Sodomie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Suzuki Harunobu, détail d'un Shunga, gravure japonaise érotique, vers 1750.

La sodomie est un rapport sexuel qui consiste en une pénétration de l'anus du ou de la partenaire, généralement avec le pénis ou à l'aide d'un objet remplaçant le pénis, comme un godemichet.

Étymologie

Représentation des amours d'Hadrien et Antinoüs, par Paul Avril

Le terme de sodomie vient du nom de la ville de Sodome qui, selon la Bible, fut détruite par Dieu après que ses habitants eurent tenté de violer des anges de Dieu réfugiés chez Loth, le neveu d'Abraham (cf. l’épisode de Sodome et Gomorrhe). Dans cet épisode, il n'est pas explicitement fait mention de la sodomie telle qu’on la définit actuellement : les autres références au péché de Sodome dans la Bible évoquent plutôt le manque au devoir d'hospitalité très important dans le Proche-Orient ancien (Ez. 16,49 ; Jr. 23,14 ; Sir. 16,8 ; Lc 10,10-12). L'interprétation en termes de sodomie ou d'homosexualité commencerait à apparaître avec les apocalyptiques juives tardives et chez les juifs hellénisés au début du IIe siècle. Origène (185-253) et Saint Ambroise de Milan (340-397), pourtant grands ennemis du péché de chair, évoquent le manquement à l'hospitalité. Sans doute en référence aux alliances interdites entre les fils de Dieu et les filles d'humains qui provoquent la colère de Dieu en Gen. 6,1-4, les commentaires juifs attribuaient des relations interdites entre les femmes de Sodome et les anges. Ainsi, jusqu'au XVIIe siècle, le terme sodomie recouvrait un ensemble de relations sexuelles réprouvées, pas seulement anales ou homosexuelles[1]. Dans certains contextes, notamment les classifications légales de certains États fédérés des États-Unis, le terme anglais sodomy (en) inclut d’autres pratiques sexuelles jugées déviantes par certains, notamment le cunnilingus et la fellation (contact entre la bouche et le sexe). En allemand (Sodomie) le terme ne fait aucunement référence à la pénétration anale mais désigne la zoophilie.

D’une manière similaire, le terme « bougre » (du latin Bulgarus, qui donne l’ancien français bogre) désignait à l’origine les bogomiles (« amis de Dieu » du bulgare Bog « dieu » et mile « ami »), membres d’une secte bulgare hétérodoxe proche des mouvements cathares. On avait accusé ces bogomiles du péché de sodomie afin — entre autres — de les tourner en dérision. « Bougre » en est donc venu à ne plus désigner les seuls Bulgares bogomiles, mais aussi de manière injurieuse les sodomites. Par affadissement, le terme a désigné un « gaillard » et enfin un « individu ». Le cognat anglais bugger (en) a gardé le sens original de sodomite.

Aspects historiques

Amours romaines entre un homme et un adolescent, coupe Warren
Article détaillé : Pédérastie.

La sodomie entre hommes, si elle ne fut pas la pratique sexuelle privilégiée, fut pratiquée dans la Grèce antique, ainsi que dans la Rome antique, dans le cadre d'un rapport sexuel entre un homme plus âgé, le maître, actif, et son élève, passif, plus jeune. C'était donc considéré comme une façon de transmettre le savoir.

Il y a peu d’éléments directs parlant de la sodomie chez les Celtes et en particulier chez les Gaulois. Cependant, il y a quelques citations d’auteurs classiques déclarant que l' homosexualité était acceptée et quelques productions culturelles en la matière. Par exemple Athenaeus, le rhétoricien grec et le grammairien, répétant des affirmations faites par Diodorus, a écrit que : « Les Celtes, bien qu’ils aient les femmes très belles, apprécient de jeunes garçons davantage : de sorte que certains d'entre eux aient souvent deux amoureux à dormir avec eux sur leurs lits à peau de bête[2],[3],[4]. » Selon Aristote encore, les Celtes sont ouverts et approuvent les jeux amoureux masculins in « la politique II 1269b ». Cependant, selon la loi dite du brehon, si l’homme est marié la femme peut alors disposer librement d’elle-même[5].

Au Moyen Âge, le terme de « sodomie » tend à qualifier tous les comportements non reproductifs : soit outre le sens moderne de coït anal, la masturbation, la fellation, le cunnilingus, la zoophilie ou encore le coït interrompu[6]. Toutes ces pratiques sont fermement condamnées par l'Église, après le développements théoriques de penseurs comme Saint Augustin ou Thomas d'Aquin[6].

Sous l’Inquisition espagnole des XVIe et XVIIe siècles[7], la sodomie, à l’instar de la bestialité, était considérée comme un péché abominable. La sodomie était qualifiée de parfaite si elle était le fait de deux hommes et imparfaite (donc moins grave) si elle était le fait d’un homme et d’une femme. Le terme incluait secondairement d’autres pratiques sexuelles, telles que fellation, cunnilingus, onanisme, etc. La torture était fréquemment pratiquée : y résister était une preuve de bonne foi.

La sodomie pouvait valoir à ses auteurs le bûcher, les galères, la prison à vie ou pour plusieurs années, le bannissement, des pénitences diverses ou simplement d’être fouetté en public, selon la gravité de l’acte soigneusement pesée par les inquisiteurs. Cependant, dans ce domaine, la justice civile était encore plus sévère et plus expéditive.

En France, où on l'appelait « délit de l'épine du dos » au Moyen Âge comme dans de nombreux pays, la sodomie fut longtemps interdite. Une des premières lois la réprimant fut la loi de 1533 de Buggery en Angleterre. En 1726, un lieutenant de police est brûlé vif en raison de « crimes de sodomie », le jour même de son accusation. D'après Michel Foucault « ce fut, en France, une des dernières condamnations radicales pour fait de sodomie » (Histoire de la folie à l'âge classique [réf. incomplète] ).

La sodomie disparaît du Code pénal révolutionnaire en 1791.

Au Canada, la loi anti-sodomie est révoquée en 1969 par Pierre Elliott Trudeau, elle demeure néanmoins régie par le code criminel (article 159) où il est stipulé que la sodomie est interdite entre personnes âgées de moins de 18 ans et que sa pratique doit avoir lieu dans l’intimité. Plusieurs États des États-Unis ont des lois prohibant la sodomie, tandis qu'en Inde elle est réprimée par la section 377 du Code pénal de 1860.

Origine neurobiologique de la sodomie

En Occident, pour la plupart des médecins et des sexologues du XVIIIe au début du XXe siècle, il existe un instinct de la reproduction. Pour cette raison, comme la sodomie ne permet pas la fécondation, c'est donc une activité contre nature, provenant forcément d'un vice moral ou d'un dérèglement de l'instinct sexuel[8].

Schéma simplifié des circuits neurobiologiques du comportement de reproduction des mammifères, chez la femelle.

Les premières recherches scientifiques semblaient confirmer le caractère « anormal » de la sodomie. En effet, l'anus correspond à la partie terminale du tube digestif. L'anus et la sodomie (ainsi d'ailleurs que la bouche et le baiser), n'ont donc aucune fonction biologique liée à la reproduction. Alors pour quelles raisons l'être humain stimulerait-il sexuellement les extrémités du tube digestif ? De plus, les recherches sexologiques n'ont pas trouvé de précablage cérébral inné pour la sodomie, tel qu’il en existe par exemple pour la position sexuelle cruciale de la lordose[9]. Enfin, et surtout, les recherches menées en particulier sur les rongeurs montrent que l'organisation neuroanatomique générale des organismes mammaliens est spécifiquement conçue pour la copulation : des phéromones sexuelles attirent réciproquement les mâles vers les femelles[10], puis le réflexe de lordose permet de bien présenter le vagin pour la pénétration[11], la lubrification vaginale facilite le réflexe d'éjaculation, les sensations vaginales, clitoridiennes et péniennes (via le système de récompense[12],[13]), favorisent la motivation sexuelle[14], etc. (voir schéma ci-contre).

Articles détaillés : Comportement de reproduction et Lordose.

La médiatisation de ces découvertes permet de comprendre les raisons pour lesquelles la sodomie est encore actuellement perçue, par une partie de la population, comme une activité inadaptée au comportement de reproduction des mammifères.

Évolution des principaux facteurs neurobiologiques qui contrôlent le comportement sexuel des mammifères.

Mais depuis le début du XXIe siècle, les recherches en neurosciences ont montré qu'au cours de l’évolution, chez les primates et surtout chez les hominidés (être humain, chimpanzé, bonobo, orang-outan, gorille, etc.), la sexualité s'est progressivement dissociée des cycles hormonaux[15],[16], 90 % des gènes des récepteurs aux phéromones ont été altérés[17],[18] et le réflexe sexuel de la lordose n'est plus fonctionnel. Tandis qu'au contraire, l'importance du système de récompense et de la cognition est devenue majeure[19]. En raison de ces modifications du système nerveux, on observe que les activités sexuelles des hominidés changent : elles ne sont plus limitées à la copulation vaginale[20],[21], mais se développent principalement autour de la stimulation des zones érogènes (principalement génitales[22], mais aussi secondairement orales, anales et les seins chez la femme), car ces stimulations procurent des récompenses / renforcements dans le cerveau[19]. Ces récompenses, en particulier l'orgasme, sont perçues au niveau de la conscience comme des sensations de plaisirs érotiques et de jouissances. Chez l’être humain, le but fonctionnel du comportement sexuel n'est plus le coït vaginal, mais la recherche des récompenses érotiques, procurées par la stimulation du corps et des zones érogènes. Le comportement de reproduction a évolué vers un comportement érotique[23],[note 1].

Article détaillé : Comportement érotique.

Les chercheurs Masters et Johnson ont observé et mesuré avec des appareils spécialisés plus de 10 000 réponses sexuelles auprès de 694 hommes et femmes. Ils ont montré que le pénis de l’homme et le clitoris de la femme étaient les principales régions du corps à l’origine du plaisir sexuel[24]. Pour ces raisons, on observe que les activités préférées des hommes sont les activités de pénétration avec le pénis (pénétrations vaginale ou anale, fellation), car elles procurent un maximum de stimulations intenses (tactiles, pression, chaleur) sur l'ensemble du pénis (gland, prépuce, corps caverneux et spongieux)[25].

Le plaisir est ainsi le facteur principal, chez l'homme, à l'origine de la pénétration anale. De plus, l'orifice anal est entouré par des muscles sphincters qui procurent des pressions intenses sur le pénis, ce qui augmente les sensations érotiques. Cette caractéristique anatomique, avec l'ajout d'un lubrifiant, explique que certains hommes préfèrent le coït anal au coït vaginal.

En raison de l'évolution du comportement sexuel, ce n'est pas un dysfonctionnement neurobiologique qui est à l'origine de la sodomie, mais la recherche des récompenses érotiques. La pratique de la sodomie chez les hominidés ne peut donc être considérée comme une maladie, un trouble psychologique ou un acte « contre nature »[26].

Pour la personne qui est pénétrée durant la sodomie, les motivations sont en partie différentes. L'anus n'est pas aussi spontanément érogène que les organes génitaux, et il faut parfois répéter régulièrement les stimulations pour éveiller la sensibilité érogène de la région anale. Être sodomisé n'est pas une activité préférée pour la majorité des personnes. Néanmoins, environ un tiers des personnes qui pratiquent régulièrement cette activité indiquent ressentir un plaisir érotique intense et éprouver des orgasmes[25].

Pour les personnes qui pratiquent régulièrement la sodomie, c'est une préférence sexuelle, qui se forme au cours de la vie de la même manière que les préférences alimentaires, olfactives ou musicales.

Pratique

Les Sonnets luxurieux, de Pietro Aretino, illustration de Paul Avril.

Contrairement à la vulve et au vagin, l’anus et le rectum ne sécrètent pas de lubrification naturelle facilitant le rapport sexuel. Cependant, l'anus est une zone érogène. Ainsi, la sodomie pourrait être une source d'un plaisir pour le receveur. La sensation de va-et-vient chez la femme et la prostate chez l'homme peuvent conduire à l'orgasme pour le partenaire passif[27]. La salive est suffisante comme lubrifiant et le risque de lésions des fragiles muqueuses anales est mineur mais il est préférable d'utiliser un lubrifiant artificiel ou un préservatif lubrifié. Toutefois, même ce dernier requiert l'ajout d'un lubrifiant si les mouvements se prolongent. Autrefois, la vaseline était généralement utilisée, mais étant à base de corps gras elle est à proscrire car elle rend les préservatifs poreux tout en étant plus difficilement lavable. De nos jours, sont donc plutôt utilisés des lubrifiants intimes à base d’eau ou de silicone. La sodomie est dite à sec si elle est réalisée sans lubrification.

Le rectum pouvant contenir des restes de matière fécale, certains pratiquent un lavement préalablement à une sodomie. Néanmoins, trop souvent répétée, cette pratique peut fragiliser le rectum. En outre, le rectum est normalement vide si l'individu a déféqué complètement quelques heures avant le rapport.

Risques médicaux de la sodomie

Le sphincter de l'anus est un muscle circulaire qui contrôle l'ouverture du canal anal au moment de la défécation. Une pénétration anale trop brutale, sans lubrification, ou avec un objet d'un diamètre important sera vécue comme douloureuse à cause de la distension de ce muscle, et peut provoquer des micro-coupures, des saignements, ou des fissures anales. Toutefois, la pratique d'exercices d'assouplissement permet de modifier la dilatation possible de ce muscle[28]. On peut ainsi obtenir une très grande souplesse de ce sphincter par des exercices répétés d'insertion d'objets de diamètre de plus en plus grand.

D'autre part, la muqueuse du rectum est fragile et poreuse aux virus et bactéries. Elle a la propriété (dont tirent parti les suppositoires) d’absorber les substances déposées dans le rectum. En conséquence, elle est un terrain propice aux échanges de maladies sexuellement transmissibles, notamment du SIDA[28]. C’est la raison pour laquelle il est fortement déconseillé d’avoir un rapport anal sans préservatif avec une personne dont on ne sait pas si elle est infectée par de telles maladies ; et même avec un préservatif il est recommandé d'utiliser un gel lubrifiant adapté afin de faciliter la pénétration et ainsi, d'éviter une rupture du préservatif.

Popularité

Le principal déterminant qui influence la pratique de la sodomie est la « précocité » sexuelle : dans l'enquête ACSF, pour une tranche d'âge donnée, on trouvait beaucoup plus de pratiquants parmi les 25 % du groupe ayant leur premier rapport le plus tôt (« précoces ») que parmi les 25 % ayant leur premier rapport sexuel le plus tard (« tardifs »). « Par exemple, parmi les femmes de 25 à 34 ans, 44 % des précoces ont expérimenté cette pratique, contre 25 % des tardives[29]. » Dans l'enquête américaine NHSLS, parmi les 18-44 ans, 5 % des femmes trouvaient la sodomie (passive) attractive. Chez les hommes, 14 % étaient attirés par la sodomie active et 11 % par la sodomie passive. Toujours chez les 18-44 ans, 18 % des femmes (22 % des hommes) trouvaient attirant le fait d'avoir leur anus stimulé par le doigt de leur partenaire, cependant que 13 % des femmes et 26 % des hommes étaient attirés par le fait de stimuler l'anus de leur partenaire[30].

Statistiques

Quinze ans après la deuxième enquête nationale sur le comportement sexuel des Français (ACSF, 1992), l'INSERM, l'ANRS et l'INED ont réalisé une nouvelle enquête « Contexte de la Sexualité en France » auprès des 18-69 ans. Selon cette enquête, 37 % des femmes et 45 % des hommes en ont déjà fait l'expérience (contre respectivement 24 % et 30 % en 1992). Toutefois, la pratique reste marginale puisque 12 % des femmes de 25-49 ans disent la pratiquer souvent ou parfois[31]. L'analyse détaillée de l'enquête ACSF montrait que la sodomie n'était pratiquée qu'avec une fréquence de 1 à 3 % au cours d'un rapport sexuel[32].

Aux États-Unis, la sodomie n'est pas non plus entrée dans les pratiques régulières des Américains : 9 % des personnes interrogées lors de la grande enquête nationale NHSLS (National Health and Social Life Survey, conduite en 1992) disaient avoir eu un rapport anal au cours de l'année écoulée et seulement 2 % des hommes et 1 % des femmes, lors de leur dernier rapport sexuel[33]. Des chiffres tout à fait similaires à ceux de l'étude nationale australienne ASHR conduite en 2001-2002 : 0,9 % des hommes et 0,7 % des femmes âgés de 16 à 59 ans avait pratiqué la sodomie lors de leur dernier rapport sexuel[34].

Il semble que la sodomie soit expérimentée assez tôt dans la vie sexuelle (sans que cela préjuge l'intégration dans le répertoire sexuel habituel). En 2000, Baldwin et Baldwin ont publié une étude détaillée sur les rapports anaux dans une population d'étudiants américains hétérosexuels (âge moyen : 20 ans 1/2, 63 % des réponses venaient de femmes) : 78 % avaient déjà eu un rapport vaginal et 18 % un rapport anal. Parmi les non-vierges, 22,9 % avaient également déjà pratiqué la sodomie (en moyenne à 18 ans 1/2, alors que l'âge moyen du premier rapport vaginal était de 16 ans 1/2). Il s'agissait plus souvent de garçons (28 % des hommes non vierges de l'étude) que de filles (19 % des non-vierges) mais les auteurs voient cette différence s'estomper une fois les autres variables (influençant le fait d'avoir un rapport anal) prises en compte[35].

Contrairement à une idée reçue, la sodomie n'est pas une pratique banale ou systématique au sein de la population homosexuelle. Selon une étude de 2011, menée par l'Université de l'Indiana et la George Mason University, seulement 35 % des personnes homosexuelles interrogées ont affirmé avoir pratiqué la sodomie au cours de leur dernier rapport sexuel. La fellation (pratiquée à 72,7 %) et la masturbation mutuelle (pratiquée à 68,4 %) seraient des pratiques nettement plus courantes[36].

Sodomie et BDSM

Dans le milieu BDSM, la sodomie semble beaucoup mieux acceptée que dans le reste de la population. Dans ce milieu, il est assez courant qu'un homme aille voir une dominatrice (femme ou transsexuelle) pour se faire sodomiser par elle. L'utilisation de gode-ceinture, de godemichets ou de techniques de fisting (partiel ou complet) y semble assez courante. Ces pratiques sont souvent associées à la féminisation, mais pas nécessairement. Il arrive également que les hommes qui se font sodomiser inhalent des poppers, afin de dilater l'anus, ce qui facilite une pénétration profonde. Certaines dominatrices peuvent même inclure les lavements rectaux dans leurs séances de domination.

Sodomie et virginité

Dans certains milieux sociaux ou religieux, la sodomie peut également être une alternative à la pénétration vaginale pour ne pas rompre l’hymen de la femme avant le mariage [37],[38]. Elle permet également d'éviter la fécondation, où elle a longtemps été fortement recommandée comme un moyen de contrôler les naissances, notamment par l'intermédiaire de codes rédigés à cette intention par les chefs religieux.[réf. nécessaire]

Répression

Bûcher du Chevalier de Hohenberg et de son valet, accusés de sodomie, en 1482, devant Zurich.

Sodomie contre reproduction

Pratique considérée comme déviante puisque ne menant pas à la reproduction, entourée des tabous liés aux fonctions excrétrices (l’anus étant concerné), surtout dans les civilisations où ces fonctions naturelles sont jugées honteuses, la sodomie est perçue de manière très diverse selon les sociétés et les religions. De nos jours, certains pays criminalisent toujours la sodomie entre adultes consentants, allant même jusqu’à requérir la peine de mort[39],[40],[41] (un peu moins d'une dizaine de pays encore à ce jour[39]). D'autre part, ces condamnations restent souvent liées à l'homosexualité[39].

Sodomie et genre

Dans la Rome antique, un homme libre qui sodomisait ses esclaves manifestait sa puissance. En revanche, un homme libre sodomisé se ravalait à un rang inférieur, et cette passivité était considérée comme honteuse[42]. En français, le terme « enculé » est utilisé comme insulte homophobe, associant la personne visée à quelqu'un s'engageant dans le sexe anal de manière passive ; elle est considérée comme étant particulièrement dégradante, alors qu'au contraire, le terme d' « enculeur », qui désigne celui qui le pratique de manière active, n'est pas utilisé dans ce but[43].

Aspects juridiques

Article connexe : Loi anti-sodomie.

En anglais, sodomy ne désigne pas seulement la pénétration anale. Dans les expressions comme sodomy law, loi qui régissait les pratiques acceptées ou interdites dans tel ou tel État américain, il fallait comprendre sodomy comme pratique sexuelle jugée déviante, parmi lesquelles, outre la sodomie pouvaient être comptés la fellation et le cunnilingus. Ces lois, le plus souvent, étaient des manières d’interdire l’homosexualité. Elles s’appuyaient sur un cliché faisant des homosexuels mâles des sodomites, alors que cette pratique n’est pas acceptée par tous les homosexuels et que des hétérosexuels la pratiquent aussi.

La section 377 du code pénal indien, intitulé « Des délits contre nature » punit « les relations charnelles contraires à l’ordre de la nature » d’une peine pouvant atteindre 10 ans d’emprisonnement.

En 2003, la Cour suprême des États-Unis a déclaré anticonstitutionnelles les lois de certains États fédérés contre la sodomie. Elles violent le XIVe amendement de la constitution dont l'interprétation protège la vie privée et la liberté des citoyens américains. Treize États fédérés, situés surtout dans le sud du pays, pratiquaient jusqu’alors des lois contre la sodomie entre adultes consentants, dont quatre condamnaient aussi les fellations : le Texas, le Kansas, l’Oklahoma et le Missouri.

Le 1er juillet 2006, apparaît au Zimbabwe l'article 73 de la criminal law, menaçant celui pratiquant la sodomie de deux ans de prison[44] bien que cette loi, mentionnant explicitement la sodomie, semble plutôt viser l'homosexualité.

En Arabie saoudite, tout acte de sodomie commis par un non-musulman avec un musulman est passible de la lapidation[45],[46].

Moralité de la sodomie, religion

Point de vue catholique

François Elluin, Sodomites provoquant la colère divine, dans Le Pot-pourri (1781).

L’Église catholique romaine condamne la sodomie car elle détourne la sexualité de son but sacré, qui est la procréation. Cette pratique étant donc contre nature, elle va contre la volonté de Dieu, Auteur de la nature. Dans La Clé d'or, Antoine-Marie Claret, qui fut confesseur de la reine Isabelle II d’Espagne et devait être canonisé par Pie XII, rapportait une légende très répandue en écrivant :

« Certains auteurs assurent que Notre Seigneur Jésus-Christ a une telle horreur de ce péché que, dans la nuit où il naquit, à Bethléem, il tua tous les sodomites. »

Certains[Qui ?] considèrent qu’il y aurait là une mauvaise interprétation de la Bible, et que celle-ci, du moins dans l’épisode de Sodome et Gomorrhe, ne serait pas expressément mentionnée[47]. Quelques théologiens ont savamment discuté sur la nature de la sodomie ; un excellent résumé se trouve dans le Compendium Theologiae Moralis Sancti Alphonsi Mariae de Liguori du chanoine Neyraguet, plusieurs fois réédité au XIXe siècle.

« Les uns, dit-il, estiment que la sodomie consiste dans le commerce charnel dans le vase indu, et d’autres dans le commerce charnel avec le sexe indu. »

Mais la seconde opinion étant plus probable, il peut donc y avoir sodomie entre femmes, même si nos théologiens se demandent comment elles s’y prendraient, mais non entre un homme et une femme ; le coït du mâle dans le vase postérieur de la femelle n’étant qu’une sodomie imparfaite, distincte dans son essence de la sodomie parfaite. En revanche la fellation par un homme peut être qualifiée de sodomie, au contraire de celle que pratique une femme :

« Si vir polluitur in ore fæminæ, erit copula inchoata […] si vero in ore maris, erit sodomia. »

Philippe IV de France usa d'une accusation de sodomie pour discréditer et faire condamner les templiers (et usurper leur richesses).

Point de vue du judaïsme

Article détaillé : Sexualité dans le judaïsme.

Selon la loi juive, la halakha, la sodomie est tolérée pour un couple hétérosexuel marié tout en n’étant pas recommandée[48].

Point de vue de l'islam

Dans l'Islam, le sunnisme condamne la sodomie aussi bien hétérosexuelle qu'homosexuelle, contrairement à certains avis chiites ne reconnaissant que l'interdiction du deuxième cas. Les savants sunnites avancent un hadith de Mahomet selon Abou Horaira qui interdit la sodomie en disant :

« Maudit soit celui qui pénètre l'anus d'une femme[49]. »

Au IXe et jusqu'au XIe siècle, la sodomie est interdite par les juristes, mais la question ne soulève pas de grands débats. La sexualité, tant qu'elle ne déborde pas sur la scène publique, n'est pas un vrai sujet de réflexion. Selon Mohammed Mezziane, l'anus et le vagin sont alors pensés comme des organes « convoitables » en raison de leurs qualités physiologiques. L'interdiction de la sodomie ne relève donc pas d'un impératif moral mais de celui d'avoir des pratiques sexuelles à visée procréatives. Le rôle des éphèbes au Paradis, mentionné dans le Coran, fait question : faut-il les considérer pour leur rôle de domestiques, ou — également — pour leur usage sexuel ? En outre, la masculinité est considérée, pendant la période médiévale, comme génétique et aucun acte sexuel (a fortiori la sodomie passive) ne saurait la remettre en cause. Il faudra plusieurs siècles avant que la théorie des genres avance que masculinité et féminité dépendent du type d'acte sexuel pratiqué et du rôle sexuel tenu par les personnes plutôt que de leur sexe biologique.

Le sujet est davantage abordé les siècles suivants. Au XVe siècle, l'Égyptien Suyûtî se penche sur le sujet. Le XVIIIe siècle — qu'accompagne la renaissance de mouvements religieux (dont le wahhabisme) — cherche à enrayer la dissolution des mœurs que l'on désigne alors comme étant responsable de la décadence des sociétés musulmanes. Cette évolution s'accroît aux XIXe siècle et XXe siècle, à partir desquels le discours sur la sodomie reste fortement attaché à l'idée de maladie et, par voie de conséquence, à la mort[50].

La condamnation de la sodomie par les juristes se sera donc accrue progressivement au fil des siècles — malgré la tolérance de quelques imams contemporains, dits « progressistes » (et minoritaires sur la question)[51].

Expressions populaires

La sodomie est également appelée « pédication » dans un registre plus soutenu. Dans le canular dit « catalogue des prix de l'amour[52] » de Marcelle Lapompe (1910 env.) le terme utilisé est « voyage en terre jaune ». Un manuel taoïste érotique du XIIe siècle nomme le fait de sodomiser « jouer avec la fleur du jardin de derrière[53] ».

L'expression « se faire casser le pot », prononcée par Albertine, suscite le franc dégoût du narrateur proustien[54]. La scène est prise en exemple au chapitre « Altération » des Fragments d'un discours amoureux de Roland Barthes[55].

Règne animal

On a relevé l'existence de la sodomie chez certains animaux, notamment chez des primates comme les chimpanzés ou les bonobos, les chiens, les rats et les taurillons élevés en stabulation, l'homosexualité existant également dans le règne animal (elle a été observée chez quatre cent cinquante espèces[21], sur environ 1 750 000 connues actuellement[56]), la sodomie y est donc elle aussi présente, bien que ne concernant que les rapports homosexuels.

Bibliographie

  • Bernard Guérin, Anthologie de la sodomie, La Musardine, 2009
  • Coralie Trinh Thi, Osez la sodomie, La Musardine, 2008
  • Mark D. Jordan, The Invention of Sodomy in Christian Theology, University of Chicago Press, 1998. Traduction : L'Invention de la sodomie dans la théologie médiévale, EPEL, 2007
  • Charlotte Webb, MasterClass: Anal Sex, The Erotic Print Society, 2006
  • Tristan Taormino, Tout savoir sur le plaisir anal (pour elle), Tabou, 2005
  • Bill Brent, Tout savoir sur le plaisir anal (pour lui), Tabou, 2005
  • Leo Bersani, Homos : repenser l'identité, éditions Odile Jacob, 1998 ; Le Rectum est-il une tombe ?, L'Unebévue, 1998
  • Claude Guillon, Le Siège de l'âme : Éloge de la sodomie. Fantaisie littéraire, érosophique et antithéiste, Zulma « Grain d'orage », 1999
  • Christian Gury, L'Honneur perdu d'un politicien homosexuel, Kimé « le sens de l'histoire », 1999
  • Guy Bechdel, La Chair, le diable et le confesseur (1994), Hachette Pluriel « histoire », 2006
  • Les Enfans de Sodome à l’Assemblée Nationale [1790], recueil de pamphlets anonymes parus au début de la Révolution française, notes et préface de Patrick Cardon, Lille, QuestionDeGenre/GKC, 2004
  • Tony Bentley, Ma Reddition, Libella Maren Sell, Paris, 2006 (Poche : La Musardine, coll. Lectures amoureuses de Jean-Jacques Pauvert, numéro 106, 2007)

Thierry Pastorello cite plusieurs recueils du droit coutumier au XVIIIe siècle faisant référence à la sodomie[57] :

Notes et références

Notes

  1. Les distinctions entre « comportement sexuel », « comportement de reproduction » et « comportement érotique » sont expliquées dans les articles Comportement érotique et Comportement de reproduction. Ces expressions ont été proposées par les auteurs Martin H. Johnson et Barry J. Everitt dans leur ouvrage Reproduction, 5e édition, publié chez De Boeck Université en 2001, car les différences neurobiologiques, cognitives et comportementales entre les espèces modifient la dynamique du comportement sexuel. L'ouvrage qui présente le plus de vérifications expérimentales de ces distinctions est Functional and dysfunctional sexual behavior du neurobiologiste Anders Agmo.

Références

  1. John Boswell, Christianisme, tolérance sociale et homosexualité, NRF Gallimard, Paris, 1985, p. 129-136
  2. (en) Borris, Kenneth, Same-Sex Desire in the English Renaissance: A Sourcebook of Texts, 1470-1650, New York, Routledge,‎ 2003 (ISBN 978-0-8153-3626-6, LCCN 2003021376, lire en ligne), p. 211
  3. Dynes, Wayne R., Encyclopedia of Homosexuality, Garland Pub.,‎ 1990 (ISBN 978-1-4102-0620-6, lire en ligne), p. 209
  4. Forberg, Friedrich Karl, Manual of classical erotology (De figuris Veneris), Medical Press of New York,‎ 1963 (lire en ligne), p. 93
  5. University College, Cork . Cáin Lánamna (Couples Law) . [2005.http://www.ucc.ie/celt/online/G102030.html] Access date: 7 March 2006.
  6. a et b Frédéric Martel, « Homosexualité », Encyclopædia Universalis, consulté le samedi 25 mai 2013.
  7. Bartolomé Bennassar, L’Inquisition espagnole, XVe-XIXe siècles, Paris, Éditions Hachette, 1re édition 1979, rééd. 2001. (ISBN 978-2-01-279021-6)
  8. (fr) KRAFFT-EBING Richard. Psychopathia sexualis, Agora, réédition 1999.
  9. (en) Kow L.M., Florea C., Schwanzel-Fukuda M., Devidze N., Kami K.H., Lee A., Zhou J., Maclaughlin D., Donahoe P., Pfaff D. Development of a sexually differentiated behavior [lordosis] and its underlying CNS arousal functions. Curr. Top. Dev. Biol., 79:37-59, 2007
  10. (en) Keller M., Bakker J. Pheromonal communication in higher vertebrates and its implication on reproductive function. Editorial. Behavioural Brain Research, 200(2):237-238, 2009
  11. (en) Kow L.M., Florea C., Schwanzel-Fukuda M., Devidze N., Kami K.H., Lee A., Zhou J., Maclaughlin D., Donahoe P., Pfaff D. Development of a sexually differentiated behavior [lordosis] and its underlying CNS arousal functions. Curr. Top. Dev. Biol., 79:37-59, 2007
  12. (en) Cibrian-Llanderal T., Tecamachaltzi-Silvaran M., Triana-Del R.R., Pfaus J.G., Manzo J., Coria-Avila G.A. Clitoral stimulation modulates appetitive sexual behavior and facilitates reproduction in rats. Physiology & Behavior, 100(2):148-153, 2010
  13. (en) Matsumoto J., Urakawa S., Hori E., de Araujo M.F., Sakuma Y., Ono T., Nishijo H. Neuronal responses in the nucleus accumbens shell during sexual behavior in male rats. The Journal of Neuroscience, 32(5):1672-1686, 2012
  14. (en) Pfaus J.G., Kippin T.E., Coria-Avila G.A., Gelez H., Afonso V.M., Ismail N., Parada M. Who, what, where, when (and maybe even why)? How the experience of sexual reward connects sexual desire, preference, and performance. Archives of Sexual Behavior, 41(1):31-62, 2012
  15. (fr) Jean-Pierre Signoret, « Sexuel (Comportement) », Encyclopædia Universalis, vol. 11.0,‎ 2006
    version électronique
  16. (fr) J. Buvat, « Hormones et comportement sexuel de l'Homme : données physiologiques et physiopathologiques », Contracept. Fertil. Sex., vol. 24, no 10,‎ 1996, p. 767-778
  17. (en) Nei M., Niimura Y., Nozawa M. The evolution of animal chemosensory receptor gene repertoires: roles of chance and necessity. Nat. Rev. Genet., 9(12):951-963, 2008
  18. (en) ZHANG J. , WEBB D. M. Evolutionary deterioration of the vomeronasal pheromone transduction pathway in catarrhine primates, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 100(14):8337-8341, 2003.
  19. a et b (en) AGMO Anders Functional and dysfunctional sexual behavior Elsevier 2007.
  20. FORD Clellan S. , BEACH Frank A. : Patterns of sexual behavior, Methuen & Co, London, 1965. Le livre existe en français, mais il est plus difficile à trouver : Le comportement sexuel chez l'homme et l'animal, Robert Laffont, 1970.
  21. a et b Bruce Bagemihl, "Biological Exuberance: Animal Homosexuality and Natural Diversity", Stonewall Inn Editions, 2005.
  22. Georgiadis J.R., Kringelbach M.L., Pfaus J.G. Sex for fun: a synthesis of human and animal neurobiology. Nat. Rev. Urol., 9(9):486-498, 2012.
  23. (fr) Wunsch S. Comprendre les origines de la sexualité humaine. Neurosciences, éthologie, anthropologie. [PDF] L'Esprit du Temps, 2014.
  24. (en) MASTERS William, JOHNSON Virginia. Human sexual response, Bantam Books 1980.
  25. a et b [PDF] (fr) Wunsch S. Thèse de doctorat sur le comportement sexuel, EPHE-Sorbonne, Paris, 2007.
  26. (fr) Thierry Lodé, "La guerre des sexes chez les animaux", Odile Jacob, 2007.
  27. http://www.doctissimo.fr/html/kamasutra/se_1847_positionanale.htm
  28. a et b Voir sur doctissimo.fr.
  29. Michel Bozon, « L'entrée dans la sexualité adulte : le premier rapport et ses suites », Population, n° 5, 1993, pp. 1317-1352.
  30. Michael, Gagnon, Laumann, Kolata, Sex in America, Little, Brown and Company, 1994, p. 146-147.
  31. Dossier de presse ANRS/INSERM/INED du 13 mars 2007. [PDF]
  32. Alfred Spira, Nathalie Bajos et le groupe ACSF, Les Comportements sexuels en France, La Documentation française, 1993, p. 158.
  33. E.Laumann, J.Gagnon, R.Michael et S.Michael, The Social Organization of Sexuality, The University of Chicago Press, Chicago 1994, p. 107
  34. J.Richters, R.De Visser, C.rissel, A.Smith, The Journal of Sex Research, vol. 43, no 3, août 2006, p. 217-226.
  35. Janice Baldwin, John Baldwin, Heterosexual Anal Intercourse : An Understudied, High-Risk Sexual Behavior, Archives of Sexual Medicine, vol. 29, no 4, 2000.
  36. « Selon une étude américaine, les homos n'aiment pas (tant que ça) la sodomie » par Jordan Grevet, sur tetu.com du 20 octobre 2011.
  37. Cas de l'islam : La page d'Amélie, paragraphe« Quelques informations statistiques récentes concernant la sexualité anale », (consulté le 19 juillet 2012)
  38. « Interview de l'actrice pornographique [[Yasmine (actrice)|Yasmine]] donnée aux [[Les Inrockuptibles|Inrocks]] »,‎ 29 janvier 2011 (consulté le 30 juillet 2012).
    Elle y déclare notamment : « Les filles maghrébines sont les plus hypocrites parce qu’elles disent vouloir rester vierges jusqu’au mariage tout en s’adonnant à la sodomie. »
  39. a, b et c http://therealscandy.free.fr/humeur/payshomofob.htm Liste des pays ayant des lois anti-sodomie en particulier, et homophobes en général
  40. http://www.abolition.fr/ecpm/french/news.php?new=88, NIGERIA : Condamné à mort pour sodomie, il fait appel
  41. http://www.france.qrd.org/pa/article.php3?id_article=3193 Un mineur délinquant condamné à mort pour « sodomie » en Iran
  42. Géraldine Puccini-Delbey, La vie sexuelle à Rome, éditeur : Tallandier[réf. incomplète]
  43. SOS Homophobie, « Rapport sur l'homophobie 2013 », p. 45 (lire en ligne)
  44. Magazine Têtu du 13 juillet 2006 [lire en ligne].
  45. Anne Chemin, « Mobilisation mondiale contre la pénalisation de l’homosexualité », Le Monde,‎ 17 mai 2009 (consulté le 27 juin 2009)
  46. (en) [PDF]Daniel Ottosson, « State-sponsored Homophobia », International Lesbian and Gay Association (ILGA),‎ mai 2008 (consulté le 27 juin 2009), p. 33
  47. Cf. Vision chrétienne de l'homosexualité pour une étude plus approfondie.
  48. שולחן ערוך, אבן העזר, כה, ב
  49. (ar) Sur islamlight.net.
  50. « Un peu d'histoire : islam et sodomie sont-ils incompatibles ? », entretien avec Mohammed Mezziane, sur rue89.com du 3 septembre 2009.
  51. « Les homos musulmans et deux imams gays rassemblés à Paris » par Cédric Douzant, sur Têtu du 11 octobre 2010.
  52. Voir sur le site travaildusexe.com.
  53. Pu Yi - Le dernier empereur de Edward Behr, 1987, éditions Robert Laffont - Paris, p. 36.
  54. Marcel Proust, La Prisonnière, in À la recherche du temps perdu, t. III, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. 840.
  55. Roland Barthes, Fragments d'un discours amoureux, Seuil, « Tel Quel », 1977.
  56. Antoine Morin, « Animaux : Structures et fonctions [archive] », université d'Ottawa.
  57. Thierry Pastorello, « La sodomie sous l'Ancien Régime : Sources juridico-théologiques et réalité de la répression » (consulté le 11 février 2013).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes