concert" durant la tournée Dancetaria. Il composera en 2001 (dans l'album Paradize) la chanson Electrastar, qui rend hommage à son frère défunt.

En solo[modifier | modifier le code]

En 1992, il sort son unique album solo, Dans la lune..., réalisé avec Marie Guillard.

Un nouveau départ avec Indochine[modifier | modifier le code]

En 2002, alors qu'il est le seul membre restant de la formation initiale, son groupe Indochine retrouve le succès avec l'album Paradize. Les six singles tirés de l'album (notamment J'ai demandé à la lune, qui envahit les ondes radios) se vendent à près de 1,5 million d'exemplaires. La tournée "Paradize Tour" rassemblera environ 500 000 personnes. L'album live Paradize Show est enregistré au Palais omnisports de Paris-Bercy durant cette tournée.

En 2005, le Alice et June Tour, se révèle également un véritable triomphe, puisqu'elle rassemble plus de 600.000 spectateurs. Alice et June s'écoule à 450 000 exemplaires.

En 2005 au Botanique, à Bruxelles

En 2009, le Meteor Tour affiche complet (800 000 spectateurs au total) et le succès est de nouveau au rendez-vous. Le 26 juin 2010, Indochine devient le premier groupe de rock français à remplir le Stade de France. 500 000 exemplaires de La République des Meteors ont été par ailleurs vendus.

En 2012, le groupe entame la tournée hommage Paradize +10. En fin d'année, Indochine annonce la sortie d'un nouvel album, Black City Parade, qui sera disponible le 11 février 2013. L'un des singles, intitulé Memoria, est révélé le 7 novembre. Le clip sort moins d'un mois plus tard.

En 2013, l'album est disponible en écoute intégrale sur iTunes depuis le 5 février. Après sa sortie officielle prévue six jours plus tard, le groupe entamera une tournée dont la majorité des concerts sont déjà sold-out.

Participation culturelle[modifier | modifier le code]

Nicola Sirkis a participé le 14 juin 2008 au marathon des mots de Toulouse où il a fait une lecture de Un jour rêvé pour le poisson banane et autres nouvelles de J. D. Salinger.

Il participe également très souvent en tant que "rédacteur en chef d'un jour" dans différents journaux (ex : aux Dernières Nouvelles d'Alsace[2], au Soir, à Ouest-France, au figaroscope[3]...)

En 2014, il chante Hexagone sur l'album-hommage La Bande à Renaud, qui sortira le 9 juin.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il vit avec la graphiste-photographe Marion Bataille avec qui il restera 7 ans (elle a travaillé sur les pochettes d'albums du groupe durant la période 1982-1989).

Il épouse l'actrice Marie Guillard le 22 juillet 1995.

Le 24 septembre 2003, à Paris, il se remarie avec Gwenaëlle Bouchet dite Gwen B ou récemment Gwen Blast, bassiste du groupe Madinkà, avec qui il a eu une fille, Théa, née le 25 octobre 2001. Le couple est séparé depuis 2009. Il a également un fils né le 7 octobre 2008 qui est élevé par sa mère, il le voit moins souvent[4].

En 1996, Gwenaëlle Bouchet était fan du groupe et participa en tant que figurante aux clips Satellite et Drugstar de l'album Wax[5].

Nicola Sirkis est parrain, depuis août 2006, de l’association du « craniopharyngiome », association qui informe et lutte contre cette maladie rare. Il est également parrain de l'Hôpital des enfants de Toulouse et de l'association le Refuge qui lutte contre l'homophobie.

Engagements[modifier | modifier le code]

Nicola Sirkis s'est plusieurs fois investi dans diverses actions politiques et humanitaires. Indochine a ainsi enregistré en 2008 une version de You Spin Me Round (Like a Record) du groupe Dead or Alive, au profit de Reporters sans frontières, pour le boycott de la cérémonie d'ouverture des JO de Pékin. Nicola Sirkis est également le parrain de l'association Estelle au bois dormant ainsi que de l'association Craniopharyngiome Solidarité depuis septembre 2006.

Nicola Sirkis a aussi enregistré une reprise de Road to Nowhere, chanson du groupe Talking Heads sur un album en faveur de la liberté de la presse dans le monde en 2002.

En 2013, dans le single College Boy, Nicola dénonce la violence à l'école et l'homophobie, notamment à travers un clip qui se veut choquant et qui sera censuré à la télévision.

Album[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Mauvaises nouvelles, Paris : Lattès, 1998, rééd. 2005 (augmentée d’une nouvelle inédite et des illustrations de Valérie Lenoir).
  • Nicola Sirkis a annoncé qu’un roman était en cours d’écriture.
  • la préface du livre de Michelle Brun WAZA (mère d'un enfant atteint d'un craniopharyngiome)
  • Les petites notes du météor tour livre racontant la dernière tournée.
  • Kissing my Songs, textes et entretiens avec Agnès Michaux, Paris : Flammarion, 2011, ISBN 9782081268142
  • La préface de l'intégrale de "Bidouille et Violette", une série de bande dessinée créée par Bernard Hislaire.

Distinctions et décorations[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le patronyme Sirkis était à l'origine écrit en alphabet cyrillique avec l'équivalent du k en alphabet latin, mais la famille Sirkis vivant en Moldavie, région annexée par la Roumanie, dut retranscrire son nom en roumain ; or le roumain ne connaît pas le k et utilise la graphie ch pour retranscrire le son produit par cette lettre (comme en italien et, dans une moindre mesure, en français). Quand les grands-parents paternels de Nicola Sirkis vinrent s'installer en France, ils adoptèrent l'orthographe avec ch bien que celle avec un k soit celle d'origine.
  2. http://photos.dna.fr/galerie.php?id=DIAP080310190_864FCA
  3. http://www.lefigaro.fr/sortir-paris/2012/01/31/03013-20120131ARTFIG00594-nicola-sirkis-redacteur-en-chef-du-figaroscope.php
  4. http://www.purepeople.com/article/nicola-sirkis-papa-strict-ma-fille-thea-ne-beneficie-d-aucun-privilege_a125119/1 Article du site Purepeople publié le 24 juillet 2013
  5. L'essentiel Online, article de Ludovic Jaccar.
  6. AFP, « Indochine "fier et ému" de recevoir une Victoire d'honneur », sur leparisien.fr,‎ 9 février 2014
  7. Stéphane Bern, « Les rumeurs du net : Nicola Sirkis », A la Bonne Heure !, sur rtl.fr,‎ 20 mai 2014
  8. Ministère de la Culture et de la Communication, « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres septembre 2012 », sur culturecommunication.gouv.fr,‎ 24 septembre 2011