Masturbation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Au premier plan, jeune homme se masturbant. Planche de Paul Avril, in De Figuris Veneris. Manuel d’érotologie classique, 1906.

La masturbation est une pratique sexuelle, consistant à provoquer le plaisir sexuel par la stimulation des parties génitales ou d’autres zones érogènes, généralement à l’aide des mains, ou parfois d’objets tels des godemichets ou autres jouets sexuels.

La masturbation est pratiquée par quasiment tous les mammifères, mais surtout par tous les primates.

L’attitude sociale envers l’autoérotisme change suivant les époques et suivant les cultures. En Occident, la masturbation a été particulièrement réprimée du XVIIIe au début du XXe siècle. Pour les cultures liées à la Bible ou au Coran, c'est une activité sexuelle considérée comme un « péché ». Actuellement, la masturbation est reconnue par la sexologie comme une activité sexuelle aussi « normale » que les autres.

Définition et étymologie[modifier | modifier le code]

Définition[modifier | modifier le code]

D’après le dictionnaire Le Grand Robert, la masturbation est « une pratique qui consiste à provoquer le plaisir sexuel par l’excitation manuelle des parties génitales (du sujet ou du partenaire) »[1].

D'après les manuels de sexologie, on peut distinguer plusieurs types de masturbation[2],[3],[4],[5] :

  • Les jeux sexuels génitaux, réalisés par les jeunes enfants quand ils sont encore inexpérimentés[6] (c’est une phase de développement, comme le déplacement à quatre pattes avant la marche, ou le babillage avant la parole).
  • La masturbation, où, intentionnellement, l’objectif est en général de maximiser le plaisir érotique, puis de provoquer l’orgasme, grâce à des techniques souvent manuelles de stimulations des zones érogènes.
  • L’auto-érotisme, qui englobe toutes les activités physiques et psychologiques qu’une personne utilise sur elle-même pour provoquer son excitation sexuelle et se procurer du plaisir érotique[7] (c’est-à-dire la masturbation, mais aussi toutes les autres activités autoérotiques différentes de la masturbation : par exemple, imaginer des fantasmes sexuels, lire une revue érotique ou regarder une vidéo pornographique). En général, la masturbation se pratique simultanément avec d'autres activités auto-érotiques.

La masturbation peut être réalisée :

  • Seul. En général, la masturbation est plutôt considérée comme une activité sexuelle auto-érotique, qui est réalisée seul, et qui s'oppose aux activités érotiques avec des partenaires ; elle est présentée de cette manière dans les ouvrages étudiant la sexualité[4],[3],[5].
  • À plusieurs, à deux ou en groupe, et chaque personne stimule ses propres organes génitaux. On parle alors de « masturbation en groupe ».
  • Réciproquement, à deux ou en groupe, chaque personne manipulant les organes génitaux d'une autre personne. On parle alors de « masturbation réciproque », activité sexuelle qui n'est plus de l'autoérotisme. La « masturbation réciproque » est une extension du sens général, par analogie avec la manipulation autoérotique[4].

Étymologie[modifier | modifier le code]

L’étymologie du mot « masturbation » rappelle l’ancienne condamnation morale de cette pratique.

« Le mot « masturbation » a été formé pour la première fois dans la langue française par Montaigne sous la forme « manustupration » dans l’Apologie de Raimond Sebond, 12e chapitre du deuxième livre des Essais. […] Le mot va coexister pendant plus d’un siècle sous deux formes concurrentes : manustupration et masturbation. Le premier terme, « manustupration », vient de manus, « la main », et stupratio, « l’action de souiller ». La manustupration serait alors le fait de se souiller par une action de la main, ou encore de se donner du stupre, plaisir honteux, par la main. Le second terme, « masturbation », vient du latin masturbatio et peut-être du grec mastropeuein, « prostituer »[8]. »

Cette ancienne condamnation morale se retrouve également dans les synonymes de la masturbation : onanisme et abus de soi[3]. Pour éviter cette connotation négative, on utilise parfois le terme « auto-sexualité » à la place du mot « masturbation ».

Techniques[modifier | modifier le code]

Les techniques de masturbation sont différentes pour les hommes et les femmes, en raison de leurs appareils génitaux différents, mais elles varient également beaucoup d’un homme à l’autre et d’une femme à l’autre.

La plupart des hommes qui se masturbent le font par un geste de va-et-vient de leur main directement sur leur pénis ou après intrusion de celui-ci dans un tissu (caleçon, culotte, chaussette, mouchoir pour recueillir le sperme...). Certains (et notamment ceux qui sont circoncis) se masturbent en stimulant le frein du pénis du bout des doigts. Il est également possible d’utiliser un lubrifiant (salive, gel, huile de massage...) pour faciliter le glissement.

Masturbation féminine. Illustration de Kunisada Utagawa.

La plupart des femmes qui se masturbent le font en stimulant leur clitoris et/ou leur vagin, soit directement avec les doigts (éventuellement à travers un tissu, notamment lorsqu’elles sont ultra-sensibles), soit avec un objet (oreiller, édredon, vibromasseur, le jet de la pomme de douche…) contre ou avec lequel elles se frottent. Certaines se masturbent uniquement en se pénétrant (avec les doigts, un godemichet ou autre) mais c’est relativement rare, d’autres apprécient de cumuler les stimulations clitoridienne et vaginale. Chacune a, en général, une position et technique préférée, pratiquée la majorité du temps.

Les femmes comme les hommes peuvent se masturber l’anus, soit uniquement l’orifice, soit par pénétration, avec des doigts ou avec un objet ; ce plaisir est encore plus grand pour les hommes lors de la pénétration puisque cela stimule la prostate.

Les hommes comme les femmes peuvent stimuler d’autres parties sensibles de leur corps en même temps ou à la place de leurs parties génitales : scrotum, tétons, seins, cuisses, pieds, aisselles, ventre, nombril, cou, testicules pour les hommes, selon leur sensibilité.

Ethnologie[modifier | modifier le code]

Dans certaines sociétés traditionnelles, il existe des techniques particulières de masturbation.

Pour se masturber, les femmes Lesu de Nouvelle-Guinée « s’assoient par terre et plient leur jambe droite de telle sorte que leur talon s’appuie contre leur sexe. […] C’est une position habituelle pour les femmes, qui est apprise dans l’enfance. Les femmes n’utilisent jamais leurs mains pour la manipulation du sexe[9]. »

Éthologie[modifier | modifier le code]

Les chimpanzés utilisent parfois des « jouets sexuels » pour se masturber. « Un chimpanzé femelle adulte jouait avec une mangue. D’abord elle a placé le fruit sur sa vulve. Puis, apparemment insatisfaite des résultats de cette procédure, l’animal a posé la mangue par terre, s’est assis dessus, en tournant, en se tortillant, et en frottant avec ses mains. Elle changeait continuellement sa position, comme pour améliorer sa technique de production des frictions génitales. Puis le chimpanzé s’est levé et baissait son corps de façon répétée, cognant sa vulve contre le fruit[10]. »

Grâce à certaines particularités de leur anatomie, des animaux peuvent utiliser des techniques irréalisables chez l’être humain : les singes-araignées utilisent la pointe de leur queue, qui est extrêmement préhensile, pour manipuler leur pénis. Les éléphants stimulent parfois leur organe génital avec leur trompe[11]. Enfin, « La masturbation chez le cerf est réalisée en baissant la tête et en frottant doucement la pointe de ses bois dans l’herbe. Puis après environ cinq à sept secondes, on observe l’érection et la sortie du pénis de son fourreau. Il n’y a quasiment pas de saillie ou de rétractation du pénis, ou de mouvements d’oscillation du pelvis. L’éjaculation se produit environ cinq secondes après l’érection du pénis. La masturbation dure en tout de dix à quinze secondes[12]. »

Origine[modifier | modifier le code]

Quels sont les facteurs, en particulier ceux liés aux neurosciences, qui sont à l'origine de la pratique de la masturbation ?

Cette pratique semble être relativement ancienne du fait que des traces sont retrouvées dans des civilisations précolombiennes. De plus, sachant que la masturbation est habituelle chez les primates[11], il est donc vraisemblable qu'elle existe depuis toujours chez les humains.

Mais quel est le facteur à son origine, dans la mesure où la masturbation n'a aucune relation avec la reproduction ? Pendant longtemps, les savants ont pensé quelle provenait d'une maladie ou d'une déviation de l'instinct de reproduction.

Depuis la fin du XXe siècle, les recherches scientifiques ont montré que la masturbation est « biologiquement normale » et qu’elle ne provient pas d’une maladie ou de troubles psychologiques. Les recherches en neurosciences ont montré que les êtres humains stimulent leurs zones érogènes car ces stimulations procurent des récompenses / renforcements dans le cerveau[13]. Ces récompenses, en particulier l’orgasme, sont perçues au niveau de la conscience comme des sensations de plaisirs érotiques et de jouissances. En simplifiant, l’être humain se masturbe car cette activité procure des plaisirs sexuels intenses.

Chez l’être humain (et le chimpanzé, le bonobo, l’orang outan et le dauphin), le comportement sexuel n’est plus un comportement de reproduction, mais devient un comportement érotique [note 1]. Car au cours de l’évolution, la sexualité s'est progressivement dissociée des cycles hormonaux[14],[15], 90 % des gènes des récepteurs aux phéromones ont été altérés[16],[17] et le réflexe sexuel de la lordose n'est plus fonctionnel. Tandis qu'au contraire, l'importance du système de récompense et de la cognition est devenue majeure[13]. Chez l’être humain, le but fonctionnel du comportement sexuel n'est plus le coït vaginal, mais la recherche des plaisirs érotiques, procurés par la stimulation du corps et des zones érogènes[18].

Par ailleurs, les chercheurs Masters et Johnson ont observé et mesuré avec des appareils spécialisés plus de 10 000 réponses sexuelles auprès de 694 hommes et femmes. Ils ont montré que le pénis de l’homme et le clitoris de la femme étaient les principales régions du corps à l’origine du plaisir sexuel[19]. C’est pour cette raison que le clitoris et le pénis sont les zones érogènes les plus stimulées au cours de la masturbation.

De plus, pour augmenter l’excitation et le plaisir érotique, les êtres humains se masturbent en regardant des vidéos érotiques ou pornographiques, en imaginant des fantasmes sexuels, en se souvenant de leurs activités sexuelles avec un partenaire, ou avec d’autres moyens (images suggestives, conversation érotique téléphonique ou par Internetetc.)[18].

Pour toutes ces raisons, la masturbation des organes génitaux dans le but de ressentir du plaisir est une des principales activités sexuelles humaines. Elle est actuellement reconnue par la sexologie comme une activité sexuelle aussi “normale” que les autres.

Développement[modifier | modifier le code]

La masturbation se développe dès la vie intra-utérine. Dans un contexte culturel neutre, sans incitations ou interdits, les stimulations génitales débutent dès la première année après la naissance et la masturbation apparaît vers 2 ou 3 ans. À cet âge, le plaisir est visiblement la motivation de l’activité. Le contexte culturel peut faciliter ou inhiber le développement de la masturbation[20],[11].

Période fœtale[modifier | modifier le code]

Échographie d’un pénis en érection (flèche blanche), chez un fœtus de 36 semaines.

La masturbation se développe dès la vie intra-utérine. Plusieurs auteurs ont observé, grâce à l’échographie, des stimulations génitales dès la 26e semaine[21]. Une enquête réalisée auprès de 60 échographistes indique que les stimulations manu-génitales sont assez souvent observées par 70 % des praticiens[22].

En plus des stimulations manuelles, des succions génitales sont occasionnellement observées : « L’évidence de l’érection [voir figure ci-contre] est ici attestée à 36 semaines d’aménorrhée. L’ensemble de la séquence d’observation [d’un contact oro-génital] qui dure 2 minutes 23 secondes, montre le lent retrait du pénis de son engagement oral. […] L’analyse des résultats montre qu’après la succion du pouce ou de la main, ce sont les contacts manu-génitaux qui sont le plus souvent observés. En ce qui concerne la succion, il semble que le fœtus développe très tôt cette activité exploratoire. […] Les fréquences plus faibles de succion du pied, du cordon ou du sexe sont peut-être à mettre en relation avec la plus grande difficulté à atteindre ces “objets”[22]. »

Ces stimulations génitales semblent parfois aboutir à des états similaires à l’orgasme[23],[24] : « Nous avons récemment observé un fœtus femelle de 32 semaines [ soit 8 mois] qui se touchait la vulve avec les doigts de la main droite. Les mouvements de caresse étaient centrés principalement sur la région du clitoris. Les mouvements s’arrêtaient après 30 à 40 secondes puis recommençaient après quelques minutes. De plus, ces légers touchers étaient répétés et étaient associés avec des mouvements courts et rapides du pelvis et des jambes. Après un autre arrêt, en plus de ces comportements, le fœtus a contracté les muscles de son tronc et de ses membres, puis des mouvements cloniques de tout le corps ont suivi. Finalement, le fœtus s’est détendu et s’est reposé. Nous avons observé ce comportement durant environ 20 minutes. […] Cette observation semble montrer que non seulement le réflexe d’excitation peut être provoqué chez un fœtus au troisième trimestre de gestation, mais aussi que le réflexe orgastique peut être provoqué durant la vie intra-utérine[23]. »

Enfance[modifier | modifier le code]

La stimulation des organes génitaux débute dès que les réflexes moteurs sont fonctionnels. En moyenne, les stimulations débutent vers 6 ou 7 mois chez les garçons et 10 ou 11 mois chez les filles[6].

La masturbation, c’est-à-dire la stimulation des organes génitaux dans l’objectif de provoquer l’orgasme, n’est pas observée avant 2 ou 3 ans. « En général, la masturbation n’est pas observée avant la deuxième ou la troisième année après la naissance. Le plus souvent elle commence entre le 15e et le 19e mois. Les signes de l’excitation incluent des poussées rythmiques du bassin, des sons, des rougeurs au visage et une respiration rapide. Quand les enfants commencent à se stimuler, ils essayent de maintenir un contact corporel avec le parent, mais la plupart des parents découragent cette réaction[6]. »

C’est également ce qu’on observe dans les sociétés traditionnelles qui permettent l’autostimulation, comme chez les Marquisiens : « La masturbation chez les garçons commence environ à l’âge de trois ans, ou parfois avant. Beaucoup de garçons se masturbent avant de savoir parler[25]. »

Plusieurs auteurs indiquent que le plaisir est le facteur à l’origine des activités autoérotiques[26],[5]. Une fois que l’enfant a acquis une méthode de masturbation, celle-ci devient habituelle et résistante au changement[6].

Dès la naissance, l’influence du contexte culturel est majeur dans le développement de la masturbation[20]. En particulier, s’il existe des interdits culturels, implicites ou explicites (voir les exemples ci-dessous dans la section « Condamnation et répression »), le début de la masturbation sera beaucoup plus tardif.

Adolescence[modifier | modifier le code]

Dans les sociétés occidentales, des enquêtes par questionnaires ou par entretiens permettent d’obtenir des informations sur la pratique de la masturbation chez les adolescents et les adultes. Il faut noter que ces informations ne sont valables que pour le pays et l’époque où elles ont été réalisées.

D’après plusieurs enquêtes, la masturbation est la forme d’activité sexuelle la plus répandue pour la majorité des occidentaux[5].

L’analyse des réponses des adolescents de 12 à 17 ans aux questionnaires régulièrement soumis aux jeunes membres des sites Internet pour ados, dont certains forums traitent de la sexualité, fournit une image de la vie sexuelle des garçons, et particulièrement de la masturbation. On y apprend ainsi que…[réf. nécessaire]

  • l’âge médian de la première masturbation est de 12 ans ;
  • c’est à 13-14 ans que les garçons se masturbent le plus ;
  • plus de la moitié des garçons qui ont commencé à se masturber ont découvert seuls le « mécanisme », souvent par hasard ;
  • qu’à 13 ans, un garçon sur cinq a déjà participé à des séances de masturbations collectives, avec un ou plusieurs copains, tandis qu’un tiers des ados de 13-15 ans souhaiterait tenter l’expérience.

Ces pratiques collectives semblent être avant tout une façon pour les adolescents de comparer leur pénis et de partager leurs techniques de masturbation. La masturbation est parfois l’objet d’une initiation en groupe[27].

Aux États-Unis et au Canada dans les années 1960, un sondage (le « rapport Kinsey ») a montré que, à 15 ans, la proportion de jeunes hommes s’étant masturbés était de 82,2 % et de femmes 24,9 %. À 18 ans, ce chiffre atteignait 95,4 % pour les hommes et 46,3 % pour les femmes. Cela dit, il est probable que, aujourd’hui, le nombre soit plus important. De très nombreuses études[28], notamment les sondages réalisés presque quotidiennement sur les sites Internet consacrés aux adolescents, montrent que les garçons commencent à se masturber très tôt, généralement sans pouvoir éjaculer ; l’âge médian de la première masturbation masculine est tout juste inférieur à 12 ans ; par ailleurs, ces mêmes observations, qui portent sur plusieurs dizaines de milliers d’adolescents la plupart du temps originaires d’Amérique du Nord, du Royaume-Uni et d’Australie, montrent que c’est à 13 et 14 ans que le rythme de masturbation des garçons est le plus élevé (entre 12 et 14 fois par semaine) ; ce rythme diminue pour la tranche d’âge 15-16 ans (en moyenne 9 fois) et diminue vraisemblablement après. Il est plus que vraisemblable que les résultats obtenus auprès des jeunes Français, Belges ou Suisses seraient similaires à ceux obtenus auprès des Anglo-Saxons. La masturbation des jeunes est un phénomène universel que les études réalisées sous-estiment systématiquement, autant pour des raisons idéologiques (la « pureté » des enfants) que pour des raisons méthodologiques ; les enquêteurs s’adressent presque toujours aux adolescents par l’intermédiaire de leurs parents ou de leur école, un contexte qui ne favorise pas l’intimité des répondants et la véracité des réponses aux questions les plus sensibles.

Dans les sociétés traditionnelles qui permettent l’autostimulation, comme chez les Marquisiens, la masturbation est quotidienne chez les adolescents. Les Marquisiens ne pensent pas que cette pratique puisse avoir des effets pathologiques. Au contraire, ils considèrent que c’est un exercice bénéfique[25].

La masturbation est considérée comme naturelle et normale pour les enfants et les adolescents dans la plupart des sociétés[Lesquelles ?]. Dans ces groupes sociaux, l’autostimulation des enfants est graduellement remplacée au cours du développement par d’autres activités sexuelles[11].

Dans de nombreuses cultures, comme chez les Hopis en Arizona, les Wogenos en Océanie, les Dahomeans et les Namus en Afrique, la masturbation solitaire et entre garçons est encouragée. [réf. nécessaire]

Âge adulte[modifier | modifier le code]

Des facteurs biologiques, sociaux et culturels[20] influencent la pratique de la masturbation. La grande enquête NHSLS réalisée aux États-Unis dans les années 1990 précise les facteurs qui influencent la fréquence de la masturbation[29],[4] :

  • le sexe : les hommes se masturbent plus que les femmes ;
  • l'âge : les jeunes se masturbent plus que les personnes âgées ;
  • l'appartenance ethnique : les Afro-américains se masturbent moins que les autres groupes ethniques ;
  • la religion : les Chrétiens se masturbent moins que les autres groupes religieux ou les athées ;
  • le statut marital : les personnes non mariées se masturbent plus que les personnes mariées ;
  • le niveau d'éducation : plus les personnes sont diplômées, plus elles se masturbent ;
  • l'orientation sexuelle : les bisexuels se masturbent plus que les homosexuels, et ceux-ci plus que les hétérosexuels[30].

Les adultes dans les sociétés traditionnelles[Lesquelles ?] pratiquent rarement la masturbation. Pour la plupart des peuples, l’autostimulation représente une forme inférieure de sexualité. Mais malgré la désapprobation sociale, les hommes et les femmes se masturbent occasionnellement dans certaines sociétés[11].

Masturbation féminine[modifier | modifier le code]

Masturbation féminine, encre de Michel Fingesten.
Femme caressant son pubis.

L’enquête CSF « Contexte de la sexualité en France » sur la sexualité des Français (Inserm, INED, réalisée en 2006) montre que 60 % des femmes âgées de 18 à 69 ans ont déjà pratiqué la masturbation (48 % des 18-19 ans, 54 % des 20-24 ans, 66 % des 25-34 ans, 68 % des 35-39 ans, 64 % des 40-49 ans, 60 % des 50-59 ans, 43 % des 60-69 ans)[31]. Celles qui se masturbent régulièrement (c’est-à-dire « souvent » ou « parfois » au cours des 12 derniers mois selon la définition adoptée par les enquêteurs de CSF) ne sont plus que 10 % à 18-19 ans, 16 % des 20-24 ans, 22 % des 25-49 ans, 14 % des 50-69 ans, 10 % des 60-69 ans). Il s’agit d’une pratique d’autant plus déclarée que la femme est diplômée ; ainsi, 29 % des femmes diplômées de l’enseignement supérieur sont des pratiquantes régulières mais seulement 14 % des femmes sans diplôme. De la même façon, 51 % de ces dernières disent ne s’être jamais masturbées alors que 80 % des plus diplômées l’ont déjà fait. Un lien déjà signalé dans l’enquête américaine (NHSLS). Enfin, l’enquête CSF montre que si la pratique régulière de la masturbation concerne 43 % de celles qui ont connu au moins 10 partenaires, ce n’est plus le cas que de 11 % de celles qui n’en ont eu qu’un. La fréquence de cette pratique peut varier en fonction de l’âge et du milieu culturel : de une à trois fois par an chez certaines femmes âgées à plus de vingt fois par jour chez certaines femmes de douze à cinquante cinq ans[32].

Au niveau physiologique, plusieurs études montrent que les réactions sexuelles entre les femmes et les hommes sont relativement similaires[33],[34],[18]. « Lors de la masturbation, les réactions sexuelles féminines ne sont pas tellement plus lentes que celles des hommes. La moyenne des femmes déclarent obtenir un orgasme un peu moins de quatre minutes après le début de l’autostimulation, et certaines atteignent l’orgasme en un peu moins de 30 s. Cette différence relativement peu importante entre l’homme et la femme augmente lors de la stimulation coïtale. En général, la femme met plus de temps que l’homme à obtenir un orgasme pendant le coït, probablement parce que la stimulation directe de la région clitoridienne est plus intensive lors de la masturbation que pendant le coït[5]. »

Masturbation masculine[modifier | modifier le code]

Une étude faite dans le cadre d’un cours sur la sexualité humaine[réf. nécessaire] dans un CÉGEP de la région de Montréal en 2002[note 2] relate ce qui suit :

La fréquence des épisodes de masturbation varie d’un individu à l’autre.

L’étude montrait que 94 % des hommes se masturbent avant 20 ans, avec une fréquence d’autant plus élevée qu’ils ont commencé jeune et que dans la plupart des cas cette pratique continue toute la vie, mais souvent réduite pour les hommes qui ont une activité sexuelle régulière avec un ou une partenaire. Au-delà de 40 ans, un certain nombre d’hommes délaissent cette pratique.

Plus de 80 % des jeunes indiquent que la façon de se masturber a changé en vieillissant. Au début, ce n’était que pour un soulagement rapide qui durait souvent moins de 5 minutes. Les hommes de plus de 20 ans qui ont participé à l’étude mentionnent que, maintenant, leurs séances de masturbation peuvent souvent durer entre 30 et 60 minutes dans le but de faire durer le plaisir.

40 % reconnaissent aussi avoir pratiqué la masturbation à plusieurs.

D’autres études[réf. nécessaire] rapportent qu’un homme en bonne santé âgé de 18 ans ressent le besoin d’avoir un orgasme environ 4 fois par semaine. Cette fréquence diminue progressivement avec l’âge, surtout après 40 ans. Pour les hommes de plus de 60 ans, elle est de moins d’un orgasme par semaine. Ce chiffre n’est qu’une moyenne : concrètement les variations individuelles sont importantes.

L’étude collégiale démontre aussi que pour plus de 80 % des hommes de plus de 16 ans, le fait de ne pas pouvoir se masturber lorsqu’ils en ressentent le besoin engendre du stress et un comportement plus tendu.

Plus de 50 % des répondants mentionnent qu’ils essaient de se masturber peu de temps avant certaines compétitions sportives, diminuant ainsi le stress. Un pourcentage sensiblement le même affirme le faire avant des présentations orales diminuant ainsi le stress, mais pour 33 % des cas ils le font afin de diminuer le risque d’avoir une érection spontanée et non voulue.

De plus, environ 60 % des répondants mentionnent que, lorsqu’ils le peuvent, surtout après une abstinence de plus de 48 heures, ils essaient de le faire avant de rencontrer leur partenaire lorsqu’ils savent qu’ils n’auront pas de relations sexuelles. Cela les rend moins susceptibles d’avoir des érections non voulues.

Près de 75 % affirment se masturber par pur plaisir, tandis que les autres le font de façon automatique dans le seul but d’avoir un orgasme et ainsi d’empêcher les érections spontanées. 65 % des répondants mentionnent que plus le temps entre chaque masturbation est long, au moins une journée, meilleur est l’orgasme obtenu. De plus, près de 90 % disent que le fait de prendre son temps lors d’une masturbation engendre une plus grande jouissance. Le fait d’être en érection pendant plus de 30 minutes tout en se caressant pendant ce temps-là augmente les sensations.

Cinquante-cinq pour cent (55 %) des répondants qualifiaient leurs masturbations d’apprentissage et l’ont fait de façon à contrôler leur éjaculation le plus longtemps possible, soit, dans certains cas, pendant plus d’une heure. Le fait d’être au bord de l’éjaculation des dizaines de fois durant cette période crée un contrôle sur soi.

La jouissance lors de l’éjaculation ainsi que la quantité de sperme obtenu lors d’une masturbation où l’excitation a duré de très longues minutes n’est presque pas comparable, d’après environ 75 % des répondants, avec une masturbation rapide de moins de 5 minutes.

Quatre-vingt-cinq (85 %) des répondants affirment sans aucune hésitation que les parties du corps répondant le plus à leur propre toucher ou à celui d’une ou d’un partenaire sont sans équivoque le pénis, les testicules et toute la région autour des parties génitales.

Chez les animaux[modifier | modifier le code]

Primates[modifier | modifier le code]

Les primates non humains sont les animaux qui se masturbent le plus. L’auto-stimulation est clairement réalisée pour obtenir un orgasme[11]. Chez les mâles, le pénis est manipulé avec la main ou le pied, ou est pris dans la bouche. Les mâles adultes provoquent souvent l’éjaculation en utilisant une ou plusieurs de ces techniques[11]

Chez les femelles, on peut faire trois généralisations[11] :

  1. les femelles se masturbent moins que les mâles ;
  2. l’orgasme des femelles n’est pas aussi net que celui des mâles ;
  3. la masturbation des femelles, et surtout des chimpanzés, ressemble plutôt à celle des femmes qu’à celle des autres mammifères.

Chez les primates, la masturbation n’est pas uniquement une activité compensatrice, réalisée en l’absence de partenaires sexuels. Des activités d’auto-stimulation ont été observées alors que des partenaires étaient disponibles et même au cours des activités sexuelles avec ces partenaires[35].

Mammifères non-primates[modifier | modifier le code]

Les autres mammifères se masturbent moins que les primates, et les femelles moins que les mâles. Occasionnellement, on observe différentes activités d'autostimulation : par exemple, avant et après la copulation, les chiens et les chats mâles lèchent régulièrement les organes génitaux, ce qui provoque souvent des mouvements convulsifs du pelvis. Cette réaction indique que la stimulation génitale déclenche des réflexes sexuels[11].

Des animaux qui ne peuvent pas stimuler leurs organes génitaux, en raison de leur morphologie, trouvent des moyens indirects pour se masturber. Par exemple, Shadle a observé un porc-épic mâle qui utilisait un outil pour s’autostimuler : « L’excitation sexuelle du porc-épic mâle était montrée par [le fait qu’] il enjambait une longue brindille qu’il tenait avec ses pattes avant, comme font les enfants avec un manche à balai. La brindille était tenue de telle sorte que son pénis était stimulé par le contact avec le bois, qui fut rapidement imprégné de l’odeur de l’urine et des sécrétions glandulaires. En conséquence, c’était bien un état d’excitation sexuelle[36]. »

Santé et pathologie[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La masturbation peut avoir des effets bénéfiques sur l'état de santé : selon une étude australienne effectuée auprès de 2 250 hommes âgés entre 20 et 40 ans, les risques de cancer de la prostate diminuent avec un nombre important d’éjaculations. Les chercheurs ont constaté que le risque de développer un cancer de la prostate était inférieur d’environ 33 % chez la plupart des hommes qui éjaculaient fréquemment (cinq fois ou plus par semaine), quel que soit le type d’activité sexuelle, y compris la masturbation[37]. Ce résultat a été confirmé par une autre étude portant sur 30 000 hommes[38].

D’après le Dr Beauge, pour les enfants et les adolescents qui ont un phimosis, la masturbation permet de corriger ce problème, en ouvrant l’anneau préputial[39].

Pathologie[modifier | modifier le code]

En Occident, la plupart des médecins et des sexologues du XVIIIe au début du XXe siècle pensaient que la masturbation était une maladie, et qu’elle provenait d’un vice moral ou d’un dérèglement de l’instinct sexuel[40],[41],[42] (voir ci-dessous la section « Condamnation et répression »).

Actuellement, pour plusieurs chercheurs, l'attitude sociale et médicale concernant la masturbation est toujours en partie influencée par les croyances et les valeurs du début du XXe  siècle[5],[4]. « Progressivement, à mesure qu'il devenait de plus en plus difficile, au XXe  siècle, de défendre la position selon laquelle il existe un lien entre la masturbation et la maladie, on déplaça le problème pour s'attacher à des aspects particuliers de la masturbation. Un de ces aspects était la définition de la masturbation “excessive”. Tout en admettant de mauvaise grâce la possibilité que la pratique occasionnelle du “péché solitaire” ne menait pas directement au lit de mort ou à l'asile, les médecins et d'autres “experts” de la question prêchaient encore que la pratique trop fréquente de la masturbation entravait le développement du caractère. Malheureusement pour la personne qui se masturbait, on n'a jamais défini clairement ce que l'on considérait comme “trop”, “normal” ou “trop peu”[5]. »

Des études démontrent néanmoins les liens entre masturbation et certains problèmes, comme la masturbation compulsive ou la dépendance sexuelle[43]. Le Dr Karila indique que « Les gens souffrent réellement, ils sont en constante recherche de sexe, passent à l’acte et après, ils culpabilisent[44]. » Cette addiction entraînerait les mêmes modifications cérébrales que celles liées aux psychotropes[45].

En effet, la sexualité, comme toutes les activités naturelles ou artificielles qui procurent des sensations de plaisir, dépend de l'activité du système de récompense. Plus ce système est stimulé, de manière durable ou intense, plus il devient sensible aux stimuli hédoniques, et plus fort devient le désir. Toutes les situations hédoniques peuvent induire des situations de dépendance. Toutes les personnes sont plus ou moins dépendantes[46], et pour certaines il existe une plus grande vulnérabilité biologique à la dépendance.

Mais en analysant la complexité des vécus des patients, d'autres chercheurs concluent que dans la plupart des cas, ce n'est pas la masturbation, ou la masturbation “excessive” qui est à l'origine du problème. La masturbation compulsive est plutôt un symptôme d'un autre problème[47],[48], comme des inhibitions sexuelles ou des problèmes de socialisation (timidité, difficultés à respecter les règles sociales, introversion, mauvaise image de soi, peur d'un refus ou de l'échec sexuel…) empêchant d'engager une relation affective et sexuelle avec un partenaire.

Éthique et morale[modifier | modifier le code]

La valeur morale de la masturbation est un sujet récurrent de controverses.

En ce début de XXIe siècle, on peut identifier plusieurs positions relatives à l'éthique : sexologique, religieuse ou philosophique.

La réflexion sexologique se base sur des études éthologiques, historiques, neurobiologiques, psychologiques et sociologiques pour conclure que la masturbation est une pratique sexuelle biologiquement normale (voir les données et les analyses dans les sections précédentes). La sexologie ne donne pas de valeur morale à la masturbation.

La position religieuse se base sur des Textes sacrés et sur des écrits de personnalités religieuses qui font autorité (par exemple, dans la religion chrétienne, les Docteurs ou les Pères de l’Église).

La masturbation est absolument condamnée par l’Église catholique, qui considère que l'acte sexuel doit être subordonné à la reproduction. Elle se refuse à déduire du caractère fréquent de la pratique une quelconque justification morale. Par contre, la masturbation réciproque est tolérée à condition de n’être qu’un préliminaire dans une relation de couple, afin de ne pas aller à l’encontre des finalités que la doctrine catholique donne à la vie sexuelle : parfaire l’unité entre les époux en restant ouverte à la transmission de la vie, les deux étant mis sur le même plan (Catéchisme de l'Église catholique, article 2363[49]).

Le philosophe cynique Diogène de Sinope, dont l'éthique moquait les conventions sociales et prônait une vie simple (une vie « de chien » d'où son surnom de « Diogène le Cynique »), encourage la masturbation. Lorsqu'on l'interrogea sur la manière d'éviter la tentation de la chair, Diogène aurait répondu « en se masturbant », et aurait ajouté : « Ah, si l'on pouvait ainsi faire disparaître la faim rien qu'en se frottant le ventre ! »

Histoire - condamnation et répression[modifier | modifier le code]

Il est important de bien comprendre le phénomène de la répression de la masturbation, car c'est de l'histoire récente et l'influence de ces croyances s'exerce encore aujourd'hui[4]. De surcroît, ces idées ont été principalement propagées par des médecins et des psychiatres, qui auraient dû être les premiers à combattre ces croyances inexactes. La compréhension de ce phénomène social et médical apparaît comme nécessaire afin de prévenir la réapparition future d'un phénomène similaire, tant pour la masturbation que pour d'autres pratiques ou domaines de la sexualité[2].

L'apogée de la répression[modifier | modifier le code]

Gants en cuir, pour empêcher la masturbation.
Ceinture de chasteté, modèles féminin et masculin, pour empêcher la masturbation.
Appareil électrique contre la masturbation.

En Occident, la masturbation fut longtemps considérée comme une incapacité à se contrôler, un vice moral, une déviation de l’instinct, ou une perversion[3],[40],[42]. Pour exemple, sont présentés ci-dessous plusieurs documents datant du XIXe siècle, époque où la répression de la masturbation était à son apogée.

Voici le texte intégral du Dictionnaire de médecine et de thérapeutique médicale et chirurgicale, publié en 1877 à propos de la masturbation :

« Masturbation. L’excitation des organes génitaux par le frottement de la main constitue la masturbation ou l’onanisme. Les garçons et les filles se livrent également à la masturbation, soit par corruption morale et par goût prématuré de la débauche, soit par une sorte d’habitude instinctive contractée dans le berceau à un âge où il est impossible d’admettre l’existence de la dépravation. Chez les petits enfants à la mamelle et dans la première enfance, la masturbation est plutôt une mauvaise habitude qu’un vice du cœur, et elle produit la fièvre, l’amaigrissement, le marasme et la mort par consomption tuberculeuse. Dans la seconde enfance et chez l’adolescent, la masturbation est un vice moral qui a les plus déplorables effets sur la santé, car il ébranle les systèmes musculaire et nerveux, il affaiblit l’intelligence et les sens, il altère les fonctions organiques et morales, et il conduit lentement à l’hébétude, à la tristesse, à la paralysie, à la phtisie tuberculeuse pulmonaire et à une consomption mortelle. Chez l’homme, la masturbation est très souvent l’origine d’une dyspepsie hypocondriaque ou d’une folie dont la cause reste toujours inconnue au médecin. Thérapeutique. – Chez les jeunes enfants, il importe de prévenir les mauvaises habitudes en donnant aux organes génitaux tous les soins de propreté désirables, car l’accumulation de mucus à l’entrée de la vulve, autour du clitoris ou à l’orifice du prépuce, amène une irritation locale qui provoque des démangeaisons plus ou moins vives et consécutives, et la nécessité de se soulager par le frottement de la main. Si les enfants se grattent souvent les organes génitaux, il faut leur donner 50 centigrammes ou 1 gramme de bromure de potassium tous les soirs et on les lavera avec de l’eau et du vinaigre aromatique, – de l’eau de sublimé corrosif, 10 centigrammes pour 300 grammes d’eau ; – de l’eau de goudron, etc. ; puis on les punira en les fouettant, s’ils continuent à y porter la main. Si cela ne suffit pas, il faut tous les soirs attacher les mains de l’enfant de chaque côté du lit ou les croiser sur la poitrine pour qu’il puisse dormir sans se toucher. Au besoin, on les enveloppe avec des gants. Une précaution très utile à employer est celle qui consiste à coucher les petits enfants habillés d’une chemise large et longue, dépassant les pieds de 20 centimètres, de façon à pouvoir être fermée au moyen d’une coulisse. Si cela ne suffit pas, lorsque, sans toucher les organes génitaux, avec les mains les enfants trouvent le moyen de croiser les cuisses et par leur frottement de se procurer des sensations énervantes, il faut placer entre les cuisses ou entre les genoux une pelote fixée avec une bande, de façon à empêcher le croisement des jambes ; – ce serait alors le cas d’employer la gouttière de Bonnet, dont on se sert pour immobiliser la hanche affectée de coxalgie. L’excision du clitoris ou des nymphes et l’infibulation ont été conseillées, mais ce sont des moyens qu’il ne faut mettre en usage que s’il n’est pas possible de faire autrement. Chez les garçons qui ont le prépuce très long et sous lequel séjourne des matières qui entretiennent un prurit désagréable, il n’y a pas à hésiter, il faut recourir à la circoncision, et ce moyen suffit souvent pour guérir la mauvaise habitude qui compromettait la santé de l’enfant. On employait aussi, comme moyen préventif pour empêcher la masturbation, l’infibulation, c’est-à-dire le passage d’anneaux dans le prépuce et dans les grandes lèvres, expédient qui a été proposé et auquel personne n’a plus recours[41]. »

Les auteurs sont des médecins honorés et reconnus : Eugène Bouchut est médecin de l’hôpital des Enfants malades, professeur agrégé de la faculté de médecine et officier de la Légion d’honneur ; Armand Després est professeur agrégé à la faculté de médecine de Paris, chirurgien de l’hôpital Cochin, membre de la Société de chirurgie et de la Société anatomique, membre correspondant de la Société gynécologique de Boston, et chevalier de la Légion d’honneur.

Des manuels spécialisés recommandaient aux parents d’« user de psychologie » pour apprendre aux enfants à ne pas toucher leurs organes génitaux : « Quand les enfants sont très jeunes on peut leur apprendre que leurs organes [génitaux] ne doivent être utilisés que pour uriner, et qu’il ne faut pas les toucher car cela va les blesser et les rendre malades. Dites leur que les petits enfants, parfois, quand ils ne savent pas, prennent l’habitude de se toucher et qu’après ils deviennent faibles et malades, et parfois idiot et fou, ou ont des crises d’épilepsie. Ces avertissements les impressionneront tellement qu’ils ne tomberont pas facilement dans le mauvais chemin[50]. »

Le film Le Ruban blanc de Michael Haneke, palme d'or au Festival de Cannes en 2009, met en scène le contexte psychologique de l’époque par rapport à la sexualité. Une scène montre ces méthodes psychologiques utilisée par un pasteur pour inculquer à son fils la culpabilité pour la masturbation[51].

Brevet de 1911, déposé par Heyser pour un appareil empêchant la masturbation.
L’appareil de Heyser contre la masturbation.

Et quand ces méthodes psychologiques échouaient, des moyens plus radicaux étaient mis en œuvre. Les chercheurs Masters et Johnson décrivent avec précision ces pratiques éducatives et médicales du XIXe siècle. « On dépensa beaucoup d’énergie et d’argent en traitement allant de ceintures élaborées, de serrures et de cages — pour protéger les parties génitales des mains vagabondes — jusqu’à des “traitements” chirurgicaux, qui ne laissaient presque plus rien à caresser au malheureux patient. D’autres médecins incriminaient les pantalons serrés, le frottement des draps, le fait de tenir ses parties génitales en urinant et le fait que les parents et les nourrices touchaient les parties génitales des enfants pendant leur bain. Si l’on supprimait les aliments “irritants” de leur régime, que l’on retirait les pantalons serrés de leur garde robe, et que les patients continuaient à se masturber, des mesures draconiennes s’avéraient nécessaires. Les médecins prescrivaient alors l’utilisation de camisoles de force pour la nuit, des enveloppements dans des draps froids pour l’enfant, pour “refroidir” son désir ; on lui attachait les mains à la tête du lit. Le service américain des brevets délivra plusieurs brevets à des variantes de la ceinture de chasteté médiévale, qui empêchaient les attouchements des parties génitales. Les parents pouvaient cadenasser les “cages génitales” de leurs enfants, et en mettre la clef de côté. (Il y avait une version particulièrement torturante de ces cages, construites pour les adolescents et les adultes, et qui consistait en un tube doublé de piquants dans lequel on glissait le pénis. S’il y avait érection, le pénis était blessé). Au début de notre siècle, on vendait des mitaines de fer, afin de décourager les vagabondages nocifs des petites mains d’enfants ; on vendait aussi des alarmes qui sonnaient dans la chambre des parents lorsque le lit de leur enfant se mettait à bouger. Pour ceux qui recherchaient une solution plus permanente au problème, les médecins prescrivaient d’autres traitements : on pouvait appliquer des sangsues sur la région génitale pour en sucer le sang et éradiquer la congestion qui provoquait le désir sexuel ; il y avait la cautérisation (on brûlait le tissu génital avec un courant électrique ou un fer brûlant) qui avait la réputation de tuer les nerfs et de diminuer les sensations et le désir. Dans les années 1850 et 1860, les traitements extrêmes – castration et ablation du clitoris – étaient très à la mode. Les journaux médicaux américains du milieu du XIXe siècle affirmaient que la castration était souvent un traitement efficace de la folie. La croyance actuelle des Américains qu’il faut circoncire immédiatement les nouveau-nés est un reliquat des convictions victoriennes, selon lesquelles cette intervention empêchait la masturbation[26]. »

Le document suivant, publié en 1882 dans la revue médicale L'encéphale, montre qu'à l'époque les pratiques extrêmes, telle la cautérisation au fer rouge du clitoris d'une fille de 8 ans, étaient cautionnées par la majorité de la communauté médicale. « Le 11 septembre, pour l'effrayer autant que possible, je fais étalage des réchauds aux charbons ardents; j'y place un énorme fer en hache; je fais souffler jusqu'à ce qu'il rougisse, elle est tremblante à la vue de toutes ces scènes infernales. Vous n'avez pas tenu votre promesse lui dis-je. (…) Le 14 septembre, cette opération a eu un effet salutaire immédiat: la petite Y… est restée sage depuis la cautérisation. (…) Le 16 nouvelle cautérisation, j'applique trois points de feu sur chaque grande lèvre, et un autre sur le clitoris, pour la punir de sa désobéissance je lui cautérise les fesses et les lombes avec un grand fer. Elle jure qu'elle ne faillira plus, elle s'avoue très coupable. (…) X… voyant la punition infligée à sa sœur, est devenue toute triste; elle répète souvent: si je pouvais mourir ! (…) Le 19 troisième cautérisation de la petite Y… qui sanglote et vocifère. » [p46-48][52]. Dans la conclusion de l'article, Zambaco expose les raisons médicales de ces pratiques : « Il est rationnel d'admettre que la cautérisation au fer rouge abolit la sensibilité du clitoris, qu'elle peut entièrement détruire, un certain nombre de fois répétée. L'orifice vulvaire, qui constitue le second point génésique sensible, étant émoussé lui-même par la cautérisation, on conçoit facilement que les enfants, devenues moins excitables, soient aussi moins portées à se toucher. Il est également probable que, le clitoris et l'orifice vulvaire devenant le siège d'une inflammation plus ou moins intense, consécutivement à l'opération, les attouchements soient douloureux au lieu d'être source de plaisir. Enfin, la frayeur éprouvée à la vue du supplice, et l'influence que le fer rouge exerce sur l'imagination des enfants, doivent aussi être comptées parmi les actions bienfaisantes de la cautérisation transcurrente. Nous croyons donc que (…) on ne doit pas hésiter à avoir recours, et de bonne heure, au fer rouge pour combattre l'onanisme clitoridien ou vulvaire des petites filles. » [p58-59][52]. Trente ans plus tard, le docteur Zambaco est devenu « correspondant de l’Académie des sciences, membre associé de l’Académie de médecine et commandeur de la Légion d’honneur ».

L'origine de la condamnation[modifier | modifier le code]

Avant le XVIIe siècle, la masturbation était considérée comme un péché mais elle n’avait pas de conséquences pathologiques. Les médecins, comme Caramuel, recommandaient même de « purger » l’organisme de la semence en excès[5].

Toutes les croyances et les pratiques répressives proviennent, du XVIIIe au XIXe siècle, des écrits de moralistes (Shannon[53]…), de religieux (Dutoit-Membrini[54]…) et de médecins (Marten[55], Tissot, Acton…). Ces écrits ne provenaient généralement pas d’études scientifiques ou médicales, mais de convictions personnelles ou d’intérêts particuliers. Par exemple, l’auteur d’Onania[55] vendait son livre accompagné d’une « Teinture revigorante » et d’une « Poudre prolifique », destinés à guérir toutes les « effroyables conséquences » provoquées par la masturbation, et décrites avec force détails dans son ouvrage ; les personnes, qui après cette lecture étaient devenues fort inquiètes pour leur santé, pouvaient (heureusement) se procurer ces potions pour la somme de 10 et 12 shillings[5].

« Pour comprendre l’interdiction qui a frappé la masturbation un siècle plus tard, il faut savoir qu’un ouvrage publié à Londres en 1715 a véritablement tout bouleversé. Cet ouvrage intitulé « Onania » est peut être le livre qui a conditionné le plus les deux siècles de répression de la masturbation. Son auteur, un médecin, commença par décrire dans une brochure d’une dizaine de pages, les retombées physiologiques de la masturbation. Il soutenait la thèse selon laquelle les séquelles dues à la masturbation sont irréversibles, conduisent peu à peu à la déchéance du corps et de l’âme, jusqu’à la mort. De 1718 à 1778 se sont succédé près de 22 rééditions d’« Onania ». Les publications ont eu tant de succès, entre autres, parce que l’auteur y publiait les lettres de ses lecteurs, qui constituaient de véritables romans-feuilletons de la masturbation et des crimes qu’elle occasionne. Le médecin suisse Samuel Tissot répertoria toutes les lettres (réelles ou inventées) d’« Onania », et en fit six classifications reprenant les troubles les plus fréquents[5]. »

Samuel Auguste Tissot, lui, avait élaboré une théorie « médicale » à partir d’hypothèses de plusieurs médecins de l’époque, dont le célèbre Herman Boerhaave, et surtout du livre Onania[55]. « Tissot suggéra que le sperme jouait un rôle important dans le fonctionnement normal de l’organisme, et que le gaspillage de ce liquide par des activités sexuelles pouvait affaiblir l’organisme et provoquer des maladies. Ce liquide vital devait être « dépensé » parcimonieusement, et seulement lorsqu’il y avait une chance raisonnable de procréer. À partir de cette théorie, des médecins […] élaborèrent un répertoire des maladies liées au gaspillage du sperme dans des activités sexuelles dommageables, dont la masturbation[5]. »

Le docteur Samuel Auguste Tissot (1728-1797).

« C’est, en grande partie, au médecin suisse S. Tissot (1728-1797) que l’on doit une conception aussi négative de la masturbation ; il fit de ce sujet un thème scientifique, et transforma la masturbation, considérée jusque là comme un simple péché, en une maladie qu’il fallait soigner. Tissot croyait que toute activité sexuelle était dangereuse, parce qu’elle refoulait le sang vers la tête, n’en laissant plus assez dans le reste du corps, ce qui provoquait la dégénérescence des nerfs et autres tissus vitaux. En accord avec les connaissances scientifiques de l’époque, il était certain que cette forme de détérioration nerveuse était cause de la folie. Tissot était convaincu que la masturbation était une forme de sexualité particulièrement “dangereuse”, parce qu’elle était commode, qu’elle pouvait commencer pendant les années vulnérables de l’enfance, et parce que le sentiment de culpabilité éprouvé par celui qui se masturbe, eu égard à son péché, irritait son système nerveux et le rendait plus fragile. Les parents cherchèrent désespérément à écarter leurs enfants de ce fléau. Les médecins étaient contents de leur rendre ce service ; après tout, c’était du devoir du médecin consciencieux de mettre fin à la masturbation[26]. »

Le livre de Samuel Auguste Tissot, L’onanisme, traité sur les maladies provoquées par la masturbation.

Le livre de Tissot L’Onanisme, traité sur les maladies produites par la masturbation eut un très grand succès avec soixante-trois éditions entre 1760 et 1905. Tissot y expose les maladies provoquées par l’autostimulation. « Je me suis proposé d’écrire sur les maladies produites par la masturbation, et non pas du crime de la masturbation : n’est-ce pas d’ailleurs assez en prouver le crime que de démontrer qu’elle est un acte de suicide ? … J’ai vu un jeune homme atteint d’épuisement dorsal. Il était d’une fort jolie figure et, malgré le fait qu’on l’ait souvent averti de ne pas se livrer au plaisir, il s’y livra néanmoins et devint difforme avant sa mort… Le cerveau même, dans ce cas, paraissait s’être consumé. En effet, les malades deviennent stupides et si raides que je n’ai jamais vu une si grande immobilité du corps. Les yeux mêmes sont si hébétés qu’ils n’ont plus la capacité de voir… La peinture du danger, quand on s’est livré au mal, est peut-être le plus puissant motif de correction, c’est un tableau effrayant propre à faire reculer d’horreur. En voici les principaux trais : un dépérissement général de la machine ; l’affaiblissement de tous les sens corporels et de toutes les facultés de l’âme ; la perte de l’imagination et de la mémoire ; l’imbécillité, le mépris, la honte ; toutes les fonctions troublées, suspendues, douloureuses ; des maladies longues, bizarres, dégoûtantes ; des douleurs aiguës et toujours renaissantes ; tous les maux de la vieillesse dans l’âge de la force… le dégoût pour tous les plaisirs honnêtes, l’ennui, l’aversion des autres et de soi ; l’horreur de la vie, la crainte de devenir suicide d’un moment à l’autre ; l’angoisse pire que les douleurs ; les remords pires que l’angoisse… voilà l’esquisse du sort réservé à ceux qui se conduiront comme s’ils ne le craignaient pas[40]. »

À la fin du XVIIIe siècle, la renommée de Tissot était telle qu’il n’était plus possible pour un médecin de ne pas condamner l’autostimulation. La masturbation était devenue un problème médical « incontournable » et un problème social majeur[56].

Évolution actuelle de la condamnation[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, les médecins pensaient que la consommation d’aliments savoureux provoquait la masturbation, tandis que les aliments fades la décourageait. Des aliments, comme les céréales Kellogg’s Corn Flakes (sans sucre à l’époque), ont été spécialement conçus par des médecins, des religieux ou des moralistes pour lutter contre la masturbation[4].

Encore en 1961, un sondage effectué dans cinq facultés de médecine indiquait que la moitié des étudiants et un cinquième des professeurs croyaient que la masturbation pouvait provoquer des maladies mentales[57].

Avant les années 1970, la terminologie officielle de l’Église catholique pour la masturbation était : « abus de soi », « souillure de la chair » et « auto-pollution ». Cette pratique était sévèrement condamnée : « la masturbation est un acte intrinsèquement et sérieusement déréglé[58]. » Depuis les années 1970 et les changements sociaux et culturels, l’attitude de l’Église a évolué. Actuellement, la masturbation est déconseillée par l’Église catholique en tant que pratique sexuelle ne menant pas à la reproduction. L’Église déconseille la masturbation, même lorsqu’elle est pratiquée dans le but d’une reproduction dans le cadre d’une procréation médicalement assistée. « Quel qu’en soit le motif, l’usage délibéré de la faculté sexuelle en dehors des rapports conjugaux normaux en contredit la finalité[59]. »

Après la révolution sexuelle des années 1970, le discours médical change radicalement et le sexologue Philippe Brenot publiera même une « éloge de la masturbation[note 3]. »

À l'époque de la révolution sexuelle, la sexualité était perçue comme source d'épanouissement et de plaisir. À la fin du XXe siècle, après la médiatisation des agressions sexuelles, des infections sexuellement transmissibles et tout particulièrement du SIDA, la perception de la sexualité a été modifiée. Elle était plutôt perçue de manière ambivalente, comme source potentielle de dangers et de maladies[60]. Pour la masturbation, apparaît un nouveau concept clinique, celui de la masturbation “excessive”[5].

Dans les années 2000, peu de personnes militent ouvertement contre la masturbation, mais également peu de personnes la défendent. L’autoérotisme ne fait partie ni des débats politiques, ni du discours social et éducationnel. L’Église catholique, ainsi que d’autres groupes confessionnels et des mouvements conservateurs, diffusent toujours une image négative de cette pratique. De plus, la masturbation est souvent considérée comme une sous-sexualité, pratiquée surtout par ceux qui ne peuvent pas avoir de partenaires. Pour ces raisons, les enfants et les jeunes, en particulier dans les pays occidentaux les plus conservateurs, peuvent être influencés par ces réprobations sociales[4]. Dans l’enquête NHSLS, en 1992, près de 50 % des personnes qui pratiquent la masturbation disent ressentir de la culpabilité[29].

En synthèse, même si depuis la révolution sexuelle la masturbation n'est plus interdite, par contre on ne laisse pas faire, en particulier pour les plus jeunes. Le contexte social et culturel n’est guère favorable à cette pratique : la masturbation n’est tolérée qu’à condition de rester dans les zones les plus intimes de la vie privée.

Sociétés traditionnelles[modifier | modifier le code]

Les condamnations de la masturbation existent également dans d’autres sociétés, ainsi que l’utilisation de divers moyens, moqueries, humiliations, coercitions et sanctions physiques, pour empêcher cette pratique. « Chez les Apinayé, les garçons et les filles sont avertis dès l’enfance de ne pas se masturber, et une sévère correction attend l’enfant qui est suspecté d’un tel comportement. En Nouvelle-Guinée, les garçons Kwoma sont constamment avertis de ne pas toucher leurs organes génitaux. Si une femme voit un garçon avec une érection, elle va battre son pénis avec un bâton, et le garçon apprend très vite à ne pas toucher son pénis même pour uriner[11]. »

Arts et littérature[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Jean-Jacques Rousseau revient plusieurs fois sur la masturbation, pour en faire une très vive critique[61].
  • Philippe Brenot dans son Éloge de la masturbation[62] raconte une histoire de cette pratique, la distinction des différents termes s’y rapprochant, un petit lexique des termes synonymes de la masturbation, ainsi qu’une bibliographie succincte.
  • Sœur Emmanuelle raconte, dans Les Confessions d'une religieuse[63], que son goût précoce et intense pour la masturbation a contribué à son choix d'une vie religieuse.
  • Masturbation en groupe

Cinéma, séries télé[modifier | modifier le code]

  • Woody Allen explique que s’il fait bien l’amour, « c’est parce qu’il s’est longtemps entraîné tout seul. » Dans le film Annie Hall (1977), il dit aussi, dans une réplique à Diane Keaton :
« Ne critiquez pas la masturbation, c’est faire l’amour avec quelqu’un que j’aime[66]. »

Musique[modifier | modifier le code]

  • Dans la comédie musicale Hair, la chanson Sodomy, en énumérant les diverses pratiques sexuelles (« Sodomy, fellatio… »), laisse notamment entendre : « masturbation can be fine. »
  • La chanson All by Myself du groupe Green Day traite explicitement du sujet de la masturbation.
  • La chanson Bistouflex du rappeur Seth Gueko est une chanson dédiée à la masturbation.
  • La chanson Fantasme du groupe Les Wriggles vante la portée universelle de l'orgasme « en solo ».
  • La fin de la chanson Le Goût des filles du groupe Les Wriggles suggère l'auto-érotisme : « Tous les soirs où seul on se déshabille / Où seul on cherche en vain entre les draps / À retrouver le goût des filles qui n'y sont pas. »
  • La chanson paillarde Le Cordonnier Pamphile, notamment chantée par Les Frères Jacques, parle de masturbation féminine avec une carotte.
  • La Folle Complainte de Charles Trenet parle de la bonne qui « n'est pas sage » : « On l'a trouvé hier soir / Derrière la porte en bois / Avec une passoire / Se donnant de la joie. »
  • Georges Brassens, dans sa chanson Mélanie, raconte l'histoire d'une bonne de curé qui se sert de cierges comme godemichet.
  • Mylène Farmer dans sa chanson "Eaunansime" parle du plaisir par soi-même.

Peinture[modifier | modifier le code]

  • Egon Schiele a largement traité le thème de la masturbation féminine et masculine dans des œuvres que l'on pourrait qualifier de pornographiques encore aujourd'hui (L'Hostie rouge, Eros ou Autoportrait se masturbant, tous de la même année 1911).
  • Chez Salvador Dalí, la masturbation est un thème récurrent de son œuvre surréaliste, tel Le Grand Masturbateur.

Divers[modifier | modifier le code]

Dans le langage[modifier | modifier le code]

L'expression « masturbation intellectuelle » qualifie parfois une activité de l’esprit qui n'est pas considérée comme « féconde » (le choix de ce terme découle donc de raisons évidentes)[réf. nécessaire] soit en réalisations, soit en idées nouvelles, une activité que l’on considère en vase clos, en tour d’ivoire. Ainsi Karl Marx considérait la philosophie comme une masturbation intellectuelle : « la philosophie et l’étude du monde réel sont dans le même rapport que l’onanisme et l’amour sexuel. » (L’Idéologie allemande, Le concile de Leipzig – III Saint Max).

Le terme possède actuellement une connotation péjorative qui doit sans doute plus à quelque mépris de l’activité intellectuelle non « rentable » (et qui tourne en quelque sorte à vide) qu’aux anciens interdits sexuels. À côté de cette expression désignant un travail intense mais inutile, une série d’expressions renvoient carrément à l’inaction et à la paresse : « être un branleur », « peigner la girafe », « moucher le cyclope »… Mais, inversement, dans un langage extrêmement vulgaire, le verbe « branler » devient — à l’instar du verbe « foutre », qui désigne l’accouplement — un synonyme du verbe « faire » : « s’en foutre » / « s’en branler » ; « ne rien en avoir à faire / à foutre / à branler » ; « ne rien faire / foutre / branler »…

Masturbation en public[modifier | modifier le code]

La masturbation, en particulier en public, est parfois utilisée comme une forme de provocation dans l’objectif de faire passer des messages.

Le masturbathon est un rassemblement dans lequel des hommes et des femmes sont invités à se faire sponsoriser pour se masturber lors de cet événement. Les profits servent à aider des causes de charité. Les personnalités ayant essayé ce type de masturbation incluent : Rocco Siffredi[67] (acteur pornographique), René Etiemble[68] (écrivain) et Maxime Collins[69] (écrivain).

Psychanalyse[modifier | modifier le code]

La psychanalyse de Freud concernant le fonctionnement de la satisfaction du plaisir, peut apporter une notion de répétition non distanciée. Il a établi que ce qu’il appelle le « principe de plaisir » exige de satisfaire, par les voies les plus courtes, les pulsions qui traversent le psychisme humain[70]. Freud, critique à l’égard de la masturbation, proposait de soigner la masturbation masculine par psychrophore[71],[72].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sarane Alexandrian, La Sexualité de Narcisse, Paris, Le Jardin des livres, 2003
  • Bernard Arcand, Le Jaguar et le Tamanoir, Montréal, Boréal, 1991 (anthropologie)
  • Aresu Y. Evolution du discours médical sur l'onanisme de 1710 à nos jours. Thèse de médecine, Nancy, 2004
  • Jean-Paul Aron et Roger Kempf, Le Pénis et la démoralisation de l’occident, Paris, Grasset, 1978
  • Paula Bennett et Vernon A. Rosario (éd.), Solitary Pleasures : the Historical, Literary and Artistic Discourses of Autoeroticism, New York, Routledge, 1995
  • Philippe Brenot, Éloge de la masturbation, Paris, Zulma,‎ mai 2005, 127 p. (ISBN 2-84304-000-0)
  • Peter Brown, Le Renoncement à la chair. Virginité, célibat et continence dans le christianisme primitif, Paris, Gallimard, 1995
  • Bertrand Ferrier, Un plaisir maudit : les enjeux de la masturbation, Paris, La Musardine « L’Attrape-corps », 2000
  • Michel Foucault, Histoire de la sexualité 1, la volonté de savoir, Paris, Gallimard « Tel », 1976
  • Fournier H. (Dr), L’Onanisme, causes, dangers et inconvénients pour les individus, la famille et la société : remèdes…, Paris, 1875
  • Gaël L., Voyages Intérieurs - regard sur la masturbation féminine, Ragage, 2007
  • Pierre Humbert et Jérôme Palazzolo, Petite histoire de la masturbation, Paris, Odile Jacob, 2009
  • Claude Langlois, Le Crime d’Onan, Le discours catholique sur la limitation des naissances (1820-1968), Belles Lettres, 2005
  • Thomas Laqueur, Le Sexe en Solitaire - Contribution à l’histoire culturelle de la sexualité, Paris, Gallimard, 2005, traduction de Solitary Sex, A Cultural History of Masturbation, New York, Zone Books, 2003
  • Rachel Maines, Technology of Orgasm: "Hysteria," the Vibrator, and Women’s Sexual Satisfaction, Johns Hopkins University Press, 1999
  • Beatriz Preciado, Manifeste contra-sexuel, Paris, Balland « les modernes », 2000
  • Jean Stengers et Anne Van Neck, Histoire d’une grande peur : la masturbation, Bruxelles, 1984, édition revue, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo « les empêcheurs de penser en rond », 1998, réédition Pocket « Agora », 2000
  • Simon-Auguste Tissot L’Onanisme, Paris : Garnier frères[73], 1905, ou Éditions de la Différence (avec une préface de Christophe Calame), Paris, 1991
  • Jean-René Verdier, L’Onanisme ou le droit au plaisir, Paris, Balland, 1973

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les distinctions entre “comportement sexuel”, “comportement de reproduction” et “comportement érotique” sont expliquées dans les articles Comportement érotique et Comportement de reproduction. Ces expressions ont été proposées par les auteurs Martin H. Johnson et Barry J. Everitt dans leur ouvrage Reproduction, 5e edition, publié chez De Boeck Université en 2001, car les différences neurobiologiques, cognitives et comportementales entre les espèces modifient la dynamique du comportement sexuel. L'ouvrage qui présente le plus de vérifications expérimentales de ces distinctions est Functional and dysfunctional sexual behavior du neurobiologiste Anders Agmo.
  2. L’étude a été réalisée par un groupe de 12 étudiants masculins auprès d’environ 500 jeunes hommes âgés entre 18 et 25 ans dont 50 % fréquentaient le Cégep. La scolarité des 50 % restant, ainsi que le rang social du groupe n’ont pas été pris en compte dans cette étude
  3. « Il est beau, bien, bon, agréable, convenable, simple, excellent, décent, louable, méritoire, utile, habituel, ordinaire, stimulant, remontant, vivifiant, excitant, troublant, grisant, juste, bienséant, naturel… de se masturber… » Brenot P, Éloge de la masturbation, Zulma, réédition 2002, p. 100.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire Le Grand Robert électronique, v. 2.0, 2005.
  2. a et b (fr) Langis P., Germain B. La sexualité humaine. De Boeck, 2010.
  3. a, b, c et d (en) Westheimer R, Lopater S. Human sexuality, second edition, Lippincott Williams & Wilkins, 2005.
  4. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Levay S, Baldwin J. Human Sexuality, Sinauer Associates, third edition, 2009.
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (fr) Allgeier A, Allgeier E. Sexualité humaine, De Boeck Université 1992.
  6. a, b, c et d (en) Yates A. Biologic perspective on early erotic development, Child and Adolescent Psychiatric Clinics of North America, 13(3):479-496, 2004.
  7. Auto-érotisme, dans Philippe Brenot Dictionnaire de la sexualité humaine, L’Esprit du Temps, 2004.
  8. Masturbation, dans Philippe Brenot Dictionnaire de la sexualité humaine, L’Esprit du Temps, 2004.
  9. (en) Hortense Powdermaker, Life in Lesu, W.W. Norton and Co., NY, 1933.
  10. (en) Bingham HC, Sex development in apes, Comp. Psychol. Monogr., vol. V, 1-165, 1928.
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) FORD Clellan S, BEACH Frank A. Patterns of sexual behavior, Methuen & Co, London, 1965. Le livre existe en français, mais il est plus difficile à trouver : (fr) Le comportement sexuel chez l’homme et l’animal, R. Laffont, 1970.
  12. (en) Darling FF, A herd of red deer, Oxford University Press, London, 1937.
  13. a et b (en) AGMO Anders Functional and dysfunctional sexual behavior Elsevier 2007.
  14. Jean-Pierre Signoret, « Sexuel (Comportement) », Encyclopædia Universalis, vol. 11.0,‎ 2006
  15. J. Buvat, « Hormones et comportement sexuel de l'Homme : données physiologiques et physiopathologiques », Contracept Fertil Sex., vol. 24, no 10,‎ 1996, p. 767-778
  16. (en) Nei M, Niimura Y, Nozawa M. « The evolution of animal chemosensory receptor gene repertoires: roles of chance and necessity » Nat Rev Genet. 2008;9(12):951-963 PMID 19002141
  17. (en) Zhang J, Webb DM. « Evolutionary deterioration of the vomeronasal pheromone transduction pathway in catarrhine primates » Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America 2003;100(14):8337-41. PMID 12826614
  18. a, b et c Serge Wunsch. Thèse de doctorat sur le comportement sexuel [PDF] EPHE-Sorbonne, Paris, 2007.
  19. (en) Masters William, Johnson Virginia. Human sexual response, Bantam Books 1980.
  20. a, b et c John Gagnon. Les Scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir. Payot, 2008.
  21. (en) Meizner I. « Sonographic observation of in utero fetal “masturbation” » Journal of Ultrasound in Medicine 1987;6(2):111.
  22. a et b Broussin Bernard, Brenot Philippe. « Existe-t-il une sexualité du fœtus ? » Fertilité, contraception, sexualité 1995;23/11:696-698.
  23. a et b (en) Giorgi G, Siccardi M. « Ultrasonographic observation of a female fetus’ sexual behavior in utero » Am J Obstet Gynecol. 1996;175(3 Pt 1):753.
  24. Broussin Bernard, Brenot Philippe. « Orgasme in utero ? » Sexologies 1996;21(5):15-16.
  25. a et b (en) Suggs Robert C., Marquesan sexual behavior, Harcourt, Brace & World, 1966.
  26. a, b et c Masters William, Johnson Virginia, Kolodny Robert. Amour et sexualité : mieux vivre sa vie sexuelle dans le monde d’aujourd’hui, Interéditions, 1987.
  27. Site Sexologie Magazine, Dossier Masturbation, Article relatif à la répression de la masturbation, 4 décembre 2007.
  28. Étude de l’OMS : « Interroger les jeunes sur leur sexualité et leur attitude vis-à-vis de la procréation » (2001) [PDF].
  29. a et b (en) Laumann E, Gagnon JH, Michael RT, Michaels S, The social organization of sexuality: Sexual practices in the United States. University of Chicago Press, 1994. Voir également la présentation de l’enquête NHSLS.
  30. Attirance pour le même sexe et ... de 15 a 18 ans en France, sur le site crips.centredoc.fr, consulté le 18 novembre 2012.
  31. [PDF] [PDF] Contexte de la sexualité en France, sur le site ancic.asso.fr
  32. Étude : ces Français qui pensent au sexe 20 fois par jour Sur le site femina.fr
  33. (en) Hite S, The Hite report: A nationwide study of female sexuality. Seven Stories Press, 2003.
  34. (en) Kinsey AC. et al. Sexual behavior in the human female. Aunders, Philadelphie, 1953.
  35. (en) Carpenter CR, « Sexual behavior of free ranging rhesus monkeys (Macaca mulatta) » J Comp Psychol. 1942;vol. XXXIII, 113-142 et 143-162.
  36. (en) Shadle AR. « Copulation in the porcupine » J. Wildlife Management 1946;vol. X, 159-162.
  37. (en) GG Giles, G Severi, DR English, MRE McCredie, R Borland, P Boyle et JL Hopper, « Sexual factors and prostate cancer » British Journal of Urology International, vol. 92, p. 211 ; 17 juillet 2003.
  38. (en) Leitzmann MF, Platz EA, Stampfer MJ, Willett WC, Giovannucci E. « Ejaculation frequency and subsequent risk of prostate cancer » J Am Med Assoc. 2004;7:1578-1586. PMID 15069045
  39. Dr Beauge Traitement médical du phimosis congénital de l’adolescent.
  40. a, b et c Samuel-Auguste Tissot. L’onanisme. Dissertation sur les maladies produites par la masturbation, 1775, rééd. Le sycomore, Paris, 1980.
  41. a et b E. Bouchut, Armand Després. Dictionnaire de médecine et de thérapeutique médicale et chirurgicale, Librairie Germer Baillière, Paris, 1877.
  42. a et b Krafft-Ebing Richard. Psychopathia sexualis, Agora, réédition 1999.
  43. Valeur Marc, Matysiak Jean-Claude. Sexe, passion et jeux vidéo ; les nouvelles formes d’addiction, Flammarion, 2003.
  44. (en) Reynaud M, Karila L, Blecha L, Benyamina A. « Is love passion an addictive disorder? » Am J Drug Alcohol Abuse. 2010;36(5):261-267. PMID 20545601
  45. (en) Grant J.E., Brewer J.A., Potenza M.N. (2006) « The neurobiology of substance and behavioural addictions » CNS Spectr. 11(12):924-30. PMID 17146406
  46. Poudat F.-X. « Dépendance affective et addictions sexuelles » in Lopès Patrice, Poudat François-Xavier (Eds) Manuel de sexologie. Elsevier Masson, (9):210-217, 2013
  47. (en) Giles J. « No such thing as excessive levels of sexual behavior » Archives of Sexual Behavior 2006;35:641-642. PMID 17109229
  48. (en) Martin Levine, Richard Troiden. « The myth of sexual compulsivity » Journal of Sex Research 1988; vol. 25, Issue 3, p. 347-363. Résumé en ligne
  49. Catéchisme de l’Église catholique, site officiel du Vatican.
  50. (en) Emma Drake, What a young wife ought to know, Vir Publishing Company, 1902.
  51. (de) [vidéo] Le Ruban Blanc (Extrait 1) (sous-titres en français) sur YouTube
  52. a et b Zambaco D. Onanisme avec troubles nerveux chez deux petites filles. Solin, 1978 (publication originale en 1882)
  53. (en) Shannon TW, Self-knowledge and guide to sex instruction: Vital facts of life for all ages, Marietta, SA Mullikin, 1913.
  54. Dutoit-Membrini. L’Onanisme ou Discours philosophique et moral sur la luxure artificielle et sur tous les crimes relatifs, François Grasset, Lausanne, 1760.
  55. a, b et c (en) John Marten, Onania; or, The Heinous Sin of Self-Pollution, and all its Frightful Consequences in Both Sexes, 1712.
  56. (en) Robert Darby, A Surgical Temptation: The Demonization Of The Foreskin And The Rise Of Circumcision In Britain, University of Chicago Press 2005.
  57. (en) Greenbank R. Are medical students learning psychiatry? Pennsylvania Medical Journal 1961;64:989-992. PMID 13708226
  58. Déclaration sur l’éthique sexuelle, décembre 1975.
  59. Catéchisme de l'Église catholique (no 2352)
  60. (en)John Money. « The conceptual neutering of gender and the criminalization of sex » Archives of sexual behavior 1985;14(3):279-90. PMID 4004550
  61. Philippe Lejeune, « Le « dangereux supplément » : lecture d'un aveu de Rousseau », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 29, no 4,‎ 1974, p. 1009-1022 (lire en ligne)
  62. Édition Zulma, 2002.
  63. Flammarion, 23 octobre 2008 (ISBN 978-2-08-212519-2).
  64. Interview d’Esparbec, question 4, diffusée dans Le Mag.
  65. Chapitre 6 des Onze Mille Verges de Guillaume Apollinaire.
  66. « Don’t knock masturbation, it’s sex with someone I love. »
  67. Interview de Rocco Siffredi dans l’émission 20H10 pétantes diffusée le 2 mai 2005 sur Canal+.
  68. Propos d’un emmerdeur : entretiens sur France-Culture avec Jean-Louis Ezine de René Etiemble et Jean-Louis Ezine.
  69. Chapitre 3 de l’autofiction de Maxime Collins intitulée Pile ou Face.
  70. larousse.fr/encyclopedie.
  71. Ruth Menahem, « Le premier couple psychiatre/psychanalyste : La correspondance Freud/Binswanger », Topique, L’Esprit du temps, vol. 3, no 88 « Psychanalystes et psychiatres en France »,‎ 2004, p. 87-94 (ISBN 2847950400, ISSN 0040-9375 et 1965-0604, DOI 10.3917/top.088.0087, lire en ligne).
  72. Mensonges freudiens : histoire d’une désinformation séculaire de Jacques Bénesteau, Mardaga, p. 295.
  73. Texte sur Gallica.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]